Sujet sensible, questionnements, se reconstruire...

Forum Bi - Créé le - 7 Participations

Sujet sensible, questionnements, se reconstruire...

Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bien le bonjour,

Je suis un jeune homme d'une trentaine d'année. Dans mon enfance, j'ai subi des violences très fortes venant de la part de mes parents jusqu'à mes 15 ans (coups réguliers en tout genre (je vous prie de me croire sur parole quand au niveau de violence car je ne souhaite pas entrer dans le détail ici), intimidation et terreur quotidienne, menaces de mort...). De nature, je pense j'étais un garçon avec une polarité féminine très forte, pas très extériosié car on ne ma jamais brimé pour mon physique sur ce point là, mais dans le comportement. J'étais plutôt contemplatif, j'aimais la subtilité et la douceur plutôt que la brutalité, c'était une tendance générale, car j'avais aussi des passages plus "masculins" un peu turbulent. J'ai dû me construire une identité masculine de survie, très forte. Mon but était de devenir plus fort que la violence, celle que je recevais à la maison sans que personne d'autre que les parties prenantes ne le sachent, et d'y mettre fin. Effectivement les coups ont cessés lorsque j'ai arrêté physiquement le poing de mon père, et qu'il a compris que j'étais devenu plus fort que lui et que s'il continuait, c'est lui qui allait être à ramasser à la petite cuillère... En parallèle, j'ai toujours eut des rapports d'une extrême non-violence, à partir de mon adolescence...j'étais juste très locaces et enjoué, mais jamais violent physiquement, tout le contraire. J'aimais les gens, tous les autres gens, eux ne me tappaient pas (la plupart du temps, j'ai toujours su m'en sortir autrement, sauf une seule fois, et puis, dans la construction de ma survie j'ai pratiqué beaucoup d'art martiaux, ça me suffisait pour calmer un peu mes craintes et ne pas être craintifs visuellement donc ne pas attiser les prédateurs qui guettent les comportements qu'ils jugent "faibles" pour s'attaquer aux gens). Ma détestation pour la violence s'est accentuée avec les années. J'ai su profiter de ma liberté une fois parti de chez mes parents, j'ai beaucoup voyagé, fais des rencontres, l'énergie très masculine que j'avais développé intérieurement et physiquement pour survivre dans un contexte de violence me rendait plutôt charismatique en tant qu'homme, j'avais beaucoup de succès avec les femmes, notamment grâce à ce côté féminin que je pouvais faire ressortir ponctuellement pour montrer que je les comprenais profondément. J'ai adoré ces années là.

Aujourd'hui, je suis amoureux d'une femme avec qui je suis depuis 6 ans, nous habitons ensemble... Je ressens un amour tellement sincère pour elle que je me rends compte en revanche que je ne suis pas totalement honnête sur tous les plans avec moi-même. Que j'ai plein de blocages... alors que j'aimerais me donner entièrement, dans cette relation... j'ai un mal-être qui ne disparaît pas... J'ai commencé à travailler sur moi...psy

Jusqu'à il y a quelques mois, je ne me rappellais même plus que je me faisais terroriser et battre quotidiennement... je me rappelais d'images, mais j'étais complètement déconnecté de ce vécu, des ressentis...c'est revenu d'un coup... et c'est revenu avec tout un tas de parties de moi que j'avais occulté pour survivre... je vous raconte pas les douleurs, les pleurs, les souvenirs qui te font mal physiquement qui jaillissent sans prévenir à n'importe quel moment de la journée... je me rends compte que j'ai construit artificiellement un "super-guerrier" pour faire face à une situation tragique vécue en tant qu'enfant qui n'avait aucun autre moyen pour s'en sortir...

Parmis tout cela, il y a la constatation qu'une partie du rapport que j'ai avec les gens est encore guidée par la violence que j'ai reçu petit... J'ai peur des hommes et j'ai peur de décevoir les femmes, à une profondeur qui dépasse l'entendement. Je me rends compte que j'ai construit ma sexualité sur la pornographie, par peur d'aller plus loin que des rapports de surface avec les autres. Que je n'arrivais pas à me donner en entier aux femmes, et que je faisais un peu semblant, parce que c'était une souffrance pour moi d'aller dans l'initimité... que je me suis peut-être "forcé" pour alimenter mon personnage de "super guerrier", mais j'ai pourtant eut beaucoup, beaucoup de plaisir avec les femmes... et j'aime ce qu'elles m'apportent, la douceur de certaines, tout autant que la chaleur brûlante d'autres, l'envoutement... Je me rends compte que peut-être, je suis aussi attiré par les hommes. Je me rends compte que peut-être, je suis plus féminin que je ne laisse le paraître...

Cela fait plusieurs mois... et je souffre horriblement de cette situation...

Je suis en train de faire la crise d'adolescence que je n'ai pas pu faire, que l'on m'a volé... à coup de poing, de hurlement,.. J'ai déjà entendu tout les conseils possibles et imaginables de ma psy, qui sont vraiment aidant, j'ai déjà lu beaucoup de témoignages sur internet, ma compagne sait tout, je lui dit tout...

J'ai à la fois, en moi, une personne qui déteste la violence, qui adore la douceur, qui a un côté très féminin et aussi enfantin, et à côté de ça, il y a un hulk latent que je contiens, qui ne me sers plus à rien, celui qui m'a permis de survirve, d'arrêter de subir la violence, mais que je déteste car je déteste la violence... J'ai les deux extrême, quand j'essaie de me dire que je les acceptes toutes les deux... que mon essence masculine peut devenir positive et qu'il faut que je l'accepte, et que je me dis qu'il faut que je laisse mon côté féminin s'exprimer,... ça part toujours dans les extrêmes de l'un ou de l'autre, les yoyos intérieurs sont encore plus grands, plus douloureux, et chacun de ces deux aspects de ma personnalité se rejette, je suis coupé en deux, je souffre vraiment...

Je doute de ma sexualité, ma compagne actuelle est très douce, j'apprécie énormément sa douceur. En revanche nous avons très peu de rapports sexuels, elle pense peut-être être asexuelle. Je pouvais faire avec, jusqu'ici, mais en ce moment de grand questionnement,.. ou j'aurai besoin de pouvoir expérimenter et me rassurer sur ce plan (peu importe les constatations), je suis démuni... Elle est ok pour que je fasse des expériences à côté si je le souhaite, mais je ne m'en sent pas la force...

J'ai l'impression qu'il faut que j'accepte trop de chose en même temps... qu'il faut que j'accepte mon côté masculin, tout en laissant revenir le côté féminin qui serait peut-être dominant, que peut-être je suis attiré par les hommes, et par les femmes, de deux manières différentes... que si ça se trouve je suis moi-même asexuel car je ne peut plus reprendre contact avec mon initimité (la violence physique peut entraîner ça et ce que je ressent semble correspondre)... que tout mon monde ce chamboule cette année... J'ai la chance d'être super bien accompagné, mais, je ressent des douleurs, insupportables... vraiment...

Je ne sais pas trop ce que j'attends de ce message...

Je ne sais pas quelle aide vous pouvez m'apporter... je crois juste que j'ai besoin de parler, d'entendre des gens parler de leur vie aussi, et de réussir à petit à petit me dire que tout ça n'est pas très grave, que je vais continuer à respirer, vivre et peu à peu appaiser ces douleurs...

J'arrive peu à peu à parler autour de moi de la violence que j'ai reçu petit, mais je n'arrive pas encore à assumer mes combats intérieurs entre féminin et masculin (je ne me pose pas la question de la transidenté, même si à un moment j'y ai pensé, je ne crois pas que cela soit ça), ni sur mon éventuelle bisexualité,... ces deux choses je n'en ai parlé qu'à ma compagne et ma psy...

Je me sent malgré tout très seul, sans autre interlocuteur ou interlocutrice, j'ai l'impression de vivre caché... alors que je me pose juste des questions... j'explose à l'intérieur...

Merci de votre lecture, de votre respect...


1 vote

Salut.

Ton long message me parle beaucoup. Cette sorte de dissociation en toi entre le féminin ( inné) et le masculin (sur-construit). Et ton rapport un peu surfait avec les femmes, mais néanmoins salvateur. Et ta sexualité plus inspirée du porno que de tes aspirations réelles.

Tout cela me parle étonement.

J'ai aussi un fonctionnement assez féminin, contré violement quand j'étais enfant ( violences psychologiques et non physiques). Je ne te parlerai pas de mon parcours tellement il me semble tortueux et souffreteux avec le recul.

Je vais mieux maintenant. Suis un peu plus serein dans mes relations, mais c'est pas encore tout à fait ça. Mais je pense etre pret maintenant à vivre les choses de façon normale et apaisée.

Enfin tout ça pour te dire que ça m'a touché de te lire.

je te souhaite de progresser. L'essentiel est d'arriver à etre toi-meme, en mettant à nu tes traumas et surtout etre toi-meme dans tes rapports intimes avec les autres.

C'est déjà super que tu puisses parler à ta compagne ainsi qu'à ta psy.

Si tu veux échanger plus, tu peux me contact en mp.


0 vote

Meilleure réponse

Bonjour Anonyme.

J'ai un parcours similaire au tiens en matière de violence. La constructions d'une personnalité dédié à la survie, oui je connais.

Ce yoyo entre les différents pans de ta personne ne sont pas quelque chose de définitif rassure toi. Ce n'est qu'un avis parmis tant d'autres alors tu en fais ce que tu veux ok?

En gros, pour moi (et j'insiste la dessus) ce mal être ne viens pas que de toi. Il proviens aussi de ton éducation et par la même de ta vision de ce qui devrais être considéré masculin et/ou féminin. Les hommes sont durs et virils. Les femmes douces et fragiles. ect... C'est compliqué de faire coéxisté des choses que l'on met en affrontement constant. Il serait plus simlple de s'accepter si on pouvait imaginer qu'un homme reste un homme sans qu'il n'ai à aimer se battre ou qu'une femme qui aime cogner et parler fort reste un femme. Et là on reste encore dans la pure binarité.

S'affranchir de la vision binaire que voudrait faire passer pour normal la société, demande un poil de gymnastique mentale au début mais une fois que le principe est aquis, le monde ouvre de nouvelles possibilités qui nous étaient caché au début.

La survie, être constament en alerte pour se prémunir du moindre mal, la confrontation, .... ce sont des mecanismes qui sont normalement mis en place en cas de dangers mais quand on a été éduqué dans un contexte constant de danger et d'agréssivité, ces mécanismes de préservation qui devrais être utilisés occasionnellement deviennent un quotidien et un quotidient épuisant pour le mental. Il n'est pas simple de défaire ce qui à été fait dans l'enfance mais le passé est ce qu'il est. Il est immuable et rien ne peux le changer aussi surrement que le présent est entre tes mains. La personnalité n'est pas une chose monolithique. La personnalité c'est pleins de facettes de nous même que l'on utilise à loisir selon la situation. Tu as le pouvoir de choisir qui tu veux être. Sois juste bienveillant envers toi même avec la même envie de douceur que tu éprouve pour les autres.

Je te souhaite de trouver la clé qui te permettra de saisir le point d'union entre les différentes parties de toi. ^^


3 votes

bonjour anonyme. ton message m a beaucoup touchee. bien qu ayant un parcours tres different du tien j ai egalement ete confrontee a la violence lors de deux periodes de ma vie. on m a conseille l EMDR que je n ai pas encore pratique faute de moyens financiers mais que je garde en tete neanmoins. En as tu deja entendu parler? peut etre que cette methode pourrait t aider a depasser tes traumas et ainsi pouvoir vivre plus serainement sans cette lutte en toi? en tout cas bon courage dans ton parcours j espere que tu parviendras a te realiser pleinement


0 vote


Bonjour, Je pense que ta perception de la masculinité (violence, agressivité) et de la féminité (douceur) ne vont pas t'aider à y voir plus clair :/


0 vote

Salutations Anonyme !

Ton message m'a beaucoup touché également. Je n'ai rien vécu de similaire et je n'aurai aucun conseil à donner, mais je tenais très simplement à t'encourager pour ce que tu traverses.

Ce n'a pas l'air évident du tout, tu dois te poser pas mal de questions. Je te souhaite vraiment de tout coeur que tu puisses venir à bout de tes démons intérieurs. Tout ira bien. Le bonheur, c'est comme un immense gâteau : tout le monde a droit à sa part. Personne ne mérite d'être malheureux.

Je t'envoie plein d'ondes positives ! Courage !


0 vote

Bonjour,

Je n'ai pas vraiment de conseils à te donner étant donné que je peux à peine imaginer ce que tu as traversé. Mais pour ce qui est de la construction de personnalités contraires, j'ai aussi à lutter contre et c'est loin d'être évident. Je me fais aider régulièrement par une personne qui pratique les thérapies alternatives, la médecine énergétique traditionnelle, etc. Je ne sais pas d'où tu viens mais si l'envie te prenait de la rencontrer n'hésite pas à m'envoyer un message. Même chose si tu as besoin de discuter, je serai là pour te prêter une oreille attentive.

Bon courage à toi,

Bennie


0 vote




Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit