Le Viol : comment s'en relever

photo de l'auteur alois
Alois
Homme de 24 ans
Argenteuil
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Bonjour ou bonsoir à tous, 

L'idée du cette espace de discussion , de confession ou de débat m'est venue après avoir remarqué que le terme "viol" est omniprésent sur le T'chat , et que quand on tente de soulever le possible malaise que cela évoque chez certaines victimes, il y a malheureusement un énorme quiproquo et un refus du débat.

La question n'est pas de savoir si l'on peut rire ou non de cela, la réponse dépendra d'avec qui vous tentez d'en rire. Mais la question n'est pas non plus de taire ces ressentiments et/ou d'en faire un tabou. 

Alors je prend la liberté de créer cet espace où chacun pourrait s'exprimer, parler librement de son vécu, des traces que cela à laisser, de son rapport au sexe modifié ou non depuis, de la façon dont on se relève, mais également un espace pour tous ceux qui n'en sont pas les victimes, et qui souhaite comprendre, accompagner, aider ou simplement s'ouvrir aux ressentis de l'autre. 

Pour ma part , je ne souhaite pas parler du viol en lui-même, mais de sa suite.  De ce sentiment de dégoût de soit qui est né  où à subsisté s'il existait déjà. De la phase de déni ou de minimisation, et même le tabou du terme viol pour décrire l'acte subi etc ...

Messieurs, Dames, à vos claviers, personne ne sera là pour vous juger.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Personnellement, le forum étant à la vue de tous, avec pseudo, âge, et ville. Je doute que ça donne envie de parler de quoi que ce soit ..

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
"Le Viol : comment s'en relever"

En se relevant ? *sors*

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est un sujet assez...complexe et dur,et en parler ouvertement,bien sur que ça pourrais aider mais je trouve ça assez gênant pour la personne d'évoquer sans doute un des pires moments de sa vie aux yeux de tous 
Et pour revenir a ta question "peux t-on en rire?" , pour moi on peut rire de tout,mais il y a certaines limites et cordes sensibles a ne pas franchir je pense,comme sur ce sujet,ou bien d'autres encore.

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Oui donc pour toi on peut pas rire de tout.
Moi je pense l'inverse, je pense qu'on peut rire de tout ^^

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Sans aucun doute mais,sur un sujet comme celui ci où on invite (si j'ai bien compris le post,hein) les gens a parler de ça,donc en priorité les victimes de viols,je pense que ça reste un passage assez traumatisant...
Après tout dépend de la personne,si elle a réussi a tourner la page,etc

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est une bonne chose de créer un topic sur ce sujet, même si cela peut en gêner certains.

Ce qui est dramatiquement ironique c'est de se rendre compte que le viol ne représente, en plus de tout le reste, qu'une nouvelle phase de développement chez un être... 

Ce dernier se conduira alors différemment, se mettra à se haïr et à haïr le monde dans lequel il vit, aura pulsions de meurtre sur pulsions de meurtre qui se mélangeront avec celles suicidaires, l'être violé n'est qu'une carcasse sans vie à laquelle on n'a fait que de donner un but et un seul ordre, très hypocrite car la plupart du temps sans assistance : "continue à marcher". 

Mais comment continuer à marcher lorsqu'on vous a cassé une patte? Lorsqu'on vous a gerbé votre dignité que vous aviez si durement acquise au fil des ans à la gueule?

Certaines victimes de viol ont l'impression de l'être encore une fois lorsqu'elles doivent parler des agressions vécues à des inconnus... Comment ne pas les comprendre, alors... 

J'espère, voire j'aimerais que d'autres personnes se joignent à cette discussion, pour voir ce qu'elles en pensent.

photo de l'auteur Dzaqar
Dzaqar
Homme de 26 ans
Haute Loire

1 remerciement
C'est une idée assez extrême.
Pour commencer je connais une personne qui a été violer assez jeune, et pourtant loin des idées de meurtre elle a décider de vivre et de gagner.

Aujourd'hui elle est heureuse a des diplôme à la pelle, et autre,
certes je peux pas non plus affirmer que cette histoire est la même pour toute ces pauvres personnes car chacun a son histoire, ce que je veux dire c'est qu'il ne faut en aucun cas catégoriser les gens.

D'autant que ce n'est pas à la vue de tout le monde qu'on va dire "j'ai été violer !".

C'est un événement douloureux qui n'appartient qu'à la personne en question d'en parler ou non, avec (ou pas) une personne qu'il ou elle aura soigneusement choisit.

M'enfin tout ça pour dire que l'initiative est certes sans mauvaise intention mais trop pousser à mon goût.

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Je suis un peu d'accord avec Loann...

Je trouve, TrushFloodTrack, que tu en fais des tonnes, et au final on croît pas à ce que tu racontes, ça ressemble un peu à du misérabilisme en fait.
Après, tu as p'tête vécu ce genre d'expériences, et c'est sans doute ton ressenti, mais dans ces cas-là, tu parles au nom de tous les "violés", tout le monde ne réagit pas pareil que toi face à ce genre d'évènements.

Si, dans le cas contraire, tu n'as jamais vécu ça, bah franchement, je vois pas au nom de quoi tu te permets de dire de telles choses. Moi je n'ai jamais été violé, et par conséquent, je ne sais pas ce que ça fait, donc je m'abstiens à sortir de telles inepties.

Peace & Love <3

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salutations,

Que tu puisses inviter les gens à se confier s'ils n'ont pas été victimes mais par rapport à des proches c'est une chose car ça les concerne indirectement, peut être que certains pourraient prodiguer des conseils.
Cependant, inviter des personnes ayant été victimes, je trouve ça assez déplacé.

Il est largement préférable que cette démarche vienne d'eux et que ces personnes créent leur topic. 
L'invitation à la confession est un peu dérangeante et ce même si certaines personnes souhaiteraient le faire. J'ai bien conscience que ce topic ne force personne à le faire.

Tu dis que c'est quelque chose de très sérieux et je ne peux qu'approuver mais créer un topic qui pourrait recueillir les histoires personnelles de chacun me parait complètement malvenu.

photo de l'auteur alois
Alois
Homme de 24 ans
Argenteuil
Keiga a écrit :
Keiga , garçon de 28 ans de Dijon Salutations, Que tu puisses inviter les gens à se confier s'ils n'ont pas été victimes mais par rapport à des proches c'est une chose car ça les concerne indirectement, peut être que certains pourraient prodiguer des conseils. Cependant, inviter des personnes ayant été victimes, je trouve ça assez déplacé. Il est largement préférable que cette démarche vienne d'eux et que ces personnes créent leur topic.  L'invitation à la confession est un peu dérangeante et ce même si certaines personnes souhaiteraient le faire. J'ai bien conscience que ce topic ne force personne à le faire. Tu dis que c'est quelque chose de très sérieux et je ne peux qu'approuver mais créer un topic qui pourrait recueillir les histoires personnelles de chacun me parait complètement malvenu.


Et bien c'est une victime qui a créé celui-ci. Je pense à vous lire que finalement les moins dérangés par le fait de se livrer ouvertement sont les vctimes elles-même. 
Peu importe que ça en freine beaucoup, rien que le fait de pouvoir en parler est une victoire. Et si certains sont dérangés par le fait d'en parler ici, ils peuvent m'envoyer des messages privés, et c'est déjà le cas. 

TrushFloodTrack a écrit :
TrushFloodTrack , garçon de 18 ans de Caen C'est une bonne chose de créer un topic sur ce sujet, même si cela peut en gêner certains. Ce qui est dramatiquement ironique c'est de se rendre compte que le
viol ne représente, en plus de tout le reste, qu'une nouvelle phase de
développement chez un être...  Ce dernier se conduira alors différemment, se mettra à se haïr et à haïr le monde
dans lequel il vit, aura pulsions de meurtre sur pulsions de meurtre qui
se mélangeront avec celles suicidaires, l'être violé n'est qu'une
carcasse sans vie à laquelle on n'a fait que de donner un but et un seul
ordre, très hypocrite car la plupart du temps sans assistance :
"continue à marcher".  Mais comment continuer à marcher lorsqu'on vous a cassé une patte? Lorsqu'on vous a
gerbé votre dignité que vous aviez si durement acquise au fil des ans à
la gueule? Certaines victimes de viol ont l'impression de l'être encore une fois lorsqu'elles doivent parler des
agressions vécues à des inconnus... Comment ne pas les comprendre,
alors...  J'espère, voire j'aimerais que d'autres personnes se joignent à cette discussion, pour voir ce qu'elles en pensent.


Je rejoins Loann sur le caractère "too much" de l'envie de meurtre . Mais
contrairement à lui la "carcasse sans vie" est aussi une réalité pour
certains, mais heureusement d'autres s'en sortent mieux, c'est une
sensation assez extrême :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Peut-être mais encore aurait-il fallu présenter ton topic de manière différente. Ton topic aurait pu s'appeler, par ici les violés, je n'aurais pas vu la différence.

Je dis ça évidemment avec tout mon respect, c'est juste pour que tu saisisses parfaitement ce que je souhaite dire. Mais bref, si tu as du monde et si ça aide les gens, c'est le principal.

Bonne soirée.

photo de l'auteur setsuko
Setsuko
Femme de 27 ans
Genève

1 remerciement
Étant concernée,  je trouve personnellement ce topic extrêmement déplacé ! 

Vos aller me dire,  encore une victime frustrée... Absolument pas,  loin de là... Mais je sais pas,  ça me dépasse un peu... L impression que ça me donne,  et c est peu être faut,  qui sait, mais je crois pas qu'une " vrai victime"  viendrait sur beto pour en parler... C est un peu beaucoup trop personnel... Enfin,  je sais pas si on me comprend un minimum mais pour moi,  ce sujet n'a rien à faire là ! 

photo de l'auteur golphy
Golphy
Homme de 37 ans
Alger

9 remerciements
Je ne suis pas la personne la mieux placé pour répondre sur ce poste, surtout que je ne connais personne dans ce cas là, mais je pense que l'idée général qu'à voulu faire passer Alois, c'est  comment s'en relever et pas forcément raconter son histoire qui est comme tu l'as dit Setsuko qlqch de personnelle, difficile à raconter surtout en publique.

Je ne veux pas faire l'avocat (à deux balles hein) mais je pense que Alois  voulait juste savoir comment ceux et celles qui ont vécu cela ont fait pour se reconstruire, je ne crois pas que c'est par "voyeurisme" ou pour "choquer" les esprits encore moins pas curiosité malsaine.

photo de l'auteur alois
Alois
Homme de 24 ans
Argenteuil
Golphy a écrit :
Golphy , garçon de 34 ans de Alger Je ne suis pas la personne la mieux placé pour répondre sur ce poste, surtout que je ne connais personne dans ce cas là, mais je pense que l'idée général qu'à voulu faire passer Alois, c'est  comment s'en relever et pas forcément raconter son histoire qui est comme tu l'as dit Setsuko qlqch de personnelle, difficile à raconter surtout en publique. Je ne veux pas faire l'avocat (à deux balles hein) mais je pense que Alois  voulait juste savoir comment ceux et celles qui ont vécu cela ont fait pour se reconstruire, je ne crois pas que c'est par "voyeurisme" ou pour "choquer" les esprits encore moins pas curiosité malsaine.
 

Merci cher avocat :-) 
C'est exactement ça. Les faits je m'en fou, moi-même je préfère ne pas en parler. 
Mais le tabou est tellement fort (et on peut encore le lire actuellement) qu'il faut qu'il y ait un moyen de parler de l'après. 
Ça choque
certains certes, essentiellement des non victimes d'ailleurs, mais ça en aide d'autres qui n'en parlait jamais. 
On tout cas il y a débat et je vous en remercie. 
Mais j'aimerais dire aux non-victimes qui sont choqué qu'ils reproduisent l'histoire de Raiponse, personne enfermée dans une tour en lui disant que c'est pour la protéger du monde extérieur. 
En vous lisant, les victimes hésitant à en parler publiquement ne le font pas, et même si je réponds en privé, ça n'était pas le but.

photo de l'auteur alois
Alois
Homme de 24 ans
Argenteuil
Setsuko a écrit :
Setsuko , fille de 24 ans de Genève Étant concernée,  je trouve personnellement ce topic extrêmement déplacé !  Vos aller me dire,  encore une victime frustrée... Absolument pas,  loin de là... Mais je sais pas,  ça me dépasse un peu... L impression que ça me donne,  et c est peu être faut,  qui sait, mais je crois pas qu'une " vrai victime"  viendrait sur beto pour en parler... C est un peu beaucoup trop personnel... Enfin,  je sais pas si on me comprend un minimum mais pour moi,  ce sujet n'a rien à faire là ! 


Je peux comprendre Setsuko, mais l'omerta n'est pas la solution. 
Par contre, il me semble comprendre que tu mets en doute nos témoignages, notre exposition passée à ce fléau, et ça je ne peux le tolérer!

Tu imagines une personne qui a
mis 3 ans à poser le mot viol sur son passé, qui s'est menti pendant des années, et qui maintenant qu'elle assume, se fait traiter à demi-mot de menteuse? 

photo de l'auteur setsuko
Setsuko
Femme de 27 ans
Genève

1 remerciement
Non désolée,  je me suis très mal exprimée  et j avoue que j'ai écris un peu sur le coup de la colère,  pas dû  aux témoignages mais surtout à certaines réflexions qui m ont pas mal chiffonné.

Je m explique: certaines personnes on sortie des pseudo blagues et d autres des trucs complètement aberrant sans ce rendre compte d'une chose : certaines personnes vive ça extrêmement mal,  n arrive pas ce relevées ( et espère peu être trouver des réponses)  et peuvent,  en lisant des trucs aberrant tomber encore plus bas.  C est pas un sujet tabous ( comme la maltraitance comme dit plus haut)  et je pense qu'il est bien d en parler mais je crois juste qu'il faut répondre de façon réfléchis.

Moi j'ai eu la chance d être bien entourée et de m en être très vite relevée pour avancer ( que se soit pour ma maltraitance ou mon agression)  mais c est pas le cas de tout le monde et ça me touche énormément de  lire certaines bêtises qui pourront extrêmement blesser les personnes en recherche d aide et de réponse. C est un peu comme si j étais aller sur le topic : attentats à Paris et que j avais sortir...  Ça me fait exploser de rire... Enfin oui,  on peu rigoler de tout mais attention quand même de choisir le bon endroit et le bon moment... 

Et je m excuse sincèrement  de mon autre message vraiment blessant, je ne voulais vraiment pas ça. 

photo de l'auteur alois
Alois
Homme de 24 ans
Argenteuil
Setsuko a écrit :
Setsuko , fille de 24 ans de Genève Non désolée,  je me suis très mal exprimée  et j avoue que j'ai écris un peu sur le coup de la colère,  pas dû  aux témoignages mais surtout à certaines réflexions qui m ont pas mal chiffonné. Je m explique: certaines personnes on sortie des pseudo blagues et d autres des trucs complètement aberrant sans ce rendre compte d'une chose : certaines personnes vive ça extrêmement mal,  n arrive pas ce relevées ( et espère peu être trouver des réponses)  et peuvent,  en lisant des trucs aberrant tomber encore plus bas.  C est pas un sujet tabous ( comme la maltraitance comme dit plus haut)  et je pense qu'il est bien d en parler mais je crois juste qu'il faut répondre de façon réfléchis. Moi j'ai eu la chance d être bien entourée et de m en être très vite relevée pour avancer ( que se soit pour ma maltraitance ou mon agression)  mais c est pas le cas de tout le monde et ça me touche énormément de  lire certaines bêtises qui pourront extrêmement blesser les personnes en recherche d aide et de réponse. C est un peu comme si j étais aller sur le topic : attentats à Paris et que j avais sortir...  Ça me fait exploser de rire... Enfin oui,  on peu rigoler de tout mais attention quand même de choisir le bon endroit et le bon moment... 


C'est exactement pour ça que ce topic existe. 
Sur le T'Chat  une fois, après 7,8 mots «viol», j'ai voulu aller puis loin et dire : au fait, vous pensez au sens derrière ce mot pour certains? 
Et j'ai eu le droit à des réponses aberrantes du style :
«c'est bon c'est de l'humour, venez pas raconter vos problèmes» ou «moi j'ai eu un gars  qui me harcèlait presque alors je suis le mieux placé pour pouvoir en rire ok? »
Devant tant de conneries, j'ai voulu ouvrir un lieu de dialogue, sans jugement et sans non-victimes qui viendraient pour étouffer le truc car «on ne parle pas publiquement de cela». 
J'ai volontairement orienté le topic d'une manière presque polémique, car le but est de nous entraider mais  aussi de répondre à ces personnes :
«Nous ne nous tairons plus parce que la société veut demeurer sourde» 
Et s'il faut faire la même chose pour la toxicomanie, pour le harcèlement morale et physique, pour les séquestrés ou autres je le ferais et invite  toute personne prête à en parler à le faire. 
Le but n'est pas de parler de l'acte par voyeurisme, mais de parler de l'après, de nous aidons.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Il est amusant de s'apercevoir à quel point on ne peut pas être pris au sérieux sur un tel sujet.

Vous parlez (je cite) : "d'exagération, d'inepties" dans mes propos, vous n'en savez strictement rien,   soit vous vous méprenez sur les plus grandes lignes de mon messages, soit vous n'en avez rien à carrer, et je souhaite écrire au "Loann" qui va jusqu'à croire que je vis dans un film : tu ne fais que de grandes généralités, tu allies tes pensées à ce que tu as vécu, croyant survivre aux mêmes épreuves que tous ceux qui ont déjà vécus le viol, mais tu ne fais que te plaquer des croyances absurdes dans la poire, car chaque cas est définitivement différent, et que le tien tu en es sorti il y'a... pas mal d'années maintenant, non?

Et nous sommes censés parler de quoi sur ce sujet, en fait? Sur le comment se relever d'un viol. Alors oui, je peux paraître "cru", "bête", voire carrément "offensant, semblant être du côté des agresseurs et non des victimes" (sympathique à lire). Sauf que je parle de la phase qui intervient juste après, car tu vas être de mon avis, "Loann", si je te dis qu'une personne ayant subie ça, si tu lui sors un discours de ce type ("se sentant vue, aimée, intégrée et protégée par le reste de la société") ça va être loin de fonctionner sur LA PLUPART des personnes. Là je ne fais pas de généralité, viendrais-tu me dire le contraire?

Mais continuez à croire que j'ai écrit ce message juste pour rigoler, que j'ai voulu en même temps faire une "caricature de la victimisation". Vous n'accepterez jamais toutes les réalités qui peuvent exister si vous continuez sur la même voie, mes termes sont forts car ils correspondent tout simplement à tous les types de viol. 

photo de l'auteur Superpositoire
Superpositoire
Homme de 26 ans
Douai

15 remerciements
Amen ...

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit