Quelle est votre ville idéale?

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Alors, le sujet peut paraître assez abstrait, mais je vais tâcher de clarifier:

Pour vous, quels sont les qualités d'une ville idéale? (et par extension, les défauts qu'elle n'as pas)

C'est un sujet qui laisse cours à votre imagination, j'aimerais simplement savoir comment vous voyez le monde, et plus particulièrement: la ville.

Vous pouvez donner des exemples, des villes que vous aimez, des villes que vous détestez, et si vous y parvenez, dire pourquoi vous les aimez et pourquoi vous les détestez. 

Afin de stimuler votre imaginaire je vais vous donner plusieurs pistes de réflexion, qui sont juste là à titre indicatif, vous ne devez pas nécessairement répondre à tout ^^:
A quoi elle ressemble: quel est son style? les bâtiments sont ils grands? petits? colorés? Blancs? 
Quel style architecturale incarne pour vous la beauté?
Comment sont les rues? piétonnes? voitures? tram?, pavés, goudronnés? bordés d'arbres? bordés de sculptures? Y a t'il du monde ou pas?
Comment les gens vivent dedans? Ou se réunissent ils? pourquoi se réunissent ils?
Quelle valeur défend votre ville idéale?
Comment est la maison des gens? comment sont leurs édifices publics? Quels sont les choses que l'on voit en premier dans cette ville?

Vous avez toute latitude quand au moyens de représenter votre ville idéale, ça peut être une liste de qualité, ça peut être une histoire, un poème, un dessin (fait par vous ou une autre personne), une photo, tout ce qui vous inspire la ville idéale, dans laquelle vous aimeriez vivre.

Voilà, j'espère que vous saurez être inspirés!


photo de l'auteur Ovniscient
Ovniscient
Homme de 22 ans
Douai

4 remerciements
Sympa comme sujet :) 

Dans ma tête ma ville idéale serait d'abord une ville très cosmopolite. Ou tout est organisé de manière à la rendre la plus "humaine" possible tout en étant sophistiquée.
Elle serait constituée de plusieurs quartiers très différents les uns des autres.
Il y aurait un quartier ancien évidemment. Un peu dans le style de Montmartre. Mais très sobre et intimiste. Ou la vieille pierre cohabiterait avec la végétation.

Et surtout, un quartier "d'artiste". Ou tout serait sujet à la création. Où une architecture surréaliste un peu dans le style de Gaudi épouserait le street art sans concession.

Mais le point commun entre ses quartiers, se serait qu'il y ait énormément de "recoins" de façon à ce qu'on se sentent dans son intimité peu importe ou l'on se trouve. Une ville qui mèle le progrès à l'authenticité.
Qui favorise et encourage le contact avec les autres habitants.
Et en plein de milieu de cette ville, une marie style art déco, assez imposante. Qui fait face à une immense place. Avec un sol complétement plat et surtout...vide! Car je ne sais pas pourquoi, mais j'ai toujours rêvé de me trouver sur une place immense, linéaire et vide.

Une ville pleine de diversité au niveau de sa population. Et aménagée de façon ce que les gens ne s'ammassent pas dans certaines parties, tout en en laissant d'autres complétement désertes.

La plupart des rues seraient piétonnes, mais toutes reliées à des avenues qui seraient desservies uniquement par des tram.
De ce fait la ville ne serait pas extrémement grande, pour que tout le monde puisse utiliser les transports sans y passer la journée.

Ce serait une ville oû il fait bon vivre. Ou les gens prennent le temps de discuter, de se rencontrer. Ou lorsque l'on sort de chez soi, le bonne humeur nous vient naturellement. 

L'intérieur des immeubles et des maisons seraient très atypiques. Ils seraient tous unique et non standardisés comme celles que l'on voit de plus en plus. Le tout serait fonctionnel également.

Si quelqu'un me trouve une ville comme ça dans le monde... je suivrai cette personne aussi loin que ce soit! Haha

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
ta ville idéale est très belle. Et tu veux que je te dise, cette belle ville m'as fait réfléchir sur l'architecture, et je me rend compte que ce qu'on nous enseigne à l'école n'est pas forcément la bonne architecture.
Je pense que ta vision de la ville est très juste, et je pense que bien que je sois en école d'architecture, tu a mieux compris ce que devait être la ville que moi.  

En faite je m’attendais à ce que les gens décrivent une ville ou tout est unifié à leur goût, mais je me rend compte que ce n'est là que la préoccupation des architectes. En faite je me rend compte que la façon dont on nous enseigne l'architecture est très égoïste, et cherche à homogénéiser toute l'architecture selon notre idéale prétentieux, alors que toi, ta ville laisse à chacun le droit de s'exprimer, c'est une ville ou finalement tu reconnais très justement que tout le monde doit trouver sa place, et que tu reconnais au autre le droit de vivre différemment, tout en partageant une base commune. Finalement, ton idéale, c'est de se centrer sur l'homme et sa diversité, alors que les architectes vivent dans le désir égoïste d'unifier la surface de la terre selon leurs gouts, et leurs couleurs...

Je te remercie car par ton utopie tu m'as ouvert les yeux sur ce qu'il était vraiment juste de faire en architecture, c'est a dire créer des endroits qui rendent vraiment les gens heureux, créer ces "recoins" qui correspondent au gens, et non pas leur vendre notre idée du bonheur comme si elle était universelle. 

Grace à toi, J'ai compris que faire de l'architecture, c'est comme faire un cadeau, ce n'est pas en offrant aux autres ce qu'on aimerais qu'on nous offre que on leur  fait plaisir, c'est en apprenant à les connaitre, et en offrant aux autres ce dont ils ont vraiment besoin. Et ce dont les gens ont besoin, comme tu l'as dit très justement, c'est de rendre la ville humaine.

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
Alors je suis un peu comme Ovniscient pour ce qui est des idées, je vais donc pas réécrire ce qu'il a mis ! 

Niveau "ambiance générale" je peux citer des exemples de villes assez sympa, pour donner une idée. Il s'agit de Berlin en premier lieu, qui a vraiment une ambiance toute particulière. C'est vraiment une ville sympa, tout simplement ! On pourrait presque dire un village géant ! 
Il en est de même pour Vienne, à croire que la culture germanique a vraiment essayé de mettre tout le monde sur un pied d'égalité après la guerre. 
La troisième est moins connue bien qu'aussi grande, voir plus, il s'agit de Boston. C'est une ville assez européenne dans l'âme il faut le dire, bien que nous soyons aux USA. Mais là aussi il y a une ambiance très tolérante, ouverte et plutôt emprunte de culture. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
           sujet hautement intéressant et très intelligemment posé par Dédale, idéalement servit par Ovnicient autant que par Kattarsis qui donne de forts bons exemples de gestions réorientées de trois villes phares de la créativité artistique et surtout de l'intention de ré-humanisation de l'urbanité qui est un concept clef à l'heure ou la réalité "ville" est soumise de plus en plus généralement à l'empire spéculatif des promoteurs...


j'y reviendrais sûrement car nous savons bien que l'historicité de la ville est indissociablement liée à un lieu d'échange commerciale et de visibilité hégémonique d'un pouvoir politique, ce qui relève encore plus la recherche d'une autre forme de ville que vous avez absolument raison de projeter dans votre avenir personnel...

P.S je vous donnerais ma vision de "la ville idéale" plus tard...

photo de l'auteur Ranargata
Ranargata
Homme de 29 ans
Lille

7 remerciements
Une ville idéale c'est pour moi une ville: 

- où les transports en communs sont très bien développés et fiables. Avec un maillage assuré par tram/métro et bus (avec une proportion conséquente de navettes électriques).

-avec une circulation automobile interdite en centre ville (en prenant soin de mettre en place des parkings adequats en périphérie) et une politique permettant d'inciter fortement à prendre les transports en commun.

-propre et entretenue. Avec des sanctions importantes envers tous les gros degueulasses qui jettent encore leur saloperies partout (qui semblent faire un concours entre eux à Marseille). Les villes nordiques sont en règle générale nettement plus propres que les villes du Sud. Des espaces verts. 

-où la population étudiante y est renforcée par la présence de nombreuses universités permettant d'apporter un dynamisme à la ville.
 
-avec des marchés accessibles et connus de tous où les producteurs régionaux et locaux viennent vendre leurs produits (fruits légumes etc).

si d'autres idées me viennent, j'y reviendrai.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Personnellement, je suis quelqu'un qui préfère la campagne et le monde rural. Mais il est vrai que ce serait bien d'avoir un mixte entre les avantages du monde urbain [ comme la concentration de services et la possibilité d'avoir une vie nocturne ], avec le calme et les grands espaces du milieu rural.

photo de l'auteur XVIII
XVIII
Homme de 22 ans
Maisons-Laffitte
Selon moi, la ville idéale serait une ville à la fois pittoresque et aérée, avec des petits boulevards pavés en courbe de deux voies et agrémentés d'arbres. Les lampadaires style années 60 en seraient bannie pour y mettre à la place des lampadaires style XIXème siècle, ou au contraire très contemporain selon le type de quartier. J'aime autant la ville contemporaine que celle d'autrefois, alors je pense qu'un mélange cohérent des deux me plairait bien = Cela donnerait un vieux centre-ville commerçant et une périphérie moderne, dynamique et élégante, composés aussi d'anciennes usines de briques toutes conservés et réhabilitées  ! Enfin l'automobile y serait supplanté par les véhicules électriques et les transports en commun propre type métro/RER et pourquoi pas tramway ! Par contre les quartiers modernes ne comporteront pas/peu d'immeubles à façade blanche par soucis  d'esthétisme (ça vieillit très mal, mais faut en partie aux matériaux employés c'est vrai). 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
je n'ai pas encore écrit de poème sur ma ville idéale, mais je le ferais bientôt, par contre j'en ai un sur la ville qui ne va pas dans le même sens mais que je vous donne quant même...

Le marais


Quelques fois la parole des vieux est sans effet,
pour des questions touchant à l'aveugle infortune
et au présent moderne qui construit son reflet
en des morceaux de villes et de voies importunes...

c'est dans un cas semblable que se tient cette histoire,
la zone était cernée d'un marais triste et vert,
en réunion secrète des rhizomes dans le noir
poussaient leurs tentacules en large et en travers...

et ce que la nature apporte à quelques êtres
elle le prend alentour aux plus faibles des autres,
les vibrations des hommes allèrent jusqu'à faire naître
des cavités sous sol où la fange se vautre !

des fondations sapées comme un sable d'enfant
s'effondra tout à coup l'arrogante cité,  
qui n'avait sût entendre la sage voix des ans,
et ne laissa visible... qu'un bout de cheminée...!

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Steph4190 je suis beaucoup plus sensible à la pierre des bâtisses des villages qu'aux vitres en milieu urbain!

photo de l'auteur Ssourire
Ssourire
Non binaire de 26 ans
Saint Pierre (La Réunion)
Question complexe et très dur à décrire, mais je m'y essayer.

Tout d'abord la vielle serait un mélange cosmopolite entre toutes les générations, les origines, les croyances, les milieux sociaux... le centre des quartiers serait des espaces verts et des lieux de rencontre. Les espaces ne seraient plus divisé selon leur activité mais mélangerait les logements, les bureaux, les commerces, écoles, centres culturels... Permettant d'habiter proche de son travaille et d'aller faire facilement les courses.
Un réseaux dense de transport en commun permettrait de faciliter les déplacements et la marche et le vélo seraient favorisé avec des installations urbaines adaptées. 
Une attention particulière serait portée à la consommation d'énergie et à l'approvisionnement en nourriture.

Voilà un bref résumé de la ville utopique.

photo de l'auteur friendlyy85
Friendlyy85
Homme de 33 ans
les sables d'olonne

13 remerciements
les qualités pour une ville idéale :

une ville dynamique pour l'accès facilité à l'art, la culture la connaissance et le sport. Des lieux d'échanges et de discussions.

une ville proche de la mer, où tout peut se faire à pied, à vélo ou transport en commun.

une ville où les gens respecteraient les lieux, une ville où il fait bon vivre, à taille humaine, la tolérance deviendrait un des éléments essentiel pour la communauté.

une ville dynamique avec des parcs, 

je dois en oublier, mais c'est intéressant.
 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
chose promise chose due...voici un pti poème sur ma ville idéale ...


ma ville,

c'est un lieu sans limite, un monde absous de normes, 
bâtis avec amour aux mains fines du feng shui, 
un abri pour chacun, dans une douceur de formes,
parfumé d'hamburgers, de choucroute, de méchoui ...

c'est avant tout un jour sans voile de pollution, 
et une nuit si claire que de voir les étoiles,
nous ferait contempler, une autre dimension...
la joie de vivre ensemble sans violence et sans voile...

à cette ville simple, je veux donner un nom,
revêtant et offrant, de ses murs transparents,
de ses portes sans serrure, d'espaces sans cloison,
pour notre corps social, un habit tolérant...

par la circulation des savoirs et d'infos,
en son centre où rayonne une chaleur humaine,
dans sa moindre ruelle, et même dans son métro,
ce nom serait crié, pour terrasser la haine...

archétype du monde qui uni les contraires,
architecture vivante des quatre éléments, 
harmonie des justices, des lois et des "affaires",
arithmétiquement stable, par tous ces habitants...

je l'appelle à venir de notre imaginaire 
tel un pont de sagesse pour des rives lointaines,
en citant en exemple la cité exemplaire,
j'en dresse déjà le plan et son nom est "je t'aime"... 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La ville idéale serait une ville où :
-Les seuls téléphones, ordinateurs disponibles ne serviraient jamais au pur divertissement mais toujours à un travail, un effort intellectuel, une oeuvre artistique, un écrit, ou une communication très formelle et utile.
-Les gens seraient propres, disciplinés et prendraient soin les uns des autres avec une éducation stricte sur la chose.
-Les véhicules fonctionnant à énergie fossile seraient interdits (pour cesser l'émission de particules fines et gazs toxiques).
-Les célibataires sans attache habiteraient sur leur lieu de travail (avec un travail qui les passionne et où ils créeraient les attaches de proche en proche en partageant de mêmes passions que les autres).
-Les transports seraient presque uniquement utilisés les vacances ou pour les urgences.
-Le silence serait valorisé, où on chuchoterait dans les transports (peu usités et où on finirait par y faire des connaissances en revoyant les mêmes personnes)
-Une milice de citoyens changeant fréquemment de composition (à tour de rôle) contrôlerait toute entrée pour éviter tout danger venu de l'extérieur avec quelques policiers. De même la police verrait des civils être introduits en nombre suffisant régulièrement et changés pour éviter toute corruption et responsabiliser tous les civils sans mener à l'abus de pouvoir. 
-Tous les habitants auraient un uniforme pour le travail, un autre identique pour tous tout le reste du temps, la nature s'impliquerait alors plus directement dans les affinités physiques.
-La cigarette, les chewing-gums, les alcools forts, la musique en fort volume seraient proscrits voire simplement indisponibles (impossibles à importer/diffuser).
-Le maximum de monde se réunirait indifférencié en uniforme dans le silence total 1h par semaine (le dimanche par exemple) pour discuter à la sortie (tout écran et moyen de communication interposé strictement interdit).
-On couperait l'électricité et le chauffage de l'eau une semaine par mois. Aux citoyens d'être créatifs pour pallier à leurs propres besoins.
-On bloquerait toute utilisation de monnaie cette même semaine (pour la charité).
-On prévoirait plusieurs semaines le travail bénévole de tous les habitants à la campagne pour si possible qu'ils se nourrissent directement par leur propre effort.
-Toute chose altérant la qualité du sommeil, le silence, le calme serait vite sujette à contrôle voire interdiction.
-Sur tous les lieux de travail des créneaux horaires et emplacements et équipements seraient prévus pour une activité sportive quotidienne adaptée au maximum de personnes.
-Il y aurait d'immenses parcs quitte à densifier des logements et imposer une limite au nombre de m² par individu (par exemple 25 maximum). 
-Tout nouveau citoyen se verrait attribuer une tâche en équipe avec les citoyens les plus récents (collecte de déchets, réparations, construction partielle, aménagement ou entretien de son propre logement contre réduction, nettoyage des fossés, entretien des pavages ...)
-Chaque vacances de grandes équipes seraient désignée, formées pour l'entretien complet des infrastructures et leur évolution future.
-L'activité culturelle ne mettrait jamais en jeu le moindre argent, serait totalement gratuite et désintéressée - toute publicité interdite.
-En cas de ciel grisonnant, de paysage pauvre, la population serait formée pour décorer au mieux les intérieurs, les façades (la Russie donne un exemple) et les voies de circulation, ce type d'art permettrait de donner une activité malgré un chômage résiduel éventuel. 
-Le métier de journaliste disparaîtrait au profit de l'observation la plus factuelle possible et de l'observation de la nature.
-Les personnes sans activité seraient incités à contribuer à l'agriculture durable en dehors de la ville.
-En cas d'inactivité résiduelle (non-nécessité totale de leur travail manuel ou intellectuel, pas même d'activité culturelle possible) elles seraient au mieux orientées vers la méditation et l'activité sportive, au moins le temps de trouver une activité si elles le peuvent.
-Les bijoux, les tatouages, les piercings seraient proscrits au profit d'un art s'exprimant dans la décoration intérieure de son habitation et des façades des habitations, et de l'art portant sur des objets extérieurs en général.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
maximus, votre ville idéale vous donne sans doute la vision de la stabilité des échanges, mais pas leurs libres expressions, c'est tout au moins ce que je visualise en vous lisant...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Comment ça? Qu'est-ce qu'est la "libre expression d'un échange"? En tout cas je vise de libérer l'échange entre l'individu et la communauté et entre la communauté et la nature, en faisant cesser le plus possible l'échange de l'individu avec une fausse image de lui-même (égo, égoïsme, égocentrisme, narcissisme, histrionisme).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
en effet c'est ce qui ressort de la logique de votre ville idéale, mais en faisant ainsi vous jetez l'eau du bain avec le bébé (l’ego)  car la libre expression d'un échange c'est le caractère impromptu de l'échange...

si vous voulez remettre la personne sans ego au centre de la formation de la ville, il n'y a qu'une solution, c'est de prendre toutes les dimensions naturelles de la personne et de les réinterpréter au niveau du fonctionnement des échanges entre citadins et citadines et autres... 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je crois que vous confondez impromptu et effet de surprise, que vous avez peur que ma vision ruine l'exotisme, par exemple d'une riche princesse qui élèverait un pauvre prolétaire.  Mais ne nous voilons pas la face, cela n'arrive quasiment jamais, sauf après une masse incroyable d'hypocrisie, de mensonge, de manipulation d'un prolétaire malin ou après désir d'une princesse délurée. De même pour l'échange ville-campagne. Est-ce vraiment bien un citadin qui découvre brutalement, lors d'une guerre, qu'il faut travailler la terre pour pouvoir se nourrir et que la ville ne peut absolument pas vivre sans ce travail et que le transport est très coûteux énergie?
 La dernière fois que j'ai connecté quelqu'un au réel en coupant l'électricité et en lui faisant lever les yeux quelques minutes de son portable pour qu'on se parle vraiment, il a failli pleurer (et aussi surprenant cela paraisse il était pourtant plus âgé que moi et était venu squatter chez moi). Alors autant éviter ce genre "d'effet de surprise" et mettre tout le monde au courant du caractère improvisateur de la vie et conservatif de l'énergie. La nourriture que le citadin mange, les transports qu'il utilisent tirent leur énergie de quelque part, et il y a des déperditions - elle n'est pas infinie et ne se crée pas. Il doit en prendre conscience.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
sur ce dernier post je suis à 200% d'accord avec vous étant déjà engagé dans une réforme de ma vie personnelle qui est en phase avec ce que vous décrivez là...

c'est dans la structure réaliste de votre ville que certaines réformes me semblent évacuer la possibilité d'initiative citoyenne au profit d'une gestion tout azimut de son conditionnement citadin, mais sans doute ne suis-je pas autant maître dans l’ingénierie urbaine que vous et que mon "génie" en reste à rêver d'un autre monde sans en formaliser toutes les nécessités fonctionnelles...

 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je n'ai pas tout écrit au hasard et en croyant porter une science infuse. Au Japon les uniformes sont très usités pour chaque secteur de métier et on le sait, la société est très homogène. On le sait aussi, le célibat y pose un problème énorme actuellement. Mais le problème ne vient pas de l'uniformisation : il vient de tous ces gens qui cherchent à échapper à la réalité, notamment par leurs écrans, car leur ville les déçoit. Donc il faut en réponse à cela faire changer les citoyens de rôle régulièrement dans la ville, mais aussi les en faire sortir (campagnes - peut-être que les Japonais citadins se sentiraient mieux si régulièrement on leur donnait le temps de visiter le Japon de l'envers voire même la campagne de Chine). 
La différence que je propose est aussi de taille : habiter sur le lieu de travail, réduire les transports le plus possible au lieu de chercher à tout mettre dans un mouvement désordonné, perturbant, stressant, et sur-consommateur en énergie. Il n'y a pas plus heureux que celui qui vit sur son lieu de travail et se passionne pour celui-ci, ajoutez à ça le nécessaire pour les activités sportives, les rencontres dans le calme et toute l'énergie sera canalisée de manière positive, et non pas dans un stress. Mais pour homogénéiser j'ajoute le changement régulier de rôle dans la vie de la cité. Après cela demande certainement un découpage, l'extension maximale est à prévoir. Mais qui sait, on peut peut-être commencer par 500 puis 1000 pour finir par intégrer tout le pays à un système bien structuré, ne variant qu'au grès des reliefs, des terres et des climats, et rien d'autre.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit