Je n'arrive pas à l'oublier...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

"Allez jte bloque tu me casses les couilles avec *** là".
Voici le message que je viens de recevoir. Très clair, et surtout représentatif. J'aurais besoin de quelques conseils. Ayant vu la réactivité du forum, je me tourne vers vous.

Quand j'étais en 3ème, j'allais très mal depuis déjà 2 ans : harcèlement, décès de mon grand-père maternel dont j'étais proche, mauvaise ambiance chez moi, etc. Pour faire court, j'ai dit pendant les vacances d'été à un ami que je considérais comme très proche que j'étais homosexuel. Problème que j'ignorais alors : il était homophobe. Dès la rentrée il a alors décidé de me faire la "misère", comme on dit. J'étais en position d'infériorité dans la classe, et même au sein du collège. 
Un événement majeur arriva alors : en octobre 2012, le cross du collège. Événement sportif, en soi, que j'exècre. Mais... c'est le jour où j'ai rencontré quelqu'un. Nous avions des amis en commun. Il était en 4e. Il avait donc un an de moins que moi. Nous avons toute la matinée discuté de jeux vidéos (Pokémon, Mario, Zelda...) et avons poursuivi ce contact "geek" sur Facebook. C'est lui, le fameux "***". 
Dès lors je commençais à éprouver de l'affection pour lui, de la compassion. Il s'est un jour (en décembre) confié à moi et m'a expliqué être aussi pris au piège dans une situation de harcèlement scolaire, que je n'avais jamais vraiment remarquée. L'année passait, nous nous rapprochions, et ce que je ressentais pour lui devenait plus fort... 
Jusqu'à ce jour du mois de mai 2013. Le 21 mai 2013. Même s'il m'apportait mon lot quotidien de joie au collège, pendant les récréations, je continuais d'être victime de harcèlement, et celui-ci s'accentuait. Je m'étais fait frappé DEVANT LE CPE (qui n'a rien dit : il est ouvertement homophobe...), je me faisais constamment insulter, rabaisser... L'administration était au courant mais faisait la sourde oreille. Quelle surprise. Apparemment personne n'a jamais rien vu, élèves comme enseignants. Et ce 21 mai 2013, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. J'avais quelques mois auparavant commencé à rentrer dans le cercle vicieux de l'automutilation, et ce jour-là je comptais en finir pour de bon. Mais ***, le savait, lui. Il me connaissait déjà bien et savait lire à travers mes messages. Il a donc prévenu l'infirmière, qui m'a dès le matin convoqué dans son bureau avec mes parents (première réaction de mon père : "tu nous fais chier honnêtement avec tes problèmes"...). Je nie les faits, jusqu'à ce qu'elle m'explique qu'un "camarade" est venu la voir, lui expliquer la situation. Je crache alors le morceau. Elle décide d'en faire part à l'administration une fois de plus (c'est ma prof de Technologie qui a déjà porté ces insultes à la connaissance de l'administration). Réaction : "bah, vous pouvez le désinscrire du collège". Solution drastique mais qui m'a fait du bien. Le soir-même, je discute avec ***, quand je compris que c'était lui, qui était allé voir l'infirmière.
Il m'explique alors, à 18h45, que je suis l'une des personnes les plus proches de lui au collège.
Nous avons gardé ce contact très proche, et j'ai appris tout seul pour mon Brevet, que j'ai obtenu avec une mention Bien. Ce fut une victoire personnelle.
Pendant les vacances, ce garçon et moi avons continué à nous voir, et a alors émergé une "pratique" commune : les câlins. Nous nous faisions des câlins. Pour se dire "bonjour", "au revoir"... ou même sans raison ! Il me disait "je t'aime comme mon meilleur ami", mais je ne pouvais l'accepter. Non. J'étais amoureux de ce garçon. Je faisais tout pour qu'il comprenne, mais rien n'a marché.
Septembre 2013 : rentrée. Je suis en Seconde GT, et lui en Troisième, dans la même ville... mais d'un opposé à l'autre. C'est difficile de se voir. Nous nous contentons beaucoup de messages. Le harcèlement continuait dans ma classe. Alors un jour, je suis sorti du lycée en profitant d'un blocus (novembre/décembre) pour traverser la ville pour aller trouver son père, chez lui. Une demie-heure. Mais il le fallait, pour ***. Il me propose de manger avec lui et son épouse, et ensuite d'aller chercher *** au collège pour lui faire une surprise. Nous y allons, il n'a pas l'air plus enjoué que ça.
Février 2014 : Une "engueulade" éclate. Il en a marre de moi, de mon côté surprotecteur, s'énerve tellement qu'il me dit "va crever", etc. Nous ne nous sommes plus parlé jusque juillet/août 2014. Cette période fut très dure pour moi. Je n'avais pas de régularité, j'étais perdu, sans aucun guide. J'avais tout construit autour de lui, et cela a volé en éclats.
Pendant l'été 2014, quand nous nous sommes reparlés, c'est comme si rien n'avait changé. Bien sûr que je lui pardonnais ! Je l'aimais. Comment ne pas lui pardonner ?
Septembre 2014 : dans le même lycée. Lui, en Seconde, moi, en Première L. La "relation" bat son plein.
Le 30 novembre 2014 : mon anniversaire. Lui et des amies sont venus, et nous nous sommes bien amusés. À travers un jeu de la bouteille. Nous nous sommes embrassés 3 fois. Il l'a pris en jeu, moi, au sérieux. J'ai savouré ces baisers. Mes amies partent, lui, reste un peu. Nous discutons. Il me confesse qu'il avait des sentiments pour moi quand nous nous sommes rencontrés, après quoi nous nous embrassons de multiples fois. Incompréhension. Oui. Mais aussi du plaisir. Il était prévu que nous fêtions le Nouvel An ensemble avec des amis. Avant de partir, il me lança un énigmatique "Qui sait ? Peut-être qu'on commencera 2015 en couple...". 
J'attendais donc cette soirée avec impatience. Vint alors cette soirée. Il était distant de moi, jusqu'à ce que je découvre, en l'écoutant téléphoner, qu'il est déjà en couple. Avec quelqu'un que je connaissais, qui plus est. Mon cœur s'est alors brisé. Il a voulu me prendre dans ses bras. Mon cerveau me disait "Repousse-le!", mais j'ai écouté mon cœur et me suis laissé faire. J'ai passé le reste de la soirée assis, en retrait. Triste, déçu, détruit.
Le lendemain matin, nous nous sommes engueulés. Il m'explique qu'il n'a pas de comptes à me rendre, que de toute façon je l'énerve, etc. Nous ne nous sommes plus parlé... jusque cet été. 2016. 
Nous nous sommes revus avec des amies. Nous avons ri, parlé de tout et de rien tous les quatre. Puis, est venue l'heure de se dire "Ciao!". Je prend mes deux amis chacune dans mes bras, puis, je me retrouve en face de lui. Que faire ? Bise ? Je lui serre la main ? Il me dit alors "Comme au bon vieux temps ?", ce que j'accepte en hochant la tête. Il me prend alors dans ses bras. 

Voici donc mon histoire. Le problème est que je pense encore à lui. Tout le temps. Les gens en ont marre. Marre que je ne parle que de lui. Quelqu'un a-t-il déjà vécu une situation similaire et/ou aurait des conseils à me donner ? Je suis vraiment perdu... Merci, par avance...


photo de l'auteur Issara
Issara
Homme de 31 ans
Paris

3 remerciements
Bonsoir à toi,

Il semblerait que tu l'as dans la peau ce Mr.***.
Je voulais tout d'abord te dire que tu as beaucoup de courage pour faire face à un environnement hostile pratiquement tous les jours et j'espère que les choses vont aller en s'arrangeant de ce côté là. N'oublie jamais que tu n'es jamais seul et que tu peux compter sur tes amis, ceux qui t'écouteront que ce soit pour une connerie ou alors pour des choses beaucoup plus sérieuses.
Quelque chose me dérange un peu, ou bien alors j'ai dû mal comprendre: Il était déjà en couple quand vous avez commencé à vous fréquenter et à partager des câlins?
C'est toujours difficile d'être dans cette situation. Lui avec quelqu'un, toi qui aimerais partager plus avec lui, sans parler de son copain (mais là n'est pas la question).
Essaie peut-être de ne pas trop d'enflammer avant de voir si votre retion peut évoluer vers quelque chose de plus sérieux (si l'occasion se présente)?
On ne contrôle pas toujours ses sentiments, le coeur a ses raisons que la raison ignore, c'est bien connu... Bon courage en tout cas pour la suite.

photo de l'auteur Mickven
Mickven
Homme de 26 ans
Toulouse

2 remerciements
Pour résumer .
La jeunesse ^^"
L'illusion, l'insatifaction, être perdue, être insousiant, etre amoureux, etc....
Ce sont les Aléas de la vie de ton age et il faut faire avec ...
Tout le monde passe plus ou moins la même épreuve .

Je pense que... , il pense que ... , nous pensions que ... .

La vie est faite d'amertume .

Donc pour faire simple :
Déjà trouve toi vraiment:
Qui tu es?
Que recherche tu ?
Comment voie tu ta vie plus tard ( métier) ?

Quand tu sauras surtout qui tu es, affirme le, ne montre pas un autre visage, sois fier d'être toi !
Les gens s'amuse a te taquiner par ce que c'est "idiot" cherche a se croire fort montre au autre que "je t'abasse qui je veux". Et évidement il vise les plus faible d'esprit .
Si j'étais a ta place je me laisserai pas faire d'un coup de regard, et un ton asser grave mais pas forcement fort "dégage..." sinon un petit coup de point a la geule sa calme mais évidement réplique mais après ça tu ne sera plus embêté ...
Mais après faut voir le cas aussi ...
Sinon franchement je sais pas si c'est toi ou c'est l'administration .
Nous somme plus vraiment au moyenne age .
Il faut dire clairement que tu a un problème tu en parle avec le psy de ton établissement et l'infirmière.
CPE qui écoute pas ? Madame fait la sourde d'oreille ?
Tu demande a la voir , un dos droit, pas d'hésitation quand tu parle et tu met feuille sur table .
Et qu'il est inadmissible que tu prenne plein la geule tout les jours.
Au pire il existe des association pour t'aider, des numéro de tels
Il ne faut pas avoir honte !

Après...
L'amour doit etre 2ndaire dans t'a tête,
J’avoue facile à dire tu es en plein étude pourquoi avoir choisis le lycée ?
C'est pour faire des longue étude (en générale hormis les bac pro et exeption)
Alors il doit etre innaceptable de stop en plein cours de route !!!
Je demande pas que tu te transforme en un mec nombriliste et qui se croie fort et trop sûr de sois
Mais bon s'il le faut ... Mais impossible on peu pas changer notre caractère de base aussi rapidement d'un claquement de doigt ...

Si t'accepte l'amour tu doit accepté toute les possibilité qui va avec . Donc la possibilité d'avoir une rupture douloureuse...
Il faut un moment ce dire que tout n'est pas aussi rose et bleu !
Elle est faite de toute les couleurs et teintes du monde !!!
c'est ce qui est merveilleux !!

Bref la je parle trop ..... mais déjà c'est un bon début hahaha Désolé désolé
Mais pour résumer
- Il y a des aides pour ton cas
- Il y a des gens autour de toi qui t'écouterons
- prend un plus confiance en toi
- Les études sont importants !
- La vie n'est jamais facile
- qui ce donne les moyen arrive toujours
- Tous commence par les rêves donc est un objectif dans la vie et vise haut au moins même si tu stop en cours de route tu aura au moins essayer de faire le maximum. Et donc pas de regré
- Les parents ? S'ils ne t'aident pas, n'attend rien d'eux idem pour les amis.
- Les illusion et attendre que sa se passe => stop!

Voili voila x))) hahaha encore désolé <<

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bon courage!!! 
Je sais ce que c'est d'avoir quelqu'un dans la peau, de toujours penser à lui, de crever d'envie de le revoir même amicalement.... Mais avec le recul (et pourtant c'est encore quelque chose qui m'arrive de vivre) je pense qu'il faut apprendre à se détacher des gens. Oui nous sommes peut-être plus sensibles, plus émotifs que d'autres mais il faut aussi apprendre à nous protéger. Ca m'a rongée de nombreuses années et je me souviens même de l'époque où j'avais 18 ans et que ça m'était arrivée.... à cette époque j'ai eu beaucoup de mal à l'oublier mais bon .... il faut se répéter sans cesse "le temps fera son travail", et surtout couper vraiment les ponts car l'entre-deux fait encore plus souffrir (tu passes par des phases d'espoir puis de tristesse). Il faut aussi je pense apprendre à s'aimer plus et à s'attacher moins car je vois qu'au final nous avons comme point commun le fait de ne pas suffisamment avoir confiance en nous-même. Pas facile d'apprendre à canaliser notre façon d'être dans le but de nous protéger. Je te souhaite encore du courage et je pense aussi que parler de ça à certains de tes proches peut t'aider à l'oublier progressivement (mais attention à ne pas parler QUE de ça..).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Moi j’ai perdu mon mec, on ne s’est jamais engueulé rien, on était trop bien, on était encore juste en amis à construire quelque chose on prenait notre temps, on avait tout notre temps, on avait plein de choses à faire, à construire, à tripper ensemble, à planer dans notre bulle, et du jour au lendemain la chute de très très haut, sans aucune raison, juste par manipulation de l’entourage, par jalousie, peut-être par protection aussi, pensant que c’était pas sérieux, que je jouais avec lui, je ne sais pas, mais certainement pas non. 

Mais je reste persuadé que c’est avant tout de la jalousie, on était trop heureux, on était trop bien, sur une même longueur d’onde, je ne sais pas comment expliquer, mais ça se voyait. Bref, depuis j’ai tout tenté pour réparer les choses, certes maladroitement, mais franchement c’est une guerre, ça fait 2 ans, 2 mois et 23 jours, et il y a un moment faut te mettre à l’évidence, que c’est fini, que si la personne t’aimait vraiment aussi, elle aurait tout fait pour te récupérer aussi, au moins en ami, pouvoir se parler, rigoler, être dans la vie, c’est toujours mieux que rien. Comment c’est possible qu’on ne se parle même plus ? Alors que je l’entend même parler des fois dans ma tête, c’est dingue ! Des fois je me dis peut-être on l’a interdit de me parler, mais merde c’est un geek, suffit de créer une boite mail, n’importe quoi, ya largement moyen de communiquer aujourd’hui. 

Je ne comprendrais jamais ce qui s’est passé, où j’ai merdé, qu’est ce que j’ai fait ? Et j’en suis sûr qu’il est malheureux de son côté, je le sens, cette situation est tellement barrée, c’est du n’importe quoi. J’avais beaucoup à lui apporter, et même si on serait resté seulement amis, ça c’est nos choix, mais je m’en veux et je ne sais même pas de quoi. Notre histoire était trop belle, on n’a vraiment pas été discret, ça a flambé de tous les cotés.

Le plus douloureux c’est que malgré ça les sentiments sont là, c’est dingue, c’est comme une déchirure, c’est un mec d’une rare qualité, même si lui se casse tout seul en se rabaissant, il doute de tout toute façon, et même s’il a son lot de conneries, on a tous notre lot de conneries, on s’en fou, ce n’est pas les conneries qui font une personne ! Enfin bref j’arrête là ça ne sert à rien, mais c’est tellement douloureux, c’est insensé.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour à tous, C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai pu lire vos réponses, et vos interrogations pour certains. Je vais donc y répondre!


@Issara: «Quelque chose me dérange un peu, ou bien alors j'ai dû mal comprendre: Il était déjà en couple quand vous avez commencé à vous fréquenter et à partager des câlins?»

? Non. À l'époque où nous nous sommes rencontrés il ne s'assumait même pas comme étant homosexuel. Mais il est arrivé qu'il soit en couple: et ce n'est pas pour autant que nous ne nous faisions pas de câlins. Pour nous, c'était devenu une sorte de «rituel», une routine.


@Mickven: Petite précision que j'ai omis d'écrire dans mon post de base: j'ai quitté mon lycée dit de «secteur» pour un autre, où j'ai passé une année de Terminale tout à fait agréable, riche en moments d'amitié, de rires. C'est pendant cette année que je me suis affirmé comme moi, que j'ai arrêté de me cacher derrière un
masque de comique qui ne m'allait pas. Et je n'en suis ressorti que mieux. Seul «souci»: ce garçon. Plus précisément, notre relation.


@Anaoj: je suis d'accord. Mais je pense que si je pouvais retourner en arrière, je ferais plus attention et je le laisserais partir sans faire tout pour qu'il revienne.


@POzitivelif3: je comprends tout à fait ton ressenti.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Premierement , je suis desole pour ce qu il t est arrivé au college/lycée , lire ce genre de choses m attriste énormement.
pour ce fameux rituel , le probleme etait qu il faisait ca par habitude et parceque tu etais quelqu un de tres proche de lui , toi ,parceque tu m aimais et ca je ne pensse pas que se soit bon , quand tu es amoureux , t as vision n est pas objective et donc ce genre de choses peut te redonner de l espoir( bon la ton cas est plus complexe , mais quand ca a commencé il n avait pas fait son CO)
Je pensse que  chercher quelqu un alors que tu n as pas fait le "deuil" de cette personne n est pas une bonne chose , tu vas encore penser a lui , tu vas te rabattre sur le premier venu sans trop te poser de questions
et/ou tu vas recevoir le genre de messages que tu as deja recu
Voila , comme chaqu un de mes messages ca n est pas tres claire mais j espere que tu comprendra l idée , en tout cas bonne chance :)

photo de l'auteur Mickven
Mickven
Homme de 26 ans
Toulouse

2 remerciements
Ah ok alors si tout vas bien de ce coté !! c'est déjà pas mal .
Pour l'amour seul le temps pourra t'aider .
Quand la chimie de l'amour s'estompera

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Dépendance affective.
Si ce mec t'aimait, depuis tout ce temps il se serait déjà passé quelque chose de plus fort que ce que tu décris. Donc oublie-le, tu seras forcément déçu quoi qu'il arrive. Arrête de te raccrocher à presque rien.

photo de l'auteur Shalala
Shalala
Homme de 19 ans
Paris

15 remerciements
J'avais un pote dans la même situation, éperdument amoureux de quelqu'un qui ne l'aimait pas comme lui l'aimait. Il est parti dans une dépression, les médicaments, les pensées à ne pas avoir..

Je ne sais pas trop quoi te dire à vrai dire, j'aimerai te dire des choses qui ne soient pas " bateau " un peu. xD
Essaye de transformer cet amour en amitié tout " simplement " sans ambiguïté. Dis toi qu'il ne ressent pas la même chose que toi et que ça ne te mènera à rien pour le moment.  Il faut en quelques sortes que tu t'évades de cette relation.

En tout cas, courage à toi ! 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Alexandre8 : oui, voilà le problème ! Des gestes qui lui semblaient anodins et ne témoignent que d'une forte amitié pour lui, témoignaient pour moi d'un amour profond et fort (je parle bien d'amour, et QUE de ça !)

@Regenesis : je le sais bien, mais il m'est très compliqué de l'oublier, ou, du moins, d'arrêter de penser que quelque chose serait possible...

@Shalala : merci pour ton message ! :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Sort , des que tu as un moment ou tu ne fais rien , trouve quelque chose , ne laisse pas ton esprit penser aux mauvaises choses :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@Alexandre8 : c'est ce que j'essaie de faire ! Mais j'habite dans un petit village "paumé", comme on dit, et mes parents travaillent, donc ils n'ont pas la capacité de m'emmener en ville (20 mn/15 mn) tous les jours... Donc j'essaie de faire avec les moyens du bord. :-)

photo de l'auteur Issara
Issara
Homme de 31 ans
Paris

3 remerciements
L'amour ne prévient jamais quand il vient frapper à ta porte. Le fait aussi qu'il se cherchait encore à ce moment là n'a pas aider. Pour être passé par là, je peux te dire que c'est toujours difficile pour la personne qui est en face de soi, qui attend de toi quelque chose que tu ne peux pas encore lui accorder, et au final les deux parties finissent blessées.
Tourner la page prends plus ou moins de temps (ca dépends des personnes) mais il faut vraiment le vouloir, et parfois, couper les ponts reste la meilleure des choses à faire. Dans le cas contraire, la tentation serait trop grande et tu ne ferais que remuer le couteau dans la plaie à moins d'une réponse positive de sa part.
Essaie de bouger un peu le week-end, fais toi des escapades plus ou moins loin de chez toi histoire de te changer un peu les idées et laisse le temps faire son travail. On n'oublie jamais vraiment mais ca s'arrange, promis.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Il n y a pas de bus ? sinon fais du stop , c  est genial le stop :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
j'aurai un cpe comme ça en fasse de moi il se mangerait mon pieds au culs O_O... courage tiens bon ce n'est qu'une périodes .. douloureuse mais elle finira par passé :)

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit