Amour et dépression font bon ménage ?

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Ce sujet est une demande d'aide, écoute et bienveillance sont de rigueur

Bonjour, bonjour

Je voudrais savoir , si d'après vous la dépression et l'amour font bon ménage. Je vis en ce moment avec mon compagnon et je commence à comprendre petit à petit sa dépression. Après le fait qu'il m'ait souvent rejeté il a fini par abandonné puisque j'étais une tête de mule. Aujourd’hui, ça va (beaucoup) mieux pour moi comme pour lui. Je voudrais savoir si parmi vous, il y aurait des personnes qui ont été en couple avec une personne dépressive ou bien si parmi vous il y aurait eu des personnes qui ont été en couple pendant leur période de dépression. Comment l'avez vous vécu ? Comment vivez-vous à l'heure actuelle ?


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour à toi,

J'ai vécu une longue période de dépression profonde, j'étais en couple et mon ex copine et moi vivions sous le même toit. Il est parfois difficile de conjuguer sa vie de couple et la dépression, j'avais très peu confiance en moi et mon ex était sans cesse obligée de me rassurer et de me consoler. Je ne sais pas si c'est dû à ça mais notre couple a fini par se dégrader ce qui a conduit à une rupture. Aujourd'hui je vais mieux, même si je suis toujours sous traitement, je suis en couple avec une autre fille qui me comprend et m'accepte comme je suis, sortir avec quelqu'un souffrant de dépression n'est pas de tout repos mais je pense que ce n'est pas impossible, de plus on peut surmonter une dépression surtout en étant bien entouré.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis dépressive (entre autres) depuis un petit paquet d'années, et la viabilité de mes relations dépendait plus de façon de gérer la dépression qu'autre chose. Ma première relation, je me reposais trop sur ma copine et c'était trop lourd à porter, donc ça a pété.
Les suivantes, j'ai fait en sorte de me reposer le moins possible sur l'autre. Ca n'a marché que parce qu'on ne vivait pas ensemble et qu'on pouvait rester chacun chez soi les soirs où on devait se voir et où je ne le sentais pas.
Je pense qu'il faut savoir garder quelques distances pour que ça ait une chance de marcher.

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
MorganeR : qui a rompu ? Même si ça va bien entre mon conjoint & moi, parfois il me sort des phrases "assassines" comme "je ne t'aime plus, je reste avec toi parce que j'ai pas envie que tu souffres". Est ce que ça vous arrivais de dire à votre (ex) conjointe que vous ne l'aimiez plus ? Ou bien est ce que les paroles de mon conjoint sont  elles effectivement vraies ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai pris la décision de rentrer vivre chez ma mère parce que notre relation était devenue trop chaotique, mais c'est elle qui m'a quittée.

Mais c'est affreux qu'il te dise des choses comme ça ! Non, je n'ai jamais dit ça à mon ex, la dépression n'excuse pas tout, il n'a pas à te dire ça.

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Il fait une dépression mélancolique et quand par mégarde je lui parle d'amour, il me sort ceci. Il a du mal à m'aimer et j'ai accepté la situation par amour pour lui. Je ne sais plus quoi penser même si je pense qu'au fond, il m'aime bien. J'ai entendu dire que c'était courant chez certains dépressifs mais même si j'ai beau être habitué à ses coups de mou, ça me fait quand même un pincement au cœur. Je me fais suivre par un psy depuis un an. Il rebooste ma confiance et heureusement sinon e serai détruit à l'heure qui l'est..

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis déjà sortie avec une personne dépressive mais je me suis lancée trop vite dans la relation avant d'avoir des sentiments ou de bien comprendre mon ex et sa dépression. Du coup j'ai fait l'erreur de minimiser, avant de prendre peur... au final c'est surtout moi qui me prenait la tête car mon ex avait pourtant fait en sorte d'être de bonne humeur avec moi (c'était ma première relation).
Aujourd'hui elle est en couple avec une autre fille et ça se passe bien.

Je pense qu'une relation peut marcher si on prend le temps de se connaitre avant de se lancer... mais aussi sans dramatiser, et sans se mettre en tête qu'on doit guérir l'autre. Faut quand même avoir un certain recul, du coup.

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Tu as parfaitement raison Pistache. Il faut surtout prendre du recul et penser à soi. C'est exactement que je fais. D'ailleurs nous avions décidés de vivre séparément pour ne pas que sa dépression m'atteigne. Lui bien évidemment, vit avec ses parents et j'ai même insisté pour qu'il vive avec quelqu'un. On se voit de temps en temps, c'est un bonheur de le voir malgré ce qu'il pourrait me dire. Heureusement qu'il n'est pas comme ça ! En quand il va bien, il est doux, intentionné et compréhensif. Même si nous nous parlons de moins en moins longuement alors qu'on avait l'habitude de se parler une journée entière, c'est plus que suffisant pour moi.

J'aimerai savoir si effectivement, un dépressif peut tomber amoureux d'une autre personne autre que son compagnon qui est toujours là pour lui.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'aimerai savoir si effectivement, un dépressif peut tomber amoureux d'une autre personne autre que son compagnon qui est toujours là pour lui.

Ça fait un peu chien, dit comme ça.

Un dépressif reste une personne comme une autre, avec des sentiments qui peuvent changer. Je ne vois pas pourquoi le fait que tu le soutiennes et sois là pour lui l'empêcherait de tomber amoureux de quelqu'un d'autre... Les sentiments ne découlent pas de la gratitude.

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Okijumpl : j'ai le droit de me poser des questions et c'est vrai que cette idée m'est parvenu dans ma tête. Je sais que mon ami éprouve quelques fois des sentiments pour moi et je n'ai pas la peur constante de le voir partir chaque jour. C'est juste une question que je pose sans qu'il y ait une idée derrière la tête . 

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
Effectivement nous sommes tous humains à ce que je sache mais c'est légitime de savoir si effectivement un dépressif peut être maître de ses sentiments ou se dénigrer voire à vouloir trouver quelqu'un d'autre. Oui, nous sommes tous humains mais ne nous fonctionnons pas de la même façon. Je précise que cette question ne me concerne aucunement pas, j'ai confiance en moi, en mon pouvoir de séduction, en notre amour et en ma volonté de vouloir l'accompagné dans les bons comme dans les mauvais moments.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonjour, non l'Amour et la dépression ne peuvent pas faire bon ménage... Je suis restée 5 ans avec mon ex. Il a fait une dépression à partir de la quatrième année car ça mère est partie vivre dans le Sud en le laissant seul dans la maison vide et d'autres facteurs négatifs ont également déclenché sa dépression, il avait 20 ans, moi 22. Du jour au lendemain j'ai dû remplir le rôle de mère, psy, assistante sociale en plus d'être sa copine... c'était beaucoup trop lourd à assumer. On a essayé de tenir bon tous les deux mais au final j'ai craqué je n'en pouvais plus. En plus d'avoir le sentiment que rien ne bougeait et qu' il s'enfonçait tout seul dans sa déprime quoi que je fasse, il refusait d'aller voir le psy que son père lui avait trouvé et il n'a pas bossé pendant des mois ce qui a engendrer un diplome foiré, je me sentais complètement laisé dans l'histoire... Moi aussi j'avais besoin de réconfort, de me sentir en sécurité, d'être avec quelqu'un de protecteur, pas un petit garçon qui passe son temps à chouiner parce que sa maman est partie. En plus de tout ça j'ai dû supporter son caractère qui était devenu insupportable : égoïste, immature et nombriliste. Il m'aimais mais il me faisais souffrir psychologiquement. J'ai traversé une période trés difficile presque de déprime, je n'étais plus heureuse, je gachais ma jeunesse pour lui, et puis un jour j'ai dis Stop. Voilà aujourd'hui tout va très bien il est parti rejoindre sa mère dans le Sud où sa carrière avance bien et moi j'ai pu m'épanouir dans ma nouvelle vie pour faire des choses qui me tenaient à cœur. J'espers que cela t'aura éclairé, même si chaque histoire est différente au final on en revient à la même chose.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'ai vécu plusieurs mois avec une grosse dépressive (elle a fait 2 tentatives de suicide que j'ai pu empêcher) donc selon mon expérience personnelle non Amour et Dépression ne font ps bon ménage après c'est un moment dans la vie ou le mieux est d'être accompagné il faut en parler longuement pour tout mettre à plat mais surtout il faut aussi savoir mettre des distances pour la douleur de l'un ne rende pas l'autre encore plus mal et c'est souvent cette partie qui est la plus dure à passer.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Et surtout il faut que le dépressif en question aille se faire soigner chez un psy ou bien qu' il plaque tout et change de vie...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Marydraw a écrit :
Et surtout il faut que le dépressif en question aille se faire soigner chez un psy ou bien qu' il plaque tout et change de vie...


Je suis d'accord pour le psy mais tout plaquer pou tout changer c'est juste refoulé le passé qui resurgira un jour

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
T'as l'air d'avoir pris ma réponse personnellement... Fallait pas, hein. C'était pas agressif, inutile de passer sur la défensive. ;)

auteur anonyme

Anonyme

17 remerciements
 
Okijumpl a écrit :
T'as l'air d'avoir pris ma réponse personnellement... Fallait pas, hein. C'était pas agressif, inutile de passer sur la défensive. Merci !


Oui tu as raison, je me suis fait emporté par mes émotions. Même si je garde le sourire auprès de lui parfois, je me sens triste et fatigué.. Mais on a passé le cap de la mélancolie quotidienne et je souffre beaucoup moins. Avant je souffrais au point de ne plus bouger mon cul du lit, maintenant cela se traduit par des picotements dans le cœur ou bien dans la tête. Sans psy, je n'aurais pas pu continuer. Cependant, dans un couple on passe des moments difficiles comme des moments de pure bonheur. Lui et moi nous nous complétons parfaitement et nous avons la même conception du couple. J'ai toujours eu cette sensation que c'est lui qui me manquait. Je n'ai pas eu cette sensation avec nul autre homme.

Je me suis un senti un peu insulté vu ce que j'ai pu traversé et ce qu'on a peu traversé... Je sais que ce n'était pas dans votre intention et e m'en excuse. Sachez, toutefois, que le partenaire souffre je puis presque autant que le compagnon dépressif. Ce ne sont pas les mêmes souffrances mais elles ne sont tous deux pas négligeables non plus puisqu'il y a vraiment une souffrance psychique chez l'un comme chez l'autre.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bonsoir je pense honnêtement que c'est possible,tous d'abord la personne dépressive doit accepter ces difficultés et essayer de ne pas les laisser déborder dans sa vie de couple en parlant à un thérapeute.Car quelqu'un de dépressif laisse parler sa souffrance et c'est frustrations,elle est vite submerger et ne c'est plus forcément faire la part des choses dans sa tête elle mélange tous.Pour la personne normal entre guillemet,il faut accepter que l'autre se soigne seul car dans certain cas.C'est en acceptant que c'est quelque chose à soit et que le partenaire n'y est pour rien ,que l'ont accepte mieux la souffrance d'autrui et qu'on avance. Aprés tous dépend de l'histoire et du vécus du concerner.Certain doivent faire leurs cheminement seul ,d'autre avec le soutient de l'être aimer.C'est trés délicat et tous est une conception que l'on donne à sa souffrance,il y as plusieurs degrés et la personnalité et le vécus joue beaucoup dans la stabilité du dépressif.Il faut être patient et faire confiance à ceux qui as été batis sentimentalement parlant.L'espoir est une grande force,courage.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Dés que l'on parle de dépression et de couple l'on se doit de réaliser qu'il se crée un phénomène dit de codépendance et c'est bien souvent la cause de l'usure prématurée du couple qui conduit à la rupture. Le codépendant (le conjoint du dépressif) rentre malgré lui dans une spirale qui le pousse a entretenir de manière plus ou ou moins flagrante selon les dynamiques personnelles à chaque couple l'état de dépression du malade. Cela ajouté aux sautes d'humeur du dépressif, aux paroles maladroites mais néanmoins blessantes peut même dans les cas les plus atteints par cette spirale du type "du serpent se mord la queue" aboutir à un état dépressif chez le conjoint ou le codépendant. C'est pourquoi il est important que le conjoint accompagne le malade, fasse preuve de plus de tolérance et de patiente qu'à l'accoutumée mais elle ne doit pas se sacrifier au nom de la souffrance et de la maladie de son conjoint sinon elle prend le risque de tomber dans l'excès et dans la spirale qui va auto-alimentée la dépression du malade ce qui est pourtant l'exact contraire du souhait du conjoint et de la guérison du malade. Un certain équilibre et surtout le conjoint ne doit pas s'oublier ou se sacrifier dans la relation et il se doit de s'aménager  du temps pour lui afin de se ressourcer et de ne pas s'oublier , ce qui conduirait à un épuisement de la relation. Là réside la difficulté de l'exercice et explique la réussite de certains alors que beaucoup échoue. bon courage à Anonyme et Marydraw et MorganeR.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Drôle de question, bien sûr que ça ne fait pas bon ménage. Mais on peut se soigner, ça prends du temps... Ou alors tous plaquer et reprendre sa vie en main. Tout dépend des sacrifices que l'on acceptent de faire. ça peut parfois valoir le coup.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit