Sexualité et religion

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonjour tout le monde,

Je voulais savoir si, tout d'abord, il y a des croyants/pratiquants sur betolerant et aussi, j'aimerais savoir comment vous conciliez votre religion et votre sexualité. Je me pose la question parce que la plupart des religions (en tout cas, les religions occidentales) rejettent l'homosexualité ou d'autres formes précises de sexualité. Donc, je voudrais savoir si vous arrivez à avoir complètement la foi en votre religion et vivre votre sexualité ou si vous avez pris une distance avec cette religion.

Je ne pose pas seulement la question pour les religions monothéistes mais aussi pour les autres religions. Et aussi, si vous appartenez à une religion (ou que vous en avez entendu parler) où l'homosexualité n'est pas interdite, cela m'intéresserait également :)

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Je ne crois pas que les religions rejettent l'homosexualité (enfin, je suis athée, donc je dois sans doute manquer des informations), c'est au croyant de trouver l'équilibre entre lui et sa croyance ^^

Une religion est pour moi un moyen de trouver la paix, donc si celle-ci rejette les personnes qui croient en elles, je vois pas l'intérêt, et les religions devraient disparaître à mon humble avis.

Je suis athée, donc moi perso, je suis tranquille :D

Je vous conseille de regarder le film "Bobby Seul contre tous" (Prayers for Bobby dans la version originale), je crois que ça pourrait répondre à certaines questions sur ce sujet ^^

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Superpositoire, les cathos qui se disent purs et durs affirment que la bible interdit l'homosexualité. En réalité, il me semble qu'elle condamne uniquement l'acte physique.
Mais ça ne me gêne pas plus que ça. Je suis catho, pratiquant, je vais à la messe tous les dimanches (ou samedis en fonction de là où je me trouve). Mon ressenti c'est que ces écrits ont 2000 ans, voire plus, la société a évolué, les moeurs aussi, etc. Et à partir du moment où on essaie de "borner" ta foi, tu n'es plus libre de croire comme tu le sens, et ta religion devient une contrainte. Quand on est plus libre, on a tendance (et c'est normal) à baisser les bras, et à croire par devoir, et non piété : acte inutile selon moi. Je pense que tous les dieux (mono ou polythéiste) n'ont qu'un commandement majeur : qu'on soit heureux comme on est.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Il n'y a pas de religion qui interdit strictement la sexualité quelle qu'elle soit! Elle la compare plutôt à un danger du diable! Ce qui veut dire que tout le monde peut avoir sa sexualité, mais il serai mal vu par le ou les dieu en questions! Mais il faut retenir qu'aucune religion n'interdit, ils voient juste ces choses d'un mauvais œil! Disons pour exemple, chez les protestant, le mariage et l'acte sexuel est libre, ainsi que chez les orthodoxes!  

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pierrot67, mais à partir du moment où quelque chose est mal vu par le dieu qu'on vénère, c'est que cette chose est considérée comme interdite. Je pense que si on est croyant, c'est qu'on cherche à respecter ce que le ou les dieu(x) de cette religion considère(nt) comme le bien. Si au final on décide de ne pas respecter ça et de se dire  qu'on s'en fiche de ce que pense dieu, c'est comme si on rejettait cette religion. Je pense que si on fait partie d'une religion mais qu'on ne suit pas un commandement, c'est qu'on considère que ce commandement n'est pas central et que ce que je décide de faire ne va pas à l'encontre de la religion en question.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Il ne faut pas oublier non plus que tous les écrits qu'on a ont été rédigés par des hommes, non par des dieux, et à une certaine époque. Dans un sens, c'est leur interprétation à eux qu'on a aujourd'hui

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis croyant, catholique, et je n'ai jamais ressenti de blocage vis à vis de ma sexualité.
Pour moi, la religion catholique, c'est l'amour, et je ne vois pas quel conflit de conscience il pourrait y avoir, tant que l'on parle bien de sentiments sincères et non de débauche. Voilà:)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis croyant et plus ou moins pratiquant, ça ne pose pas de problèmes aux gens qui savent vraiment aimer les autres tels qu'ils sont. Après vis à vis de la religion j'ai plus tendance à faire mon chemin de mon côté ça m'évite d'entendre des choses désagréables. Ayant été dans une école privée j'ai remarqué que certaines personnes se sont éloignées de moi quand il y a eu une suspicion d'homosexualité. Après tous les gens ne sont pas pareils :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
quand tu parles de sexualité tu parles d'orientation?

photo de l'auteur misterbi
Misterbi
Homme de 42 ans
Cantal

1 remerciement
J'ai une citation : si ca peut aider....

“Je suis dans la douleur à cause de toi, Jonathan, mon frère! Tu faisais tout mon plaisir; Ton amour pour moi était admirable, Au-dessus de l'amour des femmes.” 

DAVID (La BIBLE)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est vrai que j'avais surtout l'orientation sexuelle en tête mais je pense que la sexualité au sens large m'intéresse aussi ^^

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
En effet, comme tu le dis Pentalfa, aller à l'encontre de la religion c'est considérer cela comme interdit, mais ça, c'est toi qui le dit! C'est comme si je disais que manger des bonbons est mauvais, mais je n'interdit pas, alors considères-tu ça comme un interdit, et si tu décides d'en manger, est-ce braver ce que je viens de dire?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour Pentalfa,
pour répondre à ton sujet, moi par exemple suis chrétien (pas catholique, c'est différent), et pansexuel. En cela, je ne suis point gêné, et je vis parfaitement ces deux états.

Je ne perçois pas en effet ma religion comme une obligation de vie et ces écrits comme source de vérité, mais plutôt comme un accompagnement philosophique à ma vie.

Après, j'ai une relation avec la religion très libérale, tout comme l'on les protestants et particulièrement ceux que l'on appelles les libéraux justement. Ce qui fait d'ailleurs que je ne me reconnais pas du tout dans les propos qui ont, sont ou peuvent être tenus par certains intégriste ou plus simplement les catholiques sur le sujet de l'homosexualité. De fait, j'ai une approche et une conception très différente de la foi au sens large.

Curieusement d'ailleurs, j'ai été catholique très pratiquant avant de devenir plus libéral en grande partie à cause des propos tenus par mes coreligionnaires lorsque j'étais en école privée catholique. C'est d'ailleurs pour cela que je suis aujourd'hui très critique sur le catholicisme, ayant vu et entendu toutes sortes de débordement parfois graves de la part de catholiques sur le sujet.

photo de l'auteur amour421
Amour421
Homme de 59 ans
Lille
Pour ma part, j'ai fréquenté une "église évangélique" (ça me brule le doigt de taper ça!) donc protestante, et je n'ai pas connu plus raciste, machiste et homophobe que ces individus! Je dé-con-sei-lle! (mais cela n'engage que moi)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Me concernant, je suis catholique et j'assiste aux offices plusieurs fois par semaine. Personnellement, je ne peux concevoir ma vie sans Dieu et pour autant je suis homosexuel. La question de mon homosexualité m'a posé problème lorsque j'avais 17-18ans ; durant cette période de ma vie, j'avais du mal à me rendre à la messe, je n'osais plus communier... Je n'ai pu en parler à mon Père spirituel, car il était le prêtre de toute ma famille. Cette période a été assez difficile. 
Pour autant, j'ai dû déménager pour poursuivre mes études. J'ai donc découvert une nouvelle paroisse et un nouveau prêtre. Et un jour, j'ai décidé de lui en parler pour avoir son avis, ses conseils. Alors, je dois bien reconnaitre qu'il n'a pas sauté de joie ; cependant, nous avons beaucoup parlé, il a lui-même reconnu que ce n'était pas un choix... Depuis il me soutient, il ne m'a jamais rejeté, nous prions ensemble... Je pense qu'il a accepté, car il a bien vu que je n'avais pas volontairement choisi d'être homosexuel, mais aussi et surtout parce que je distingue l'amour des relations sexuelles ; et je pense qu'être homosexuel et catholique n'est pas incompatible dès lors que l'on fait voeu d'abstinence. 
Bien que je n'ai jamais cessé de croire en Dieu, je dois reconnaitre que le fait d'avoir pu en parler avec un prêtre m'a beaucoup apporté. Je pense donc qu'être homosexuel et catholique ne pose pas de problèmes. Et contrairement à ce que certains de mes amis athées pensaient, l'Église est bien plus ouverte qu'on l'imagine. 

photo de l'auteur amour421
Amour421
Homme de 59 ans
Lille
Hnantes a écrit :
Hnantes , garçon de 20 ans de Nantes Me concernant, je suis catholique et j'assiste aux offices plusieurs fois par semaine. Personnellement, je ne peux concevoir ma vie sans Dieu et pour autant je suis homosexuel. La question de mon homosexualité m'a posé problème lorsque j'avais 17-18ans ; durant cette période de ma vie, j'avais du mal à me rendre à la messe, je n'osais plus communier... Je n'ai pu en parler à mon Père spirituel, car il était le prêtre de toute ma famille. Cette période a été assez difficile.  Pour autant, j'ai dû déménager pour poursuivre mes études. J'ai donc découvert une nouvelle paroisse et un nouveau prêtre. Et un jour, j'ai décidé de lui en parler pour avoir son avis, ses conseils. Alors, je dois bien reconnaitre qu'il n'a pas sauté de joie ; cependant, nous avons beaucoup parlé, il a lui-même reconnu que ce n'était pas un choix... Depuis il me soutient, il ne m'a jamais rejeté, nous prions ensemble... Je pense qu'il a accepté, car il a bien vu que je n'avais pas volontairement choisi d'être homosexuel, mais aussi et surtout parce que je distingue l'amour des relations sexuelles ; et je pense qu'être homosexuel et catholique n'est pas incompatible dès lors que l'on fait voeu d'abstinence.  Bien que je n'ai jamais cessé de croire en Dieu, je dois reconnaitre que le fait d'avoir pu en parler avec un prêtre m'a beaucoup apporté. Je pense donc qu'être homosexuel et catholique ne pose pas de problèmes. Et contrairement à ce que certains de mes amis athées pensaient, l'Église est bien plus ouverte qu'on l'imagine. 
Homosexuel, catholique, et abstinent !!  Bon courage. Je te le dis avec amour et sans ironie. Mais pourquoi abstinent?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Même l'islam n'interdit pas l'homosexualité elle dit juste que ce péché a déjà été commis jadis. C'est écrit dans le nouveau testament également et ça s'applique aux 3 grandes religions c'est à dire Islam Judaïsme et Christianisme

photo de l'auteur amour421
Amour421
Homme de 59 ans
Lille
Pour moi l'amour n'est pas un péché. Dieu m'a créé comme je suis. S'il lui plaît de se contredire, c'est son affaire. En ce qui me concerne, je suis en accord avec ma conscience. C'est un peu facile de dire je vais faire de toi un homo, et maintenant tu vas te mettre une belle ceinture ou faire un noeud avec !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Amour421 a écrit :
Amour421 , garçon de 56 ans de Lille Hnantes a écrit : Hnantes , garçon de 20 ans de Nantes Me concernant, je suis catholique et j'assiste aux offices plusieurs fois par semaine. Personnellement, je ne peux concevoir ma vie sans Dieu et pour autant je suis homosexuel. La question de mon homosexualité m'a posé problème lorsque j'avais 17-18ans ; durant cette période de ma vie, j'avais du mal à me rendre à la messe, je n'osais plus communier... Je n'ai pu en parler à mon Père spirituel, car il était le prêtre de toute ma famille. Cette période a été assez difficile.  Pour autant, j'ai dû déménager pour poursuivre mes études. J'ai donc découvert une nouvelle paroisse et un nouveau prêtre. Et un jour, j'ai décidé de lui en parler pour avoir son avis, ses conseils. Alors, je dois bien reconnaitre qu'il n'a pas sauté de joie ; cependant, nous avons beaucoup parlé, il a lui-même reconnu que ce n'était pas un choix... Depuis il me soutient, il ne m'a jamais rejeté, nous prions ensemble... Je pense qu'il a accepté, car il a bien vu que je n'avais pas volontairement choisi d'être homosexuel, mais aussi et surtout parce que je distingue l'amour des relations sexuelles ; et je pense qu'être homosexuel et catholique n'est pas incompatible dès lors que l'on fait voeu d'abstinence.  Bien que je n'ai jamais cessé de croire en Dieu, je dois reconnaitre que le fait d'avoir pu en parler avec un prêtre m'a beaucoup apporté. Je pense donc qu'être homosexuel et catholique ne pose pas de problèmes. Et contrairement à ce que certains de mes amis athées pensaient, l'Église est bien plus ouverte qu'on l'imagine.  Homosexuel, catholique, et abstinent !!  Bon courage. Je te le dis avec amour et sans ironie. Mais pourquoi abstinent?


L'abstinence car selon moi, ce n'est pas l'homosexualité que l'Eglise condamne et rejette mais ce sont les actes homosexuels. Ainsi, je pense que l'homosexualité est "acceptée" dès lors que l'on fait vœu d'abstinence. Je pense que c'est une moindre peine

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pentalfa a écrit :
Pentalfa , garçon de 20 ans de Sarcelles Bonjour tout le monde, Je voulais savoir si, tout d'abord, il y a des croyants/pratiquants sur betolerant et aussi, j'aimerais savoir comment vous conciliez votre religion et votre sexualité. Je me pose la question parce que la plupart des religions (en tout cas, les religions occidentales) rejettent l'homosexualité ou d'autres formes précises de sexualité. Donc, je voudrais savoir si vous arrivez à avoir complètement la foi en votre religion et vivre votre sexualité ou si vous avez pris une distance avec cette religion. Je ne pose pas seulement la question pour les religions monothéistes mais aussi pour les autres religions. Et aussi, si vous appartenez à une religion (ou que vous en avez entendu parler) où l'homosexualité n'est pas interdite, cela m'intéresserait également


L'Église protestante unie de France, qui est une des grandes Églises protestantes françaises (hors Alsace-Moselle), a adopté en mai dernier la possibilité de bénir des couples homosexuels :

L’Église protestante unie de France adopte la possibilité de bénir des couples homosexuels

J'aurais plutôt une question : envisages-tu la possibilité d'une démarche spirituelle en dehors d'une religion définie ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Juste pour répondre a Xinewz.

Xinewz a écrit :
Xinewz , garçon de 26 ans de Calais Je vais certainement en choquer plus d'un. La religion est une invention humaine ! Pratique pour dominer les peuples, masque la vrai nature du monde. Combien n'ont pas souffert jusqu'à la mort à cause de la religon ?


Tu ne me choques pas, par contre ça n'apporte rien ton discours. Les humains ont inventé énormément de choses qui les ont permis de s'entre tuer et de détruire de nombreuses choses dans ce monde, ils n'ont pas eu besoin de la religion pour amplifier tout ça. Et ce qui est drôle, c'est que la religion, c'est le fait de croire en une force supérieur. Donc si de ton côté, tu crois en la science, en la nature, ou en tout autre chose. Tu crois en quelque chose de plus fort que toi. Et tout ce en quoi tu crois, a déjà apporté du mal d'une manière ou d'une autre par le passé. Aujourd'hui il y a certes des guerres sur la religion pas loin de la France. Mais il y a tellement d'autres conflits. Peut importe ce en quoi on croit, si on peut trouver un message de respect, de tolérance et d'amour dans une religion ou pas, c'est à chacun de faire son choix.

Sinon de mon côté je suis catholique mais je ne pratique plus. Avec le temps j'ai fini par avoir une autre vision de la Foi dans le monde des esprits. Sinon je confirme ce que beaucoup ont déjà dit, il n'y a pas vraiment d'écrits qui disent que les homosexuels sont le mals. L'actes sexuel par contre est a éviter... et ça peu importe la sexualité XP

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Peut-être qu'il faudrait commencer par faire la différence entre Foi et religion ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ajabtar a écrit :
Ajabtar , garçon de 42 ans de Paris J'aurais plutôt une question : envisages-tu la possibilité d'une démarche spirituelle en dehors d'une religion définie ?


Merci à Ajabtar de poser une nouvelle base à cette  réflexion, qui démarque
la religion de la spiritualité. La religion implique un dogme, la
seconde implique avant tout un engagement vis-à-vis de soi-même d'abord.

Beaucoup de personnes parlent de croyance et/ou de foi. Là encore il faudrait apporter des différences. La croyance demande aux croyants
de croire, quand la foi est une affaire de savoir. La subtilité serait
longue à exposer ici. Dans les deux cas, on peut faire appel à un
"professionnel" du sujet (curé, pasteur, imam, rabin, lama). Si on est
seul, forcément la "route" sera plus difficile.
Le fait que tout cela ait été inventé ou créé par l'humain n'est pas contestable.
Demandons-nous pourquoi les humains ont eu besoin de cette invention. La
première raison est de pouvoir accepter la condition humaine telle
qu'elle est, à commencer par sa finitude. La mort est la base de toute
réflexion car elle sous-tend une souffrance existentielle repris par
tous les philosophes du monde. Comment gérer le fait qu'on va mourir ?
Qu'est-il à faire pendant la vie ? etc.

D'emblée, on note une grande différence de vision entre l'Occident et l'Orient. Que
répondrez-vous à la question: "Quel est l'opposé de la mort? ".
Je ne m'égare pas du sujet de l'homosexualité et de la spiritualité (spirit
- esprit).  La mort n'est a priori pas attrayante, peu de gens sont
très sereins à l'idée de mourir. La sexualité (au-delà des pratiques
sexuelles) est une caractéristique forte de l'humain. Car même s'il y a
l'aspect de la reproduction, il y a aussi le plaisir, à travers lequel
on essaie de chercher le bonheur.
Pantalfa est dans une posture inconfortable ( voire de culpabilité anticipée ?)
Il s'agit de faire la part des choses entre ses propres désirs et la
volonté d'être heureux. On sait tous que faire l'amour n'est pas la
garantie du bonheur, ni même du plaisir. Quand cela apporte du plaisir,
on espère renouveler l'expérience. Ainsi, on saute (si j'ose dire)
d'expériences sexuelles en expériences sexuelles (ou amoureuses). Cela
ne répond pas à la question existentielle ou que partiellement. Car si
jouir garantissait le bonheur, peu importe avec qui cela ce passe. Or,
le partenaire est important sinon, on ne serait pas homo ou hétéro.
La foi est personnelle. Personne ne peut la mesurer, la quantifiée, la valider pour autrui.
Je passe sur la croyance dont les arguments peuvent être réfutés plus ou
moins facilement. Par contre, on peut critiquer en positif ou négatif le
comportement des gens (par ex : les curés qui ont des relations
sexuelles cachées et donc qui ne respectent pas le dogme catholique ou
autre).

Point essentiel: soi. La spiritualité est une introspection qui demande d'étudier un minimum l'esprit humain, la
philosophie... cela demande a priori vigilance et rigueur. Vouloir
supprimer à travers l'abstinence ou le célibat (c'est différent) ses
pulsions sexuelles peut conduire à de drôle de situation dangereuse
selon le degré de spiritualité des personnes. De la même manière,
certains mecs ont besoins de jouir 1 x/j et d'autres font l'amour (ou
branlette) 1x /mois (c'est un exemple).
Il convient de savoir qui on est, ce qu'on est capable de faire et les efforts qu'on est près à faire.
Tant qu'il n'y a pas de demande de réponse spirituelle pour comprendre sa
vie, tant qu'il n'y a pas de ressenti de mal-être, pourquoi avoir
recours à la religion ou la spiritualité ?
Savoir que telle situation (de pratique sexuelle) ne va m'apporter qu'un plaisir passager
alors que je cherche le bonheur durable, pourquoi persévérer à entrer
dans telle situation ? Si on veut le bonheur durable mais qu'on a quand
même une envie pressante, pourquoi ne pas aller s'amuser et assumer son
désir en connaissance de cause et de conséquence ?
Tout est une affaire de discernement et d'honnêteté.

Certaines pratiques comme la fellation et la sodomie ne sont pas "bonnes" non pas
en soi, mais parce qu'elles mettent en œuvre des subtilités sur les
énergies du corps.
là encore, il faut expérimenter en fonction de ses désirs et pulsions et voir ce que cela apporte de positif et de
négatif à court (facile) et long terme (difficile).

La réponse sur ce qu'est l'opposé de la mort.
Un occidental répond : la vie
Un oriental répond : la naissance. (pour eux la vie est le va-et-vient des deux, mort et naissance)
La nuance est importante. A méditer. Car aborder la religion avec l'un ou l'autre de ces concepts change l'approche spirituelle.

Globalement, Pantalfa, il ne s'agit pas d'interdit. Ta vie t'appartient, à toi de
voir ce que tu en fais. La religion est là a priori pour répondre à tes questions, pas pour t'imposer un modèle de vie qui ne te
correspond pas. Si un religieux te dit de ne pas coucher avec des hommes
sans aucune explication (sur les causes et conséquences) que tu ne peux
vérifier d'une manière ou du autre, laisse tomber et va voir quelqu'un
de plus ouvert.

Désolé de faire si long, le sujet est plutôt complexe.

photo de l'auteur Florebis
Florebis
Homme de 30 ans
Île de France
Salutation, 

La religion a toujours veiller à transmettre à l'homme un modèle de savoir vivre.
Forcément allant de le sens de la naissance et de ce qui est régit par sa loi donc de ne pas être gay.
Quand tu te dis que cela est implicite et évoqué depuis ton plus jeune âge en grandissant soit tu suit.... soit tu regarde les choses autrement.

Je me dit que nous sommes tous née pêcheur et nous mourons pêcheur, toutefois , beaucoup oublie le cadeau inestimable que que nous avons reçu à savoir "le libre abrite" .
Trop souvent on se laisse influencer par d'autre qui ne nous connaissent pas et qui nous juge. Pensez vous que celui qui tue ne commet pas un pêcher pire que celui qui est gay?

Il est dit selon Luc 6:42 :Ou comment peux-tu dire à ton frère: Frère, laisse-moi ôter la paille qui est dans ton oeil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans le tien? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton oeil, et alors tu verras comment ôter la paille qui est dans l’œil de ton frère.

Ce qui compte c'est la relation que tu as avec ton Créateur, car il es bon et miséricordieux, lent à la colère et riche. en bonté et en fidélité, et n'oublie pas qu'IL nous connait mieux que nous mêmes nous nous connaissons....

Personnel je suis croyant et je fait des effort pour être un bon pratiquant, si je ne vais pas à l'église c'est que je n'ai pas encore trouver celle qui me convient.

Celui qui suit le chemin de celui qui est aveugle sans prêter garde alors il tombera dans la fosse comme son guide, à bon entendeur salut !

PS : l'homme n'a pas la sciences infuse et fais des interprétations divers des œuvres religieuse comme dans la vie courante.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit