lissia13
Lissia13    femme de 23 ans de Paris |   il y a 1 an

Violence dans le couple et manipulation

Coucou tous le monde j'ouvre un sujet un peux tabou je remarque car on en parle que très peux.
C'est la violence dans le couple homosexuelle.
La violence dans le couple et souvent associè à l'homme envers la femme mais pratiquement jamais d'une femme envers un homme ou dans les couples de même sex.

Un couple reste un couple avec ses haut ses bats, énormément de couple vivent dans une violence extrême qu'elle soit psychologique, physique la manipulation peut engendrer des choses très graves.

Avez vous déjà vécu une situation de couple violente?
Cela vous et il arriver d'endurer des choses par amoure, que vous avez garder pour vous par peur , par honte ou par impression d'incompréhension de votre entourage ?

FaKey
FaKey    femme de 19 ans de Poitiers |   il y a 1 an
Déjà je tenais à te signifier que c'est génial que tu abordes ce genre de sujet, assez lourd, mais pourtant si important à évoquer ! 
Même si la violence conjugale est majoritairement l'action de l'homme sur la femme, tu fais bien de signifier que parfois des hommes, dans une moindre mesure,  sont battus par des femmes dans les couples hétérosexuels. Et dans les couples homosexuels cette violence existe aussi : l'action d'un homme sur homme ou d'une femme sur une femme ! D’ailleurs une des amies de ma chérie se fait battre par sa propre copine... ce qui en soit est très inquiétant et alarmant. 
Pour mon cas j'ai eu la chance de ne pas avoir eu de compagnes violentes par le passé (même si ça devrait être considéré comme normal et non une chance) et d'avoir aujourd'hui une chérie très respectueuse qui ne lève certainement pas la main sur moi.
Par contre dans ton topic, quelque chose me dérange... impliques-tu automatiquement la violence conjugale au couple ? Pour moi les hauts et les bas d'un couple n'implique pas forcément la violence. Certes, malheureusement beaucoup de couples vivent cette situation dramatique (enfin beaucoup de personnes puisque celui ou celle qui bat/menace/insulte n'est pas à mettre sur le même pied que celui ou celle qui reçoit les coups, les menaces ou les insultes), mais rien ne légitime d'être frappé, ou insulter, ou harceler par son compagnon ou sa compagne. Mais je suppose que tu es de cet avis et que c'est une maladresse d'avoir associer dans la même phrase les hauts et les bas de tous les couples et la violence conjugale.
By the way je suis d'accord avec toi sur le drame qu'est la violence conjugale. Et c'est bien d'en parler, et surtout pour TOUS les couples. Car ça peut toucher tous le monde, et c'est très grave. 

En tous cas, j'espère que tu auras beaucoup de témoignages pour alimenter ton sujet fort intéressant et surtout très important, car la pratique de violence conjugale est à dénoncer ! Bravo. 

Cordialement, 

Lucie
pierre2lune
Pierre2lune    homme de 47 ans de Orange 84100 |   il y a 1 an
Bonjour Lissia13

Je rejoins Fakey, c, est méritoire de ta part de vouloir en parler. 

Une question si je peux me permettre ?
As-tu subie ça, ou est ce un sujet qui te préoccupe pour un proche peut être, ou pour une étude ? J, ai peut être lu rapidement. .

Perso, non heureusement,  mais hélas un pote dans le passé,  j, avais du l,héberger en urgence en pleine nuit & appeler les secours. Son mek très jaloux & violent, le battait, mais mon pote ne disait rien. Cette nuit là,  il fut bien obligé de m, en parler, mais face à mon indignation,  ma colère envers son mek, mes recommendations à le quitter, il était très amoureux, lui pardonnait tout le temps, lui trouvant des excuses & pire, se disait qu, il était fautif  !

C, est à cette situation, que j, ai appris ce qu, était " le syndrome de Stokholm " & à part peut être un(e) super bon(ne) psy ou une association de terrain, on ne peut rien faire vraiment. 

Une autre situation " cocasse " si je puis dire, fut un soir où avec des potes, nous allions en boîte,  j, ai vu près de l, entrée,  un mek frapper une fille & suis descendu de la voiture pour intervenir ; je me suis pris un de ces coups de tête ! C, était 2 filles en couple en fait, & celle qui m'a frappé était la victime, qui m'a hurlé de m'occuper de mes z'affaires ! Yo man prends toi ça a l, avenir ;)

Tchuss
Robot
Compte supprimé |   il y a 1 an
Salut,

Lorsqu'on aborde le sujet de la violence physique bien réelle des hommes envers les femmes, il me semble au moins aussi important de souligner la violence psychologique des femmes envers les hommes.
Les femmes, lorsqu'elles ont décidé de pourrir la vie d'un homme, n'ont parfois plus aucune limite. On le voit souvent lors des divorces.
UneRousse
UneRousse    femme de 19 ans de Paris 75017 |   il y a 1 an
Regnesis, les hommes aussi sont capables des pires choses. Je pense que dans ce genre de situation le sexe de la personne importe peu, L'homme comme la femme est à un niveau égal concernant la violence (physique ou morale). Du moins, maintenant.
Je tenais à le préciser car il m'a semblé que tu l'excluais, même si j'en doute (après tout je ne te connais pas).

Je rejoins mes camarades du dessus pour dire que on ne parle pas assez de la violence qu'un homme subit, que ce soit par une femme ou par un autre homme. Cela rejoint le harcèlement ou les embêtements dans la rue : oui les femmes en subissent, mais les hommes tout autant. Je trouve totalement dommage que on ne puisse pas en parler plus librement.. Un homme a tout autant le droit d'en parler !
Bien que je pense, après réflexion que si un homme ne peut pas librement en parler c'est parce que il serait en quelques sortes discrédité, car pour la majeure partie des personnes les hommes sont censés être les plus forts, et les femmes plus "aptes" à être battues. Ce qui est tout aussi aberrant en soit.

Concernant la violence dans les couples homosexuels, c'est vrai que on en parle très peu aussi. Comme s'il était impossible de concevoir que dans un couple homo il y est de la violence. Bon, après je ne le cache pas ; je ne suis pas h24 sur des forums LGTB, je ne suis donc pas concrètement "au coeur" du sujet.


Pour la partie un peu personnelle j'ai connu ce genre de situation, où on doit subir plus que on fait subir à l'autre. Une relation qui était très bien au début, mais qui a littéralement volé en éclats quand j'ai compris que l'homme me trompait. Il a très mal prit que je l'apprenne et a fait tout son possible pour que je me sente mal, tant physiquement que psychologiquement. Seulement pas de pot pour lui je ne suis pas du genre à me laisser faire, il est désormais fiché auprès de la police. Ce qui est par ailleurs très dur à faire, aller voir quelqu'un qui puisse aider à se sortir d'une telle situation.. Je ne peux que conseiller aux personnes qui sont actuellement en train de vivre ceci d'essayer de le faire. Cela apporte une sécurité, la liberté par la suite, et bien sûr un sentiment de bienêtre. Ou en tout cas cela permet de se reconstruire/se sentir mieux, étant donné que ce genre de situation peut aisément détruire.
reda30100
Reda30100    homme de 50 ans de Ales |   il y a 1 an
bonsoir
pour répondre au témoignage d'unerousse tu as raison t'avoir signaler cette violence à la police c'est vrai en général on entend souvent dire un homme est violent envers sa compagne très rarement on entend le contraire et encore dans les couples gay cela existe sans aucun doute mais je considère que la femme battue à partir de la première gifle elle devrait stop et faire le nécessaire auprès des autorités judiciaires il y aurait moins de mort causé par la violence .... et même dans le cas de violence reconnu par la justice cette justice devrait punir lourdement les auteurs .....pour répondre Pierre2lune ton ami qui se faisait battre par son mec c'est très moche  et lâche mais une question se pose quand tu dis il ne voulait pas le quitter par amour ça peut se comprendre mais il peut aussi avoir accepter cette violence par passion ce qui n'est point de l'amour dans ce cas c'est simplement mon avis
lissia13
Lissia13    femme de 23 ans de Paris |   il y a 1 an
Pour répondre à ton interrogation fakey :)  je ne met pas sur un même niveau les haut et les bats (les disputes avec respect de son ou sa conjointe et les disputes avec un non respect ).
Mais je les mis dans la même phrase car lorsque une personne et victime de violence verbales, de violence physique, il et très fréquent que cette personne pence que se sont les haut et les bas de son couple.

Il y a des personne qui se rendent compte de la gravité  se qu'il subissent et se rendent compte qu'il sont victimes , mais d'autre ne s'en rendent pas compte , car il et très difficile de ce voir comme étant victime de la personne qu'on  aime pour beaucoup être victime et signification de faiblesse et souvent due au faite qu'il sont manipuler par leur conjoint(e).
Quand un conjoint et violent psychologiquement en plus de l’être physiquement et manipulateur il ou elle à tendance à persuader sa victime qu'elle exagère qu'il existe vraiment des personnes maltraiter mais que c'est loin d’être le cas de la personnes qu'il fait souffrir.
.
lissia13
Lissia13    femme de 23 ans de Paris |   il y a 1 an
Pierre2lune je trouve sa bien que tu et héberger ton amie c'est naturel mais beaucoup n'aime pas ce mêler des situation de coupe de graves ce qui n'aide pas ce qui subissent.


Une rousse je suis d'accord avec toi sur le fait que porter plainte mais surtout être reconnue comme victime aide au niveau de la reconstruction, et personne ne mérite de subir des humiliations de qui que se soit on peut aimer une personne de toute nos force d'accord mais pas accepter de survivre plutôt que de vivre.
UneRousse
UneRousse    femme de 19 ans de Paris 75017 |   il y a 1 an
"Ne pas accepter de survivre mais vivre". J'aime beaucoup cette formulation, je trouve que elle reflète totalement la situation. Après il est plutôt difficile de se rendre compte que l'autre nous fait du mal (comme tu l'as dis généralement celui ou celle qui exerce une pression sur l'autre a tendance à se montrer très persuasif), et encore plus de quitter la personne. On l'aime, on ne sait pas ce qu'il faut faire..Je comprends totalement Pierre2lune quand il raconte l'histoire de son ami. Enfin, je comprends son ami. Quand on dit que l'amour rend aveugle on ne se rend pas forcément compte de ce que cela implique, et il est plutôt clair que au bout de quelques années de relation (ou en tout cas : quand elle est devenue sérieuse), plus que ne pas nous en rendre compte on ne veut pas avoir conscience du vrai visage de l'autre, quelque part.
FaKey
FaKey    femme de 19 ans de Poitiers |   il y a 1 an
Alors, nous sommes bien d'accord sur la gravité de la chose c'est ce qui me semblait, en effet ceux/celles qui subissent sont posé.e.s comme responsables et/ou montré.e.s du doigt... Et tu as raison de dire (devrai-je dire dénoncer) que parfois ceux/celles qui subissent ces violences conjugales se persuadent ou sont persuadé par quelque manipulation que c'est de leur faute alors que non. 
C’est ce qu'on appelle le slutshaming aujourd'hui par rapport aux femmes agressées et/ou violées...
drakouline
Drakouline    femme de 22 ans de Abidjan |   il y a 4 mois
Moi je n'ai jamais vécu ça, en tout cas on ne m'a jamais porté main.

Cependant, je trouve que dès l'instant ou il y a une 1ere violence, c'est que l'amour a déjà fuit par la fenêtre. Donc mieux vaut se séparer à la porte :xpour éviter le pire. 
Sinon moi je suis contre la violence.

Peace.......
Ataraxie
Ataraxie    femme de 18 ans de Paris |   il y a 4 mois
C'est peut-être une situation moins rare qu'on ne le pense, malheureusement. Je suis convaincue que les couples homosexuels sont autant voire plus confrontés à la violence qu'elle soit physique ou psychologique. Mais que cela concerne les couples homos ou hétéros, ça reste assez tabou...
Je me rappelle avoir été très surprise en lisant La Fille aux Yeux d'Or de Balzac qui retranscrit très bien la violence entre deux femmes, lorsqu'elle va jusqu'à son paroxysme... (au XIXe déjà!) Celle qui violente l'autre est d'ailleurs la plus fragile des deux, dans le fond... 

Si ça vous intéresse, voici le passage de la Fille aux Yeux d'Or (le reste du bouquin est plutôt chiant)- SPOILER -

La Fille aux yeux d'or expirait noyée dans le sang. Tousles flambeaux allumés, un parfum délicat qui se faisait
sentir, certain désordre où l'oeil d'un homme à bonnes
fortunes devait reconnaître des folies communes à toutes
les passions, annonçaient que la marquise avait
savamment questionné la coupable. Cet appartement
blanc, où le sang paraissait si bien, trahissait un long
combat. Les mains de Paquita étaient empreintes sur les
coussins. Partout elle s'était accrochée à la vie, partout elle
s'était défendue, et partout elle avait été frappée. Des
lambeaux entiers de la tenture cannelée étaient arrachés
par ses mains ensanglantées, qui sans doute avaient lutté
longtemps. Paquita devait avoir essayé d'escalader le
plafond. Ses pieds nus étaient marqués le long du dossier
du divan, sur lequel elle avait sans doute couru. Son
corps, déchiqueté à coups de poignard par son bourreau,
disait avec quel acharnement elle avait disputé une vie
qu'Henri lui rendait si chère. Elle gisait à terre, et avait, en
mourant, mordu les muscles du cou-de-pied de madame
de San-Réal, qui gardait à la main son poignard trempé de
sang. La marquise avait les cheveux arrachés, elle était
couverte de morsures, dont plusieurs saignaient, et sa robe
déchirée la laissait voir à demi-nue, les seins égratignés.
Elle était sublime ainsi. Sa tête avide et furieuse respirait
l'odeur du sang. Sa bouche haletante restait entr'ouverte,
et ses narines ne suffisaient pas à ses aspirations. Certains
animaux, mis en fureur, fondent sur leur ennemi, le
mettent à mort, et, tranquilles dans leur victoire, semblent
avoir tout oublié. Il en est d'autres qui tournent autour de
leur victime, qui la gardent en craignant qu'on ne la leur
vienne enlever, et qui, semblables à l'Achille d'Homère,
font neuf fois le tour de Troie en traînant leur ennemi par
les pieds. Ainsi était la marquise.  Elle ne vit pas Henri.
D'abord, elle se savait trop bien seule pour craindre des
témoins; puis, elle était trop enivrée de sang chaud, trop
animée par la lutte, trop exaltée pour apercevoir Paris
entier, si Paris avait formé un cirque autour d'elle. Elle
n'aurait pas senti la foudre. Elle n'avait même pas entendu
le dernier soupir de Paquita, et croyait qu'elle pouvait
encore être écoutée par la morte.
- Meurs sans confession! lui disait-elle; va en enfer,
monstre d'ingratitude; ne sois plus à personne qu'au
démon. Pour le sang que tu lui as donné, tu me dois tout
le tien! Meurs, meurs, souffre mille morts, j'ai été trop
bonne, je n'ai mis qu'un moment à te tuer, j'aurais voulu
te faire éprouver toutes les douleurs que tu me lègues. Je
vivrai, moi! je vivrai malheureuse, je suis réduite à ne plus
aimer que Dieu!
Elle la contempla.
- Elle est morte! se dit-elleaprès une pause en faisant un violent retour sur elle-même.
Morte, ah! j'en mourrai de douleur!
desiles54
Desiles54    nogender de 40 ans de Audun-le-Roman |   il y a 4 mois
@Ataraxi
Ce récit fait froid dans le dos.
J'étais persuadée que la violence conjugale n'existait pas chez les couples homo, jusqu'à ce que ma pote rencontre  "l'amour de sa vie"
Au début elles étaient amoureuses, ma pote était aux anges. Et petit à petit, elle changeait de comportement avec moi. On ne se voyait plus autant. Je ne me posais pas de question, je me disais que c'était normal, qu'elle était sur son nuage. Jusqu'au jour où elle me téléphone en pleurs parce que sa copine l'avais tabasser. J'étais complètement sous le choc. 
La violence conjugale me dépasse, je n'arrive pas à comprendre comment on peut lever la main sur une personne qu'on "aime" et surtout comment peut-on rester avec une personne qui vous frappe.
edelweiss
Edelweiss    femme de 22 ans de Lille |   il y a 2 mois
Cette thématique m’intéresse tout particulièrement puisque je vis actuellement une relation qui "tourne mal"  (euphemisme) avec ma copine. C'est pas évident de réaliser que celle que l'on aime et admire nous manipule, et utilise nos failles pour nous infliger des douleurs morales ,allant parfois jusqu' à des explosions de colère et de rage jusqu' à s'en prendre à nous physiquement pour un malentendu... Au début on excuse,et on culpabilise, on essaye de rétablir le dialogue  pour tenter de comprendre ses gestes ,et les mots prononcés sous le coups de la colère écorchent l'âme et le cœur.. Cette destruction est progressive. On excuse en pensant que ça ne se reproduira pas un peu naïvement, certains efforts son faits, mais une nouvelle fois, la dispute éclate, et ça se reproduit. Lassée , épuisée moralement, humiliée, on perd progressivement confiance en soi et l'on n'ose pas en parler ou quitter la personne de peur de représailles, et le chantage affectif poursuit sa route, avec des menaces de suicide si l'on projette de mettre un terme à cette relation , il y a parfois des mises en scènes chaotiques, passant de l’agression, au désespoir le plus total. Dans ce cas on est en réalité perdue, et désemparée...il faut en parler oui mais à qui ? un psy ? j'ai contacté un psy et pris rendez vous avec celui de ma fac, mais il ne peut rien me conseiller juste me soutenir, puisqu'elle ne veut pas aller en voir un on ne peut pas la forcer ...à sa famille? au risque de la trahir... on réalise progressivement ce qu'il s'est passé tout en tenant de minimiser les dégâts..  Pour ma part la meilleure solution que j'ai trouvé, c'est de la convaincre de s'installer ailleurs, afin de prendre du recul et de me détacher de cette emprise. 
Ssourire
Ssourire    nogender de 24 ans de Pau |   il y a 2 mois
Bonjour,
Je ne connais pas vraiment le sujet mais j'ai lu un article (2 pages) dans le dernier causette sur la violence dans les couples de femmes, si jamais ça intéresse quelqu'un.
Doodou
Doodou    femme de 28 ans de Lille |   il y a 2 mois
Bonjour,
J'ai connu ça avec mon exe et le même genre de relation toxique que toi Edelweiss. Mon exe et moi nous étions remises ensemble après 3 mois de séparation mais c'était devenu une relation en dents de scie. Au début elle a commencé par m'insulter, chose pour laquelle je lui avais dit de faire attention et d'arrêter. Un jour, elle est partie en live: violence physique, séquestration,... J'ai eu le droit à la totale avec des menaces de suicide pendant des mois. Je l'ai très mal vécue, elle me faisait me sentir coupable, etc. Elle est revenue plusieurs fois vers moi mais impossible de lui pardonner. Le recul m'a fait comprendre que c'est une relation toxique qui me tirait vers le bas et que pour elle comme pour moi, il valait mieux couper tous les ponts.

Tout ce qui a été dit avant est assez vrai. Des hauts des bas il y en a dans tous les couples. Mais ce n'est pas une raison pour manquer de respect.
Moi non plus je ne comprends pas comment on peut lever la main sur une personne que l'on aime.
Souvent ces personnes sont manipulatrices, parfois jalouses et/ou possessives.
Le meilleur conseil est de penser à soi et de se protéger, ne pas rester seul et en parler. Ça peut aller très loin. Alors au besoin, même si c'est pas simple et peut paraître bizarre, portez plainte.
Clarita
Clarita    nogender de 23 ans de Montpellier |   il y a 2 mois
Pour continuer sur les remerciements, merci d'avoir ouvert ce débat plus que parlant pour une bonne partie de gens de ce site.
Ce post va relaté ma dernière expérience, oui ça m'a semblé utile de brièvement parler d'une histoire banale, car des personnes se retrouverons peu-être dans ces lignes:
"Je n'ai jamais connu de violence physique au sein du couple, mais la violence psychologique. C'est difficile de voir le mauvais côté de quelqu'un lorsque personne d'autre que vous ne s'en rends compte. Il est rare de faire la part des choses consciemment. Habituellement, on ne voit que les bons côtés de l'histoire. Moi je me suis répétée que j'étais méchante de penser si ou ça. Quelques jours, on s'offre à l'autre et plus rien ne réagit, "on subit l'amour".
Parfois on arrive à rire, à s'amuser avec cette personne, mais dès que tout va mal on a encore de plus en plus peur. Ma réaction habituelle, c'était de m'isoler, me recroqueviller et des pleurer sans arriver à m'arrêter. J'avais mal, je ne savais pas pourquoi exactement. Longtemps par la suite, j'ai compris que j'ai laisser passer trop de choses, et c'est elles qui pressaient ma poitrine lorsque je sanglotait en m'empêchant de respirer. J'étais devenu malade, et c'était ma faute!
Un jour, on a trouver enfin un compromis et nous nous sommes éloignés. Depuis, j'ai retrouvée, même si c'est un peu cliché, le goût de la vie. J'ai vécu longtemps au chevet de quelqu'un de foncièrement mauvais,  et qui ne s'en rendait même pas compte. Maintenant, j'ai enfin le temps de m'épanouir et ça n'a pas de prix après ce que j'ai vécu.
Bien évidemment, j'ai toujours des hauts et des bas, mais je ne les affrontent plus de la même manière."

:-S (Soyez indulgent c'est pas facile d'ouvrir d'ancienne cicatrice, s'il vous plaît)
GoudouAndro
GoudouAndro    femme de 40 ans de Toulouse |   il y a 20 jours
Bonjour, 
oui, j'ai vécu une histoire avec une femme qui au bout de 5 mois a commencé à me frapper, m'étrangler...
J'ai souffert brièvement car nous avons rompu quand je lui ai avoué que j'avais peur d'elle. 
Les choses se sont installées lentement, je me disais que j'avais assez de stabilité en moi pour faire face et qu'elle arrêterait. 
La séparation a été très violente intérieurement pour ma part et je lui ai pardonné mais j'aimerais pouvoir en parler de temps en temps, et je ne le fais jamais.


Pour participer à [ Violence dans le couple et manipulation ] il faut être obligatoirement inscrit