Le Fantasme, un ingrédient nécessaire à l'Amour?

photo de l'auteur Hoctave
Hoctave
Homme de 25 ans
Paris/St Dizier

10 remerciements
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Pour comprendre ma question je vais rapidement expliquer mes termes clefs. Je n'entends pas dans Fantasme son aspect sexuel ou du moins pas essentiellement. C'est davantage l'idée de modifier inconsciemment les traits, la réalité de la personne convoitée ou qui vous accompagne pour répondre à notre désir. En gros "Altérer notre conception de l'autre". Pour Amour je suggérais avant tout "une relation basée sur des sentiments amoureux".

Ainsi pour reformuler la question :
-Faut-il passer par cette construction en quelque sorte erronée pour aimer?
-Est-ce que ce processus présage une relation dangereuse/malsaine/bancale?

Je m'amuse avec le sujet car on pourrait entendre ainsi qu'il y a une seule et bonne recette dans une relation amoureuse, ce qui n'est évidemment pas le cas. J'attends surtout votre avis, vos expériences.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour moi, l'amour, c'est quelque chose de très inconstant, qui évolue au fur et à mesure que la personne en elle-même le fait. Pour quelqu'un qui a besoin de sécurité, qui vient de se faire agresser, un partenaire protecteur qui lui donne l'illusion de l'enfermer dans un cocon où rien en peut l'atteindre est l'idéal. Pour quelqu'un qui a connu l'abandon, quelqu'un qui le rassure qu'il sera toujours là et qui le lui prouve le fait vibrer de joie. Je crois que notre conception de l'amour diffère inconsciemment de jour en jour, et que concrètement, lorsque l'on tombe amoureux à un instant t, c'est parce que la personne est apte à nous fournir des besoins, si j'ose dire, "immédiats". Après, je ne généralise pas, je ne sais même pas si je ne vire pas un peu sur le hors-sujet pour le coup, mais je trouve que c'est un aspect plutôt important et facilement déstabilisant. Je me suis maintes fois demandé si justement, lorsque nos besoins changent et qu'un partenaire n'est plus à même de les remplir, ce n'est pas là la cause d'un désintérêt progressif. Et aussi, ne reste-t-on pas avec l'être aimé justement par "habitude" ou parce qu'on n'a pas peur de trouver quelqu'un qui est capable de nous aider à combler ces nouvelles aspirations?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Le fantasme c'est un jeu que tu exploite avec les personnes dont tu est déjà amoureux pour ce quel sont (sauf si tu le fait pour le plaisir avec une personne que t'aime pas). Ce que je veut dire c'est que ce n'est pas obligatoire. 
Par exemple un ou une inconnu t'aime pour tes cheveux affro :) lol et que tu change plus tard et qu'il/elle t'aime plus, tu saura que ce n'était qu'un fantasme.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Vous confondez amour et désir. Le débat est biaisé dès le départ

photo de l'auteur Hoctave
Hoctave
Homme de 25 ans
Paris/St Dizier

10 remerciements
Lothaire a écrit :
Vous confondez amour et désir. Le débat est biaisé dès le départ


Et pourtant non, je fais bien la distinction entre les deux, je pense néanmoins qu'ils peuvent être intimement liés. Pour moi ce lien peut-être représenté par une tension : Est-ce que la frontière entre le désir et l'amour se caractérise par l'enterrement du fantasme? D'où la question de compatibilité entre l'Amour et le fantasme.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'en ai aucune idée je me contente de viser dans le trou. *sors*

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis assexuel (enfin plutôt une sous catégorie).
 Je n'ai par ailleurs aucun fantasme (et le désir ne vient que très très très tard dans la relation).
 Cela signifie que je ne pourrais jamais aimer selon tes théories ? 



À mon humble avis, fantasme n'est pas le bon mot. 
Tu penses certainement à l'idéalisation de l'autre. 
Ce n'est donc pas une vision erronée, mais plutôt impartiale. C'est complètement différent. 



De même, il existe deux origines au sentiment d'amour :
- Une attirance (côté physique et autres détails "ponctuels"), lié bien évidemment à l'attirance sexuelle et l'idéalisation des traits qui font la personne. 

- Une relation de confiance. L'exemple parfait serait celui de deux (meilleurs ?) ami(e)s, qui avec le temps tissent des liens extrêmement fort, allant jusqu'à l'amour dans certains cas. 
Le côté idealisation/fantaisie/désir n'est pas présent ici. Bien évidemment, je ne dis pas qu'il faut 5 ans d'amitié pour pouvoir rentrer dans cette catégorie. 



Ta théorie semble très clairement oublier la deuxième possibilité. 
Par ailleurs, c'est là la différence entre un sexuel et un assexuel. Ce dernier n'aura de sentiments amoureux que dans le cadre du deuxième cas. 
(enfin c'est plus complexe que ça, mais c'est l'idée) 

photo de l'auteur Hoctave
Hoctave
Homme de 25 ans
Paris/St Dizier

10 remerciements
"Cela signifie que je ne pourrais jamais aimer selon tes théories ? "
>Alors pour répondre à ta question, ATTENTION ce n'est pas une théorie c'est une question! Je ne m'amuse pas à donner un sujet auquel j'ai une réponse (si non je ne demanderais pas ou pas ici.)

"Tu penses certainement à l'idéalisation de l'autre. Ce n'est donc pas une vision erronée, mais plutôt impartiale. C'est complètement différent. "
>Oui, en effet je prends la définition du grec (j'ai fais du grec ancien et ça m'aide pour revenir en sens premier, pas celui dérivé de Freud par exemple.) Bon d'abord ça veut dire Fantôme c'est transparent, on est d'accord. Mais ce qui est intéressant est l'opération pour arriver à ce fantôme : "c'est une image offerte par l'esprit d'un object."  ce qui amène à la définition neutre " illusion, fausse apparence" XIIIèmes. Ainsi je retiens l'idée de modification de l'image de l'autre par son désir plus ou moins conscient.

>Et pour erronée = inexacte, subjective  ici. Je crois que je ne te suis pas, dans quelle mesure cette image pourrait devenir objective ?

"De même, il existe deux origines au sentiment d'amour"

>J'ai mis volontairement de côté le premier point pour ne pas amener les gens vers l'autre définition de Fantasme.

"Une relation de confiance"
>Justement je trouve ça intéressant. C'est ce genre de raisonnement que j'attendais. Un avis par le vécu ou par expérience.
"non, je ne pense pas que le fantasme soit nécessaire car le sentiment d'amour peut se créer essentiellement via une certaine complicité ou par la confiance sans passer par une représentation subjective de l'autre, par exemple."

    Je retiens d'ailleurs les propositions de Wildheart et de pandoragame qui sont intéressantes. C'est à dire que le sentiment d'amour s'actualise d'une manière régulière car celui-ci répond à nos besoins. Cette idée mettrait en parallèle Amour et Fantasme.
Et la deuxième idée serait que le fantasme arriverait après le sentiment d'amour (là je suis plus ou moins d'accord) et qu'il est facultatif.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit