Mon orientation sexuelle m'a éloigné de dieu

Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 09:43 - Modification par Helmor le 03/07/2017 - 10:57:56
Bonjour la communauté Betolérant ! Je souhaiterais recueillir des témoignages de personnes ayant vécu le même ressenti que moi. Je suis né dans une famille de confession musulmane, pratiquante également. je me suis construis au travers de cette religion, j'y ai cru quand la religion dit que telle chose est bien pour vous et telle chose est mauvaise pour vous, finalement la religion est un code de conduite de la vie. Cela fait peut de temps que j'assume totalement mon homosexualité, je ne veux plus refoulé, étouffé qui je suis, je refuse désormais de dire ou de penser que je suis une personne mauvaise, qui brulera dans les flammes de l'enfer parce que je suis tout simplement homosexuel. Quand j'ai décidé d'assumer cette partie la de moi, je ne pensais pas que ce serait autant difficile sur le plan psychologique, je m’exprime, certains membre de ma famille ( cousin, tante, oncle, etc ...) refusent de me faire la bise, ou de me serrer la main, certains refusent même que j'embrasse leurs enfants, en avouant mon homosexualité, je m'attendais au rejet, c’était inévitable mais je ne m'attendais pas à être diaboliser. Après cela, ma vision de la vie, ma perception de qui j'étais était biaisé, je sais qui j'étais, mais je n'arrivais pas à être "moi". je faisais en quelque sorte marche arrière, intimement il m'arrivait de penser que j'étais une mauvaise personne, que je devais apprendre à changer. cela ma énormément perturber, car ma condition fait que je remettais en cause tout ce que l'on m'a appris de la vie. quand on me disait que l'on ne né pas homosexuel, car la religion le dit formellement, et que par conséquent je sais que je suis né comme ça, et que j'ai une attirance pour les garçon depuis les bancs de maternelle, cette simple phrase à détruit toutes les fondations sur lesquelles je m'étais construit, et sur lesquelles je continuais à me construire. j'ai eu une période sombre après cela, je n'arrivai pas à vivre, à faire des choix qui soit bon pour moi même, car tout ce que je faisais était en contradiction avec qui j'étais, j'essayais de mener une vie pour eux ma famille et pas pour moi. Depuis un moment maintenant, je sais ce que je suis, l'assume et j'ai compris que je devais par ailleurs faire le deuil de certaines personnes qui m'étais proche, et faire le deuil de tout ce que je croyais être vrai, il a fallu que je me re construise, c'est dur mais on y parvient. en revanche, j'ai du mal avec la croyance en dieu, ou quand j'y crois, je suis en colère entre lui, je trouve plus d'amour chez les humains que chez dieu. mon dernier mot : Au lieu de nous combattre nous, c'est la non tolérance de dieu qui devrait être combattre à mon sens ou de manière plus pacifique ce sont des prières de tolérance qui devrait être adressé à dieu, plutôt que des prières de guérison ou de haine à l'égard des homosexuels. j'aimerais avoir des témoignages de personnes ayant vécu la même situation que moi, ou différente qui les a mené à ne plus savoir qui ils était, et ne plus croire en tout ce qu'ils avaient cru. Youness

Helmor
Publiée le 03/07/2017 à 10:02 - Modification par Helmor le 03/07/2017 - 10:06:29
Bonjour Youness, Ton témoignage m'a particulièrement touché pour plusieurs raisons ! Tout d'abord, bravo..enfin, disons plutôt c'est génial qu'enfin tu te sois lancé pleinement dans cette vie ! Je ne peux que t'encourager à continuer ainsi malgré les difficultés que tu rencontreras: elles ne t'en rendront que plus forts. Maintenant, pourquoi ai-je été particulièrement touché ? Je suis, pour ma part, de confession chrétienne, et plus particulièrement catholique. Bien des sujets peuvent nous séparer et pourtant, un en particulier (enfin probablement pleins d'autres d'ailleurs) nous rapproche : notre relation religion/foi/Dieu/vie. Cela représente une relation plutôt complexe... Bref, pour résumer, j'ai été élevé, construit, dans la religion chrétienne, avec une famille (45 cousins cousines etc) elle-même pleinement catholique. Il m'a fallu quasiment 10 ans pour "exploser". Entre mes 17-18ans et mes 27 ans, j'ai vécu une vie qui n'était pas tout à fait la mienne. Puis, pour plusieurs raisons, je me suis "accepté", ou disons plutôt, je me suis laissé une chance ! Depuis maintenant plus de 2 ans, je vis ma vie (et non pas seulement ma sexualité) pleinement, suis en couple et continue de vivre aussi ma foi. Mais ton questionnement et ton sentiment d'éloignement ne me sont pas inconnus. Je reste un pratiquant allant à la messe chaque dimanche (et mon cher et tendre le supporte :p) et pourtant, ton témoignage fait écho à que je peux ressentir régulièrement. Toute la famille ne le sait pas, mais j'ai déjà fait le deuil de nombreux d'entre eux, en revanche, certains sont au courant (pratiquants eux aussi) et ont pu m'encourager pleinement me laissant "maître de ma foi". Alors, il est présomptueux, voire "hérétique" de laisser dire "J'adapte ma foi à qui je suis" et on peut entendre aussi le discours de "Les catholiques, c'est la religion facile, elle s'adapte comme on l'entend". Et bien, non, c'est plutôt moi qui me suis adapté et j'ai, de moi-même, revu certaine pratique vis-à-vis de l'Eglise et moi puis j'ai écouté mon "coeur". Ma foi ne regarde que Dieu et moi (quoi, MAIS QUEL EST DONC CE DISCOURS D'UN AUTRE TEMPS... !) et je ne peux que prier pour ceux qui ne peuvent entendre/comprendre qui nous sommes (juste des humains hein...s'pas compliqué pourtant !). Je pense que je rejoins ton discours de "combattre la non-tolérance de Dieu"...je parlerai plutôt de non-tolérance du regard de l'Homme à travers la religion. Combattre par la prière ? Ca serait génial ! Bref, je ne pense pas m'être éloigné de Dieu, mais j'ai mis un écart avec l'Eglise sans m'enfermer sur moi-même bien-sûr (du coup, ça vaut quelques discours haut dans les tons avec mon copain, mais cela enrichis le couple !). J'ai accepté que cela serait l'histoire d'une vie entière d'essayer de comprendre ma foi, Dieu et moi (et j'ai bien dis essayer !). Ce que je ne peux que te conseiller c'est surtout de rester à l'écoute de toutes et tous, d'avoir un regard ouvert et sans limite à tout le monde car ce que j'ai pu apprendre, malgré certains dires, c'est qu'avec notre expérience de vie, nous avons la possibilité d'entendre beaucoup de choses et d'en comprendre bien plus. Car il ne faut pas se leurrer aussi, se dire croyant et gay, c'est aussi difficilement compris chez les croyants comme chez les gays ! Mais n'est-ce pas génial à vivre ?! Comment ça je suis un peu maso sur les bords ? DU TOUT !
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 10:06
C'est un peu compliqué, j'ai longuement douté aussi sur ma propre foi (je suis chretien) en me demandant si j'étais un bon chretien, bla-bla-bla. Au début je ne voulais même plus Y croire car pourquoi croire en quelqu'un qui te dit " tu vas brûler dans les flammes de l'enfer "? Et puis plusieurs facteurs dans la vie m'ont plus ou moins aidé à me stabiliser vis-à-vis de ma foi. Notamment un film (Bobby seul contre tous) mais surtout lors d'une réunion de cathe ou l'une des profs m'avait vraiment marqué lorsque l'on avait traité du sujet des homosexuels. Aujourd'hui je suis surement moins chretien que d'autres, mais mon orientation m'aura permis de justement remettre en cause ma foi et de m'y sentir mieux. Ce n'est " l'intolérance de Dieu " qui est à combattre, mais bien celle de croient appliqués la " vérité ". Enfin je me rends compte que ce n'est pas un témoignage exactement comme tu souhaitais car j'ai toujours la foi, désolé. xD
Helmor
Publiée le 03/07/2017 à 10:08 - Modification par Helmor le 03/07/2017 - 10:13:57
Citation de Shalala
Enfin je me rends compte que ce n est pas un témoignage exactement comme tu souhaitais car j ai toujours la foi, désolé. xD
Je crois que tout témoignage est bon à prendre :p ! PS : Tu trouveras peut-être d'autres réponses intéressantes dans ce sujet => https://betolerant.fr/forum/10672/musulman-et-homosexuel
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 10:21
Merci Helmor et Shalala, ce sont des témoignages qui me font du bien, je me sens moins seul à avoir eu ce ressentis entre la gène et la honte vis à vis de la religion. Je suis étonné de toi Helmor, tu as su concilié religion et ta vie de couple avec un homme, intimement je sais que je n'en serai pas capable de vivre deux vie en contradiction à mon sens, mais je suis heureux de voir que des personnes réussissent à trouver un équilibre de vie dans ce schéma de vie. je te rejoins Helmor quand tu dis que être ce que l'on es, nous permets de comprendre bien plus :)
Helmor
Publiée le 03/07/2017 à 10:27
Citation de Younse
Je suis étonné de toi Helmor, tu as su concilié religion et ta vie de couple avec un homme, intimement je sais que je n en serai pas capable de vivre deux vie en contradiction à mon sens, mais je suis heureux de voir que des personnes réussissent à trouver un équilibre de vie dans ce schéma de vie.
J'essaie de voir cette contradiction comme "mon"/"notre" expérience de vie. Lui, sur un ton humoristique me dit "Bonne séance avec le ptit Jésus" (étant un parfait athée, voire allergique à tout cela) et moi, j'en souris pleinement car au bout du compte, c'est l'amour/Amour qui existe entre nous deux qui nous fait avancer sur cette route étrange haha ! Et tu ne t'en sens pas capable, ce que je peux entendre, mais sait-on jamais ! :p
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 11:00
À 60 ans peut être mon expérience pourra t'elle vous apporter quelques sujets de réflexions et qui sait vous redonner de l'optimime. ..issus d'une famille bourgeoise catholique prendre conscience de mon homosexualité fût un véritable cataclysme !! Il m'a fallu du temps pour accepter, du temps pour accepter de la vivre...on ne choisi pas d'être homosexuel en revanche on choisi de vivre ou non son homosexualité. Ce fut mon cas contre vents et marées (ramenez le dans le contexte...) et croyez moi je ne l'ai jamais regretté et ai eu ,de ce fait, une vie des plus riches avec comme ligne de conduite " ne renonce jamais" Ça m'a plutôt réussi et ne m'a pas empêché ,malgré le contexte et l'epoque, de fonder une famille homoparentale sont je suis très fier. Je n'ai aucunement remis en question les croyances et les valeurs qui m'ont été transmises , je crois toujours en un dieu fait d'amour et de tolérance. La croyance en un dieu est une chose, la religion et les pratiques religieuses en sont une autre !!! Elles sont ce que certains hommes en ont fait....ne mélangeons pas tout !
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 11:31
Citation de Vinci31
À 60 ans peut être mon expérience pourra t elle vous apporter quelques sujets de réflexions et qui sait vous redonner de l optimime. ..issus d une famille bourgeoise catholique prendre conscience de mon homosexualité fût un véritable cataclysme !! Il m a fallu du temps pour accepter, du temps pour accepter de la vivre...on ne choisi pas d être homosexuel en revanche on choisi de vivre ou non son homosexualité. Ce fut mon cas contre vents et marées (ramenez le dans le contexte...) et croyez moi je ne l ai jamais regretté et ai eu ,de ce fait, une vie des plus riches avec comme ligne de conduite ne renonce jamais Ça m a plutôt réussi et ne m a pas empêché ,malgré le contexte et l epoque, de fonder une famille homoparentale sont je suis très fier. Je n ai aucunement remis en question les croyances et les valeurs qui m ont été transmises , je crois toujours en un dieu fait d amour et de tolérance. La croyance en un dieu est une chose, la religion et les pratiques religieuses en sont une autre !!! Elles sont ce que certains hommes en ont fait....ne mélangeons pas tout !
Merci vinci31 :) ton message me donne de l'espoir pour l'avenir, si tu as réussi a fonder une famille, dans le contexte de ta génération, j'espère réussir également cela un jour, encore merci :) youness
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 11:31
Citation de Vinci31
À 60 ans peut être mon expérience pourra t elle vous apporter quelques sujets de réflexions et qui sait vous redonner de l optimime. ..issus d une famille bourgeoise catholique prendre conscience de mon homosexualité fût un véritable cataclysme !! Il m a fallu du temps pour accepter, du temps pour accepter de la vivre...on ne choisi pas d être homosexuel en revanche on choisi de vivre ou non son homosexualité. Ce fut mon cas contre vents et marées (ramenez le dans le contexte...) et croyez moi je ne l ai jamais regretté et ai eu ,de ce fait, une vie des plus riches avec comme ligne de conduite ne renonce jamais Ça m a plutôt réussi et ne m a pas empêché ,malgré le contexte et l epoque, de fonder une famille homoparentale sont je suis très fier. Je n ai aucunement remis en question les croyances et les valeurs qui m ont été transmises , je crois toujours en un dieu fait d amour et de tolérance. La croyance en un dieu est une chose, la religion et les pratiques religieuses en sont une autre !!! Elles sont ce que certains hommes en ont fait....ne mélangeons pas tout !
Merci vinci31 :) ton message me donne de l'espoir pour l'avenir, si tu as réussi a fonder une famille, dans le contexte de ta génération, j'espère réussir également cela un jour, encore merci :) youness
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 11:56
Ravi youness si mon message t'a aidé! Ne renonce jamais ni a tes rêves ni a tes espoirs ni a tes croyances ! Bats toi ! Tu traverseras comme tout un chacun, homo ou hétéro, des périodes de doutes voir même de desespoir ...ainsi va la vie ! mais tu ne pourras en sortir que plus riche et plus fort !Et si ton rêve est de fonder une famillr , crois moi avoir des parents homos n'est pas forcément une honte c'est même parfois une fierté! Tout residera dans ton vécu et la manière de le transmettre!
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 11:57
Citation de Vinci31
Ravi youness si mon message t a aidé! Ne renonce jamais ni a tes rêves ni a tes espoirs ni a tes croyances ! Bats toi ! Tu traverseras comme tout un chacun, homo ou hétéro, des périodes de doutes voir même de desespoir ...ainsi va la vie ! mais tu ne pourras en sortir que plus riche et plus fort !Et si ton rêve est de fonder une famillr , crois moi avoir des parents homos n est pas forcément une honte c est même parfois une fierté! Tout residera dans ton vécu et la manière de le transmettre!
merci :)
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 12:06 - Modification par Enneathusias le 03/07/2017 - 12:07:33
(Amma dans Sublimes créatures, 2013)
Simon
Publiée le 03/07/2017 à 15:00
Tout d'abord, je remercie Younes de nous avoir fait part de sa réflexion sur un sujet qui est vraiment essentiel. Je voudrais m'exprimer sur le sujet en disant la suite : Dieu est notre père céleste, personne sur la terre n'est plus tolérant que lui. En effet, il nous a crée tout à fait libre en ayant le choix entre le bien et le mal qui conduit respectivement à la vie éternelle dans son royaume ou au regret infini de ne pas y être ! Comme personne n'est plus sage que Dieu, je vous cite ce verset de la bible qui expose son avis sur le sujet : Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas le royaume de Dieu ? Ne vous égarez pas : ce ne sont pas ceux qui se livrent à l’inconduite sexuelle, à l’idolâtrie, à l’adultère, les hommes qui couchent avec des hommes, les voleurs, les gens avides, les ivrognes, ceux qui s’adonnent aux insultes ou à la rapacité qui hériteront le royaume de Dieu (1 Co 6.9-10)(1). En fait, vos interventions m'ont vraiment touchées. Néanmoins, je suis absolument pas d'accord avec l’idée de fonder une famille monoparentale ! Merci de m'avoir lu et désolé de vous avoir écrit brièvement car le français n'est pas ma langue maternelle !
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 15:51 - Modification par enmacaron le 03/07/2017 - 21:47:58
« L’Homme est-il une erreur de Dieu ou Dieu une erreur de l’homme ?» Nietzsche « La liberté commence où l’ignorance finit. » Hugo « Les religions sont comme les vers luisants: pour briller, il leur faut de l'obscurité. » Arthur Schopenhauer « Dieu n’est pas juste.-Dieu qui a tout, n’a pas de balance. » Pauwels Oui, Camarade "La religion est l'Opium du peuple" ! (Marx) Pour reprendre les mots de Nietzsche, "Dieu est mort !" et il faut tuer son ombre. Ce n'est donc pas une lutte contre Dieu qu'il faut, ou contre sa non-tolérance, puisqu'il n'Est pas. Il faut la lutte contre son ombre, contre ce qu'il y a de plus méprisable en lui. Notre croyance ! Nous pourrions, comme commenté plus tôt, trouver un quelconque arrangement entre soi-même et la religion pour se berner dans l'illusion d'une harmonie. Peut-être est-ce sans doute la position la plus idéale ! Je dis bien illusion, car la religion repose sur un mode de société archaïque, de solidarité mécanique : qui repose sur une conscience collective et non individuelle, avec des normes très strictes et intransigeantes. Une verticalité qui est certes très simple comme modèle, plus simple que l'horizontalité, mais qui fait beaucoup de dégâts sur la "marginalité de la force" comme le seraient les homosexuels et les femmes, et les handicapés, etc.... Je suis né dans une famille juive, très pratiquante. J'étais donc, plus jeune, croyant. Les juifs font beaucoup de théologie, je n'ai donc pas échappé à l'étude de la Torah dans ses moindres recoins. Je ne m'étais, auparavant, même pas posé la question sur mon homosexualité au vu de la coercition qui s'y fait extrêmement forte. Puis assez tôt, aussi, j'ai découvert la philosophie. Très vite, je me suis accroché au XIXe siècle. Et lorsque, en lisant "Dieu et l'Etat" (1882) de Bakounine, on lit ça : "Je n'ai de foi absolue en personne. Une telle foi serait fatale à ma raison, à ma liberté, au succès même de mes entreprises ; elle me transformerait immédiatement en esclave stupide et en un instrument de la volonté et des intérêts d'autrui." On repense à notre stupide croyance, et je m'y étais personnellement mis à réfléchir. J'ai donc poursuivi avec Nietzsche, Dostoïevski, Proudhon, et Petr Alekseevitch Kropotkine. "L’esprit de l’enfant est faible, il est si facile de le soumettre par la terreur ; c’est ce qu’ils font. Ils le rendent craintif, et alors ils lui parlent des tourments de l’enfer ; ils font miroiter devant lui les souffrances de l’âme damnée, la vengeance d’un dieu implacable.Un moment après, ils lui parleront des horreurs de la Révolution, ils exploiteront un excès des révolutionnaires pour faire de l’enfant « un ami de l’ordre ». Le religieux l’habituera à l’idée de loi pour le faire mieux obéir à ce qu’il appellera la loi divine, et l’avocat lui parlera de loi divine pour le faire mieux obéir à la loi du code. Et la pensée de la génération suivante prendra ce pli religieux, ce pli autoritaire et servile en même temps autorité et servilisme marchent toujours la main dans la main cette habitude de soumission que nous ne connaissons que trop chez nos contemporains." Kropotkine Aujourd'hui, je ne suis plus croyant de la religion du livre, ni agnostique non plus. Je suis athée. De plus, je ne suis plus enclin à la bienveillance envers les religions. Et mon dieu que je me sens libre. Et lorsque, je lis plus haut "maître de ma foi", ça m'indigne et je pense à la simple réthorique que si tu es ton propre maître, tu es aussi ton propre esclave. Je ne pourrais me résigner à être heureux dans cette situation. Je ne sais pas si ça t'aide bien, mais je trouvais que ça manquait un peu d'anticléricalisme dans les propos donnés, après je pense que tout dépend de ta recherche, si c'est une recherche de bonheur ou de liberté, je ne pense pas qu'on puisse trouver les deux à la fois dans religion, comme dans la non-religion. Si tu veux de l'Opium, ou non. Je conclurais sur : "Si Dieu existait, il faudrait le tuer." Bakounine
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 19:20
Younse, c'est important d'échanger sur ce qui nous blesse aussi profondément: la perte de Dieu et la perte de nos proches. C'est une souffrance innommable que de perdre ce qui nous était tellement cher, ceux qui nous étaient tellement chers. Mais, Younse, moi, je pense que Dieu ne te condamne pas comme le font des membres de ta famille. Je suis intimement convaincu que Dieu aime les hommes tels qu'ils sont et qu'Il est présent là où les hommes souffrent. C'est peut-être plus facile pour moi qui est Chrétien et qui me base sur ce que nous pouvons lire de la vie de Jésus: il vivait, causait, mangeait très souvent avec les personnes exclues de la religion (prostituées et païens) ou de la société (collaborateurs, lépreux, mendiants). Et lui, il ne jugeait pas, disait qu'il fallait regarder ses propres imperfections plutôt que de juger les fautes des autres.... Younse, ces histoires sur Jésus (Isa pour vous) sont sûrement "historiques" puisqu'elles ne correspondaient pas au moral du temps où elles ont été écrit (normalement, les personnes qui ont écrit ces histoires auraient tout fait pour éviter d'écrire de telles abominations, mais comme elles avaient vécu ces moments forts où Jésus allait à l'encontre de tout ce qui semblait acceptable sur le niveau de la religion, et comme elles avaient fini par comprendre que cela était au coeur de son message, elles ont fini par l'écrire tout de même, au risque d'être traité comme "hérétiques" par leurs contemporains et coreligionnaires). Voilà, Younse, pourquoi je pense qu'il ne faille pas douter de Dieu. Dieu n'est pas celui qui juge, qui condamne, qui exclue, mais celui qui aime, nous aime comme nous sommes (que l'on soit Imam, prostituée, homosexuel, ou brave père de famille, peu importe). Tu peux vivre ta vie en couple avec un homme et savoir que Dieu est là pour toi, avec toi. Courage, Iann
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 19:52
Bjr Younse, Ayant vécu la perte de ma mère à 7 ans, j'ai été influencé en religion catholique par ma belle mère et à 11 ans j'ai demandé le baptême. Et à 13 ans j'ai compris que mon amour des garçons était vu par l' Eglise et les autres chrétiens comme quelque chose de sale et de honteux. J'ai su alors que je ne ferai plus jamais confiance à qui que ce soit à propos de Dieu. AI-je perdu la foi ? oui sans aucun doute, mais surtout en les croyances humaines et leurs avatars. maintenant je suis agnostique, je crois qu'il y a une existence après la mort, peut être qu'il existe "quelque chose ou quelqu'un" plus ou moins similaire à ce que d'aucuns nomment Dieu. Mais je n'en suis pas sur. Je pense que les réponses aux questions nous attendent de l'autre côté de cette vie. Je me suis nourris spirituellement à plusieurs sources sans "épouser" aucune religion ou croyance car aucune ne me correspond ni ne me convient. Pour autant je "communie" tous les jours avec la Terre et le Ciel, les plantes et les animaux. l'Athéisme ne me convient donc pas non plus. Dans les temps anciens, 30 000 ans avant nous, Dieu était une déesse calypige (ortho ?), puis elle est devenue multiple dans les Antiquités, pour finir homme barbu pour les religions patriarcales du Livre, donc dieu est un transsexuel avec un syndrome de personnalités multiples 😗 Bon voyage à toi dans cette vie.
Artemis42
Publiée le 03/07/2017 à 20:15
Bon déjà j'ai pas tous lus des réponses (désolée y'avais trop de pavé) et je ne suis pas croyante du tout (si Dieux ou des divinités existe, ça change rien à comment je vis donc et vus qu'en plus j'ai pas de preuve que ça existe, je pense que ça existe pas.) mais y'a une phrase dans ce que tu as dit qui m'a interpellé : "j'ai du mal avec la croyance en dieu, ou quand j'y crois, je suis en colère entre lui, je trouve plus d'amour chez les humains que chez dieu." C'est un mauvais raisonnement. à moins que Dieu t'es directement parlé tous ce que tu connais de lui c'est des choses que les autres personne t'on dit. Et ces personne là aussi je pense qu'elle savent ce qu'elle savent de par d'autre personne etc... Et donc ce que tu sais de Dieu c'est des interprétation de personne. Et donc à partir de là tu dois te dire que tu ne sais rien de lui hormis des suppositions. Donc un conseil ne retient que ce qui est bien et qui t'aidera (et/ou aidera les autres personne autour de toi) et laisse tomber le reste. Genre si quelqu'un te dit que Dieu est amour et bienveillance mais que toi vus que t'es homo tu doit être éviter et que tu finira en enfer, considère juste que Dieu doit être en train d'être peiné pour cette personne qui n'a rien comprit à ce qu'est l'amour et la bienveillance.
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 20:48 - Modification par Kattarsis le 03/07/2017 - 20:54:11
Je n'ai pas réellement de témoignage à te donner, n'étant pas musulman ni même croyant de manière générale d'ailleurs. Cela dit je retiens quelque chose de tout ce que tu as dis, c'est un message fort d'appel à la tolérance ! Et rassure toi, Dieu n'a pas dis qu'il fallait punir les homosexuels, ce sont bien les humains qui ont transcris ses paroles ;-) Edit: un cout lien vers le forum pour avoir un avis qui change de l'ordinaire https://betolerant.fr/forum/10672/musulman-et-homosexuel/40
Simon
Publiée le 03/07/2017 à 21:40
Je voudrais débuter par ce verset de la bible : Genèse 1 …26Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. 27Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. 28Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.… La question qu'on doit se poser pourquoi Dieu a créé l'homme et la femme ? Pour conclure, je voudrais dire que ce n'est pas que parce que Dieu est contre nos désirs qu'on néglige son existence !
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 21:59 - Modification par petshopboy le 03/07/2017 - 22:00:17
Vous n'êtes pas obligé de vous éloignez de moi, je suis à votre écoute et tolérant, je ne suis qu'amour petits agneaux
Membre anonyme
Publiée le 03/07/2017 à 23:52
Merci à tous de vos réponse, j'ai pris le temps de tout lire. Il est important pour moi de savoir comment d'autre personnes homosexuels perçoivent la religion en étant homosexuel.
Lindos
Publiée le 04/07/2017 à 00:05 - Modification par Lindos le 04/07/2017 - 00:15:06
Je vois que tu es passionné d’art. En étudiant l’art humain d’où qu’il vienne et depuis qu’on en a la trace, on croise inévitablement la genèse de Dieu, qui fut un jeune dieu avant d’avoir atteint l’âge vénérable qu’on lui connaît aujourd’hui (5000 ans c’est vieux pour un dieu, même immortel). En s’intéressant à la culture arabo-musulmane, à l’art islamique, à l’ethnologie orientale, on est obligé de se rendre à l’évidence que si le cultuel est intimement imbriqué et structurant, une règle de vie comme tu l’écris ou plutôt philosophie de vie, il n’est qu’une infime partie du culturel. La question de l’homosexualité n’est elle-même qu’une infime partie des enseignements musulmans et plus généralement des cultes abrahamiques. Elle est très loin d'être absente du monde musulman traditionnel, mais différente de l’homosexualité exclusive et visible telle qu'on la conçoit. C’est plutôt les familles que cela gène, et le regard des autres. Qui sont très hypocrites chez eux mais qui ne manquent pas de montrer du doigt les écarts des autres. Plus une religion se veut stricte plus les gens sont contraints d’être hypocrites, car contrairement aux dieux ils ne sont pas immatériels eux les humains, et ont des contraintes bien physiques à gérer. En vérité je te le dis (j’admets le plagiat mais la formule est vraiment excellente), si tu veux être un mec bien, en plus d’être beau bien sur, ce n’est pas de faire les yeux doux aux mecs qui l’empêchera. Mais ça n’en demeurera pas moins difficile j’en conviens, car être un mec bien c’est difficile. Simon , Genèse 1.26 : Puis Dieu dit: Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. 27Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et la femme. 28Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l'assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. La question qu'on doit se poser pourquoi Dieu a créé l'homme et la femme ? Pour conclure, je voudrais dire que ce n'est pas que parce que Dieu est contre nos désirs qu'on néglige son existence  » Tu viens de donner la réponse, pour dominer toute forme de vie, être un superprédateur qui domestique, assujetti, et asservi la nature. Ces versets qui ont été initialement transmis par tradition orale pendant quelques milliers d’années avant JC, puis par écrit au cours du premier millénaire avant JC, sentent vraiment très fort l’anthropomorphisme, l’idée qui ne saurait germer ailleurs que dans l’esprit d’un humain. Et sent le patriarcat de l’époque, l’homme marche devant, et la femme suit (en portant les bagages et traînant les marmots). Pourtant personnellement je m’en voudrais de négliger Dieu parce que je le trouve passionnant. Petshopboy, « Vous n'êtes pas obligé de vous éloignez de moi, je suis à votre écoute et tolérant, je ne suis qu'amour petits agneaux » Depuis que je sais qu’il y a des bergers amoureux des agnelles et chevrettes, j’avoue que cela me toujours un peu mal à l’aise quand une religion nous compare à un troupeau de moutons gardé par un berger, et plus encore après tout le mal que j’ai dit de la domestication.
Skyquiver
Publiée le 04/07/2017 à 00:11 - Modification par Skyquiver le 04/07/2017 - 00:20:17
J'approuve en grande partie ce qui a été énuméré par Enmacaron au risque de me faire incendier : Je tiens d'abord à écrire que je tolère les croyances et les religions de chacun tant qu'elles ne nuisent à personne. Hélas à partir du moment où l'on dicte des règles et des normes, l'on entrave la liberté. Pour ma part elles restent donc des comptines pour enfants qui ont peur du noir quand vient le soir. Les religions sont des dogmes anciens qui visent à maintenir l'ordre, à donner une ligne de conduite, notamment à travers la notion de bien et de mal, et à guider, à rassurer tous ceux qui cherchent à donner un sens à leur vie autrement que par eux-mêmes. Il demeure assez invraisemblable que des êtres doués de raison puissent encore croire à Dieu comme au Père Noël, mais finalement assez logique tant la conscience de soi-même et le poids de la solitude qui lui est inhérente peut être un fardeau. N'importe qui serait capable d'écrire un nouveau livre, de fonder une nouvelle religion aujourd'hui mais alors qui y croirait ? Ce sont sans doute la force de l'histoire et des mythes et leur ancrage dans le temps que ces religions ont laissé dans leur sillage qui leur valent encore d'avoir de nombreux adeptes. Hélas nos sociétés ont hérité en partie de cette histoire et de ces modes de pensées. S'accrocher à Dieu c'est se faire prisonnier. A mon sens, ce n'est pas Dieu qui a inventé l'homme mais bien l'inverse. Nous ne sommes rien d'autres que des êtres à part entière, des individus différents faits d'os, de chair et de sang, avec des caractéristiques différentes, chacun fait ce qu'il faut pour vivre et survivre un jour de plus en fonction de ce qu'il est et c'est pourquoi il est impossible de se comparer aux autres à moins de vouloir refuser de vivre. Dieu, s'il en est un qui contrôle votre corps et vos choix, n'est autre que vous-même. Enfin je dirais que Dieu est comme une sorte de personnalisation sublimée de l'espoir; l'espoir que l'on porte en nous face à l'incertitude, face au hasard. L'église même se veut de plus en plus tolérante, on aurait donc une interprétation évolutive de la religion au gré du temps qui passe et de l'ouverture d'esprit qui se fait grâce à la raison qui s'oppose pourtant même à l'obscurantisme religieux et à la rigueur qu'impose un texte divin avec des préceptes qui devraient immuables. Mais dans un monde où la science et la raison éclairent peu à peu l'homme sur toutes ces questions, la religion a bien compris qu'elle devait s'adapter pour survivre. C'est un peu à la carte, on est au restaurant chacun fait sa marmite et pratiquera la même religion mais avec des croyances tellement différentes qu'il n'aura au final pas grand chose de commun avec son voisin si ce n'est que d'y placer tous ses espoirs dans une enceinte qu'il définit parfois lui-même et qui lui convient bien. L'espoir est nécessaire mais pas Dieu qui n'est qu'une illusion, une idole; la foi, la force et le courage nécessaires pour affronter la vie et tous ses maux sont en soi, alors connais-toi toi même, pour être ce que tu es vraiment, faire ce qui te plaît et aimer qui tu dois aimer.
Helmor
Publiée le 04/07/2017 à 10:41 - Modification par Helmor le 04/07/2017 - 10:42:26
Je tenais à remercier chacun des participants au sujet car vous avez su tous employer une posture respectueuse envers les dires de chacun ! Continuons ainsi !
Simon
Publiée le 04/07/2017 à 10:54 - Modification par Simon le 04/07/2017 - 10:55:54
La question qu on doit se poser pourquoi Dieu a créé l homme et la femme ? Tu viens de donner la réponse, pour dominer toute forme de vie, être un superprédateur qui domestique, assujetti, et asservi la nature. En fait, la question que je voulais poser " pourquoi Dieu a créé la femme ? " Évidemment, ce n'est pas pour que l'homme épouse un homme et que la femme épouse une femme !
Membre anonyme
Publiée le 04/07/2017 à 11:10 - Modification par Seyan24 le 04/07/2017 - 11:12:16
Bonjour Younse,( et bienvenu !) Bonjour les autres :) Je vais être dissonant dans le discours mais je pense que je peux également donner mon avis. Pour ma part, je suis profondément athée ( Est ce qu'il y à un terme plus fort que athée ? ), pour moi la religion est source de haine, de guerre, de stigmatisation, de rancœur etc. Mon message ne veut pas être provocateur, mais je veux essayer de comprendre .. comment peut on être croyant et pratiquant pour une religion, alors que la religion elle même condamne dans des termes ignobles parfois les homosexuels ? Pour moi c'est comme aimer son bourreau !
Membre anonyme
Publiée le 04/07/2017 à 11:56
Citation de Seyan24
Bonjour Younse,( et bienvenu !) Bonjour les autres :) Je vais être dissonant dans le discours mais je pense que je peux également donner mon avis. Pour ma part, je suis profondément athée ( Est ce qu il y à un terme plus fort que athée ? ), pour moi la religion est source de haine, de guerre, de stigmatisation, de rancœur etc. Mon message ne veut pas être provocateur, mais je veux essayer de comprendre .. comment peut on être croyant et pratiquant pour une religion, alors que la religion elle même condamne dans des termes ignobles parfois les homosexuels ? Pour moi c est comme aimer son bourreau !
Bonjour Seyan24 :) et merci, Quand on grandit dans une famille qui pratique une religion, je dirais que la religion est comme un parent, comme un membre de la famille, tu te construis avec cela, d'ou la difficulté de se détacher de cela. elle fait parti de toi.
Lindos
Publiée le 04/07/2017 à 23:20 - Modification par Lindos le 04/07/2017 - 23:27:29
"Quand on grandit dans une famille qui pratique une religion, je dirais que la religion est comme un parent, comme un membre de la famille, tu te construis avec cela, d'ou la difficulté de se détacher de cela." C'est vrai, un culte transmis par éducation est une culture. C'est pour cela que je te suggérais plutôt d'élargir la connaissance de cette culture, pour remettre le culte en perspective, et à sa juste valeur à l'intérieur de cette culture. Cela n’empêche pas d'être français, et même mondialiste, les cultures s'ajoutent. Et c'est tout l'inverse que de s'enfermer dans des lectures strictes des textes sacrés. Puisque tu es parisien, tu as visité la superbe collection d'art de l'islam du musée du Louvre, ou les expos de l'Institut du monde arabe ?
Membre anonyme
Publiée le 04/07/2017 à 23:33
Citation de Lindos
Quand on grandit dans une famille qui pratique une religion, je dirais que la religion est comme un parent, comme un membre de la famille, tu te construis avec cela, d ou la difficulté de se détacher de cela. C est vrai, un culte transmis par éducation est une culture. C est pour cela que je te suggérais plutôt d élargir la connaissance de cette culture, pour remettre le culte en perspective, et à sa juste valeur à l intérieur de cette culture. Cela n’empêche pas d être français, et même mondialiste, les cultures s ajoutent. Et c est tout l inverse que de s enfermer dans des lectures strictes des textes sacrés. Puisque tu es parisien, tu as visité la superbe collection d art de l islam du musée du Louvre, ou les expos de l Institut du monde arabe ?
Oui je vais régulièrement à l'institut du monde arabe :)
Membre anonyme
Publiée le 05/07/2017 à 01:01
Mon parcours est un peu près similaire. C'est bien que tu combattes le refoulement et la double vie. Peu de personnes ont le courage de le faire. Parfois, elles deviennent plus homophobes qu'un homophobe (voir le film I am Michael sur Netflix). Je suis aussi né au sein d'une famille musulmane, non pas juste pratiquante, mais dans laquelle le père avait eu une certaine épiphanie et a décidé de prêcher la religion constamment (réunions familiales, diner, rue, etc.). J'ai grandi parmi des gens qui commettent le péché, qui se repentent, qui oublient et qui après commencent à prêcher comme un saint. D'autres qui détestaient les gens sans avoir la moindre idée de ce qu'ils croient. J'étais toujours allergique à l'hypocrisie, et c'est elle qui m'a poussé à remettre en question tout ce qu'on m'a inculqué depuis que j'étais un gamin dépourvu de pensée critique. Mon orientation m'a peut être aidé à m'éloigner de la religion. Elle m'a poussé à être isolé, à aimer la lecture et le calme. Avant, je pensais que l'homosexualité était juste une phase, et je ne m'en souciait pas vis-à-vis la religion. Mais avant de constater que finalement celle-ci était plus qu'une phase, la lecture, et la science particulièrement, ont déjà enterré dieu et la religion pour moi. Ce n'est pas facile de quitter une religion. Toutes nos connaissances se reposent sur une fondation de croyances requises depuis l'enfance, et quand on remet en question cette fondation, tout peut s'effondrer. Cela prend du temps pour faire la reconstruction et le ménage dans sa tête. Parfois, contrairement à un serpent, on a la sensation de changer le fond et garder la peau. C'est comme si on est plus le/la même. On est anxieux à ce qui va arriver à nos croyances profondes, à ce qui va arriver à nos relations avec nos proches. C'est que même si tu remets en question tes croyances, tu ne remets pas en question ton identité. Si tu refuses d'accepter la supposition que fait la religion sur l'homosexualité, il y a une partie de toi qui est toujours intacte, et c'est elle qu'il faut chérir. Peu importe ta culture, ta religion et tes idées que tu peux changer d'un temps à un autre, n'oublie pas qu'une grande partie de toi n'est pas à être changée, et soit content, pour ne pas dire fier, de cette partie. Pour revenir à la question religieuse. Je compare toujours cette dernière à un pseudo-gène pathogène. Elle se transmet de génération à génération de façon toxique, en s'emparant de la faible et innocente confiance d'un enfant envers un adulte leurré par ses ancêtres. Elle évolue doucement, parfois dans un sens bénéfique, mais surtout dans le sens inverse. Comme l'instinct de survie, elle pousse la personne à agir parfois de façon prompte et irrationnelle pour survivre encore comme un gène égoïste.

  S'inscrire pour participer au sujet