Ne somme nous tous pas bi, au fond?

Forum Bi - Créé le - 16 Participations

Ne somme nous tous pas bi, au fond?

C'est suite à un débat animé avec nombre de mes amis, que la question est devenue évidente, pour moi:

Chacun de nous peu être physiquement attirés par l'autre sexe. Seul les tabous empechent la plupart d'entre nous de tenter l'experience. Et ce n'est pas pour rien si dans les milieux artistes, "tout le monde" est un peu bi, même passif.



Un bon ami, beau (peut être trop) m'a raconté qu'il avait du succès avec les hommes mais qu'ils ne l'attiraient pas du tout. Et au fil de la conversation, il m'apprend qu'il s'est déjà retrouvé dans une situation (ou il était passif) avec un transexuel (h vers f) et que "bizarrement" (ce mot lui a value un coup dans les reins, promis), ça l'a émoustillé et que blablaah.

Et quelles filles qui dit tout de suite après "attention, je suis pas lesbienne ou bi, c'est juste pour le fun" n'a pas déjà embrassé une autre fille et a aimé ça?



Bien sûr, la question de "s'assumer" se pose toujours. Et cette dernière me mets hors de moi: qu'est ce qu'il y a assumer?

J'ai horreur des cases, tel que hétéro, homo, bi. Pourquoi faudrait il choisir sa case et y rester?

Voila, voila. Je me perds, encore.

Ah si, il y a l'homosexualité qui du coup, démonte completement mon hypothese: je vois rarement des garçons homos dire "oh tiens, elle m'attire bien cette fille" et vice versa. ^^

Pour faire rebondir le monologue, je propose que vous me jetiez des bekisses (non je plaisante ^^) ou que vous me dites si vous partagez cette avis. Ou pas du tout.
Rencontre bi
0 vote

Freud pensait que nous naissions tous bisexuels alors bon, pourquoi pas ! :) (C'était la réponse la plus courte au monde :o)
0 vote

Je pense également que nous sommes tous bi au fond et que le reste c'est une question de préférence, de détails (tout comme certains préfèrent les blonds ou les bruns par exemple). Je pense qu'on tombe amoureux de quelqu'un et que le reste (son sexe, son ethnie, sa couleur de cheveux etc...) devient alors très secondaire ^^
0 vote

Tomber amoureux ou être très attiré. Non parce que je tombe rarement. Même en talons! ^^
0 vote


Je suis daccord avec toi, nous sommes tous Bi.

J'ai aussi connu un ami hetero qui avaient fait tout de meme l'experience avec un garcon. Et a tres apprecié malgrer qu'ils preferer les filles. Quand ont dit que l'on aime uniquement les filles, ces surement juger par l'apparence ou la fasson de faire.

J'ai apprit que l'amitier est enfaite une base general de l'amour normalement, ont s'interesse a quelqun car il est sympa mes c'est tout. Il manquerai juste quelque chose, le physique. Malgrer que je ne mattache pas au filles, il suffit surement d'un plus pour essayer.
0 vote

Tous bi?

J'aime à penser que oui comme le chante si bien Henry Tachan'Entre l'amour et l'amitié il n'y a qu'un lit de différence

A méditer pour les intolérants de tout horizons
0 vote

C'est ce que je me disais aussi. Mais une "expérience" peut rester de la simple curiosité, beaucoup se posent la question "qu'est-ce que ça me ferait ?", ainsi une expérience peut en rester là.
Personnellement et malgré mon aversion des étiquette, il faut bien, sur ce sujet, se ranger dans une case... Je suis homo. Je suis sortie avec un garçon (parce qu'une copine a voulu à tout prix nous caser ensemble). J'étais curieuse, je voulais savoir, je me posais beaucoup de questions sur moi, mes attirances... Donc je suis sortie avec lui et ça ne me procurait absolument rien. Aucun plaisir, aucun désir. Aucune envie même d'aller plus loin. Pour moi c'était hors de question de coucher avec lui ni aucun autre. Et le fait de plaire et d'être aimé me grisait plus que le garçon en lui-même. Je devenais quelque chose que je ne supportais pas, c'était pas moi, c'était pas naturel, j'ai alors compris ce qui m'attirait. Et les garçons ne m'attiraient pas du tout. Ni lui ni aucun autre. Avant que ma pote me pousse vers lui, je l'avais à peine regardé, à peine vu. Il a suffi que je dise à cette pote que je le trouvais mignon pour qu'elle nous dresse presque les plans de table pour notre mariage x) Objectivement il était chou, oui, mais je me projetais pas avec lui. Du tout. Et il l'a senti, ce qui fait que nous avons rompu très vite. Et ça m'a soulagé plus qu'autre chose. Je me retrouvais, moi, je retrouvais la personnalité que j'aimais être.
Bon, y a eu un autre garçon, au lycée, je me projetais un peu plus avec lui, mais à la question "couchera ou couchera pas ?", la réponse était "couchera pas". Pour moi c'était et ça reste une évidence. Finalement j'avais ma réponse, et j'en suis satisfaite ^^

Donc, je pense qu'on est tous "bicurieux", c'est inéluctable. "Bisentimental" (j'aime inventer des mots :D) pourquoi pas. Certains disent qu'entre amitié et amour la différence est le sexe, les sentiments que l'on a envers nos amis sont une sorte d'amour, alors qu'est-ce qui les empêche de se développer un peu plus, parfois ? Mais bisexuel, rien n'est moins sûr, du moins en ce qui me concerne ^^



PS : Freud a été discrédité, de toute façon ses théories et idées sont loin de faire l'unanimité aujourd'hui ^^
0 vote

D'après moi, si l'on devait tout expliquer, je dirais que l'on est tous bi sentimentalement parlant parce qu'on est tous susceptibles de tomber amoureux d'une fille ou d'un garçon selon son caractère. Par image, vous n'avez qu'à imaginer la personnalité, le style et le caractère parfait sans pouvoir mettre de physique dessus. Vous pourriez en tomber dingue peu importe quel sexe enveloppera cet intériorité.

En revanche, la nuance à faire c'est l'attirance physique qui se distingue des sentiments puisque l'on est capable de désirer quelqu'un sans en être amoureux. Il s'agit là de simples préférences, de goût, de sensations (au sens des cinq sens).



C'est ma façon de voir. Et puisqu'il faut se ranger dans des cas je me dis lesbienne parce que j'ai des préférences pour les femmes et que je ne suis tombée amoureuse que de femmes mais je me considère comme sentimentalement bi puisque je suis capable de tomber sur un homme qui pourrait me faire.éprouver des choses, sans doute.. A voir !
0 vote

Mh, le débats est intéressant et vos réponses tout autant. :)



Et comme dit un bon ami bi (actif), se contenter/cantonner d'un seul sexe, c'est se priver de la moitié des plaisirs de la vie.

Bon, encore faut il en avoir envie ou se donner la possibilité d'en avoir envie.



J'ai longtemps refouler mes envies saphiques pour des raisons stupides (milieux social, environnement qui ne facilitait pas les rencontres, etc. ) jusqu'à il y a peu. Grande découverte (les murs s'en souviennt encore ! ^^) et quelques regrets d'être passée à coté d'une histoire il y a quelques années.

Aujourd'hui, je suis plus en phase avec moi-même.

Ni le sexe, ni l'âge (entre majeur et retraité, évidemment ! ^^), ni la distance ni plus rien ne peut m'empecher d'être libre d'être attirée par quelqu'un et de laisser libre court à cette attirance si elle est réciproque. En toute confiance, respect et prudence.



(Heu pourquoi je raconte ma vie, là?..)
0 vote

Tous bi? Je ne sais pas...

Si je dois m'appuyer sur mon entourage, composé de personnes à majorité hétérosexuelles (en fait je suis la seule homo..), et pour en avoir discuté avec des amis hétéro, ils envisagent de la bisensualité, embrasser, pourquoi pas, mais ça s'arrêterait là. Quant à moi, j'ai été avec des hommes parce que je pensais que c'était comme ça et pas autrement, et ayant depuis connu les joies de l'amour entre femmes, je ne pourrais pas, pour le moment, être attirée de nouveau par un homme.

Alors sommes nous tous bi au fond, je dirais que non, il y a des personnes attirées par un seul sexe (et d'autres par plus que deux sexes d'ailleurs :D). En revanche, je pense qu'il y a beaucoup plus de personnes bi (ou homo) que l'on pourrait le penser.
0 vote


je pense qu'il y a plus de Bi que l'on ne le pense. Mais non au fond nous ne somme pas TOUS Bi. Personnellement je suis attiré attiré par les hommes, souvent je me demande si j'aurais pas une attirance pour les femmes: et bien vraiment non mais alors pas dutout! ._."

Après j'ai des amis Bi, gay hétéro, et certain gay se demande si ils aimeraient essayer avec une fille, et certain hétéro avec des hommes (ou si c'est des filles l'inverse).



La théorie que l'on peut tous être bi, c'est une théorie utopique et surtout religieuse en fait (oui oui) donc la logique voudrait que l'on le soit tous, mais ce n'est pas le cas :)



cela dit, il y a en effet plus de Bi que l'on ne le pense, et ce n'est pas à nier que d'ici 5/10 ans je devienne bi (ou une quelconque personne) car bcp de personne le deviennent après un gros changement dans leur vie :)
0 vote

70% de BISEXUALITé DANS LA POPULATION (en théorie sociologico-statistique)



Bonsoir tout le monde.

Je ne viens pas apporter ma réponse, mais ayant suivi des cours de sociologie des discrimination, j'ai peut-être quelque élément de réponse.

Kinsey a publié des travaux sur la question dont on ressort une idée de CONTINUUM.

Pour simplifier son idée, il a créé une echelle Homo-hétéro en 7 niveaux. Le niveau 0 correspond à l'Hétérosexualité exclusive, le niveau 6 à l'homosexualité exclusive. Donc il y a 5 niveaux de Bisexualité, qui Signifie ( si il y a equiprobabilité entre les niveaux) voit 70% DE BISEXUALITé dans la population.

C'est une théorie qui veut nuancer les propos qui manquent de justesse: il n'y a pas que trois sexualités, que deux sexes, que deux genres etc...
0 vote

Je pense que nous sommes tous potentiellement BI, mais certains acceptent ce fait d'autres le refoulent complètement et surtout cela surgis pour beaucoup sur la tard.
0 vote

Le sujet est intéressant, "ne sommes-nous pas tous bi au fond?", aurions-nous donc deux sexualités? La question se pose, il se peut qu'il y ait une "sexualité naturelle" et une "sexualité environnementale".

La sexualité naturelle serait la bisexualité, selon moi. Des comportements homosexuels ont été observés chez plus de 1500 espèces. Il ne s'agit bien évidemment pas d'homosexualité exclusive puisque des relations hétérosexuelles subsistent en parallèle, ne serait-ce que pour assurer la lignée de l'espèce. La bisexualité semble donc être la "norme" du règne animal dont nous faisons partie.

La sexualité environnementale serait celle dont on pense qu'elle nous correspond le mieux, ainsi on se déclare "hétéro", "homo", "bi" ou autres. Je pense qu'elle est la résultante de plusieurs facteurs. Tout d'abord, il y a ce moulage de la société dont les mœurs ont été dictés des siècles durant par les dogmes religieux et qui impose l'hétérosexualité comme "norme absolue"*. Il y a également l'expérience, le vécu de chacun : admirer des personnes d'un sexe ou/et de l'autre, à contrario éprouver un ressentiment pour plusieurs individus d'un sexe ou/et de l'autre, conditionnent nos comportements sexuels puisqu'on va attribuer à un sexe ou/et l'autre une notion d'agréable ou au contraire de désagréable**.

Ainsi, nous naîtrions bisexuels avant d'éventuellement évoluer vers une autre sexualité qui correspond davantage à notre situation et à notre vécu.

* Bien que je ne dispose d'aucun chiffre, je pense pouvoir affirmer qu'il y a davantage d'homosexuels que de bisexuels. Ceci pourrait s'expliquer par le fait que l'hétérosexualité soit la "norme" actuelle et ce depuis des siècles. L'hétérosexualité étant une monosexualité au même tire que l'homosexualité, "être homo serait être davantage dans la norme qu'être bisexuel". Sans parler de l'existence des communautés gay et lesbiennes qui rendent l'homosexualité plus attrayante que la bisexualité.

** Même si la pratique est très sombre, la thérapie par aversion appuie ce conditionnement de la sexualité par l'environnement et par les associations à d'agréables ou de désagréables souvenirs. http://fr.wikipedia.org/wiki/Thérapie_par_aversion

P.S. : Coltrane, je ne pense pas qu'on puisse partir du principe qu'il existe une parfaite équiprobabilité entre les différents niveaux de sexualité.
0 vote

Bisexuel je ne sais pas mais je suis presque sur que nous sommes tous pansexuel
0 vote

La thérapie par aversion ! L'une des tortures permises les plus choquantes que j'ai entendu, dernièrement ! A quel point la société, la religion, la "norme" acceptée peuvent nous pousser à refouler (car pour moi, ce n'est que ça, même s'il parle de se "débarasser" et même "guérir" !...) nos penchants sexuels.

Je trouve cela triste qu'une chose aussi naturelle que le sexe (entre personnes consententes) puisse nous rendre aussi malheureux au point d'en venir à des mesures extremes.

En revanche, ces mesures là, devraient (dans un cadre surveillé), etre mise en place pour les personnes pédophiles qui souhaitent guerir de leur maladie (car non, ce n'est pas un choix, d'etre pédophile. Tout comme ce n'est pas un choix d'être hétéro ou homo...)



Mais ça, c'est un autre sujet !...
0 vote




Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit