Prévention IST - Piqûre de rappel

photo de l'auteur 4460iann
4460iann
Homme de 58 ans
Nantes
Merci


photo de l'auteur Ailyy
Ailyy
Femme de 24 ans
Comines
Merci de ton partage car c'est vrai qu'on ne pense pas toujours aux autres MST autre que le VIH mais st hyper important. J'espère que beaucoup de personnes sur ce site liront ton message.

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
"Je rappelle que le VIH ne peut toujours pas être définitivement vaincu... alors oui, son invasion a été drastiquement ralentie grâce aux derniers progrès, mais il n'en reste pas moins qu'on s'expose à mourir d'une maladie opportuniste avant d'avoir atteint l'espérance de vie moyenne."

Je partage l'idée générale de ton topic.

Je réagit juste sur cette phrase. Le VIH continue à s'étendre, et les progrès continuels de la médecine permettent simplement pour l'instant d'éviter l'accélération ou un peu ralentir sa progression.
Sauf peut-être la PrEP dont on attend une compression de 15% par an des nouvelles infections. Mais ce ne sont pour l'instant que des projections, pour les pays les plus riches qui font cet effort.

Et tu as raison de signaler que la progression des autres MST s'accélère, et commence à sérieusement inquiéter les médecins. Sans compter qu'on est pas à l’abri de nouvelles MST émergentes opportunistes du laisser aller actuel.

"Le battage médiatique (très relatif ces derniers temps d'ailleurs...)"

Par manque de moyens la prévention est actuellement essentiellement ciblée sur les populations à risques, les gays qui sortent devraient la croiser, les autres gays ne vont probablement pas la rencontrer, la population générale non plus, notamment les plus jeunes très exposés.

"Et d'autant plus si vous cumulez les partenaires... d'un point de vue statistique, 10 fellations sur 10 mecs différents, ça devient aussi dangereux qu'une seule pénétration non protégée. (Je sors ce chiffre de 10 au pif, je n'ai pas le comparatif précis, c'est pour montrer l'idée)."

L'ordre de grandeur ne semble pas mauvais, en moyenne une fellation réceptive non protégée peut correspondre à une relation annale moyennement protégée, mais reste tout de même plus risquée qu'une relation anale systématiquement bien protégée. Le problème dans cette affaire c'est qu'un séropositif non dépisté (et donc non soigné en France) peut être 10 à 100 fois plus infectieux les premières semaines (primo-infection) et les dernières années (stade Sida).

Il est recommandé de se protéger quand on ne connait pas bien son partenaire.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La prévention c'est très important, c'est certain, protégeons-nous, protégeons ceux que nous aimons. Pas seulement nos amants/maitresses mais aussi nos familles et nos amis qui seront touchés en cas d'infection grave.

Mais ne faut-il pas prendre garde à ne pas exagérer, au risque que le message soit
rejeté ?

Dites-moi si je me trompe mais la trithérapie (contre le VIH) permet de rendre la charge virale indétectable : sachant que les maladies opportunistes surviennent quand la maladie est déclarée, pas de charge virale=la maladie ne peut pas se déclencher=pas de maladies opportunistes ?

Un autre truc : il y a vraiment un monde entre le VIH, l'Hépatite C et les autres IST, qu'on parvient à soigner : graduation dans la gravité. Encore faut-il se faire soigner quand on est malade, et se faire dépister régulièrement quand on a un comportement risqué.

Se protéger autant que possible, choisir ses (son, sa) partenaires, s'informer, savoir s'abstenir, tout cela est capital, mais il faut bien vivre aussi, le risque zéro n'existe pas.

photo de l'auteur Pluton86
Pluton86
Homme de 32 ans
Lyon
Je ne pense pas exagérer.
Les infos que je donne sont presque toutes factuelles, ce ne sont pas des opinions personnelles... même si je les donne sur un ton direct (mais j'ai expliqué la raison de ce ton).
Par exemple, si les gens refusent d'entendre qu'une fellation peut les mettre en danger, j'en suis désolé, mais c'est pourtant la réalité.

Après je n'ai jamais dit q'il fallait s'abstenir de relations sexuelles, je sais bien que le risque zéro n'existe pas (par exemple on peut même attraper la syphilis en s'embrassant, je n'en ai même pas parlé dans le premier message car pour moi c'est impensable de se priver d'embrasser)...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
merci :o
sympa

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Krystofff ,
"Dites-moi si je me trompe mais la trithérapie (contre le VIH) permet de rendre la charge virale indétectable : sachant que les maladies opportunistes surviennent quand la maladie est déclarée, pas de charge virale=la maladie ne peut pas se déclencher=pas de maladies opportunistes ?"

Une trithérapie bien prise permet dans plus de neuf cas sur dix de bloquer la progression de la maladie, autrement dit pas de maladie opportuniste.
Mais pour rassurer les gens et faire en sorte qu'ils adhèrent bien au traitement, et parce que cela concerne plus les gens tardivement dépistés et que c'est généralement lointain, les spécialistes évoquent en dernière partie de vie un vieillissement accéléré, ce qu'ils appellent des comorbidités c'est-à-dire une plus grande fréquence de maladies très classiques mais sérieuses.
En outre actuellement il n'est pas possible d'échapper à un traitement continu, avec des contrôles périodiques pour voir si la maladie ne prend pas le dessus sur le traitement, c'est-à-dire au poids d'une maladie chronique, traitée par des médicaments efficaces qui ne sont pas des bonbons. Et ça peut être compliqué pour certaines personnes. En tout cas beaucoup de choses y compris socialement sont plus compliquées.

Il résulte, à mon avis mais j'ai lu énormément de témoignage depuis des années, qu'il vaut mieux ne pas prendre le risque à la légère même si les progrès du traitement sont tout-à-fait incontestables, et vont sans doute encore évoluer (les spécialistes ont des espoirs dans le tube).


"Encore faut-il se faire soigner quand on est malade, et se faire dépister régulièrement quand on a un comportement risqué."

En effet.
La règle réactualisée cette année est un dépistage trimestriel complet pour les gays et trans à risque de se faire infecter par une IST dont le VIH.
Les gays et trans à haut risque de se faire infecter par le VIH sont orientés vers la PrEP en France.
Pour les autres je ne sais pas quoi dire, à vue de nez on continue sans doute l'ancien dépistage recommandé annuellement, en tout cas c'est ainsi que je le vois pour moi qui suis en relation stable.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit