Besoin de recul sur une situation

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour à tous !

J'ai pensé mettre ce post ici car je pense que vous auriez assez de recul pour pouvoir m'aider à traduire et à comprendre une situation qui m'arrive auxquelles je suis perdu, confus.
Je ne mettrai pas de prénom, ni de nom mais juste des initiales.

En seconde je suis arrivé dans un lycée, je côtoyait beaucoup de monde ( je croit que nous sommes 2000 dans notre lycée) et donc il m'arrivait d'être en heures de permanence avec d'autres secondes. Et j'ai souvent remarqué qu'un garçon (R.) me fixait. A ce moment là, je ne m'était pas encore assumer en tant qu'homosexuel donc je ne suis jamais allé le voir (pis je suis timide de nature). R. n'était pas discret au niveau de ses regards, on pouvais le surprendre facilement.

En 1ère, R. et moi, nous étions dans la même filière mais pas dans la même classe. donc on côtoyait les mêmes couloirs (couloirs des STMG et SES). Je remarquait souvent que R. se retournait sans se gêner "mater des culs de mecs). Par ailleurs il me regardait toujours de façon plus ou moins discrète.
Jusque là rien à part des regards. Personnellement je sait qu'une personne est homosexuelle ou bi rien que dans le regard, bizarre certes mais je pense que c'est un peu comme un code.

En terminale, cela n'a pas loupé on s'est retrouvés dans la même classe. Au début de l'année, il se retournait sans se gêner bref c'était plus insistant comparé à avant. D'autre part je voyait que R. essayait des approches pour me parler sans aboutissement. Quelques semaines se déroulèrent comme cela.
Il y a 1 mois et demi j'en ai parlé à mon frère de cœur et il a décidé d'envoyer un message à R. via Facebook (Je l'ai ajouté en amis avec le motif que c'était pour le groupe classe, par ailleurs il mettait des likes à toutes mes photos de profil depuis la création de mon comptes) en lui demandant pourquoi il me fixait autant. donc le jours où il à reçu le message il en a pas parlé à ses amis mais il en parler le lendemain après-midi. Le soir de ce lendemain il m'envoi un message en demandant pourquoi il a reçu un message de mon frère de cœur, il avais des propos blessant à la limite de l'homophobie, j'ai réussi à rattraper le coup pour que ma classe ne soit pas au courant et que sa ne fasse pas d'histoire.
2 semaines se déroulèrent et là bizarrement les regards était présent (autant mais beaucoup plus discret), il y avait des coins d'œil, des "Je me retourne et je gratte la tête dès que tu essaye de me griller"
Donc un soir je me décide à lui parler, je lui avoue que je suis gay et que je lui dit que ne comprenait pas pourquoi il me regarde comme sa, il à eu en guise de réponses que des propos durs et finalement après lui avoir demander de ne pas en parler à la classe il a dit qu'il était ok.
Le lendemain R. n'en a pas parlé et il me regardait quand je ne pouvait pas le surprendre, 1 semaine après il me donne un papier en plein cours "veux tu m'épouser" ( je ne sait pas si c'était pour déconner ou pas bref je suis perdu) et je lui ait répondu pardon mon cabri des îles. Bien sûr la classe n'en a pas loupée une miette de l'histoire. On s'est fait charier pendant 2 bonnes semaines et je voyait qu'il était gêner  et que sa le contrariait, il fessait "le mec", avec bien sûr des remarques dures etc...
Et donc cette semaine R. m'a adressé la parole juste pour rigoler, il me regarde à nouveaux en étant moins discret.

Donc je voulait savoir ce que vous en pensez et ce que vous me conseillez de faire car je n'arrive vraiment pas à le cerner.

Merci d'avance de vos réponses, bonne soirée :)


photo de l'auteur baptiste
Baptiste
Homme de 24 ans
Paris

4 remerciements
Tu le considères comment?

photo de l'auteur Hoctave
Hoctave
Homme de 25 ans
Paris/St Dizier

10 remerciements
J'en pense qu'il faudrait avoir une conversation en privé avec lui pour qu'il soit clair sur ses intentions. Perso' il me fait peur décrit ainsi à toi de voir si tu es intéressé par lui aussi.

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
Mouais, moi aussi je le trouve pas clair. Mais après si tu t'accroches c'est que tu dois bien être intéressé aussi. Essaie de lui parler sur facebook. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai déjà essayer de lui parler en privé mais il se braque sistématiquement
Après moi je le trouve très beau, il y a juste une attirance physique rien de plus, je ne dirai pas que je suis amoureux sans vraiment chercher à le connaitre 

Bah moi je n'ai jamais vraiment eu de discussion avec lui donc je ne peux pas me permettre de juger juste avec le peu que j'ai :/

Plus curieux je dirai, car il m'intrigue beaucoup
Mais du coup je lui dit quoi pour que j'évite qu'il se braque?

Oui il est contradictoire mais du coup j'arrive pas à comprendre je me dit: il est gay, il fait le refoulé car il aimerais sans doute que ses amis ne soit pas au courant bref je sait pas, cette situation peut se comprendre dans les 2 sens en faite :/
Moi ce que je veux cest qu'il soit honnête avec moi, j'ai été honnête avec lui donc faut que sa aille dans les 2 sens car sa se trouve il est secrètement amoureux de moi. Et moi je n'aime pas faire souffrir.
Donc c'est bien un gay refoulé? Le message n'étais pas fait dans le sens de mal faire mais bon après il s'est excuser et je lui ait pardonner, il arrive toujours de faire des maladresses même moi le premier ^^

Merci de vos réponses, c'est cool d'avoir différentes opinions de personnes :)

photo de l'auteur Avatea
Avatea
Homme de 27 ans
Paris

18 remerciements
Baptiste a écrit :  Tu le considères comment?

En effet, tu ne nous as pas vraiment dit ce que tu pensais de ton admirateur secret. Comment perçois-tu les regards de ce mec ? Est-ce que tu les trouves vraiment désagréables ? Ou trouves-tu un certain plaisir à être l'objet de ses regards ? En te lisant on a du mal à savoir ce que tu penses de la situation.
Je pense qu'il faut commencer par là.

Personnellement le profil que tu me décris ne m'inspirerait pas confiance. Le mec qui t'espionne sur ton facebook, te dévore du regard devant tout le monde pour enfin t'écrire un mot gênant en plein cours sachant que ce genre de choses finit toujours par être su de toute la classe... tout ça après avoir posté des messages à la limite de l'homophobie... je trouve pas ça très net.

Parles-en avec lui et mets les choses au clair, voilà ce que je peux te conseiller.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Avatea --> Au niveau physique, c'est clair personne peut le nier il est beau. Après concernant ses regards, je trouve que plus sa va plus c'est gênant à force. Je ne veut pas dire que je fait le difficile mais au bout d'un moment se faire inspecter dans tous les coins sa devient gênant. Au début sa me flattait car je me disait que je pouvais plaire. Sinon je ne dirai pas que cette situation m'amuse, car je la vis au quotidien, si j'ai remarqué ses regards c'est juste parce que je sait instinctivement qu'on me fixe, j'ai aucunement envie de construire quelque chose avec lui.
Cette situation m'intrigue juste et me gêne.

Du coup comment je fait pour en parler avec lui? Car dès que je parle avec lui sur Facebook j'ai l'impression qu'il a plus confiance en lui et dès que j'essaye de parler avec lui en pause ou en cours il met un terme à la discussion.

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
Possible en effet que ce soit un homo refoulé. C'est une hypothèse. Si c'est le cas et que tu n'arrives pas à lui parler en face à face, ni sur fb alors tu peux tenter la solution ignorance. C'est pas évident mais ignore le gentiment. Il ne faut pas que ça se voit, ne détourne pas les yeux quand il est dans ton champ de vision mais ne cherche pas à le capter son attention. Si il cherche vraiment quelque chose il finira par se réveiller. Sinon laisse tomber. On ne brise pas un refoulement du jour au lendemin.

Si vous êtes en terminal je suis quasiment sûr que ce sera pas pour cette année. Même si il a conscience et assume sa sexualité, il est probable qu'il attende d'être dans le supérieur pour faire son CO. Généralement c'est une rupture qui permet de repartir à 0 avec de nouveaux amis etc, 

Cette situation ne doit pas être très confortable pour toi mais c'est toujours mieux que des persécuteurs homophobes débiles. 

Le coup du mot ça me laisse quand même perplexe...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Mmh je pense que c'es une bonne idée :) Je suis d'accord et je respecte cela même si c'est compliqué :/
Oki oki, de toute façon je croit qu'il va partir sur Vannes et moi de toute façon je part sur Paris ^^
Je suis d'accord :)
Tu n'est pas le seul, je n'aurai même pas du répondre mais bon je laisse sa de coté maintenant

Merci :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je n'ai pas pris le temps de lire les commentaires des autres mais si son attitude est si ambigu, c'est qu'il n'est pas au clair avec lui même... Il doit être un peu perdu, comme beaucoup d'autres avant lui, entre ses sentiments, son désir et une certaine gêne, peur d'être différent, anormal.
Le cheminement personnel vers l'acceptation de soi est parfois long, à toi de voir si tu peux supporter de faire le yoyo entre moments complices et moments de rejets... Dans tous les cas, il ne semble pas prêt à une relation de couple avec un homme, une relation amicale l'aiderait probablement à avancer et qui sait ? après peut être... 

photo de l'auteur magicalwaves
Magicalwaves
Homme de 44 ans
Paris

3 remerciements
Je vais aller dans le sens de ce qui a déjà été dit. En supposant qu'il soit au fond de lui homo, il ne semble pas du tout prêt à une relation homo vu l'attitude que tu décris. De ce que je lis, j'ai la sensation qu'il renvoie une certaine violence du fait qu'il n'ait pas encore accepté son orientation sexuelle ou soit encore capable de faire face à la pression sociale; une dernière éventualité étant qu'il soit juste extrêmement narcissique.

Tant qu'il ne change pas profondément, c'est préférable de le laisser faire son chemin et de te protéger de lui. Le risque étant qu'il finisse par saper ta confiance propre par l'accumulation de ses petites "attaques". Comme ça a été dit, la meilleure attitude est l'indifférence, même si ce n'est pas toujours facile à mettre en œuvre. Passer à autre chose ou revenir systématiquement à tes occupations quand il essaie d'accrocher ton regard ou obtenir ton attention.

photo de l'auteur Inuit53
Inuit53
Homme de 21 ans
Paris

5 remerciements
Moi je pense que tu devrais sortir du "cadre lycée" ou du "cadre facebook". Invite le à boire un coup, ou à une soirée, enfin bref sort du cadre habituel. Je pense que le fait que vos seuls contacts dans "la vraie vie" sont au lycée peut peut-être créer une sorte de pression chez lui où il n'est pas libre de se lâcher. Par ailleurs, sur facebook non plus il ne peut pas se sentir libre, car chaque message est enregistrable et pourrait lui nuire. Tu pourrais peut-être ainsi en apprendre plus sur ses intentions...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Alors honnêtement, si tu veux être égoïste, si tu penses à toi-même, si tu ne le considères qu'au niveau physique mais que tu ne passeras pas à côté de quelque chose qui est "exceptionnel" pour toi -à savoir un coup de foudre-, fuis.
Je ne suis pas forcément pessimiste, c'est juste l'expérience amère qui parle.
Certes, pour moi, c'était différent mais je crois qu'on a affaire au même type de 'girouette' qui ne l'est pas par choix, mais justement parce que la personne ne s'assume pas/qu'elle a peur du regard des autres. Ou du moins c'est la conclusion à laquelle je suis arrivé en fin de compte, lorsque les plaies ont cicatrisé et que j'ai été en mesure d'être objectif.
Dans mon cas, c'était mon meilleur ami. Et c'était super destructeur, mais j'étais amoureux. Éperdument, incontestablement et stupidement amoureux. Le toucher devenait une nécessité, un besoin permanent comme si ma peau était faite pour être en contact avec la sienne. Enfin bref, sans donner des détails pour l'instant -ils viendront sûrement plus tard, mark my words-, j'ai eu un truc assez similaire avec le tien où il m'a chanté "Marry you" de Bruno Mars, ce qui a eu le don de me faire rire comme une pucelle effarouchée avant de rougir et de lui donner un coup de poing pour de faux sur l'épaule en disant "Arrête" alors qu'intérieurement, c'est plutôt "Répète". Je vous laisse imaginer la scène ridicule. Et l'imbécilité dont j'ai fait preuve en me faisant avoir par ça, alors qu'il venait d'embrasser devant mes yeux attristés à sa copine avant qu'elle ne monte en voiture avec sa mère. Le fait est que je lui ai toujours trouvé les meilleures des excuses. Il n'est pas prêt/Il ne sait pas ce qu'il veut/Il tient à nous deux/Il est bisexuel et c'est plus dur pour lui d'assumer le côté qui aime les garçons/etc...  Pour des moments privilégiés, quand je suis invité chez lui avec d'autres potes et qu'ils partent tous -ce qui a le don de lui faire dire un "Enfin seuls" avant de me serrer contre lui-, je me suis aveuglé, leurré. La totale quoi. Et je n'ai jamais osé rompre le charme avec mes mots, avec une confrontation. J'ai juste décidé un jour que ça en était trop, que ça n'en finirait jamais, qu'il enchaîne les copines alors que je suis sa constante, celui qui est là quand il en a besoin mais à qui il ne donne rien d'autre que des affections en cachette. Je pense toujours à ça, je pense toujours à tout ce qu'on a fait et comment ça peut être possible de nier aussi fort l'attirance qui nous réunissait. Tous les bisous dans le cou, les caresses subites auxquelles on n'ose pas réagir, les câlins enfiévrées, ma tête sur son torse, la sienne sur mes cuisses,  les "je t'aime" dits comme un "bonjour" qu'il me disait sans jamais en avoir en retour parce que je lui en veux intérieurement de ne pas le montrer. Un jour, j'ai du dire stop. Je lui ai demandé ce qu'on est. Il a répondu "Tu es mon meilleur ami." J'ai serré les lèvres, je commençais à me dégonfler. Et là il s'approche, avec un sourire dont j'arrive à me rappeler sans peine, un rictus qui veut dire 'Je sais que je te fais mal, et j'aime ça' avant de me dire "Lovers?" Je l'ai repoussé, je l'ai insulté, j'ai caché la vérité pourtant évidente pour tout le monde, pour nos amis en commun qui disent qu'on vit le grand amour. Pas sérieusement, mais au fond, ils savaient, ils voyaient aussi. Et j'ai arrêté de lui parler, en lui disant qu'il est un connard. Un mois, deux mois, trois mois. Le piège qui se referme à nouveau quand je le revois à la rentrée du lycée. Petit à petit, il revient. Il envoie des gens essayer de me raisonner. Il se fait passer pour la victime qui ne comprend pas ce qui s'est passé. Et je faiblis. Bientôt, il revient me chuchoter des insanités aux oreilles, son souffle chaud qui vient caresser ma peau, auquel je veux juste mêler le mien. Et je me laisse emporter, je m'embarque dans le cycle vicieux à nouveau. Et une copine. Une nouvelle copine. La rage qui me secoue de bas en haut, les résultats scolaires qui partent en couille. De la distance, il doit juste être mon ami, je ne peux pas me débarrasser de lui pour l'instant alors que je le vois chaque jour, qu'il est un éternel rappel de cet amour refoulé et inavoué. Et rien, j'arrive pas, la jalousie me consume, les questions fusent et je me demande pourquoi ça ne pouvait pas être facile, pourquoi je ne pouvais pas juste lui avouer et lui rendre la tâche plus facile. Ou le faire fuir. J'avais peur de ça, de cette dernière éventualité. J'avais peur qu'il se foute de ma gueule, qu'il le répète à tout le monde, que ça arrive aux oreilles de mes parents. J'avais peur de l'homophobie que j'ai vécu chaque jour, dans un pays comme le Maroc où c'est encore pire qu'ici mais probablement moins pire qu'ailleurs. Et j'en suis éternellement marqué. Il est toujours là dans ma tête, il s'entête, et parfois, quand j'y pense, quand ça m'éclate à la figure encore comme maintenant, je peux presque tout sentir, sa présence partout dans mon être. Et puis finalement, j'ai eu mon bac, et il a eu droit au silence radio. Chemins différents, messages ignorés, il sonnait chez moi et soit je n'étais pas là, soit j'étais là et j'envoyais ma mère ou mon frère dire que non. Le temps et la distance ont fait leur œuvre. Je ne sais pas si je serais un jour 'complètement guéri', comme le dit si bien Héléne Ségara "On n'oublie jamais rien, on vit avec".
Je suis désolé, je me suis un peu emporté sur le coup. Je crois que j'avais aussi besoin d'écrire tout ça, même si mon but primaire, quand je me suis connecté à cette heure-ci après avoir lu ton message pour y répondre, c'était de te prévenir. Je ne regrette rien au fond. Je suis ce que je suis grâce à ça. Je suis en paix avec moi-même, c'est une expérience comme une autre qui a servi à me bâtir, à faire de moi l'homme que je suis aujourd'hui, l'homme que je serais demain. Mais ceci est un témoignage. C'est dur quand l'autre personne ne s'assume pas. Je ne suis pas blanc comme neige, moi aussi j'avais mes réticences, j'avais mes craintes que je ne pouvais pas combattre. Mais ce n'est pas évident. Ce n'est pas évident du tout. Et ça fait mal, plus que toute autre chose, ça fait du bien aussi quand l'espoir est toujours de mise. On est voués à être blessés un jour ou l'autre, on porte tous nos bagages, nos ecchymoses avec nous. Parfois, on peut juste choisir ce qui nous blesse. La douleur est essentielle, c'est ce que la passion engendre, c'est là où nous conduit le fait d'aimer trop fort, trop bien, trop mal. Ultimement, c'est ton choix. C'est dans une dangereuse route que tu t'embarques. Il faudra l'aider, il faudra le convaincre que tout va bien, que tu peux lui plaire, qu'il te plait. Et alors que tu fais ça, juste parce qu'il te plait physiquement, tu peux t'attacher, tu peux te mettre à te bercer d'illusions. Et ça peut très bien finir comme très mal finir. Et je le répète, c'est ta décision de voir si tu veux t'exposer à ça ou pas. Moi? Je me déleste un peu d'un poids qui comprimera toujours ma poitrine, et je t'offre mon vécu pour qu'il te donne une idée sur la situation qui te taraude à l'heure actuelle.

photo de l'auteur Lumyaz
Lumyaz
Femme de 20 ans
Le Havre

8 remerciements
Je pense qu'il faudrait comprendre pourquoi il te regarde ainsi avec insistance. Peut-être que retenter d'en parler avec lui pourrait le débloquer à ce sujet petit à petit. C'est étonnant, il a l'air d'être vachement sur la défensive, comme s'il n'assumait pas une part de lui qui est attirée par toi (pas forcément avec des sentiments ni une attirance se xuelle mais peut-être simplement un truc qui attire son regard et son attention sur toi).
Peut-être aussi que tu peux lui expliquer que ces regards te font te poser des questions mais que tu ne l'accuses de rien ou ne le soupçonnes de rien, juste que tu veux comprendre pourquoi il agit comme ça. Il faut que tu sois assez délicat quand tu lui poses cette question je pense.

Bon courage pour la suite :)

photo de l'auteur magicalwaves
Magicalwaves
Homme de 44 ans
Paris

3 remerciements
Honnêtement je trouve très bien de proposer de s'ouvrir à lui et d'essayer de le sortir de ce contexte qui ne semble effectivement pas l'aider. Mais attention à te protéger tout de même. En supposant qu'il soit homo, la grande inconnue dans cette histoire est de savoir à quel point il accepte et acceptera publiquement son orientation sexuelle.

Entre mes 18 et 24 ans, j'ai perdu de 6 années avec quelqu'un qui ne s'est finalement jamais assumé. J'ai appris un beau jour par une de ses amies que ce quelqu'un me tirait dans le dos auprès de son entourage et niait en bloc notre relation, ce qui a mis le terme final à cette relation. C'était un cas perdu et ce genre de cas ne semble pas rare.

Ce que tu décris fait donc un peu écho à ma première expérience, ce qui fait que je t'invite plutôt à chercher à rencontrer des personnes qui sont très heureuses d'être homo et le vivent sereinement au grand jour plutôt que de tenter de sauver une âme errante qui s'est déjà montré dans l'agression sociale et n'en sortira peut-être jamais.

Maintenant rien ne t'empêche effectivement de lui faire une proposition hors du contexte facebook et lycée mais attention de ne pas te dire à chaque échec que la prochaine fois sera la bonne. S'il ne montre pas un effort constant et un changement d'attitude en public au plus vite, ne t'abime pas pour lui. C'est à lui de faire la plus grosse part du travail.

photo de l'auteur gaeyeregard
Gaeyeregard
Homme de 24 ans
Paris

11 remerciements
Modérateur
@Wildheart : Waw, quelle confession. Qui aurait pu penser ça d'un cœur sauvage ;-). Tu racontes bien ton histoire en tout cas. Ça a du te faire du bien de vider ton sac. C'est triste de perdre un bon ami mais parfois c'est nécessaire. 

Enfin je reviens quand même sur ce que tu nous as dit Nono. Si le mec ne t'intéresse pas plus que ça et que tu n'as aucunement l'intention de construire quelque chose avec lui alors il me semble périlleux de l'inviter quelque part. Ça pourrait être mal interpréter pour au final pas grand chose. 

Et puis on ne va pas se mentir... si vous êtes dans la même classe depuis 6 mois et que vous n'avez quasiment pas de contacts plus faciles que ça, c'est que n'avez peut être pas d’atomes crochus. Ou alors votre classe est très "clanique" et dans ce cas c'est nul. 

Donc nan, je reste sur ma position, laisse tomber. Parfois on a des questions qui restent sans réponses mais est-ce que c'est vraiment important ? 

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit