Difficile d’être guest (actif) ou versatile quand on a un petit pénis?

LouRrr

Salut salut,

ATTENTION FORUM ANAL (et aussi vaginal au final), AMES SENSIBLE S'ABSTENIR

Voila je ne me sens pas exclusivement host (passif) avec les mecs, mes experiences de ce coté là ont mème pas été très oufs. J'ai pas encore beaucoup essayé le versant guest (actif), soit parce que le gars voulait pas, soit parce que c'etait physiologiquement insatisfaisant (je flottais). Mais de toute façon je me dis qu'avec mon chibron de 13-14cm max et plutot mince je risque de pas pouvoir satisfaire beaucoup de gars de ce coté là.

Suis-je "condamné" à l'heterosexualité (j'ai l'impression que ce problème se pose moins avec les filles et je suis bi)? Ou alors condamné à indiquer sur mon front les mensurations de mon pénis pour que seul les gars et filles interressés quand mème me fasse signe (j'ai entendue ici parler de "Dinky One", peut ètre une solution)?

Plus serieusement certains d'entre vous qui ont aussi ce genre de pénis ni très grand ni très gros auraient-ils des témoignages ou malgré ça ils ont pu satisfaire pleinement et prendre leur pied en tant que penetreurs? Que ça soit avec un gars ou une fille (parce qu'en vrai j'ai pas beaucoup pratiqué de ce coté là non plus)

Jstophe

Bonjour, ton sujet peut prêter à sourire, mais je le trouve très sérieux.

Je n'ai pas à écrire mon autobiographie sexuelle ici, mais je citerai quelques expériences pas vraiment flatteuses. Il m'est arrivé de pénétrer (sodomiser, pour être moins soft) des garçons. Mais dans certains cas, j'avais l'impression qu'ils ne "sentaient" rien. Par contre, quand c'était moi le pénétré, quelle que soit la taille de l'engin du partenaire, je sentais vraiment "quelque chose".

Je ne connaissais pas les termes "guest" et "host". Merci de parfaire mon éducation sexuelle, même à mon âge.

David37

Salut LouRrr,

Un conseil, ne te prends pas la tête avec ça ! Les gars qui vont te jeter parce que tes attributs masculins ne leur conviennent pas n'ont rien à faire avec toi ! Tu mérites beaucoup mieux ! Ils ne t'aiment pas pour ce que tu es ni pour tes valeurs morales et ne voyent pas tout ce que tu peux leur apporter d'un point de vue relationnel. Ne perds pas ton temps avec des gars pareils ! Et puis je te rappelle que nous sommes, à peu près, 50 % à être dans tes mensurations, moi le premier. Alors, il n'y a aucun problème.


● en ligne
Redmood

Je confirme, inutile de se faire du soucis pour une histoire de taille, une grande majorité d’entre nous est logée à la même enseigne. De plus, tout les gays ne focalisent pas sur la sodomie à tout prix (il y en as même, qui n’aiment pas ça) et peuvent être parfaitement satisfait, par d’autres moyens, en lieu et place, ou en complément.

Membre Anonyme

Anatomiquement parlant, le problème que tu évoques n'existe pas, dans l'immense majorité des cas…

Le rectum est un muscle qui s'adapte tout à fait aux sexes de petits calibre comme aux gros.

Bien sûr, si tu as un partenaire qui s'est enfoncé un cône de chantier jusqu'à la garde avant que tu t'occupes de lui…

L'intensité du plaisir n'est pas proportionnelle aux mensurations péniennes.

Il y a la part fantasmatique des gros attributs mais il n'y a pas de corélation physique du truc.

Du coté physique, ce serait même plutôt l'inverse car un gros instrument demande plus de tact pour procurer du plaisir qu'un petit.

Il suffit de réaliser que l'on prend du plaisir avec un index pour comprendre que le diamètre d'introduction n'est pas un paramètre fondamental.

Et je ne te dis pas cela pour compenser la faiblesse dimensionnelle de mes attribut car je suis bien doté par la nature pour le petit bonhomme que je suis.

En tant qu'actif, passé le regard approbateur de mes partenaires, il n'y a pas d'avantage.

En tant que passif, j'ai toujours pris plus de plaisir à me faire doigter que pénétrer; preuve qu'un gros sexe (que j'aime bien cependant avoir sous les yeux et en bouche) n'est pas une valeur ajoutée quand il disparait entre mes fesses.

LouRrr

Waaa, merci les gars, faut juste que j'arrètes de me prendre la tète la dessus en fait^^

"Je ne connaissais pas les termes "guest" et "host". Merci de parfaire mon éducation sexuelle, même à mon âge." Mais de rien, tu remercieras aussi tous les autres qui ont participé à mon topic "par quels mots remplacés la distinction actif/passif".

Bon confinement à tous!

Zeugma

LouRrr, ton sujet sous une présentation très pratique et physiologiquement claire porte une autre interrogation, celle de la manière dont nous nous regardons nous-même comme "déficient" ou "surclassé", et c'est souvent dans des moments où nous mettons nos limites à l'épreuves que la quantité prend le dessus sur la qualité... et c'est souvent bien dommage...

LouRrr

Je t'avoue ne pas comprendre à partir de "et c'est souvent...",, peux tu exemplifier?

Zeugma

oui scuz LouRrr: " et c'est souvent dans des moments où nous mettons nos limites à l'épreuves que la quantité prend le dessus sur la qualité... et c'est souvent bien dommage..."

toute action est supportée par un rapport de la bonne quantité par la bonne qualité ex : enfoncer un clou dans un mur--- si le coup qui doit enfoncer le clou est trop faible et que l'on frappe avec une plaquette de beurre, rien ne se fera comme on le projette, car même en tapant fort avec une plaquette de beurre le clou ne s'enfoncera pas...

pareillement si l'on encule un gars avec violence sans un peu de beurre, le résultat ne sera pas agréable pour lui, car c'est la qualité lubrifiante du beurre qui fera que la quantité de force de notre coup de rein sera acceptable...

donc c'est bien dans l'épreuve des limites de la matière que l'on découvre que la quantité (faible/violent) doit passer après la qualité (beurre/sans beurre) de nos actions...

Tazsud

je comprends ta question qui est la mienne aussi. D'expérience une personne qui fanstasme sur un gros z.. va très probalement être décue mais si vous cherchez une relation qui ne se limite pas aux centimètres alors pas de souci. Je suis souvent surpris de voir des gars que j'attire beaucoup trouver du plaisir avec mon engin (et je suis pourtant souvent tout autant stupéfait de voir le leur !) et qui me disent même "bah t'as une petite b... mais elle est bonne !" et puis comme on dit "avoir une Ferrari et ne pas savoir conduire c'est dommage" ...

LouRrr

ok^^

Latinoesp

Salut j'avais aborder le sujet autrefois dans le forum :

Bonjour, je suis en couple avec mon copain depuis peu. Lors de l'acte, il a été décidé implicitement que je serais passif et lui actif. Mais que voulons-nous vraiment? Je pense que sexuellement chacun se plaît dans son rôle. Mais est-il actif car il a une + grande experience de sexualité gay que moi. Ou alors c'est parce qu' il est plus viril que moi (non pas que je sois effeminé) mais ses muscles sont par exemple plus saillants que les miens, il est plus grand etc. Etre passif avec lui me comble mais inconsciemment j'utilise des positions lascives, aguichantes lors des préliminaires et je vois que ça lui fait de l'effet et à moi aussi... Et lui, n'est pas très enclin à etre passif mais ds le même temps, je n'ai jamais été dans le rôle de l'actif. Qui sait? Je preferais être actif...

Si quelqu'un peut m'éclairer...

Tungstenn

(aaaaah les pénis... 13-14 cm ,c'est une taille normale non ? on n'a pas déjà déconstruit tout ce truc du actif/passif ?)

Skyquiver - modifié par Skyquiver le 20/03/2020 - 19:11:18

C'est effectivement loin d'être si simple et évident. J'étais très amoureux de mon dernier copain asiatique et suite à une dispute provoquée par la fatigue, ce dernier en a profité pour me quitter; j'ai découvert bien plus tard que c'était en grande partie justement parce qu'il n'aimait pas le sexe plus que ça.

J'étais son premier vrai copain sexuellement parlant. On pensait également pour le même genre de raisons qu'il était passif, surtout lui, parce que cela ne dépend pas du physique mais des envies et désirs de chacun, et il continuait de le prétendre lors de nos ébats, en précisant même qu'il se masturbait le matin en repensant à nous, mais il ne ressentait rien d'extraordinaire intérieurement, je l'ai découvert par hasard sur un forum pour asexuels. Il préférait pallier à cela via les plaisirs solitaires d'après ce que j'ai pu en lire.

J'aurais évidemment préféré de l'honnêteté, la communication est essentielle dans un couple. Je l'aimais, je ne sais pas comment on aurait géré cela, mais je ne l'aurais pas quitté du jour au lendemain pour autant ou du moins pas sans en parler avec lui.

Malgré tout, cela m'a aussi permis de me rendre compte que j'étais hypersexuel. J'ai un besoin tactile quasi-permanent quand je suis avec mon copain, et plus encore l'irrépressible envie de le tripoter, et je suis toujours partant pour lui faire l'amour, à condition que lui aussi soit partant. Afin de ne plus finir aussi blessé, je me suis vu obligé de préciser ce statut dans mon profil, tellement je l'ai mal vécu.

En effet, pour ma part je ressentais un peu cette même sensation de flottaison évoquée ici, voir même d'anesthésie, car en pénétrant mon copain, dont le corps est à la même température que le sien, j'avais comme l'impression de ne finalement plus sentir mon propre "sexe", et de ce fait de ne pas être assez "bien membré" car ne sentant pas cet effet "serré", sauf à l'entrée, il devenait dès lors presque plus agréable avant tout de faire des allers et retours à ce niveau-là, mais cela lui faisait trop mal et était trop déplaisant pour lui, donc je ne le faisais pas ; j'ai l'impression finalement que nous ne prenions pas tant de plaisir l'un comme l'autre, et je m'en sentais coupable de mon côté, voulant recommencer d'autant plus que je craignais qu'il me quitte pour un garçon "plus gâté", puisque lui me faisait croire qu'il aimait ça, en tant qu'actif "je devais le satisfaire" et puis naturellement je me sens effectivement très actif, et quand je suis amoureux j'ai forcément d'autant plus envie de "fusionner" avec mon copain. Je me retrouve pourtant dans la moyenne évoquée ici en terme de taille, qui n'est ni extraordinaire, ni minuscule non plus.

Pour ma part, je n'ai été qu'une seule fois passif, avec mon premier copain asiatique cette fois, pour lui faire plaisir, sans que cela soit réciproque. Je n'y prenais aucun plaisir, sinon celui de pouvoir lui faire plaisir, je pensais vraiment que c'était de l'amour après avoir conversé six mois avec lui, prétendant être amoureux, mais je n'ai servi pour le coup que de plan cul de l'été !

Je pense donc que c'est loin d'être facile, j'aimerais beaucoup connaître un garçon passif aussi hypersexuel que moi dont je serais amoureux, quand à être versatile, je me dis que si jamais je tombe amoureux d'un garçon qui aime être passif, mais qui ressent le besoin d'être parfois actif, je pourrais tenter de lui faire plaisir, c'est tellement compliqué.

L'essentiel c'est d'en parler avec son copain, de rester ouvert, parfois cela peut marcher, d'autres fois le bambou finit par casser, face à des attentes et des envies trop différentes et incompatibles, assez difficile pour celui des deux qui était amoureux.

Il n'y a rien de plus plaisant que de faire plaisir à son copain en communiquant ses envies, ressentir son désir amoureux, qu'il soit anal ou pénien, car c'est un peu comme prendre la température de son amour pour nous. Je pense que c'est pour cette raison que j'ai autant à coeur de voir son plaisir se manifester à travers l'un ou l'autre. Je n'ai d'ailleurs jamais eu la chance d'avoir un copain qui aimait que je le masturbe ou le suce, ou même l'inverse, alors que je suis sûr que j'aimerais beaucoup le faire ou le subir avec mon copain. (Désolé, c'est un peu crû)

Japaris75

Il ne faut pas oublier que nombre de gays aiment les hommes aux pénis de taille moyenne ou de petite taille...


● en ligne
Hanabi

La meilleure expérience sexuelle que j'avais c'était avec mon premier, son sexe est dans le moyen français, mais il est chinois. les suivants ont leur engin plus gros, mais au niveau de ma satisfaction, c'est un peu loin du compte.

Pour dire la taille ne fait pas tout. Savoir servir son engin est bien plus important, et ça c'est pas le cas de tout le monde.

LouRrr

Je comprends tout ce que vous me dites. Mais alors pourquoi le porno n'engage quasiment que des acteurs avec des gros pénis?

J'ai commencé le porno jeune, vers fin CM2 des amis m'en ont montré, et retrospectivement je crois que ça m'a pas aidé, mème si je n'accuse pas le porno de tous mes maux.

Zeugma

le porno est semblable au pernod, il faut le couper d'eau, pur c'est imbuvable et l'eau du porno ce sont les oeuvres artistiques...


● en ligne
Redmood

Je pense que les gros engins (de même que les gros seins) sont plus "cinématographique" et puis, ce sont des films, c’est du spectacle, c’est comme les trucs qui explosent de partout, dans les films d’actions, les tirs qui font du bruit même dans l’espace, les sauts en vitesse lumière, qui ne posent pas de problèmes de dilatation temporelle, les morts qui ont toujours une dernière belle phrase à dire… C’est du divertissement, du spectacle, il faut que ça soit spectaculaire, excitant, fantasmatique même.


● en ligne
Hanabi

Parce que les filles le regardent aussi. EN plus montrer une grosse quequette dans une fille explosif des seins sont plus sexy.

le deuxième pays où l'industrie pornographique est plus développé, le Japon, non, dans les porno on peut voir une fille toute jolie mignonne, qui s'est fait montée voir humiliée par un vieux groc porc kiki miniscule. C'est pour plaire l'esprit de certains viewers.

En plus y a de plus en plus de vidéo amateur sur le net, on voit bien qu'ils sont pas si bien membré, mais la qualité de sexe montré a rien à envier des professionnels.

Voilà les porno c'est pas une référence. J'avais vu un reportage sur les travailleuse de sexe, elles ont dit qu'il fallait ses clients comprennent le sexe avec une prostitué n'est pas comme dans le porno. Et souvent, elles ont été mal traités du fait que ses clients veulent essayer certains senarios dans le porno.

Le porno reste le porno, c'est pas une référence.


● en ligne
Llaho - modifié par le 22/03/2020 - 14:22:35

Lourrr,

tu es dans la moyenne et puis lève la tête, regarde au bout du sexe tout la haut il y a une tête avec un cerveau, une personnalité et il me semble que ce soit tout aussi important, pour certain c'est même indispensable.

Si cela ne suffit pas alors compense par les positions ça peut aider.

Pour finir c'est pas obligatoire surtout pour ceux qui n'y trouve pas de plaisir.


● en ligne
Hanabi

Tout à fait. Passif au dos par exemple

Lindos

je vais écrire des généralités, mais de temps en temps cela vaut la peine de les répéter, en vrac :

les mauvais "ouvriers" ont de mauvais outils dit le diction ce qui vaut dire que les bons ouvriers utilisent bien l'outil qu'ils ont, ou autrement, autre dicton "c'est en forgeant qu'on devient forgeron", pour différentes raisons un homme "mature" disons après 25 ans n'a plus tout-à-fait le physique qu'il avait les 10 années précédentes, et puisque je prends l'artisanat comme exemple, il y a des "clients" qui préfèrent la qualité à la quanlité, enfin il y a un moment où il faut s'échapper du dictat des modes, tous les gouts sont dans la nature.


● en ligne
Hanabi

Oui Grégoire, mais je veux les deux: qualité et quantité.

Mimosa

Je ne suis pas sur qu´il soit profitable aux gens de parler de la sexualité comme si on parlait de l´étale d´un marchand de legumes. Les femmes ont en general de la delicatesse, pourquoi les gays en seraient-ils depourvus ?

Ceci pour te repondre que ce qui est important est plus le desir qui t´anime que la taille de ton chibre.

Zeugma

il semble que nous sortions petit à petit d'une pudeur plus ou moins hypocrite dans la visibilité des corps...

jusqu'où cela va aller, je ne sais, mais reste que la limite de la bienséance doit se méfier de la perversité voyeuriste qui déjà nous submerge ...

LouRrr

Et pourquoi pas, je veux dire pourquoi faire tout un fromage du sexe et de la sexualité? Pourquoi ne pas en parler comme on parle d'une bonne (ou moins bonne) cuisine?

Foucault en parle dans la "Volonté de savoir, histoire de la sexualité", dans l'antiquité héllenistique y'avait pas le mot "sexualité". Le rapport sexuels et ce qui s'y rapporte faisaien parties des "plaisirs", aux mème titre par exemple que la cuisine (on y revient).

Le problème pour moi n'est pas de parler de la sexualité comme je le fais, sur un détail technique comme le ferait un architecte qui examine la bonne isolation d'un batiment. Le problème c'est de faire un focus sur elle et d'essayer de tout expliquer à travers elle: le monde, la vie etc... Bref de lui donner trop d'importance. La surabondance de discours sur le sexe aujourd'hui est pour moi une conséquence du poids sourd et silencieux qu'on été l'occultation et la sacralisation du sexe en Occident à partir de la Renaissance (et mème un peu avant).

Bref je regrette pas qu'on fasse étalage comme tu dis, surtout sur des points qui ne concerne que la sexualité dans son aspect le plus fonctionnel.

Quand aux femmes je suis bien content que certaines d'entre elles ne fasse pas preuve de tant de délicatesse justement. Que de plus en plus d'entre elles parlent de ce qui leur fait vraiment plaisir.

D'ailleurs pour avoir déja était con et avoir su après coup qu'une fille avait simulée avec moi, je peux te dire que j'aurais de loin préferé moins de "delicatesse" de sa part -et moins d'egoisme idiot de la mienne (bon sur ce tout dernier point je confond peut ètre sphère privé entre partenaires et sphère publique sur les réseau je te l'accorde).

Mimosa

Salut Lourr.

Ta remarque est interressante.

Je te répondrai sur deux points.

Tout d'abord, la simulation peut etre un code entre amants. Elle a aimé etre avec toi, a voulu te faire plaisir, ou te stimuler un peu plus. Aurais-tu vraiment préféré coucher avec une fille inerte ? (Il m'est moi-meme arrivé de simuler une ou deux fois pour stimuler mon partenaire.)

Deuxième chose, tu as probablement raisons sur les causes de la vulgarisation de la sexualité. Mais libre à chacun de réinventer les codes qui lui conviennent ou de suivre le troupeau...

LouRrr - modifié par LouRrr le 02/04/2020 - 19:14:19

Pour des raisons pour le coup trop personnelle pour que j'ai envie d'en faire étalage j'aurais preféré dans ce cas ne pas coucher avec elle du tout.

Quand au codes qui conviennent je viens de me rendre compte avec peur que donner de la legereté au sexe en le mettant dans la mème case que la cuisine ne marche que dans le cas de rapports entre des personnes consentantes, et que ce serait évidement se tromper que d'accorder cette legereté à des rapports pédophiles, zoophiles et autres viols, abus etc...(je pense que ça va de soi mais je suis trop responsable pour pas le préciser).

Enfin pour ce qui est de suivre le troupeau, pfff y'a tellement de troupeaux différents que je sais plus ce que cette expression veut dire, ya mème des moutons dans plusieurs troupeaux à la fois, j'espère juste en avoir choisit un bon (bèèè)

Enfin, j'ai eue mes réponses sur le sujet principal de ce forum, et elles furent de façon génerale rassurantes et bienvenue. A plus tout le monde pour de nouveaux sujets

Jstophe

Cela me fait penser aux moutons de Panurge. Bonne soirée à la guitare.


Sujets similaires
  1. Attirée par les femmes mais pas sexuellement
  2. Quelques conseils ? (Tips et expériences)
  3. Pourquoi je n'arrive pas, aidez moi je craque
  4. Informations concernant des associations bisexuelles
  5. Avouer ou non sa bisexualité à un mec ?
  6. Le dégout d'après coup.
  7. ambiguïté avec un « amis »
  8. Différence excitation avec des hommes et des femmes
  9. mal-être, affirmation et solitude
  10. Besoin d'un avis, d'un conseil
  11. Je voudrais votre opinion sur mon histoire...
  12. Essayer et pourquoi pas approuvé à long thermes

  S'inscrire pour participer