J'ai fini par accepter mon homosexualité

photo de l'auteur Kakauete
Kakauete
Femme de 29 ans
toulouse
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonsoir,

J'ai récemment fini par accepter ma sexualité, ou plutôt mon homosexualité. Non pas que ça ait été une découverte parce que je savais depuis longtemps que les filles existaient mais j’ai passé beaucoup de temps à me voiler la face. Il y avait pourtant des signes avant-coureurs avec de désastreuses expériences avec des hommes. Il n’empêche que je m’interdisais de rendre cela réel. En plus n’ayant personne dans mon entourage à qui en parler, je suis restée enfermée dans ce schéma pendant de longues années.

Tout ceci m’a conduit à une perte de confiance en soi et une grosse baisse d’estime de soi. Je n’arrivais pas à coller au stéréotype hétéronormé et j’avais presque peur de mon attirance pour la gente féminine parce qu’il fallait absolument le cacher puisque ce n’était pas réel.
Aujourd’hui, grâce à un travail en thérapie, j’accepte cette homosexualité. Je ne suis pas encore prête à l’assumer mais comparé à hier c’est un progrès ! Il n’empêche que je n’ai aucune idée de comment la vivre et je me sens un peu perdue.

Y a-t-il des gens qui ont une histoire similaire à partager pour que je me sente moins seule ?


photo de l'auteur Tabasko
Tabasko
Femme de 29 ans
Bruxelles
Salut Kakauete,

Tout d'abord, félicitation ! Cette étape d'acceptation peut-être plus ou moins difficile en fonction de l'environnement dans lequel on se développe, des valeurs véhiculées, des soutiens que l'on peut trouver ou non et peut prendre plus ou moins de temps en fonction de comment on deal avec sa réalité intérieure. On passe, en fait, à peu près tous par là :). Étant dans une société effectivement hétéronormée, il faut arriver à "dédramatiser" ce qui est marginalisé (voire même carrément disqualifié dans certaines familles/milieux), oser s'y associer sans se sentir soi-même dévalué.e (c'est de l'équilibrisme) et finalement se l'approprier en réalisant que l'image qui a été faite de l'homosexualité ne correspond qu'à une réalité "partisane" et pas à la vérité. Quand on finit par accepter d'accueillir qu'on est différent.e, on commence déjà sérieusement à s'approcher d'une certaine forme de liberté. C'est donc une très belle étape de franchie.

J'ai fait cette démarche assez tôt, personnellement, parce que j'y ai été contrainte : bousculée par un outing dans ma propre famille, je n'ai pas pu eu le temps de faire mon coming out puisque quelqu'un s'en était chargé pour moi. Et pas dans une optique d'aide, si tu veux. A 16 ans (alors que je commençais à peine à accepter ma différence et à vivre mes premières aventures), j'ai donc été priée de clarifier publiquement ma situation devant un beau groupe familial bien conservateur. J'avais le choix de mentir ou d'assumer, j'ai pris 3 seconde de réflexion et je n'ai pas démenti. Cette audace m'a valu un scandale et des années de belles frictions avec ma mère sur le sujet, laquelle attendait que sa fille file droit. Sauf que, ben... :) Non.

J'ai également connu une femme de la quarantaine qui vivait une vie qui n'était pas la sienne depuis près de 15 ans : un mari, des enfants et la suffocation de ne pas pouvoir être elle-même et vivre une histoire d'amour en accord avec son orientation. Elle a fini par rencontrer la femme de sa vie, a fini par l'admettre au père de ses enfants, s'en est séparé et, aujourd'hui, elle file le parfait amour et ses enfants acceptent très bien ce choix. J'ai aussi connu un homme, dans une identique situation, mais lui, à cette heure, est toujours avec son épouse et semble faire une croix (à contre-coeur) sur une vie possible avec un homme. Il en rêve, mais il craint l'apocalypse. Pas celui du Ciel mais juste l'explosion de sa vie, la solitude, la possibilité que ses fils ne veuillent plus le voir, etc. Donc, Kakauete, je crois que tu t'en sors plutôt bien ! Tu n'as pas 30 ans, tu acceptes ton orientation et tu es prête à le vivre. Tutti va bene.

Pour le vivre, je pense que déjà, le "virtuel" (comme ici, par exemple) est une bonne entrée en matière. Tu rencontres, tu échanges,... quelque chose passera très probablement la frontière du virtuel pour arriver dans le réel, tu découvres. A ton rythme.

Bonne continuation,... ;)

photo de l'auteur Kakauete
Kakauete
Femme de 29 ans
toulouse
Merci Tabasko pour ta réponse.
Je pense que je suis effectivement au début d’une belle page de ma vie. Ce qui fait un peu peur c’est de s’en rendre compte.

photo de l'auteur Lois13
Lois13
Femme de 31 ans
Montpellier
Salut Kakauete, c'est dingue à quel point je me retrouve dans ton message, j'ai accepté à seulement 30ans que j'étais lesbienne et il m'a fallu du temps et l'aide d'une psy pour voir ça et enfin l'accepter.
Et maintenant que j'ai fait ce grand pas, j'ai commencé à en parler à mes amis (pas ma famille car je sais qu'ils ne comprendront pas).
Maintenant je suis perdue car je souhaite faire des rencontres mais je ne sais pas ni ou ni comment...

photo de l'auteur Sam37
Sam37
Femme de 45 ans
Tours
Pareil
A part que je l accepte a 40 ans passés mariage en pleine explosion 2 enfants
Dévastée perdue totale

photo de l'auteur Nena013
Nena013
Femme de 42 ans
Agen
Tout comme moi après une séparation (pendant traitement contre cancer du sein) 2 enfants. Je me pose beaucoup de questions et je commence à accepter mon homosexualité mais pas facile

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Cc Kakauete, je me retrouve aussi dans ton discours. C'est pas évident, je n'en suis pas encore à la phase acceptation totale, mais c'est vrai que c'est frustrant de vivre dans un environnement où on ne peut pas vraiment se livrer sur ce sujet. Garder ça pour soi tout au long d'une vie ça ne fait pas avancer et c'est vrai tu as raison ça a un gros impact sur la confiance en soi et l'estime de soi... Bravo à toi pour ce progrès

photo de l'auteur Bloody61
Bloody61
Femme de 34 ans
Aux alentours d'Alençon
Bonjour kakaouete.

Je comprends le temps qu'il t'as fallu pour accepter ton homosexualité. Car ça n'est pas toujours simple, surtout celon le contexte familiale et amical.

C'està 11 ans que j'ai étais bouleversé pour ma part. C'est à cette âge que je me suis rendu compte qu'en plus des hommes, les femmes m'intéressaient aussi.

Je viens d'une famille à la base "anti tapettes ,", (de leur propre parlé ), ou on a passé des années à me dire quon me renierait si je ramenais une femme ou un étranger.

Donc à 11 ans, je ne savais pas trop ce qui marrivais, je me croyais bizarre. Mais je n'ai pas cherché plus que ça. Je la trouvais jolie, point. J'ai fini par me faire croire que cette fascination pour elle venait du fait quen j'aurais aimé être comme elle.

Les années ont passées, souvent mes potes de collège ou de lycée se moquaient de moi et me traitaient de lesbienne, sans que je sache pourquoi car je me convaiquais très bien moi même du contraire.

A 18 ans, je suis parti vivre à l'étranger , et là, j'ai rencontré une fille et il n'y avait plus aucun doute . Je me suis rendu compte que je l'avais toujours sus au fond de moi.

J'ai mis du temps à en parler avec ma famille . Ma mère n'a pas était choqué car elle même m'avait déjà demandé plusieurs fois pendant ma jeunesse si j'aimais les filles .

Au final je me suis caché la vérité pendant longtemps, pour RIEN.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit