"Ex-gourou et croyances New Age"

avatar contributeur de CosmicNova75
CosmicNova75  

Bonjour,

"Lois de l'attraction, channeling, enfants indigo/ cristal, chakhra, messages de l'au-delà, anges, reikhi, guidance, voyage astral, kharma, pouvoir de l'intention, 3e oeil ...."

En avez vous déjà entendu parler?

Sur internet, de plus en plus de personnes popularisent ces sujets à travers leurs vidéos, tandis que des rayons entiers sont parfois consacrés à ces sujets dans les librairies, avec un public toujours au rdv .

D'un côté on peut être sceptique et rationnel en remettant tout en question, et de l'autre on peut être ouvert en acceptant justement les limites de la Sciences.

Qu'en pensez vous?

Pour ceux qui sont curieux et qui ont le temps, je vous invite à écouter les interviews d'E. FEYTIT, "dans le cadre de son film sur la vie de Jessica Schab, alias Jessica Mystic, naguère suivie par des dizaines de milliers de personnes et invitée à délivrer sa parole un peu partout dans le monde. Peu à peu, la guide remet en cause ses croyances New Age et laisse s'installer le doute".

()

()

Annonce
Ancien membre  

Bonsoir CosmicNova,

Rien qu’en voyant ton pseudonyme, on comprend que tu t’intéresses aux astres !!!

Les religions, les croyances, les sectes, ont toujours fait beaucoup parlé…. et écrit…

Par rapport aux cinquante dernières années, des nouvelles spiritualités sont arrivées chez nous, avec leur lots de mystère et donc d’attirance.

Il est difficile de faire son choix dans la multitude de croyances de tous ces peuples de la Terres dont, certains, ont disparus. D’anciennes religions réapparaissent, alors que leurs adeptes ont emporté leurs secrets.

Comment se retrouver dans tout ça ? Comment peut-on dire que tel ou tel détient « la » vérité ? Faut-il faire un amalgame de toutes ces religions ? N’en faut-il garder aucune ?

Et si, finalement, la seule religion dont l’homme avait vraiment toujours eu besoin était tout simplement l’Amour … ?

Gros bisous, Frango.

Ancien membre   - modifié par SuzanneTD le 18/03/2020 - 20:00:03

La spiritualité est trop souvent associée et à tort à croyances et religions .

Alors qu'elle n'est qu'une quête de sens qui fait grandement défaut dans nos sociétés d'aujourd'hui .

avatar contributeur de Zeugma
Zeugma  

Hummm….peut-être de ce sujet la vérité sur la présence de l’homme dans l’univers surgira… !

Ancien membre  

Bonsoir,

J'ai survolé les vidéos que tu as posté CosmicNova75, et j'avoue que cela m'a fait un choc. Depuis quelques années, plusieurs membres de ma famille s'investissent beaucoup dans cette croyance New Age. Jusqu'à aujourd'hui, je me suis toujours montré dubitatif et écouté ce qu'ils voulaient bien me dire, sans jamais vraiment débattre de la véracité ou non de leurs propos, par respect mais aussi par peur de les vexer. Mais voilà, comme indiqué dans les vidéos, ces adeptes du New Age se donnent pour mission "d'éveiller les conscience". Et je comprends bien que je ne pourrais pas ignorer indéfiniment ce qui se passe dans ma famille.

Il m'est arrivé plusieurs fois où j'ai failli y croire, faut dire qu'ils sont persuasifs. Aujourd'hui je m'inquiète. De l'implication de ma famille dans ce genre de croyances. J'ai peur qu'ils tombent de haut, je ne sais pas comment les convaincre de prendre plus de recul. Après tout, est-ce une croyance/religion comme une autre ? Est-ce une secte ? Les propos tenus me paraissent d'un autre monde.

Qu'en pensez-vous ? Est-il bon de laisser des gens que l'on aime adhérer à de telles idées ? Est-ce à moi de m'opposer à eux ou comme cette ex-gourou, s'en rendront-ils compte d'eux-mêmes ?

Annonce
Ancien membre  

Je pense que la spiritualité est quelque chose de plutôt intéressant. Il permet une vraie rencontre avec soi même et les autres. Toutefois, il y a des dérives et des abus alors il ne faut pas en abuser. Soyez prudent avec vos usages et ce que vous entendez. Tous les messages ne sont pas bon à prendre. Il faut aussi savoir s'écouter!

Personnellement, cela m'a beaucoup plu de faire parti de ce genre de communautés. Mes croyances ont évolué mais au fond de moi, je sens bien comme cela.

La spiritualité dépend vraiment de la vision du monde chacun, ce qui est dommage c'est qu'on rencontre peu d'adeptes en vrai, c'est beaucoup plus simple à travers nos appareils électroniques ! ^^

avatar contributeur de Zeugma
Zeugma  

une des tendances du New-âge fût aussi de proposer un contrôle des effets de la recherche spirituelle et une diversité de modes d'expressions de cette recherche, (interfaces) pour faire passer la conscience d'un contentement à une performation...

c'est sans doute une caractéristique majeure de cette proposition syncrétique, car les "nouvelles spiritualités" en s’appuyant sur les besoins premiers du psychisme humain : bien être, synergie volitive, énergie compensatoire, conscience de l’instant, positionnement spatial, etc… ont fait que ce mouvement spirituel a essayé de contrebalancer la rigueur matérialiste de notre conditionnement artificiel…

Trekiael  

Bien bien, je me demandais si l'une de ces vidéos était celle de la Tronche en Biais, je ne suis pas déçu !

Les croyances dans leur ensemble sont à tort généralement opposées à la science, comme si la science n'avait pas à s'intéresser à ces questions. Il n'y a pas vraiment de "limites de la science", ça c'est ce qu'on voudrait nous faire croire pour accepter une croyance. "la science n'a pas réussi à démontrer que c'est faux, donc c'est vrai" est un argument fallacieux. Déjà parce qu'il y a des choses irréfutables, et parce que la science n'a pas à prouver que quelque chose n'existe pas. Elle teste une théorie par des preuves. Donc il n' y a pas de limites de la science, seulement un domaine soit pour lequel il n'y a pas assez d'outils ou pas assez élaborés, soit parce que c'est un domaine où très peu de recherches ont été faites, soit parce qu'il est simplement impossible de prouver l'inexistence de quelque chose.

Sur la question, je peux te conseiller "L'ironie de l'évolution" de Thomas Durand (l'un des créateur de la Tronche en Biais), et bien sûr Dawkins (je suis en train de lire "The God Dellusion"). Ils ne parlent pas directement du New Age mais de réfléchir à ce qu'on croit et pourquoi on y croit.

Envoyé depuis l'application android
Campagnol  

Citation de Trekiael #337606

Il n'y a pas vraiment de "limites de la science", ça c'est ce qu'on voudrait nous faire croire pour accepter une croyance.

En l'occurrence, des pratiques curatives du New Age sont analysées par des scientifiques. Certaine s'avère frauduleuse, mais d'autre peuvent avoir de réels bénéfices. Dans ce dernier cas, elles sont progressivement intégrées à la médecine conventionnelle. C'est le cas par exemple de la méditation et de l'hypnose.

Ancien membre  

Ce sujet tombe à pic !

Désolé pour la longueur, (j'ai essayer de résumer certains points important des thèses et études sur le sujet)

J'ai moi aussi durant un moment cru à une théorie new age (la géobiologie) dont j'avais trouvé une étude sérieuse : une thèse : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01584224/document

Mais à force de chercher des informations vérifiable, je me suis retrouvé à me dire que plus je cherchais, moins de trouvé de raison valable d'y croire.

Par exemple, la géobiologie n'existe que dans quelque pays (france, suisse...), c'est une théorie inventé pas l'homme dans les années 70.

Le problème principale avec ces théories new age, c'est que des charlatants abusent de la naiveté de leur "clients" en leur disant qu'ils pourront soigner des maladies avec leurs techniques.

Après une étude approfondis du phénomène placebo, voir thèse :

L’efficacité thérapeutique Objectivité curative et effet placebo par Rémy BOUSSAGEON (2010)

Source : https://scd-resnum.univ-lyon3.fr/out/theses/2010_out_boussageon_r.pdf

Effet Placebo : Pharmacologie et Imagerie

Source : https://www.chu-toulouse.fr/IMG/pdf/placebo_clud_lourdes_cbc.pdf

L’EFFET PLACEBO UNE REALITE SCIENTIFIQUE 061-These_Hayez-Angelique (2012)

Source : https://pepite-depot.univ-lille2.fr/nuxeo/site/esupversions/c7f9c9a4-5b13-4d8d-bc6a-b3769022f054

On peut dire qu'une thérapie peut être bénéfique, il est très important de prendre en compte ses limites ! Ce sont les limites d'un effet placebo positif comme la méthode coué.

Vient ensuite la volonté, c’est-à-dire l’envie de guérir, d’avoir moins mal. Emile Coué, pharmacien né le 26 février 1857, l’a bien compris et a développé dès 1903 sa propre méthode d’auto-suggestion, aujourd’hui plus connue sous le nom de méthode Coué. Il avait remarqué que ses patients, lorsqu’ils venaient dans son officine chercher leur remède, se portaient beaucoup mieux s’il leur assurait que le traitement était bel et bien efficace et que d’ici peu, ils se sentiraient en meilleur santé. Il se plaît d’ailleurs à relater l’histoire d’une de ses clientes :

« Une femme vient me voir, l’air désespéré. Très malade, elle souffre énormément et me demande de lui fabriquer un remède bien précis qui, dit-elle, la soulagera. Je consulte le Codex et le répertoire Dorvault et constate qu’il m’est interdit de composer cette potion. Je le lui dis et elle repart, très déçue. Le lendemain, elle revient me voir et me supplie d’accéder à sa requête. Sa souffrance paraît telle qu’il m’est impossible de lui opposer un nouveau refus. Je vais dans mon laboratoire et verse un peu d’eau distillée aromatisée dans un petit flacon. Je lui donne la potion en lui disant de bien faire attention car la dose était très efficace et pouvait être dangereuse. Huit jours plus tard, elle revient me voir, pleine de gratitude : elle était guérie ! ».

Déjà à son époque, Emile Coué avait compris l’importance de l’éducation thérapeutique :

« Avant de renvoyer votre sujet, vous devez lui dire qu’il porte en lui-même l’instrument de sa guérison, que vous n’êtes pour ainsi dire qu’un professeur qui lui apprend à se servir de cet instrument et qu’il faut qu’il vous aide dans votre tâche. »

En effet, le patient est toujours acteur de sa guérison. Le meilleur traitement du monde ne saurait être efficace s’il y est réfractaire, s’il n’y croit pas.

L’administration de placebo et d’agoniste morphinique mettent en jeu des réseaux neuronaux communs. Plus l’effet placebo est important, plus le système opioïde est activé.

Ces médiateurs (opioides et dopamine) agissent préférentiellement sur les voies émotionnelles de la douleur , c’est-à-dire sur la manière dont nous ressentons le caractère désagréable de la douleur. Ils agissent également sur le circuit du plaisir et de la récompense, et donc peuvent diminuer la « souffrance (quelle qu’elle soit !)

Voir : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/homeopathie-memoire-de-l-eau-et-207571

voir aussi : Source :

https://www.derives-sectes.gouv.fr/

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9decine_non_conventionnelle

Le placebo doit être considéré positivement :

« Nous devons conserver les deux extrémités de la chaîne descriptive : d’un côté, le remède et sa dynamie ; de l’autre, les nombreux facteurs qui le relativisent. La dissolution des « absolus thérapeutiques » et du réalisme pharmacométrique ne doit pas nous conduire vers les philosophies obscures de la guérison ou de la totale contingence. La discussion de la soustraction expérimentale (…) doit nous aider à mieux retrouver le remède, objet difficile de notre réflexion. Mais si la critique doit purifier cette notion, cachée sous la magie ou le plus fâcheux réalisme, il ne faut pas la fondre dans la flamme du négativisme »

François Dagognet (1964)

« Le médecin qui ne guérirait personne ne cesserait pas en droit d'être médecin... » alors qu' « un guérisseur ne peut l'être qu'en fait ».

Un essai clinique randomisé publié en 2007 a évalué la vraie acupuncture contre une fausse acupuncture (faux points) et contre des soins usuels chez des patients souffrant de lombalgies chroniques depuis plus de 8 ans. A 6 mois, près d’un patient sur deux était soulagé par la vraie comme la fausse acupuncture. Alors que seul un quart environ des patients traités par les soins usuels (antalgiques et rééducation) était amélioré. Ainsi, avec cette expérimentation, nous touchons le cœur de notre réflexion. Sur le plan scientifique, la théorie expliquant l’efficacité de l’acupuncture semble réfutée. Les « faux » points soulagent autant que les vrais. Sur le plan médical, les scientistes diront que l’acupuncture n’est pas efficace. Les soignants se demanderont comment reproduire cette efficacité, même s’il s’agit d’un effet placebo « optimisé », puisque par rapport aux soins usuels (comportant l’utilisation de « vrais » antalgiques dont l’efficacité spécifique est établie), vraie et fausse acupuncture ont permis un soulagement chez plus de patients.

Mais un problème se pose alors : celui du mensonge. Comment obtenir ce résultat favorable sans tromper les malades sur la nature du traitement qu’ils reçoivent ? En effet, dans les études sur l'effet placebo, le « mensonge » est souvent utilisé pour optimiser les attentes des sujets. D'autre part, la confiance dans le médecin est un élément primordial de la relation thérapeutique. D'ailleurs, le patient doit en théorie disposer des informations relatives au soin qu'il reçoit pour pouvoir donner son consentement de façon libre et éclairée. Une première réponse communément admise consiste alors à essayer d'augmenter ce qu'on appelle l'effet placebo par tout les moyens (et donc principalement par une relation soignant-soigné de qualité) excepté la prescription de placebo. Le problème est que le placebo et son administration a une efficacité symbolique propre comme l'a montré l'expérience de Kaptchuk et al. Dans le cas de l'acupuncture, comment optimiser l'effet placebo sans réaliser au minimum une « fausse » acupuncture ? L’efficacité d’une thérapeutique a besoin d’un support théorique et technique, voire d’un rituel, pour se révéler. L’imagination a toujours besoin d’un contexte, de croyances ou de représentations. Probablement que les patients auraient été moins soulagés sans l’acupuncture, fusse-t-elle dans les règles de l’art ou pas. Une autre réponse est celle de Finniss et al. Elle consiste dans le fait de dire la vérité tout simplement, c'est à dire que l'effet observé s'explique par « l'effet placebo » :

« Je vous recommande d'essayer l'acupuncture. Plusieurs grandes études ont montré que l'acupuncture traditionnelle n'est pas meilleure qu'une acupuncture, mais ces deux procédures peuvent améliorés les patients qui ont des lombalgies chroniques en comparaison à ceux qui n'essaient pas ou qui ne prennent que le traitement médical conventionnel. Même si le type d'aiguilles ne semble pas faire de différence, il est possible que l'acupuncture agisse par des mécanismes psychologiques qui stimulent l'autoguérison, et connus sous le terme « effet placebo » ». Cela signifie alors de modifier sa perception de « l'effet placebo » qui n'est plus à considérer alors comme un phénomène négatif, une tromperie ou un effet qui ne concerne que les personnes sensible à la suggestion. Finalement, Finniss et al. en arrivent à la conclusion que l'on pourrait tout à fait prescrire un placebo en connaissance de cause si l'on explique au patient les mécanismes d'action du placebo (par exemple, via la sécrétions d'endorphines).

Une histoire vraie, pour finir...

Un homme de 45 ans, marié, deux enfants et cadre dans une entreprise est décédé d’un infarctus du myocarde. Il n’avait pas d’antécédents familiaux cardiovasculaires. Il prenait bien son traitement anti-cholestérolémiant, ainsi que son traitement anti-hypertenseurs que son médecin lui prescrivait depuis cinq ans. Deux ans auparavant sa mort il avait été écarté de son poste car il n’avait pas les objectifs recommandés. Selon sa femme, depuis ce temps, il n’était plus « le même ». Il avait perdu son enthousiasme habituel, ses capacités « d’aller de l’avant », son « élan vital ». Il se disait stressé et présentait des insomnies responsables d’une fatigue importante la journée. Sa cholestérolémie comme sa pression artérielle étaient devenues « normales » grâce aux traitements, et pourtant il est mort. Cette histoire vient interroger le modèle biomédical de la médecine. Ce patient prenait bien ses traitements pour contrôler ses facteurs de risque cardiovasculaires. Ceux-ci étaient même revenus à la « normale ». Les médecins centrés sur la maladie (ici sur les facteurs de risques cardiovasculaires classiques) ont bien fait leur travail, et cependant cet homme est mort d'un infarctus du myocarde. Il est vrai que l'on ne peut pas prédire avec certitude l'efficacité des traitements, celle ci est comme nous l’avons déjà dit, de nature probabiliste. En fait, les traitements prescrits ne font que diminuer une probabilité de maladie et de mortalité (ce qui n'est pas si mal, il faut le souligner). Le problème dans cette histoire, c'est que personne ne s'est préoccupé de la vie de cet homme qui présentait manifestement une dépression et un stress professionnel important. Or, selon l'étude INTERHEART réalisée dans 52 pays, ces facteurs « psychosociaux » sont des facteurs de risque cardiovasculaires tout aussi important que les autres. Le risque relatif (odds ratio) de 4 facteurs psychosociaux (dépression, stress perçu, faible sentiment d'auto-efficacité (locus of control), et évènements de vie stressants) avoisine 2,67 est du même ordre que celui du diabète par exemple (odds ratio = 2,37). Bien évidemment, nous n’avons pas la prétention d’affirmer que si ce malade avait été soigné aussi sur ces aspects psychologiques, il ne serait pas mort. Nous voulons simplement montrer à travers cette histoire qu’une médecine centrée sur des aspects biologiques de la personne n’optimise pas son pouvoir thérapeutique global.

Finalement, c'est important de connaitre les bienfaits d'une thérapie (psychologique, douleur...) et de ne pas croire que l'on peut tout guérir avec des méthodes qui n'ont pas fait leur preuves scientifiquement.

Lisez les thèses sur que j'ai mis en lien, elles permettrons d'aborder un points de vue scientifique sur la question, face à des évidences, il est complexe de les nier. Autrement des dialogues sont possible si la personne est fermer dans ses convictions personnel, il s'agit de faire des entretients épistémique, épistémiologique. Il y a des vidéos youtub qui vous explique comment l'apprendre : http://laelith.fr/Zet/Galaxie-Sceptique-Francophone/

voir : COM Vous zet' :https://www.youtube.com/channel/UCR_YX9FQ2mZU5nJEaHmDAlw/featured

Voilà, j'espère que j'ai assez sourcé toutes ces informations qui peuvent vous être utile.