Pardonner à ceux qui nous blessent

photo de l'auteur Ghulab
Ghulab
Homme de 22 ans
Paris

2 remerciements
Salut !

Si tu le dis à ton frère ça pourrait poser quelques problèmes ...pourquoi tu en parles pas directement au "violeur" ça pourrait t'aider voir même te soulager de lui faire comprendre à quel point ce qu'il t'a fait a pu avoir des conséquences sur toi ? 

Tu consultes un psy ou quelques choses du genre ? 

Après c'est à toi de décider hein .. la situation est super personnelle et compliquée pour qu'on puisse te guider ..


photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Merci pour ton témoignage, [@]X[/@].

Un viol de la part d’un membre de la famille et ses conséquences psychologiques constituent une épreuve lourde à porter. Tu en es au stade où tu as compris intellectuellement que pardonner te soulagerait et te permettrait d’aller de l’avant, mais sur le plan émotionnel tu ressens le besoin d’être entendu et compris dans ta souffrance par ceux qui comptent pour toi.

En te lisant, j’ai l’impression que le frère auquel tu as d’abord parlé ne sait pas comment réagir à ce que tu lui as dit ou en tout cas, comme beaucoup de gens, il va préférer éviter les histoires et donc il relativise les choses. En plus, tu as certainement raison, il ne mesure pas l’impact que cet événement a eu sur ta vie. Comme il aime aussi ton demi-frère, il est en porte-à-faux entre vous deux. Mais, ne pas cerner l’impact qu’a eu ce viol sur toi ne signifie pas qu’il ne t’aime pas, simplement qu’il n’est pas (encore) assez compétent pour le comprendre comme tu le voudrais. S’il est encore jeune, il manque de l’expérience requise pour cerner la situation. Et une question mérite d’être posée : devras-tu attendre qu’il atteigne la maturité et les compétences nécessaires (s’il les atteint un jour) pour te sentir mieux et avancer ?

D’autre part, ton frère aîné et ton demi-frère sont en âge d’être des adultes responsables, donc ils réagiront à leur façon, qui les regardent. Si tu ressens le besoin de faire entendre la vérité, si cela te paraît juste pour t’alléger d’un poids et tourner la page, alors les autres considérations (comment va évoluer sa relation avec ton demi-frère, comment il va se sentir, etc.) peuvent paraître bien secondaires. Après tout, c’est de ton frère aîné dont il s’agit, pas du premier quidam venu. Il est normal d’éprouver le besoin de lui parler de ce qui a autant contribué à façonner ton identité et ta vie. Sachant qu’il ne comprendra que ce qu’il pourra comprendre lui aussi.  

En fait, j’ai l’impression que ce que tu cherches, c’est qu’ils te prouvent leur amour en te comprenant et en mesurant l’ampleur de ta souffrance passée et présente… mais les deux sont indépendants. On peut aimer quelqu’un sans tout comprendre de lui. C’est d’ailleurs ce qui se passe en général dans la vie. Donc, le chemin qui te reste à parcourir consiste à intégrer cela émotionnellement, à combler le fossé entre la capacité de compréhension que possède l’autre et son amour pour toi. Tu peux le faire en y mettant plus de ta propre compréhension ou plus de ton propre amour. Le mieux, c’est d’y mettre les deux. Tu fais ce que tu peux et les autres font ce qu’ils peuvent.

Dans certaines villes, il y a des groupes de parole sur le viol, je ne sais pas si ça existe à Douai, mais tu pourrais consulter un(e) psy pour en parler et si des groupes de parole existent près de chez toi, elle ou il te les fera connaître. 

Bon courage et bonne année 2017, en espérant pour toi plus de liberté et de légèreté à terme.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
On a tous une croix à porter dans cette vie, mais j’ai l’impression que pour certaines personnes elle est plus lourde…

Un jour, tes frères tomberont sur un reportage de témoignages de gens violés dans leur enfance et ils se rappelleront de tes paroles. Peut-être alors te comprendront-ils un peu mieux.

Heureusement, dans une vie, il n'y a pas que des moments difficiles, sinon on y arriverait pas. La roue tourne !

Bon courage !

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Comme je le raconte souvent, j'ai été hospitalisé début septembre 2015 car je faisais supporter à mon corps la pression cumulant 5 ans de décentes aux enfers.
La question était de pardonner à mes exes. J'ai dit oui au moment de l'hospitalisation, mais au fond de moi je ne les avais pas pardonnée pour m'avoir fait subi des traumatismes. Ca a duré plusieurs, au moment quand j'ai eu en avril 2016 l'acceptation de mon coming-out et mon copain en octobre 2016. Cependant, quand on laisse installer les choses en moi, il peut m'arriver à certains moment de me sentir mal à cause du passé.

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
Quand on a subi un traumatisme, même si on progresse dans la guérison au cours de sa vie, il y a souvent des rechutes, des réminiscences du passé dans lesquels des événements même anodins peuvent nous replonger. On croit guérir complètement, puis on se rend compte qu’un événement douloureux, la rencontre de personnes du passé ou un simple témoignage nous replongent dans un ressenti que l’on croyait dépassé. Heureusement, avec le temps et l’élargissement de nos perspectives (l’élévation de notre niveau de conscience), les choses s’arrangent tout de même ;-) Surtout si on a la chance de partager un amour.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Enneathusias j'avoue avoir peur de cela, rencontrer les personnes qui m'ont traumatisé. C'est arrivé une fois heureusement que j'ai réussi à me contrôler car j'étais prêt à tarter le gars.
Il y a aussi lorsque je continue à faire de l'espionnage et que je tombe sur des photos, des textes qui me rappellent que des gens ont vécu heureux dans le passé, ou que moi-même j'étais bien avec eux.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Steph4190: non s'il vous plaît, arrêtez avec "oublie ton passé", pas quand on écrit des articles complets des années durant, pas quand on écrit des mini-romans.
Pour rappel, l'écriture a été inventée pour que les êtres humains puissent immortaliser leurs paroles, leurs souvenirs. Attaquer mes souvenirs c'est atteindre ma dignité, donc NON je n'oublierai pas mon passé. Il est là et il doit être respecté.

Sinon, l'espionnage sert à cumuler de l'information, et donc à cumuler une arme verbale car l'information est un symbole de pouvoir. Cela permet de faire de jolies cyber-attaques les jours quand j'ai envie de me défouler car je subis un gros coup de seum. Et manifestement je suis au bord du craquement en ce moment.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@[@]X[/@]: et bien en fait mon soucis je l'explique ainsi: j'ai tenu un skyblog qui a fait les beaux jours du net. Je me revendique comme étant la 10ème puissance du Pas-de-Calais. Skyrock a joué un rôle central pour les adolescents de mon âge que nous avons étés. En effet, Skyrock fut le 2ème site le plus visité après Google en France et le 29ème site mondial [ je crois qu'à l'époque Skyrock était la deuxième ou troisième plateforme de blogs la plus influente du monde ].
J'ai même créé un réseau d'amis dans lequel j'avais un rôle central. Et au fur et à mesure des années j'ai perdu mon influence. Aujourd'hui, je suis à la ramasse avec 74 abonnements sur Twitter et je continue à avoir de la rancoeur contre Facebook que j'accuse d'avoir piqué tous mes visiteurs et d'avoir fortement dégradé mon ancien réseau amical. Présentement j'ère sur Internet avec une nouvelle identité que j'ai dû changer à cause des complications de santé suite à un cumul d'événements correspondant à ma décente aux enfers de 2010 à 2015. Il m'arrive parfois de souhaiter redevenir ce que j'étais dans mon ancienne identité, mon influence et mon hétéronormalité. Cette nouvelle identité, difficile à accepter m'a permis d'aboutir à l'autorisation de vivre mon homosexualité enfouie pendant 10 ans.

Ce que je ne supporte plus aujourd'hui, c'est de ne plus être au centre de plusieurs attentions. Ce qui m'insupporte de surcroît, c'est d'être constamment bloqué par des personnes, bizarrement une majorité d'homosexuels dont je tente de m'approcher. Je ne comprends pourquoi je suis autant ignoré, abandonné. Je le vis relativement mal. Et je pense même que mon copain n'est pas à la hauteur de mes attentes dans ce domaine, car je n'ai pas besoin d'un gros paquet d'amour d'une seul personne, mais d'une juxtaposition d'amours portés par plusieurs personnes pas forcément aussi intenses.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ca était important l'influence de mon blog car j'ai concrétisé mes rencontres. A une époque, je voyais pour de vrais les personnes connues via les blogs, ces mêmes personnes que j'ai du mal à pardonner aujourd'hui.

J'ai l'impression d'être laissé pour compte à cause de ça:


Comment avoir envie d'écrire quand je me fais abandonner par mes visiteurs?
Pour information en 2016 j'ai atteint 75 articles. Cette remontée est dûe à la fin de la décente aux enfers de 2015 et à l'acceptation de mon homosexualité en 2016. En revanche le nombre de commentaires amassés est ridiculement bas en 2016, soit 200 commentaires alors qu'il était supérieur à 28 000 en 2007. Alors oui j'ai du mal à pardonner aux gens qui ont causé ma chute sociale.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La quantité nuit toujours à la qualité...
Et cela dans trois cas :
1) quand la quantité est recherchée pour elle même 
2) quand la quantité est vue avant la qualité 
3) quand la quantité devient le criter de référence du jugement éthique 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@[@]X[/@]: j'ai quand même eu plusieurs tentatives de renversement de situation:
- En 2010, j'ai augmenté le nombre d'articles écrits par rapport à 2009.
- Le nombre de commentaires amassés en 2013 a atteint le même niveau que celui de 2010. Le 31 décembre 2013 j'en ai été très fier, le 1 er janvier 2014 un peu moins car j'étais triste de ne pas avoir savouré cette victoire avec mon ancien réseau amical. Pourtant, le 1er janvier 2014 les réseaux sociaux tels que nous les connaissons aujourd'hui étaient déjà bien développés.
- En 2016 la tendance s'inverse en terme de production d'articles grâce à la nouvelle identité.

Voici un graphique sur le nombre de commentaires amassés en fonction des années:



@Gilou03 au moins avec la quantité, j'avais de la légitimité. D'ailleurs je l'ai toujours aujourd'hui car tout le monde ne peut pas se targuer d'être au top 10 des blogs les plus influents de son département. En revanche je n'avais pas participé au jeu qui consistait à augmenter son nombre de commentaires par des chiffres, même s'ils ont été tolérés ponctuellement.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@[@]X[/@] sauf que je perds espoir. Ca fait depuis le 1er janvier 2009 que j'attends que les statistiques reviennent au niveau de 2007. Et pourtant je me souviens avoir terminé l'année 2009 sans trop me plaindre des statistiques car j'avais quand même l'attention de mes visiteurs. J'ai perdu cette attention, ce pouvoir d'influence et ce flot de commentaires. J'espère tant retrouver tout cela mais je ne sais pas comment faire.
Et je ne te parle même pas des charlatants [ pour être poli ] qui par dizaines salissent tous les jours mon image virtuelle que j'ai mis tant de temps à construire.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@[@]X[/@]: lequel?
Twitter me semble intéressant statistiquement mais étant arrivé un peu à la traîne, j'ai du mal à imposer ma légitimité.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Au début de mon acceptation j'ai attaqué une personne en lui écrivant dans la lettre manuscrite:
"Ce que j'espère, c'est retrouver le caractère accueillant tel que je l'ai perdu en 2010".

Ce n'est pas tant de la notoriété que je recherche, même si ça aide. C'est surtout du pouvoir d'audience et d'influence.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
pardonner à ceux qui nous blessent...

certains devraient se pardonner à eux même de s'enfermer dans de vaines recherches, car comptabiliser les suffrages sur des réseaux virtuels est comme vouloir attraper des flocons de neige avec ces mains nues, ou il fondent ou ils vous gèlent...

photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements
Bonjour [@]X[/@],

Comme Steph4190 je pense que tu devrais en parler avec quelqu’un d’expérience, et les psy ou certaines associations spécialisées voire tout simplement le 119 sont bien placés pour ça.

Ton histoire apparaît malheureusement assez classique, tu exprimes un besoin de reconnaissance de ce qui s’est passé, ta famille n’est pas prête à l’entendre parce que tu les déranges, tu te poses la question du pardon peut-être par peur de fragiliser les liens familiaux alors que tu en as probablement encore un besoin vital compte tenu de ton âge. Et si j’ai bien compris les faits se sont passé alors que tu avais moins de 15 ans et même de 12 ans et que tu disposes probablement de 20 ans (après tes 18 ans) pour demander réparation en justice, ce qui risque aussi d’être très perturbant, pas nécessairement suivi d’une peine exemplaire si le faits sont difficiles à prouver, mais aurait valeur de reconnaissance.

Avec la complexité supplémentaire bien vue par Steph4190, tes frères ont pu subir la même chose que toi.
Enfin en posant la question publiquement tu obliges à vérifier s’il n’existe pas encore actuellement un risque vis-à-vis de jeunes enfants dans ta famille, car il existe une obligation légale de prévenir ces risques.

C’est pourquoi je soutenais l’idée de te rapprocher d’un psy ou d’une association connaissant ces sujets, ou encore appeler le 119 auquel tu as droit puisque tu étais mineur au moment des faits, et qui pourrait te donner de façon anonyme et gratuite des conseils d’ordres psychologiques et juridiques.


MonsieurS,

Ta notoriété sur internet ne sera probablement pas le seul deuil du passé à faire, c'est le principe de la vie. Avec la circonstance supplémentaire que si les amis IRL ne sont pas éternels, on peut difficilement faire plus impermanents que les amis virtuels d'internet, qui cherchent à satisfaire des besoins immédiats.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Gilou03: connais-tu suffisamment bien ma vie pour émettre de tels jugements?

@Lindos: j'ai quand même un soucis dans tout cela, c'est que je suis toujours vivant et j'ai toujours mes moyens de production. Parfois, je justifiais que je faisais de l'espionnage car si les gens m'accordaient du temps tels qu'ils le faisaient dans le passé, je ne m'amuserais pas à mettre autant de foutoir sur Internet comme IRL. Ce n'est pas comme un deuil de quelque chose qui disparaît plus ou moins brutalement, du jour au lendemain.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
on ne se donne souvent pas à soi même la chance de rebondir ou de se pardonner, c'est pourquoi de vaines quêtes servent souvent à remplir le vide d'une vie faite d'esquives et d'atermoiements...

photo de l'auteur Enneathusias
Enneathusias
Homme de 45 ans
Lyon

105 remerciements
@MonsieurS : une question qui peut se poser, c’est : est-ce que tu cherches à avoir une influence pour le bien collectif ou est-ce que c’est pour ta personne, pour un besoin de reconnaissance ? Je ne dis pas que l’un ou l’autre, c’est bien ou mal, mais que les conséquences ne sont pas les mêmes. Dans un cas, l’humilité t’empêche de souffrir des aléas de l’attention du public, dans l’autre, ta dépendance à l’opinion des autres, fait de toi le ballon de football de tes émotions et des aléas d’une position publique (donc des statistiques…).  

Quel que soit ton positionnement par rapport à cette question fondamentale, il faut être conscient dans les deux cas, de ce que cela implique pour ton équilibre personnel.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Enneathusias  sans mentir c'est quand même le fait d'avoir de la reconnaissance personnelle. Mais je milite tout de même à l'intérêt collectif. Je sais ce que c'est d'être un numéro n tel que n > 1, et ce sont des personnes qui ont besoin de reconnaissances. A chaque fois que je fus numéro 1, j'ai toujours fait en sorte pour que les autres numéros soient mis en valeur pour leur combativité!

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit