Les femmes, la féminité et le phallus

avatar contributeur Eve13008
Eve13008
19/11/2021 à 03:23 - 19/11/2021 à 03:38

Bonjour,

Non ce n'est pas un poème de la Fontaine.

Si je commence sérieusement à parler de ce sujet, je vais en avoir pour les heures.

Alors je me suis dit que c'est peut-être vous qui allez en parler pour moi.

Je suis curieuse de savoir ce que ce genre de titre vous inspire et surtout où l'on se place soi même pour parler du sujet :

  • trans ?

  • non binaire ?

  • bi

  • lesbiennes ?

  • gays ?

cela risque bien de changer la donne comme regarder une maison depuis le sommet d'un arbre ou du fond de la cave...

J'aurais du mettre comme titre :

les femmes, la féminité, la phallus... et le féminisme...

avatar contributeur Kombucha
Kombucha
19/11/2021 à 07:51 - 20/11/2021 à 07:35

Bonjour,

Je peux commencer le sujet en l’attaquant par l’angle de l’invisibilisation des femmes.

Quel que soit le domaine, les femmes sont effacées de la postérité. On met toujours en avant leur collègues masculins, quand on attribue pas leurs œuvres, leurs découvertes à des hommes.

En peinture par exemple, les œuvres de la renaissance au 18ème siècle qui étaient considérés comme majeures, étaient les peintures qui traitaient de l’histoire, de la mythologie, de la religion, domaine réservé aux hommes. Concernant les femmes, elles pouvaient peindre, des portraits, des natures mortes, des scènes de la vie, œuvres considérées comme mineures. Bien que talentueuses, et parfois reconnues pour leurs talents, elles ont été, par la suite, oubliées.

L’académie royale de peinture et de sculpture n’a accepté, en 150 ans d’existence, que 15 femmes, quand 500 hommes y ont été admis. Quand l’académie des beaux arts, par la suite, a été créé, en 1816, celle-ci était interdite aux femmes jusqu’au début du 20eme siècle.

Les artistes que l’on met en avant sont quasiment toujours des hommes. Picasso, Dali, Le Titien, Caravage, Monet, Gauguin, Kandinski… et j’en passe. Qui a entendu parler de Frida Kahlo, de Tamara de Lempicka, de Niki de Saint Phalle, de Lavinia Fontana, de Gabrielle Munter, et bien d’autres?

Dans le domaine des sciences, il en va de même, certaines découvertes faites par des femmes, ou avec l’aide de femmes sont attribués à des hommes

https://youtu.be/BDFPSpwP83s

Il y aurait tant a en dire, sur de nombreux domaines.

avatar contributeur Eve13008
Eve13008
22/11/2021 à 23:06

Et bien je ne pensais pas à ce genre de réponse en lançant ce sujet mais pourquoi pas.

Je crois qu'il y a une différence fondammentale entre les hommes et les femmes mais j'ai du mal à la cerner...oups... mon propos peut prêter à confusion.

avatar contributeur Kombucha
Kombucha
23/11/2021 à 17:59

Tu trouves qu’il y a une différence fondamentale entre hommes et femmes, tu peux être plus précise? Tu lances le sujet et tu dis que tu pourrais en parler pendant des heures, alors si tu veux bien développer.

avatar contributeur de Una Strega
Una Strega
23/11/2021 à 19:09 - 23/11/2021 à 20:00

Alors pour moi la différence fondamentale entre homme / femme , c'est l éducation ! le patririacat ,qui entretien l homme parce que musculairement et hormonalement il est plus enclin pour défendre son peuple et sa nation

donc en découle toute une éducation logique depuis des siècles qui tourne autour de certaine valeurs que l homme se doit de developper pour être digne de cet état

et puis alors il y a le phallus , cet outil qui consiste a planter une graine et prendre , a pénétrer où dorloter c est selon .

que l on compare a quelque chose de solide ( une bite , une dague où que sais-je ) pour affirmer que c est un outil de choix pour entrer quelque part et procréer , tout un mythe

alors quand une femme s aventure en dehors de son domaine de ventre et nourricier , dans le domaine de la domination intellectuelle où du combat , alors c'est une femme castratrice ( elle coupe quoi du reste avec son mental ?)voir qui a des couilles encore de nos jours .

est -ce qu une femme qui défend ses idées est-elle doté d un phallus intellectuel ?

je ne crois pas , je pense que c est un postula que certains hommes détracteurs veulent bien nous chuchoter où bien de façon tout a fait assumé être une femme phallique pour s 'octroyer ses qualités que les hommes et leurs attributs ainsi que leurs comportements en société .

certaine sportives qui seraient intersex serait choisi pour concourir mais cela devrait être caché sous peine d être disqualifiés par souci d'inégalité physiologique vis a vis d autre femmes .

il me semble pas que cela soit arrivé si elle concours avec des hommes ( j ai un doute )

ceci n est qu une parcelle de ma vision dans mon petit monde étriqué

espérons que cela change avec la sur médiatisation des conseils de Zeymour pour être un male alpha

parce que là j en peux plus

avatar contributeur Kombucha
Kombucha
23/11/2021 à 19:52

Effectivement, l’éducation y fait beaucoup. Et la vision véhiculée par la société de ce qu’est une femme ou un homme.

L’homme est actif, la femme passive.

Ces différences beaucoup de femmes l’intègrent comme une réalité, et occultent certaines de leurs aptitudes.

Par exemple, il y a eu une expérience avec des écoliers. Deux groupes mixtes ont été créés, on leur a présenté un exercice ou il fallait refaire une figure géométrique complexe de mémoire. A un groupe, on a dix qu’il s’agissait d’un exercice de géométrie, a l’autre un exercice de dessin. Dans le premier, les garçons ont été meilleurs, dans le second se sont les filles. Pourtant l’exercice était le même.

Source:

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/info-sciences/les-hommes-et-les-femmes-sont-ils-egaux-face-aux-mathematiques_1758325.html

Pendant des lustres la fragilité des femmes a été exacerbée. Par exemple, le marathon a été interdit aux femmes sous des prétextes fallacieux du type qu’elles risquaient de perdre leur utérus, ou de se masculiniser, etc… En 1966 Roberta Gibb a réussi à se faufiler dans le marathon de Boston et à faire un temps de 3h21. Mais sans dossard donc non homologué. Une autre femme c’est inscrite l’année suivante, sans que ça éveille les soupçons, jusque ce que un des organisateurs cherche à lui faire quitter la course, mais elle a été protégé par son compagnon qui courait aussi. Elle a terminé également la course.

avatar contributeur Tungstenn
Tungstenn
24/11/2021 à 00:00

je ne comprends pas la finalité de ce post, points de suspension (?)

avatar contributeur Kombucha
Kombucha
24/11/2021 à 00:40 - 24/11/2021 à 00:46

J’essaye de comprendre aussi le but.

J’ai abordé le sujet comme ça, parce qu’il me semble que la biologie femme, le genre femme, sont deux choses différentes aujourd’hui. Mais ça a été souvent lié. La femme, devait avoir un rôle, un comportement, des habits associés à son rôle. Et son rôle se justifiait par l’idée que la société se faisait de sa biologie. Le genre, la biologie, la sexualité étaient très liés. Mais c’était superficiel. On se conformait à ce que la société nous assignait comme rôle. A quelques exceptions près.

Dans un monde patriarcal la femme porte l’enfant, elle est un ventre, et à ce titre elle doit appartenir à un homme qui peut assurer sa descendance à travers elle. Le servir, s’occuper des enfants, de la maison. Il n’y a pas de place pour une sexualité libre, une orientation autre que hétérosexuelle, pour des goûts, des façons d’être différents que ce que son rôle exige. Le mariage étant une passation entre un père et un mari.

Aujourd’hui les choses ont changé, mais il reste des reliquats.

Je me défini comme femme parce que c’est ma biologie, mais pour le reste, je me moques bien de ces questions de genre, je suis juste un être qui a des gouts, des fonctionnements… Et je ne suis pas féminine, je ne veux pas être « féminine, parce qu’à travers ça on m’impose des goûts, des comportements qui ne m’appartiennent pas.

Les différences hommes femmes sont existantes fondamentalement, mais il y en a beaucoup, voir majoritairement, des construites socialement. A travers des rôles, des interdits… toujours sous prétexte de nos capacités, notre biologie, notre caractère.

avatar contributeur Eve13008
Eve13008
24/11/2021 à 07:11 - 24/11/2021 à 07:28

Citation de Kombucha #381390 : Et je ne suis pas féminine, je ne veux pas être « féminine, parce qu’à travers ça on m’impose des goûts, des comportements qui ne m’appartiennent pas.

Oui, être "féminine", est ce vraiment un dictat masculin ? Combien de profil ici indique "cherche femme féminine" ou "n'aime que les femmes féminines"... j'ai même entendu une fois une fille dire : "les femmes non féminine je ne supporte pas". Le plus souvent ces demandes emmanent de profils de femmes qui ressemblent exactement à ce qu'elle semble détester.

Trouve t'elle preneur ? Je me le demande.

Personnellement quand je vois ce genre d'affirmation, je le ressens avec violence. Qu'une femme puisse m'aimer parce que je suis "féminine" mais pas pour moi, quelle drolerie !

Est-ce un critère ? Je crois qu'on ne voit pas "la femme" (au sens de l'humain) quand on cherche la féminité et non la personne.

Même s'il peut m'arriver moi même d'être séduite par une belle tenue "féminine", ce qui me pose aussi question. Serais je capable d'aller voir une femme qui ne m'épile pas ?

Mieux de l'aimer ? Normalement, je devrais pouvoir le faire si je prétends aimer les femmes mais j'ai fait l'expérience et cela a été très difficile d'apprécier.

Et j'en reviens à ce que je voulais dire par le titre.

  • je suis un homme, j'ai un phallus : je ne suis pas féminin

  • je suis une femme 'masculine', je veux changer de sexe, tenir le rôle de l'homme avec mon phallus virtuel : je ne suis pas féminine mais j'impose aux autres de l'être

  • je suis une femme féminine hétéro : pas besoin de phallus mais ma féminité en appelle un.

  • je suis une lebienne ou bi, mais je suis féminine : étrangement j'aime bien les femmes qui ressemblent à des hommes et je peux aimer les phallus aussi.

Bref, quoi qu'il en soit l'absence de phallus est compensé par la féminité.... L'absence de féminité par une recherche de phallus.

Tous cela est dit avec beaucoup de cases et de raccourcis... mais c'est l'idée à approndir. Peut être ici n'est ce pas le bon format pour cela.

avatar contributeur de Dime
Dime
24/11/2021 à 10:08 - 24/11/2021 à 22:56

Citation de Eve13008 #381397

Je crois que la tendance actuelle consiste à vouloir tout niveler, en particulier entre hommes et femmes. Je pense que c'est une erreur. Les hommes sont diverses et variés, tout comme les femmes. Et la féminité ne se résume pas à des talons et du maquillage, tout comme la virilité d'ailleurs. La féminité est aussi une disposition interieure à l'accueil, au don, au recevoir, à l'écoute, à la sensibilité, etc...

Deux personnes ensemble doivent s'apporter mutuellement des choses diverses, intellectuelles comme physiques. Et sur le plan physique, il est nécessaire de trouver une relative complémentarité entre féminité et masculinité au sein du couple, y compris pour le cas des couples de meme sexe.

Je te rejoins donc sur ton propos (ta dite recherche de phallus étant bien-sur une image). Deux personnes de meme sexe ont aussi besoin de cette complémentarité masculin/féminin.

avatar contributeur Kombucha
Kombucha
24/11/2021 à 16:02

« Et la féminité ne se résume pas à des talons et du maquillage, tout comme la virilité d'ailleurs. La vrai féminité est une disposition interieure à l'accueil, au don, au recevoir, à l'écoute, à la sensibilité, etc... »

Ce n’est pas que féminin, c’est une disposition humaine tout simplement. Ce sont des qualités et elles ne sont pas qu’attribuables à un sexe…

avatar contributeur de Una Strega
Una Strega
24/11/2021 à 17:21

Citation de Kombucha #381434

je suis d accord avec toi , mais tu noteras que nous pouvons défendre cela , depuis les suffragettes , le droit de vote , le droit a l avortement et j en passe , rien n est acquis .

mais pour en revenir au phallus sa représentation est millénaire époque romaine ainsi que la femme nourriciére , reste a savoir si on s approprie un fétiche par une posture où une extension de soi

avatar contributeur de Dime
Dime
24/11/2021 à 19:13 - 24/11/2021 à 21:54

Citation de Kombucha #381434

Mouais. Toujours l'éternelle négation de la féminité comme celle de la masculinité.

avatar contributeur Kombucha
Kombucha
24/11/2021 à 19:39 - 24/11/2021 à 19:45

Toujours l’éternel stéréotype qui revient en boucle… comme si les femmes n’étaient que douceur, écoute compréhension. Les femmes violentes, autoritaires, etc… n’existaient pas.

Après ce qu’on appelle féminité, c’est une construction, on l’associe au genre féminin et à la femme. Déjà genre, sexe et orientation sont trois choses distinctes.

avatar contributeur de Una Strega
Una Strega
24/11/2021 à 20:44

Citation de Kombucha #381460

c est bizarre ta comparaison , la femme éternelle douceur versus , la femme autoritaire et violente , si c est cela être phallique je pense que c est trés réducteur .

moi j' ai une vision de la femme phallique , indépendante , qui enfante si elle veut et retourne au combat ( dans un monde régit par les hommes dans des hautes sphères ) c est a dire une femme combative , intellectuelle , qui se bat avec les mêmes qualités qu un homme , je reviens sur le terme phallique a cause du topic , je n en fait pas un obsession

En revanche je te rejoins sur la construction de sa féminité , dans le sens où l on choisie un mode de vie et que l on développe des outils pour ne pas subir un schémas dévolu ( indépendamment d une transition )

avatar contributeur Kombucha
Kombucha
24/11/2021 à 21:43

Ce n’est pas du tout ça, je veux dire que la vision de la féminité dont parle Dime est un stéréotype, qu’on attribue aux femmes. Il n’y a pas d’opposition, en attribuant certaines qualités ou certains défauts à la féminité on en fait des caricatures. Et pour moi un être humain, quel qu’il soit, est bien plus complexe dans ses traits de personnalités, dans son fonctionnement, qu’un individu binaire qui est ou n’est pas.

avatar contributeur de Una Strega
Una Strega
24/11/2021 à 22:16

Citation de Kombucha #381488

c est bien que l on puisse échanger comme cela et quand on ne saisi pas tout , d en re-discuter merci pour tes réponses éclairés 🙏

avatar contributeur de Jessica69
Jessica69
24/11/2021 à 22:47 - 25/11/2021 à 04:26

Citation de Eve13008 #380651

Avant de chercher une solution à un problème, j'ai tendance à examiner le problème lui-même.

En l'ocurence, tu mélanges genre ET sexualité.

Curieuse démarche. On peut être trans et être hétéro, homo ou bi. Idem pour les non binaires.

Cependant je souhaite réagir à ce qui te choque...

Tu aimerais qu'on t' aime pour toi et non ton apparence et c'est très légitime. Que tu ne puisses entendre qu'une personne cherche une femme feminine me trouble en revanche. Chercher une femme féminine n'est qu'un début... Il va de soit que l'exigence va plus loin... Que l'on attend derrière cette façade, une sensibilité, une intelligence, une culture, de l'humour, etc etc etc


Jessica Mrgn "Tout Homme a contre lui, ceux qui voudraient faire pareil, ceux qui feraient le contraire et la grande armée de ceux qui ne font rien" J.Clarety

avatar contributeur Kombucha
Kombucha
24/11/2021 à 23:21

J’ai une question :

Qu’est ce pour vous que la féminité ?

-habillement/accessoire

-caractère/personnalité

-physique



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr