J'ai peur de l'autre, pourriez-vous m'aider ?

avatar contributeur anonyme
Anonyme
15/01/2022 à 22:47

Bonjour à tous,

Avant tout merci de l'attention, quelque soit sa portée, que vous m'accordez.

Je suis un gars qui a un passé douloureux vis-à-vis de son intimité et de sa sexualité. Lorsque j'étais pré-adolescent, j'ai subi un harcèlement scolaire autour de mon orientation sexuel. J'avais 12 ans, et je l'ignorais, c'est d'ailleurs ce qui m'a fait prendre conscience que j'étais gay. Après cette longue période de souffrance, j'ai développé une forme de non gêne à dire que j'étais gay à ma famille ou aux gens avec qui je parle.

Puis vînt la fac en 2017, je découvre un gars par une application de rencontre. Ce fut une relation destructrice pour moi (même si j'étais loin d'être parfait dans cette relation).

Ça c'est le contexte pseudo-psychanalytique pour contextualiser ce qui va suivre.

En clair, je suis célibataire depuis 2019, et c'est une souffrance. J'ai besoin d'avoir des rapports sexuels et d'affection, et après avoir essayé quelques plans culs à l'aide d'anxiolytiques, j'ai trouvé ça horrible. Ce n'est pas que j'aime pas le sexe, mais toucher un mec qui j'ai jamais vu avant, et, avoir un contact avec son phallus et ses fluides corporels me débectent. J'ai besoin de connaître a minima la personne, que les choses se fassent dans la réalité, relativement simplement. Mais par analogie, c'est comme les études et le marché de l'emploi. Il y a le rêve et la réalité.

Dans mon rêve, j'aimerais rencontrer un gars (d'où ? Peu importe), avec qui il y a une connexion physique. Puis, que des conversations s'amorcent, et que même les sujets banals soient intéressants de par le fait que ça émane de cette personne (simplement porter de l'intérêt). Enfin, qu'une relation se tisse avec une certaine sensualité, sans tomber dans un épisode romantique, mais plutôt quelque chose de charnel. J'aimerais vivre cette rencontre comme un tout de sens : la vision, le touché, l'odeur, le son et l'émotion. Je ne suis pas naïf au point de croire que cet engouement reste durant toute la relation. Par ailleurs, qu'elle en soit une des fondations me semble un réel désir.

Mon/ mes problèmes : même si je suis capable de dire à beaucoup de gens que je suis gay sans difficulté, quand un homme me plaît, je me ferme. J'ai peur qu'il sache que j'ai une attirance d'une quelconque nature envers lui. Du coup, j'ai tendance à me montrer avec un regard hautain voire condescendant. J'ai tellement peur d'être vulnérable face à un homme qui serait s'en saisir, que je me cache. J'ai vraiment du mal à me contrôler.

Après je dois avouer, que je ne suis pas dans des milieux gays. Parfois des mecs me regardent, mais je ne sais pas ce que ça signifie même si cela est répété. J'ai vraiment du mal à interpréter les hommes. Pour moi, draguer une fille est largement plus facile et marrant, même quand on l'a connait pas. Mais bon sang, un mec, c'est difficile sur le terrain.

La réalité que je connais des homosexuels : Gri*dr. Je suis sidéré, horrifié et désespéré de constater à quel point le sexe est devenu un service non tarifé. On est à la limite du troc. J'ai l'impression que la plupart des personnes ne prêtent pas vraiment attention aux autres. On dirait qu'ils cherchent une chose : l'objet sexuel capable de satisfaire leurs envies. Je juge un peu, non pas par haine réelle de la pratique, mais parce que je me sens conditionné à être de cette façon. J'ai l'impression qu'ils sont ceux qui m'empêchent (d'une certaine manière) de pouvoir avoir une relation un peu traditionnel, je dirais. Comme si c'était un modèle de société dans lequel je me sens soumis à adopter cette posture. Sinon, je devrai vivre dans l'obscurité et la solitude pour le restant de mes jours.

Ce que je recherche : un gars qui me plait physiquement, ce qui m'intéresse c'est surtout l'homogénéité du visage et globalement du corps. Dans l'esprit, quelqu'un de mature, qui a de la réflexion, qui sait rigoler, attentionné (sans tomber dans l'excès), dans la communication et qui aime le sexe ! Fin tout ça après un peu au feeling, ça paraît un peu trop structuré peut-être, mais dans la vraie vie, en rencontrant, je suis plus au feeling que quand je suis sur une application de rencontres en termes de critères de sélection.

Je n'ai que 24 ans et une expérience amoureuse à en mourir et quelques malheureuses relations sexuelles tragiques tant c'était mécanique.

Pourriez-vous me conseiller, m'orienter pour mieux vivre ma situation ?

J'aimerais essayer d'être plus "cool", plus "accueillant" sans avoir peur.

Comment faut-il faire pour entre dans un climat relationnel ? Une personne que l'on aime bien suffit à essayer d'investir des efforts ? Ou faut-il vraiment attendre de tomber de manière aléatoire sur le soi-disant "âme-soeur" (j'utilise ce terme pour illustrer la singularité d'une personne qui serait adéquate à notre personnalité [cela n'a pas de connotation mystique ou superstitieuse]) ? Est-ce une réalité, ou une construction avec un individu qui de premier abord nous plaît et puis de manière naturel il devient (ou non) cet "âme-soeur" ?

Tous ces changements structurels me paraissent véritablement difficiles. Est-ce que vous auriez quelques mots à me partager pour me rassurer ou m'indiquer quelques indices pour avancer ? Je me sens vraiment bloqué :(

Encore merci d'avance,

A.

avatar contributeur de Paraisseux
Paraisseux
15/01/2022 à 23:03

Perso j'ai abandonné, célibat à vie, en se faisant à l'idée que c'est totalement mort, j'ai fait le deuil de la possibilité d'avoir un jour encore un contact humain.

bon courage, surtout en cette période ou le simple fait de dire qu'on est pas vacciné te met directement de côté par 95% des gens avec qui tu parles (et vu qu'on parle déjà à très peu après les nombreuses éliminations liées aux caractéristiques), ca laisse personne x).

Bonne merde!

avatar contributeur anonyme
Anonyme
15/01/2022 à 23:06

Citation de Paraisseux #387277

Ah

avatar contributeur de Nymeo
Nymeo
16/01/2022 à 00:44

Bonjour,

en général plus tu cherches à forcer quelque chose à arriver et moins ça arrive (c'est une simple constatation, pas une vérité absolue).

Ensuite il n'y a pas de recette magique pour entrer dans un climat relationnel car le climat est la somme de l'énergie des protagonistes et comme chaque personne est différente, le climat le sera également ainsi que la manière de procéder. Avec certaines personnes l'attirance va être (quasi) immédiate alors qu' avec d'autres c'est progressif, au fur et à mesure que vous vous découvrez, l'attirance se fait sentir.

En tout cas ne te force pas à aller dans des rapports purement charnel par dépits, si ça ne te convient pas. ça risque d'être destructeur et d accentuer encore plus ton mal être. Et si ça peut te rassurer tu n'es pas la seule personne à chercher une dimension autre que charnelle dans leur relation.

avatar contributeur de Rosso
Rosso
16/01/2022 à 10:00

Citation de Anonyme #387271

Je ne sais pas si cela va te rassurer mais tu es très très loin d’ être un cas isolé , évidemment si tes recherches et expériences se limitent à des rencontres via des sites de « sexe » tu vas forcément être souvent déçu , ce n’ est pas pour toi ce genre de trucs c’ est tout .

Tu fait parti de ces personnes qui ont besoin d’ un minimum (ou plutôt un maximum) d’ attention , de partage , de tendresse , il y a des termes pour nous définir (oui je suis aussi comme toi) mais les termes et définitions ne vont pas nous aider , tu veux juste être autre chose qu’ un objet sexuel et ça n’ a rien d’ anormal , maintenant te donner la recette pour trouver la bonne personne je ne l ai pas ... par contre les bonnes recettes pour rencontrer les mauvaises personnes je les connais (toi aussi apparemment) . Essaye de parler un peu sur un site comme Beto et tu finiras peu être par avoir une bonne surprise

avatar contributeur de Stefrem
Stefrem
16/01/2022 à 10:09

Deux principes de base pour commencer:

1) On ne peut pas demander aux autres de nous aimer à notre place

Donc si je ne m'aime pas je ne peux pas m'étonner de ne pas être aime

2) Etre gay ce n'est pas qu'une orientation sexuelle c'est une manière d'être, de percevoir et d'interagir avec le monde

Mais tu es confronté au fait que certains peuvent (temporairement, transitoirement) simplement vouloir du sexe (et cela ce n'est pas différent entre homo ou hétero) ! Cela peut être un besoin transitoire, ou un trait de caractère plus profond. Mais clairement, le sexe pour le sexe, sauf a en faire son métier mais c'a c'est un autre débat, ne peut suffire à nourrir durablement sa vie. ET cela ouvre un autre débat: la différence entre plan cul (sexe pour le sexe), relation/amant (sexe + partage de sentiments), conjoint (sexe + sentiments + partage de vie commune), et la encore gay ou hétéro c'est pareil, mais disons que chez les gays c'est plus "brutal" et direct, notamment par le fait que socialement (vis a vis de la famille et de la société) il y a une attente de ... reproduction (ie faire des enfants)

Alors pour en revenir à la question:

  • le sexe pour le sexe n'est pas "mal" mais ce n'est pas une raison de te forcer

  • faire avec des produits (principe du chemsex) n'est pas non plus le mal, à la condition que ce soit ponctuel voire initiatique (voire que l'on peut assumer certains fantasmes sans qu'il se passe de catastrophes), sinon on peut devenir psychiquement dépendant, et on commence à déconnecter de plus en plus le sexe des sentiments

  • au commencement de tout il y a donc l'estime de soi, et l'acceptation du fait d'être gay

Pour te donner un message d'espoir:

  • j'ai commencé ma vie en refusant d'être gay

  • alors je me contentais de plans culs en niant le fait qu'il puisse y avoir des sentiments,

  • puis quand j'en ai eu marre de me renier, un jour je suis tombé amoureux, alors j'ai fait mon coming out a la famille & co- il y a eu des hauts et des bas, plusieurs couples, mais personne n'est condamné à rester seul quel que soit son âge ... sauf s'il ne le veut pas c'est à dire s'il ne s'assume pas lui même
avatar contributeur de Eugidius
Eugidius
16/01/2022 à 11:01 - 16/01/2022 à 11:03

reprenant la dernière phrase de Stefrem : "sauf s'il ne le veut pas c'est à dire s'il ne s'assume pas lui même" en effet il y a bien une viduité de la vie personnelle qui s'éprouve autant dans notre participation forcée aux activités collectives, comme le travail ou la culture, mais aussi à ces relations dites "sexuelles" qui même pour être opérées par le corps sexué n'en reste pas moins des moments de partage, voir d'échange de notre intimité psychique, c'est-à-dire que n'étant pas (encore totalement "humour") des machines, nous ne rejoignons "l'autre" dans ce qu'il est qu'au travers de gestes, paroles ou autres signes signifiant que nous sommes là pour cette personne. le vide qui peut être vu comme un manque de présence à l'autre n'en reste pas pour autant totalement stérile et même finirait par rendre une potentielle rencontre comme la plus parfaite complétude de ce que nous sommes, à savoir des êtres relationnels et pas uniquement rationnel, non pas que les deux soient opposés, mais que si ils sont parfois contraires c'est pour ne pas se conjuguer en un temps et un lieu identiques, d'où notre conscience mise en doute sur l'importance de ces relations au monde et surtout à l'autre...

bref aller de l'avant c'est aussi, par voie de transformation, quitter quelque chose...

avatar contributeur de Sourires
Sourires
16/01/2022 à 11:16

Bonjour

Bonne année à toutes et tous, qu'elle soit porteuse de santé et de plus de joie.

Je te comprends que tu dis avoir peur de l'autre. Je ressens la même chose mais pour d'autres raisons ? Pour nous juge t-on ? Pourquoi vit on le racisme lié au handicap ? Plus nous avançons dans la société humaine, plus je pense que nous vivons entourés de clans qui correspondent à son propre mode pensée ?

L'être humain n'est-il pas handicapé de l'absence de franchise de ses opinions et ses sentiments ?

Pour moi, la psychologie d'être humain tient en cinq points :

Je peux donner quelque chose,

Je veux donner quelque chose,

Je fais tout pour être franc avec moi-même déjà,

J'aime ou je n'aime pas ce que je vis,

Des trucs ne vont pas dans ma vie, qu'est-ce que je peux changer pour espérer aller mieux ?

La vie est un ballon gonflé de trop plein d'émotions intériorisées et non communiquées aux autres ?

Avant de parler de cul et de sexe purement bestiale, ayons les couilles d'exprimer nos émotions ?

Mesdames et Messieurs soyez aimés surtout pour vos défauts, ceux qui vous regarderons plus d'instant, eux seuls verront vos qualités ?

Je suis ouvert aux dialogues et aux débats ? Je ne propose rien, je m'attends à tout ! Osez ! Proposez, je vous écoute !

Sur les sites de rencontres gay, les mensonges et les non-dits tuent bien plus que le sida !

En ce début d'année, j'offre des sourires alors venez les chercher ?

Je ne veux pas renoncer à aimer et à être aimé et vous ?

A bientôt ? Bon dimanche

Christophe

avatar contributeur de Stefrem
Stefrem
16/01/2022 à 12:11

Ce n'est pas parce que l'on est gay que l'on s'aime

Mais si on veut s'aimer gay, il y a des qualités spécifiques que l'on peut développer plus facilement que les hétéros: c'est cela la chance "morale" pour ne pas dire "spirituelle" d'être gay !

Pourquoi, et bien parce que, étant plus que les hétéros nous sommes confrontés à (i) moins de points de repères : il faut se souvenir que l'acceptation sociale de l'homosexualité ne date vraiment que des années 80, voire 90; et (ii) l'expérience de rencontrer de l'hostilité chez les autres, à cause de ce que l'on est

Donc, si l'on veut bien vivre et non pas simplement survivre, plus que les autres, il nous faut développer des qualités personnelles (i) d'adaptation sans compromission, (ii) de résilience, (iii) d'intuition, (iv) de transparence (c'est le principe des coming outs) qui permet peu à peu de ne plus être sur la défensive, de ne plus se sentir obligé de se cacher ou de se justifier, sans verser dans la provocation, cela s'appelle (v) la tolérance

Comme nous avons tous ce combat à livrer chacun de notre coté, il serait logique de developper ensuite entre nous (vi) de la fraternité ouvrant la porte à la (vii) solidarité

Pour faire le point, savoir ou j'en suis, il y a toujours une question que je peux me poser: et moi où je suis encore homophobe ? Et qu'est ce que je peux faire là concrètement comme petit pas de moi à moi pour être un peu plus tolérant ?

Bon évidemment c'est à vie, mais dépendre du regard des autres pour être heureux est une impasse, et pas uniquement pour les homos, mais encore plus chez les homos

Il y a certes encore plus de racisme, jeunisme etc chez nous

Mais bon, regardons le verre à moitié plein que celui à moitié vide

avatar contributeur de Pascal37
Pascal37
19/01/2022 à 22:58

J'ai fait mon comig out il ya 3 ans, et j'ai decouvert le milieu gay, et j'ai aussi comme toi cette déception du bestial plus que de l'amour et du respect surtout, juste le coup d'un soir, comme tu dis c'est plus facile avec une femme, difficile d'être homo et de le vivre chaque jours.

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de Sourires
Sourires
20/01/2022 à 07:36

Est ce humain de préférer les baisers et une fellation plutôt que la sodomie directe ? J'ai un fantasme déclencher une éjaculation chez un mec Uniquement avec des baisers ! Sachant qu'il est habillé ! Qui veut essayer ? Demande sérieuse !

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de Eugidius
Eugidius
20/01/2022 à 09:47 - 20/01/2022 à 10:05

Rheumm rheumm Sourires...

il y a des endroits réservés à ces demandes...

mais pour répondre explicitement à Stefrem, il n'y a pas de constitution sociale qui puisse légalement mettre une parité parfaite entre toutes les différences spécifiques des individus, même au royaume d'Utopia, il y a une force majeure qui installerait une option préférentielle pour stabiliser le devenir de la communauté, ce qui est juste c'est qu'il revient à chacun-e de parfaire son jugement de tolérance sur l'autre en tant qu'autre, pour les homos le cours évolutif qu'ils-elles peuvent modifier ce trouve, à mon avis, dans la responsabilisation de la relation d'amour qui ne s'enracine pas (uniquement) sur la procréation mais sur le don de soi, petite nuance si il en est mais grande conséquence si elle advient, à faire de l'évolution de notre espèce une nouvelle forme d'intégration de l'individu dans le groupe et en retour du groupe dans l'éducation de l'individu. la succession des générations ne serait alors plus vu uniquement comme une transmission d'un héritage culturel mais comme une translation de la capacité à être heureux. (voir la thèse de G.Simondon)

avatar contributeur de Sourires
Sourires
20/01/2022 à 10:07

je suis pas voyeur je n'aime pas les espaces publiques et les grandes démonstrations devant tout le monde, je m'assume pleinement. J'ai subi l'homophobie aussi.

Je suis coquin et joueur

Un café de la musique et.............................................................

Je me pose une grande question pour lequel je n'ai pas de réponse existe t-il différentes façon de voir la sexualité ?

J'ouvre le débat ? Bonne journée.

avatar contributeur de Eugidius
Eugidius
20/01/2022 à 11:57 - 21/01/2022 à 08:57

Question : "Je me pose une grande question pour lequel je n'ai pas de réponse existe t-il différentes façon de voir la sexualité ?"

Certes oui, la sexualité n'est que la transposition sensible d'un appétit naturel pour que la vie puisse se communiquer à de nouveaux individus, si vous en cherchez une autre, cela peut être, comme dit plus haut, une recherche de bonheur assumant votre sensibilité affective, ou bien encore une disposition acquise à considérer la vie comme une mise en commun de ces moments intimes qui nous engagent dans une relation unique avec une autre personne, dans tous les cas la sexualité peut trouver de nouvelles formes d'expressions mais aussi de nouvelles contraintes...

Salon de chat Gay

Découvrez notre salon chat gay pour dialoguez avec des centaines de mecs célibataires connectés. Chat réservé exclusivement à la communauté gay.

Communauté Gay

betolerant est fier de sa communauté gay. Notre communauté est un véritable site de rencontre gay tolérant et bienveillant.

Parlons Coming-out

Le coming-out est parfois inévitable pour une homme homosexuel. Partagez vos expériences sur le forum coming-out.

Forum homoparentalité

Le forum sur l'homoparentalité permet aux parents homosexuels de se soutenir et s'entraider, mais aussi de partager leur quotidien.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr