Sujet : Amour et dépendance.

avatar contributeur de Dime
Dime
21/01/2022 à 17:50

Allez, encore un petit sujet de réflexion.

Pensez-vous qu'il puisse y avoir amour sans dépendance ?

( vous avez quatre heures. )

La dépendance n'est-elle pas constitutive du lien amoureux ? Elle est charnelle en début de relation (en général), puis revêt des formes diverses et variées ensuite. Mais n'est-ce-pas utopique de penser que l'on puisse aimer l'autre pour lui-même bien avant de l'aimer pour ce qu'il nous apporte ?

Je ne me permet pas d'affirmer ce que j'avance. C'est juste une réflexion que je me fait.

ALAIN disait : "on aime d'amour "bien que" et d'amitié "parce que"".

avatar ancien membre
Ancien membre
21/01/2022 à 20:51 - 21/01/2022 à 21:04

Je dirais qu’Alain a raison.

Mais parfois on aime d’amour et d’amitié, j’ai l’impression que c’est le cas des sapios. C’est compliqué de décrocher à ce moment là, parce que plus on estime la personne, moins on arrive à l’oublier sentimentalement. Il y a toujours quelque chose qui reste.

Il m’est arrivé récemment d’aimer quelqu’un de cette façon là, en plus plus. Parce que la personne n’arrêtais pas d’appuyer sur mes sentiments, alors que je demandais juste qu’on me laisse vivre cette expérience sur le plan amical sereinement et que j’étais au clair avec la situation (non réciproque sur le plan amoureux), ça a fini par me rendre dingue jusqu’à ce que je veuille mettre la personne à distance. Alors que j’avais tellement d’estime pour elle que c’est la dernière personne que je voulais perdre. Au final ça a provoqué un clash, elle a dit des choses qu’elle n’aurait jamais dû dire. Et je n’arrive pas à pardonner. Donc pas toujours évident car les gens ne comprennent pas.

Donc je pense que oui, on est plus ou moins dépendant de l’autre. En amour, parfois ce que je vois des histoires d’amour, ça tient de l’absurde. Certaines personnes y perdent leur dignité. Certaines femmes subissent des violences physiques et psychologiques, et restent malgré tout, même en ayant les moyens de fuir objectivement.

L’amitié, on est plus dans le choix. Mais ça n’empêche pas une dépendance affective quand même.

avatar contributeur de HaricotMungo
HaricotMungo
21/01/2022 à 21:10

Mais n'est-ce-pas utopique de penser que l'on puisse aimer l'autre pour lui-même bien avant de l'aimer pour ce qu'il nous apporte ?

Je pense que quand on n'attend rien de l'autre, et que l'on trouve en soi tout ce qu'il faut pour être épanoui, l'autre personne sert à recevoir et partager les joies ,la vie, et iel ne te demande quoique ce soit au retour non plus. C'est ça l'amour pour moi. Donc ,personne n'apporte rien d'essentiel à l'autre, ainsi qu'il n'y a pas de dépendance.

avatar ancien membre
Ancien membre
21/01/2022 à 21:22

Citation de HaricotMungo #387934

La confiance en soi joue beaucoup là dessus. Quand on en manque on a besoin de se rassurer de l’estime de l’autre.

Et puis la dépendance affective, comme beaucoup de choses chez l’humain est quelque chose qu’on retrouve à divers degrés. Il y a un seuil où ça devient pathologique.

Et je pense que oui on peut aimer quelqu’un pour ce qu’il est, qualités et défauts compris. Mais c’est aussi quelque chose qui évolue avec le temps. Ça peut aller vers un plus, comme vers un moins. Car on découvre toujours un peu de l’autre. Et tout le monde change. Nous évoluons.

avatar contributeur de Kitsune
Kitsune
21/01/2022 à 21:30

Citation de Dime #387899

Je vois deux question :

La première amours versus passion.

Dans un monde formaté pour la consomation, la passion est reine, puisqu'elle génère un engouement immédiat et momentané

L'amour, ça s'apprend. Ça demande tu temps et des efforts. Qui aujourd'hui a réellement envie de faire des efforts ... s'il n'est pas conduit par la passion.

Le hic c'est qu'une passion ne concerne que la personne qui la vie. Combien d'écueils douloureux d'effort vain comme autant de main tendu dans le vide.

(Avec une attente viceral )

Alors que l'amour n'existe que part lui même . Pas besoin de tendre la main. L'autre n'est pas là pour combler un vide ou réaliser une résilience. C'est un(e) compagnon(ne) de route qui n'est pas dû. Comme une chance sui se renouvelle a chaque fois.

Du coup pour la question 2 peut on aimer l'autre pour lui mm. Quand on attend rien, oui, forcement


Aller de fleur en fleur et ne prendre de chacune que le meilleur

avatar contributeur de OffRoad
OffRoad
21/01/2022 à 23:51 - 22/01/2022 à 00:13

Bonjour à toustes, merci Dime

Amour, dépendance, sentiment, amitié, attendre de l'autre, dignité, essentiel, confiance en soi, évolution...

Il y a beaucoup de mélange de concepts dans ces termes qui sont franchement entremêlés, je vous propose de tenter de vous les repositionner avec mes connaissances. Comme toujours mes avis découlent de mes lectures sur les neurosciences et de ma pédagogie par métaphores. le débat est ouvert toujours...

'Amour' est un terme tellement global qu'il est complètement flou. J'y reviendrais....

La dépendance est bien définie, bien connue autant dans sa source que dans ses effets. Elle est liée aux NRT (Nourriture, Reproduction, Territoire). Les besoins fondamentaux.... Notre cerveau va toujours agir en premier dans ces trois domaines avec des nuances de choix entre les trois, des distorsions dues aux expériences (Pavlov) ou aux injonctions externes (pression sociale, violences).

La Reproduction prend deux axes distinctes selon le genre mâle ou femelle au sens chimique (testostérone bien sûr)

L'axe femelle tend à chercher un reproducteur "en bon état" (terme neutre puisque les polémiques vont fuser ici).

L'axe mâle tend à chercher à distribuer sa semence à toute femelle. Ces deux axes vont expliquer beaucoup de comportements incompris car diffus... il me faudra y revenir plus longuement une autre fois... (le non-binaire entre autre).

La Nourriture définit tous ce qui est nécessaire à la survie de la structure, ce qui est prélevé à l'extérieur de cette structure. L'air, l'eau, le soleil, les aliments. Mais aussi, dans notre monde communautaire l'argent qui permet l'échange de Nourriture !

Enfin le Territoire ! ah le territoire ! L'appropriation : la corollaire de notre capacité à se déplacer, valable pour tous les vivants qui se déplacent !! Oui !

Gros sujet le Territoire, car ici, Ce que vous exprimer par la passion, l'envie, les sentiments relèvent souvent des deux premiers. Je pourrais développer mais simplement pour une femelle de voir un homme d'apparence 'riche' est plus "reproducteur" qu'un homme 'simple'... Il n'y a rien de péjoratif dans la phrase précédente ni de dégradant j'utilise des mots qui me semble proche de ce que j'exprime là. le débat est toujours à faire ensemble...

Alors que vient faire le Territoire avec les sentiments? Rien,... enffin presque,... si beaucoup en fait : la dépendance ! Une fois avoir trouvé la source de votre satisfaction quant à vos NRT, l'objet-source bascule naturellement dans l'appropriation afin de satisfaire les besoins futures... Vous saisissez ? Non ?... alors écouter celleux qui parle de MON mari, MA voiture, MON job, Mon argent, MA maison et aussi (sniff) MES enfants ! Comprenez bien que je ne stigmatise pas l'usage, je relève simplement le sens de l'usage que nous toustes utilisons... naturellement : il n'est pas question de ne pas parler comme cela. Ne changez rien, bien sûr !

Conclusion : Dès que la relation s'installe dans le temps et dans l'espace (cohabitation) l'autre (dans les deux sens) devient propriété et de moins en moins le "reproducteur" ou la "femelle" selon le côté. Cette explication très genré ne vous paraît pas cohérent avec les couples homo. Je vous propose de penser le couple avec seulement les deux besoins N+T. Où est le R ? La société répond à cette volonté primaire de la Reproduction en mettant en place les PMA, GPA pour compenser le R naturelle, impossible dans le couple homo.

Alors ? Et l'amour ? oublié ? pas du tout : Il est le fruit conscient et donc nécessitant une constante persévérance pour maintenir le R actif au sein du couple, le judicieux partage des N+T. Le permanent équilibre des trois besoins entre les deux personnes pour leur sérénité conjointe. Humilité et respect vis-à-vis de ces NRT personnels (de chacun ), vigilance presque constante de leur maintien, de leur intégrité...

Je m'arrête là, reste la confiance en soi, la dignité... une prochaine fois si vous le souhaitez...

Bien à vous toustes, hâte de vous lire ici après... car bien sûr que je dé-range fortement les convictions...


N'attendez rien du XXIe siècle ; C'est le XXIe siècle qui attend tout de vous...

avatar ancien membre
Ancien membre
23/01/2022 à 15:50

Je suis fortement dépendant dans mes relations même amicales mais je me soigne.

Amour ne devrait jamais rimer avec dépendance. Ce serait plutôt le résultat d'une bonne entente entre les deux parties. Je me rappelle d'une fille qui me racontait qu'avant de rencontrer son mari elle sortait avec un autre garçon et qu'elle était très jalouse, qu'elle se méfait de lui, ne lui faisait pas confiance voire même regarder dans son portable. On ne peut pas appeler ça de l'amour mais plutôt de la dépendance. Une bonne gros carence affective et de confiance en soi.

Puis un jour, elle a rencontrée son mari actuel et pour elle c'était devenu une évidence. Elle n'était pas la même qu'avant. Tout le contraire. Si son mari sort prendre un verre avec des amis, elle va le laisser faire. Il y a une confiance réciproque entre eux. Pas de jalousie ou de possessivité.

Quand elle m'a racontée ça, elle me disait que l'amour c'était ça. Une sorte d'évidence, de confiance et une sensation de paix intérieure. Je ne me rappelle plus trop de ses mots mais c'était à peu près ça. Donc quand on se la joue trop parano, possessif, jaloux et que sais-je encore, c'est tout sauf de l'amour. Le vrai n'est que du positif!

avatar contributeur de Reveuseparis
Reveuseparis
30/01/2022 à 08:02 - 30/01/2022 à 08:25

Il est répandue de penser que la Dépendance affective est négative, mais, n'y a t'il pas dans une relation amoureuse un niveau de dépendance qui est forcément existante pour chacun(e) d'entres nous , lorsque, l'on Aime une personne ??? Peut on Aimer sans la moindre dépendance de l'autre ???

Je pense qu'il y a un niveau de dépendance qui se partage dans un couple, mais, qu'à une certaine échelle de dépendance ca peut poser problème pour la personne qui est trop envahie par ce lien affectif dépendant....

Quand on parle de cette Dépendance affective , j'y entends en arrière plan, l'idée qu'il faudrait progresser dans un Détachement de l'autre, en avons nous le contrôle à 100 pour 100 CENT ??? perso, l'idée que l'on se Détacherait de moi ne me plaît pas du tout

Peut-on vraiment contrôler ce fichu sentiment amoureux qui vous prends d'assaut, lorsque, vous êtes en état d'Hors Sol , ce hors sol provoqué par l' état amoureux ????

Bien sûr, il y aura la recette théorique pour expliquer le comment du pourquoi il y a dépendance affective et les clés pour y remédier..... Mais entre la théorie et la réalité , il y a souvent une grande marge infranchissable pour certaines personnes.....

Est ce que tout le monde à envie de se "Soigner" sur tout et dans tout ???

Par exemple la JALOUSIE est toujours vue sur son aspect le plus négatif, jamais du point de vue positif..... Perso ma Jalousie est une Jolie Jalousie si, si, si...

avatar ancien membre
Ancien membre
31/01/2022 à 17:58

n'y a t'il pas dans une relation amoureuse un niveau de dépendance qui est forcément existante pour chacun(e) d'entres nous

Peut on Aimer sans la moindre dépendance de l'autre ???

Dans un couple, il y en a toujours un qui aime plus que l'autre (de ce que je sais) mais ce n'est pas de la dépendance. C'est juste que la personne est un peu plus amoureuse que l'autre. La dépendance c'est vraiment quelque chose de TRÈS fort. Remplace la dépendance affective par une autre dépendance comme la drogue, le sexe, les jeux d'argent... Là, on parle de dépendance. Et bien que la dépendance affective soit différente elle reste néanmoins une dépendance comme celle citée plus haut et c'est tout sauf une partie de plaisir. Pour l'avoir subie et la subir encore un peu de temps en temps (je n'en suis pas encore guéri mais je fais tout pour) je peux te dire qu'on ne voit pas cette dépendance de la même manière. Il n'y a rien de romantique dans une dépendance affective car la peur est omniprésente. On a peur de perdre l'autre, d'être abandonné, de souffrir du manque de l'autre, on devient parano, hystérique, jaloux, possessif et que sais-je encore. Une vraie relation saine n'est pas comme ça et la dépendance n'y a pas sa place.

Quand on parle de cette Dépendance affective , j'y entends en arrière plan, l'idée qu'il faudrait progresser dans un Détachement de l'autre, en avons nous le contrôle à 100 pour 100 CENT ???

Ça se travaille. Ça s'apprend. Il faut travailler son estime de soi, sa confiance en soi-même. Sans ces ingrédients-là une relation ne pourra jamais être saine et épanouie. Imagine-toi en couple et ta moitié qui passe son temps à t'appeler pour te demander où tu es, avec qui tu es, ce que tu fais et qui se met à jouer les paranos en s'imaginant que tu es en train de coucher avec quelqu'un d'autre et qui fini par péter un câble. Pour éviter tout ça il faut apprendre à se détacher de l'autre, ne pas tout miser sur l'autre et développer sa confiance en soi. Laisser respirer l'autre, le laisser vivre. Mais bien sûr quand on n'a pas tout ça en nous il faut l'apprendre et ça ne se fait pas du jour au lendemain.

Est ce que tout le monde à envie de se "Soigner" sur tout et dans tout ???

Pas tout le monde. J'ai déjà entendu certaines personnes dire qu'elles ne le voulaient pas mais en même temps elles ne sont pas forcément conscientes de leur état. Le pire sont celles qui sont au courant mais qui ne le font pas et qui restent telle qu'elle.

Par exemple la JALOUSIE est toujours vue sur son aspect le plus négatif, jamais du point de vue positif.

Faudra me dire où est le positif dans tout ça car pour l'avoir vécu (mon ex était jaloux maladif) je n'y ai rien trouvé de positif.

avatar contributeur de Eugidius
Eugidius
31/01/2022 à 19:49 - 31/01/2022 à 19:50

question de Dime : "Mais n'est-ce-pas utopique de penser que l'on puisse aimer l'autre pour lui-même bien avant de l'aimer pour ce qu'il nous apporte ?"

non point !

il y a dans la relation d'amour un don spirituel qui fonde l'engagement et attire toute la personne à entrer en participation de cet engagement, corps y comprit mais toujours secondairement si l'on parle de l'amour qui naît de la rencontre gratuite entre deux personnes évidement, donc exit la matérialité biochimique ou le conditionnement sociaux-culturel potentiellement bon ou moins bon, la dépendance vient de l'engagement !

il y a aussi dans la rationalité scientifique une volonté d'expliquer l'amour pratiquement comme un poison, et par inversion certains regardant en premier l'effet physiologique à la place de la cause du sentiment en viennent à réduire le spirituel à ce que l'on en voit physiquement ou à ce que l'on ressent psychologiquement, mais la cause est toujours première sur ses effets, ainsi la relation aimante échappe totalement à toutes mesures prophylactiques, car aimer ce n'est pas déchoir de sa vie saine, mais au contraire l'accomplir...

avatar contributeur de OffRoad
OffRoad
01/02/2022 à 11:23 - 01/02/2022 à 11:35

Bonjour à toustes !

Citation de Chagrindame #388927 : "...Dépendance affective est négative..."

La notion de dépendance peut être de deux ordres (deux points extrêmes sur une ligne de possible - non binaire) :

La dépendance subie sans conscience de ce lien : Il apparaît surtout aux proches qui se mettent en porte-à-faux avec la personne en dépendance. Cette personne ne comprend pas leur position et se détache de leur affection. Et cela favorise le comportement de "pervers narcissique" du compagnon.

La dépendance assumée : Reconnaître son lien de dépendance est très sain car sans distorsion particulière avec les proches ni avec le compagnon si cette relation est clairement exprimée.

Voilà donc pour tous les cas de dépendance envers tout type de relations que nos cerveaux s'ancrent comme des fumeurs, amoureux ou amoureuses, sports extrêmes,...

Autre chose pour toustes :

☝️ Je rappelle ma détermination à vous faite prendre en compte l'erreur de concept sur la confiance :

La confiance est un état et non une volonté ou un ordre à suivre !!! Cette notion, cet état, s'exprime toujours sur quelques interactions passées : donc le mot confiance n'est à placer que dans des phrases conjuguées au passé ! !! S'il vous plaît 🙏 merci....

"Aie confiance" doit rester un ordre exprimé par Kaa dans Le Livre de la Jungle !!! S'il vous plaît 🙏 merci à toustes

La société Darty nous a fortement influencé sur son concept toxique de "contrat de confiance". Je suis consterné de retrouver ce terme dans vos propos. J'ai beaucoup de peine. Gros sniff ! 😟

Bien à vous toustes 🤗


N'attendez rien du XXIe siècle ; C'est le XXIe siècle qui attend tout de vous...

avatar contributeur de Eugidius
Eugidius
01/02/2022 à 11:42 - 01/02/2022 à 11:43

Bahhhh que de subversion à ne voir la confiance qu'au titre de dette ou d'héritage à gérer !

La dépendance bien au contraire est un regard vers un inconnu possible et désiré comme tel, avec cette subtile nuance qu'un cerveau mort de sentiment ne saurait percevoir, que la dépendance d'amour spirituel ouvre toute la nature humaine à être totalement emplie et même débordante d'espérance pour le lendemain, donc c'est une dépendance qui brûle toutes les incertitudes qui ne concernent pas l'être aimé, laissant uniquement une acceptation de la vie réorientée par la relation aimante...



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr