Comment définiriez-vous la relation sexuelle ?

photo de l'auteur Pinson
Pinson
Femme de 34 ans
Bruxelles
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

acte banal, anodin, important, besoin primaire, nécessité hygiénique, partage, moment sacré, inutile, bestial, avec ou sans sentiments, amusant, ennuyeux, libération, besoin physique, besoin affectif, où tu veux quand tu veux, seulement avec amour, compréhension, communication, égoïsme, échange, reproduction, nécessité de couple, orgasme, plaisir, masturbation, superflu, danger, peur, pourquoi, pourquoi pas

Quelques idées en vrac comme ça...

Certains considèrent ça comme un acte de la plus haute importance, au point que ça les effraie, d'autres comme quelque chose d'une banalité incroyable, au point qu'ils se mettent en danger, d'autres encore ont des sexe-friends, alliant amitié et acte sexuel, ...

Alors, je me demande... ce qu'est une relation sexuelle, pour les BeTo'. Quelles sont les valeurs que vous mettez derrière, les besoins, voire même "à quoi ça sert"... ?

À vous la parole :) !



photo de l'auteur Urukan
Urukan
Homme de 29 ans
Bruxelles

1 remerciement

Beaucoup de gens sacralisent les relations sexuelles. je pense que c'est un vieux reste des religions monothéistes ou autres qui ont été des outils, très imparfaits, créés par ceux qui avaient de la responsabilité dans leurs tribus ou peuples, pour donner un semblant de règles. La procréation a toujours été un sujet de préoccupation et encore plus lorsque nous nous sommes sédentarisés car il a fallu s'occuper des questions d'héritage. Il n'est pas surprenant que la sexualité ait dû répondre a un ensemble de règles, règles qui se sont transmises, que l'on n'a plus discutées, et qui dès lors se sont transformées en morale...

je considère la sexualité comme un besoin biologique et comme tous les besoins, il apporte du plaisir lorsqu'il est assouvi. Ce n'est cependant pas pour cela que je vais multiplier les partenaires... que du contraire. Je considère aussi la sexualité comme un outil permettant d'apporter de la stabilité dans un couple. De plus l'intimité qu'apporte l'acte charnel modifie la relation que l'on a avec le partenaire.


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Sur le plan physique elle est ludique et attachante lorsqu'on est en couple, et somme toute naturellement très banale.

Sur le plan intellectuel j'observe qu'elle est chez les humains un monde illimité de passions, tendresses, alliances, richesse, naissances, violences, guerres, ruines, morts, etc, qui me semble assez bien représenté par le dieu Shiva qui est le duo phallus et yoni à la fois créateur et destructeur, et ses aspects féminins Parvadi génitrice et Durga destructrice. Le qualificatif qui me semble le plus adapté est intéressant, limite passionnant mais n’exagérons rien il existe des tas d'autres domaines humains passionnants.

J'ajoute que ces aspects apparaissent assez bien dans les actualités dont ils occupent une par significative et jamais nulle (édité)


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 43 ans
montpellier

J'ajouterais qu'un(e) bon(ne) partenaire sexuel est une personne que l'on va privilégier !


photo de l'auteur Lindos
Lindos
Homme de 36 ans
Lyon

41 remerciements

Le privilège du partenaire est un débat sans fin.

On reproche à Johnny d'avoir privilégié sa femme, aux parlementaires de privilégier leur femme et maitresses, aux religions de privilégier leurs coreligionaires, aux familles de privilégier leurs enfants, aux riches de privilégier les riches, aux blancs privilégient les blancs, aux hommes de privilégier les hommes, et même depuis peu aux femmes de privilégier les femmes.

Il n'y avait guère que les homosexuels pour ne pas privilégier les homosexuels, mais le sexe, évidemment homosexuel.

En fait il faut éviter de privilégier un groupe différent de celui qu'il est à la mode de privilégier. Et pour cela il faut se tenir au courant des privilèges à la mode, et ceux qui sont bannis.

Or il ne me semble pas à la mode de dire publiquement qu'on privilégie son partenaire, à fortiori si on est une personne publique risquant plus facilement d'être repérée.

Par contre c'est naturel de le faire ^^


photo de l'auteur Hope94
Hope94
Homme de 21 ans
Charenton

Je ne sais pas si pour moi il n'y qu'une seule façon de définir l'acte sexuels. Car même si on peut le réduire à une liste de différentes position que des corps peuvent faire lors de l'accouplement, en soit l'acte sexuels se vit à la fois physiquement et intellectuellement, et il est vécu différemment par tout le monde et à chaque fois qu'il se produit.

Cependant le débat que tu as lancé Pinson m'a fait penser à une phrase que j'ai entendu dans une de mes séries préféré "Sex is the reason we exist. Its not something to be afraid off. Its something to honor". Je ne sais pas si je suis d'accord qu'il faye honorer, célébrer, vénérer l'acte sexuel, mais c'est vrai que c'est un acte qui peut procurer de la vie, et que sans actes sexuels, nous ne serions pas ici en train de discuter son sens.


photo de l'auteur tazsud2
Tazsud2
Homme de 49 ans
Lyon

je pense que tu as fait une synthèse intéressante. Je rajouterai que le terme "acte" suppose d'agir mais quid d'un "acte" de toutes formes réalisées par soumission ?


photo de l'auteur Hope94
Hope94
Homme de 21 ans
Charenton

Soumission et passivité ne sont pas forcément synonyme pour moi. Puis une soumission peut être volontaire, désirée. D’ailleurs je trouve ça drôle qu'on parle de "passif" et "d'actif". Certes, il y en a soit une personne qui pénètre et une personne qui se fait pénétrer (si on simplifie les choses). Mais ce n'est pas nécessairement l'actif qui fait le plus d'effort. Puis celui dit "passif" amène l'autre à lui procurer du plaisir, n'est-ce pas alors lui qui dirige réelement l'acte? En tout cas pour moi, "passif ou actif, soumission ou pas", une relation sexuel se vit forcément à deux au moins, et engage que les deux y participent et soient consentant. Car à partir du moment où l'un des deux (ou plus) partit n'est pas consentant, ce n'est plus un acte qui se vit, mais un acte qui est subi par l'un des deux partit, et donc plus une relation sexuels.


photo de l'auteur Karlek
Karlek
Homme de 22 ans
Paris

Il est difficile selon moi de donner une définition à la relation sexuelle. Il faut déjà se poser la question de : "A quel moment peut-on parler de relation sexuelle ?" La plupart des gens diront que la relation sexuelle prend forme uniquement par le fait que le partenaire pénètre l'autre partenaire et ainsi un acte sexuel se crée ; comme on pourrait dire avec l'expression profane "faire l'amour". Cependant, cette définition n'omettrait-elle pas d'autres aspects de l'acte ? La relation sexuelle peut prendre également sa forme par des préliminaires ou autres actes visant à exciter l'autre. Les baisées et les caresses peuvent également être des formes de relation sexuelle sans pour autant qu'il y ait des suites.

Je pense qu'on ne sensibilise pas assez sur ce que sont les relations sexuelles et qu'on laisse des jeunes dans l'ignorance la plus total sur ce type de questions. Ce qui peut provoquer des incompréhensions et ensuite pousser certains jeunes individus à répliquer les actes qu'on leur a expliqué ou qu'ils ont observé comme étant des relations sexuelles.


photo de l'auteur MamGay
MamGay
Femme de 43 ans
montpellier

Lindos, je parlais de sexe : un "bon coup" peu importe la relation ( amant, ami, chéri) tu le privilégies d'avantage qu'un autre "nul au lit" ; à mon sens, rien que pour le plaisir sexuel, tu préserves la relation plus longtemps. je parle bien de la relation , pas de la personne ou personnalité de l'autre.


photo de l'auteur Pinson
Pinson
Femme de 34 ans
Bruxelles

Karlek, l’acte sexuel défini par la pénétration me semble effectivement extrêmement réducteur. Parce que les préliminaires, caresses, relations sans pénétration, rapports bucco-génitaux, tout ça, c’est aussi des relations sexuelles.

En tout cas, merci pour vos réponses intéressantes :) !


photo de l'auteur jeanluc66
Jeanluc66
Homme de 57 ans
Perpignan

Je suis assez d'accord avec MamGay. La relation sexuelle ayant une part non négligeable dans la relation, il est clair que meilleur sera le côté sexe, meilleure sera la relation. Dans ma propre expérience, je vois bien que ce qui manque et nous met mal à l'aise dans notre couple, à terme, c'est le besoin pour ma compagne de vivre pleinement sa relation lesbienne. C'est la raison de notre choix vers le polyamour.


Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit