Biromantique ou lesbienne, guidez moi

avatar contributeur -_-*
-_-*
25/05/2022 à 21:16

Bonjour/bonsoir,

Cena fait déjà un petit moment que d'incessants questionnements hébergent dans mon esprit. Si possible, j'aimerais les faire taire incessement sous peu.

Je ne sais pas si je suis biromantique ou lesbienne. J'aimerais bien connaître votre avis sur ma situation bien que je sache que seule moi ai le dernier mot.

Je me lance, je préviens, ca risque d'être long.

Un copain a fait ressurgir une interrogation que je pensais éteinte.

À vrai dire, je ne sais toujours pas si je suis lesbienne ou bisexuelle/biromantique. En fait, l'étiquette lesbienne ne me convient pas. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'elle me gêne, mais je ne sais pas si elle me représente. Peut-être que cela est dû au fait que j'ai dit à mon entourage amical que j'étais lesbienne sans en être sûre. Ce malaise pourrait-il être lié à ça ? Ou dit-il que je ne suis pas lesbienne ?

Je m'explique, quand j'étais jeune, il est vrai que je ne peux dire que je n'ai jamais regardais les garçons. En effet, souvent lorsque je jouaient avec un garçon, ou que je le connaissais, j'avais l'impression qu'il se passait quelque chose, que je devais lui plaire, lui sourire, être tactile... Mais je n'ai jamais ressenti d'attirance, de "symptômes" d'attirance. Pour aucun. À contrario, il en est tout autre pour les filles/femmes.

En 5ème, je pensais être amoureuse d'un garçon. Je ressentais un peu d'appréhension à l'idée de lui parler, était contente quand il avait corrigé ma dictée. Je lui avais même fait un bracelet et un collier en trombones pour la Saint Valentin, que je ne lui ai pas offert au final. Peut-être que j'avais ressenti quelques bouffées de chaleur en confectionnant le présent. Il était intelligent, et je pense que c'est cela qui m'intriguais surtout, son intelligence. Mais en sa présence, je n'ai jamais ressenti ces bouffées de chaleur. Les gens disaient que j'en parlais souvent. Honnêtement je ne m'en souviens plus. Ou alors que quelques-fois, où je voulais savoir s'il était aussi intelligent en primaire et maternelle. Je crois que j'avais écrit une lettre pour toute la classe, mais je voulais que lui la lise. Je ne sais pas si j'avais chaud parce qu'elle était posé sur sa table, ou parce que j'étais totalement gênée par la situation. Je le trouvais pas si beau que ça. Ah, en vous écrivant, je me souviens que je le regardais en technologie. Ce qui me perturbe, c'est que je n'ai jamais rien ressenti physiologiquement. En allant en sport, un jour, son sac était ouvert, et j'ai voulu le fermer. De même lors de la 2eme élection des délégués de l'année où j'étais candidate, j'ai demandé à mon amie si elle pouvait connaître son opinion. Elle l'a donc été l'interrogé sur ses intentions de vote. J'étais un peu stressée par sa réponse, j'avais peur d'être confrontée à un refus je pense. Voilà c'est tout pour lui.

En 3ème, le jour de la rentrée, je me suis retrouvée en face d'un garçon à l'extérieur de l'établissement. Je le fixais. Je ne sais plus si je le regardais parce que je me demandais s'il était nouveau, ou parce que j'étais en train de tomber amoureuse. C'est trop flou. Peut-être les deux. En rentrant, voyant que je le regardais, il s'est avancé vers mon ami et moi, et nous a demandé nos prénoms. Il m'a demandé mon prénom en second, et j'ai été vexée au début car je pensais qu'il n'allais pas me le demander. En y repensant, je crois m'être dis à ce moment, "c'est parce que je suis une fille, domination masculine ! , etc". On a rapidement appris à faire connaissance avant d'être répartis dans des classes différentes. Je pensais qu'on aurait pu se reparler dans la cour le jour d'après étant donné qu'on avait déjà fait connaissance. Donc je le cherchais du regard. Idem, quand il s'agissait de lui parler, je pense que j'avais peur d'être rejetée, ou que je me mettais beaucoup de pression, je ressentais parfois ces coups de chaud. J'allais souvent au CDI, parce que je savais qu'il y était. Une fois, j'ai dit à ce même ami s'il était possible de rentrer dans l'établissement alors qu'on terminait à 13h parce que je pense aussi que je n'avais pas envie de rentrer chez moi. J'ai donc justifier mon acte en lui disant que j'allais voir ce garçon pour lui avouer mes sentiments. Sauf qu'au moment où mon ami m'a demandé si j'étais amoureuse de lui, malgré ma réponse positive, j'ai rapidement hésité dans ma tête. Malgré le oui sonore, j'ai le souvenir de m'être dit que non, je ne l'aimais pas vraiment en fait. On est tout de même re-rentrer dans l'établissement. Y avait un groupe de camarades. J'ai (toujours) été plus enthousiaste à l'idée de dire aux gens que j'étais amoureuse d'un garçon, qu'à l'aimer. Je leur ai dit parce que je me sentais grande d'aimer un garçon, enfin je pense. Je leur ai dit que je comptais lui avouer mes sentiments alors que j'en avais pas réellement envie. On m'a conseillé de lui écrire une lettre. Donc je l'ai rédigée avec énormément d'aide parce que je savais pas du tout quoi écrire. Pensez-vous qu'il soit possible de rédiger une lettre d'amour sans être amoureuse, ou en croyant être amoureuse de la personne ? Au CDI, parfois je passais à côté de son ordinateur pour voir ce qu'il regardait. Mais voilà, à cette époque j'étais amoureuse de ma prof, il me semble, et cette fois-ci je ressentais vraiment des choses dont des bouffées de chaleur. Je pensais très souvent à elle, je la cherchais, même à des endroits où elle n'était pas supposée être, au cas où je la verrai. Et il ne s'est jamais passé la même chose avec un garçon. D'autant plus que les deux garçons en question ne m'ont jamais manqué, du moins je ne m'en souviens pas, je ne pensais pas vraiment à eux, j'en parlais, rarement, une amie, à qui je téléphonais régulièrement n'arrêtais pas de m'en parler mais je m'en lassais rapidement, je préférais dévier la conversion sur ma prof. Bien que j'ai testé nos signes astrologiques pour voir si on était compatibles, je ne sais pas si j'étais réellement amoureuse. D'ailleurs, une fois on est venu me voir pour me dire qu'il était amoureux d'une autre fille, et premièrement je n'ai rien ressenti, dans ma tête, je me suis dis et alors, mais j'essayais de jouer la fille triste et énervée. De même, je voulais absolument dire à la prof que je l'aimais puis voir sa réaction. J'ai donc un peu surjoué mon enthousiaste sauf que quand elle a dit, "c'est normal, elle est amoureuse", mon cerveau a refusé cette information. Donc je ne sais pas. Pensez-vous que je sois amoureuse, ou que j'ai plutôt, inconsciamment, adopté des attitudes qui me semblaient s'accaparer à de l'amour parce que j'avais dit aux gens que je l'aimais?

Enfin, quand j'avais entre 8 et 10 ans, je crois avoir ressenti une bouffée de chaleur durant un spectacle de danse, pendant qu'un petit garçon, haut comme trois pommes, de 5-6 ans je dirais, lisait une feuille qui présentait notre spectacle. Il était blond aux yeux bleus (mon critère de l'époque), et j'étais étonnée par le fait qu'il sache lire. J'ai peut être ressenti cette sensation de chaleur plus par le fait qu'il sache lire, qu'il était beau (mignon disons). Était-ce de l'attirance ? J'ai souvent regardé les garcons de mon âge, et dès qu'ils étaient beaux ou intelligents (selon mes critères j'étais amoureuse). Pour les filles c'est complètement différent, je ne suis pas sûre d'voir était amoureuse de ma prof, mais sûrement. Puis ensuite, je ne les regardais pas de la même manière. Là où mon regard était plus amical pour les garçons, il révélait l'attirance pour les filles/femmes, j'étais totalement absorbée par ce que je voyais, certaines m'impressionaient.

Peut-être que je ne veux pas être bi. Parce que j'ai dit que j'étais lesbienne ou que je préfèrerai être lesbienne et que j'accepte pas mon attirance pour les garçons ? Ou peut-être que je suis lesbienne mais je n'arrive pas à me sentir légitime et 100% lesbienne ? Pensez-vous que mes comportements pour les garçons soient de l'attirance ou soit liés à l'hétérosexualité compulsive ? Pensez-vous que c'était de l'amour ? Je sais qu'habituellement vous ne le faites pas mais d'après vous, suis je plutôt bi ou lesbienne ? Est-il possible que je sois lesbienne malgré ça ? Je me sens également moins lesbienne qu'une de mes copines qui l'est. Peut-être parce qu'elle fait un peu cliché, et pour d'autres raisons ??

Alors qu'en pensez-vous ? Était-ce de l'amour selon vous ??

Merci pour votre/vos répons(es).

PS : Est-ce qu'une lesbienne a forcément un physique particulier ou peut-elle être basique.

avatar contributeur Tyalgis
Tyalgis
25/05/2022 à 23:46 - 26/05/2022 à 03:47

Les lesbiennes ont en général un grain de beauté sur l'épaule droite et l'index plus petit que l'annulaire. Malgré tout il y en a qui ont plutôt des taches de rousseur ou de la corne sur les coudes. Comme c'est moins courant cependant, ces dernières ont tendance à se couper la moitié droite de leurs cheveux à ras et à boire du whisky pour qu'on les reconnaisse.

Je t'embête, mais même si ta question est tout à fait compréhensible (manque de visibilité bonjour) sache qu'une femme lesbienne c'est avant tout une femme. Est-ce qu'il y a un physique particulier pour être hétéro ? Je ne crois pas ? Il y des femmes aux cheveux courts, d'autres aux cheveux long, des petites, des grandes, des rondes, des maigres, des brunes, des blondes, des jeunes puis des moins jeunes. Il y en a qui portent des robes même en hiver, d'autres des chemises même en été, des gothiques, des classiques, des colorées des ternes, des timides et des exaltées. Bref, il y a absolument de tout. Et parmi elles il y a des femmes hétéro, des femmes lesbiennes, des femmes bisexuelles, etc. Ton physique ne définit pas tes attirances.

Très honnêtement, je ne saurais pas quoi te répondre de plus que "Je ne sais pas". Peut-être que tu es lesbienne, peut-être pas. Tu n'es pas bien vieille donc c'est tout à fait normal mais ce que tu racontes ce sont des histoires d'enfance (sans vouloir t'offenser ou discréditer pour autant tes expériences). Quand on est enfant, pour certains c'est très clair, pour d'autres c'est très confus. Il ne me surprendrait pas que beaucoup de jeunes filles hétéro (ou pas) aient vécu ce genre d'histoire, à se dire amoureuses pour le paraître, pour se "sentir grande", par sentiment d'obligation ou autre et se rendre compte en grandissant qu'elles n'étaient peut-être pas si amoureuses que ça. Est-ce qu'elles doivent pour autant se baser sur leurs expériences d'enfants et se remettre totalement en question ? Peut-être pas.

Personnellement j'ai eu un amoureux dans mon enfance, rétrospectivement je n'ai absolument aucune idée de pourquoi c'était censé être mon amoureux. On a perdu contact à la minute où j'ai changé d'école et je pense qu'on ne s'est même jamais tenu la main ou eu une autre interaction qu'une discussion amicale avec d'autres gens. J'en ai rencontré d'autres des hommes depuis, certains pour lesquels j'ai eu, peut-être, une légère attirance. Ou pas, je ne sais pas. Pour autant je considère être pan.

Je ne te le souhaite pas nécessairement mais tu pourrais être lesbienne et ne pas rencontrer de femme dont tu tombes amoureuse avant des années et des années. J'aurais tendance à dire que pour savoir si tu es lesbienne ou bisexuelle il ne faut pas juste que tu te demandes sur qui tu as déjà eu un crush. Demande toi quelle serait ta relation idéale. Essaie de te visualiser avec une famille (si tu en veux une). Est-ce que tu visualises toujours une femme ? Est-ce que t'imaginer avec un homme te semble bizarre ? Qu'est-ce qui t'attire chez une femme ? Qu'est-ce qui t'attire chez un homme ? Bref. Avoir une certaine orientation romantique/sexuelle c'est donner une orientation à nos possibles, simplement des possibles, pas nécessairement des faits.

avatar contributeur -_-*
-_-*
26/05/2022 à 13:15

Quand tu dis "me visulaiser ma relation idéale", cela signifie, me faire le film dans ma tête de ma relation idéale ? Dans ce cas là, je n'y arrive pas, ça bloque, aucune image, ou alors, je me demande si elle reflète la realité de mes ressentis. Je sais pas vraiment comment m'y prendre, je doute constamment...

Le truc aussi, c'est que je ne ressens plus grand chose depuis un certain temps. Je ne peux donc pour le moment, que me baser sur des anecdotes. Et mettre un nom sur ce que je ressens, bien que facultatif, me semble être primordial et rassurant.

Peut-être que mon attirance romantique se distingue de mon attirance physique et sexuelle. Par ailleurs, je ne sais pas vraiment faire le distinguo entre attirance platonique et romantique. Le fait de ne pas ressentir de bouffées de chaleur envahissantes, un manque etc, veut-il dire que je ne suis pas si amoureuse que ça finalement. Si ce n'est pas trop intrusif, pourrais-tu m'expliquer ce que physiquement tu as ressenti lorsque tu es tombé.e amoureux.se ?

Si l'attirance physique est un synonyme exact d'attirance sexuelle ?

avatar ancien membre
Ancien membre
26/05/2022 à 13:43 - 26/05/2022 à 13:44

Citation de **-_-*** #400689

Je crois que tout un chacun se pose des questions ? Même si je m'étais inscrite une première fois en me disant bisexuelle, mais me concernant je me sentais enfermé comme si on me bornait, car en fait je n'ai pas d'étiquette, j'aime tout simplement, un parfum, une façon d'être, de regarder, je ne me pose pas de questions oh cette fille est irrésistible je suis lesbienne, cette homme à du charme je suis hétéro etc etc j'ai déjà eu des moments intenses en discutant avec des personnes transgenres ( n'hésitez pas à reprendre mes termes si ils sont mal employés svp merci) des moments qui m'ont semblés pure, simple et heureux avec des personnes asexuées, etc... Dois je encore me demander:" qui suis je?" Non car il me semble que je suis une femme, avec un coeur romantique qui aime, qui trouve son bonheur son équilibre seule ou avec une autre personne très humaine. Se poser des questions, c'est normale ( je réfléchis constamment 😅😅😅) mais je crois que vivre juste nos sentiments (positifs) sans les étiquettes ou les nommés c'est libérateur, quand je suis avec quelqu'un peu importe son étiquette c'est juste mon amour. Ma pensée, façon de voir et appréhender les choses me sont propres, mais j'espère que ça pourra t'aider à adoucir tes questions, tes doutes, et t'apporteront un peu de souffle dans tes sentiments, ton coeur. Vis et soi heureuse, bien à toi. Shali 😉

avatar contributeur -_-*
-_-*
26/05/2022 à 14:03

Ça a l'air tellement simple et tellement libérateur. J'aimerais parvenir à avoir cette même manière de penser.

avatar ancien membre
Ancien membre
26/05/2022 à 14:09

Citation de **-_-*** #400756

Avec du temps, des rencontres, des échanges ça viendra la vie est faites d'une multitude de combinaisons 😋, on ne les connait pas toutes mais pourtant on vit,on se pose des questions, et en grandissant on vit juste avec les combinaisons qu'on a, sans les nommés juste on vit. L'amour, les sentiments c'est pareil, quand tu présenteras les personnes que tu aimes ce sera de la manière le plus simple ( son prénom) et non pas avec une étiquette, tu ne crois pas ? 😋😋😋 Te prends pas la tête, ouvre les yeux pour ne pas rater les coups de cœur potentiels et vis.

PS: j'espère que c'est raisonnablement clair 😅😅😅 et que ça t'apportera du positif, vraiment.

avatar contributeur de Furyo
Furyo
26/05/2022 à 14:15 - 26/05/2022 à 14:16

Déjà il n'y a pas une seule façon d'aimer mais plusieurs, on n'aime jamais quelqu'un de la même façon. Ce que je vois c'est que tu essayes de rationaliser un sentiment qui existe justement parce qu'il est indéfinissable, on peut tout injecter dans le terme "amour"... Certaines aiment des personnes aimantes, à l'écoute, saines d'autres des gens qui les feront souffrir et qui seront violents, cupides ou encore immatures, pourtant...

Ce sentiment la persiste chez tout le monde (sauf les aromantiques bien sûr) mais à divers degrés, il est parfois très difficile d'expliquer pourquoi certains profils (féminins comme masculins) vont produire un certain effet sur nous, pouvant aller de la simple attirance à la passion amoureuse.

Tu as besoin de certitudes sur tes propres penchants, mais ça nous ne pouvons pas te les donner il faudrait être dans ta tête ou te côtoyer et même la, je ne suis pas sûre que nous y parvenions totalement 🙂

Tu surjoues certaines émotions pour contenter tout le monde lorsque tu affirmes aimer un garçon, ou encore être lesbienne (alors que l'appelation elle même ne te satisfait pas) du coup tu n'arrives plus à faire la distinction entre la manière dont ton entourage te perçois au niveau de ton orientation et ta propre perception à toi sur ta personne, qui en soit est la plus importante.

Il n'y a aucune honte à être perdue tu sais, c'est d'ailleurs une preuve d'intelligence dommage qu'à force d'analyser ton fonctionnement tu te tiennes a distance de toi même en quelque sorte, tu ne vis plus l'instant présent tu le dissèques...

avatar contributeur -_-*
-_-*
26/05/2022 à 14:17

Est-ce que tu saurais comment différencier l'amour platonique de l'amour romantique ? Ca me paraît assez compliqué. Sachant que l'amour romantique n'implique pas forcément d'attirance sexuelle d'après plusieurs témoignages de personnes non asexuelle.

Que ressent on quand on est attiré.e ?

Ressentir des coups de chaud signifie t-il l'attirance ?

Je pose beaucoup de questions, désolée...

avatar ancien membre
Ancien membre
26/05/2022 à 14:21

Citation de **-_-*** #400759

Ne soit pas désolée, tu es humaines et comme un bon nombre d'entre nous tu te cherches

PS je réponds pour l'instant pas a ta question car je sais pas a qui tu poses la question 😅 A Furyo ?

avatar contributeur Tyalgis
Tyalgis
26/05/2022 à 14:22 - 26/05/2022 à 14:38

Argggg ! Ca fait deux fois que je perds mon message en voulant l'envoyer x)

Bon, je te réponds là et j'éditerai mon message, mais c'est juste pour dire que pas de panique si t'arrive pas à répondre à ma question, c'est tout à fait compréhensible !

Edit : Ma question alors ça serait plus : est-ce qu'il te semble incongru d'un jour tomber amoureuse d'un homme ?

Si tu ne sais pas non plus, ça n'est pas grave ! Mon point suivant étant en effet le point soulevé par Shali : pourquoi veux-tu absolument "savoir" ? Qu'est-ce qui te fait peur à ce point ? Il n'y a pas besoin de graver quelque chose dans le marbre aujourd'hui pour ta vie entière juste parce que l'adolescence est finie et que tu es censée te connaître par coeur (spoiler c'est faux ça). Le doute, c'est quelque chose de naturel, c'est quelque chose d'humain et je dirai même qu'à mes yeux c'est quelque chose d'inévitable. Mais on peut vivre avec ! Personnellement je n'ai aucune certitude sur ce qu'est ma couleur préférée, sur ce que je veux faire dans ma vie dans 10 ans, même dans 5 ans, sur le fait qu'avec ma compagne ce soit à la vie à la mort, sur le fait que les études que j'aie faites étaient les plus appropriées pour moi, sur le fait que je veuille une famille, etc. Il y a énormément de choses sur lesquelles je n'ai aucune certitudes. Et c'est normal. Si tu t'arrêtes au doute, si le fait de ne pas être certaine de quelque chose te paralyses, alors tu ne peux pas avancer. Le doute il faut l'accepter, savoir qu'il est là, mais construire tout de même et avancer. Il ne faut pas se focaliser sur le doute. Comme dit Shali il faut se focaliser sur ce que tu vis.

Tu parles du fait que te définir amoureusement te semble primordial et rassurant mais pourquoi serait-ce tant rassurant ? Après tout ça n'est pas comme si tu n'avais aucun mot que tu savais poser sur toi même. Par exemple je pense que tu peux dire que tu n'es pas hétéro et qu'au cours de ta vie tu as ressenti des petits faibles, plus ou moins conséquents, pour des filles et des garçons. (Note qu'avoir un petit faible ne veut pas nécessairement dire que tu es amoureuse !). Tu te sens plus attirée par les filles que par les garçons mais tu ne sais pas encore si tu pourrais aussi ressentir de l'attirance pour les hommes. Pour le moment, tu ne l'exclus pas.

Ce sont des mots, et ils sont corrects. C'est très bien de reconnaître une incertitude. On peut même se définir avec une incertitude.

Autrement, pour ta question sur mes attirances... pas de bouffées de chaleur de mon côté, pas de papillons dans le ventre, de fourmis sur la tête ou de sauterelles sur les chevilles non plus. Je suis ace, je précise tout de même, mais donc non, je n'ai pas ressenti d'attirance sexuelle en tombant en amour, même pas d'attirance esthétique. Pour ta question entre ce qui sépare l'attirance amoureuse de l'attirance amicale, je ne sais pas s'il y a une réponse unique. J'ai beaucoup navigué sur l'océan du doute là dessus moi aussi. Je dirai que finalement je le ressens à la façon dont je pense à l'autre, à la fréquence où je pense à l'autre, au bien être que je ressens quand je suis à ses côtés. Sinon, disons que j'ai accepté de douter avant de comprendre, ça ne m'est pas tombé dessus de façon claire. J'ai longuement marché dans le flou et le doute jusqu'à voir la lumière et me dire "ah oui, c'est obvious, je suis en amour".

Je te souhaite en tout cas d'apaiser tes questionnements ! Bon courage à toi ;)

avatar contributeur -_-*
-_-*
26/05/2022 à 14:28

À vrai dire, je pose un peu la question pour tous et toutes ceux et celles qui me répondront et peuvent m'aider, me lire, essayer de me comprendre. Donc les deux puis tou.tes celleux qui liront le message.

avatar contributeur de Furyo
Furyo
26/05/2022 à 14:33 - 26/05/2022 à 14:38

Citation de **-_-*** #400759

Je pars du principe qu'il vaut mieux en poser que se taire et en rester frustré, tu es avide de questionnements ce qui est une très bonne chose.

Pour la première, je n'ai pas assez de connaissances en la matière pour t'éclairer donc je vais m'abstenir et laisser un autre membre s'y coller 😉

En ce qui concerne l'attirance je peux te parler de mon propre vécu. Quand je suis attirée par une fille, c'est lorsqu'elle attise ma curiosité et accroche mon regard, son odeur aussi est extrêmement importante ça peut me rebuter si elle ne me plaît pas. Dans un deuxième temps je ressens un certain bien être en sa présence, j'essaye de me montrer sous mon meilleur jour et je souris beaucoup.

À l'intérieur de mon corps : j'ai le coeur qui bat un peu plus vite et mon pouls qui s'accélère (ou alors c'est a cause du RedBull haha) je respire plus fort (il n'y a que moi qui m'en rende compte) et je cherche le contact, mon cerveau est tourné vers un seul objectif: me rapprocher, donc je déploie des trésors d'inventivité pour être prêt de ma "cible". Parfois je peux ressentir une envie sexuelle très légère qui augmente si la personne est réceptive.

Et peux tu me d'écrire exactement ce "coup de chaud" ? C'est une bouffée de chaleur style ménopause précoce ou tu brûles de l'intérieur à l'idée d'être à côté de quelqu'un qui t'émoustille en mode "il faut appeller les pompiers" parce que bon, y a quand même une sacrée différence 😊

Citation de Shalimar 974 #400761

Je pense que toute expérience est bonne à prendre haha 🙃

avatar contributeur -_-*
-_-*
26/05/2022 à 14:33

Tyalga, mais ce n'est pas un peu étrange de ne pas pouvoir y répondre. Tout le monde autour de moi semble savoir ce qu'il désire, et semble réussir à "se visualiser sa relation idéale" dans sa tête... je sais pas, je me trouve bizarre sur ce point là.

avatar contributeur Tyalgis
Tyalgis
26/05/2022 à 14:37 - 26/05/2022 à 14:41

Moi je trouve que c'est bien de ne pas avoir de relation idéale en tête, au moins tu te laisses surprendre et tu ne cherches pas absolument à y faire coller les relations que tu construits ! Et puis il faut se méfier des "Tout le monde semble". Quand tout le monde semble, le monde n'est en réalité pas toujours ce qu'on voit.

(PS : c'est bon j'ai édité mon message du dessus, youhou, j'ai réussi)

avatar contributeur de Furyo
Furyo
26/05/2022 à 14:48

Je ne pense pas que ce soit vraiment de modèle relationnel dont il est question, mais d'orientation et d'attirance parce qu'on peut voir quelqu'un qui nous plait de prêt ou de loin et ne pas vouloir se marier avec haha

Elle voudrait déjà pouvoir mettre des mots sur ce qu'elle éprouve physiquement et sentimentalement pour les deux sexes, après qu'on me corrige si je fais fausse route 😉

avatar ancien membre
Ancien membre
26/05/2022 à 14:49 - 26/05/2022 à 14:51

Citation de **-_-*** #400759

Je vais donner ma vision de l'amour différencier pour moi ( car pour le coup le sujet m'intéresse et je suis un peu perdu dans les poste, j'espère de pas compliquer le fil de conversation, sinon excusez moi tout le monde 😅😅😅)

Les sentiments pour moi se développe au fil des conversations.

Exemple pour l'attirance :

Si a un moment je garde un sourire, et que j'ai la sensation d'avoir une sorte de boule de pression dans la poitrine, et un peu chaud ça veut dire que je suis irrémédiablement attirer ( je me livre un peu beaucoup là ☺️😅) mon coeur bat, beaucoup d'adrenalines aussi 😅😅😅

Exemple pour l'amitié :

J'ai la sensation de nostalgie et d'être rassurée en même temps, un besoin d'échanger, de questionner et de livrer mes états du moment, et après les confidences envie de fun, une sortie, s'amuser, et prendre de leur nouvelle quand on se voit pas.

Exemple pour l'amour :

C'est des sensations, impression qui me restent et ressortent quand je pense a la personne, sa voix, le son de son rire, son parfum, etc et j'ai envie de moment cocooning avec la personne ( j'ai pas utiliser intime pour rester fixer sur sentiment) par exemple envie d'une soirée romantique au restaurant, lui tenir la main en se promenant sur la plage, dans un parc, la câliner, une soirée film avec des moments charmants qui te donnent les tics de l'amour 😜( ex: caresser mes lèvres avec mon pousse en souriant quand je la regarde, lui faire des petits cercles dans le dos pendant qu'elle regarde le film dans mes bras sa tête dans mon coup etc ☺️) passer des moments de plénitude, beaucoup d'endorphines sont libéres en présence de cette personne, mon coeur se réchauffe, j'ai la sensation d'être entière.

Voilà mes visions un peu dégrossies pour différencier, plus ou moins, mes sentiments.

PS: c'est vraiment simplifier au maximum, ça m'est propres, on est tous(tes) différentes ça ne se résume pas qu'à ça hein? 😅.C'est vraiment du domaine intérieurs et des sensations, on se découvre, s'apprivoise, avec du temps, des discussions, des rencontres etc voilà

avatar contributeur Tyalgis
Tyalgis
26/05/2022 à 14:51 - 26/05/2022 à 14:53

Oui oui Furyo, je ne voulais pas aller plus loin que ça, je posais la question pour savoir si elle pouvait s'imaginer avec un homme, justement. C'était juste une façon d'essayer de démêler. D'ailleurs quand je parlais de relation je pensais plus aux interactions humaines qu'aux considérations logistiques et adminitratives ;)

Mais c'est tout à fait possible que la question n'aidait en rien !

(Joli développement Shali)

avatar contributeur de Furyo
Furyo
26/05/2022 à 14:52 - 26/05/2022 à 14:53

Citation de Shalimar 974 #400771

Tu as très bien développé le sujet bravo! 😁 Je n'en suis restée qu'à l'attirance immédiate perso, tant mieux si il y a des exemples plus concrets ^^

Citation de Tyalga #400772

Merci pour ces précisions, je suis sûre que ça permettra à -_-* de trouver des pistes supplémentaires 😊

avatar ancien membre
Ancien membre
26/05/2022 à 14:53

Citation de Furyo #400769

Oye Furyo aide moi, met moi a la page stp. J'ai un bug je me suis emmêlée et empêtrée dans le post j'espère ne pas avoir encore plus compliqué le sujet.

avatar contributeur -_-*
-_-*
26/05/2022 à 14:54

Citation de Furyo #400764

Pour le coup de chaud, c'est une bouffée de chaleur qui me traversait le corps chaque fois que je la voyais passer rapidement dans la cour. Je maintenais mon regard sur elle, jusqu'à qu'elle ne soit plus visible. J'essayais souvent de regarder par la fenêtre si je la voyais, quand je savais qu'elle devait passer à une certaine heure (parce que oui je connaissais son emploi du temps, c'était plus ma prof à cette époque), mon regard prenait une pause une fois qu'il était assuré et rassuré de l'avoir aperçu. Mais en ce qui concerne la bouffée de chaleur, elle me traverse le corps, j'ai très chaud. Ca remonte un peu maintenant (je ne ressens plus rien d'ailleurs et pour personne, peut-être parce que plus personne ne m'attire pour le moment, ni à la télé, ni dans la rue, ni au lycée. Qu'en penses-tu ?)

Penses-tu que ce je décris ressemble à de l'attirance ? J'entends souvent dire qu'en ce qui concerne la bisexualité, elle peut se ressentir à différentes intensités selon le sexe/le genre de la personne. Mais personnellement, avec les garçons, même si j'ai déjà pensé être amoureuse de certains, au final, je suis toujours perdue. Était-ce vraiment de l'amour puisque je n'ai jamais rien ressentis de comparable à mes sentiments probables envers les filles ? Puis avant, il me suffisait de regarder un garcon intelligent, dont la personnalité m'intriguait, car différente des autres garçons qualifiés de "populaires", pour m'étiquetter "amoureuse", sans pour autant ressentir quoi que ce soit (ces bouffées de chaleur répétitives par exemple) un peu de stress à l'idée de lui adresser la parole alors qu'on ne se parlait jamais, mais ça s'asrrêtait là donc je ne sais pas... qu'en dis-tu ? Qu'en dîtes-vous ?

Citation de Tyalga #400703

Honnêtement, j'aimerais bien essayer avec une fille, sur le plan romantique, mais je ne sais pas si cela me permet de dire que je ressens également un désir romantique pour les filles ? Je le pense, puisque ma prof, mais en doute beaucoup aussi.

Rien ne m'attire vraiment chez les hommes. L'intelligence m'intrigue en général, finalement, je ne sais pas si c'est eux qui ne me laissait pas indifférente ou leur intelligence ?

avatar ancien membre
Ancien membre
26/05/2022 à 15:00

Citation de Furyo #400773

😅😅😅 J'espère que ça ira en adéquation avec ses besoins sinon oublié mes écrits et désolée 😓😓😓

avatar contributeur de Furyo
Furyo
26/05/2022 à 15:05 - 26/05/2022 à 15:17

Citation de **-_-*** #400775

Connais tu la sapiophilie ? Ça serait assez logique vu ton attrait pour l'intelligence de ses hommes ^^ après je me dis que ma phrase précédente est assez bancale car aucune personne normalement constituée n'apprécierait de sortir avec un abruti! Sauf si il fait bien la cuisine et encore, bon aller j'arrête de dire des conneries stop haha 🤣

C'est marrant parce que ce que tu décris.. j'ai vraiment l'impression de me lire moi quand j'étais petite. A l'époque de l'école primaire j'ai fait une grosse fixette sur une fille à la cour de récré sans jamais réussie a comprendre pourquoi elle et pas une autre. Je la suivais très souvent dans la cours quand elle jouait avec sa copine jusqu'a ce qu'elle le remarque. Elle était plus âgée et à finit par venir me parler une fois de temps en temps et un jour je lui ai dit "je t'aime".

A l'époque mon but était seulement de rester prêt d'elle, je ressentais du bonheur rien qu'à cette idée.. mais comme ma mère m'a rapidement expliquée que je pouvais aimer les filles comme les garçons je n'ai pas ressentie ce besoin existentiel de comprendre comme c'est ton cas 😉

Autre chose... L'amour est un sentiment réciproque, et aimer quelqu'un de manière vrai c'est construire avec lui.

La ce que tu me dis c'est que tu observes souvent ceux qui t'intrigue mais est ce que tu développes de véritables liens avec eux?

avatar contributeur Tyalgis
Tyalgis
26/05/2022 à 15:12

Si vivre une relation amoureuse avec une fille te tente j'ai envie de dire que si, ça semble indiquer que tu as une attirance envers les filles ? Pas toutes les filles du monde hein, évidemment, mais avoir envie de relationner avec une personne de genre X, c'est un peu une des définitions d'une attirance envers le genre X. Ca veut juste dire qu'il t'es possible d'envisager une attirance envers des gens de genre X.

Ou peut-être que tu n'en as rien à faire du genre d'une personne ? Si tu es charmée par l'intelligence des gens et par leur manière d'agir et d'être, plus que par n'importe quoi d'autre de physique, c'est peut-être normal que tu n'arrives pas à comprendre ce qui t'attire chez les femmes et ce qui t'attire chez les hommes.

Là comme ça sinon, de ce que tu racontes, tu as l'air en effet peu attirée par les hommes. Même si encore une fois ce que tu relates ce sont des expériences et que si les garçons que tu as rencontré ne t'ont pas faite tomber amoureuse, ça veut peut-être aussi juste dire qu'ils n'étaient pas faits pour toi. Ou alors en effet que le sentiment se meurt quand on ne construit rien à deux dessus.

avatar contributeur -_-*
-_-*
26/05/2022 à 15:21

Pour ma prof, disons que c'est un peu compliqué :'). Je ne me suis jamais imaginée en couple (et toujours pas à l'heure actuelle...) mais finalement, ce que j'ai ressenti pour elle semble être de l'amour, non ?

Pour la sapiophilie, oui je connais, le truc c'est que, bien que ce sont eux que je regardais, ces garçons intelligents, finalement, je n'ai rien ressenti pour eux, mis à part que je l'ai regardais, bien plus pour leur intelligence qu'autre chose. (Peut-être des minis crush ? Même si je n'avais aucune réaction corporelles ?) Ces bouffées de chaleur, le sentiment de manque, était inexistant avec eux. Et l'idée d'être en couple avec l'un d'eux m'était inimaginable. Une fois, on m'a demandé si j'étais vraiment amoureuse d'un garçon. Avant de répondre oui, j'ai hésité, et ma réponse mentale n'était pas en adequation avec celle oratoire. Un jour, on m'a dit que ce même garçon s'était enamouré pour une autre fille, cependant, cela m'a laissé de marbre.

avatar contributeur de Furyo
Furyo
26/05/2022 à 15:31 - 26/05/2022 à 15:32

Quand je parle de construire ce n'est pas forcément dans une optique d'etre en couple comme on l'entendrait à l'origine haha bien sûr ce modèle est dominant mais pas adapté à tous malheureusement ceux qui ont une vision considérée comme "déviante" parce que sortant du cadre n'ont pas énormément d'alternatives, mais ça n'empêche pas de créer ta propre vision de la relation idéale 😉

Et pour ta prof c'est de l'obsession amoureuse, tu as fait une petite fixette sur elle certes mais au final elle ne partageait pas ton trouble d'ou le manque de réciprocité dont je te parlais au dessus, l'amour est bien meilleur quand il est éprouvé des deux côtés.

Pour info l'absence de jalousie ne signifie pas qu'il n'y a aucune attirance, il ne s'agit en rien d'une preuve par contre il est clair que les garçons ne font pas tant d'effet que ça comme Tyagla l'a déjà évoqué plus haut ^^

avatar contributeur -_-*
-_-*
26/05/2022 à 15:36 - 26/05/2022 à 15:50

Furyo, quant et comment as-tu mis un mot certain sur ton attirance ?

Pensez-vous qu'il soit possible de changer d'orientation sexuelle ? Que je devienne hétéro ? En dehors des thérapies de conversion, j'ai lu que certaines personnes étaient passées par là, naturellement.

Y croyez -vous vous ? Est-ce fréquent ? Est-ce possible ?

En ce qui concerne la volonté de s'enfermer dans une case, c'est surtout parce que tout le monde donne l'air d'être sûr de ce qu'il veut. C'est sûrement pour ça que je cherche autant un mettre un mot sur ce que je ressens...

Être intriguée par une personne signifie t-il avoir un béguin, même minime, pour elle, être attirée ?

avatar contributeur Tyalgis
Tyalgis
26/05/2022 à 16:25 - 26/05/2022 à 16:29

La sexualité c'est fluide ! Donc oui tu peux "changer". De là à ce que tu deviennes hétéro y'a peut-être un monde quand même mais why not.

Encore une fois, quand "Tout le monde a l'air", "Tout le monde" n'est pas forcément. Il aime bien paraître, celui là. Mais disons que déjà les personnes hétéro sont majoritaires et quand on est hétéro, que tout concorde entre ses ressentis persos et ce que la société renvoie, c'est facile de rouler jeunesse sans se poser plus de questions que ça. Certaines personnes autour de toi, même non hétéro, peuvent être sûres d'elles, et c'est très bien, mais ça ne veut pas dire que toi tu as un problème ou que même ces personnes là ne se réveilleront pas un jour à 25, 45 ou 75 ans en se disant "Ah mais... finalement je suis peut-être pas si hétéro/homo que ça !"

Il est un peu compliqué de répondre à ta dernière question car il y a plusieurs façon d'être intrigué par quelqu'un mais je ne pense pas nécessairement. Si quelqu'un t'intrigue c'est quelque part un signal qui te dit "ah, j'aimerais bien en connaître plus sur cette personne, la côtoyer un peu plus". Ca peut très bien déboucher sur une amitié (ou rien du tout d'ailleurs). Ca peut aussi déboucher sur des sentiments amoureux, mais à mon sens quand tu en es encore au stade d'être intriguée tu ne connais pas encore assez la personne pour ça.

J'appuie la remarque sur le manque de jalousie, sinon. De mon côté, quand j'ai appris que la personne que j'aimais sortais avec quelqu'un j'étais soulagée. Bon, ça m'a fait un peu bizarre les 5 premières minutes où je l'ai appris mais sinon je trouvais ça soulageant de pouvoir avoir mes sentiments dans mon coin sans avoir à en faire quelque chose. Y'a pas de règles, c'est peut-être angoissant parfois, mais en même temps ça fait qu'on n'a pas besoin de chercher à les suivre !

avatar contributeur -_-*
-_-*
26/05/2022 à 16:52

Fluide ? C'est à dire plus précisément ? Qu'un.e homo, peut devenir bi, le rester ou redevenir homo ?

Mais dans ce cas, cela vaut aussi pour les personnes asexuelles, qui peuvent donc, du jour au lendemain ou plus progressivement, se sentir attirées par le sexe, un corps... Ça ne te paraît pas un peu paradoxale à toi ? Donc qu'est-ce qua ça veut dire exactement ? Qu'on connaît tous, au cours de sa vie, plusieurs changements en terme de sexualité ? Mais cela ne veut-il pas plutôt dire que la personne est bi depuis toujours ?

avatar contributeur Tyalgis
Tyalgis
26/05/2022 à 17:11 - 26/05/2022 à 17:33

Ce que je veux dire c'est que ça n'est pas quelque chose de gravé dans le marbre. Et ça dépend des personnes. D'où le fait qu'il y ait des personnes qui puissent "changer" d'orientation comme tu le mentionnes plus haut.

Il n'y a pas que trois cases "hétéro", "bi" et "homo" desquelles on saute en faisant le grand écart pour aller dans une autre.

On n'est pas obligé de changer au cours de sa vie dans ses attirances ou non attirances. Pour certains à 3 ans c'est clair et ça restera clair tout du long. Mais pour d'autres ça fluctue. Certaines personnes pourraient avoir des phases où elles sont attirées par les hommes puis plus tard par des femmes, certaines personnes pourraient ne pas du tout se sentir attirées par des hommes au début de leur vie puis en rencontrer un qui les fera chavirer, certaines personnes perdent toute ou partie de leur attirance sexuelle dans certaines phases de leur vie, d'autres au contraire se découvrent une certaine attirance sexuelle qu'elles n'avaient pas avant, oui, il y a d'un peu de tout.

Ce qui est mauvais ce sont les personnes qui pensent pouvoir convertir les autres. Qui pensent pouvoir être l'homme qui fera devenir une femme hétéro, la personne qui donnera le goût au sexe à une personne asexuelle, etc. Mais il n'y a rien de mauvais dans le fait de soi même se découvrir autrement. Le fait de changer de couleur préférée au cours de sa vie ne remet pas en question que fut un temps ta couleur préférée c'était la couleur verte, ou beige, ou que pendant un moment tu n'en avais pas. Tu as le droit de te définir d'une façon qui à un instant t te semble à peu près coller à toi sans que ça ne soit ad vitam aeternam. Il n'y a rien d'honteux ou de grave à changer. Ça ne fait pas de toi quelqu'un dans l'erreur.

Et oui, on peut dire que quelqu'un qui a aimé toute sa vie des femmes et finit par tomber amoureux d'un homme était en fait bi sans le savoir. On peut aussi dire que c'est l'exception qui confirme la règle. On peut dire ce qu'on veut, l'important c'est de se sentir bien avec soi même.

avatar contributeur de Furyo
Furyo
26/05/2022 à 18:07

Citation de **-_-*** #400791

Pour l'asexualité ce n'est pas comparable, dans le sens où la personne ne ressent aucune attirance sexuelle, zéro, nada et aucun être humain (même le plus délicieux) ne pourra la faire changer à ce niveau là d'ailleurs de nombreux ace souffrent de ne pas être pris au sérieux car ils sont sans cesse remis en question, parce que le sexe est the phénomène de société et qu'on doit tous être des bêtes en quête de coït on pourrait résumer la vie humaine à vivre, travailler, boire, manger, baiser comment ça je deviens cynique? hahaha

Le pire c'est que je suis une personne très sexuelle, et pourtant je n'hésite pas à défendre bec et ongles les intérêts de mes amis asexuels, jamais je ne les remettrais en question sur ce point, après j'ai bien compris que c'était plus le raisonnement qui te semblait illogique que la réflexion en elle même, bref fin de la parenthèse haha après

Et comme l'a très justement soulignée Tyaglis le spectre de la sexualité est étonnement large et vouloir te calquer sur le modèle des autres te fera plus de mal que de bien sûr le long terme puisqu'il ne te correspond pas c'est comme vouloir faire rentrer un cercle dans un rectangle 😉

As tu déjà réellement côtoyé quelqu'un sentimentalement parlant? Sans être avec lui où elle ^^

Communauté Bi

betolerant est fier de sa communauté bisexuelle. Notre communauté est un véritable site de rencontres bi tolérant et bienveillant.

Parlons Coming-out

Le coming-out pour une femme ou un homme bisexuel est une étape difficile. Échangez votre expérience sur le forum coming-out.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr