L'opposition arts/sciences est elle fondée ?

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Notre société à tendance à séparer et même à opposer une approche artistique d'une approche scientifique.

Aussi je pose cette question :
Pensez vous que l'opposition entre Arts et Sciences est fondée ?

Je limite volontairement mon sujet à cette unique question, afin de ne pas vous influencer, et ainsi laisser libre cours à votre réflexion. Tout exemple sera le bienvenue, qu'il provienne d'une expérience personnel ou de références sélectionné par vos soins.

Bon débat!


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Non.

( De rien )

photo de l'auteur villedesbli
Villedesbli
Homme de 40 ans
blois

7 remerciements
il n'y à ni opposition ni fondement

photo de l'auteur Valoo07
Valoo07
Homme de 27 ans
Versailles

11 remerciements
Ba le terme "Science" à la base désigne les connaissances, pour cela par exemple que le doctorat en anglais se dit PhD pour Phylosophical Doctor. Après si tu parles uniquement de sciences fondamentales alors là oui c'est vrai qu'il peut exister les deux profils.
Il ne faut pas non plus oublier que nombre de scientifiques célèbre dans l'antiquité où les lumières faisaient de la philo et des sciences et certains aussi des tableaux (ex : De Vinci)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je pense que les deux choses peuvent se nourrir.

La musique par exemple est quelque chose de très mathématique dans sa construction, et sauf erreur elle était enseignée comme une science au moyen-âge. Pour maitriser le rythme notamment il est bon d'avoir un esprit bien structuré (par exemple pour les percussionnistes). Des artifices mathématiques ont pu aussi aider à la construction de pièces magnifiques (chiffres cachés chez Bach notamment, sections d'or chez Haydn, Debussy, Bartók).
Après, une musique trop "scientifique" ne mène pas à grand chose non plus ... au bout d'un moment l'irrationnel est plus que bienvenu!

Pour les sciences, je connais moins mais je pense que beaucoup de grandes découvertes sont dues à  la creativite de leurs inventeurs, donc à quelque chose d'un peu irrationnel, "artistique". Le meilleur exemple pour moi est la theorie des cordes.  Les propriétés des particules fondamentales viennent de la mise en vibration de cordes et des harmoniques qui en découlent. Cela est directement issue de la pratique musicale de son inventeur : le chercheur était violoncelliste amateur avais-je lu.
On ne sait toujours pas si cette théorie a le moindre sens mais je trouve cette idée super amusante :)

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Tu fait bien d'évoquer la notion de créativité, car cette notion me semble importante dans ce débat.
En effet, je pense que en faite, l'art et la science sont extrêmement proche, dans le sens ou les deux implique la notion de recherche et de  créativité. L'un a besoin de créativité pour imaginer l'image qu'il peindra, et l'autre en à besoin pour façonner des hypothèses sur le monde. 

La notion de sens aussi me semble lier les deux domaines, chacun recherche du sens: la science permet de donner du sens aux événements du monde matériel, tandis que l'art donne du sens aux réflexions, comportements et aux aspirations humaines. 


Je me permet également d'éclaircir votre lanterne quand aux raison qui m'ont poussé à poster ce sujet: j'ai toujours été quelqu'un d’extrêmement rationnel, une philosophie de scientifique en somme, néanmoins j'ai toujours apprécié l'art, et je n'ai jamais compris les raccourcis que certains font, comme si on ne pouvais pas faire cohabiter une pratique artistique avec un esprit rationnel.
Opposer la filière scientifique à la filière littéraire par exemple, m'as toujours semblé stupide
Et même, je pense que l'art et la science sont deux facettes d'une même pièce, et que le meilleur moyen de profiter des deux, c'est de pratiquer les deux en même temps. 

J'entend beaucoup de gens dire "je suis musicien, donc la logique..." ou encore "Je suis artiste donc je ne m'intéresse qu'aux émotions".... mais pour moi être artiste n'est pas incompatible avec le fait d'être logique, au contraire.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ton sujet est très intéressant. Pour moi l’art et la science sont deux facettes de nature différente d’une même chose, comme l’énergie et la matière par exemple. La science est l’approche raisonnée dont le langage est mathématique, l’art est l’approche intuitive donc non exprimable au sens pur, c’est un ressenti. L’intuition est une forme de communication avec l’inconscient, tandis que la science celle avec le conscient. L’art est une approche par l’intérieur, la science par l’extérieur.

Un peu comme la gauche et la droite, le jour et la nuit, etc, l’art et la science sont complémentaires et indissociables pour la réalisation d’une complétude de toutes choses. C’est aussi une forme d’équilibre entre son cerveau gauche et son cerveau droit où tout le travail se fait dans la connexion entre ces deux.

Sans science, donc sans connaissances, l’art ressemble à un dessin d’enfant, c’est beau c’est plein de couleurs, cela exprime quelque chose, mais c’est totalement « puéril ». La science vient rendre l’art plus « professionnel » quelque chose de plus grand, de plus complet, de plus raffiné, et surtout cela permet de pousser beaucoup plus loin.

Sans l’art, la science ressemble à un tas de savoir sans vie ni utilité. L’art amène la vie, l’émotion, la vibration, l’expression.

Sans la science, l’art ne peut faire grand chose de stable, puissant et complet. La science amène la structure, l’ossature, qui fait tenir debout et amène la force, la complexité.

La créativité demande de mettre en mouvement l’art (l’intuition) et la science (l’ordre mathématique). Plus le mouvement est équilibré entre connaissances acquises et conséquentes, et une bonne intuition aiguisée, plus les créations seront de qualité (de l’idée à la réalisation en pensant par la conception).

La science est l’outil palpable de ce que l’art est l’appréhension impalpable et vice versa. Pour moi ils sont à la fois « opposés » et complémentaires, indissociables.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je n'avais pas fait gaffe à ta dernière phrase, l'idée d'un artiste qui ne s'intéresse qu'aux émotions c'est de la connerie monumentale (dsl), encore de notre époque fainéante, une approche "perchée", illuminée on va dire.

Et le mot artiste aujourd'hui est très galvaudé par l'idée d'un égo démesuré, plutôt qu'un artisan de son art dans son laboratoire. Les artistes de l'ancien monde étaient particulièrement complets, intelligents et très curieux, pratiquaient nombreuses activités et les arts libéraux (qui sont en faite l'étude de différentes sciences primordiales).

Pour moi les véritables artistes sont avant tout de grands scientifiques dans leur art... Et de grands artistes dans l'étude de leur science... La science est tout un art, ce que l'art est toute une science. Intuition et connaissance sont les deux outils à travailler pour un artiste.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Alors à la base je défends plutôt la thèse d'une interpénétration de l'art et de la science pour un meilleur équilibre. Mais après avoir lu le poste précédent de POzitivelife3, que je trouve un tout petit peu exagéré :), je vais me faire l'avocat du diable et donner des exemples d'artistes qui ont eu avec succès une démarche absolument pas scientifique!

Je ne vais parler que de ce que je connais bien : la musique classique.
La plupart des compositeurs que je comprends et apprécie sont des artisans, des besogneux qui appliquent l'adage "20 fois sur le métier remettez votre ouvrage...", ect.

Cependant certains autres n'écrivent que par fulgurances, avec des inspirations qu'ils ne peuvent maîtriser et qui se tarissent s'ils passent trop de temps dessus. Le meilleur exemple est Schumann.
Génial compositeur sans grande formation musicale à son adolescence et début d'âge adulte, il a vu - selon le consensus général - son niveau de composition baisser progressivement avec les années alors même qu'il connaissait de mieux en mieux le métier. Oh bien sûr, cela reste de qualité, mais on n'atteint plus que difficilement les sommets de spontanéité et d'émotion que sont des pièces comme les Kreisleriana (ode d'amour à sa femme, d'une durée de 30 min et composée et 4 jours!), la première sonate pour piano, les lieder des premières années...
Schubert non plus n'avait pas de formation théorique (il n'a entrepris des études d'écriture musicale que l'année de sa mort, il a façonné son art exclusivement par lui même) et écrivait très vite, sans s'embarrasser de plans ni perspectives historiques, et quel succès!
Enfin je voudrais citer Charles Ives : chef d'entreprise américain (dans les assurances), il écrivait de la musique sur son temps libre. Après une formation musicale certes correcte, il était éloigné de toute la science musicale et de toutes les recherches de son époque. Il a forgé un matériau complètement dingue et personnel sans que personne ne le sache, la majorité de sa production ayant été jouée dans ses dernières années de vie alors qu'il n'écrivait plus ou même après sa mort. Il a juste essayé des choses, d'autres encore, et encore de plus improbables, et cela donne un conglomérat d'idées assez inouïes, pas toujours réussies, mais quelle source d'inspiration pour les compositeurs qui l'ont suivi!

Voilà. Pour des raisons différentes, ces compositeurs ont pour moi une démarche qui n'est absolument pas scientifique et tout-à-fait recevable!

photo de l'auteur tattoo29
Tattoo29
Homme de 25 ans
Bannalec

1 remerciement
moi je pense que l'art inspire la science et inversement

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Pour moi tu as raison Kilibanjo, faire de l'art n'implique pas d'avoir connaissance des "théories" qui nous précède, et ont peut tout à fait en faire sans préoccupation rationnel. C'était aussi le cas pour des artistes tels que Jackson Pollock, qui réalisait souvent ses toiles alors qu'il était ivre, et donc sans rationalité.
L'art permet aussi d'avoir une expression pure et sans préjugés, mais cependant, le lien entre la science et l'art, entre la logique et l'expressif, reste non négligeable.
Je pense également que lorsque l'on fait preuve d'une logique excessive dans la vie, l'art peut être un moyen d'exprimer toute l'émotion qu'on tait au quotidien. Je suis totalement dans cette optique, je cherche constamment à être rationnel en temps normal, mais dès que j'écris, ou que je compose, je fait fi des "règles" et des contraintes de la logique, et j'imagine des histoires loufoques ou des musiques déstructurés, toutefois, je n'ai pas vraiment de regard objectif quand à la qualité de mes travaux dans ce domaine. 
J'ai remarqué que c'était beaucoup moins vrai quand je peins, et de la façon dont je pratique la peinture, je suis moins spontané, sans pour autant ne pas l'être, mais ma peinture est chez moi un mélange à la fois de sensible et de rationnel.
Peut être est-ce car j'ai une bonne connaissance de l'histoire de l'art en peinture, et beaucoup moins en musique ou en littérature, où j'ai toujours travaillé en autodidacte.... 

Je pense également que l'art peut se permettre à la fois la plus grande décontraction, ou le plus important sérieux (et même parfois les deux en même temps) , et en cela c'est un domaine qui laisse cours à pas mal de chose. 
Selon moi, ce sérieux ou cette décontraction dépend avant tout de l’objectif que l'on se fixe quand l'on crée: si l'on cherche uniquement à faire voyager, à faire ressentir, on peut se permettre beaucoup d'abstraction, mais pour faire des œuvres engagés, il me semble nécessaire d'avoir un certaine logique, car c'est ce langage qui prédomine dès lors qu'on touche au domaine du monde "tangible".
Et si je suis moins spontané en peinture, c'est sûrement parce que j'ai davantage d'assurance dans le domaine et que je me permet d'aborder des thèmes qui attrait à la psychologie ou à la philosophie, des thèmes beaucoup plus sérieux.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Kilibanjo : Alors à la base je défends plutôt la thèse d'une interpénétration de l'art et de la science pour un meilleur équilibre. Mais après avoir lu le poste précédent de POzitivelife3, que je trouve un tout petit peu exagéré, je vais me faire l'avocat du diable et donner des exemples d'artistes qui ont eu avec succès une démarche absolument pas scientifique! 


Clair que j’ai un peu simplifié le truc comme souvent à l’écrit difficile de pouvoir tout exposer à la fois. C’est clair qu’il y a toujours des gens un peu hors normes qui vont te sortir un truc complètement timbré sans qu’ils sachent eux-même comment ils ont fait. Et puis dans ces gens, il y a encore ceux qui vont jouer un rôle pour faire genre que cela vient de nul part, alors qu’ils ont bien bossé pendant des années en cachette comme tout le monde ^ ^ 

Dans la musique, et en mode création, le solfège n’est pas nécessaire pour créer, c’est juste un langage entre musiciens et interprètes pour répéter une oeuvre. Tandis que l’étude de l’harmonie est quand même plus ou moins indispensable pour faire des trucs bien qui dépassent les accords majeur et mineur de base (que l’on retrouve souvent dans les musiques actuelles mainstream peu travaillées).

Je pense que tous bons musiciens, avec ou sans connaissance du solfège (comme Vangelis par exemple) a étudié régulièrement sur son instrument l’harmonie, pour sortir des pièges simplistes harmoniques de base. C’est une autre étude, une autre facette de la musique.

Il y a aussi la recherche du Son, c’est à dire toute la partie technique de son instrument, les techniques, les effets, etc (aujourd’hui toute la partie informatique/électronique) pour trouver le SON qui fait vibrer, car si l’harmonie elle est immuable, il lui faut LE son pour pouvoir faire vibrer, frissonner.

Joue n’importe quel morceau magique sur un clavier « bontempi » et il n’y aura aucune magie, aucune transcendance, aucune chair de poule, juste des notes les unes derrières les autres, même très techniques, il n’y aura pas de sublimation de l’émotion. On en sait quelque chose avec cette fameuse flute si laide du collège...  :D

Joue une belle mélodie avec du feeling sur un son puissant (dans le sens beauté, travaillé, sculpté et vibrant, pas dans le sens fort dans le volume) et la magie s’opère à faire dresser les poils. Là est une des autres facettes très techniques de la musique.

C’est dans ce sens la partie connaissance pour tout art, chercher tout les éléments scientifiques qui permettent de pousser son art à son paroxysme, la science pour parfaire et faire vibrer, émouvoir l’autre.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit