du bon usage de l'amitié

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

bonsoir à toutes et tous...

sujet éminemment humain...
suffirait-il de dire le mot "amitié" pour en vivre qu'il nous faudrait encore en délimiter le sens et en atteindre les limites, bref comment et surtout pourquoi est-il nécessaire de connaitre le bon usage de l'amitié...et si ce sentiment relationnel porte en lui tant de nuances, est-il possible de choisir un ami ou une amie sans savoir en quoi il ou elle l'est ? autrement dit qu'est-ce-que l'amitié  au plan pratique ?


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Dans l'amitié, comme en amour, je pense qu'on ne peut pas tout expliquer. Dans ses Essais, dans un passage très touchant dédié à son ami La Boétie, Montaigne le dit bien. Pour décrire sa relation avec son ami il écrit : "à notre première rencontre, qui fut par hasard en une grande fête et compagnie de ville, nous nous trouvâmes si pris, si connus, si obligés entre nous, que rien dès lors ne nous fut  si proche que l'un à l'autre". Et un peu plus loin, le célèbre : "Parce que c'était lui ; parce que c'était moi". Bref, on peut aussi avoir des coups de foudre amicaux.


Puisqu'il est question du côté "pratique" de l'amitié, ou de son "bon usage", je pense qu'un ami est quelqu'un sur lequel on peut compter, qui sait écouter, être présent, qui nous fait suffisamment confiance pour se confier à nous, avoir besoin de nos conseils, et puis c'est aussi quelqu'un avec lequel on partage des passions ou des valeurs, quelqu'un avec qui l'on se marre et avec qui l'on aime passer du temps. Bon ce sont sans doute des banalités ce que j'écris là, mais voilà une petite réponse à un topic intéressant qui pourtant était passé inaperçu jusque là.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
pleine de bon sens et de référencement solide, votre intervention donne bien le ton générale de cette acceptation sans condition que nous avons de l'amitié, tel nous acceptons de même le manger le boire, respirer et dormir, tel il semble que nous acceptions aussi l'amitié comme un fait, évident et naturel...
mais ce pourquoi je voulu lier l'amitié à un questionnement pratique sur ce comportement, bien que je sache, et vous le rappelez très ben, qu'il y a une certaine évidence dans le vivre en commun de l'amitié et qu'elle se dispense de mode d'emploi...il est intéressant tout de même de chercher dans l'agir vertueux, quelque chose comme une stabilisation de l'amitié...suivant en cela la leçon d'Aristote...

photo de l'auteur drakouline
Drakouline
Femme de 23 ans
00225

5 remerciements
Je ne sais quoi dire mais juste que:
L'amitié a un sens avec certaines personnes
Mais n'a aucun sens avec d'autres.

Aimer son prochain pourait etre la chose la plus importante pour donner un sens a ce fameux mot amitié.

(Je ne dis rien, je sais :p )

Peace..... ;-);-):p

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Openinitiative , l'amitié semble être encore plus qu'une prédilection ou un choix de nature à former un assemblage sociale adéquat et dynamique, il y a une spécificité inhérente à toute les amitiés, c'est la gratuité ! et par cela nous pouvons mieux percevoir ce que sera le bon usage qui s'en dégage... 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
L'amitié au sens noble du terme date de l'Antiquité, puisque Sénèque l’évoque au début de sa correspondance avec Lucilius, jeune homme épicurien. Selon le stoïcien, le terme d’ami n’est pas de nature publique au sens où on l’emprunterait le plus communément qui soit, de la famille aux connaissances les plus brèves. Reste que malgré cet avertissement est flou.
On peut construire sur la nature privée de l’ami une notion de partenaire privilégié ; en particulier si l’on partage une partie du vécu, typiquement les amis d’enfance, les soirées étudiantes ou les réceptions régulières entre couples puis entre familles, sans oublier toutes les associations. A tout âge, l’amitié peut s’appuyer sur ces socles pour entamer un dialogue avec l’autre, quelle que soit sa nature : correspondance écrite, cafés de temps en temps, etc. L’un des avantages réside dans les réseaux sociaux, mais je suis de ceux qui pensent qu’ils doivent être dépassés par une vraie union, indépendante du support qu’elle emploie.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit