Article : Ces jeunes qui font marche arrière

avatar contributeur Filoufi
Filoufi
03/05/2022 à 20:52 - 04/05/2022 à 13:15

Bonjour

Voici un article publié aujourd’hui dans le journal leparisien. Bonne lecture

Ces jeunes qui font marche arrière

En France, le nombre d’adolescents qui veulent changer de genre explose. Parmi eux, certains le regrettent plus tard.

Certains y voient une conséquence de la libération de la parole dans le sillage de #MeToo, d'autres une inquiétante dérive, voire une mode portée par les réseaux sociaux. Aujourd'hui, les ados qui se qualifient de transgenres et veulent changer de sexe n'ont jamais été aussi nombreux. Il y a ces garçons de 13 ou 14 ans qui veulent devenir des femmes et, de plus en plus souvent, ces adolescentes qui se sentent enfermées dans leur nouveau corps qui se féminise, s'arrondit et veulent être appelées par un prénom masculin, se sentent comme des hommes. Toutes et tous veulent suivre un traitement pour «< dysphorie>, le terme médical utilisé pour décrire la souffrance liée au sentiment de n'être pas né dans « le bon genre ».

Dans un rapport rendu au ministère de la Santé en janvier, la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) estimait que le nombre de personnes admises à l'ALD (affection longue durée) pour transidentité chaque année a été multiplié par 10 entre 2010 et 2020. Ils étaient environ 9 000 en 2020. Près de 70 % ont entre 18 et 35 ans. Parmi les 30 % restants, certains sont mineurs. « En France, on sait par ailleurs que le nombre de mineurs qui ont souhaité changer de sexe a été multiplié par vingt sur la même période » relève Arnaud Alessandrin, sociologue spécialiste de la transidentité à l'université de Bordeaux.

Des diagnostics psychologiques pas assez poussés

Face à cette augmentation exponentielle, des voix s'élèvent, tant en France qu'à l'étranger pour mettre en garde contre toute décision hâtive avec traitement hormonal, bloqueur de puberté et opération à la clé comme l'ablation totale des seins - au moins avant 18 ans. Dans un avis rendu public fin février, l'Académie de médecine appelle à la prudence et évoque pour la première fois ces transgenres qui finissent par le regretter, soulignant : « Le risque de surestimation diagnostique est réel, comme en atteste le nombre croissant de jeunes adultes transgenres souhaitant détransitionner. Il convient donc de prolonger autant que faire se peut la phase de prise en charge psychologique.

Du côté de la communauté scientifique, la Petite Sirène, un « observatoire des discours idéologiques sur l'enfant et l'adolescent >>> réunissant des médecins comme Caroline Eliacheff (lire interview) multiplie les tribunes sur le sujet. Ces derniers mettent en garde contre les diagnostics trop rapides et les effets irréversibles des transitions commencées avant la puberté avec des risques sur le développement des adolescents. « On observe une aggravation de l'état psychique des adolescentes. Certaines sont confrontées à une métamorphose pubertaire précoce qui peut les bouleverser. Or, parmi celles qui détransitionnent, on se rend compte qu'une autre pathologie, antérieure à la transition, était en cause, comme l'anorexie, la boulimie, l'autisme, constate Nicole Athea, gynécologue et membre de la Petite Sirène. Que peut-on décider quand on a 15 ans, qu'on est dans une situation de souffrance psychologique et bien souvent sous l'emprise d'une idéologie trans ? ».

Des parents mobilisés

Des parents commencent à tirer la sonnette d'alarme. Un collectif baptisé Ypomoni ("patience » en grec) demande à protéger les enfants face à un phénomène de contagion sociale. «< Il>>. Il est nécessaire d'explorer ces

questionnements et de ne pas se précipiter en leur disant : « Ce que tu ressens doit être réalisé

Vous dénoncez l'attitude de certains médecins...

On trouve sur des sites des listes de médecins avec des commentaires comme : << Donne>, ceux qui arrêtent le traitement au bout d'un ou deux mois. Les détransitionneurs sont ceux qui ont fini leur parcours, ont pris cinq ans de testostérone, ont fait une opération d'ablation des seins.

Que deviennent-ils?

Un jeune qui quitte la « famille trans >> est aujourd'hui harcelé. Les détransitionneurs ont tendance à se cacher mais certains, à l'étranger, se réunissent en association. Tout ceci nous amène à souhaiter qu'aucun traitement médical ou chirurgical irréversible ne puisse être prescrit avant la majorité.

avatar contributeur de Alithia
Alithia
04/05/2022 à 10:24

PS : cette réponse ne sera pas fait dans le calme et la sérénité, vous voilà prévenue.

Bordel de m****

Je vais péter un câble, encore un cis qui viens faire la moral sur la detransition sans comprendre le sujet de base.

Oui je suis énervé, parce que oui, c'est pas la premières fois que ça arrive, et que oui, tout ça a déjà était debunké plusieurs fois.

Cette article n'est ni scientifique, ni fait par des professionnel concerné, ni avec la participation des concerné.

Il est ultra orienté, sans montrer tout les aspects et les réalité du systèmes.

Les personnes qui detranstionnent doivent être soutenue, et accepter, et peuvent l'être.

Mais il y aussi les personnes qui detranstionnent médiatiquement, et qui vomissent sur les autres personnes trans, étrangement, c'est souvent ces personnes qui sont montré, et seulement dans le sens "moi j'ai rien fait mais les méchantes personnes trans me font du mal"

Bien sur, des études à la clé, sauf que ces études ne sont pas fait avec des professionnel du sujet, parce qu'un professionnel du sujet de dirais jamais :

" Que peut-on décider quand on a 15 ans, qu'on est dans une situation de souffrance psychologique et bien souvent sous l'emprise d'une idéologie trans ?"

1) c'est prendre les enfants pour des con.

2)ideologie trans, c'est bien un terme non scientifique, et utilisé pour decribilisé, ce qui montre que ces" études" sont bien partial.

!!!!!! Les causes principals, non mentionné ici, de detranstions, sont la pressions social, le harcellement subis, les agressions, les violences, la discriminations medical, face à l'emploi, au logement.!!!!!!!

De plus, avant la puberté, seul des bloquer de puberté peuvent être prescrit, qui ne servent qu'à retardé la puberté qui peux être repris plus tard, si y a le désirs.

Autre points important, de plus en plus de jeunes trans ne prennent pas d'hormone, ne font pas de chirurgie, et son non binaire.

Points suivant : ces études ne sont même pas comparatives avec le passé, voire comment les choses était, comment elles sont aujourd'hui.

Les problématique actuel sont aussi des problématiques passé.

Je vais m'arrêter la, j'ai déjà pas le temps de debunker un articles et un poste fait par des cis, sans même consulter des personnes trans, ni l'envie de refaire encore le même discourt déjà présent dans plusieurs autre postes.

avatar contributeur de Fierdre
Modération Fierdre
04/05/2022 à 11:51

Faites pas attention, je veux juste voir les réactions, si il y en a

(Même si Alithia a déjà tout dit, en soi)

(( En passant, coucou!))

avatar contributeur Filoufi
Filoufi
04/05/2022 à 13:16 - 04/05/2022 à 13:17

J'ai mis la fin de l'article.

Et je rappelle que l'article parle de certains cas.

avatar contributeur de Lulustrike
Lulustrike
04/05/2022 à 13:30

En fait la problématique sous jacente est que durant l'enfance une dysphorie de genre peut être du à une homosexualité cachée qui s'annonce ou à une transidentité cachée qui s'annonce.

En effet, les signes sont similaires dans les 2 cas et beaucoup de thérapeutes qui commencent à étudier la dysphorie de genre chez l'enfant sont perdus sur le sujet pour poser le bon diagnostic.

Il y aurait environ 2% des enfants faisant une dysphorie de genre.

Parmi ces 2% cette dysphorie de genre se résoudra par elle même lorsque l'adolescent.e comprend qu'elle est gay ou lesbienne.

Cependant pour 0.5% des enfants la dysphorie de genre aboutit à une transidentité ...

La difficulté pour un praticien est donc de distinguer les 2 cas de figure étant donné que la dysphorie de genre n'a jamais été étudiée véritablement et à toujours été considéré comme une phase transitoire pour certains enfants (comme l'homosexualité quand tu le dis à tes parents on te répondra tu es trop jeune pour le savoir ).

Maintenant que la dysphorie de genre est étudié sérieusement chez l'enfant, les praticiens manquent encore des bons outils pour bien distinguer les 2 cas de figure. Ceci est un problème médical chez les sachants qui devraient rester cloisonné au milieu académique et scientifique. Malheureusement des politiciens se sont emparés de ce débat pour faire de la politique et de la polémique.

avatar contributeur de Alithia
Alithia
04/05/2022 à 13:33

Donc "certain cas" nécessite de parler "d'explosion", de "mode", de "pandémie", "contagionx social".

Sans compter les fausses informations.

Les mineurs n'ont pas le droit à la chirurgie ou au transition hormonal. Mais seulement au bloquer d'hormone.

Comme déjà dit, l'article est en plus non pas objectif, il prend partie d'ignorer aussi beaucoup de réalité.

De faire des généralité bancal sur la dysphorie (leurs definitions est... Bof), ou sur la transidentiter.

Et où est la réponse des personnes concerné, qui visiblement n'ont même pas était concerné.

C'est une tribune transphobe, qui se permet de taire volontairement les violences faite au personnes trans, pour légiférer contre eux.

Rien de plus.

avatar contributeur de Lulustrike
Lulustrike
04/05/2022 à 13:57

Pour approfondir le sujet, voici un lien vers un article scientifique original et non mal interprété par un journaliste

https://www.researchgate.net/publication/313890859_Childhood_Gender-Typed_Behavior_and_Adolescent_Sexual_Orientation_A_Longitudinal_Population-Based_Study

Désolé l'article est en anglais.

avatar contributeur de Alithia
Alithia
04/05/2022 à 15:16

Je suis désoler mais pareil, le liens est un articles qui compile des données, et les interprète (le mot est la, "interprète").

Sachant qu'à chaque autre étude mentionné, il y a bien mention sur le faite que ce sont des interprétations.

Par exemple, je vais poster la conclusion traduite :

"De 2.50 à 3,50 ans, le comportement genré des enfants prédit de manière significative l'orientation sexuelle future. Les enfants qui présentent plus de non-conformité de genre en ce qui concerne les jouets, les camarades de jeu et les activités sont plus susceptibles de déclarer plus tard plus d'attirance et de comportement sexuels pour le même sexe et / ou moins pour l'autre sexe. Les résultats actuels convergent avec d'autres lignes de recherche rétrospective et prospective pour suggérer que le comportement non conforme au genre de l'enfance est un prédicteur précoce cohérent des futures orientations non hétérosexuelles. Cette relation observée peut être en partie motivée par d'autres facteurs, tels que l'exposition précoce aux androgènes ou des gènes communs, qui affectent le comportement au début du développement. "

Ce qui pose de réelle problème et question.

La 1er : qu'est ce qui est définie par non conformité de genre ? J' ai pas trouvé la réponse.

Pour la non conformité de genre pour les jouets par exemple : donc en gros, un gamin avec un penis qui joue à la barbie sera potentiellement gay??

OK je caricature, mais de pas beaucoup.

Les études actuelles et sérieuses, montre réellement que le genre, l'orientation sexuel sont terriblement complexe, situer entre le biologique et le social.

Sans compter qu'ici, on a encore une études très binaire, occultant totalment les non binarité, la bisexualité, les aro, ect....

Même si le derniers liens prend bine plus de pincette, pose des chiffres ect... C'est loin d'être suffisant.

En effet, si c'était aussi simple, la question serai résolue depuis longtemps, ce qui n'est pas le cas.

Plus encore, quand aujourd'hui on sais que l'orientation sexuel et le genre peut être fluide.

Comment donc, dire qu'à deux ans, on peux prédire la sexualité et le genre d'un enfant.

A rappeler aussi, que des études de genre et de sexualité sont très compliquer pour deux raisons :

1)Les interrogé ne donne pas forcément la réel réponse (pour diverse raisons). Donc les chiffres sont à prendre avec de grosse pincettes.

2) il n'y a pas de test irréfutable genre prise de sang pour savoir si quelqu'un est gay, hetero, lesbienne, trans, ect....

Donc, décider de qui l'es, et qui l'es pas, sur des études relativement empirique, et interprétant des résultat déjà eux même interprété, est problématique.

Ce qu'il y a pas mal dans ce genre d'article.

L'exemple principal c'est quand même :

"Les personnes homo sont souvent non conforme dans leurs genre, donc si on veux prédire, il faut regarder dans l'enfance, ceux qui présentent des comportement non conforme."

Je résume, mais le font est la.

Qui peux être lier à plein de truc, non lié à l'orientation sexuel ou au genre, mais a plein de chose.

Ce genre d'articles, ont leurs réponse, vont poser la questions, et faire concorder leurs observations pour coller à leurs réponses, qu'ils se sont faite avant de chercher.

Y a ça dans beaucoup de sciences, donc l'archéologie par exemple.

Ma conclusion :

Les chercheurs n'ont aucun consensus sur ces diverses problématiques.

Les études se multiplies, et les réponses ne rendent le sujet qu'encore plus complexe.

Alors en tant qu'en que neofite de ces sujets. On peux s'y intéressé, on peux se documenté.

Mais tirer des conclusions, et des vérité qui impactes d'autre personnes est, dangereux, ou pire, c'est imposé sa vision des choses sur comment dois être l'humanité.

La réponse est parfois qu'il n'y a pas qu'une réponse, et que chaque personnes est différente.

On le vois bien dans la transidentiter, ou l'orientation sexuel, les cas et les raisons sont multiples et personnelles.

avatar contributeur Dashiell89
Dashiell89
04/05/2022 à 17:05

C'est vraiment triste pour ces jeunes qui "détransitionnent", ils sont complètement perdus.. Il faut vraiment renforcer les contrôles pour éviter les dérives et décisions dans la précipitation

avatar contributeur de Lulustrike
Lulustrike
04/05/2022 à 17:10 - 04/05/2022 à 17:11

Citation de Alithia #398662

C'est ce que je disais dans mon précédent message.

Nous sommes au début des études sur ce type de questions et le débat n'est pas tranché scientifiquement.

Ce débat devrait rester cantonner à des débats entre scientifiques .

Malheureusement ce genre d'études est réutilisée contre l'avis des auteurs eux mêmes à des fins politiques.

En plus les auteurs ont l'honnêteté intellectuelle de te prévenir que c'est une interprétation.

Ce n'est pas parce que des études empiriques scientifiques sont ensuite mal interprétées et réutilisée politiquement qu'il faudrait les interdire ou s'interdire de les lire et d'en débattre parce que ça serait politiquement incorrect.

.. .

En résumé, de la conclusion de l'article, il n'est pas prouvé empiriquement dans l'état actuel de nos connaissances qu'une dysphorie de genre aboutit obligatoirement et toujours à une transidentité.

Tant qu'il n'y a pas de consensus scientifique sir ce fait on peut comprendre que le psy agnostique et autre praticiens (qui ne sont pas dans un camp ou un autre) peuvent être perdu sur la dysphorie de genre de l'enfance

Les études actuelles et sérieuses, montre réellement que le genre, l'orientation sexuel sont terriblement complexe, situer entre le biologique et le social.

Maintenant il y a un consensus sur l'orientation sexuelle elle est purement biologique.

Cf les multiples expériences sur le modèle animal qui permettent d'écarter l'hypothèse du social.

De même sur le comportement genré, des expériences sur le modèle animal indiquerait que le choix des jouets est aussi genré et biologique et il semblerait que l'on peut écarter l'hypothèse du social sur le choix des jouets par l'enfant à partir des preuves empiriques tirés des tests sur les animaux. Il y aurait un déterminisme biologique sur le comportement de genre (mais en disant cela j'ai conscience que je suis politiquement incorrect )

avatar contributeur de Fierdre
Modération Fierdre
04/05/2022 à 17:29

Citation de Lulustrike #398666

C'est intéressant ce que tu dis!

Aurais tu des liens a nous partager ?

avatar contributeur de Casimodotte
Casimodotte
04/05/2022 à 17:54 - 04/05/2022 à 18:02

Citation de Filoufi #398620

Voilà les effets Médiatiques sur le sujet de la TransIdentité, tout ce que ça peut contreversé si on ne parle pas des personnes qui ne regrettent en rien leurs transitions..... Je ne suis pas Trans, pour autant, je m'interesse à l'Existence des personnes TransGenres ,raison pour laquelle, je me tape des tas de vidéos et que je m'abonne aux chaînes pour mieux comprendre ce qui est vécue par les concerné(es) lors des transitions

Citation de Lulustrike #398666

Je vous lis attentivement et vous m'en apprenez beaucoup et je pense que ce que vous dîtes s'applique également à divers sujets traités par des "spécialistes" ou des "scientifiques"....

J'apprécie votre mode d'échange qui est bien mené et accesssible à des personnes qui comme mouah cherche à comprendre

Citation de Alithia #398662

Mouah qui avait une tendance à m'emporter facilement, j'ai fini par adopter une autre attitude, celle de rester super calme dans les choses très importantes à transmettre..... Pas facile à faire, je sais..... Mais, on y gagne énormément plus, car, on ECOUTE davantage une personne qui va être pausée dans ses réflexions, parcceque, s'énerver fait perdre du crédit à nos propos et aux idées que l'on veut défendre

Je dis ça et je me fais la lecon également et parceque je vous observe souvent comme une cocotte minute prête à exploser et du coup, j'hésite souvent à vous partager un message 🤣

Sinon, je comprend bien votre message passionné et plein d'émotions fortes et je comprends votre épuisement à être dans la répétition de vos propos, tout comme je comprends les personnes qui s'interessent au sujet et qui n'y connaissent rien et qui croivent bien faire en Postant, enfin c'est mon avis

avatar contributeur de Alithia
Alithia
04/05/2022 à 18:25

Réponse à tout le monde :

Voilà pourquoi il faut laisser les personnes décider et faire leurs choix.

Pour deux raisons :

1) chaque personne dispose de la liberté de son corps, et de ces choix.

Lui enlever ça, c'est lui enlever son statue d'être humains. Cela est vrai des la naissance.

Un enfant acquière la notion de son genre dès 8ans, il dois attendre 10 ans de plus pour effectuer une transition si besoin.

Donc, oui la décision ne se fait pas sur un coup de tête.

Se tromper fait aussi partie de la vie, rien ne dit que si la personne n'avais pas transitionné elle serai plus heureuse.

2) les chiffres sont plus que parlant, le suivie et les bloqueur de puberté diminue drastiquement le nombres des tnetatives de suicides, le mal être es enfants. De même que la transition chez l'adulte.

Bien que contestable, moins de 0,5 des personnes trans detrantitionnes pour des raisons d'erreurs. En tout, c'est 8 % de detransition.

Ca laisse donc 7,5 de detransition liées à des facteurs autres qu'une erreurs de parcours. Qui regroupe généralement, violence, pression de l'entourage, de la famille, impossibilité de poursuivre.

Mais si je me souviens bien des chiffres, le taux des tentative de suicide diminue par 1/3.

33% de tentative de suicide en moins.

Je ne parle même pas de combien de vie sauvé.

Donc, la ou il faut percister, c'est bien sûr, les pratique actuel qui font leurs preuves, et sur la protections des personnes trans, victimes de violences.

Les personnes trans doivent être suivie, et la transition dois être encadré, mais personne n'a le droit de dire si quelqu'un peux ou ne peux pas.

Ça fait partie de nos liberté individuel, dans le constitution même.

Pour le reste, oui le reste d'erreur existe, mais dois t'on empêcher 99,5 % des personnes trans d'accéder de façon efficace et le plus possible gratuite, pour que 0,5% ne detransitionne pas ?

Réponse, non car les solutions proposées, en plus de ne pas faire decendre ce chiffre, augmente la précarité des personnes trans, et les tentatives de suicides.

Moralité, si vous voulez aider, laisser faire les professionnel de santé compétent, et les concerné.

Réponse à lulusrike:

On va reprendre parce que :

Non y a pas consensus, si ce n'est que ce n'est ni purement biologique, ni purement social.

https://www.google.com/amp/s/www.leparisien.fr/amp/societe/l-homosexualite-n-est-pas-liee-a-un-gene-selon-une-vaste-etude-scientifique-29-08-2019-8141958.php

La preuve serai que si c'était biologique uniquement. Une prise de sang te dirais si tu es homo ou trans, et il n'y aurai pas de fluidité.

Ensuite :

Étude sur les animaux n'est pas une études sur les humains.

De plus, rendre des animaux homo, ne veux pas dire que tout les homos le sont par la biologie.

Il faudrait pour cela, vérifie qu'il n'y a pas d'autre façon d'être homo, de façon non biologique.

À mais ça aussi, on l'observe.

Ça serai comme dire, nous avons prouver que le poisson respire dans l'eau, alors l'être humain aussi.

On ne juge pas un poisson sur ça faculté à grimpé à un arbres.

Bref, encore une fois, si c'était juste une question de bio, la question ne se poserait pas, à la naissance, il serai même possible de savoir si le fœtus serai gay ou non.

Ensuite, dire "le comportement genré, des expériences sur le modèle animal indiquerait que le choix des jouets est aussi genré et biologique et il semblerait que l'on peut écarter l'hypothèse du social sur le choix des jouets par l'enfant à partir des preuves empiriques tirés des tests sur les animaux"

Absolument pas, encore une fois, y a interprétations des résultats

Pourquoi les animaux jouent avec des jouets genré.

Pour plusieurs raisons, et non pas une seul.

Par exemple, mais y en as d'autre.

Les testes se sont fait sur des animaux sociaux.

Donc, prédominance de comportement de mimétismes, le mâle se bas, la femelle s'occupe des enfants. Les jeunes font donc de même.

Chose que dans l'enfance, l'ont constate tout les jours.

Les jouets eux même sont fait dans ce bute, de renforcer les stéréotypes. Donc, amplifie un phénomène biologique, donc on un rôle.

Même si la biologies a une part non négligeable, le social peux emplifier ou diminuer ces différences.

C'est pourquoi des jouets non genré sont nécessaire pour diminuer les inégalité socials, et sexistes, amplifier par les jouets genré.

Un petit garçon qui joue à la poupée sera possiblement un hetero, simplement plus a l'aise pour s'occuper d'un enfant.... Spoiler alerte, oui des garçon hetero joue à la barbie.

Sauf que comme tout les éléments sont étroitement lié, et qu'on ne peux supprimer le social d'un individu, il est impossible de quantifier, de façon sûr et pour tout les individu, à quel degré où la bio ou le social fait effet.

Comme déjà dit, c'est loin d'être simple, y a pas qu'une seul explication, et tomber dans ces travers n'amène qu'à des discourt dangereux.

On ne peux pas a l'heure actuelle savoir de façon sur et indéniable, qui est trans, qui est bi, qui est homo.

Pour ce qui est de ta remarque :

"Ce n'est pas parce que des études empiriques scientifiques sont ensuite mal interprétées et réutilisée politiquement qu'il faudrait les interdire ou s'interdire de les lire et d'en débattre parce que ça serait politiquement incorrect."

J'ai bien écris dans mon poste précédent :

" Alors en tant qu'en que neofite de ces sujets. On peux s'y intéressé, on peux se documenté.

Mais tirer des conclusions, et des vérité qui impactes d'autre personnes est, dangereux, ou pire, c'est imposé sa vision des choses sur comment dois être l'humanité."

Le problème est bien là, utilisé les études dans un bute de contrôle est nocif, c'est pourtant ce qui est fait avec le créateur de ce poste.

Débattre, étudier, discuter pas de soucis, imposé, c'est non !

avatar contributeur de Casimodotte
Casimodotte
04/05/2022 à 20:01 - 04/05/2022 à 20:11

Citation de Alithia #398675

Merci pour ce long message explicatif, qui est précis et qui me parle davantage du fait que je regarde des Personnes Trans qui parlent de leurs transitions.... J'avance pas mal maintenant sur ce que vous vivez et par quoi vous devez passer et les étapes de transitions... En terme de vos droits ALD pour la transition , ca c'est de l'acquis pour d'autres choses, je suis loin de tout savoir.....,

Vos propos : """"" Alors en tant qu'en que neofite de ces sujets. On peux s'y intéressé, on peux se documenté.

Mais tirer des conclusions, et des vérité qui impactes d'autre personnes est, dangereux, ou pire, c'est imposé sa vision des choses sur comment dois être l'humanité.""""""

Ma Réponse : Je suis d'accord avec Vous en partie et seulement en partie, , je vais donc vous poser poser une question : Vous pensez que chaque personne qui ne connaît rien au sujet, voudrait absolument conclure sur une position ou sur une autre à votre encontre ????

Parceque Mouah, j'ai de gros doutes à ce sujet, je pense qu'une personne qui poste sans rien savoir du sujet, c'est que déjà, elle 'interresse à ce que vous vivez....

De plus, quand on part de zéro ou presque, l'inconvénient, c'est que justement en cherchant des infos, baaah on prends plusieurs pistes, mais, on peut quand même poster des conneries sans savoir que cela en est....

C'est embêtant , parceque si ça se trouve, vous bondiriez sur ce que je regarde comme vidéos..... Quoi que j'essaie d'être vigilante en vous lisant en douce pour voir si ce que je regarde est en lien avec vos propos..... J'avoue que je suis très hésitante de Poster ou Répondre à vos Posts, parceque, je n'ai pas envie d'en prendre plein la poire pour pas un rond , si vous voyez ce que je veux dire et pour d'autres, je suis persuadée que c'est pareille 🤣

Et je ne crois pas qu'une personne qui ne connaît rien au sujet veuille IMPOSER quoi que ce soit, je pense qu'elle attends justement vos avis sur ce qu'elle a trouvé sur le sujet..... Me vlàààà encore a défendre des inconnu(es) , nannnn mais, je pense ce que je vous écrisah ah ah ah

Y a tellement de Posts que je n'ai pas vue un qui parlerais davantage des avancées sur les lois pour les personnes Trasngenres voulant faire une transition..... Où même sur ce qui aurait éventuellement régréssé en terme de lois ????

Que c'est dur de causailler alors ( Sourire de niaise pour vous détendre)

Bonne soirée à vous

avatar contributeur de Alithia
Alithia
04/05/2022 à 20:20

Merci pour les réponses.

Je me permet juste une précisions, ce petit passage, c'est plus en règles général, ça vaux pour tout, avortement, prostitution, LGBT+, cuisine, médecine, science ect...

Et ne cible personnes sur ce poste en particulier.

À part ceux qui pense avoir le droit d'imposer au autre comment vivre.

Donc, le message c' est, documenté vous, discuter, apprenais, y a pas de soucis.

Je suis là sur les sujets que je maîtrise si besoin.

Ce qui me dérange, c'est quand par exemple des personnes non concerné, non documenter, font pressions, ou vont chercher à empêcher des choses.

Par exemple, il est très difficile d'obtenir un traitement hormonal auprès d'un médecin traitant, traitement qui es similaire dans sa prescription et son suivie, à la pilule.

Parce que les médecins ont peur maintenant.

Des personnes cis, ont porté plainte, ont fait passé plusieurs médecins en conseils ect.... Parce qu'ils n'était pas d'accord avec ça.

L'un des exemples, des parents d'une personnes trans majeurs, ont porté plainte contre un médecin pour avoir continuer un traitement que la personne trans prenais.

La personne trans, n'a pas eu son mot à dire, n'a jamais rien reprocher au médecin, et au contraire, estimait que le médecin avait fait son boulot. De plus cette personne était majeur, et donc, à ce niveau pas de soucis.

Pourtant, la plainte a était reçus, le médecins a eu des réprimande, et a échapper à des sanction plus lourde, car un mouvement de soutien c'est fait.

C'est ce genre de chose que je dénonce, quand les agissements, vont à l'encontre de la personne.

Mon propos ne cible que ces personnes là.

L'éducation, le savoir, c'est très important, il faut, toujours apprendre !

Sans compter, que jamais, je ne laisse les gens sans réponse, je crois avoir toujours essayer de répondre à tout le monde.

Je pense que le savoir est une armes contre l'oppression, mais comme toute armes, elle dois être manié avec précaution !

avatar contributeur de Occamj
Occamj
04/05/2022 à 20:37

Bonsoir,

Comme d'habitude, le biais journalistique s'étale dans toute sa splendeur.

Soit un phénomène A quelconque: dans 97% des cas, il découle de A une resultante X. Rarement (3%), une résultante Y.

Le journaliste: traitons X et Y de façon équitable. Ainsi, implicitement, Y devient équiprobable avec X. Remettons en cause A, car Y arrive. Y ne doit pas arriver, car c'est mal ! Coûte que coûte, et donc A doit cesser d'exister. Et X aussi, évidemment.

Ça s'appelle un "angle" journalistique.

Voilà pour les faits.

Parfois, c'est bénéfique (A=medicament, Y= effet secondaire grave).

Parfois c'est désastreux (A=transidentité, Y=détransition)

C'est la déontologie et la recherche des faits, complexe, nuancee, qui doit guider la démarche (peut-on minimiser Y afin de préserver X ? Est-ce souhaitable? Quel est le consensus social? Scientifique?)

On ne trouve rien de tel dans cet article de caniveau. Et ça n'a rien de surprenant...

avatar contributeur de Lulustrike
Lulustrike
04/05/2022 à 23:06

Citation de Alithia #398675

Non y a pas consensus, si ce n'est que ce n'est ni purement biologique, ni purement social.

https://www.google.com/amp/s/www.leparisien.fr/amp/societe/l-homosexualite-n-est-pas-liee-a-un-gene-selon-une-vaste-etude-scientifique-29-08-2019-8141958.php

On ne parle pas du tout du même sujet. Quand je parle de théorie biologique, je ne parle pas de théorie génétique à l'origine de l'homosexualité.

Ce qui fait consensus à l'heure actuelle chez les endocrinologues et neurologues, c'est que l'orientation sexuelle se construit durant la période foetale aussi bien chez les animaux que chez les être humains.

L'apparition de l'homosexualité n'a rien de déterministe et va dépendre de multiples facteurs imprévisibles durant la période foetale.

Pendant la période périnatale, en effet, le foetus humain va être exposé aux hormones sexuelles qui auront un effet organisateur; en modifiant la structure du cerveau et ses connexions et entre autres sur les zones du cerveau responsable de la motivation sexuelle et de l'orientation sexuelle chez l'homme et l'animal.

Pour être très simpliste (mais la théorie biologique est plus complexe que ça), selon toutes ces études, après l'apparition du sexe biologique, les homosexuels auraient été exposés durant leur vie embryonnaire à des concentrations atypiques d'hormones, trop d'androgènes pour la femme et pas assez pour l'homme.

La preuve serai que si c'était biologique uniquement. Une prise de sang te dirais si tu es homo ou trans, et il n'y aurai pas de fluidité.

C'est plus complexe que ça, pour définitivement prouver la théorie de l'origine biologique de l'homosexualité, les chercheurs devraient faire régulièrement des prises de sang aux foetus humains et des prélèvement du liquide amniotique mais pour des problèmes éthiques ce n'est pas possible (car entre autres cette opération peut provoquer à chaque fois un avortement dangereux pour la femme enceinte).

Étude sur les animaux n'est pas une études sur les humains.

Et pourquoi donc ? On ne peut pas retoquer le modèle animal pour ce motif sans argument ?

L'être humain est à ma connaissance un animal et a des ancêtres communs avec les animaux.

De plus, cette théorie de l'origine biologique explique à la fois l'homosexualité chez les animaux et chez les hommes.

De plus, elle offre la possibilité d'expliquer les différentes orientations sexuelles qui existent aussi bien chez l'homme et les animaux aussi bien dans la nature et en laboratoire.

A la fois elle explique pourquoi il y a des humains hétéro, homo, bi mais aussi asexuels.

Chez les animaux, nous retrouvons par hasard la même chose dans la nature : des animaux hétéro, homo, bi ou asexuels.

L'homosexualité semble vouloir apparaître naturellement et spontanément quel que soit les méthodes coercitives des être humains pour en empêcher son apparition avec l'éducation et le contrôle social des individus.

Il faudrait par exemple que je retrouve le cas médical sur des femmes enceintes ayant eu un traitement hormonal dans les années 1980 pour lesquelles on a constaté il y avait une corrélation statistique de 40% de filles lesbiennes parmi les enfants nés.

De plus, rendre des animaux homo, ne veux pas dire que tout les homos le sont par la biologie.

Il faudrait pour cela, vérifie qu'il n'y a pas d'autre façon d'être homo, de façon non biologique.

À mais ça aussi, on l'observe.

Donc l'homosexualité est un choix ?

Si l'homosexualité était provoqué par des facteurs sociales ou psychologiques, alors les thérapies de conversion devraient fonctionner.

A l'heure actuelle, aucune théorie psychologique, psychanalytique ou sociale n'est arrivé à apporter des preuves empiriques la soutenant. Au contraire, les chercheurs n'ont fait que collecter sur plusieurs décennies des preuves contredisant ces théories et peut être pour ça que les psy ne cherchent plus à guérir leurs patients de leur homosexualité ;-)

Je peux en énumérer plusieurs mais il y a plein de preuves empiriques démontrant qu'il n'y a aucune origine sociale ou psychologique à l'homosexualité :

  • Le cas de Bruce/Brenda (David Reimer) garçon qui fut élevé comme une véritable fille (à la suite d'une opération chirurgicale ayant mutilé son sexe) et qui a voulu retrouver son identité de garçon à 15 ans.

  • Le cas des garçons XY identifiés comme filles à la naissance (car leur appareil génital ne s'est pas développé correctement) élevés comme filles et qui à l'adolescence sont à 90% attirés par les filles car ce sont en définitif des hommes hétérosexuels.

  • Le cas des individus XXY ou XYY qui ont des comportements différents de leur genre que l'on souhaité assigné avec l'éducation pour qu'il soit garçon ou fille.

  • Le cas des filles atteintes d’hyperplasie congénitale des surrénales, qui adoptent à une grande majorité des comportements de garçons malgré une éducation pour les élever en tant que fille.

  • Etc.

De plus, cette théorie biologique sur le genre et l'homosexualité donne une explication naturelle à l'origine de la transidentité. Pour moi, la personne est née trans et être transgenre est tout aussi naturel qu'être cisgenre.

Donc il ne sert à rien qu'on empêche un individu trans de faire sa transition comme il le souhaite.

Les testes se sont fait sur des animaux sociaux.

OK !

Donc, prédominance de comportement de mimétismes, le mâle se bas, la femelle s'occupe des enfants. Les jeunes font donc de même.

Les jouets eux même sont fait dans ce bute, de renforcer les stéréotypes. Donc, amplifie un phénomène biologique, donc on un rôle.

Sauf que les animaux ne savent pas si ce jouet est un jouet masculin (comme une voiture/une balle) ou un jouet féminin (poupée, peluche etc.).

Par quelle magie, ces animaux sociaux sauraient que nous genrons les jouets ?

Comment ils peuvent savoir que pour nous, le rose est la couleur des filles, la poupée le jouet des filles, et les voitures le jouet des garçons et le bleu c'est la couleur des garçons ?

C'est la raison même de l'expérience, personne ne peut influencer socialement ces animaux.

C'est pourquoi des jouets non genré sont nécessaire pour diminuer les inégalité socials, et sexistes, amplifier par les jouets genré.

Sauf que les études dans les pays nordiques où ce type d'éducation non genrée est mise en place ont montré des amplifications de comportements genrés et ne faisait pas disparaître les comportements genrés.

Quelque part, ça indique si tu te sens fille ou garçon dans ta tête, aucune éducation ne peut changer ce sentiment d'être une fille ou un garçon.

N'est ce pas une bonne nouvelle ?

avatar contributeur de Fierdre
Modération Fierdre
04/05/2022 à 23:14

Citation de Lulustrike #398699

Tes preuves empiriques, leurs exemples plutôt, portent sur des intersexes (sauf Bruce/David qui a été traité comme tel sans l'être. J'ai écris un topic a ce sujet il y a plusieurs mois).

Intersexes étant déjà hors normes de base.

As tu connaissance de gens non inter (a part Bruce) qui pourraient servir d'exemple ?

(Je crois que tu as loupé mon précédent message, je te demandais si tu avais des liens a nous partager ?)

avatar contributeur de Dayzelle
Dayzelle
04/05/2022 à 23:31

Non mais rien ne sert de feed une personne de plus qui tente de faire passer ses propres idées rétrogrades en faisant croire à un simple partage d'article 🙄

Là, pour une fois, la modération aurait eu raison de supprimer le topic dés le début afin de ne pas cautionner un tel comportement. Ce genre de tro... personnes est l'apanage de tout forum traitant de transidentité. Le but est de relancer la pseudo-graine du tort que peuvent avoir les trans et essayer de mettre en avant la responsabilité des "lobbies" LGBT, notamment la théorie du genre, dans le malheur de ces jeunes...

avatar contributeur Filoufi
Filoufi
05/05/2022 à 00:06 - 05/05/2022 à 00:12

Citation de Dayzelle #398701

Bonsoir Dayzelle. C'est moi la personne qui tente de passer ses idées rétrogrades ?

avatar contributeur de Fierdre
Modération Fierdre
05/05/2022 à 00:12

En tant que membre de la modération, je ne regrette absolument pas de ne pas avoir effacé ce topic, quoi que pensent certaines personnes qui ont l'air de penser que leur avis personnel vaut parole d'évangile.

Je ne regrette pas car l'échange me semble intéressant, voir même éducatif, a en croire les paroles de Rêveuse qui semble apprendre énormément de choses, et ça fait chaud au cœur 💖 (un cœur aussi a tou.te.s les autres qui apprennent des choses 💖)

avatar contributeur de Alithia
Alithia
05/05/2022 à 01:16

Il y aurais fort à débattre encore, mais pour le coup, je vais m'abstenir de répondre, sinon c'est hors sujet direct, que j'ai la flemme, ça serai trop long, qu'au final, les études se succèdent, mais peinent encore à donner des réponses précises.

Mais aussi parce qu'au final, les études diverse ne se contredise pas, ni ne s'oppose, mais on juste tendance à explorer d'autre piste, qui souvent, s'additionne.

Donc, on pourrais avoir tout les deux raisons (lulustrike) sans pour autant que l'autre ai tord.

Il ne faut pas oublié que les certitude d'aujourd'hui, sont les bêtises de demain, et qui sais ce qu'on découvrira prochainement.

Juste je me permet une remarque.

La couleur n'a pas de genre, tout simplement parce qu'il est récent que le rose sois les filles et le bleu les garçon, avant c'était l'inverse, le bleu et d'ailleurs la couleur affilié à la vierge marie, et le rose la couleur qui représenter la virilité.

Et je parle pour l'Europe, à l'étranger, d'autre couleur représente d'autre genre.

Pour ce qui est des jouets, c'est justement le principe, faire en sorte qu'on voie qu'ils sont pour un type de comportement, ou un autre, sur la matière, la forme, la texture.

Une poupée et douce, de forme enfantine, pour suscité l'empathie, et donc qu'on s'occupe de lui.

Injonction social donné, des la naissance au genre féminin.

Pour moi, ces études son biaisé car il n'existe aucun cas actuel, ou un enfant pourrais grandir sans aucune injonction de genre (des la naissances, et même avant, on envois des signaux de comportement désiré à l'enfant).

Le problème est la, que ça sois pendant les expériences, ou en dehors, on juge les comportement "genré" par rapport à des normes définie par une société.

Normes différente, suivant l'époque, la société, ou la classe social.

Les études actuels, ne prennent pas en compte le passé, et ne juge que sur les fait actuels.

Toit comme la morphologie. Aujourd'hui la majorité dise que c'est "naturel" (arrêter avec cette argument, il ne veux rien dire) que les femmes sois plus faibles.

Sauf que non, c'est à coup eugenisme, qu'on en est là, la biologie a toujours était dans le sens de la différence morphologique, lier à une différences génétique (qui n'est pas faux). Sauf que cette différence viens du faite d'une sélection des femmes suivant des critères sociaux.

Dans l'antiquité, les femmes et les hommes avait la même corpulance, et la même ossature.

Raison pour laquelle, aujourd'hui, tout les squelette sont étudier de nouveau, et qu'on s'aperçoit, qu'on s'est pas mal trompé sur le genre ou le sexe de beaucoup de defum.

Bref, tout ça pour dire, que des facture sociaux preuve't influé sur la biologie, et vice versa.

Une étude qui reste cantonné au seul fait actuel, ne prenant pas en compte le facteur de la temporalité, aura une dimension de moins pour percevoir la réalité de tout ça.

avatar contributeur de Sovara
Sovara
05/05/2022 à 03:52 - 05/05/2022 à 04:12

Citation de Alithia #398704

"Dans l'antiquité, les femmes et les hommes avait la même corpulance, et la même ossature."

Je ne sais pas de qui cette affirmation vient, mais c'est pas l'impression que donne leur statuaire ni l'étude des squelettes retrouvés.

Le fait de dire que les femmes sont bâties différemment des hommes ne signifie pas qu'elles sont "faibles", à part chez les phallocrates. Ça veut simplement dire que leur masse musculaire et leur ossature diffèrent de celle des hommes et qu'elles n'iront pas fournir une performance physique similaire... on est bâties différemment en somme, c'est pas une tare.

Quand à cette idée comme quoi ce serait le résultat d'une sélection délibérée, je demande à voir (la force physique d'une femme est considérée comme un atout dans de nombreuses cultures et à de nombreuses époques, pour enchaîner les grossesses tout en s'échinant sur les travaux ménagers, vaut mieux pas être bâtie comme une crevette).

avatar contributeur de Casimodotte
Casimodotte
05/05/2022 à 05:57 - 05/05/2022 à 06:20

Citation de Fierdre #398703

Faut dire que Mouah , il me faut beaucoup de temps pour intégrer des sujets qui ne me sont pas familier.... Et quand, je comprends pas j'insiste fortement à en savoir davantage, mais, en partant dans des informations qui sont accessibles à mon BB Niveau 😇

J'adooooooooooooooooooore les coeurs, n'en économisez jamais 🤣 🤣 ...... Plus il y a de coeurs et plus je participe 🤣 🤣

Une file indienne de coeucoeurs pour vous et pour tout le monde 😍 😍 😍 😍 😍 😍

Citation de Alithia #398704

Même si je parviens pas encore à vous faire Sourire, j'apprécie particulièrement votre performance à nous donner des explications supplémentaires pour nous faire raisonner sur les supports des études " scientifiques" qui sont faites et pour comprendre qu'il faut ne pas tous les avaler comme étant des " vérités"

Je sais que ca demande de votre temps et beaucoup d'énergie pour vous faire comprendre, comme, pour faire notre apprentissage, mais, ne vous inquietez pas, je suis certaine, que vous apportez beaucoup au delà des personnes qui participent aux Posts

J'aime cet enchaînement d'échanges et pour ce qui instruit nos connaissances...... Vous le faîtes bien quand vous ne vous mettez pas en boule 🤣 🤣 🤣 🤣 🤣

Merci et bonne journée à vous 😍

.....

PS : ca me manquait de ne pas pouvoir mettre de smyleys 🤣

Citation de Lulustrike #398699

Vous avez fait avancer les réflexions dans votre participation a ce Post..... Du coup, avec les réponses qui ont fait suite, j'ai apprise encore des choses.... Mais, je ne peux pas encore participer directement à vos analyses sur le sujet , vue que je ne suis pas assez caler en la matière.....

Merci à vous 😍

avatar contributeur de Lulustrike
Lulustrike
05/05/2022 à 08:33 - 05/05/2022 à 08:36

@Fierdre je te demande juste du temps pour compiler ce type de bibliographie.

@Alithia on est un peu sur la même longueur d'onde et on arriverait à se mettre d'accord sur plusieurs points . Cependant je crois que nos échanges dépasseraient ce post et demanderaient beaucoup de temps ...

De plus je crois que tu as tout résumer en une seule phrase le fond du sujet :

chaque personne dispose de la liberté de son corps, et de ces choix.

avatar contributeur de BeSweet
BeSweet
05/05/2022 à 10:08

Merci à la modération pour ne pas avoir censuré cet article. Et merci à Filoufi pour avoir créé ce topic qui a, au moins, le mérite de faire parler d'un sujet important.

Je ne parlerai pas des recherches scientifiques parce que nos chercheurs continuent à chercher, à défaut d'avoir trouvé.

Même si la loi autorisait la prise d'hormones exogènes ou les interventions chirurgicales chez l'enfant non majeur, j'essaierais en tant que parent de repousser au maximum cette échéance.

Ce qui n'empêche pas d'accompagner au mieux l'enfant dans sa perspective de transition. Parfois le simple fait de savoir qu'une transition est possible et donc de pouvoir se projeter en ce sens est salutaire. Cela peut aussi apaiser le mal-être ou permettre le temps de la réflexion et donc de mûrir des décisions aux conséquences parfois irréversibles.

Un enfant en construction identitaire est en mouvance et en recherche constantes de lui-même. C'est aussi vrai à l'âge adulte parce qu'on évolue tout au long de sa vie.

Nous savons que même chez l'adulte, il est difficile de se connaître en profondeur et certaines décisions même mûrement réfléchies restent difficiles à prendre dans ces changements parfois irréversibles donc.

Alors oui, la "détransition" existe aussi, c'est factuel. C'est une période tout aussi délicate et parfois inévitable malgré les diverses précautions prises pour l'éviter. Là aussi, il faut pouvoir accompagner au mieux la personne dans ce changement de vie, ce qui n'est pas facile non plus parce que la souffrance, psychologique et physique, est souvent présente.

avatar contributeur de MissKim
MissKim
05/05/2022 à 10:23 - 05/05/2022 à 10:37

Citation de Alithia #398704

Merci Alithia d'avoir eu la patience, le courage d'avoir répondu à ce sujet qui n'a pas lieu d'être... La "détransition" est un prétexte qui est utilisé par certain.e.s intolérant.e.s haineuxes dans le seul but de décrédibiliser les personnes trans avec en toile de fond "une idéologie menée par le lobby LGBT pour détruire la société" etc etc... tout cela est lié au fait que des xénophobes patentés ont accès aux medias largement et peuvent déverser leur haine librement.. et du coup cela encourage les personnes rétrogrades à attaquer des minorités .. Le prétexte "protéger les enfants" est débile, comme le disait Alithia et comme le savent toutes les personnes concernées IL N'Y A PAS DE CHIRURGIE IRREVERSIBLE FAITE AUX ENFANTS TRANS NI DE TRAITEMENT HORMONAL AVANT LA PUBERTÉ...éventuellement un bloqueur de puberté mais je ne suis même pas certaine que cela existe en France...Il n'existe que le suivi psychologique.

NB et moi je ne félicite pas la modération d'avoir accepté un sujet pareil, un copier coller d'un truc dégueu, non scientifique, qu'une personne vraisemblablement non concernée et ignorante sur le sujet (qui n'a aucun argument et qui se contente de son copier/coller) a eu l'idée de mettre dans le seul but d'attaquer une catégorie de personnes ou de créer une polémique... mais ça n'est pas la première fois que ça arrive... donc je ne suis pas étonnée

avatar contributeur Filoufi
Filoufi
05/05/2022 à 10:23

Citation de BeSweet #398715

:)

avatar contributeur de Lulustrike
Lulustrike
05/05/2022 à 10:42 - 05/05/2022 à 10:53

La transition est très encadrée en France. Donc ce type d'articles n'a pas lieu d'être en faisant peur aux parents que leur enfant peuvent transitionner du jour au lendemain après un simple rendez vous chez le médecin (mais bon c'est l'objectif de l'article de faire peur à but politique anti lgbt).

Même quand l'enfant devient majeur les médecins demandent l'accord écrit des 2 parents pour une réassignqtion sexuelle d'après ce m'a appris un parent dans cette situation.

avatar contributeur de Alithia
Alithia
05/05/2022 à 10:47

Alors dans un ordre approximatif :

Pour commencer, je conseil le visionnage de la vidéo youtube, sexiste et archéologie, qui donnera déjà matière à réfléchir.

Ensuite, les statues, c'est un peu nos magasine people, se sont des stéréotype, des canon de beauté qui ne représente absolument pas la majorité.

Déjà, faut voir qu'entre un grec, et un gaulois, ils n'avait ni la même corpulence, ni la même taille, de base, du fait de leurs mode de vie différents.

Ou pour prendre exemple, les personnes blondes à la peau blanche des pays nordiques, sont différent des personnes noirs qui vivaient en Afrique du à leurs millieu de vie très différent.

Donc, se fier à la représentation idéalisé, pour représenté nos corps, reviens à ce que dans 2000 ans, les études représenterai notre société comme dans les magasines.

Digression fini.

RêveuseParis, le faite d'exposé mes idées et mes pensé et qu'elle sois comprise, pas besoin d'être d'accord, et suffisant pour moi.

C'est une façon de vérifier mon savoir que de le confronter.

Pour savoir si l'on sais, il faut l'enseigner.

Et j'aime beaucoup ça, c'est aussi la raison pour la quel je passe autant de temps à le faire !!

Donc je souris, même si j'écris sérieusement :)

Lulustrike, exactement, et de toute manière, il faut chercher de façon différente, pour comprendre des choses aussi complexe, c'est bénéfique de confronté des idées et des interprétations différente.

C'est aussi ça qui nous permet de prendre le recule sur nous même.

Pour le reste, je pense que tout est dit, donc, merci pour vos participations. :)

Rencontre Trans

STOP à la fétichisation des personnes transgenres. betolerant est le seul site de rencontre transgenre à ne pas considérer la transidentité comme un vulgaire fantasme fétichisé.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr