J'ai épuisé mon forfait dans cette pénible existence

photo de l'auteur Atlantique
Atlantique
Homme de 50 ans
Bordeaux

Mon curseur clignote, mais j'ai du mal à aligner des mots qui font des phrases. Je ne sais pas comment organiser ma pensée et mes états d'âmes sans dames ni damoiseaux.

J'ai trouvé un titre. Il suffirait presque a lui même.

J'ai beaucoup aimé dans ma vie, profondément, sincèrement, sans jamais rien attendre. J'ai donné beaucoup. Jai reçu très peu. Je n'ai jamais rien demandé non plus. Je prenais à la volée ce qu'on voulait bien jeter aux chiens.

Tout le monde a quitté ma vie en me laissant ses factures. Je n'ai plus que des dettes a l'égard de l'existence, dans tous les sens du terme.

J'ai lutté, j'ai tout essayé. Je me demande pourquoi je me lève le matin. Je me demande pourquoi je vais travailler. Je me demande pourquoi je vais encore au sport. Pour quoi faire. Je n'ai plus rien à offrir, plus rien a vendre.

J'ai pourtant écouté les conseils, J'ai récité des mantras, appliqué la pensée positive du « je vais bien, tout va bien, je merite, le meilleur arrive» .... jai tenté de sourire quand tout allait mal. Jai parlé a l'univers, à mon ange gardien.

Ça n'a rien attiré dans ma vie. Je suis seul, je suis sans amour, sans argent, ans ami, sans loisirs, sans voiture, sans projet, sans volonté.

J'ai rencontré des psy. J'ai pris des cachetons. J ai dormi. Je me suis réveillé. Quand j ai ouvert les yeux, mon monde était toujours aussi degueulasse et jetais toujours sur une chaise a regarder le film de la vie des autres.

Aujourd'hui, je vois chez les autres le bonheur, la joie, j entends des bruits de fêtes. Je vois des couples. Je vois des flirts, de la séduction, j'entends des histoires de cul. Je suis un cassoce vieux et usé dont on ne veut pas de la compagnie, qui ne peux pas être l'ami de personne. C'est un luxe que je ne peux pas m'offrir. On ne s'affiche pas avec moi. On ne veut rien faire avec moi. On connait mon histoire. On l ecoute distraitement en brassant des papiers et on m explique que je suis acteur de mon etat. C'est ma faute. Je saoule . On m ostracise en prétendant que je me fais des films, un peu comme ces gens qui dans la sphère publique se prétendent tolérant mqis qui dans la sphere privé crachent sur la «déviance sexuelle».

Je suis là, triste spectateur d'une vie dans laquelle je n'ai plus ma place.

Hier encore, j envoyais deux sms a deux personnes que j aime beaucoup pour leur dire ma détresse. Je n'ai pas eu de réponse. Je sais que je n'en aurais pas. Ils ne sont importants que pour moi, comme le maître peut l être dans les yeux de son chien. Je ne suis important pour personne.

Alors, je suis assis devant ma table. Des souvenirs viennent faire toc toc au carreau. C'est pire encore. Ils me disent : «souviens toi de ce qui est terminé, souviens toi de ce que tu ne vivras plus.»

Je suis triste. Parfois j arrive encore a pleurer. De moins en moins. Je crois qu'on pleure pour avoir un câlin et etre rassuré, comme un enfant. Moi, ca sert a rien : c est comme jouer une symphonie sur la lune, ça sert a rien si il n'y a personne pour l'écouter. Ce n est même plus du bruit, c'est juste rien. Et je ne suis plus rien.

J'ai tout vecu. J'ai donné un long délai a la providence. Mais il n y a plus rien et la pendule fait tic tac tic tac. Les roues ne tournent pas, c est ce qu'on raconte pour mettre fin aux conversations quand elles finissent par indisposer.

Je suis un lâche. Si seulement j avais le courage.

Mon forfait est épuisé.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

bonjour ATLANTIQUE,

quelle détresse!!! tu dois vraiment être mal…

Certe ton forfait est épuisé… alors recharge le! change d'opérateur, prends en un nouveau! Adapte le!

Fais toi une liste de ce que tu aimerais, commence par des choses accessibles, réapprend à te faire plaisir, ne compte que sur toi!

C’est facile à dire je sais, mais je ne suis pas psy, juste une personne qui t’a lu, et que tu as touchée.

Courage, relève la tête !


photo de l'auteur Mayvis
Mayvis
Femme de 18 ans
Rezé

salut...

Moi je suis là si t'as besoin de discuter. Certes je ne peux pas t'apporter plus que de la discussion derrière un écran, mais je ferais de mon mieux si t'as besoin.

Malgré la détresse de ce message, j'adore la façon dont c'est écrit. Je ne pense pas que ça t'aide mais j'avais envie de le dire en tant que fan de littérature.

Bref, si t'as besoin de discuter, je répondrais 😉

PS : ne te laisse pas battre si facilement


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Je ne vais pas partir dans de longs discours pour analyser ta situation, je suppose que tu la connais par coeur et mieux que moi qui n'ai pas suivi tes posts.

Je retiens toutefois quelques mots clés tels que "seul", "sans volonté", "cachetons", "lache", qui montre probablement que tu te sens usé par une trop longue dépression.

L'urgence est de moins souffrir, car tant qu'il y a vie il y a espoir.

Ceci étant il vaut mieux se faire une certaine philosophie (ou religion) de la vie, car on nait seul et on meurt seul, même si la société a organisé l'accompagnement indispensable à la survie de l'humanité.

Et vieillir entraine des changements dans la valorisation de l'existance, tel que pouvoir transmettre, aider les autres, etc. Séduire physiquement devient bien moins facile, il faut trouver aussi d'autres objectifs tels que la sécurité, la sagesse, la tendresse, le partage, l'ecoute, etc.

Et la lassitude, la souffrance, l'épuisement de la volonté, l'isolement, la perception aigue des accidents de la vie, etc, entrainés par la déprime chronique, la dépression, sont des handicaps.

D'où l'urgence de faire baisser le niveau de souffrance, car à 50 ans on est encore qu'au deux tiers de notre vie. Et je suppose que tu en connais les méthodes, tu es juste en trop grande détresse pour pouvoir les mettre en oeuvre. Tu devrais te faire aider si nécessaire...


photo de l'auteur Atlantique
Atlantique
Homme de 50 ans
Bordeaux

«Tu devrais te faire aider» .... combien de fois j'ai entendu ça. Combien d'heures j'ai passé a perdre mon temps chez des psy inutiles ou dans leur salle d'attente ou trainait une pile de «CAPITAL» ...

Combien de cachetons ai je pris. Ça devait aller mieux. C'était efficace. Ça avait fait ses preuves.

Seulement, quand on enlevait le plâtre chimique, la jambe etait toujours cassée. Alors on remettait un coup de maltraitance thérapeutique. Il manquait quelques mois.

Au final, épuisé par cette escroquerie qui n enrichit que les medecins, j ai fini par hurler de douleur que tout allait mieux et que la vie etait rose.

Mais vous confirmez par vos contributions ce que je sais déjà : C est fini, je suis très lucide et au mieux je dois vivre sous assistance anesthesique pour m accompagner jusqu au trou, le temps que ça durera . Manière d echapper a ma réalité.

Mais a tous je dis merci de m avoir lu et repondu.


photo de l'auteur David37
David37
Homme de 46 ans
CHINON

Bonjour Atlantique,

Je rejoins ce qui a été écrit plus haut. Et pourquoi n'organiserais tu pas un Beeting pique-nique sur Bordeaux ? Histoire de bousculer ton quotidien et contreverser la fatalité à laquelle, tu crois en être la proie. Bordeaux étant une grande ville, beaucoup de personnes seraient susceptibles d'être intéressées sans compter les environs de Bordeaux. Cela te permettrait de te sentir revivre en organisant cet événement amical et t'ouvrir de nouveaux horizons relationnels. Demain est un nouveau jour ! Si tu désires me parler en MP, n'hésite pas !


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Personne n'a honte d'une béquille lorsqu'il s'est cassé une jambe et qu'il met du temps à guérir. Pour la déprime chronique c'est comparable, il n'y a pas de mal à prendre des cachets qui masquent la douleur et soutienent le corps.

Après il est vrai que pas plus une béquille que l'écoute ne résolvent le sens de notre vie et plus généralement de la vie, qui nécessitent un certaine constance à trouver, devoir faire des deuils, ne pas se décourager, regarder les autres plus que soi, leur tendre la main, ...

Mais pour cela il faut se sortir du fond du trou, retrouver une certaine "mobilité". Et se rendre à l'évidence que l'autonomie que nous laisse la société a des revers (tels que l'inégalité devant l'acces à l'emploi et à l'aisance financière, l'exclusion des seniors, etc), outre que tous les gens ne sont pas égaux physiquement et mentalement.

David37+1


photo de l'auteur Atlantique
Atlantique
Homme de 50 ans
Bordeaux

Merci Lindos .... J'ai voulu faire comme toi et j ai relevé des mots dans ton texte ..... J'ai arrêté tant c'est « désolation au cimetière, ou pensée entres amis en phase terminale» ... donc j'aii bien compris Lindos : j ai 50 ans, ce que j ai entre les jambes sert a faire pipi dans une poche, faut que j oublie la fete, les amis, le sport et les loisirs de djeuns et que je prépare l hiver de m a vie a coup de mots croisés et de scrabble et que j oublie pas mon écharpe avant de faire ma promenade.

C était du soutien ?


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Je ne pense pas que ce soit exactement ainsi que la vie fonctionne, elle est un continuum sauf accidents ou maladies graves qui sont des coups de frein.

Personne souhaite arrêter de s'amuser, voire ou se faire des amis, faire du sport et avoir des loisirs, ni l'imposer aux autres quelque soit leur age (sauf s'il se mettent en danger).

Mais viser des activités de vieux si on est un jeune, ou de jeune si on est un senior, ne pas exploiter des sujets sur lesquels on a l'avantage de l'age et se mettre en compétition sur des sujets où on en a les inconvénients, surtout dans une société jeuniste, c'est inévitablement se confronter à des difficultés. Il y a des gens qui aiment ça, qui ressentent que ce défi les maintient en forme physiquement et mentalement, mais d'autres en souffrent. Et il y a toutes les situations intermédiaires, où la barre est fixée sur un objectif réaliste ou non.

De nos jours avoir cinquente à soixente ans ce n'est pas être vieux comme cela a pu l'être dans le passé ou l'être encore dans des pays en difficulté, mais c'est tout de même atteindre un âge mur, et aborder la troisième partie de sa vie active.

A ces âges les gays qui se sont amusés toute leur vie commencent souvent à ressentir le besoin de se ranger, sauf s'ils sont riches et attirent toujours les jeunes ayant besoin d'un compagnon fiable ou généreux.

Leur expérience et maturité leur donne de vrais atouts, quand leur physique n'a plus tous les atouts de leurs vingt trente ans.

J'enfonce des portes ouvertes, je dirais l'inverse je mentirais comme les publicités de crème rajeunissantes.

Soutenir n'est pas plaindre, ce serait rabaisser.

En même temps j'ai conscience que les gays vivent souvent dans l'illusion d'une éternelle jeunesse, dans l'obligation de toujours plaire et assurer physiquement.

Or au risque de me répéter cela ne correspond pas exactement à ce qu'a prévu la nature, la biologie, et les frustrations peuvent être sources de souffrance.

Je ne fais que répéter ce que des penseurs, philosophes et religieux ont identifié depuis des milliers d'années, notamment le Bouddha.


photo de l'auteur Atlantique
Atlantique
Homme de 50 ans
Bordeaux

Sauf que tu es hors sujet même si j apprecie tes inter brillantes :)

Tu m as diagnostiqué «andropausé a tendance jeuniste»..... a quel moment dans mon post de départ ai je soulever un quelconque problème avec les «djeun's» et le jeunisme ? Parceque dans un autre poste je raconte que je me suis envoyé en l aire avec un «djeun's» ? C était la norme dans l antiquité, ça l est encore dans certains pays et certaines cultures et ça ne me pose pas de problème, je me l autorise et ma condition physique entretenue me le permet. Et si je puis me permettre, dans la sphère virtuelle des sites de rencontre, si tu chasses du moins de 30 ans a l approche de la quarantaine, tu dois être exposé aux habituelles sollicitations de photos , carnet vaccination, panoramique dentaire, mensuration du manche etc lol ..... a 20 ans on a un label confiance qui dispense du dossier de candidature .

Je peux aussi te filer des adresses d endroits sur Bdx ou tu verras des 40/60 s eclater comme des djeuns le WE arrivé, sans que leur motivation ne soit le jeunisme .

Je crois simplement que tu as disgressé sur un problème qui n est pas le mien, d ou mon incompréhension a lire ton catalogue d ergotherapie avec ton champs lexical fait de seniors , d accompagnement a la vieillesse etc ...... euhhhhh j'ai 50 ans certe, mais j ajoute que je n ai que 50 ans ;)

Mon problème est justement mon impossibilité a etre heureux depuis 3 ou 4 ans.

En toute amitié, tu es intelligent mais tes contributions sous ce sujet sont contre productive, je m effondre a chaque fois que je te lis lol


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit

Salut Atlantique,

Ce n'est effectivement pas facile pour les quinquas, surtout ceux qui ne renoncent pas encore à vivre.

Je comprends que ta situation est très difficile, d'autant plus que tu lui portes un regard intransigeant (trop?) et empreint de certains préjugés ("cassoce") avec une dose d'auto-dénigrement non négligeable, et je sais de quoi je cause.

Pourtant certains de tes points forts sont flagrants : tu as une vraie plume, la sécurité de l'emploi dans un poste d'encadrement, et tu as séduit un jeune dieu. Tu es romantique et ta façon d'assumer ta sensibilité émotionnelle t'honore.

Concernant les psy et les différentes thérapies, les uns et les autres ne peuvent pas grand chose tant que tu n'a pas décidé d'accepter de changer pour aller mieux. Ce qui est flippant c'est qu'on doit accepter de changer sans bien savoir où on va, ce qui est rassurant c'est que c'est pour être pleinement soi-même, débarrassé de scories douloureuses et trouver une autre joie de vivre.

"Aller vers les autres" tant qu'un certain travail sur soi n'a pas atteint un certain degré d'avancement peut se révéler néfaste et pour soi et pour ces autres. A contrebalancer avec l'importance de ne pas rester seul trop souvent, ni trop longtemps.

Une dépression ne se soigne pas dans le même temps qu'une fracture et les AD et autres médicaments psychotropes, s'ils sont très utiles en cas d'urgences, ne sont qu'une aide au rétablissement sur le long terme.

Ah oui, un.e psy se CHOISIT car il.elle doit être assez "bon.ne" pour toi. J'ai vu souvent recommander les CMP, la psy publique et mon expérience raconte qu'il ne faut pas hésiter à chercher un.e thérapeuthe ailleurs si besoin. Le financement peut poser problème mais c'est un investissement, un très beau cadeau que l'on se fait, pour soi puis pour son entourage.

Il existe des aides pour les gens en difficulté financière (ce n'est pas une grossiereté, ça peut arriver à absolument n'importe qui), encore faut-il les connaitre et savoir comment faire valider ses droits.

Et pour les dettes d'argent je connais quelques moyens astucieux et parfaitement légaux, pour par exemple geler une procédure pendant plusieurs mois et/ou obtenir des délais de paiement ou un fractionnement mensuel.

Je partage ces infos en MP à qui les veut.

Si avec ça je n'arrive pas à (pécho) me faire des amis-pour-la-vie, je suis bon moi aussi pour la tisane et le déambulateur :DDD


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Atlantique ,

"En toute amitié, tu es intelligent mais tes contributions sous ce sujet sont contre productive, je m effondre a chaque fois que je te lis lol"

Oui, mais tu retrouves le sourire ce qui était le but du sujet ;-)

(le jeunisme n'est pas exactement aimer les jeunes ce qui a pu valoriser les ainés, mais valoriser la jeunesse et dévaloriser l'âge)


photo de l'auteur Atlantique
Atlantique
Homme de 50 ans
Bordeaux

C est ce que j entends par «jeunisme».


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

"j'ai 50 ans certe, mais j ajoute que je n ai que 50 ans ;)

Mon problème est justement mon impossibilité a etre heureux depuis 3 ou 4 ans."

Restituer l'horizon te permet de voir que tu n'as "que" 50 ans et que ton "forfait" est très loin d'être épuisé. Mais il en va de la vie comme des forfaits, les offres évoluent en fonction du temps.

(À propos de forfait je ne vais pas pouvoir te répondre pendant plusieurs semaine, bon courage à toi).


photo de l'auteur Atlantique
Atlantique
Homme de 50 ans
Bordeaux

Sauf quand ton opérateur t informe que ta ligne est restreinte aux sevices d'urgence suite rejet prélèvement, où tu trouves du fric, ou ta ligne est coupée.


photo de l'auteur Jygo81
Jygo81
Femme de 29 ans
81

si vous avez réussi à être heureux avant ça, alors vous y parviendrez de nouveau !

Dur moment à passer, mais pas impossible.

Vous ne méritez certainement pas ce qui vous arrive. Il y a forcément des personnes qui peuvent être compatibles avec vous.

Commencez peut-être par retrouver des petits plaisirs simples... observer la nature ? les animaux, le ciel... écouter de la musique, commencer une nouvelle activité (dessin, sport etc...)

D'ailleurs, je vous conseille un loisir qui n'est pas encore hyper connu, qui s'appelle le padel (un mélange de tennis en double et de squash). J'ai découvert ça il y a un an et j'en suis presque accroc ! Les gens qui le pratiquent sont très accueillant, c'est un loisir très convivial et ludique !! On trouve des personnes de tout âge, homme ou femme.

Sincèrement, ça paraît peut-être tout petit mais ça peut vous rebooster !

Voici un lien : https://www.bigpadel.fr si jamaisj'espère

J'espère que ces quelques conseils, très modestes soient-ils pourront vous aider à sortir de cet enfer...

Avec toute mon amitié...


photo de l'auteur Atlantique
Atlantique
Homme de 50 ans
Bordeaux

Je fais deja du sport. Mais merci pour vos mots sur mes maux :)


photo de l'auteur Jygo81
Jygo81
Femme de 29 ans
81

D'accord :-)

Rien n'empêche de découvrir, quand même... ? ;-)

Ne me remerciez pas maintenant ! Vous le ferez quand vous irez mieux...?! ;-)


photo de l'auteur Hades
Hades
Homme de 49 ans
Elbeuf

dis donc atlantique, je me reconnait pas mal dans ce que je lis ici je suis sous anti déprésseurs et autres drogues depuis l'âge de 14 ans, des hauts des bas j'en ai connus. des aussi bas que toi aussi sauf que moi j'ai choisi de mettre fin à toute cette souffrance, et même là j'ai échoué, franchement je me suis senti nul, et pas mal de gens autour de moi aussi, mais comme je me plaignais toujours et que j'envoyais chier les gens qui voulaient m'aider, le jour ou tout devait finir plus personne ne fesait attention à mes appels à l"aide. tout à fait comme toi.plus personne ne s'intéresse à toi car tu fatigue tout le monde. alors je vais te dire une chose, retire toi les doigts du cul prends un chien ou un chat avec qui tu pourras parler sans être contredit, fais le vide autour de toi enfin fini ce que tu as déjà commencer car tu as fais toi même le vide autour de toi. si tu le peux déménage et refait toi une vie, une vie que tu choisira arrêtte d'aider les autres de te décarcasser pour eux vis TA vie, fais des rencontres, sors tu as l'air d'avoir encore un semblant de vie quoi que tu en dise.

alors arrête de te plaindre évacue cette haine de toi, et avance concentre toi sur ce que tu veux et qui te plais tu verras çà ira mieux et si tu vas mieux les gens reviendrons vers toi et là tu auras peut être la force de t'inquiéter pour eux en attedant sois plus personnel et égoiste, comme on dit charité bien ordonnée commence par soit même.

sur ce bon courage le chemin sera long


photo de l'auteur Atlantique
Atlantique
Homme de 50 ans
Bordeaux

Merci


photo de l'auteur Hades
Hades
Homme de 49 ans
Elbeuf

mais de rien je sais de quoi tu parles je te comprends


photo de l'auteur Urukan
Urukan
Homme de 29 ans
Bruxelles

1 remerciement

Salut !

Juste pour te dire que tu n'es pas lâche.

Je pense que même à 50 ans on peut toujours provoquer des oportunités dans la vie. C'est peut-être le moment d'organiser des beetings pour quinquas sur betolerant !! :))


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit