Pronoms neutres et apparence androgyne ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour à tous,

Pour éviter de vous perdre avec de grands discours, je vais simplement aller à l'essentiel. J'ai découvert récemment que identité biologique, sexualité et genre étaient trois choses bien distinctes. Ce fut une petite révolution pour moi et au fil de mes recherches j'ai pu découvrir que le genre était bien plus complexe qu'un simple masculin/féminin.

Aujourd'hui, je me considère donc comme étant "non-binary" du terme anglais et même plus précisément comme "neutre". N'étant pas sûr du terme anglais exact je reste sur le français pour celui-là. Bien sûr, cela m'amène beaucoup de questions et comme je n'ai pas trouvé de forums francophones sur le sujet (mon anglais étant quelque peu bancal), j'ai choisi de venir sur cet espace d'échange qui semble profondément accueillant et tolérant. Je ne suis pas sûr non plus que l'endroit soit bien approprié pour poster mon sujet auquel cas n'hésitez pas à me le faire remarquer.

Je m'adresse donc aux personnes dans une situation similaire (mais aussi aux autres, car toutes remarques ou idées sont les bienvenues ;) ) : comment vivez-vous cela au quotidien ?

Aujourd'hui, je suis pris dans un paradoxe que je ne dois pas être le seul à ressentir : la question du genre est une question profondément personnelle et pourtant, maintenant que je me "suis trouvé", que je me sens bien ainsi, j'ai envie de le crier au monde, que tous le sachent.

Alors vous, comment faites-vous ? Avez-vous changé de prénom ? Utilisez-vous les pronoms neutres ? Si oui est-ce seulement avec les gens qui vous sont proches ou avez-vous réussi à introduire l'idée auprès d'une sphère plus largue, professionnelle par exemple ?

Mon autre "problème" étant que mon corps est indéniablement celui d'une femme, et avec mes formes bien dessinées impossible de se tromper. En soit, ce n'est peut-être pas si important, c'est mon corps et je l'accepte tel qu'il est, même si j'aimerais parfois qu'il soit un peu plus "lisse", un peu plus entre deux. Il me paraît difficile de changer ce qu'il est inscrit dans nos os, le bassin largue et la courbure de dos par exemple. Néanmoins peut-être auriez-vous des conseils pour "lisser" tout ça, pour avoir une apparence un peu plus androgyne
?

Je remercie ceux qui prendront le temps de me lire et de me répondre.
Bonne journée à tous.

Adalhaid


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour/Bonsoir

Un suis un mec trans alors je peux peut être t'aider en partie, du moins je l'espère.
Pour ce qui est de l’annoncer à tout le monde clairement il n'y a  que toi qui peux trouver la réponse, si tu veux faire un coming out géant (ce qui n'est pas très prudent d'après moi) alors fait le ;D Mais si tu veux juste te faire accepter et assumer des pronoms neutres et ton (vrai/nouveaux) prénom alors le dire à tes proches un part un ou par petit groupe devrai suffire.
Pour ce qui est de lisser ton corps pas suffisamment androgyne à ton goût, tu à beaucoup de méthodes : porté un binder (surtout renseignes toi bien avant de le porter ça peut être dangereux : le site info informe très bien par exemple sur celà) ; choisir des vêtements types jeans boyfriend ou des t-shirt pour homme casse bien les courbes trop féminines par exemple ; pour rester relativement libre vestimentairement parlant tu jouer sur le maquillage et les coupes de cheveux qui font beaucoup.
Bref n'hésite pas à poser des question la partie forum est faite pour ça, tu es bien sur un site grand ouvert à absolument tout le monde donc également aux non binaires 

Bonne journée/ Bonne nuit/ Joyeux noël (C'est trop tard? Ok tant pis XD)

photo de l'auteur Backpacker
Backpacker
Homme de 40 ans
Nantes

8 remerciements
Je suis désolé mais j'ai encore du mal à comprendre encore en fait ce qu'est etre trans...Est-ce qu'on veut absolument changer de sexe (je veux dire chirurgie, est-ce que se travestir suffit, tous les jours, que le we ? C'est quoi la différence entre un travesti et un trans, la diférence entre un transexuel et un transgenre ? Je suis désolé de poser ces questions, c'est juste pour etre moins bete, moi je suis juste homo, j'ai vu énormément de travestis dans des boites etc mais j'ai du mal à comprendre si tous les trans étaient les memes. Si quelqu'un pouvait juste m'apporter des explications claires simples que je sois moins perdu :-)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour la différence entre travesti et transgenre c'est  pas compliqué, car être transgenre (ou transexuel.le si on a changé de sexe officiellement aux yeux de la loi) c'est être d'un genre différent de celui assigné à la naissance, alors de le travestissement est pas définition plus proche de la performance ou d'un loisir différent du ressenti personnel. Une dragqueen est un homme alors qu'une MtF (=une femme trans) est une femme.
J'espère que ça t'a au moins fait comprendre en partie.
Un.e trans ne fera pas de différence entre le week end et la semaine appart si il/elle/iel n'a pas fait son coming out par exemple, mais bon ça c'est comme les homo qui doivent se caché c'est la même galère.

C'est une explication uniquement prenant en compte les hommes et les femmes mais j'ai pas trouvé mieux.
Si j'ai fait une erreur surtout ne pas hésité à me corrigé.

photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 27 ans
Paris

18 remerciements
La notion de genre est plus juste que celle de sexe (notion encore utilisée en droit français) pour parler des trans, le sexe n'ayant pas toujours grand-chose à voir avec l'identité de genre (au même titre que l'orientation sexuelle). La distinction est loin d'être anodine...

Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à regarder la façon dont le droit positif interprétait il y a peu la question du « transsexualisme » ou « dysphorie de genre », laquelle est considérée comme un trouble de l'identité sexuelle qui pousserait le « malade » à vouloir absolument changer de sexe anatomique. D'où l'idée d'un changement de sexe à l'état-civil comme réponse juridique à un problème avant tout médical.

Si tant est qu'on s'intéresse un peu à la question, on comprend le caractère paternaliste et rétrograde de ce « transsexualisme. »

Or être transgenre, c'est loin d'être uniquement le désir changer de sexe anatomique et donc de passer par la chirurgie de réattribution sexuelle. On peut ne pas souhaiter la stérilisation, on peut se reconnaître dans aucun genre préétabli (genre non binaire)... Une identité n'ayant que peu à voir avec les organes génitaux qu'un individu s'est vu attribuer...

À noter également l'article 56.II de la loi du 18 novembre 2016 de la « modernisation de la justice du XXIe siècle » qui a ajouté au Code civil plusieurs articles rangés dans une nouvelle section : « de la mention du sexe à l'état civil » et qui démédicalise la procédure :

Le fait de ne pas avoir subi des traitements médicaux, une opération chirurgicale ou une stérilisation ne peut motiver le refus de faire droit à la demande.

— Article 61-6 du Code civil


Démédicalisée, mais pas toutefois déjudiciarisée...

Toute personne majeure ou mineure émancipée qui démontre par une réunion suffisante de faits que la mention relative à son sexe dans les actes de l'état civil ne correspond pas à celui dans lequel elle se
présente et dans lequel elle est connue peut en obtenir la modification.

Les principaux de ces faits, dont la preuve peut être rapportée par tous moyens, peuvent être :

1.Qu'elle se présente publiquement comme appartenant au sexe revendiqué ;
2. Qu'elle est connue sous le sexe revendiqué de son entourage familial, amical ou professionnel ;
3. Qu'elle a obtenu le changement de son prénom afin qu'il corresponde au sexe revendiqué. »

— Article 61-5 du Code civil


Le mécanisme juridique utilisé ici est la possession d'état, fondée sur un faisceau d'indices : le nom (nomen), le traitement (tractatus) et la réputation (fama) pour constater un fait social. C'est certes une avancée pour les droits des transgenres, mais on est loin de l'autodétermination qui fonde le changement de la mention du sexe en Argentine (loi n°26.743 de 2012), au Danemark (loi n°752 de 2014), en Irlande (2015), à Malte (loi n°70 de 2015) ou encore en Norvège (loi n°71 de 2015-2016) :Cette résistance du droit français repose sur le principe d'indisponibilité d'état des personnes, qui tient à ce que le changement de la mention du sexe ne découle pas de la seule volonté de l'individu concerné, mais se fasse dans les conditions prévues par la loi. Je vous renvoie enfin au très bon article Wikipédia sur la question.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit