Que suis-je au final ? Homo, Bi, Pan ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Je me suis posée récemment les mêmes questions et j'en suis arrivée à une conclusion qui pourrait t'aider. Il fait te rappeler que ce n'est qu'une question d'étiquette, que choisir une de ces appellations ne te définie pas et ne change absolument rien à ce que tu ressens. De ce que tu dis, je pense que la plus adaptée pour toi reste homosexuel mais tu ne dois pas laisser cette appellation te limiter ; si tu es attiré par un(e) trans  ou par une femme, fonce !
Quand je me suis posée ces questions, j'en ai parlé autour de moi et je me suis aperçue que certaines de mes amies hétero se sentent totalement hétéro mais ne se poserait pas de souci si elles avaient une attirance pour une fille, et de la même façon pour des amies lesbiennes avec un garçon. Si tu ne te vois pas avoir une relation physique avec une femme, rien ne t'y oblige. Ne laisse pas ces questions d'appellation et d'étiquettes te gâcher la vie et tes relations avec le autres.
En tout cas, voilà sur quoi j'ai débouché personnellement, j'espère que ça t'aide un peu ^^


photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Homo  curieux peut-être?
Juste pour que je comprenne bien: tu dis que l'acte sexuel avec une femme te dégoûte, et que tu n'envisage pas une relation sentimentale avec le sexe opposé.  Les termes que tu utilises sont assez forts. En quoi les femmes t'attirent dans ce cas? 

Si tu veux absolument une étiquette, je peux me tromper, mais je te ressent plutôt comme homo. Maintenant, une orientation sexuelle, c'est un peut comme une nationalité. C'est pas parce qu'on est originaire  d'un pays qu'on n'a pas le droit de visiter d'autres contrées  (parfois très éloignées) par curiosité.  Et on peux même  demander la naturalisation si on s'y sent bien et qu'on a envie de s'y étabir. T'as le droit d'avoir un tampon "hétéro" sur ton passeport gay, personne ne va te refoulerà la frontière si tu décide de revenir à la maison :)

photo de l'auteur greg686ws
Greg686ws
Homme de 42 ans
PLOERMEL

4 remerciements
Ravi si j'ai pût aider.
PS: laîsse tomber les filles. C'est trop nul. Ça sait même pas ouvrir une biére avec les dents

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ajouterai deux termes qui peuvent enrichir le panel d'étiquettes disponibles :

Homoflexible : L'homoflexibilité est liée à la bisexualité, mais différente, en ce sens que les personnes homoflexibles s'identifient le plus souvent comme gays ou lesbiennes, en dépit de relations occasionnelles avec des membres du sexe opposé. Le terme peut parfois être approprié comme un synonyme de bi-curieux, où l'individu en question est principalement homosexuel.

Sapiosexuel : Une forme de l'orientation sexuelle caractérisée par une forte attraction à l'intelligence chez autrui, souvent sans distinction de genre.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ah, la grande question de l'orientation, c'est foutrement épineux comme sujet ça ! Des réponses complètes et intéressantes ont déjà été apportées, et je vais probablement juste mettre l'accent sur des choses évidentes, mais bon. J'ai envie d'apporter mon grain de sel 8D.
Je pense que l'amour et le désir sont deux choses différentes, qui, certes, peuvent découler l'une de l'autre ou fusionner, mais qui peuvent également exister séparément l'une de l'autre. De ma couuurte expérience personnelle, on peut être homosexuelle et n'être jamais tombé amoureux d'aucun homme, mais avoir déjà aimé des filles. Ça m'est arrivé deux fois, et pourtant, pas de doute, ce sont les messieurs qui m'attirent depuis mon plus jeune âge ! Et malgré ça, les deux seules fois où j'ai éprouvé de l'amour envers quelqu'un, un amour qui allait au-delà d'un très fort sentiment amicale ou d'une légère attirance je veux dire, ça a été pour des filles. Plus cocasse encore, des filles que je n'avais encore jamais vu, avec lesquelles j'avais simplement parlé pendant un long moment ; ça a comme qui dirait mis un petit trouble dans mon cerveau, qui a sauté sur l'occasion pour trouver un compromis me permettant de refouler un peu plus longtemps mon homosexualité ( pourtant foutrement évidente ) avec un commode "je suis bisexuel". J'ai réussis à m'en convaincre quelques années, puis j'ai eu ma première "vraie" relation amoureuse, et j'ai dû me rendre à l'évidence face aux crises d'angoisses ou aux réactions excessivement mauvaises de mon corps quand il y avait contact physique rapproché ( même une simple étreinte )... J'ai vraiment aimé cette fille, et j'ai mis des moiiis à me remettre de notre séparation. Pourtant, je n'étais pas du tout attiré sexuellement par elle. Certes, je la trouvais belle, mais elle n'excitait pas du tout mon désir. Même une fois que je l'ai compris, ça n'a pas suffit à effacer l'amour que j'avais pour elle x). La raison et le cœur, l'éternelle mésentente.
Bref, maintenant j'ai fais un petit peu de chemin, et j'en suis arrivé à la conclusion que je pourrais tomber amoureux de n'importe qui. Homme, femme, transexuelle ou licorne, peu m'importe tant que l'amour est là. Je pourrai mener une vie de couple avec une personne de n'importe quel sexe, vivre avec elle, partager ma vie et mes projets, élever des enfants ; mais je ne pourrai pas avoir de relation sexuelle avec une femme malgré tout. Ou plutôt, peut-être que je le pourrai, car les femmes ne me dégoûtent pas, mais ce ne serait pas du tout satisfaisant pour moi, je ressentirai le manque de la masculinité que je cherche chez mes partenaires. Or, tant qu'à faire, j'aimerai mener une vie épanouie aussi bien sur le plan mental que physique, donc je ne me mettrai jamais en couple avec une femme malgré tout ^^.
Au final, je pense qu'on peut parler d'orientation sexuelle et d'orientation amoureuse. Je ne sais pas laquelle prime, mais en tout cas, c'est comme ça que je me définis : pansexuel ( ou sapiosexuel, je ne connaissais pas, mais ça correspond :D ) pour orientation amoureuse, gay pour mon orientation sexuelle.

A PART CA. Ma meilleure amie est lesbienne, et elle est dans le même cas que toi , mais en sens inverse :  dégoûtée par les hommes. Il semblerait que son vécu ait beaucoup joué là-dedans, même si je doute que ce soit le seul facteur. Au fond, une orientation sexuelle, c'est du vécu ou de la génétique ? Plus ou moins l'un ou l'autre ? On ne le sait pas encore vraiment, mais dans ton cas, tu n'étais peut-être tout simplement pas gay de base, mais bisexuelle, et ce sont des mauvaises expériences qui t'ont dégoûté des femmes ^^. C'est peut-être de là que te vient ton besoin de te définir, une sorte de malaise à cause d’événements passés : le fait d'être dégoûté par le corps féminin, et pas juste indifférent à ses charmes, c'est quand même quelque chose de fort.
Dans tous les cas, tant que tu ne ressens pas de malaise ou de gêne vis à vis de toi même, peu importe que tu sois une chose ou une autre :D. ( Et au passage, bonne année ! )

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
@klasu ton sujet et ton questionnement sont intéressants car je pense que de nombreuses personnes doivent se poser le même genre question. Que suis-je ?  Où me situer dans cette grande échelle de l'orientation ?

Je me suis posé les mêmes questions, et je me suis créé un tableau imaginaire en y ajoutant ce qui m'attire sexuellement, sensuellement, intellectuellement, etc., ce qui me plait ou pas chez tel ou tel individu(h/f/ng) etc... on y met un peu ce qu'on veut, et finalement je me suis retrouvé dans une orientation bien précise et qui me convient parfaitement.
Notre orientation dépend donc de ce que l'on veut partager avec l'autre personne.

@Ajabtar ajoute des termes tout aussi intéressants !
Homoflexible, j'aime le mot et sa définition, je trouve d'ailleurs que ça montre bien une différence avec Bi-curieux.
Sapiosexuel, joli terme et orientation que je découvre.

Ne faudrait-il pas imaginer une " échelle " de l'orientation ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Personnellement j'ai du mal avec les étiquettes. Mon amie m'aime sans me désirer, cela semble lui poser problème mais je me satisfais de cet amour en ce qu'il répond à certaines de mes attentes, romantiques, sentimentales, paternantes. Et J'avoue ne pas fantasmer sur elle. J'ai désiré des femmes sans les aimer, j'en ai aimé sans les désirer, j'en ai aimé et je les ai désirées. Précisons que je n'aime pas beaucoup ce que j'ai en haut de mes cuisses, sans cependant songer à m'en séparer. Je compose avec. Ce que je suis au fond de moi se tient dans mon âme.
Je reviens sur mon premier paragraphe. Elle répond [cette relation] à certaines de mes attentes. Ton attirance envers les femmes s'explique peut-être par un besoin dont tu penses qu'elles peuvent y répondre. Ce qui n'est pas du tout mesquin. A toi de voir quel est ce besoin.
Désir vrai et fantasmatique sont deux univers parfois conjoints, quelquefois lointains. Entre, se situe ce que j'appellerais une demande. La réponse suggérée à un besoin supposé. Peut-être d'ordre projectif.
Le désir en tant qu'il est impulsif est mauvais conseiller. Le fantasme en tant qu'il exprime quelque chose de plus profond, de véritablement soi, est nettement plus formateur. Il te dit qui tu es en réalité. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut,
J'ai découvert les termes aux suffixe "flexuel" récemment.
Afin de rajouter ma petite pierre à l'édifice et ma modeste collaboration à l'idée d'échelle des orientations :
Hétéro sexuel
Hétéro flexuel
Homo sexuel
Homo flexuel
bi         sexuel
bi         flexuel
pan     sexuel

La forme sexuel renvoyant  à une pratique exclusive ... et flexuel à une pratique plus flexible, comme son nom l'indique.
Pour un peu et je milite pour cette idée qu'il faut enrichir notre vocabulaire sur le sujet (entre autre).

D'un autre côté, la multiplication des cases dans lesquelles on peut se ranger ne rendra jamais compte de la multitude des situations vécues, désirées ou ressenties...

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit