"la stratégie Ender"

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
est un film de science fiction américain de  2013 qui unifie trois thèmes, la plasticité cérébrale de la  jeunesse, le jeu et la guerre...

avez vous vu ce film ?  
si oui ---avez vous un avis ? 
si non --- pensez vous qu'en même que ces trois thèmes ont une même origine...la rivalité ?


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
En quoi la plasticité cérébrale découlerait de la rivalité ? Certes, je vois bien pourquoi elle serait l'origine du jeu ou de la guère... Mais pour ce qui est du troisième, il va me falloir une explication, pour le coup.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Moi ce que j'ai aimé dans ce film c'est l'idée du jeu. Le personnage principal se retrouve autour d'un dilemme. Ce sentant dans un jeu il prend une décision immorale mais réaliste et basé sur la raison. La raison passe alors avant les sentiments. Dès qu'il se rend compte de la réalité de son action c'est les sentiments qui reprennent le dessus.
Le film amène donc à se questionner sur le rapport on doit avoir entre raison et sentiment, entre ce qui relève du rationnel et ce qui relève de l'affect.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
certainement, mais le vrai et le bien étant intimement unis, comme l'intelligence et la volonté, pour atteindre un but, en l'occurrence la victoire sur un ennemi, doit nous faire saisir que l'évolution humaine s'est toujours faite dans un climat de rivalité, pas nécessairement belliqueuse, parfois ludique, mais toujours présidée par cette plasticité cérébrale qui permet l'adaptabilité maximale avec une information minimale...ce rapport pour moi semble être le thème du film, car même la fin permet de considérer le victorieux comme celui qui opte pour la meilleur solution, à savoir la sauvegarde de la vie...

P.S pour Mickaelsorb en effet la place de la psy dans ce film serait à creuser, car elle donne une autre vison du "pari conflictuel" du héro

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est "La Stratégie Ender" pour info, prière de corriger histoire de savoir de quoi l'on parle.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
oui pardon et merci à toi ... c'est un lapsus révélateur pour " entrer " dans une nouvelle stratégie de communication de ma part... :D

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Avant d'être un film c'est un livre pour ceux qui aime lire je vous le conseille :)

photo de l'auteur ptitdragon
Ptitdragon
Homme de 21 ans
Sarrebourg

2 remerciements
J'ai vu ce films une bonne grosse dizaine de fois. Des les début on ce rend compte qu'andrew est un très bon stratège dans les jeux vidéo. La technique utilisé par le colonel graff et mazer rackam (excusez moi si les orthographe ne sont pas bonne) de faire croire a ender (andrew) qu'il joue a un jeu lui permet de relativiser et donc de "battre" son ennemie en mettant de coté ses sentiments, ce qui est a mes yeux vitale pour gagner des guerres. Les sentiment l'aurais empêcher de mener son combat a bien car "Dès que je comprends mon ennemi suffisamment pour le vaincre, je me mets aussitôt à l'aimer." A. E. Wiggin Voila ce que soulève ce films selon moi, pour atteindre son objectif, les personnes qui nous gouverne sont près a tous, même a brider les sentiments des autres. Je sais que cela peux paraître étrange, mais c'est ce que j'en pense.
De plus, après avoir fait un Génocide sans vraiment le vouloir, ender fini par prendre la décision de sauver cette espèce, ce qui est en principe contraire au réflexion humaine, on ne donne pas une deuxième chance a une espèce qui nous a affaiblit pendant un moment.
Enfin, ender dit que les Doryphores ne se préparaient pas a attaquer mais a ce défendre, ce que je comprend ici c'est que l'être humain a un besoin de vengeance et d'anéantissement.

Bon en soit c'est tirer par les cheveux mais ce n'est que mon avis, je ne vous demande pas du tous d'être d'accord avec moi ^^

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je rejoins Tallos. Même si le film est très correct, le livre va bien plus en détail sur beaucoup de points et je le trouve plus intéressant. Et d'autant plus si vous vous intéressez aux messages transmis.
On a aussi de nouveaux concepts qui sont introduits comme la hiérarchie des "varelse", "främling", etc. qui pose la question de quels sont les critères qui font qu'un individu (d'une autre espèce, dans le cas du livre) est digne de respect. Notamment, est-ce que le fait que je ne puisse pas comprendre l'autre justifie le fait de ne pas le respecter en tant qu'individu.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
sans doute oui, cela nous oriente vers une connaissance qui unirait la compréhension et l'empathie, pour que notre jugement soit plus complet et en phase avec le réel, dans une forme d'acceptation...
quant à la communication, comme forme d'échange, c'est le point de réciprocité (comme dans l'amitié) qui en scelle la validité, dans le cas d'une équivocité, certaines autres formes d'échanges peuvent s'y substituer,

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Effectivement, avant d'être un film (réussi selon moi), c'est avant tout une trilogie de livres (que je n'ai pas encore lu).
Personnellement, je trouve que cette œuvre est complexe, et prends en compte plusieurs sujets à débattre :
- qui est le plus fort ?
- intelligence rationnelle VS intelligence émotionnelle / affective
- rivalité constructive (ensemble) VS rivalité destructive (moi d'abord)
- individualisme VS collectivisme
- liberté de pensée (humain) VS pensées contrôlées (aliens)
- etc.

Citation de Kairokis :
On a aussi de nouveaux concepts qui sont introduits comme la hiérarchie des "varelse", "främling", etc. qui posent la question de quels sont les critères qui font qu'un individu (d'une autre espèce, dans le cas du livre) est digne de respect. Notamment, est-ce que le fait que je ne puisse pas comprendre l'autre justifie le fait de ne pas le respecter en tant qu'individu.

Très chouette piste.
Je vais de ce pas m'intéresser à la hiérarchie des "varelse" (Hierarchy of Alienness ?), au främling (inconnu ?).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Ceduspam : Très chouette piste. Je vais de ce pas m'intéresser à la hiérarchie des "varelse" ( Hierarchy of Alienness ?), au främling (inconnu ?).


Oui c'est à la "Hierarchy of Alienness" dont je faisait référence. J'avais pas envie d'utiliser la traduction française ("Hiérarchie de l'exclusion") parce qu'elle passe un peu à côté du sujet :)
La hiérarchie est composée de 4 niveaux: Utlänning, Främling , Ramen, Varelse. Ces niveaux correspondent plus ou moins à la capacité de celui classifie à comprendre le classifié.
C'est super intéressant parce que c'est quelque chose de très subjectif, et ton article l'aborde très bien d'ailleurs. Alors qu'on pourrait penser que le fait d'être un individu ou pas est quelque chose d'immuable, on se rend compte que ça dépend en vérité de l'observateur et de son point de vue. Point de vue qui peut changer suivant les évènements d'ailleurs.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
ou cela me rappelle les six phases d'admissions de la réalité dans les programmes d'entrainement des commandos de la légion étrangère:

phase neutre ...........observation
phase passive ..........appréhension 
phase active .............compréhension 
phase sélective.........répartition 
phase réactive .........compensation 
phase élective ..........action 

c'est une logique basée sur les points d'accès de notre physiologie 

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit