Asexualité... Comment la vivre ?

avatar contributeur de LaColombe
LaColombe
04/03/2020 à 20:51

Bonjour à toute la communauté.

Ma demande d'aide est simple. Je crois être asexuelle. Pour le background, ça fait des années qu'au début de mes relations je fais "illusion" en ayant des relations sexuelles régulières, qui finissent inévitablement par s'estomper après quelques mois. Je finis par me blâmer, par me détester, par me demander ce qui ne va pas chez moi... Pourquoi je n' y arrive plus... Dans une société où tout le monde en parle tout le temps, où un couple heureux est un couple qui fait l'amour ("quoi ? Vous l'avez pas fait depuis trois mois ? Qu'est ce qui va pas ?!!")... Comment faire pour ne pas se torturer ? Bon, maintenant que j'ai découvert le terme d'asexuelle et découvert que je n'étais pas la seule, j'essaye d'être moins dure envers moi même. Il n'empêche que j'aimerais échanger avec d'autres personnes dans des cas similaires, pour avoir des conseils ou juste me sentir moins seule face à cette situation... Alors si vous êtes un peu comme moi... Merci.

avatar ancien membre
Ancien membre
04/03/2020 à 22:56

Citation de LaColombe #325832

Déjà courage à toi ! On vit dans une société où la sexualité est une norme et où elle est véhiculé comme un passage obligatoire de la vie, si l'on passe à côté, on est qualifié de termes horribles et si on en ressent pas le besoin, les gens vont s'improviser psy et chercher les raisons. Il faut avoir la force de s'en détacher et de vivre pour sois même si malheureusement a cause de l'ignorance, beaucoup de gens verront encore l'asexualite comme quelque chose d'anormal ou un blocage. Personnellement moi je ne suis pas totalement asexuelle, je me sais être sur le spectre et ce qui m'a aidé ça a été un groupe asexuel sur Facebook. Alors peut-être trouvera tu cette aide ici, en tout cas tu n'es pas seule !

avatar contributeur Fiffi
Fiffi
05/03/2020 à 01:07

Bonjour LaColombe ,

pour ne plus te torturer inutilement , je n' ai qu' un seul conseil ; aime-toi et accepte-toi telle que tu es . L' asexualité est une orientation sexuelle normale , tu dois vivre avec sans te comparer à un modèle qui ne te correspond pas .

Tu n' es pas la seule asexuelle , sois plus tendre envers toi-même . je te souhaite de trouver du réconfort sur ce site .

avatar ancien membre
Ancien membre
05/03/2020 à 08:17

Bonjour @LaColombe

"" Pour le background, ça fait des années qu'au début de mes relations je fais "illusion" en ayant des relations sexuelles régulières, qui finissent inévitablement par s'estomper après quelques mois. Je finis par me blâmer, par me détester, par me demander ce qui ne va pas chez moi...""

Quand tu dis tu fais" illusion", c'est voulu ou au contraire c'est comme si une force te poussait a chaque début de relation ?

Je te demande car je vis la même chose que toi depuis toujours, au debut de la relation tout va bien et ensuite tout retombe rapidement comme un soufflé, ce peut être parfois au bout d 'un mois, voire moins.

Et la je me dit mince , les hormones ne font plus effet... et comme toi jel'ai toujours mal vécu ....

J'ajouterai que le changement, la nouveauté ( nouvelles rencontres, nouvelles pratiques sexuelles ) peut prolonger une periode de " rapports réguliers" mais dans tous les cas ça fini toujours de la même manière,

Te reconnais tu dans ce que je dis ?

avatar contributeur de LaColombe
LaColombe
07/03/2020 à 19:10

Bonsoir,

Oui, c'est ça, c'est comme une espèce de force que je ne contrôle pas trop, qui me donne envie. Je ne me force pas comme si ça me rebuttait. Et effectivement, les nouvelles rencontres et nouvelles pratiques ravivent cette petite flamichette, mais même dans le cas d'une relation hors "couple", cet emoustillement ne dure que très peu de temps... Et lorsque ça s'en va, je me pose toutes les questions évoquées plus haut, mais par contre ça me manque rarement...

Donc pour conclure, oui je me reconnais tout à fait dans ce que tu décris !

Pardon pour l'edit tardif: je n'avais pas vu les 2 autres commentaires! Merci à vous pour vos mots de soutiens, ça fait chaud au cœur. Et ça fait un bien fou de voir queffectivement je ne suis pas seule...!

avatar contributeur de CosmicNova75
CosmicNova75
20/03/2020 à 23:51

Ne te compare pas aux autres car chacun a sa propre sexualité. Il y a aussi parfois un décalage entre ce qu'on veut montrer au monde (facette publique), et ce qu'on est/ ce qu'on fait vraiment en privé...

Peut-être que tu es plus cérébrale que sensuelle et que tu trouves d'autres pistes bcp plus intéressantes et épanouissantes que le sexe. Essaie d'en parler avec tes prochaines relations?

avatar ancien membre
Ancien membre
22/03/2020 à 12:07

Bonjour LaColombe (joli pseudo…),

Attention stop ! La régularité des actes sexuels n’a rien à voir avec la qualité de vie !

Il va bien falloir qu’un jour un changement de mentalité s’opère afin de dézinguer cette pensée ancestrale… L’être humain est un animal, certes, mais il est doté (en principe !) d’une intelligence et d’une conscience… C’est bien là toute la différence !

La nature nous dit qu’il faut procréer pour pérenniser la race humaine (cool…).

Mais que nous disent cette intelligence et cette conscience ? Que le bonheur laisse toute liberté d’agir comme on l’entend… Tout simplement. Il n’y a pas de norme, de « calendrier »,… Heureusement ! Imagine ; les jours avec et les jours sans ! Les gens qui ont le sourire et ceux qui font la gueule… Triste tableau !

Non, sois tranquille, ceux qui se targuent d’être des « bêtes de sexe » sont, généralement, tout l’inverse…

Et puis tu sais, il y a plusieurs choses qui peuvent jouer dans ton cas :

1 - Tout d’abord, ton âge. Tu es encore jeune et il est possible que ton corps ne soit pas encore demandeur…

2 – Il est possible (et c’est plus probable, à mon avis) que tu n’ais pas encore rencontré l’élu ou l’élue de ton cœur. Et ça, ça peut demander un certain temps. Mais c’est un gros facteur déclencheur, crois-moi…

Sois patiente.

Je t’embrasse, Frango.

avatar contributeur Fiffi
Fiffi
22/03/2020 à 15:10

L' asexualité est une orientation sexuelle comme les autres ; on peut donc en tirer les mêmes conclusions .

On ne choisit pas son orientation sexuelle et nous n' avons pas choisit d' être asexuel mais on peut connaitre son ressenti très jeune . Je me suis apperçu bien vite que je n' avais aucune attirance pour l' acte sexuel et je n' ai rien d' exceptionnel : beaucoup de personnes ont eu consciences de leurs attirance très jeunes .

L' asexualité ne nous empêche pas d' être amoureux , nous différencions plus que les autres l' attirance sexuelle de l' attirance amoureuse .

En étant amoureux se pose pour nous la question : pratiquer ou non l' acte sexuel .

Chaque personne asexuel aura sa réponse . Pour les uns se sera un non , pour d' autres un oui mais ou un non mais , pour d' autres un oui en limitant la fréquence .

On peut cacher son asexualité en public , pour ne pas être jugé négativement ou parce qu' on en a ras le bol d' être incompris .

En privé , cela devient plus compliqué de cacher son orientation , du moins sur le long terme . Chassez le naturel , il revient au galop .

avatar contributeur Otarion
Otarion
07/04/2020 à 18:52

Déjà, bienvenu !

L'asexualité est tellement peu connu et pourtant il y a plus de personnes asexuel qu'on ne le pense. Personnellement, ce qui me donne un petit coup de pouce pour me sentir bien en tant qu'asexuelle, c'est les compte Tumblr d'asexuels. Ils diffusent des messages de bienveillance et d'amour de soi.

Bien sûr, plein d'autres choses m'ont aidé mais c'est plus une question de personnalité et d'entourage. En effet, c'est mes amis qui m'ont permi de découvrir mon asexualité donc ils sont avec moi. Quand ils parlent de sexe, ils ne sont pas vexé ou surpris que je ne suive pas leur conversation.

Il y a une chose à accepter en plus de son asexualité : que tu n'es pas comme tout le monde et c'est normal ! Nous sommes tous différents et pas seulement sur notre sexualité. C'est un long et difficile travail mais il faut se défaire de la pression social de l'hétérosexualité. Tu n'es pas comme les autres ? Tant mieux ! Le monde serait ennuyeux si on se ressemblait tous, non ?

Je ne sais pas si mes propos on peut t'aider et comme je sais qu'on ne plait pas à tout le monde, il se peut que certain n'approuve pas mes propos. Tant pis, ça arrive. Si ça vous vexe, désolée mais je ne cherche pas à plaire au plus grand nombre mais à donner mon expérience personnelle de mon asexualité, c'est donc très subjectif.

Dans tous les cas, je te souhaite force et courage pour la suite. Reste confiante, prend soin de l'estime que tu as de toi et avance vers l'avenir autant que tu le pourras !

avatar contributeur de Tazsud
Tazsud
07/04/2020 à 18:58

j'aime bien le sexe et ne sais pas vivre sans mais je peux comprendre quelqu'un qui vivrait sans. Comme souvent si c'est un choix pourquoi pas si c'est par dépit ou obligation c'est plus embêtant. Dans ce bas monde la culpabilité est omniprésente mais courage à toi de mettre en avant ton point de vue ...

avatar ancien membre
Ancien membre
12/04/2020 à 21:38

Bonjour La Colombe, tu n'es pas là seule... J'ai perdu mon mari il y a sept ans et je peux te dire que j'ai je me sentais différente, enfin, je croyais.

Et bien il n'y a pas longtemps que j'ai découvert le mot à sexualité.... Mon mari n'a jamais mis cartes sur tables: à peu de choses près, nous étions pareils.

L'amour n'en n'est pas moins, fort.

Le sexe n' est pas un dogme.

L'amour avec le cœur et câlins oui ça existe.

Bien à vous toi.

Koba

avatar contributeur de LaColombe
LaColombe
16/07/2020 à 10:53

Citation de Frango #327662

Bonjour !

Je croyais avoir répondu mais en relisant ce post, je me rends compte que ça n'a pas dû fonctionner.

Bon. Déjà, merci beaucoup à nouveau à toutes et à tous pour tout votre soutiens, vos conseils, votre bienveillance. Qu'est-ce que ça fait du bien !

Ensuite, les choses se précisent pour moi je crois... En réalité, je suis en couple et je me sens vraiment bien avec cette personne. J'éprouve beaucoup d'amour, et me projette facilement. C'est juste que je ne le désire pas vraiment, ou seulement en de rares occasions.

Ce que je désire, parfois, c'est l'interdit je crois. En fait, dès qu'il s'en va (et c'est très rare qu'on soit loin l'un de l'autre, et ça me convient tout à fait), je ressens cette pulsion. Mais ça arrive, allez, une fois par an, et le reste du temps ça ne me manque nullement.

Alors, que faire ? Simplement accepter, probablement, étant donné que ça ne me manque pas plus que ça. Est-ce de l'asexualité ? En tout cas, c'est ma forme de sexualité.

Le seul véritable problème je crois, c'est que je n'ai pas encore réussi à lui en parler. Je lui ai parlé d'asexualité, mais pas des "pulsions" plutôt lesbiennes que je ressens. Est-ce mal ? Je n'arrive pas à me projeter dans un couple non exclusif... Sûrement par manque de confiance en moi, car la peur que l'autre "trouve mieux" est tenace...

Désolée si mon message est un peu flou.

avatar contributeur de Kinou
Kinou
18/07/2020 à 08:19

Bonjour La Colombe,

Il n'y a pas de mal à ressentir cette pulsion lesbienne. Quand bien même tu es en couple avec un homme.

Est-ce que tu ressens ça comme un interdit parce que c'est contradictoire avec ton couple hétéro ou parce que tu as du désir extra couple ?

Par ailleurs, la peur que l'autre "trouve mieux" est légitime mais pas exclusif aux couples libres. Même dans un couple monogame, un des partenaires peut "trouver mieux" ailleurs.

Quant à définir ton ressenti comme de l'asexualité ou non, c'est à toi de le décider. Mais sache que d'après ce que tu dis, ce n'est pas incompatible. Car l'asexualité est un spectre. Selon comment tu te situes, tu peux quand même ressentir du désir même si c'est rare.

avatar contributeur de LaColombe
LaColombe
19/11/2020 à 10:23

Bonjour,

Décidément, je ne suis pas très cool et réponds lentement... Merci Kinou pour ta réponse.

Mmh, les rares pulsions sexuelle que je ressens sont à 90% lesbiennes. Par contre, affectivement parlant (et étant donné que ça fait 4 mois que je n'ai pas écrit ici, y a eu du chemin de fait), je m'attache facilement à différents genres (binaires ou non binaires) mais sans pour autant avoir d'envies sexuelles. Donc je pense bien effectivement que le terme d'asexuelle me définit plutôt pas mal.

J'en ai parlé un peu à mon entourage, et j'ai découvert que j'avais deux amies dans un cas similaire au miens.

J'ai d'autres questions à creuser, mais en tout cas pour l'asexualité, ça m'a fait un bien fou d'avoir cet échange avec vous pour pouvoir ensuite l'assimiler.

Merci !



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr