Au secours, la « race » est de retour !

Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 13:55
Au secours, la « race » Alain Jakubowicz est le président de la LICRA depuis le 31 janvier 2010. Dans l’inconscient collectif, celui qui invoque les races comme fondement de la société est un raciste d’extrême-droite. Hiérarchiser les hommes en fonction de sous-groupes établis selon des critères dits « raciaux » est la marque de l’extrême-droite. Ou plutôt était. Les fachos n’ont effet plus le monopole du racisme et, alors qu’on avait cru disparue dans les limbes de l’Histoire une certaine terminologie, voilà qu’une partie de l’extrême-gauche la réhabilite en l’habillant des atours de la science et de la sociologie. Depuis plusieurs mois, le mot « racisé » a investi le domaine public. On a vu fleurir dans nos universités des débats « racisés ». On a vu surgir des festivals « racisés ». On a vu l’organisation de « camps décoloniaux » eux-aussi réservés aux « racisés ». Ce serait plus simple de dire directement « Interdit aux Blancs » mais tellement plus difficile à assumer. Alors on reprend la bonne vieille technique éprouvée par le régime d’Apartheid en Afrique du Sud qui, plutôt que de dire « Interdit aux Noirs », préférait l’euphémisme « Réservé aux Blancs ». Dire de quelqu’un qu’il est « racisé » , c’est raciste. Dire de quelqu’un qu’il est « Indigène », c’est également raciste. On peut habiller la chose comme on veut, on peut la grimer avec l’épais maquillage d’une idéologie prétendument égalitaire, les faits sont têtus : c’est bien de hiérarchie entre les Hommes qu’il s’agit. Si on laisse ce terme prospérer, il sera « labellisé » comme l’a été, avant lui, le concept d’islamophobie. Si nous laissons les mots de la haine s’infiltrer dans les journaux, les livres, les réseaux sociaux, nous offrons au racisme de beaux jours devant lui. On n’emploie pas le mot « racisé » quand on prétend lutter contre le racisme. Il y a quelques jours, dans une tribune publiée par Libération, des sociologues nous ont doctement expliqué que la pénalisation du « harcèlement de rue » allait conduire à contrôler et verbaliser majoritairement « des racisés ». Avec toutes les pudeurs d’un langage jargonnant, on trouve dans ce verbiage la justification du racisme. Un instant, enlevons le maquillage. Qu’ont voulu dire les auteurs de ce texte ? Tout simplement qu’il ne faut pas faire du harcèlement de rue contre les femmes un délit car cela conduirait à stigmatiser les Noirs et les Arabes. Eric Zemmour n’a pas dit mieux et l’extrême-droite, qui explique que tous les migrants sont des violeurs en puissance à la suite de la dramatique nuit de Cologne, n’aurait pas dit mieux non plus. A force d’intérioriser le racisme et d’essentialiser des groupes sur des bases ethniques ou religieuses, on finit, tel Monsieur Jourdain, a faire du racisme sans le savoir en en reproduisant le vocabulaire et les références. C’est un enjeu essentiel pour notre avenir que de mettre un coup d’arrêt à cette dérive identitaire qui exhume les fantômes du colonialisme et du racisme d’Etat. http://alainjakubowicz.fr/index.php/2017/10/05/secours-race-de-retour/

Mawalou
Publiée le 08/10/2017 à 14:16
Je suis en désaccord avec toi mais genre quasi de la première à la dernière ligne. Je ne parlerai pas au nom des autres donc ma réponse sera courte: on est dans un monde, et donc dans un pays, qui ne vit que de discrimination constante et moins ça nous touche personnellement, plus le voir nous embête. Le terme de racisé t'embête, soit dans ce cas là quel autre mot trouver pour dire que la couleur de peau a encore de l'importance aujourd'hui dans bon nombre de domaines? Comme le genre ou bien d'autre chose il y a une hiérarchie instauré contre notre gré et ton post à mon gout ne sert qu'à l'alimenter d'avantage, pourquoi? parce qu'à mon sens il est normal et bénéfique que n'importe qui puisse se retrouver entouré de personnes qui vivent la même chose, parce que ça fait du bien, parce que ça remotive et redonne la force de changer les choses. Mais que quelqu'un qui ne vit rien de tout ça se permette de donner son avis dessus... ben moi ça me gène. On le vit tous à des niveaux bien assez différents pour arriver à faire des passerelles de compréhension non? Quand au racisme anti blanc c'est juste une belle bêtise, c'est chercher à se faire discriminer quand on est face à un privilège qu'on a pas l'habitude de voir remis en cause.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 14:23
Citation de Urukan
alors qu’on avait cru disparue dans les limbes de l’Histoire une certaine terminologie
Ce passage-là m'interpelle tout de suite. Depuis quand exactement pense-t-il que le racisme avait arrêté d'être un problème avant que "l'extrême-gauche" n'en reparle récemment ? Quel est la période exacte à laquelle tu penses que tout le monde a arrêté d'utiliser le mot "racisme" parce qu'il n'avait plus de sens ? Parce que le racisme n'a jamais disparu, tout au plus, on le dénonce plus maintenant. En fait, ça m'a tout bonnement l'air d'être le discours de quelqu'un qui est mis devant ses propres pré-conçus et stéréotypes depuis longtemps et qui pensait que les luttes, les combats et les difficultés des gens victimes de racisme (utilisons ce terme) avaient été vaincus il y a quelques années, et qu'on remet maintenant la question sur le tapis alors que ce n'est pas nécessaire. Citation de Urukan
Dire de quelqu’un qu’il est « racisé » , c’est raciste.
Dire que quelqu'un est gay, c'est homophobe ? Parce qu'autant il y existe des hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes, autant ces hommes sont gays parce qu'ils sont victimes d'homophobie. Dans une société qui ne hiérarchise pas (car soyons d'accord, sur la super-structure qui hiérarchise dans ce cas-là et non les individus, et c'est pareil pour le racisme) les personnes selon les gens qu'ils aiment, gay n'a pas le sens qu'il a maintenant. Un gay, c'est quelqu'un qui est victime de l'homophobie institutionnelle et systémique. De la même manière, un racisé, ce n'est pas juste un noir, ou un arabe, ou un astiatique. C'est quelqu'un qui est victime de racisme. Citation de Urukan
Il y a quelques jours, dans une tribune publiée par Libération, des sociologues nous ont doctement expliqué que la pénalisation du « harcèlement de rue » allait conduire à contrôler et verbaliser majoritairement « des racisés ». [...] Qu’ont voulu dire les auteurs de ce texte ? Tout simplement qu’il ne faut pas faire du harcèlement de rue contre les femmes un délit car cela conduirait à stigmatiser les Noirs et les Arabes.
L'argument était bien plus fin que ça. Je n'ai pas lu la tribune de Libération mais j'ai lu beaucoup de militants expliqués clairement le problème : la police est un institution profondément raciste en son cœur. Elle fait déjà du contrôle au faciès, ça se sait. Elle profiterait du harcèlement de rue pour l'amplifier, parce qu'elle-même est persuadée que les agresseurs, ce sont des racisés, contrairement à ce que les femmes rapportent de leurs expériences. A aucun moment, il n'est dit que le harcèlement de rue est moins grave parce que ce sont des noirs et des arabes. Citation de Urukan
en l’habillant des atours de la science et de la sociologie.
Au final, ce qui est en filigrane de tous ces textes qui sont contre le mot racisé, parce que soyons bien d'accord que tout ce texte n'est là que pour s'offenser de l'existence d'un seul mot, c'est un certain sentiment anti-science. C'est surtout motivé par un refus de se remettre en question en tant que non victime de racisme, questionner ses propres préjugés et privilèges, mais c'est également un discrédit total de la sociologie comme domaine du savoir. Et je suis un peu étonné que quelqu'un qui clame le rationalisme pour lutter contre l'obscurantisme des religions prête de l'intérêt à des textes qui remettent en cause des travaux scientifiques en ne se mettant pas sur le même niveau intellectuel, déjà, en ne voulant pas comprendre ou en faisant semblant de ne pas comprendre toute la logique, tout l'argument, derrière l'élaboration de ce mot. C'est comme critiquer un article peer-reviewed de sciences naturelles sur son titre sans s'être intéressé au contenu.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 14:28 - Modification par Urukan le 08/10/2017 - 16:26:39
Bah oui, c'est tellement bien de se retrouver entre soi de dénoncer le mode de vie des occidentaux et leurs valeurs qu'ils ont osé considérer comme universelles. N'oublions pas l'impérialisme gay ! [sarcasmes] Toutes ces pratiques de l'entre-soi amènent à des choses comme celle-ci : PLUS FORTS QUE FRIGIDE BARJOT, LES INDIGÈNES DE LA RÉPUBLIQUE DÉNONCENT L'« IMPÉRIALISME GAY » https://www.streetpress.com/sujet/74580-plus-forts-que-frigide-barjot-les-indigenes-de-la-republique-denoncent-l-imperialisme-gay "L'homosexualité, invention occidentale imposée à l'Afrique et au Maghreb, via un « impérialisme des modes de vie »? C'est la thèse qui se développe dans une partie de l'extrême gauche, alors que la France débat du mariage homo. Fli"
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 14:36 - Modification par Louisiana le 08/10/2017 - 14:58:03
Citation de Urukan
PLUS FORTS QUE FRIGIDE BARJOT, LES INDIGÈNES DE LA RÉPUBLIQUE DÉNONCENT L « IMPÉRIALISME GAY » https://www.streetpress.com/sujet/74580-plus-forts-que-frigide-barjot-les-indigenes-de-la-republique-denoncent-l-imperialisme-gay L homosexualité, invention occidentale imposée à l Afrique et au Maghreb, via un « impérialisme des modes de vie »? C est la thèse qui se développe dans une partie de l extrême gauche, alors que la France débat du mariage homo. Fli
Une bande d'hétérosexuels cisgenre se réunit et se retrouve à avoir des propos et comportements homophobes... et ? Ce n'est pas une nouvelle que c'est ce que font les hétéros cis. Tu trouveras personne ici pour les excuser, mais lier apologie de l'homophobie et lutte contre le racisme à partie de l'exemple des Indigènes, c'est un énorme raccourci. D'autant qu'on sait que l'homophobie en Afrique est une intervention coloniale importée par le puritanisme anglais et les évangélisation de masse, et qu'avant il semblerait que dans les sociétés africaines pré-coloniales l'homosexualité (peut-être) et la transidentité (sûr) ne posaient pas de problème. 🙄
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 15:10
Au secours "la race"est de retour!! Realy ? ? Ce mot n'as jamais disparu, ni le racisme. Je trouve ça marrant. Quand il y a des endroits interdits aux étrangers, personne ne dit rien. Mais dès que des noirs se réunissent pour discuter ou se défendre, ça fait polémique. C'est dingue quand même. Heureusement qu'il y a encore des personnes qui ne sont pas dupes. Ces genres d'article sont rédigé par des racistes qui essaient juste de justifier leur haine. Ils ne savent pas ce qui se passe quand les "racisés" font une réunion, ne savent pas qu'il y a aussi des blancs qui y participent. Ils n'y ont jamais participé, mais se permettent donner les avis, ou d'inventer des choses qui n'existent que dans leur tête, pour mettre le feux au poudre. Soyons réaliste, ce genre d'article est écrit par des racistes pour des racistes.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 15:22 - Modification par Urukan le 08/10/2017 - 15:33:08
Le fait que je mentionne les indigènes de la république n'est pas anecdotique... Houria Bouteljia est co-organisatrice des camps décoloniaux... Rappel de ce qu'est Houria Bouteldjia :
https://www.youtube.com/watch?v=9A7KAWEZZRA Autre co-organisatrice, Fania Noël. Cette femme se revendique "anti-mixité" citation : «Je suis afroféministe anticapitaliste anticolonialiste anti-impérialiste anti-mixité…» Autre intervenant dans ces camps décoloniaux, Marwan Muhammad, ancien responsable du CCIF. Ici une vidéo avec Sonia Mabrouk remettant à sa place cet entrepreneur identitaire qui joue sur la victimisation pour mieux assurer l'emprise idéologique sur une partie de la population :
https://www.youtube.com/watch?v=O4r57JZm9N8
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 15:47
Faut pas mettre tout le monde dans le même bateau, merci. Un extrémiste reste un extrémiste....... Ces gens là ne représente pas la majorité des étrangers, et nous ne sommes pas tous musulmans. Extrémiste ou raciste, pour moi c'est pareil.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 15:51 - Modification par Urukan le 08/10/2017 - 15:52:32
Citation de Desiles54
Au secours la race est de retour!! Realy ? ?.
Tu ne dois pas avoir lu. On parle des gens qui invoquent la race comme fondement des nos sociétés comme le fait l'extrême-droite. Que c'était une particularité de l'extrême-droite mais que l'extrême gauche reprend en se parant des atours de la science et de la sociologie. Citation de Desiles54
Quand il y a des endroits interdits aux étrangers, personne ne dit rien.
Exemples ? Quand il y a des manifestation de néo-nazis, ça fait la une des journaux et il y a des contre-manifestations. Quand un bar néo-nazi ouvre ça fait aussi la une des journaux et ça tombe sous le coup de la loi. Citation de Desiles54
Ces genres d'article sont rédigé par des racistes qui essaient juste de justifier leur haine.
Le président de la LICRA, raciste ? ok. Ne pas comprendre que ces mouvements ont pour but de cliver, de maintenir une main mise idéologique en jouant sur la victimisation, sur un pseudo racisme d'état...
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 16:00
Il faut arrêter de comparer ce qui n'est pas comparable.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 16:19
Citation de Desiles54
Il faut arrêter de comparer ce qui n est pas comparable.
Comparer quoi cocotte ? Les races ce n'est pas sensé exister. Prétendre lutter contre le racisme en réinstaurant les notions liées à la race est un non-sens absolu. On en arrive à ce que des entrepreneurs identitaires aient la main mise sur une partie de la population en la désolidarisant des autres afin de distiller les idées les plus rétrogrades. On en arrive à cette bouillie intellectuelle qui fait en sorte de considérer qu'une loi sur la pénalisation du harcèlement de rue serait dangereuse parce qu'elle toucherait en priorité des "racisés". On va où là !?
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 16:30
"Cocotte"???? Vraiment ? Le mot race à toujours existé, et n as jamais choqué. Aujourd'hui quelques personnes non-blanches l'utilisent, et c'est la fin du monde. Quand c'est un blanc qui utilise ce n'est pas grave, mais quand c'est un noir, ça devient du racisme anti blanc. Faut arrêter un peu. C'est juste chercher la petite bête. Bref.............
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 16:37 - Modification par Louisiana le 08/10/2017 - 16:39:36
Citation de Urukan
Ici une vidéo avec Sonia Mabrouk remettant à sa place cet entrepreneur identitaire qui joue sur la victimisation pour mieux assurer l emprise idéologique sur une partie de la population
Tu peux peut-être me donner la minute à laquelle la remise en place commence ? Parce que j'ai regardé la vidéo et je n'ai vu q'une attaque personnelle face à Muhammad. Qui par ailleurs ne prétend pas "parler au nom des musulmans" mais les défendre en tant que groupe social victime d'islamophobie (forme de racisme), ce qui est très différent. Les calomnies de Sonia Mabrouk font assez écho en moi car j'ai l'impression d'entendre un pédé complaisant avec l'hétérosexisme qui se plaindrait de mon militantisme LGBT. Citation de Urukan
Houria Bouteljia est co-organisatrice des camps décoloniaux...
C'est tout bonnement incorrect. Après qu'elle soit d'accord avec l'initiative ou pas c'est autre chose, mais il est difficile de trouver quoi que ce soit dessus sur le web car la recherche "Bouteldja + camp d'été décolonial" donne juste des sites de droites à extrême-droite spéculant sur sa participation au camp et se livrant à des calomnies. Citation de Urukan
Le président de la LICRA, raciste ? ok.
Je sais pas si il est personnellement raciste, mais en tous cas la Licra c'est l'organisation qui passe tout l'été à dénoncer le camp d'été décolonial mais ne dit rien sur les initiatives similaires des identitaires blancs (genre, des bars réservés aux blancs) ou plus récemment sur leurs actions en mer pour NOYER DES MIGRANTS PUTAIN ! Toi qui parle d'entrepreneurs du racisme, il y a pas mieux que la LICRA, qui pour beaucoup n'est qu'un tremplin pour permettre d'accéder au PS (maintenant plutôt LREM) dans le futur. Citation de Urukan
Les races ce n'est pas sensé exister. Prétendre lutter contre le racisme en réinstaurant les notions liées à la race est un non-sens absolu.
Les "identitaires d'extrême gauche" n'ont jamais réinstauré la notion de race, ils ont juste les yeux et les oreilles ouverts pour voir qu'elle est imposée MALGRE eux. La race c'est une construction du système raciste pour exercer son oppression. Les racisés aimeraient bien que les races n'existent pas, parce que ça voudrait dire qu'il n'y a pas de racisme. Mais ils sont bien obligés d'admettre et de convaincre qu'ils sont ciblés par le système raciste parce qu'ils sont ce que le système raciste abhorre, c'est à dire des racisés. D'ailleurs, le participe ici dénote bien que c'est le système qui agit sur eux. Racisé, et non race, un nom, qui indiquerait une existence constante dans le temps et l'espace du concept. Citation de Desiles
"Cocotte"???? Vraiment ?
Au cas où t'aurais oublié que tu étais une meuf ! Mais t'inquiètes il est pas du tout sexiste, il défend la loi contre le harcèlement de rue. A moins que ce n'était qu'une occasion pour taper sur ses têtes de turcs préférés ? Difficile à dire.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 16:53
Citation de Desiles54
Le mot race à toujours existé, et n as jamais choqué.
Tu es sérieuse ? Et dans le fait que certains dénoncent le fait que la pénalisation du harcèlement de rue serait dangereux pour les "racisés" ? Toute petite, petite la petite bête....
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 16:58
@ Louisana Ce que tu as écris est tout à fait exact. Ça revient à ce que j'ai dit, ce genre d'article est écrit par des racistes pour des racistes. C'est juste une façon de trouver des excuses. Ils n'assument même pas d'être raciste. Pour le "cocotte", ça m'as bien fait rire. Je ne vais même pas me rabaisser à répondre. Les gens sont ce qu'ils sont, je ne vais pas me fatiguée à argumenter.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 17:15
La LICRA est raciste... SOS racisme est raciste... Pour SOS Racisme : le camp, « un rassemblement ouvertement raciste organisé par des individus qui ont choisi de transformer leurs névroses identitaires en haines politiques » Puisque les mots n'ont plus de sens. Desiles54, le cocotte était là en effet pour te faire rire. Je t'ai parlé comme à quelqu'un à qui j'aurais parlé autour d'une table lors d'un débat, sans malveillance aucune. Mais tu as décidé d'être dans une position de confrontation et non de débat, c'est dommage. Je n'ai pas apprécié le fait que tu dises des énormités comme le fait que je considérais tous les noirs comme musulmans ou des choses ainsi comme le fait Louisana. Procès de collusion avec l'extrême droite. Enfin c'est décevant. Louisana, Je n'accorde pas beaucoup d'importance à ce que tu écris parce que ce sont des sophismes et des procès d'intention mais il y a juste une chose que je voudrais clarifier. Houria Boutledjia est une proche de ces deux organisatrices, on les voit toujours ensemble sur les plateaux télés , elle est la théoricienne de ce mouvement. Il faudrait être un peu débile pour ne pas penser qu'elle n'a pas été pour quelque-chose dans ces initiatives...
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 17:19 - Modification par Louisiana le 08/10/2017 - 17:21:18
Citation de Urukan
Je n accorde pas beaucoup d importance à ce que tu écris parce que ce sont des sophismes et des procès d intention
On devrait sortir ensemble dans ce cas, on s'entendrait à merveille, on est pareils ! Citation de Urukan
Houria Boutledjia est une proche de ces deux organisatrices, on les voit toujours ensemble sur les plateaux télés , elle est la théoricienne de ce mouvement. Il faudrait être un peu débile pour ne pas penser qu'elle n'a pas été pour quelque-chose dans ces initiatives...
Oui, voilà, c'est ce que je disais : des spéculations, comme sur les sites d'extrême droite parlant du camp d'été décolonial.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 17:34
Benh tiens, l'extrême droite dit que l'eau mouille et que le feu ça brûle et je ne dois pas être d'accord parce-que c'est l'extrême droite m'voyééé
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 17:35
Je ne suis pas du tout dans la confrontation. Chacun a le droit de dire ce qu'il pense.. .... Si pour toi je dit des énormités......que dire à ça. Tu n'accepte pas le fait qu'on soit en désaccord avec toi!!! Du coup, ça ne donne pas envie de continuer à débattre. Sur ce........
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 17:41
T'insinues que j'ai une pensée raciste et je dois subir sans rien dire ? T'es pas vite gênée...
Lindos
Publiée le 08/10/2017 à 18:05 - Modification par Lindos le 08/10/2017 - 18:10:33
Avoir des différences physiques et culturelles n’est pas la question, elles existent aujourd’hui, existaient encore plus il y a 2000 ans, encore plus il y a plus 10 000 ans (des physiques actuels et même des coutumes dérivent directement de leurs fusions), encore plus il y a plus 50 000 (notamment Néandertal qui avait le même mode de vie et dont on a embarqué depuis environ 5 pour cent de notre ADN), et on sait maintenant qu’il y a 250 000 ans cohabitaient sans doute avec nous des populations si différentes qu’on peine à les mettre dans notre genre et qui pourtant inhumaient déjà leurs morts comme on le fait encore systématiquementde nos jours. Par contre quels que soit les mots employés, faire référence à ces différences physiques et culturelles bien réelles comme un motif de génocides, épurations ethniques, tensions et exclusions mutuelles, est très différent que d’y faire référence comme à une richesse dans la diversité. Cela ne se limite d’ailleurs pas aux humains mais s’étend à toutes formes de vies, dans la limite des parasitages qui nous tuent. Pourquoi faire référence à une parenté, à un groupe, à un taxon ? Parce que nous les humains et comme beaucoup de mammifères ne pouvons pas survivre sans appartenir à un groupe ou en tout cas des groupes d’appartenance, qui transmettent leur savoir et leurs valeurs. Bien qu’aujourd’hui nous appartenons tous au même taxon qui est celui de l’espèce humaine. Ce ne serait pas le cas que cela n’aurait aucune espèce d’importance car nous ne pratiquons plus l’anthropophagie (on devient même végétariens mdr), et appartenir ou non à des races différentes a encore moins d’importance (à mon avis elles existent encore), dès lors qu’on respecte le principe de respect mutuel. Je ne suis pas idiot au point de ne pas avoir remarqué que pour justifier d’exclure ou exploiter ou encore attaquer les autres il est usuel de commencer par insister sur leur différence et de les rabaisser. Mais c’est très conventionnel, et surtout économiquement très pratique. Arguer que les gens sont incapables de valoriser autorise à les envahir économiquement voire physiquement (y compris de nos jours), à les exploiter économiquement, et avant l’invention du moteur a permis d’exploiter leurs muscles y compris par esclavage. Et ils y voient un motif pour se rebeller ... afin de pouvoir faire pareil. Reste que si les différences entre le humains et même entre tous les êtres vivants existent bien, tout dépend de ce qu’on veut en faire, depuis le meilleur jusqu’au pire.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 18:13
Lindos (allomat?), Qu'est-ce que tu penses du fait que certains puissent dire qu'il ne faut pas pénaliser le harcèlement de rue parce que les principaux concernés seraient des "racisés" ?
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 19:14
Citation de Urukan
Dire de quelqu’un qu’il est « racisé » , c’est raciste.
N'importe quoi. On parle de personne racisée pour évoquer une personne victime de racisme. Certains blancs sont considérés comme racisés, tels que les kabyles. Le racisme ne se fonde pas exclusivement sur la couleur de peau, mais sur d'autres critères physiques: cheveux, lèvres, nez, vêtements, accent, etc. (souvenez-vous du stéréotype du juif, gros nez crochu et cheveux noirs frisés). Tant que le racisme existera, le terme racisé existera pour désigner les personnes qui en sont victimes. Mais si toute cette prose n'est là que pour, encore une fois, évoquer le sujet des rassemblements non-mixtes, tu as déjà lancé ce sujet un millier de fois sur ces forums, et tu refuses d'entendre le moindre avis contraire au tien.
Lindos
Publiée le 08/10/2017 à 19:18 - Modification par Lindos le 08/10/2017 - 21:16:23
Citation de Urukan
Lindos (allomat?), Qu est-ce que tu penses du fait que certains puissent dire qu il ne faut pas pénaliser le harcèlement de rue parce que les principaux concernés seraient des racisés ?
En préambule je dirai que pénaliser avant d’éduquer c’est mettre la charrue avant les bœufs. Même s’il existe un lien entre adolescence et plus généralement jeunesse et transgression, ou en tout cas exploration des limites, et si certains font de la transgression un mode de vie voire de subsistance, il est fréquent que les jeunes issus de familles dites défavorisées découvrent les interdits au moment où ils sont punis. Ou dans les dialogues de leur forum préféré, mais ce n’est pas à proprement parlé ce qu’on appelle de l’éducation. J’ajoute que dans les sociétés traditionnelles où le mariage met souvent un frein à la liberté sexuelle, réellement pour les femmes et au moins en apparence pour les hommes, il est habituel que les jeunes hommes célibataires attirent l’attention des filles non mariées. Plus ou moins discrètement ou au contraire ostensiblement selon les cultures, les parents ou les frères aînés pouvant jouer les chiens de gardes. Sachant que sauf dans les cultures où les mariages sont encore arrangés par les familles, la surveillance des filles se révèle toujours insuffisante puisqu’elles parviennent à rencontrer celui qui deviendra leur futur mari. C’est un jeux de dupes, où on pourrait raconter des situations extrêmement drôles. Par contre les contacts physiques dans l’espace publique sont généralement vus comme honteux, y compris souvent entre gens mariés. Au contraire dans nos sociétés contemporaines occidentales, dans le sillage de notre Europe chrétienne et de la pudeur protestante des US, les gens estiment qu’être interpellés sensuellement dans l’espace public est indécent, à fortiori de la façon répétée qui caractérise un harcèlement sexuel. Et évidemment d’être touchés. Or dans nos sociétés cohabitent actuellement des gens appartenant à de multiples cultures, et notamment des jeunes ravis de transgresser les tabous, à la fois en imposant aux filles de leur communauté une pudeur idéalisée qui n’existe bien souvent même plus dans le pays d’origine de leurs parents, et qui respectent peu les filles des autres communautés qu’ils étiquettent de faciles. Il y a aussi des jeunes bien blancs que le respect et la politesse n’étouffent pas, surtout lorsqu’ils sortent en groupe et sont alcoolisés. Sans compter les pervers de toutes origines et qui existent partout, qui pour être plus discrets n’en sont que plus dangereux. Comme les quartiers défavorisés sont habités majoritairement par des familles issus de pays pauvres traditionnels , que parmi ces pays figurent en bonne place les pays du sud, et que ceux-ci sont habités majoritairement par des gens de couleur, il est possible sinon probable que (comme dans les prisons) les gens de couleur soient sur-représentés dans la pénalisation du harcèlement. Par contre je ne vois pas pourquoi cela devrait empêcher de pénaliser les harcèlements de rue quand ils sont excessifs. Et non pas une drague chaleureuse entre jeunes, parce que sinon on va se retrouver dans une société sans charme, à l’américaine, où tout le monde se méfie de tout le monde de crainte d’être poursuivi en justice. Il serait à mon sens au moins aussi urgent d’éduquer les plus jeunes pour qu’ils comprennent bien ce qu’est un consentement, un abus, et un harcèlement. Parce que de toute évidence ce n’est pas inné dans les témoignages qu’on lit sur les forums.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 19:56
Citation de Ivysaur
Citation de Urukan
Dire de quelqu’un qu’il est « racisé » , c’est raciste.
Mais si toute cette prose n est là que pour, encore une fois, évoquer le sujet des rassemblements non-mixtes, tu as déjà lancé ce sujet un millier de fois sur ces forums, et tu refuses d entendre le moindre avis contraire au tien.
Primo, mon compagnon est egypto-marocain et il est presque noir. Alors les insinuations débiles, merci. Deuxio, c'est la deuxième fois que je dénonce, 1 an après, la réinstauration des notions liées à la race mais pour deux sujets bien différents. Le texte écrit par le président de la LICRA, dénonce ici le fait que des abrutis puissent être contre la pénalisation du harcèlement de rue parce que ça stigmatiserait les racisés. Mais ça ne choque personne ici hein... (enfin si merci à ceux qui me soutiennent en MP) Tersio, le terme racisé ne sert strictement à rien ! -A part faire une dichotomie entre des gens considérés de souche et blancs et les autres. -A nourrir l'identitarisme ambiant. Nous ne serions plus des citoyens et des individus égaux mais une sommes d'identités. Je ne suis pas une somme d'identité ! Je suis un individu entier avec les mêmes droits et les mêmes devoirs que les autres ! Mon compagnon n'est pas un noir d'origine musulmane, c'est seulement mon compagnon. Il n'y a pas besoin du terme racisé pour dénoncer les actes de xénophobie. Il ne sert qu'a engendre plus divergence entre les individus. L'identiarisme vient du monde anglo-saxon mais c'est encore dans des pays comme la France qu'on se mélange le plus.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 20:05
Quelles insinuations débiles ? Je suis d'accord avec toi pour dire que ceux qui s'attaquent au harcèlement de rue en disant que la loi sera un nouveau vecteur de stigmatisation sont des abrutis. On trouvait les mêmes détracteurs il y a quelques décennies à propos du viol. En revanche, il me semble que l'article de Libé évoquait que le harcèlement de rue était en soit déjà puni, et se demandait ce qu'apporterait cette loi. Même si je pense qu'il s'agit d'un problème plus spécifique, et qu'il serait juste de lui apporter une réponse. Qu'est-ce qui te gêne dans le fait d'être une somme d'identité ? Oui, c'est ton compagnon, mais j'espère que tu ne le résumes pas à ça. C'est aussi le fils de ses parents, une personne qui a vécu telle et telle chose, qui a vécu à tel et tel endroit, etc. Le terme racisé désigne particulièrement les victimes du racisme, pas des actes xénophobes. Et c'est simplement plus court que de devoir dire "personnes victimes de racisme". C'est toi qui y voit une dichotomie, mais encore une fois ce n'est pas qu'une histoire de couleur de peau. Tu peux avoir les ancêtres et racines que tu veux, si tu utilises certains vêtements, tu pourras aussi te retrouver racisé.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 21:20
Ok alors, tous les gens qui sont contre le terme "racisé" (ça compte ceux qui parlent à Crocky par MP, venez plutôt ici), dites nous : quel terme vous voulez utilisez ? "Personne victimes de racisme" ? C'est complètement synonyme, ça marche aussi. Mais j'aimerais bien qu'en utilisant ce terme il ne vous échappe pas ce qu'il y avait à la base derrière le mot "racisé" : le fait que les gens qui sont victimes de l'oppression raciste sont des objets dans ce cas-là, des êtres passifs sur lesquel le système applique ses préjugés, ses stéréotypes, sa hiérarchie etc. Le système raciste agit sur eux, il y applique sa hiérarchie de races, donc ils portent la marque de ce système, ils sont "racisés" : c'est ça l'idée. Ne pas les nommer racisés ne change pas au fait que, dans un système raciste, il y a quand même un découpement de l'Humanité en races arbitraires qui ne sont pas toutes égales et que toute la théorie raciste se fonde sur ce découpement. Et ça, c'est quelque chose qu'il ne faut pas oublier ou mettre de côté ! Les races sont une construction du système raciste pour exercer son oppression. "Racisé", ça veut dire "on m'applique une race sur moi à mon insu, et c'est primordial que je comprenne ça pour lutter efficacement contre le racisme" C'est un peu redondant comme paragraphe mais j'essaie d'expliquer de plein de façon différentes pourquoi c'est absolument exagéré et que ça verse dans une espèce d'hystérie collective de s'arrêter à un mot. Et si vous voulez, on peut même discuter de comment c'est pareil avec "LGBT" et que ça n'a un sens que relativement à l'hétéro-patriarcat.
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 21:40 - Modification par Urukan le 08/10/2017 - 21:46:29
Bah oui lutter contre le fait de considérer qu'il y ait des races en considérant qu'il y a des races ! C'est d'une logique ! Les gens victimes de racisme sont victimes de racisme et on ne précise pas quelle race parce qu'il n'est pas supposé y avoir de races. Le racisme c'est considérer qu'il y a des races. Le racisme c'est considérer qu'il y a des racisés. Putain comment c'est possible...
Membre anonyme
Publiée le 08/10/2017 à 22:44 - Modification par Ivysaur le 08/10/2017 - 22:45:46
Citation de Urukan
Bah oui lutter contre le fait de considérer qu il y ait des races en considérant qu il y a des races ! C est d une logique !
Mais parler de racisés n'est pas considérer qu'il y a des races ! Louisiana l'a très bien expliqué dans son dernier message, je pense que tu devrais le relire. Les racisés ne forment pas une race (ni des races), ils et elles sont les victimes du racisme, c'est à dire des gens à qui certains attribuent arbitrairement une race. Putain comment c'est possible... C'est pas en essayant de faire passer nos propos pour racistes avec une assimilation racisé=race que tu auras raison.
Akudo
Publiée le 09/10/2017 à 03:23
@Urukan je suis entièrement d'accord avec toi, tu as tout mon soutien sur les idées que tu défends... C'est dingue à quel point les gens refusent de voir que l'extrème-droite et la mouvance indigéniste et islamo-gauchiste (attention, étant moi-même plutôt du côté des insoumis, je ne parle que d'une partie de l'extrème-gauche) sont les 2 faces d'une même pièce: elles cherchent à essentialiser les gens en les enfermant dans une catégorie de "race", les premiers en les posant responsable de tous les maux du pays et les seconds en les posant comme "victime du post-colionalisme"/ d'un "état raciste". Or, le racisme est d'ordre moral, et non politique. Qu'on arrète de nous souler avec ce supposé racisme politique..

  S'inscrire pour participer au sujet