Philo 2015 : «,Suis-je ce que mon passé a fait de m

photo de l'auteur Quandt1
Quandt1
Homme de 23 ans
Angers
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

Salut,
Que pensez-vous d'un des sujets proposés aux bacheliers de série littéraire :
 « Suis-je ce que mon passé a fait de moi ? »

Pour moi oui, car tout se qu'on fait au moment présent aura une incidence sur notre futur.  Moi, je me suis toujours dit que se serait-il passé, si la second guerre mondial n'aurait pas eu lieu :
- serons-nous là en ce moment, en effet pleins de familles ne se seraient pas déchirées, et à l'inverse d'autres couples ne se sauraient pas formées. 
- ou cela n'aurait eu aucun incident sur nous.


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Par défaut on est toujours au présent. Le passé est donc ce que l'on était. Prétendre que le passé agit sur le présent suggère que l'avenir ne dépend que de nous.

La boucle étant bouclé, nous pourrions conclure en disant que oui.
Quoi que l'on fasse on subit son passé, qu'on aille dans son sens ou que l'on soi contre.

Exemple : mes parents fument, je ne fumerai jamais ! Cela s'appelle de l'anti scénario, donc on est conditionné par son passé.

Autre exemple : je me suis fait renversé, je me laisserais pas abattre, je suis en fauteuil, ma vie est forcément différente. A l'inverse, je me fais pas renverser j'aurais été peut être tout le temps à me plaindre; Dans tous les cas je dépend du passé et des actions.

photo de l'auteur Quandt1
Quandt1
Homme de 23 ans
Angers
Là, je pense à un exemple au foot lors d'un match on dit souvent :
« si ils avaient marqué, on aurait gagner», or on en sait rien, car le match n'aurait pas recommencer dans les mêmes conditions et les comportements des joueurs n'auraient pas été le même. Certes on aurait pût gagner comme se prendre encore plus de but.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Y'a un truc qui me gène dans la question, c'est que la réponse (du moins celle que tout le monde va penser de prime abord) est déjà formulée dans la question, car elle dit toute seule que le passé nous a fait. En fait pour moi c'est une non-question, à peu près pareil que "est-ce que j'ai bu ce qu'on vient de me faire boire" donc j'ai du mal.

Par contre "suis-je UNIQUEMENT la conséquence d'évènements passés" ou "aurais-je eu une personnalité (quoi qu'il faut quand même définir ce que veux dire "être", est-ce que c'est une question de personnalité, d'acte, d’existence purement physique, c'est un peu vaporeux tout ça) différente si les événements passés avaient été différents", ça a déjà plus de sens ...
après je crois que dans tout sujet bac philo qui se respecte, la question est volontairement bancale pour voir comment les gens prennent la problématique.

Pour ma réflexion perso (en essayant de faire rapide), je dirais que le passé se constitue de choses qu'on a "choisi" (j'y reviendrais) lorsque l'instant était au présent, et de choses extérieures sur lesquelles on ne peut rien ou très peu (les autres gens, la météo, untel qui a du retard alors que toi tu étais à l'heure, etc). Une chose que l'on a choisie, à tel ou tel instant, implique que nous possédons un libre arbitre, ce que ferait que l'on pourrait modifier volontairement ce que l'on est si on le désire et qu'on fait des efforts en ce sens, et dans ce cas, que l'on est pas uniquement la conséquence de notre passé (choisi ou subit). Une grande partie de notre vie est passivement la conséquence du passé (ça me parait difficilement réfutable), mais nous avons quelque chose EN PLUS, notre libre arbitre, la possibilité de refuser de ce contenter de ce que la vie a "fait" de nous.

SAUF QUE. 
1) as t-on réellement un libre arbitre, ou juste l'illusion de faire des choix sans se rendre compte qu'ils sont conditionnés au milimètre près part tout notre bagage (cuturel, psychologique, etc), et que donc notre choix de changer, d'être ceci ou cela n'est indirectement que la suite logique des choses, que c'était infaillible qu'on allait faire tel ou tel choix ? Et donc ce n'était pas un choix, mais la suite d'une histoire déjà écrite.

2) même en partant du principe que le libre arbitre existe, faire un choix à priori indépendament de notre passé, reste la cause d'un changement future. Et lorsque que nous venons de changer, c'est grace à ce choix que nous avons fait.... dans notre passé, il y a même pas 5mn. Donc actuellement en cet instant, nous serions bien uniquement ce que le passé (même très proche) à fait de nous. Tout ça grâce à nous même, certes, mais notre nous-même du passé qui a eu l'idée de faire ce choix.

En conclusion, je dirais que d'instants en instants on est jamais la même personne, physiquement, psychologiquement, dans nos actes, etc... peut importe que l'évolution soit réellement choisie ou non. Théoriquement on aurait une infinité de "soi" possibles en fonction de ce qu'il se passe dans  notre vie, tu change un détail et hop ! tu peux devenir/découvrir en toi quelqu'un que tu ne soupçonnait pas du tout. MAIS on ne peut pas tout être, parce qu'on a qu'un seul passé (qui s'agrandit d'instants en instants, certes), et que l'instant présent et le futur qui en découle serait à mon avis conditionné au millimètre comme pour un domino express. On ne peut pas changer "un détail et hop !", car à ce moment là les dominos sont déjà tombés. Donc tout dépend ce que signifie "être" : une réalité au quotidien de ce que notre passé fait continuellement de nous, ou un "potentiel global" de tout ce qui aurait été possible avec des conditions initiales différentes ?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je suis d'accord, le "être soi" ne représente rien au final. La vraie question c'est plutôt de se demander "qu'est ce que le moi, qu'est ce qu'être"

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Tout à fait, c'est beaucoup moins évident à définir qu'il n'y paraît :) si ce n'est pas complètement abstrait...

À moins de dire qu'on est différent en chaque instant, si on veut se trouver une identité globale, à part peut-être l'ADN, soit le code de notre condition physique initiale avant que les influences venues de partout changent tout ça, je ne vois pas.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Notre passé des infinités d'interprétation possible. Notre vision de notre passé change au court de notre vie. Par exemple apres une rupture on repense aux moment avec sont ex qui sont douloureux mais quelque temps plus tard ca redeviendra de bon souvenir. Comment quelque chose peu nous définir si elle n'a elle meme pas de définissions propre. Selon moi notre passé ne peut faire de nous qui nous sommes aujourd'hui car tout dépend de l'interprétation et des conclusions qu'on en tire. Ce n'est pas parce que tu as fais une erreur dans le passé que tu en aura forcement conscience. Je pense que c'est le présent plus précisément nos actes présent qui fait qui nous sommes sous l'influence abstraite du passé

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Mais le passé est il entièrement subjectif comme tu le dis là ? Ou la somme d'événements concrets que quelqu'un d'autre d'omniscient pourrait décrire ?
Car même le simple fait de changer sa vision du passé (en gros que nos émotions et remarques à l'égard d'un souvenir change), reste un «événement» en soi. Le 12 juillet à 17:15, je repense à tel souvenir différemment que dhabitude, et cela me change un tout petit peu plus comparé à hier. Et cet «événement», à peine j'ai le temps de le decrire qu'il fait parti de mon passé... donc mon passé très proche vient de me changer. (Oui je suis chiante)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
il t'a changé quand tu la vécu donc c'est du présent. Je vais mettre un rappelle pour le 12 a 17h15 ^^

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ah oui pas faux, enfin je voyais pas ça comme ça. J'ai intérêt à avoir un sacré chamboulement le 12 à 17:15 ! 

photo de l'auteur YoungBlues
YoungBlues
Femme de 21 ans
Paris
Le sujet est tout d'abord à la première personne du singulier, incluant la notion de conscience propre à un sujet. Or, des événements ultérieurs à notre propre passé, comme la religion ou les guerres, peuvent influencer qui nous sommes, sans pour autant que ce soit "Mon" passé.

Cependant, la société dans laquelle chaque individu vit pousse ce même individu et peut en partie le conditionner à devenir une personne. Il en est de même avec notre inconscient qui se construit durant notre enfance et se répercute tout au long de notre vie; ou encore de notre éducation.

Mais, je pense sincèrement que nous sommes ce que nos choix ont fait de nous. En effet, nous choisissons d'agir en fonction de ce que nous voulons que notre futur soit. Ainsi nous faisons notre passé. Par conséquent, nous faisons nous-même ce que l'on est :)

Oui, j'ai pris ce sujet, et c'est une partie de ce que j'ai marqué ahah ! 

photo de l'auteur Quandt1
Quandt1
Homme de 23 ans
Angers
Youngblues tu nous dira ta note en philo, si tu es d'accord.
........

photo de l'auteur YoungBlues
YoungBlues
Femme de 21 ans
Paris
Du coup, pour ceux que ça intéresse, j'ai eu 13 en philosophie à mon bac L, donc j'en suis très contente sachant que les élèves de ma classe ont dû travailler deux tiers des notions du programme seuls ! (et on s'en est tous bien sortis, comme quoi ^^)

photo de l'auteur Quentin24
Quentin24
Homme de 22 ans
Lyon
Déjà, le sujet évoque une certaine passivité du sujet, à savoir le "Moi" face à son passé. Donc, cela sous-entendrais que nous tirons nécessairement des leçons de nos actions passées et que nous nous efforçons de ne pas répéter les mêmes erreurs par exemple. Le passé nous offre des expériences. Donc notre passé fait de nous ce que nous sommes aujourd'hui. 

Cependant, pour rejoindre ce que dit Pistache, est que la réponse qui va être apportée sera une réponse bancale du "Oui/Non". Justement, cette réponse bancale est tout à fait légitime car elle sous-entend de se demander si le passé est l'unique chose qui va nous définir. Et à cette question, il est évident que oui, notre passé est  la seule chose qui va nous définir. Personnellement, j'aurais tendance à rattacher l'inconscient comme partie intégrante de notre passé, vu qu'il est composé de faits, de normes sociales ou encore morale et plus généralement de notre éducation qui sont refoulés. L'inconscient est donc notre passé et comme l'a dit YB, notre inconscient nous influence chaque jour. 

YB a dit plus haut que ce sont nos choix qui font ce que nous sommes et que nos choix font notre passé. Je ne suis pas tellement d'accord, parce que nos choix sont faits en fonction de notre passé et donc, nos choix sont influencés par qui nous sommes. Donc nos choix ne peuvent pas réellement déterminer qui nous sommes, car ce que nous sommes détermine nos choix. Pour moi, nous agissons toujours sous l'influence d'un fait passé, que ce soit conscient ou inconscient. Donc pour moi, notre passé fait de nous ce que nous sommes. 

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit