Logique ou sentiments?

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

La question est simple, d'une manière générale, êtes vous plutôt du genre à baser vos décisions sur la pensée (objective et rationnel) ou sur les sentiments ( impulsivité et empathie).

N'hésitez à expliquer pourquoi l'une des solutions est plus naturel chez vous que l'autre, quel bénéfices vous en retirer, et enrichissez d'exemple si vous êtes d'humeur ^^!


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ca dépend de la situation, des gens avec qui elle se situe etc mais sinon plutôt réfléchi. Et puis tu devrais le savoir notre boulot demande beaucoup de réflexion, contrairement aux idées reçues que c'est un métier artistique :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Personnellement, je ne me fie absolument pas aux sentiments qui sont pour moi la roulette russe des décisions. Je ne me fie qu'à la logique pure, sans doute dû au fait d'ailleurs que je suis très cartésien, et je m'efforce d'agir toujours en accord avec ce principe dans tout les aspects de ma vie.

Évidemment ce n'est pas parfait à 100%, mais si l'on est justement logique, on fini par apprendre de ses erreurs passées et on ne reproduit pas la même erreur la fois suivante.
Bref, je me méfie des sentiments, autant chez moi que chez les autres.

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Je te rejoins Soklaus, au risque de passer pour un robot au cœur de pierre, une décision logique vaut souvent mieux qu'une décision prise avec le cœur, sans doute car on à davantage de recul avec la logique, ce qui permet d'anticiper.
Après ce n'est que mon avis, et il est probable que dans certain cas, le choix du cœur s'avère moins destructeur...

photo de l'auteur Yuki76
Yuki76
Homme de 24 ans
Rouen 76000
Personnellement, je suis un pur empathique ^^"
Je me bases toujours sur mes sentiments par rapport à al situation.  Je fais partie de ceux/celles qui fondent lorsqu'un homme leur sort leur grand jeu de flatterie ^^" Et je rejoins Dedale lorsqu'il dit qu'avec la logique, on a plus de recul, car même si j'apprécie le fait de ressentir une profonde empathie envers les autres, c'est pour moi un défaut également, car on ne réfléchit pas forcément assez. On est impulsif et même si la raison nous plante un immense panneau clignotant "attention" devant la tronche, nos envies snobent ce panneau... En tout cas, c'est comme ça que je réagis devant la raison que je devrais parfois un peu plus écouter que je ne le fais ^^"

photo de l'auteur Malazac
Malazac
Homme de 24 ans
le boulou

8 remerciements
Je suis plutôt du genre à baser mes décisions sur les sentiments,
Pour moi, c'est un défaut, car nous allons souvent droit dans le mur !
Les sentiments d'autrui peuvent être destructeur, il est préférable d'être plutôt logique,
je pense qu'il faut être au final logique et "sentimentale".

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Tout à fait Malazac, tout est question d'équilibre finalement. Le problème des sentiments c'est qu'on peux les exploiter. Mais il en faut tout de même un peu, sinon nous n'aurions d'attachement pour aucune cause, et nous ne défendrions rien, pas même la logique.

photo de l'auteur Neptunide
Neptunide
Homme de 35 ans
Choisy-le-roi

1 remerciement
J'analyse et réfléchis avec ma tête, et je ressens avec mon coeur.
Aussi simple que ça :)

Mais ça ne m'empêche pas pour autant de ne pas prendre des décision basé sur l'affectif. J'écoute mes sentiments, mes envies et mon coeur, mais ma tête fait le calcul pour voir ce qui est faisable, stable, tout cela pour ne pas finir sur un champ miné (c'est une métaphore ;))

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Dedale : Débat Logique ou sentiments? La question est simple, d'une manière générale, êtes vous plutôt du genre à baser vos décisions sur la pensée (objective et rationnel) ou sur les sentiments ( impulsivité et empathie).

C'est intéressant comme question.
Vous n'avez jamais remarqué à quel point le système cherche en permanence à nous influencer en jouant justement sur l'émotionnel ? La photo du gamin mort sur une plage pour nous faire accepter l'invasion migratoire, Pearl Harbor pour faire accepter la guerre aux américains, etc...

Moi j'essaie toujours d'être le plus rationnel possible dans les décisions importantes que je dois prendre. Rationnel ne veut pas dire inhumain, bien au contraire. Le sentimentalisme nous fait souvent prendre des décisions basées sur une vision à court terme, même si à long terme cela peut s'avérer humainement plus délétère, pour soi-même ou pour les autres.

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Citation de Regenesis :  Vous n'avez jamais remarqué à quel point le système cherche en permanence à nous influencer en jouant justement sur l'émotionnel ? La photo du gamin mort sur une plage pour nous faire accepter l'invasion migratoire, Pearl Harbor pour faire accepter la guerre aux américains, etc... 


Tu fais bien de soulever le problème, car c'est aussi dans cette optique que j'ai posté ce sujet.
On est constamment influencé et le soucis devient qu'il est de plus en plus difficile de trouver des informations qui soit objective et basé sur les faits.
Les réseaux sociaux sont sans doute un des plus gros relais de bêtises en tout genre, et c'est assez triste de constater combien il est facile de rendre virulente une information stupide basé sur l'affectif, tandis que des études sérieuses tomberons dans l'oublie rapidement. 

A mon sens, dans la société actuelle, on ne peux plus se permettre de baser ses choix sur l'empathie, tout simplement parce que l'empathie est devenu le fond de commerce des médias en tout genre, et pour le coup, on nous prend pour des C**

Je trouve ça navrant d'en être arrivé là personnellement. Et a vrai dire, je n'éprouve de réel empathie que pour les personnes qui compte pour moi, et je ne prend plus la peine de lire un article si le titre/l'image est expressément accrocheur.

photo de l'auteur Kattarsis
Kattarsis
Homme de 29 ans
Strasbourg

66 remerciements
Pour moi c'est très dur de répondre à cette question...

Etant musicien et hypersensible, c'est une évidence que les émotions jouent leur rôle dans mes décisions. Mais ne réduire mes décisions qu'à l'émotion serait malgré tout complètement faux, car je sais aussi peser le pour et le contre quand je suis face à un dilemme. 

Je pense surtout que les décisions ne se prennent pas uniquement sur la raison ou les émotions, mais que c'est bien une addition de plusieurs choses qui va faire cette décision.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Dedale :  Les réseaux sociaux sont sans doute un des plus gros relais de bêtises en tout genre, et c'est assez triste de constater combien il est facile de rendre virulente une information stupide basé sur l'affectif, tandis que des études sérieuses tomberons dans l'oublie rapidement.

Quand tu vois que sur Twitter, tu n'as que 150 caractères pour faire passer une idée, tu ne peux faire passer qu'un slogan, c'est-à-dire de l'émotionnel. Et c'est de toute façon ce que veulent les gens, aujourd'hui lire un article n'intéresse plus personne, tu as 10 secondes pour capter le lecteur et faire passer ton message, sinon le mec zappe. Ca se voit aussi dans les débats politiques.

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Tu as totalement raison Regenesis, on est de plus en plus conditionné à aller vite et à zapper constamment.
J'ai récemment vu un reportage sur Arte qui parlait justement de cela (malheureusement je n'arrive pas à le retrouver) : On nous demande de plus en plus d'être multitâche, et de pouvoir répondre au téléphone pendant qu'on lit ses mail tout en s'occupant d'un dossier... Et ce genre de pratique à pour effet de créer des déficits de l’attention, en particulier chez les jeunes génération qui ont grandit avec tout ça.
Et forcément, ça n'encourage pas à raisonner logiquement, ça demande une attention beaucoup plus soutenu et de longue durée. Non seulement on manipule de plus en plus les émotions, mais on conditionne également les utilisateur à ce genre de pratique, c'est un constat alarmant qui donne à réfléchir je trouve.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Le truc c'est que des choix on en fait tout les jours. Sans même s'en rendre compte en général.
L’être humain est doué de la pensée et c'est une chose formidable. Mais penser ce n'est pas toujours efficace.
Je m'explique: on a en nous un système d'alarme primitif, qui depuis le commencement de notre existence nous maintiens en vie... je parle des émotions!

Lorsque nous somme dans une situation de danger par exemple, la peur va prendre le dessus sur nos pensées. Dès lors, notre corps va adopter des réflexes et puiser dans notre énergie. Quand on a peur, notre cœur va battre plus vite, la température corporelle va augmenter, notre respiration va s’accélérer. Et pourquoi? Tout simplement pour préparer notre corps a prendre la fuite.
Dans notre société on nous apprend depuis tout petit que nos émotions sont nocives, qu'il ne faut pas les montrer, pourtant nos émotions sont nos amies!
Quand on a peur ou qu'on est en colère, c'est que quelque chose ne va pas et lorsqu'on est joyeux c'est que tout va bien.

A mon sens, tout est une question d'intelligence. On a en nous une intelligence émotionnelle et une intelligence disons plus cérébrale. Réfléchir ce n'est pas inné, ça s'apprend. Et lorsqu'on sait réfléchir encore faut-il savoir se poser les bonnes questions.
Tout comme lorsqu'un choix se présente a nous, il faut savoir le reconnaître.

Perso, j'essaie toujours de peser le pour et le contre, et j'essaie toujours d'agir en fonction de mon raisonnement. Mais lorsque je sens qu'une émotion me submerge, je n'essaie pas de réfléchir, j'agis comme mon corps me dit d'agir.
Je fais confiance à mon instinct.

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
Je pense pas simplement que ce soit une question de renier ses émotion, ou de considérer les émotions comme nocives, je pense que c'est plus une question  de contrôle de soi même.
Je m'explique: A l'état sauvage, ce sont les émotion qui priment, et c'est comme tu dis un facteur essentiel de survie des espèces, mais le problème, c'est que l'humain ne vit plus à l'état sauvage, et nous avons créer un système qui encadre les personnes.
Si on nous encourage à la réflexion, c'est aussi pour contrebalancer l'effet des émotions, en somme ce n'est pas forcément de nier qu'on en à, mais plutôt savoir les moduler dans des situations ou elles ne collent pas avec le système culturelle qu'on s'est construit.
Par exemple: ne pas tuer 
Sous le coup de l'émotion, on peut commettre des crimes, on peut devenir violent, et être un danger pour soi et pour les autres.
En sommes, la logique est aussi nécessaire à la survie de l'espèce dans le sens ou elle réduit le risque de s'entre tuer. 

Donc finalement c'est peut être davantage de choisir ses émotions qui importe,
par exemple, si je sens la colère monter, et bien je dessine, plutôt que de taper sur mon voisin. quelque part, la logique permet de faire des transferts judicieux d'émotions. l'émotion est là, mais elle est atténué et canalisé intelligemment.
Après on peux aussi s'octroyer des moment consciemment riche en émotion, comme regarder un filme triste en sachant à l'avance qu'on va pleurer à la fin.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Si vous voulez voir des gens qui ne renient jamais leurs émotions et qui ont abandonné tout esprit rationnel, il suffit de mettre NRJ12.

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
C'est tellement ça Regenesis, je me demande même si il font passer des scanner cérébraux a ceux qui passent à l'antenne, pour être sur que ils n'ont pas de cerveau. XD

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ça me rappelle le livre de Daniel Kahneman sur « les deux vitesses de la pensée » que je recommande d’ailleurs pour ceux qui ne l’ont pas lu. Ce n’est pas juste l’émotionnel qui nous trompe souvent, mais aussi l’intuition, souvent décrite comme le bon sens, le bon guide ou la bonne foi. Le système {intuition + émotion} réagit vite : c’est un système 'primitif' comme le dit Minufloop. Il nécessite moins d’énergie et ignore énormément de détails pour reconnaître rapidement des schémas et prendre une décision. Notre cerveau fait ceci tout le temps. Le deuxième système est un système de réflexion qui nécessite le temps et l’énergie pour traiter les détails.
Nous avons besoin des deux systèmes, mais nous devons valoriser plus le deuxième (vu l’ordre social), en développant un esprit critique, en apprenant à prendre du recul pour vois les détails, etc. Et ça s’apprend. Mais malheureusement, on y fait pas attention (et pour faire attention il faut déjà prendre du recul :) )

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Citation de Dedale :Si on nous encourage à la réflexion, c'est aussi pour contrebalancer l'effet des émotions 

Justement Dedale je trouve que ce que tu as écrit représente parfaitement l'image qu'on se fait des émotions haha il y une phrase qui le montre bien et c'est celle que j'ai cité.
J'ai parlé des émotions et de la réflexion bien distinctement mais je ne voulais pas forcement dire que les deux ne peuvent pas se compléter ou se superposer. Des fois quand j'écris je me laisse un peu aller dans mes pensées et le résultat ne ressemble pas forcement à ce que je voulais exprimer à la base.
La maîtrise des émotions est un fantasme. Elles fonctionnent avec une partie de notre système nerveux complètement indépendant de notre conscience. Après c'est vrai qu'on peut apprendre à les faire passer ou simplement à bien les vivre.

Pour reprendre ton exemple, le fait de ne pas être autorisé à tuer. Pour moi ce n'est pas l’émotion qui est en cause mais justement le manque de raisonnement. J'avais lu un bouquin sur les émotions et il y avait une phrase que je trouvais très juste, c’était " des émotions négatives ne sont pas de mauvaises émotions" ou un truc comme ça.
D'ailleurs l'histoire le prouve bien, au final les gens qui se font tués le sont la plupart du temps pour des raisons purement reflechies (les guerres, les génocides, les attentats...). je pense donc pas forcement qu’être intelligent rend bon. Parfois c'est même tout le contraire.
Et je crois que dans un sens tu as raison car une personne mal éduquée et ignorante  va forcement se laisser malmener par ses ressentis si je puis dire. Ça expliquerait peut-être en partie pourquoi les prisons sont pleines de gens très peu instruis.

photo de l'auteur Dedale
Dedale
Homme de 23 ans
Strasbourg

14 remerciements
bien dit, c'est tout à fait ça CrowsB4hoes
Et tu fait bien de parler d'esprit critique, je pense que je vais pas tarder à créer un nouveau sujet sur comment développer son esprit critique, car c'est un sujet qui mérite d'être connu il me semble. 
Mais je vais déjà attendre que ce sujet soit mort, il vaut mieux se concentrer sur une question à la fois.

Je vais rebondir sur le fait que les émotion sont un système de réaction immédiate, qui en somme ne laisse pas son mot à dire à celui qui la vit.  Autrement dit, on ne choisit pas ses émotions...

Alors selon vous, peut ont considérer que si on laisse trop de place aux émotions on en devient esclave? Ou au contraire les émotions sont elle l'expression de la partie libre de nous même?

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit