Anti Femiministe

photo de l'auteur photocop70
Photocop70
Homme de 23 ans
Paris

1 remerciement
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Il est claire que ce sujet doit se faire dans la position la plus neutre . Je ne mentirais pas non plus, le débat m'ai très personnel. Je demenderais donc que se sujet soit lu positivement, (sans direction ou porté prèdefinis) sans préjugés; car le but de ce sujet est bien  de débattre pas de creer une sorte d'emeutte aux insultes.... 
Il y a longtemps que je veux poster ce sujet, mais honnetement j'avais peur de la reaction de certains.... La parole ne doit pas se figé UNIQUEMENT sur un etat d'esprit ! Alors je me lance ! Je voulais tout de meme qu'il soit vu par tout le monde, faire prèsence d'aucun sectarisme. 

Avez vous entendu parler des ( filles) harceleuses ? 

Avez vous entendu parler du mouvement hoministe ?

Avez vous entendu  parler des jeunes femmes Anti Feministe ? 

Malheureusement selon moi on en parle très peu.... Et c'est très tabou !


Les femmes harceuleuses, j'en ai connu une dans ma vie ! Et elle a ètait la cause d'une grande depression pour moi ! Cette expérience doit etre utile, et donc en parler pour faire réfléchir est aparemment la meilleur chose à faire.... 
Une femme harceleuse est une femme qui profite de son statut et de son genre pour manipuler les hommes ! Dans une société qui donne maintenant raison à un certain mouvement nommé "féminisme", rien de plus facile ! Il serais donc maintenent question d'un autre rapport de force, non pas physique mais par le genre....

Le mouvement hoministe sont des hommes qui revendiquent un certain refus du "féminisme", ou ils sentent que ce mouvement fait trop d'almalgammes au niveau de l'égalité des sexes. Au lieu de construire une théorie sur la liberté individuelle, le mouvement dit "féministe" divise de plus en plus les sexes en approuvant que les droits d'un seul genre : le genre féminin. La théorie est selon eux trop fixée sur le genre non pas sur  la liberté individuelle. Notre société serais donc victime d'une inversion, d'une nouvelle aire vers un autre etat d'esprit sexiste....

Les Anti Feministe ont fait le beuz ! Ce sont des jeunes femmes qui ont parlé ouvertement de leur mal etre face au feminisme sur internet.  Elle se disent souffrir d'un etat d'esprit qu'elles n'ont pas choisis et qui est pour elles carrement honteux. Elle font l'aveu que finalement en tant que femme à notre époque, c'est presque un devoir et non une liberté; ce qui explique une pression sociale. Pour ma part c'est un peu provocant et un peu réaque, pour "casser la gueule aux féministes"comme elles disent.... Mais elle font bien partit du "lot" concerné, et donc leur discours doit etre entendu ! Peut etre existe t il aussi trop d'interprétation pour ce mouvement, ce qui dirige les gens dans tous les sens ? En tout cas il y a un profond mal etre  à ce niveau là, face à l'image de la femme qu'on essaye de bonnes fois d'accrocher à tout le monde !

Voila reagisser ! Qu'en pensez vous ? 

Pour moi personnellement en etant bisexuel, ce qui n'a pas etait theorisé c'est la théorie qui consiste à dire qu'un etre humain n'est pas forcemment obliger à appartenir à un genre mais tout simplement à un individu à par en tiers. C'est ce qu'essaye le feminisme mais selon moi de façon trop radicale, il y a beaucoup d'almalgamme ! Nos tetes de bonnes volontés ne sont pas completement sereine ! Je trouve que les hommes sont très stéréotyper et qu'on se tape d'une certaine manière la mauvaise histoire, la mauvaise réputation "au bonheur des dames" ! 


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
/désolée d'avance du pavé que je peux difficilement résumer, car tu évoque là beaucoup de choses différentes sur un sujet qui me tient également très à cœur. Bonne lecture pour ceux et celles qui auront l'envie de lire !/

Le féminisme a très mauvaise presse, principalement parce que la plupart des gens pensent que les femmes veulent renverser la situation et obtenir la suprématie sur les hommes. C'est faux, et les "féministes" qui disent le contraire ne sont pas dans ce cas féministes.
Le problème de ce mot est qu'il sous entends que ça ne concerne que les droits des femmes. C'est faux aussi. Car tant que le genre féminin sera vu comme inférieur au genre masculin, ces derniers seront également obligés de maintenir leur propre rôle, et seront également continuellement sous pression pour prouver qu'ils sont des "vrais mecs", et pas des femmelettes.

Alors pourquoi appeler ce mouvement "féminisme" plutôt qu'"égalitarisme", si ça concerne les deux sexes (y compris les non binaires... parce que tout le monde n'a pas un sexe bien déterminé) ? Parce que même si on veut idéalement l'égalité pour tous (hommes, femmes, blancs, noirs, homos, trans...), c'est ici principalement la condition des femmes que ce mouvement veut réuhausser... et c'est loin d'être au détriment des hommes, puisque comme dit plus haut, ça les libère de leur propre rôle de "dominant".
La plupart des femmes qui se proclament anti-féministe ne savent tout simplement pas ce que féminisme veut dire.
Exemple "je n'ai pas besoin du féminisme parce que j'aime faire la cuisine pour mon mari si j'en ai envie" ==> mais chérie, justement, fais la cuisine pour ton mari si tu le souhaite, comme tu le souhaite ! L'important est justement que ce soit de TON initiative et que ce ne soit pas un du.
Ou encore "je n'ai pas besoin du féminisme parce que j'aime m'habiller comme une femme et prendre soin de moi, et porter des jupes" ==> là encore, le but est que tu puisse porter des jupes si tu le souhaite, sans que personne te traite de salope dans la rue. Que toutes les femmes puissent d'habiller comme elles veulent, jupes courtes, longues, pull-over, pantalon chanel ou en tongs... sans que personne leur dise quoi faire et comment le faire.

Aux fond les anti-féministes déclarent ne pas avoir besoin d'être maternées par un mouvement, et de pouvoir penser comme elles veulent... ce qui est exactement le principe du féminisme : ne pas se laisser dicter de quelle façon on doit être une femme, MAIS elles oublient qu'elle n'ont pas les mêmes "avantages" que les hommes (le salaire, par exemple !) qui sont en réalité pas des avantages, mais LA BASE. Après elles peuvent très bien ne pas y adhérer et avoir d'autres chats à fouetter, mais le mieux seraient au moins qu'elles se renseignent sur le sujet pour ne pas desservir le combat de celles qui sont vraiment impliquées pour les droits de leur genre. Certaines d'entre elles pensent que le féminisme était utile avant pour le droit de vote etc, mais que aujourd'hui on chipote. C'est faux aussi.. y'a qu'à voir comment on doit faire gaffe dans la rue pour ne pas être interpellées, comment on doit contrôler notre image, etc.  ça ne veut pas dire que tous les mecs sont des gros machos bien lourds ! Bien sur que non. Mais même un mec bien, doit prendre conscience qu'il a des avantages par rapport à une femme. Tout comme moi, en tant que blanche en France, je suis avantagée par rapport à une personne noire pour trouver du boulot. Nier les catégories et donc les avantages que l'on a par rapport à d'autres, serait de la mauvaise foi, ça ne fait pas avancer le shmilblick. D'ailleurs, un homme peut également être et se dire féministe (j'en connais plusieurs), sans que ça desserve sa propre cause, bien au contraire.

Pour l'image de la bonne grosse castratrice.... Alors oui, des connes, il y en a partout. Y compris chez les féministes, y compris chez toute l'espèce humaine. Mais prendre le cliché de la féministe enragée et incohérente, qui gueule sur tout le monde, c'est un peu facile. Ça entretient le mythe qui voudrait que "féministe" soit un gros mot... j'ai longtemps moi-même cru que s'en était un, que c'était les femmes qui n'aiment pas les hommes, les lesbiennes refoulées en quête d'identité. Peut-être qu'il existe quelques cas comme ça, mais ça reste un très gros cliché, qui décrédibilise tout un groupe de femmes très convaincues dans leur idéal de droit à l'égalité, et qui nous tire une balle dans le pied. Je ne nie pas que si tu tombe sur une connasse, ça peut faire très mal, mais ce n'est pas le féminisme le problème, c'est juste cette personne là, et la perversité sociale n'a ni genre ni mouvement spécifique.

Quand au mouvement hoministe, c'est loin d'être un équivalent, mais une réponse à ce qu'ils supposent être le féminisme. A la fois ils se désolent de la perte de leurs avantages (qui je le répète, ne sont pas censés être des avantages mais une base.. les droits de l'Homme ET de la Femme !), à la fois ils montrent que les hommes aussi sont brimés par une pression sociale, qui consiste à être fort, ne pas demander de l'aide, etc. Mais justement, si ce n'était pas aussi mal vu de faire des choses pour le moment principalement attribué aux femmes (le congé paternité, tiens par exemple ! Hyper mauvais pour la carrière, parce qu'un homme c'est ambitieux, sinon c'est pas un homme), si le féminin n'était pas méprisé au profit du masculin, ces derniers n'auraient plus à subir cette pression ! Ce sont les deux revers d'une même médaille.

Pour la question du genre, oui et mille fois oui, un être humain ne se résume pas à son genre, certes ! D'ailleurs, dans un monde idéal qui ne hiérarchiserait pas les genres, la question du féminisme ne se poserait même pas, on en aurait pas besoin. Le problème, c'est que même si toi tu vois les humain en personnes et non en cliché de genre (et c'est très bien), la société le fait pour toi. Et donc, oui, le problème existe. Le nier ne fais pas disparaitre le problème... c'est un peu comme si quelqu'un me disait "je suis triste, quelqu'un dans la rue m'a traité de moche", et que je lui répondais "mais non ! la beauté est dans les yeux de celui qui observe, donc personne n'est moche, donc tu n'as pas été insulté !" , c'est joli mais du coup ça ne fait rien avancer, et ne plus en parler ne fera pas arranger les choses, ni empêcher ton pote d'être encore persécuté sur son physique (c'était un exemple pour l'image). A partir de là, OUI le féminisme est utile, quel que soit le genre auquel tu pense appartenir, ou ton sentiment d'être avant tout un humain. Le but, c'est que justement, tu puisse vivre pleinement ta vie d'homme/de femme/ de tout ce que tu pense être, sans qu'on dise "mais putain soit un vrai mec !" ou "tu es douée en sport POUR UNE FEMME" (non, tu es douée tout court).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Le féminisme, un sujet qui me tient assez à cœur en tant que mec  !

Personnellement, je pense pouvoir me définir comme féministe. Normal me direz-vous, avec ma mère ayant largement eu plus d'influence que mon père sur moi ainsi que trois grandes sœurs, sachant que ma mère comme mes soeurs ont en commun d'avoir un sacré caractère et de ne pas se laisser marcher dessus, je crois que je peux me définir comme féministe : j'admire les femmes fortes, que ce soit physiquement (pourquoi une femme qui fait de la lutte ne serait pas attirante ? D'ailleurs, dans les univers fantastiques, j'aime beaucoup les femmes chevaliers/en armure. Vous l'aurez compris, j'aime le genre masculin, homme ou femme) ou mentalement (qui ne laisse tout simplement pas marcher dessus, qui sait s'imposer), quand une femme affronte un homme dans une scène d'action dans une série TV, inconsciemment je prends toujours le parti de la femme, ect.

Bref, je crois être féministe pour ce que j'ai dit dans le paragraphe précédent mais aussi parce que je me reconnais un peu dans ce qu'a dit Pistache, c'est à dire que le féminisme pourrait profiter à toute la société en général, c'est à dire aux femmes mais aussi aux hommes qui n'ont pas forcément le comportement du bon homme viril attendu... c'est sûrement mon cas, moins dans le physique mais plus dans mon psychisme. C'est vrai quoi, quand on arrêtera de juger la femme inférieure à l'homme, on arrêtera peut-être de faire chier les mecs plus efféminés et/ou plus émotifs. D'ailleurs en soit je pense que l'homophobie masculine est avant tout et surtout liée au sexisme : un mec baraqué, viril et masculin, on s'en moque bien qu'il préfère tâter du poireau, il y a même fort à parier qu'il serait intégré parmi les mâles alphas hétéros, j'ai l'impression qu'on préfère limite ça à un hétéro efféminé...

Je pense que le féminisme part d'une bonne intention à la base. En revanche, en effet, je pense que ça doit pas être quelque chose qui donne le droit à tout et n'importe quoi. Par exemple, pourquoi une femme qui "séduit" un homme contre sa volonté n'est jamais une violeuse ? Pourquoi un homme qui frappe sa femme est un connard, par contre l'inverse c'est tout à fait normal ? Pourquoi, dans une procédure de divorce, c'est la mère qui a toujours le plus de chance de récupérer le gosse à la fin ? Bref, hommes comme femmes sommes victimes de préjugés et d'amalgames, préjugés encrés au fond de chacun de nous car on nous a montré que c'était souvent comme ça et pas autrement... je dirais que les lobbies féministes ne font rien pour mettre en avant ces inégalités-là, ou tout simplement pour casser les préjugés envers la gente masculine pour mieux le faire pour la gente féminine : au lieu de faire d'une pierre deux coups, j'ai plutôt l'impression que le but  recherché reste quand même un nette favoritisme des femmes et pas une égalité pleine et entière.

Le mouvement militant en lui-même part clairement en cacahuètes, si bien que les gens pensent aujourd'hui que féminisme rime automatiquement avec connasse frustrée. Forcément, ce ne sont que ces dernières qui se font remarquer par lobbying, hélas, et qui emmerdent tout le monde vu qu'elles ont les positions les plus extrêmes (eX : on ne veut pas que toutes les héroïnes TV soient des bombasses, on fait pression pour que l'héroïne soient classique, par contre c'est toujours les mêmes mecs à la plastique de rêve...)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
PandoraReturn a écrit :
Je pense que le féminisme part d'une bonne intention à la base. En revanche, en effet, je pense que ça doit pas être quelque chose qui donne le droit à tout et n'importe quoi. Par exemple, pourquoi une femme qui "séduit" un homme contre sa volonté n'est jamais une violeuse ? Pourquoi un homme qui frappe sa femme est un connard, par contre l'inverse c'est tout à fait normal ? Pourquoi, dans une procédure de divorce, c'est la mère qui a toujours le plus de chance de récupérer le gosse à la fin ? Bref, hommes comme femmes sommes victimes de préjugés et d'amalgames, préjugés encrés au fond de chacun de nous car on nous a montré que c'était souvent comme ça et pas autrement... je dirais que les lobbies féministes ne font rien pour mettre en avant ces inégalités-là, ou tout simplement pour casser les préjugés envers la gente masculine pour mieux le faire pour la gente féminine : au lieu de faire d'une pierre deux coups, j'ai plutôt l'impression que le but  recherché reste quand même un nette favoritisme des femmes et pas une égalité pleine et entière.


On n'a probablement pas les bonnes sources, mais je vois ces problèmes évoqués régulièrement sur divers blogs féministes. Et ils sont tous liés justement au féminisme et aux clichés sexistes.
Un homme ne peut se faire violer, que ce soit par un homme ou par une femme, car c'est un homme, donc il est fort. Et se faire violer par une femme serait le comble du ridicule, une femme est faible.
De même pour l'agression, il est impossible qu'un homme se fasse frapper par une femme. Et même s'il venait à en parler, les clichés étant tellement ancrés dans notre société, c'est pas dit que quiconque le croit.
Enfin, pour la garde des enfants, cela revient à la femme car c'est son rôle de s'occuper de la maison et des enfants (par contre, il faut noter que la majorité des pères ne réclament pas la garde, et que quand ils la demandent, les pronostics sont bien moins sûrs).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pistache à encore une fois bien résumé la situation, le sexisme c'est comme beaucoup d'autres problèmes de sociétés. A savoir un manque d'éducation, de culture...

Un gros manque de réflexion de la part des gens qui ne savent pas distinguer le vrai du faux,qui vont prendre chaque déclarations, interviews, articles... comme argent comptant. Sans ce soucier de démêler le vrai et le faux.

Bref, sinon savez vous qu'à l'université, à Rennes par exemple, il existe des diplômes d'études sur le genre ? Je suis justement aller à un de leur colloque début juillet par curiosité, ça m'a donné envie de peut-être travailler dans ce secteur plus tard.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit