se separer de quelqu'un qui vous aime encore

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
Salut, voilà, mon histoire est peu banal et pourtant ça peut arriver.
Depuis 4 ans en couple, mon histoire d'amour vient de s'arrêter il y a une semaine comme ça le temps d'un weekend. On s'aimait comme des dingues et pourtant il a décidé de tout arrêter et sa sentence irrévocable (comme dirait l'autre). Notre histoire se passait à distance et par manque de confiance en moi (entre autres) à cause des 200 km qui nous séparait, j'ai eu droit à la phrase la plus dure qu'on puisse entendre "je t'aime trop fort mais je te quitte"....autant dire un tsunami dans ma face. Depuis mes nuits ne sont plus des nuits, mes repas ne sont plus des repas, mes habitudes ne sont plus des habitudes. je suis totalement perdu mais je me laisse pas abattre. Et je ne lui en veut pas car ses raisons étaient justifiées et que je suis le seul fautif, mais dans cette histoire je me sens tellement seul, j'ai toujours cru que les histoires se terminait quand il y avait plus d'amour, ou de la lassitude, ou une tromperie, ou du dégout mais pas quand on aime encore quelqu'un! j'aimerais savoir si d'autres personnes ont vécu cet absurdité (car pour moi c'est absurde, il y a tant de haine sur cette terre et abandonner l'amour quand on le tien entre ses mains, c'est absurde!), j'aimerai connaitre d'autres situations similaires, ça m'aiderait surement à relativiser, et surtout accepter et avancer).
Merci ;)


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut,

Et courage, dur de répondre à ce genre de situation ...

Pas certain que tu sois le seul "fautif" ... t'as pas choisi la distance etc ... si t'étais à coté peut être ça aurait été bien + simple.

Il voulait quoi ?
que tu quittes ton logement actuel etc et que tu vives chez lui ?

Si vraiment terminé (et pas un genre d'ultimatum pour te faire céder sur tel ou tel frein) , oui, faut pourtant "avancer" .. parfois on stagne, et on est malheureux pendant longtemps, ça dépend des personnes .. pas marrant du tout, mais ça fait parti de l'amour hélas, la souffrance, trop souvent.

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
salut. merci de ta réponse.
oui entre j'avais décidé de partir et le rejoindre mais je l'ai dit et puis j'ai laissé trainé. trop trainé sans m'en rendre compte, et ça, il a pris comme une promesse en l'air qui n'arriverait jamais. il n'a jamais rien dit et moi j'ai continué à trainé. Et puis l'hiver dernier, j'ai rencontré quelqu'un à qui je plaisais et moi je m'entendait bien avec, alors même si je savais qu'il se passerait rien entre nous, j'ai eu la naiveté de vouloir le garder en ami, et ça mon ex ne l'a pas accepté, il a pris ça comme un manque de respect alors que moi je pensais rien faire de mal, la situation a été tendu mais on a tout fait pour réparer ce probléme, je croyais que oui, mais pendant huit mois, il ne m'a rien dit alors qu'il avait perdu confiance en moi, persuadé que je l'avait trompé, alors que non! On peut pas faire plus fidèle que moi...j'ai eu une action puéril et jeregrette mais en aucun cas j'ai voulu faire du mal. j'ai été trop bête .
Maintenant je dois en plus d'accepter la séparation, avaler mes erreurs car je culpabilise de trop. Je sais que la temps fera son oeuvre c'est tout ce qui me motive pour pas péter un cable.
Merci en tout cas pour ta réponse, c'est cool.

photo de l'auteur DMatt
DMatt
Homme de 31 ans
Gond Pontouvre

3 remerciements
Salut !
Dur quand même, mais quand je te lis, ne rejette pas totalement la faute sur toi. Certes tu as laissé trainer, mais l'un comme l'autre, il aurait dû te prévenir que ça le pesais que tu ne viennes pas.

Après pour l'ami que tu as rencontré entre temps, ça tout dépends aussi de la compréhension de l'un et de l'autre. Mais en point de vu extérieur, il y avait un manque de communication qui aurait peut-être résolu les problèmes, mais tout le monde n'ai pas apte à parler comme ça, et la distance à fait que tu ne pouvais pas forcément voir ce problème directement.

Après on ne peux que te souhaiter du courage et de te remettre. Mais encore une fois, au vu de ce que tu nous racontes, tu n'ai pas le seul fautifs dans l'histoire, et il ne faut pas que tu te culpabilises non plus de trop.

De mon point de vu, quand il y a rupture, c'est très rare de pouvoir imputer la faute qu'a une seul personne.

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
salut, merci beaucoup pour ta réponse, ça fait du bien. Tu as raison il y a eu un manque de communication et de compréhension. de caractére aussi, moi extraverti, un peu narcissique d'apparence (mais pas dans l'ame) et qui ne voit pas le mal partout et mon ex trés discret, et qui ne parle pas des choses qui fachent pour pas faire de vagues dans le couple, des fois ça a du brouiller les radars. On aurait du parler plus franchement au lieu de faire des sous entendus ou lire entre les lignes. Je sais qu'il est malheureux aussi de cette décision (on a continué a se parler aprés la rupture pour s'expliquer sur tout et on ne compte pas couper les ponts l'orage passé, on va tenté de rester proches et amis), mais il pense qu'il a pris la bonne décision, je la respecte , il me reste plus qu'à l'accepter. pour moi il a avaler des couleuvres pendant des mois et m'a vomi un python d'un coup sans que je m'y attende.
Merci en tout cas pour ton avis.

photo de l'auteur Thornful
Thornful
Homme de 20 ans
Lyon 3

1 remerciement
Le temps est le remède à tes maux. Patience.

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
merci, ouai, il faut juste etre patient, les maux c'est pas le plus grave, ça se soigne, par contre l'incompréhension ça c'est une autre histoire.
Merci pour le petit maux...heu mot ... :)

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
"j'ai toujours cru que les histoires se terminait quand il y avait plus d'amour, ou de la lassitude, ou une tromperie, ou du dégout mais pas quand on aime encore quelqu'un!"

Il peut arriver qu'on préfère retrouver sa liberté plutôt que de rester enfermé dans une liaison sans issue.
Après il y a ce qu'on ressent d'un lien affectif, ce qu'on comprend de ce lien, les opportunités autour de soi, et ce qu'on dit...

photo de l'auteur Backpacker
Backpacker
Homme de 40 ans
Nantes

8 remerciements
Ritalo je comprends ce que tu ressens. Je suis un peu dans la meme situation (enfin avec près de 16 ans de vie commune). Je me retrouve dans un monde qui n'est pas le mien, je sais que beaucoup de personnes revent d'etre en couple mais il n'y a pas que de bons cotés. En fait j'essaie de prendre la fin de mon couple comme l'entrée dans une autre vie, faire un deuil n'est pas facile j'ai du mal avec ça, je sais que ça va me prendre des mois peut-etre des années. Pour moi il ne faut pas forcément chercher à comprendre, comme beaucoup de choses il faut les accepter, meme si on se les prends en pleine face, ne pas chercher de "coupable". Comme dans ta relation d'après ce que j'ai cru comprendre vous n'avez pas vraiment été en conflit. Moi c'est pareil, on se revoit, on souffre tous les deux, pour l'instant. On ne se sépare pas forcément parce qu'il n'y a plus d'amour, on se sépare parfois parce qu'on avance plus, on fait du sur-place. C'est con comme toi je souffre mais je me dis que c'est une bonne chose, qu'on va avancer, peut-etre chacun de notre coté, qu'on aura des hauts, des bas, que peut-etre jusqu'à notre mort on restera quand meme proches. Et comme tu dis l'histoire est banale, quand c'est chez les autres on fait preuve d'ampathie, on essaie de trouver les mots, mais tant que l'on ne l'a pas vécu...Perso, je me suis jamais dit que je devais me faire suivre, et bien là je consute un psy, j'ai pas envie de saouler mes amis proches à longueur de temps, mais je sais que seul je ne pourais pas passer ce cap. Il faut accepter d'avoir plusieurs vies, nos vies sont des canyons, parfois on tombe, très bas, on remonte, car on sait qu'il faut remonter, on a pas le choix. Le plus important est de ne pas rester seul, déjà ce site m'apporte beaucoup personnellement. Ne cherche pas à comprendre, accepte, et accepte aussi de souffrir tu n'es pas le seul et tu trouveras forcément encore quelqu'un pour te serrer dans ses bras qui t'apporteras de l'amour ou de l'affection....

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
Citation de Backpacker
Ritalo je comprends ce que tu ressens. Je suis un peu dans la meme situation (enfin avec près de 16 ans de vie commune). Je me retrouve dans un monde qui n est pas le mien, je sais que beaucoup de personnes revent d etre en couple mais il n y a pas que de bons cotés. En fait j essaie de prendre la fin de mon couple comme l entrée dans une autre vie, faire un deuil n est pas facile j ai du mal avec ça, je sais que ça va me prendre des mois peut-etre des années. Pour moi il ne faut pas forcément chercher à comprendre, comme beaucoup de choses il faut les accepter, meme si on se les prends en pleine face, ne pas chercher de coupable . Comme dans ta relation d après ce que j ai cru comprendre vous n avez pas vraiment été en conflit. Moi c est pareil, on se revoit, on souffre tous les deux, pour l instant. On ne se sépare pas forcément parce qu il n y a plus d amour, on se sépare parfois parce qu on avance plus, on fait du sur-place. C est con comme toi je souffre mais je me dis que c est une bonne chose, qu on va avancer, peut-etre chacun de notre coté, qu on aura des hauts, des bas, que peut-etre jusqu à notre mort on restera quand meme proches. Et comme tu dis l histoire est banale, quand c est chez les autres on fait preuve d ampathie, on essaie de trouver les mots, mais tant que l on ne l a pas vécu...Perso, je me suis jamais dit que je devais me faire suivre, et bien là je consute un psy, j ai pas envie de saouler mes amis proches à longueur de temps, mais je sais que seul je ne pourais pas passer ce cap. Il faut accepter d avoir plusieurs vies, nos vies sont des canyons, parfois on tombe, très bas, on remonte, car on sait qu il faut remonter, on a pas le choix. Le plus important est de ne pas rester seul, déjà ce site m apporte beaucoup personnellement. Ne cherche pas à comprendre, accepte, et accepte aussi de souffrir tu n es pas le seul et tu trouveras forcément encore quelqu un pour te serrer dans ses bras qui t apporteras de l amour ou de l affection....

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
merci enormement pour ton vécu, ça va m'aider à relativiser, j'en ai besoin.

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
Citation de Lindos
j ai toujours cru que les histoires se terminait quand il y avait plus d amour, ou de la lassitude, ou une tromperie, ou du dégout mais pas quand on aime encore quelqu un!

Il peut arriver qu on préfère retrouver sa liberté plutôt que de rester enfermé dans une liaison sans issue.
Après il y a ce qu on ressent d un lien affectif, ce qu on comprend de ce lien, les opportunités autour de soi, et ce qu on dit...



Tu as surement raison pour les ressentis , mais je ne pense pas que de quitter quelqu'un qu'on aime encore c'est retrouver sa liberté, au contraire, on s'enferme dans un sentiment d'inachevé, c'est absurde comme décision. je ne comprend pas.

photo de l'auteur Backpacker
Backpacker
Homme de 40 ans
Nantes

8 remerciements
Si je pense au contraire c'est pour se préserver. Je sais que "les histoires d'amour finissent mal en général", mais c'est quoi "achever une histoire" ? Meme quand un livre est lu, fermé, rangé, il existe encore, on aura beau le bruler l'histoire une fois lue est à l'interieur de nous. Moi aussi j'étais un peu comme toi les premières semaines, mais nous sommes tous uniques, la vie est complexe, il ne faut pas rester bloqué trop longtemps dans ce sentiment. Meme si je suis d'accord avec toi, c'est étrange de savoir qu'on s'aime encore et que l'on se sépare. Avez-vous vraiment fait le point, pour la raison pour laquelle vous vous etes séparés ? Moi je sais que je ne pourais pas vivre une histoire "à distance", j'ai trop besoin d'affection, de tendresse, ce sont des choses physiques qui sont inexistantes à distance. Avez-vous tout fait chacun de votre coté, des concessions pour vivre votre histoire ?

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
Citation de Backpacker
Si je pense au contraire c est pour se préserver. Je sais que les histoires d amour finissent mal en général , mais c est quoi achever une histoire ? Meme quand un livre est lu, fermé, rangé, il existe encore, on aura beau le bruler l histoire une fois lue est à l interieur de nous. Moi aussi j étais un peu comme toi les premières semaines, mais nous sommes tous uniques, la vie est complexe, il ne faut pas rester bloqué trop longtemps dans ce sentiment. Meme si je suis d accord avec toi, c est étrange de savoir qu on s aime encore et que l on se sépare. Avez-vous vraiment fait le point, pour la raison pour laquelle vous vous etes séparés ? Moi je sais que je ne pourais pas vivre une histoire à distance , j ai trop besoin d affection, de tendresse, ce sont des choses physiques qui sont inexistantes à distance. Avez-vous tout fait chacun de votre coté, des concessions pour vivre votre histoire ?

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
oui on en a beaucoup parlé : non justement , avec le recul, je me rend compte que j'ai pas fait assez de concessions, je me complaisais dans cette situation, ça se passait bien, sans chercher à l’améliorer ou la faire évoluer, je m'en suis pas rendu compte, j'ai été nul, je culpabilise tellement, j'aimerais tellement mettre la touche "arriére" . Et j'aurais aimé qu'il m'en parle au lieu de tout garder pour soi. On ne parlait pas assez des problémes pour eviter le conflit. quel gachis.

photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 27 ans
Paris

18 remerciements
Citation de Ritalo
j'ai eu droit à la phrase la plus dure qu'on puisse entendre "je t'aime trop fort mais je te quitte"....autant dire un tsunami dans ma face.

Hum, c'est de la manipulation, ce n'est pas franc de sa part, autrement dit le terreau idéal pour qu'une relation devienne noueuse et compliquée.
Il eût été préférable de sa part d'être plus franc : je ne t'aime plus assez, notre relation est trop compliquée pour que je puisse m'attacher... mais le coup de je t'aime et je te quitte par amour, c'est dégueu.
C'est comme séduire quelqu'un, lui dire je t'aime, coucher avec puis le repousser et le culpabiliser sans raison apparente pour maintenir l'ambiguïté d'un statu quo malsain.

Citation de Ritalo
oui on en a beaucoup parlé : non justement , avec le recul, je me rend compte que j ai pas fait assez de concessions, je me complaisais dans cette situation, ça se passait bien, sans chercher à l’améliorer ou la faire évoluer, je m en suis pas rendu compte, j ai été nul, je culpabilise tellement, j aimerais tellement mettre la touche arriére . Et j aurais aimé qu il m en parle au lieu de tout garder pour soi. On ne parlait pas assez des problémes pour eviter le conflit. quel gachis.

Ça ne sert à rien de pleurer sur le lait renversé. Se battre la coulpe ne sert à rien sur le long terme. Sois en paix avec toi-même, quelle qu'ait pu être ta part de responsabilité. Responsabilité qui n'est d'ailleurs jamais uniquement la tienne puisqu'elle est partagée à partir du moment où il est question de couple.
Vois les choses positivement : à travers ta relation, tu as pris conscience de tes erreurs et mutatis mutandis tu pourras, une fois que tu auras fait la paix avec toi-même, trouver l'occasion de faire mieux si tu décides de t'accorder la chance d'accueillir une nouvelle personne dans ta vie. :)

photo de l'auteur Damien93
Damien93
Homme de 37 ans
Saint-Denis

3 remerciements
Salut Ritalo

Je crois que tu as reçu de bien bon conseils jusqu'alors.

Pour ma part, je ne peux que t'inviter à consulter ton médecin traitant si la culpabilité te ronge au point de ne plus pouvoir dormir. L'une des fonctions du sommeil c'est justement de rêver la vie. C'est un anti-dépresseur fort, réel et proportionné. Ce n'est pas le temps qui endort la douleur, ce sont les rêves. Plus tu rêves (ou tu cauchemardes) plus l’émotionnalité disparait. Car après la nuit, tu te réveilles et c'est la réalité. En pharmacie tu peux trouver sans ordonnance de la mélatonine (l'hormone du sommeil).

Le sport est une manière d'exprimer par le corps un mal-être. Le sport permet la sécrétion de l'endorphine (qui permet d'être bien mais aussi de dormir). Par petits frottements tu peux aussi secréter de l’ocytocine (hormone de l'attachement). Selon le sport que tu choisis, il y a plus ou moins de contact (course à pied sur un tapis versus lutte greco-romaine)

Enfin, l'environnement social est important. Le simple fait de rencontre en personne d'autres gens créer un déferlement de secrétions hormonales rassurantes. Nous sommes des animaux comme les autres. Il n'y a pas que les primates, les fourmis ou les pingouins qui ont besoin de leurs semblables, nous aussi. Va voir des ami-e-s, de la famille (choisis les meilleurs, évite les castrateurs), des connaissances voire des inconnu-e-s.

Si après 3 mois ça ne va pas mieux, il faudra que tu ailles consulter. Non pas uniquement pour le sommeil, mais pour travailler sur tes capacités à l'attachement (et au détachement). Les psychanalystes sont à éviter (surtout quand on est homosexuel), les TCC ou thérapeutes cognitivo-comportementalistes, les TIP (thérapie InterPersonnelle), et les Thérapeuthes dit "humanistes" sont des voies à explorer.

Mais je lis tes réponses sur les jours et je sens en toi une capacité de résilience importante.

Courage, tu vas y arriver ! Tu en seras grandi.

photo de l'auteur ritalo
Ritalo
Homme de 37 ans
grenoble
Citation de Damien93
Salut Ritalo

Je crois que tu as reçu de bien bon conseils jusqu alors.

Pour ma part, je ne peux que t inviter à consulter ton médecin traitant si la culpabilité te ronge au point de ne plus pouvoir dormir. L une des fonctions du sommeil c est justement de rêver la vie. C est un anti-dépresseur fort, réel et proportionné. Ce n est pas le temps qui endort la douleur, ce sont les rêves. Plus tu rêves (ou tu cauchemardes) plus l’émotionnalité disparait. Car après la nuit, tu te réveilles et c est la réalité. En pharmacie tu peux trouver sans ordonnance de la mélatonine (l hormone du sommeil).

Le sport est une manière d exprimer par le corps un mal-être. Le sport permet la sécrétion de l endorphine (qui permet d être bien mais aussi de dormir). Par petits frottements tu peux aussi secréter de l’ocytocine (hormone de l attachement). Selon le sport que tu choisis, il y a plus ou moins de contact (course à pied sur un tapis versus lutte greco-romaine)

Enfin, l environnement social est important. Le simple fait de rencontre en personne d autres gens créer un déferlement de secrétions hormonales rassurantes. Nous sommes des animaux comme les autres. Il n y a pas que les primates, les fourmis ou les pingouins qui ont besoin de leurs semblables, nous aussi. Va voir des ami-e-s, de la famille (choisis les meilleurs, évite les castrateurs), des connaissances voire des inconnu-e-s.

Si après 3 mois ça ne va pas mieux, il faudra que tu ailles consulter. Non pas uniquement pour le sommeil, mais pour travailler sur tes capacités à l attachement (et au détachement). Les psychanalystes sont à éviter (surtout quand on est homosexuel), les TCC ou thérapeutes cognitivo-comportementalistes, les TIP (thérapie InterPersonnelle), et les Thérapeuthes dit humanistes sont des voies à explorer.

Mais je lis tes réponses sur les jours et je sens en toi une capacité de résilience importante.

Courage, tu vas y arriver ! Tu en seras grandi.



Merci pour tous ces précieux conseils, je les lis, et je vois bien que je n'ai pas la force ni mentale ni physique pour l'instant d'avancer, mais j'en ai la volonté. Je sais qu'on se remet de tout, c'est encore trop frais, je suis déjà aller voir un médecin, car quand on ne dors plus on commence à devenir dingue. je fais du sport je sais que c'est un bon défouloir, j'ai essayé, malheureusement je suis tellement faible dans mon corps, j'ai perdu 5 kilos en 1 semaine, que j'arrive pas pour l'instant à me dépenser comme ça. je recommencerais quand mon corps me le permettra. Je commence déjà à accepter, petit à petit, et à comprendre. Voir des gens, j'essaye, d'ailleurs je me suis aussi inscrit ici, pour cette raison, pour partager des conseils avec des inconnus, objectivement, sans prendre de partis pris, mais on a beau voir des gens, on se sent seul quand méme. Merci beaucoup beaucoup à tous pour vos messages, ça m'aide à reflechir, j'en ai bien besoin tant mon cerveau est embrouillé.

photo de l'auteur Anonymousse
Anonymousse
Homme de 21 ans
Marseille

11 remerciements
Dis-toi que le monde suit un principe de causalité déterministe et que quoi que tu fasses tu n'as aucune emprise sur le monde et tes décisions sont des illusions

Un conseil que m'avait donné un ami quand j'allais pas bien pour relativiser 😜😇

Regarder des photos de nébuleuses c'est pas mal non plus, celle de l'aigle, de la carène...
Une prise de distance voltigeuse !

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Ritalo, plus jeune, j’ai rompu des relations prometteuses, parce que je me sentais trahi par la personne, parfois pour des choses pas si importantes que ça. Je pouvais encore éprouver des sentiments pour lui, mais la confiance n’était plus là et je préférais rompre. Avec l’expérience, je suis beaucoup moins réactif, mais je peux comprendre cette attitude qui consiste à rompre après s’être senti blessé et trahi. Il a dû prendre sur lui un temps, gamberger, espérant que tu réagirais, puis sa déception et son sentiment d’être négligé sont sortis d’un coup, sous forme d’une rupture radicale.

Cela étant dit, on est deux dans une relation, dans ses bons et ses mauvais côtés. Si lui aussi, avait mieux su exprimer ses besoins, son ressenti, s’il avait su communiquer, voire insister, vous n’en seriez peut-être pas là. Ou bien était-ce inévitable ?

Une question que tu peux aussi te poser, c’est : étais-tu prêt à une relation géographiquement et socialement rapprochée avec lui (ou même avec un autre) ?

Il y a matière à explorer dans cette question ;)

Bon courage et bonne chance !

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit