Est-ce qu'il y a d'autre asexuel.le ici ? - Page n°2

avatar ancien membre
Ancien membre
29/05/2020 à 08:24

Citation de Wiloooo #324007

OUI,OUI,s'il te plaît aide nous.et merci encore. > Citation de Wiloooo #324007

OUI,OUI,s'il te plaît aide nous.et merci encore. > Citation de Fiffi #324000

avatar contributeur de Quercus
Quercus
29/05/2020 à 11:46

Franchement, j'ai bien fait de m'inscrire sur ce site, ça me permet de refire le point sur tout ça, tous vos témoignages sont très intéressants et font (re)surgir beaucoup de questions en moi. J'avais d'ailleurs hésité à mettre dans la fiche de renseignement "asexuelle" en deuxième orientation, comme tout n'est pas encore très très clair ou du moins, bien cerné.

Ado, jusqu'à mes 19 ans je me définissais comme asexuelle. La période du lycée n'a pas été simple (même, pas du tout), j'avais même fini par consulter une psy. Cette expérience ne m'a pas aidé du tout à sortir de mes problèmes et pire encore, j'en garde le souvenir d'une dame qui ne connaissait pas ce terme (je m'étais un peu renseignée sur le net), qui mélangeait les termes d'asexué et asexuel (bien bien pour une pro...) et qui me demandait à chaque nouvelle consultation si j'avais enfin trouvé quelqu'un. Et comme la réponse était à chaque fois "non", j'avais droit à son petit roulement d'yeux au ciel. J'en avais rien à cirer, très franchement, c'était parfaitement pathétique et j'ai fini par ne plus me faire suivre.

Quand je suis arrivée en France, j'ai pu faire ma vie seule, loin de mes parents et découvrir les premières vapes de l'amour pour d'autres filles, ma libido a décuplé et là j'ai commencé à me définir comme lesbienne, même si j'étais consciente au collège d'un petit intérêt déjà présent pour les autres filles. Bon, il s'est écoulé 6 ans depuis et je n'ai jamais eu l'expérience du couple, parfois à regret, parfois pour mon plus grand bonheur, mais bizarrement... ça ne me fait ni chaud ni froid xD

Mes potes sont très ouverts et très tolérants, on discute souvent de ça, on s'échange des conseils, des remarques, tous sont en couple. Un copain en particulier vit une relation à distance, il me fait parfois part de ses déboires, de sa frustration car la distance est telle qu'ils ne peuvent se voir qu'une fois tous les deux mois. Et honnêtement, je n'arrive pas à comprendre comment peut-on être frustré à ce point, parce que l'autre n'est pas là. J'ai une libido tout à fait fonctionnelle, mais je préfère me satisfaire seule, ça a pu parfois me peser, mais je me demande si ce sentiment n'était pas lié à la honte que je portais, celle d'être célibataire. J'ai pu avec un gros travail sur moi me défaire de cette culpabilité et je me sens à présent très bien, enfin libre de tout ça, ce qui m'amène à penser que le sexe avec l'autre n'est peut-être pas mon kiff. Une relation romantique avec une femme, oui, je ne suis pas dénuée de sentiments, bien au contraire, mais je ne suis pas sûre de pouvoir sexuellement satisfaire ma partenaire.

Ce qui m'a fait certainement le plus souffrir à l'époque, c'était ce besoin de "faire comme les autres", de me contraindre à me mettre en couple. J'ai pas pu me mentir bien longtemps, car le fait est que ne pas fricoter me laisse dans une parfaite indifférence, je reste même parfois perplexe devant cette injonction à "faire l'amour trois fois par semaine", car au final, je n'éprouve aucune souffrance à ne pas y répondre.

Après, je reste ouverte et en interrogation par rapport à tout ça, laisser le temps faire, ça m'est difficile de trancher sur la question de façon définitive.

avatar ancien membre
Ancien membre
29/05/2020 à 15:36

Bonjour à tous, toutes,

Je me suis déjà posée la question aussi: A savoir suis-je asexuelle?

En résumé, le sexe n'a jamais occupé une place énorme dans ma vie.

Pourtant, personnellement, je ne comprends pas comment on peut aimer une femme sans avoir envie de faire l'amour avec elle. Mon désir amoureux d'être avec une femme c'est toujours assorti d'une grande attirance, l'envie de la toucher et d'être en symbiose physique avec elle. Et le sexe en fait partie. Donc pour moi, je ne suis pas asexuelle car je ne peux pas aimer pleinement une femme sans sexe.

Chacun est unique et se définir comme asexuel demande à mon avis un questionnement, un cheminement et une recherche de soi-même, de qui on est vraiment ...Tout comme le fait de se définir lesbienne, gay, bi ou transexuel ... et ce n'est bien évidemment pas un choix...

Encore une fois, ce n'est que mon opinion...

avatar ancien membre
Ancien membre
31/05/2020 à 00:50

hello, je pense l'être également. Je ne ressens pas un besoin de sexe au contraire ça me répugne, je ne trouve pas ça humain mais animalisant. Le problème étant donc toutes mes relations puisque je peux aimer sans avoir de relations sexuelles ce qui n'est pas le cas de 98% des gens. Je n'ai jamais compris pourquoi du jour au lendemain, une fois devenue adulte on devait forcément faire comme tout le monde et penser au sexe alors qu'il y a de millions de choses plus intéressantes...

avatar ancien membre
Ancien membre
31/05/2020 à 04:33

Bonjour, j'ai réalisé vers la fin de 2018 que j'étais asexuel suite à la lecture d'articles par curiosité et par la suite celle-ci m'a amené à regardé quelques vidéos et c'est à ce moment-là que la révélation était arrivée. J'ai annoncé mon orientation à quelques ami(e)s de confiance et à quelques collègues, mais pas encore à ma famille.

Depuis que je m'accepte ainsi, je me questionne beaucoup sur ce que je recherche dans une relation amoureuse . J'ai peur de décevoir les femmes envers qui je pourrais m'intéresser, si elles ne sont pas asexuelles. Mais d'un autre côté, je ne voudrais pas me bloquer en ne recherchant qu'une personne partageant la même asexualité.

Je me suis abonné à deux groupes sur Facebook, un pour les francophones et un autre visant spécifiquement le Québec.

Dans mon cas, la sexualité ne me répugne pas, je ne suis seulement pas attiré par celle-ci. Parfois, les discussions privées sur ce sujet me gêne, mais l'humour associé à ce sujet ne me dérange pas.

avatar contributeur de Ju19520
Ju19520
31/05/2020 à 10:12

Je pense l'être aussi, j'ai essayé avec des filles, avec des mecs, et à chaque fois je n'ai rien ressenti, strictement rien. Du coup si d'autres asexuel(le)s veulent qu'on discute je suis partant ^^

avatar ancien membre
Ancien membre
03/06/2020 à 15:38

J'ai mis du temps à comprendre que j'étais asexuel, puisque j'avais une définition biaisée de la chose. Je ne suis pas répugné par le sexe, je suis même assez curieux et intéressé (théoriquement). J'ai très longtemps eu tendance à confondre attirance physique et attirance esthétique. Mais voilà, même si je trouve les gens beaux et que la tendresse/sensualité m'attire, je n'ai jamais ressenti la moindre attirance sexuelle envers qui que ce soit.

Une fois que j'ai compris que la libido n'avait rien à avoir avec le désir envers un tiers, alors j'ai pû comprendre que j'étais asexuel.

Le

avatar ancien membre
Ancien membre
12/06/2020 à 20:44

Je suis asexuel ou c'est comme ça que je me suis défini après réflexion avec ma sœur 💭😅

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de Scorpionne
Scorpionne
14/06/2020 à 11:53

Citation de Alawana24 #323951

avatar ancien membre
Ancien membre
19/08/2020 à 22:35

Moi je me pose la question depuis qqs temps car je n'ai pas ou peu de désir et le sexe ne me manque pas du tout??!!🤔

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur Sabine2043
Sabine2043
13/11/2020 à 23:44

bonjour,

je suis asexuelle lesbienne. cela pourrait sembler anachronique mais le lesbianisme n'est pas une sexualité mais une identité.

je suis asexuelle depuis 10 ans, depuis que je n'ai plus de thyroïde en fait. Mais je continue a aimer les femmes de tout mon etre. Donce, vous voyez, l'asexualité peut prendre des formes bien differentes. la richesse est dans la diversité !!!!

avatar ancien membre
Ancien membre
19/11/2020 à 09:48

salut , moi je le suis et jen suis sur depuis plusieur annee . je le sais car a chaque fois que je doit faire ma "corvé" je vais pleure sous la douche apres . sa peux me faire vomir les relations sexuel me repugne je fait sa uniquement car mon copain nest pas asexuel ... sinon croyais moi je me rendrai pas malade avec sa ^^

avatar ancien membre
Ancien membre
19/11/2020 à 12:12

on en as deja discute la premiere annee je fesait des effort pour etre "normal" , la deuxieme annee je lui est dit il as compris donc je ne me forcer plus mais la sa va faire 3 ans et il suporte plus ne rien faire pendant des mois ... alors soit je me force et sa me detruit soit je lui dit que jai pas envie et on sembrouille .. cest un dileme quotidiens ^^ apres il faut aussi comprendre son avis il as de besoin que je nest pas je peux pas lui priver sa serait egoiste

avatar ancien membre
Ancien membre
19/11/2020 à 12:37

Si tu en as parlé avec lui alors il y a un soucis clairement. Je rejoins Apo, ça n'est pas acceptable comme situation. En fait, ça s'appelle un peu du viol conjugal non ? Certes tu acceptes, mais tu acceptes sous la pression psychologique. Qu'il te met, que tu te mets, bref, ça ne va pas Himiko. Tu as le droit au respect.

Nom de dieu c'est même un devoir à ce train là.

Oui c'est vrai : les couples asexuels/sexuels c'est pas toujours le cocktail le plus simple. C'est vrai également que dans l'histoire (du moins avant qu'il y ait des abus de ce genre) personne n'est en tort. Il a des désirs, tu n'en as pas. Bon et bien c'est comme ça, ça arrive hein, on est tous différents. Et dernière chose c'est vrai également que pour faire survivre un coupe sexuel/asexuel il faut faire des compromis.

Des compromis il y en a plusieurs : accepter une relation platonique, trouver des alternatives plus sensuelles que sexuelles, ouvrir son couple ou accepter des relations de temps à autre sont il me semble les compromis les plus évidents et les plus courants. Donc oui. C'est possible, et acceptable, tant que c'est consentit et non pas vécu comme une véritable souffrance, d'avoir des relations sexuelles quand on est asexuel pour répondre au désir de son partenaire. SAUF QUE, et c'est vraiment primordial, ça ne doit pas aller contre ta santé mentale, tes envies profondes ou ta dignité humaine.

Certains asexuels peuvent ressentir du plaisir dans une relation sexuelle, même s'ils n'ont pas la pulsion qui leur fait tendre vers. Certains asexuels sont plutôt neutre finalement mais sont heureux de pouvoir faire plaisir à leur partenaire. Toi ça n'est visiblement pas ton cas. Vraiment pas. Donc je t'en supplie, dis STOP.

Comme je disais, faire des compromis c'est courant dans les couples asexuels/sexuels, quand ces derniers veulent que leur couple survive parce qu'ils sont amoureux, motivés pour rester ensembles et capables de le faire malgré la difficulté que ça peut représenter. Mais au vu de ton histoire pour moi ton couple ne dois pas survivre. Vous avez essayé de vivre sans sexe, ton compagnon n'a pas su le supporter. D'accord, très bien, c'est son droit. Tu as essayé d'avoir des relations sexuelles malgré ton manque de désir, tu ne peux pas le supporter. C'est également ton droit !!! C'est même une souffrance beaucoup plus importante que d'être frustré, tu ne crois pas ?

Maintenant tu vas me dire, vous êtes dans une impasse. Oui, en effet, donc peut-être que ton couple ne doit pas survivre. Je suis même plutôt convaincue qu'il ne faut pas que ton couple survive, étant donné comme ton compagnon est à ton écoute...

Ca n'est pas facile mais je pense que là il n'y a qu'une chose à faire c'est vous quitter et reprendre vos vies chacun de votre côté... Ne crois tu pas que ça te libèrerait ?

avatar ancien membre
Ancien membre
19/11/2020 à 15:42

merci pour ton point de vue sa me montre differentes façons de voir les choses. Mais moi ça va je vie avec, sa ampathie juste sur notre relation.

Je prends note merci^^

avatar ancien membre
Ancien membre
19/11/2020 à 16:10

Si je peux ajouter quelque chose :

Imagine que quand tu aimes quelqu'un tu adores aller au cinéma avec cette personne. Parce que tu aimes regarder des films, que ça te fais du bien, et que partager ça avec la personne que tu aimes c'est vraiment top, ça fait une sortie en amoureux etc. En gros pour toi c'est impensable de pas aller au cinéma avec l'autre quand tu es en couple.

Imagine maintenant qu'au début de ta relation tu vas un peu au cinéma mais que ça a souvent l'air un peu forcé de la part de ton compagnon et qu'un jour il t'avoue ne pas réellement aimer ça. Bon, tu comprends pas trop comment on peut ne pas aimer ça mais tu prends sur toi et vous n'allez plus au cinéma. Sauf que ça te manque vraiment, parce que t'aime vraiment aller au cinéma, que tes potes ils vont tous au cinéma avec leurs amours et que ça te rend triste de pas pouvoir faire pareil.

Donc un jour tu en as vraiment marre et tu expliques à ton compagnon que ça te fait du mal de ne pas pouvoir aller au cinéma et que tu as vraiment envie de partager ça avec lui. Vous vous fâchez un peu et finalement tu obtiens gain de cause. Il accepte de venir avec toi de temps en temps au cinéma. Youpli youpla la !

Du coup tu es contente et vous allez au cinéma de temps à autre, parfois vous vous disputez un peu à ce propos mais quand même souvent il est d'accord. Il est jamais vraiment très démonstratif d'un plaisir important mais vous partagez ça ensemble et t'es sûre qu'au fond il aime bien passer ce temps avec toi. En tout cas toi ça te fait vraiment du bien, de pouvoir reprendre cette activité, ça te manquait.

Maintenant imagine qu'en fait ton compagnon le cinéma en réalité, il ne te l'a peut-être pas dit clairement, ou peut-être que tu n'as pas compris, mais il déteste ça. Vraiment. Le monde, les lumières, l'ambiance, ça lui donne des crises d'angoisse pas possible. Imagine qu'à la fin des films et il va quasiment toujours aux toilettes pour pleurer discrètement tout en ayant envie de vomir. Imagine que tu découvres ça. Est-ce que tu trouverais ça normal de passer outre un véritable mal être physique et psychologique juste parce que tu as vraiment envie d'aller au cinéma et que quand même c'est pas drôle de te brimer sur ce point ?

Est-ce que s'il te disait "Non mais en vrai ça va t'inquiète" tu te dirais "Oh bon il m'a dit que ça allait donc c'est bon il a l'habitude maintenant on peut continuer comme ça" ?

Je suis d'accord avec Apo, vous devriez avoir une discussion vraiment claire avec ton compagnon, que tu vérifies s'il a entièrement conscience de ton ressenti.

Et voir un psy pourrait peut-être également t'aider à gérer cette histoire.

Bon courage à toi

avatar ancien membre
Ancien membre
20/11/2020 à 09:01

Merci pour ta situation sa corresponds mais je reste quand même dans la culpabilité... de ne pas être capable de le satisfaire ... et malheureusement comme certain on dit pr et précedement dans notre societe cest "moi " le problème ... Je lui dit que c'est surment qu'une passe que plus tard je referais plus d'effort mais que la cest pas le moment sa me detruit et jai besoin de temps pour mettre mes idées au claire je suis jeune j´ai un peu plus de 20 ans ... c'est complique tout les jours il me demande et tout les jours jai cette sensation de le négliger et de le décévoir . j'essaye d'accepter des foix mais vu que jai pas envie et que sa se voit, il pense que sa vient de lui ... on as déja parler de tout sa au bout de 3 ans il saut pour mes troma mais il nempeche que tu peux pas priver un homme de sexe ... rien que ce matin il chante sue 1 foix par semaine cest pas grand chose mais que je m'en fou de lui ... cest un cercle vicieux soit je souffre soit cest lui dans les deux cas notre relation...

avatar ancien membre
Ancien membre
20/11/2020 à 10:02

merci tu as mit les mots sur des chose . jirai consulter mais cette aspect et aussi dur pour moi, trop de mauvaise experience dans ma vie ^^ en tout cas merci pour votre "soutient". Je connaissez pas ce site il autait pu maider plus jeune ! J’espère de tout cœur que ça aidera d’autres personnes en détresse

avatar ancien membre
Ancien membre
20/11/2020 à 10:42

Je suis contente de lire une certaine réalisation de ta part, j'espère que ça te permettra d'avancer.

Et tu sais je connais tout à fait ce sentiment d'avoir l'impression de ne pas "satisfaire" la personne d'en face. Parce qu'effectivement que ce soit dans les films, les magazines qui traitent du sexe comme le ciment d'un couple, les conversations de tous les jours, etc, on a souvent l'impression que le sexe c'est la norme dans une relation et que c'est quelque chose qui doit absolument exister. Alors on se dit que si on n'est pas capable de s'offrir sur ce point là c'est nous qui avons un problème, qu'on fait souffrir l'autre, qu'on le frustre. On s'insulte mentalement aussi parce que ça a l'air si facile chez les autres, on se dit que ça devrait être agréable et naturel et qu'on a un blocage totalement absurde qui fait du mal à tout le monde et qu'il faut le résoudre.

Mais tu vois tout ceci est faux. C'est faux parce que, même si ça n'est pas majoritaire, être asexuel, ne pas avoir envie de ça, ça existe, c'est naturel, c'est acceptable, c'est normal, et en AUCUN cas tu dois te forcer à changer. Encore moins pour les beaux yeux d'un homme qui n'écoute pas tes souffrances et cherche son propre plaisir au détriment de tes traumatismes. On peut aimer sans avoir de rapports sexuels comme on peut aimer sans aller au cinéma alors qu'on adore ça. L'amour ça n'est pas le sexe.

Apo a mille fois raison : il faut faire attention à notre vision des hommes, des femmes et du sexe. Le sexe ça n'est pas tout dans la vie, ça n'est pas un besoin, ça n'est pas une exigence morale, ça n'est pas une obligation sociale. Et tu n'as pas à "satisfaire" ton conjoint. Peut-être que lui a vraiment besoin de sexe, comme certains ont vraiment besoin d'être en couple avec quelqu'un qui aime les chats. Et bien dans ce cas si c'est vraiment insupportable pour lui vous arrêtez votre relation, comme d'autres pourraient dire non à une relation avec quelqu'un allergique aux chats. Mais te mettre la pression, te forcer, c'est totalement inacceptable.

En fait, c'est compréhensible de ne pas bien savoir affirmer que tu es asexuelle et que c'est comme ça, surtout si tu n'as pas de repère pour te dire que c'est ok. C'est compréhensible d'avoir peur de faire pâtir l'autre. Là où le bat blesse c'est que ça devrait être à ton compagnon de te rassurer. Ca devrait être à ton compagnon de t'écouter et de voir ensemble ce que vous attendez de cette relation. Ton compagnon là il est clairement mais alors clairement en tort.

Courage à toi dans tout ça et j'espère de tout coeur que tu arriveras à te défaire de cette relation toxique.

PS : Si je puis me permettre un conseil : dans tes relations ne dit pas "Je n'aime pas trop ça mais c'est peut-être une passe ça ira mieux après". Dis clairement "Je n'aime pas ça, je ne veux pas le faire, je suis asexuelle". Peut-être que tu découvriras un jour qu'en fait tu es parfois capable d'éprouver du désir, c'est vrai c'est possible, mais pour l'instant dans ton esprit c'est un non clair et catégorique. Reste sur ce non. Ça fera fuir certaines personnes mais ça fera fuir celles avec qui ça n'aurait pas marché.

avatar ancien membre
Ancien membre
20/11/2020 à 12:59

merci beaucoup pour tous vos conseils précieux ça me fait du bien d’avoir l’avis de personne qui arrive à comprendre mes ressentis. après comme lea Papa comme pour moi c’est difficile de fuir cette relation puisque ça fait plus de temps qu’on vient d’acheter une maison ensemble. puis surtout parce que on s’aime on s’entend très bien on a beaucoup de complicité qu’on a construit quelque chose de fort . après je pense nullement qu’il est fautif dans quoi que ce soit ça fait un an et demi que j’ai plus envie de faire des efforts sur ça. Et vu qu’au début j’essaye que tout soit normal lui il le voit comme quoi je n’ai plus envie de lui et que c’est lui le problème même si j’ai beau lui expliquer que moi ça me fait du mal que si je l’aime mais pas pour ça et que c’est pas ça qui définit mon amour pour lui et je pense qu’il reste persuadé que je n’ai plus envie de lui. Puis ça doit être dur pour lui puisque ça fait vraiment un et demi qu’on a un rapport tous les 2 puis ça doit être dur pour lui puisque ça fait vraiment un et demi qu’on a un rapport tous les 2 3 mois je me met a sa place aussi ^^

avatar ancien membre
Ancien membre
20/11/2020 à 14:13

Contente de pouvoir aider un peu.

Juste, j'ai du mal à comprendre exactement où tu en es.

Est-ce qu'il sait ce que ça représente pour toi comme difficulté ou pas ? J'ai l'impression qu'un coup tu dis oui un coup tu dis non.

Est-ce que tu lui as dit qu'il y avait un mot pour désigner ce que tu ressentais c'était l'asexualité ? A défaut de réussir à lui expliquer il pourrait chercher à aller se renseigner. Comme te le proposais Apo plus tôt tu pourrais peut-être aller jeter un coup d'oeil sur le forum Aven? Et peut-être que lui aussi ?

Ce serait une première étape pour lui, puis ce serait à toi de lui expliquer concrètement comment toi tu le vis, quelle asexuelle tu es, entre guillemets.

Est-ce que tu lui as dit que tu n'avais pas soudainement arrêté d'avoir une attirance sexuelle pour lui, que tu n'en as jamais eu mais qu'au départ tu te forçais parce que tu croyais que c'était ce qu'il fallait faire ? MAIS que tu as une véritable attirance amoureuse pour lui ?

Est-ce que tu lui as dit que tu étais malheureuse parce que tu voulais lui faire plaisir parce que tu l'aimes MAIS que faire l'amour avec lui te donne envie de vomir et de pleurer à chaque fois ?

Si tu lui as dit tout ça et que ça ne change rien il y a un problème Himiko. Tu peux parler d'amour, tu peux parler de complicité, mais ça c'est de la violence. S'il a conscience d'à quel point il te violente c'est grave. Vraiment.

S'il n'en as pas conscience allez voir un psy ou un sexologue tous les deux peut-être ? Il faut ABSOLUMENT que vous soyiez au clair là dessus.

Evidemment que tu essayes de te mettre à sa place mais c'est la même chose que mon histoire de cinéma un peu plus tôt. Est-ce que si ça arrivait et que tu découvrais qu'il faisait de terribles crises après chaque séances de film tu continuerais à l'y emmener ? Est-ce que tu ne chercherais pas avec lui une alternative qui lui convienne ? Regarder des films à la maison, ne pas regarder de films du tout, aller au cinéma avec d'autres gens ? Justement parce que tu l'aimes et que malgré ton envie tu veux aussi son bien être ? Je sais que ça semble être un peu un exemple étrange. Peut-être que tu te dis que le désir d'aller au cinéma avec son amoureux ça n'a quand même rien à voir avec un désir de sexe... Mais est-ce que ça n'a réellement rien à voir ? C'est juste un désir. Ne laisse pas les autres te faire croire que la frustration sexuelle c'est quelque chose de terrible juste parce que faute de le ressentir tu ne peux pas le vérifier. Ne laisse pas les autres te faire croire que c'est quelque chose de terrible à tel point que tu devrais te laisser violenter pour laisser ton conjoint assouvir son désir.

Oui ça doit être un peu complexe pour lui, surtout si dans sa tête tu ne peux pas l'aimer si tu n'as pas envie de lui. Mais justement, il faut faire en sorte de lui sortir ça de la tête.

Et si jamais malgré une véritable (et je dis bien véritable) compréhension mutuelle ça ne marche pas peut-être qu'il faudra penser à rompre en effet... mais commence déjà par mettre les choses au clair avec lui.

Dans tous les cas s'il faut rompre mieux vaut le faire maintenant qu'après des dizaines d'années d'abus, tu ne crois pas ?

avatar ancien membre
Ancien membre
20/11/2020 à 15:10

oui il connais le fait que je suis asexuelle je lui en est parler il y un peu moin de deux ans un peux apres que j’ai pu mettre ce mots sur ce que je ressentez. merci pour vos conseils J’irai peut-être consulter bonne continuation à vous

avatar ancien membre
Ancien membre
22/11/2020 à 23:14

Bonjour, je viens juste de m'inscrire et votre conversation m'a passionnée, touchée, bouleversée même. Tous les conseils donnés sont très pertinents. Je voudrais partager mon expérience en disant à "ancien membre" de faire attention à ce que l'on casse en nous en nous forçant. j'ai été dans la même situation... 10 ans. Aujourd'hui je suis totalement assexuelle, assumée, heureuse, et je ne ressens pas cela comme anormal du tout en dépis de l'hypocrisie sociale sur le sujet. Cependant, aimer est devenu difficile aussi car les traumatismes répétés m'ont conditionnée à associer rencontre amoureuse avec obligation sexuelle, donc malaise. Je ne peux plus envisager l'autre sans la menace de ce besoin qu'il m'echoierait d'assouvir, et c'est dommage. C'est ce que provoquent trop de situations de soumission volontaire. Alors attention à ton coeur, préserve toi et préserve en toi la capacité d'aimer quelqu'un qui te respectera. Chaleureusement.

avatar contributeur de Flow-D
Flow-D
29/12/2020 à 19:47

Erf, le forum Ace semble peu actif. Mais bon flemme de lancer un nouveau thread juste pour redire ce qui est dans présentation. Oui, il y a d'autres asexuels.les ici.

Récemment réinscrit.e, Flo, de Marseille.

avatar ancien membre
Ancien membre
30/12/2020 à 13:31

Je me suis déjà posée cette question, à savoir si je suis asexuelle ou s'il s'agit d'autre chose.

En effet, je ne ressens pas le besoin ou l'envie de passer à l'acte sexuel avec une fille, ça me dégouterait presque, pourtant avec mon ex, avec qui je suis restée des années, le sexe était important et ne me déplaisait absolument pas. Mais maintenant j'ai l'impression de rechercher plus le côté calins, bisous, complicité, partage, amour mais sans forcément aller plus loin que ça, je ne peux pas vraiment l'expliquer... Est ce que cela changera, j'en sais rien mais pour l'instant je n'ai ni envie ni besoin.

avatar contributeur de Flow-D
Flow-D
30/12/2020 à 14:44

Comme tout, c'est ammenné à évoluer en fonctions de nos besoins, envies, ressenties ... tellement de paramètre sont à prendre en comptes. De mon point de vue.

Et le terme Asexuel n'est qu'un terme parapluie qui regroupe de nombreuses définitions et tout un spectre de ressenties.

Il y'n à peut être une qui te corespond ?

avatar ancien membre
Ancien membre
30/12/2020 à 17:33

Oui, je devrais plus approfondir le sujet en lisant des sites ou articles qui y sont consacrés pour savoir où je me situe vraiment...

avatar contributeur de Flow-D
Flow-D
30/12/2020 à 17:36

Si tu t'en sent le besoin uniquement et en prenant des pincette les ressources sont à croisées et à vérifier sur le net souvent, mais il y'a de bonne pistes. Parcontre évites les reportage à la limite du voyeurisme ou du patologisant ... c'est d'un déprimant.

En tout cas ravi.e de me sentir moins seul.e. ^^

avatar ancien membre
Ancien membre
14/01/2021 à 19:21

Hey, j'avais posté en mai.

Depuis, je me suis bien renseigné, je figure bien dans le spectre de l'asexualité.

En site internet, pour avoir de bonnes infos, le site : la vue en queer est top.

avatar contributeur de Scorpionne
Scorpionne
23/03/2021 à 12:22

bonjour, je pense être asexuelle ou demi sexuelle. je ne ressenspas de desir sexuel pour une aliutre personne, passer à l'acte est une corvée..par contre j'aime les préliminaires et la tendresse..il y a énormément de variances dans ce terme "asexualité", a toi de savoir ou tu te situe, ce qui te correspond mais une chose est sûre on n'est pas très nombreux et ne pas proner le sexe comme génial et l'hypersexualisation de la société ne nous aides pas...je pense quon est bien plus nombreux quon le pense sauf qu'ne grande majorité fes personnes ne se l'avoue pas😔



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr