Débat La diffèrence d'âge - Page n°3

Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 18:38
"Vous n'avez pas de preuves que je dit des conneries alors ce que vous dites n'est pas valide non plus" Oké. Total hors sujet en plus, on parle de différences d'ages dans les deux sens. Pas seulement femme jeune pour homme vieux. C'est ridicule.

Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 18:40 - Modification par Lampadaire le 06/02/2018 - 18:43:37
Non non, "vous n'avez pas de preuves que votre version est plus vraie que la mienne, donc aucune des deux versions ne constitue un argument" Et c'est pas moi qui suis parti en live sur le sujet. Je sanctionne juste un biais qui est de dire que si c'est naturel ou ancestral c'est bien, et qui en plus ne repose sur aucun fait. Par contre ma théorie sur le patriarcat n'est pas la mienne, elle est soutenue par des scientifiques. je dis ça au passage... Et puis vous esquivez le sujet. On parle du ben-être du partenaire plus jeune et vous me parlez du partenaire plus vieux..
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 18:42
Il faut que je décroche de ce sujet. J'ai dit ce que j'avais à dire, mais quand je lis des trucs pareils je ne peux pas m'empêcher de réagir.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 18:47
Sauf que comme on l'a évoqué, la société (même patriarcale et sexiste certes) n'a légiféré ni dans un sens ni dans l'autre. Ton paragraphe sur le traitement des femmes par rapport à l'age concernant le monde d'aujourd'hui est donc caduque. Une femme de 70 ans peut épouser un homme de 20 si il y a consentement mutuel. Je vois pas en quoi la femme à un droit différent. Donc ouais si c'est pour faire du HS qui n'a pas de sens vaut mieux décrocher. On parle des deux, TU fais une fixette sur les "mômes" comme tu les appelles dédaigneusement du haut de tes 30 supposées années. Comme ci c’était une population d'être faibles incapables de maturité et stupides. Un peu comme on considérait.... tiens les femmes il n'y a pas si longtemps !
Oaime
Publiée le 06/02/2018 à 18:52
Si l'on suit ton raisonnement, afin de protéger les plus jeunes des bas instincts bestiaux de notre espèce, il nous faudrait donc maintenant interdire les relations sexuelles si les personnes ont un écart d'âge trop important. Ce serait ça le sens de l'histoire, le progrès de la civilisation ? La vie est une incessante prise de risque - elle est même mortelle ! - et l'amour en est le risque majeur. La vie risque zéro, c'est la mort ! L'amour risque zéro, c'est le néant !
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 18:55
Je n'ai pas parlé du traitement des femmes dans le monde d'aujourd'hui. J'ai simplement parlé d'indépendance financière et c'est un vrai problème de société, car une personne dépendante ne peut pas quitter le foyer conjugal par exemple, même quand il y a maltraitance. Et j'en ai parlé. Mais ça, ça te passe au dessus parce que carpe diem yolo qui vivra verra. On ne peut pas interdire des choses qui sont du domaine du possible. les gens ont des recours en cas de maltraitance, mais seulement une fois que le mal est fait. Et même sans parler de maltraitance, regarde sur le forum, on a juste un témoignage qui tombe d'un mec qui s'est mis en couple à 19 ans avec une homme plu vieux, résultat il n'a pas eu suffisamment d'expériences et il se sent bloqué dans une relation qu'il peut à peine juger. Et ça c'est très courant comme problème. Les personnes plus âgées ont besoin de se caser, les personnes plus jeunes ont besoin d'avoir différentes expériences. On prive potentiellement une personne de ses choix de vie et le cueillant sur l'arbre. Je fais une fixette sur ceux qui ont potentiellement besoin d'être protégés. Je m'en fous de la dame de 70 ans de ton exemple, elle a vécu sa vie.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 18:57
Oaime, tu déformes mes propos. C'est encore un argument de l'épouvantail. Et encore une argumentation sur le risque zéro et carpe diem yolo tout ça tout ça... Pour moi c'est de l'égoïsme crasseux.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 18:58
Ça tourne au vinaigre. Je suis out. Désolé pour l'emportement.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 19:00
Impossible de débattre avec quelqu'un qui ne remet pas en cause ses considération. Instant citation : "Nul n'est plus aveugle que celui qui ne veut voir."
Oaime
Publiée le 06/02/2018 à 19:19
Lampadaire, je ne rejette nullement tes arguments d'un revers de la main comme tu le fais pour les miens. Et, non je ne déforme pas tes propos. Tu parles de vulnérabilité et de la protection nécessaire de personnes fragiles d'un risque quasi inévitable, à te lire, dans le cas d'une relation entre deux personnes avec un écart d'âge trop important. Si c'est un réel problème de société, pourquoi ne met-elle pas en place ces protections ? Les appelles-tu de tes vœux ? Pourquoi pas ! Mais tu sais toi-même qu'une telle réglementation serait absurde : "Interdiction aux personnes de plus de 30 ans de fréquenter des personnes de moins de 20 ans, aux personnes de plus de 40 ans de fréquenter des personnes de moins de 25 ans ans, aux personnes de plus de 50 ans de fréquenter des..." Je mets justement en place une argumentation par l'absurde, pour défendre le fait que nous n'allons pas, jeunes comme vieux, nous empêcher de nous voir, de nous rencontrer, de nous mettre en couple si cela nous chante, tout en étant effectivement attentifs, les uns comme les autres, au plein épanouissement et au bien-être présent et à venir de notre partenaire de vie, pleinement conscients des risques que tu soulignes à juste titre et qui sont l'écueil de toute vie de couple, différence d'âge ou pas.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 19:51 - Modification par Lampadaire le 06/02/2018 - 19:55:15
J'ai... jamais... dit ça. Jamais. Je parle uniquement des jeunes, et j'ai donnée une giga chiée d'arguments mettant en évidence leur faiblesse. Je ne suis pas pour une interdiction parce qu'on a des précédents de relations qui se passent bien, et ce serait immoral de les sanctionner. Mais l'attitude de Rogma, et il n'est pas le seul sur ce sujet, je ne stigmatise pas, c'est d'ignorer ces arguments (il ne les commente même pas la plupart du temps) et de rabâcher la même chose : "si on n'a pas essayé...", "la vie est pleine de risques...", etc. Tout en m'envoyant dans la gueule que je n'écoute pas. Ça, c'est l'attitude de quelqu'un qui ne se sent pas concerné par ma préoccupation, et je ne trouve pas ça acceptable. C'est joli de dire, et ça, ça ne concerne pas que la question de l'âge, qu'il suffit d'être attentif et dans le dialogue et blablabla... Qui est conscient de tous ces problèmes ? Et d'autant plus quand on est insouciant et qu'on relativise tout. Qui fait vraiment attention à tout ça ? Honnêtement ? Des exemples de couples qui ont mal tourné, j'en ai, et le partenaire le plus vieux a toujours eu cette attitude. Mais ne me crois pas sur parole, je n'en parlerai pas ici, ce n'est pas ma vie, je n'ai pas à en parler. Ces couples là on ne les invite pas sur les plateaux télé. Et l'argument de la législation je trouve ça tellement nul... L'absence de loi ou la présence de loi n'est pas un argument pour ou contre quoi que ce soit. La loi ça doit être le résultat d'une réflexion, pas un argument pour le maintien du statu quo. Et puis merde quoi. La législation a tué Alan Turing parce qu'il était gai. Mec. Alan fucking Turing. Si ce type avait vécu sa vie, on aurait peut-être déjà conçu une intelligence artificielle forte... La loi c'est pas toujours juste. Je ne sais pas si c'est toi qui es plus mesuré que tout à l'heure ou si c'est moi qui t'ai mal jugé en premier lieu mais je suis soulagé que tu tiennes compte des difficultés évoquées. parce que j'ai l'impression d'avoir surtout rencontré du déni jusqu'ici.
Rebecca
Publiée le 06/02/2018 à 20:22
Ah la différence d'âge... Lorsque je parle à des gens qui ont plus de 23 ans , et qu'ils me demandent mon âge, je sais que cela va se passer comme suit: "Ah oui tu es jeune..." et leur comportement change. La minute d'avant ils me parlaient comme si j'étais leur égal, et la minute suivante, ce n'est plus le cas. Ce n'est qu'un chiffre, la maturité ne se résume pas à cela. Ca en est franchement frustrant.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 20:31 - Modification par Lampadaire le 06/02/2018 - 20:32:35
Ah, là je suis d'accord. C'est aussi l'intérêt d'appuyer ses propos sur autre chose que l'expérience personnelle. La pertinence d'une réflexion ne dépend pas de qui parle.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 22:11
Je constate que ce sujet est à l'ordre de nos questionnements que l'on soit pour ou contre.... et que le débat même si il est un peu tendu est très interessant car je trouve que les arguments de chacun se respectent.
Lindos
Publiée le 06/02/2018 à 23:17 - Modification par Lindos le 06/02/2018 - 23:18:36
J'avoue que je n'ai pas bien identifié quelle est la différence d'âge dans le message d'origine, ni pourquoi la rencontre a eu lieu dans une fac. Lorsque la différence d'âge entre majeurs est élevée c'est le regard des autres qui pose problème, pas la relation car les majeurs prennent leurs responsabilité. Bon j'admets que lorsque cela concerne un jeune majeur style 19 ans je regardes d'un peu plus près la question parce qu'à cet âge ils ne sont pas tous très dégourdis, surtout les gars mdr. La question de l’ascendance concerne surtout les ados, car la majorité sexuelle est à 15 ans. Alors que lorsque les gays ont accédés aux même droits que les hétéros il y a quelques dizaines d'années la mode était à faire valoir ses droits, la mode actuelle est plutôt à culpabiliser (voire terroriser) toutes les différences, y compris les différences d'âge. On ne devrait s'inquiéter que lorsqu'il y a un vrai risque de danger c'est-à-dire dans une minorité de cas, et non être pour ou contre par principe.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 23:27
Justement ce qui m'intéresse c'est le regard des autres sur ce sujet, je trouve interessant de savoir si ça peut autant choquer qu'être banalisé.... dans le cas de la fac il y a une dizaine d'année de # mais je m'interroge plus sur le cas d'une nana de 45 ans avec un mec ou une autre nana de 25 ans.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 23:40 - Modification par Lampadaire le 06/02/2018 - 23:45:20
Là c'est différent... En tout cas, pour avoir pas mal tiré la couverture à moi sur ce fil de discussion, aucune de mes interventions ne concernent ce genre de cas. Et si j'ai bien compris la position des autres, je pense que l'avis est unanime. J'ai tout de même une réserve sur l'indépendance financière. C'est une problème qui ne concerne pas exclusivement les jeunes et les différentiels d'âge (personnes victimes de handicap par exemple). Mais sans facteur aggravant je pense qu'à lui seul l'argument est un peu faible. L'isolement non-plus n'est pas exclusif à l'âge, même s'il est à mon avis automatique pour les plus jeunes et plus probable quand le différentiel est très important. L'isolement c'est super dangereux quand le partenaire est manipulateur.
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 23:47
pour toi qui a 30 ans, est ce que tu pourrais envisager d'avoir une histoire durable avec une femme de 50 par exemple ?
Membre anonyme
Publiée le 06/02/2018 à 23:54
À condition que la personne m'attire, ce qui ne me semble pas gagné, mais on ne sait jamais, j'ai des raisons personnelles qui font que j'ai intérêt, d'un point de vue froidement mathématique, à viser mon âge ou légèrement plus jeune.
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 00:01
Froidement mathématique..
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 00:03
Si j'étais toi, je me garderais de juger sans savoir ce qui se cache derrière ces mots. Ceci dit, il serait très improbable que je m'ouvre à ce sujet.
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 07:25
Qui a jugé ??
Lindos
Publiée le 07/02/2018 à 09:53 - Modification par Lindos le 07/02/2018 - 10:02:41
Rogma, "Une femme de 70 ans peut épouser un homme de 20 si il y a consentement mutuel." 42 ans d'écart, la mairie refuse de les marier (Le Figaro du 30/12/2017). En inquiétant les professionnels (y compris les élus) sur les conséquences judiciaires de leurs décisions ou l'absence de signalements de risques sur les personnes vulnérables, cela permet de contrôler les décisions des personnes vulnérables ( vieux ou très jeunes, handicapés, etc). Cela évite autant de dérives que cela en provoque de nouvelles par paranoïa sociale, erreur ou intérêt, mais c'est habituel chez les humains. Notamment en cas d'héritage conséquent des enfants peuvent peser judiciairement pour dissuader leur dernier parent de se remarier avec un jeune ambitieux même amoureux qui hériterait à leur place. Aezit, "Justement ce qui m'intéresse c'est le regard des autres sur ce sujet, je trouve interessant de savoir si ça peut autant choquer qu'être banalisé.... dans le cas de la fac il y a une dizaine d'année de # mais je m'interroge plus sur le cas d'une nana de 45 ans avec un mec ou une autre nana de 25 ans." Avant la médecine moderne les sociétés ont toujours eu intérêt à ce que les femmes enfantent jeunes, cela a eu pour conséquence dans les sociétés patriarcales (qui sont devenues largement majoritaires) les grandes différences d'âge en faveur des hommes étaient devenues courantes. Et dans les sociétés où l’espérance de vie était faible, les filles pouvaient être nubiles dès la puberté, avant que leur corps ait des réserves suffisantes pour ne pas être épuisé par une grossesse. Cette situation existe encore dans de nombreuses régions du monde, où les femmes sont épuisées par les grossesses et les travaux avant 50 ans. Donc traditionnellement, disons jusqu'à la première moitié du XX siècle en France, les différences d'âge de 10 ou 20 ans ou plus en faveur des hommes étaient courantes, et les différences d'âge en faveur des femmes très mal vues. Les gays masculins étaient aussi dans cette dynamique, les hommes murs sortaient avec des jeunes qu'ils aidaient ou entretenaient. Pour les lesbiennes je ne sais pas, j'ai l'impression qu'on ne sait pas trop parce que les histoires de femmes n'intéressaient pas les hommes, sauf à les culpabiliser d'être des mauvaises mères. Depuis, peut-être par réaction ou par revanche, parce que les jeunes ont acquis plus d'autonomie, ou parce qu'elle est devenue très concurrentielle, la société favorise l’innovation plutôt que la transmission, est plutôt jeuniste, diabolise les vieux, et les différences d'âge des couples. C'est donc devenu un peu le contraire d'avant, ou en tout cas s'est assoupli, et même notre président qui ne manque pas d'intelligence et ambition est marié avec une femme beaucoup plus âgée que lui. Ta question recouvre donc deux aspects, le scepticisme traditionnel vis à vis des femmes plus âgées qui sortent avec des beaucoup plus jeunes, et le scepticisme moderne vis-à-vis des hommes plus âgés qui sortent avec des beaucoup plus jeunes. Je n'ai pas le pouvoir de changer la société je te conseillerais plutôt des faire comme tu as et ton copain ou ta copine, ont envie. Le seul bémol que je vois dans un couple stable, est que si 10 ans de différence est encore gérable de façon habituelle en fin de vie, 20 ans ou plus nécessite une gestion adaptée car la personne la plus âgée sera à la retraite et a toutes probabilités de décéder bien avant l'autre. Cela n’empêche pas de s'aimer et avancer tant que les deux sont en vie, mais il faut avoir un bon notaire (la famille de la personne décédée peut avoir les dents longues).
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 10:12
Merci Lindos pour cette explication, personnellement je ne sais pas si lorsque j'aurais 45 ans je pourrais ou non être avec un homme de 20 ans mon cadet. Il faudrait vraiment qu'il me rassure sur son engagement mais j'insiste sur le fait que pour moi ce n'est pas l'âge papier qui me gêne mais la notion d'engagement que l'on peut avoir à cet âge (même si certains sont plus matures que d'autres plus agés ^^)
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 11:08
Bonjour, Aezit, Je comprend ton questionnement. l'âge, la maturité, les notion d'engagement. pour te donner un exemple: j'ai 38 ans (même si physiquement on m'en donne 30) et mentalement je me sens plus proche des 30 ans que des 40 (comme si tu décennie pouvais changer la mentalité de quelqu'un. qui sais?) mais tout est beaucoup plus complexe que ça ... car si on se limite à mes centre d'intérêt (manga, animé, jeu video) on me jugera immature. mais si on me connais mieux on découvrira quelqu'un de généreux , de réfléchi, etc.. donc mature. Tout ça pour dire que nous nous limitons toujours a une donnée, une information nous focalisant dessus , et nécrosant la découverte des autres. une autre anecdote , j'ai eu une histoire d'amour avec un jeune homme de 15 ans mon cadet. j'ai vécu de beau moment et d'autre moins beau. ca a durait 6 ans, peut être parce que j'étais la investi et amoureux. et souvent je me suis dit il est trop jeune, tu va te bruler les ailes... et tout ce qui c'est passer entre nous je l'ai attribué a son âge. Mais avec du recule, je me rend contre que sont âges n'avait rien avoir avec tout les maux que nous avons vécu. et j'aurai pu vivre la même chose avec un homme plus vieux ( de mon âge ou plus vieux) car les gens sont comme ils sont avec leur défaut et leur qualité. l'âge n'est pour moi pas un point important. (pourtant, je ne vais pas vers les mecs qui affiche des tranche d'âge dans les quel je ne suis pas ... même s'il me plaise). j'espère que tu trouvera des réponses.
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 11:17
Je me retrouve un peu dans ton histoire Lyreo, effectivement si vous êtes resté 6 ans c'est qu'il y avait des liens plus profonds que la distance de votre âge ;) j'espère que tu trouveras l'homme qui te comblera peu importe son âge du moment que vous soyez heureux (enfin pas un mino non plus hhh ;) )
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 11:20
Merci Aezit, Je te souhaite la même chose. la quête vers l'amour n'est pas toujours facile. mais il faut garder espoir. 😊
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 13:02
Yep :p ça prend du temps
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 13:39 - Modification par Lampadaire le 07/02/2018 - 13:44:07
Ça, c'est un truc que j'ai jamais compris... Les gens s'expriment de façon ambigüe, peut-être même exprès, et après elles se sentent outrées qu'on les comprenne mal. Reprendre les paroles de quelqu'un et les assortir de points de suspension, ça induit un jugement, parce que la seule chose que tu exprimes, vu que tu cites l'autre, ce sont les points de suspension. Or les points de suspension expriment un sous-entendu, un silence, une hésitation... Dans tout les cas, leur signification est laissée à l'imagination du lecteur, donc si ce dernier exerce sa faculté d'imagination et que sa conclusion ne te plaît pas, c'est de ta faute, pas de la sienne. Le sous-texte, c'est pas une façon pragmatique de s'exprimer, c'est un effet de style, très adapté pour porter un jugement d'ailleurs, parce qu'une pensée qui est tue, qui est remplacée par un silence, on a tous les droits de penser que c'est un jugement. En plus ici le contexte s'y prête : on parle entre autres de sentiments, et tu relèves un bout de phrase qui suggère qu'ils sont exclus du processus de choix. Il serait tout à fait logique que tu portes un jugement dessus. Voilà Aezit. Tu posais une question, que j'imagine rhétorique, mais j'y réponds quand même : Formellement, d'un point de vue littéraire, c'est toi qui a jugé. Et si ce n'est pas ce que tu as voulu dire, c'est que tu t'exprimes mal. Bisous ;)
Membre anonyme
Publiée le 07/02/2018 à 13:46
Merci.... pour cette belle interprétation et je pense que je vais devoir reprendre mon cursus pour apprendre à maitriser les significations des ponctuations ;) .... les points de sus dans ce cas signifient seulement une interrogation et non un jugement mais vu qu'à priori tu as la science infuse Lampadaire (et là c une critique ;) ) je vais te laisser te faire des films seul car il ne s'agissait que d'un débat ouvert et non d'une thérapie pour que tu vides ta frustration. Bisous ;)

  S'inscrire pour participer au sujet