la gentillesse: tare ou qualité?

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ce sujet est un débat, échangez et partagez dans la bonne humeur

On entend souvent elle ou il ou je suis trop gentil, bien que cela reste à l'appréciation de chacun on comprend que celle ou celui qui dit ça veut nous signifier que cette gentillesse peut lui porter préjudice à certains moments de sa vie sociale ou professionnelle. Je ne pense pas qu'il soit question de sourire bêtement ou tendre l'autre joue mais est ce que la gentillesse gratuite n'est finalement pas un acte de pure humanité trop peu souvent partagé? Commençons par définir ce qu'est la gentillesse, quoi de mieux qu'un exemple: j'envoie régulièrement un message (que je qualifie) de courtoisie à la personne que je viens de visiter (son profil) et je n'ai que très peu voir quasiment pas de réponse. En revanche toutes les personnes qui m'ont envoyé un message ont eu une réponse de ma part. Est ce que je suis gentil pour autant? Non ce n'est peut être que de la politesse... alors c'est quoi la gentillesse? C'est con mais moi j'aime ça, ça fait du bien la gentillesse quitte à passer pour un nié tant pis.     


photo de l'auteur MargauxLFP
MargauxLFP
Femme de 32 ans
Calais 62100

4 remerciements
Pour ma part la gentillesse sera toujours une qualité mais il y aura toujours des personnes pour en abuser.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Bah, tout dépend. Il faut faire ça dans la mesure. La gentillesse n'est jamais une tare, mais trop de gentillesse peut amener des ennuis, des déceptions. Être un enfoiré de temps en temps, ça fait du bien aussi. 

Quant à ton exemple, je pense qu'envoyer un message ne doit pas être obligatoire simplement parce qu'on a visité le profil de quelqu'un. En revanche, répondre à un message qu'on nous a envoyé, c'est tout à fait normal. C'est la politesse la plus élémentaire. Même si c'est pour dire que l'on n'est pas intéressé. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Tare, comme le dit Margaux il y aura toujours des personnes pour en abuser, mais le problème c'est que la grande majorité en abuse je trouve. :/ C'est une qualité à doser, mais ça devient une tare car la personne gentille est vite submergée

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La gentillesse n'est pas une tare, ce qui est une tare c'est plutôt d'être une bonne poire c'est-à-dire être dupe, naïf, niais, ne pas apprendre de ses erreurs.
 
Pour moi être gentil c'est ne pas refuser une faveur quelqu'un quand elle ne nous nuit pas, faire des choses bénévolement. quelqu'un qui va dépanner un jour son pote de 50 euros est gentil, celui qui va toutes les semaines lui en filer 50 sans jamais être rembourser est plus une bonne poire je pense ou alors quelqu'un de très riche qui s'en tape.

photo de l'auteur RedFeather
RedFeather
Non binaire de 26 ans
Grenoble

1 remerciement
Bonjour tout le monde :P ça fait du bien d'avoir des débats de ce genre ^^
Être gentil, en effet, c'est une qualité. Mais y a un équilibre, pas entre la gentillesse et la "méchanceté" mais entre la gentille et la préservation de soi.
Je pense, et je parle à travers mon vécu (peut-on vraiment parler sans être influencé par notre expérience ?), qu'on peut être gentil tout en ne s'impliquant pas tout le temps à fond. Ca veut pas dire qu'on n'est "pas vraiment gentil" ou hypocrite. Il s'agit de poser une limite à notre propre gentillesse pour en garder le contrôle.
Je ne me considère pas vraiment comme "trop gentil". Je suis quelqu'un de très gentil, souvent, mais ça reste ma façon d'être. Par ailleurs, j'ai pris conscience que la meilleure façon d'empêcher notre gentillesse de nous porter préjudice c'est de garder le CHOIX du moment où on est gentil, parce qu'on a le DROIT de ne pas l'être dans certaines conditions. On a le droit de refuser de l'être, soit parce qu'on nous le demande, soit parce qu'on nous l'impose subtilement. La gentillesse est un acte altruiste. Totalement, purement altruiste. Du moment où quelqu'un s'en sert, ça n'est plus de la gentillesse, c'est de la servitude. De l'exploitation. L'autre choisit pour nous.
Je pense que les personnes qui disent être "trop gentilles" ressentent un peu ce poids-là. On se sert d'elles et on les rend gentilles "malgré elles". Du moment où on devient TROP gentil, on n'est plus seul responsable. Celui qui se sert de nous pour assouvir ses besoins / envies / désirs / desseins... devient aussi responsable de nos actes. Parce qu'il les provoque, il fait appel à ces actes de gentillesse.

J'ai l'impression que les gens pensent qu'être gentil, c'est ne pas pouvoir / vouloir dire non. Comme si on n'avait pas le droit. Ce n'est pas ça, la gentillesse. La Gentillesse, c'est un désir d'agir POUR l'autre, de notre propre chef, c'est un comportement entièrement tourné VERS l'autre. On a tout à fait le droit de ne pas le faire. Est-ce que ça veut dire qu'on n'est pas gentil, parce qu'on va refuser d'être gentil à un moment donné ? Bien sûr que non. Notre personnalité n'est pas réductible à un seul acte mais à l'ensemble de nos actes. Une personne est une entité empreinte d'un passé, d'un présent ET d'un avenir. C'est pas parce qu'on peut dire NON à un moment donné que toute notre personnalité est empreinte de ce choix et va totalement changer. SI dans le passé on a toujours ou presque été quelqu'un d'altruiste, dire non ne va rien changer à ça. Quant à l'avenir, il n'est pas écrit. Aujourd'hui, je vais dire non à quelqu'un qui me demande 50€, demain je vais dire oui si cette même personne me demande de l'aide pour déménager, sans attendre de contre-partie, juste pour aider. Après tout, peut-être que j'ai pas les moyens, peut-être que même pour moi je les ai pas, les 50€, où simplement parce que j'ai pas envie, et alors ? J'ai le droit, non ? Pourquoi ça ferait de moi quelqu'un qu'on va juger comme "pas gentil" ? Y a aucune raison à ça. Si une personne se sent coupable de dire non, ça fait aussi d'elle une personne gentille. Et si elle se sent pas coupable, ça fait d'elle quelqu'un de méchant ? On peut être gentil de tellement de manières différentes. Ca veut pas dire qu'on doit l'être dans tous les domaines et tout le temps.

Je parlais de se préserver. C'est important de ne pas toujours dire amen à tout et n'importe quoi juste parce qu'on VEUT être jugé comme quelqu'un de gentil. Ou peut-être qu'on a besoin d'être perçu comme quelqu'un de gentil. C'est différent. Mais on peut être gentil, c'est-à-dire désintéressé, et ne pas l'être TOUT LE TEMPS. Il ne faut pas s'oublier totalement au profit d'autrui. Il faut un équilibre.
Quand on dit non, il faut l'assumer. On a de bonnes raisons et tant pis si la personne en face n'essaie pas de comprendre la réponse. Si elle s'énerve et nous envoie sur les roses, le problème ce n'est pas nous, c'est celui qui s'énerve pour ça.
Quand on dit oui, il faut aussi l'assumer. Ca reste quand même un peu notre choix, même si à un certain point (cité plus haut) les responsabilités sont partagées.

Comme le reste, être gentil ce n'est pas facile. Mais ce n'est pas grave si TOUS nos actes ne transpirent pas la gentillesse.

Si vous êtes gentils, restez-le. C'est une qualité qui devient de plus en plus rare et on sait de moins en moins à quoi elle ressemble vraiment.
Mais ne confondez pas non plus gentillesse et politesse.
On n'est jamais OBLIGÉ d'être gentil, obligation et gentillesse ne sont PAS compatibles, d'ailleurs ces deux mots articulés ensemble deviennent un NON-SENS.
La politesse est quelque chose de plus nuancé : on est tenu de rester poli si on veut garder de bonnes relations avec les gens. C'est normal. C'est une marque de respect.
On n'est pas obligé d'être respectueux mais c'est mieux quand on vit en société. Donc quelque part, on est OBLIGÉ de se comportement respectueusement en société. Et le respect c'est important. Peu importe que vous n'aimiez pas la personne en face. Quoi qu'il arrive, vous avez toujours une PERSONNE en face de vous.
La gentillesse, c'est un bonus. C'est dépasser le respect et s'impliquer personnellement. Mais c'est pas une obligation. C'est un choix.

Sebygo : Laisser un message à chaque fois que tu visites un profil c'est gentil. Parce que rien ne t'y obliges. C'est clair que c'est poli, respectueux etc, mais ce n'est pas une situation qui appelle nécessairement au respect. Ca reste une très grande marque de respect, en plus ça fait plaisir : c'est gentil.
Et tu as entièrement raison ; la gentillesse est un acte de pure humanité, trop peu souvent partagé, "de la bonne façon" du moins. Encore que, on ne tombe pas toujours sur les personnes les plus gentilles, et quand on (= les gens de manière générale) les rencontre on (= pareil, les autres) tend, consciemment ou non d'ailleurs, à corrompre cette gentillesse. C'est dommage.

photo de l'auteur RedFeather
RedFeather
Non binaire de 26 ans
Grenoble

1 remerciement
Citation de POzitivelif3 : La gentillesse découle d'un état d'esprit altruiste et allocentrique totalement contraire à l'état d'esprit de notre société actuelle calquée sur les lois de la nature, dualiste, capitaliste, individualiste, consommatrice, et égoïste, qui demande de marcher sur l'autre pour réussir, c'est là tout le problème. La gentillesse passe pour niaiserie, faiblesse et idiotie (étrangement les gens aux QI les plus élevés sont plus sensibles, compréhensifs, doués d'empathie), et d'autres adorent en profiter, se croyant plus malin, en jouant avec les sentiments, la sensibilité et la culpabilité ; pendant que toi par empathie et gentillesse t'as espoir pour lui qu'il/elle va changer, lol. Quand t'as compris que le malin est tellement persuadé d'être plus intelligent que toi pour te berner, plutôt que la sagesse d'apprécier ta gentillesse et ta générosité, à force tu te protège par un immense rempart, t'as pas le choix.


P*taaaaaaain, c'est exactement ça !! x) Je m'en veux d'avoir sauté ce post, j'étais trop pressé de répondre x) ^^"

photo de l'auteur Frantastic
Frantastic
Homme de 20 ans
Toulouse
C'est vrai qu'il y a une différence entre "être gentil" et "être une bonne poire" comme dit Nonobstant.
Et puis "trop bon, trop con" comme on dit. Il faut être gentil mais pas naïf.

Si on garde l'exemple de l'argent: si je me fais pas rembourser, je ne vais pas continuer à prêter de l'argent parce que je suis soit disant gentil. 

Si je devais donner ma définition de la gentillesse ce serait : "qualité d'une personne qui sait poser ses limites de manière raisonnable dans l'altruisme et la bienveillance"

photo de l'auteur RedFeather
RedFeather
Non binaire de 26 ans
Grenoble

1 remerciement
Frantastic : Je pense que ta définition est celle de la "sagesse", et non de la gentillesse ^^

photo de l'auteur Frantastic
Frantastic
Homme de 20 ans
Toulouse
Mouais, la sagesse c'est plus un concept pour moi qui implique gentillesse, justice, connaissance (scientifique ou autre), et tout.

photo de l'auteur RedFeather
RedFeather
Non binaire de 26 ans
Grenoble

1 remerciement
Je dis pas le contraire, je suis même d'accord ^^ mais du coup ta définition englobe tout ça, c'est tout ^^ (selon moi, évidemment).
Pour moi, la sagesse c'est le fait (ou concept) selon lequel on a conscience de nos limites et qu'on a le courage de les mettre en valeur, parce qu'avoir des limites n'est pas une tare.
La sagesse c'est accepter ces limites et les assumer pleinement, que ce soit dans le domaine de la gentillesse, de la justice, de la connaissance. La sagesse c'est admettre ça, et admettre qu'on peut parfois les repousser, et parfois qu'elles sont à la bonne place, sans pour autant en faire une vérité universelle. Elles sont à la bonne place pour nous. Si elles ne le sont pas, alors on se doit de les repousser jusqu'à ce que ce soit le cas.

Dans la sagesse, j'inclus également le fait d'accepter que rien n'est acquis et qu'au final, tout ce que nous avons ce sont nos limites. On ne sait pas tout, on n'est pas toujours bien placé pour juger (d'ailleurs, peut-on vraiment juger ?), notre gentillesse a des limites, etc. Mais si on veut les dépasser, on est seul à décider. Si on ne veut pas les dépasser, on est seul à décider. Et la sagesse, c'est d'assumer ces choix.

photo de l'auteur Frantastic
Frantastic
Homme de 20 ans
Toulouse
J'ai juste axé sur les limites de la bienveillance justement.

Pour moi la sagesse ce serait surtout : apprendre la connaissance, l'appliquer et la transmettre. C'est presque "être puissant spirituellement" (qualités, savoir, etc). Je trouve que la sagesse englobe beaucoup plus de choses que "être raisonnable dans sa gentillesse" (idée de la limite). 
Mais je te comprends aussi dans un sens.

photo de l'auteur RedFeather
RedFeather
Non binaire de 26 ans
Grenoble

1 remerciement
Oui oui, j'ai cru comprendre ^^ je parlais justement des différents axes. Mais du coup, tu penses qu'on peut maîtriser la connaissance au point de pouvoir la transmettre ?
Je pense que oui, dans un sens, mais je pense surtout qu'on peut transmettre ce qu'on sait, pas forcément la connaissance en elle-même, je veux dire... la sagesse c'est aussi une question d'humilité. C'est surtout cet axe que je défends personnellement :)

photo de l'auteur Frantastic
Frantastic
Homme de 20 ans
Toulouse
Je pense que oui. Si tu es doté de sagesse tu peux guider les gens et donc transmettre ta sagesse. Et bien "guider", pas dire "tu dois faire ceci parce que ça vient de ma sagesse et c'est ça qui est juste et  bon" ou "tout le monde doit faire comme moi parce que je suis la voix de la sagesse". 
Ça va plus dans le "conseil" que "l'imposition" de la sagesse, du bien, du savoir. Donc oui, on reste humble je pense :P

photo de l'auteur RedFeather
RedFeather
Non binaire de 26 ans
Grenoble

1 remerciement
Je parlais pas dans ce sens-là, parce qu'évidemment là aussi je suis d'accord avec toi. Imposer la connaissance, c'est du dogmatisme et c'est sans doute l'exact opposé de la sagesse.

Ce que je voulais dire, c'est : est-ce que tu penses pouvoir transmettre "beaucoup" si on part du principe qu'on ne sait "rien".
Quand je dis "on ne sait rien" je veux dire qu'il y a beaucoup à apprendre, et qu'au final il y a plus à apprendre que ce qu'on pense savoir. A quel moment tu considères qu'on en sait assez pour transmettre quelque chose ? Et à quel moment ça, ça devient compatible avec le concept de sagesse ?

Perso, je sais très bien que je peux transmettre des choses, évidemment, mais je sais aussi que je ne sais pas grand chose, donc je ne transmets ces choses qu'à une petite échelle. Et je sais que pour moi, c'est pour l'instant "suffisant" parce que rien que le fait de pouvoir transmettre quelque chose, quoi que ça puisse être, c'est quelque chose d'énorme en soi. Mais c'est que ma vision des choses, c'est pourquoi j'essaie de la confronter à ta vision de la chose x)

PS : rien à voir avec le débat mais quelqu'un peut me dire pourquoi le smiley "deux accents circonflexes" ne fonctionne pas ici ? :/Ca vient de mon ordi ou d'un bug Betolerien ? x)

photo de l'auteur BoumVoyageur
BoumVoyageur
Homme de 41 ans
Bordeaux

8 remerciements
Citation de RedFeather :  PS : rien à voir avec le débat mais quelqu'un peut me dire pourquoi le smiley "deux accents circonflexes" ne fonctionne pas ici ? :/Ca vient de mon ordi ou d'un bug Betolerien ? x)


"Ce n'est pas une défaillance de votre écran..."

https://www.youtube.com/watch?v=pQHbr664Z6c

C un nouveau "bug Betolerien" : je mets un espace entre... ^ ^

photo de l'auteur Frantastic
Frantastic
Homme de 20 ans
Toulouse
Ça part loin quand même Cx

Le savoir du sage ce serait le savoir essentiel sur la vie, le comportement, la façon de penser. L'essentiel, pas le superflu.
Pour avoir la sagesse il faut avoir cette connaissance essentielle déjà. Il y a beaucoup à apprendre, c'est vrai, mais c'est parce que le sage sait différencier, juger et comprendre parce qu'il a cette connaissance essentielle, encore une fois, qu'il peut en déduire sur des choses auxquelles il n'y avait pas pensé. Des choses superflues.
Je vois ça comme un rouage. Par exemple, tu as du papier et un crayon ( image de la connaissance essentielle), et bien tu peux dessiner n'importe quoi (image de ce qui a été appris grâce à cette connaissance essentielle).

Enfin je dis ça comme ça, je suis pas un spécialiste non plus Cx
Je ne donne que mon avis, j'ai peut-être tord aussi, je me trompe peut-être quelque part. ;3

photo de l'auteur RedFeather
RedFeather
Non binaire de 26 ans
Grenoble

1 remerciement
(HAHAHA merci Boum :P !!!)

Oui, ça part loin, mais les débats sont là pour ça, non ? ;)

D'accord je vois où tu veux en venir. Du coup la seule sagesse qui existe, selon toi, c'est la sagesse dans le sens "seuls quelques âmes érudites et pures y ont accès" ? Qu'en est-il de nous, simples mortels ? :/
Bon, j'exagère un peu, un peu de second degré que diable xP
Je vois ce que tu veux dire, vraiment :P
Mais donc tu penses que la sagesse est une fin en soi? Que c'est la "fin du voyage" et qu'on n'a plus rien à prouver à soi ou à autrui une fois ce "palier" atteint ?

Ah et je ne dis pas que tu as raison, ou même tort, hein? Y a pas de bonnes ou mauvaises réponses, je pense. Je suis juste carrément curieuse et j'adore questionner, pour voir jusqu'où un débat peut aller justement ^ ^
Peut-être que j'ai tort aussi, j'insiste assez sur les "je pense", je ne pense pas avoir raison ou tort, mais si on ne confronte jamais ses idées à celles d'autrui, on ne voit pas forcément si notre façon de voir les choses vaut quelque chose, si elle se tient. C'est aussi ça le but d'un débat, voir jusqu'où on peut aller soi-même x)

photo de l'auteur Frantastic
Frantastic
Homme de 20 ans
Toulouse
Oui c'est vrai ^-^
Je mets aussi des "je pense" ou des "ce serait" parce que bon.. C':

Mais ouais ce serait comme une fin de voyage à mon avis. Ce serait avoir la clé qui ouvre toutes les portes.
Ça resterait dans le domaine spirituel hein.  

photo de l'auteur RedFeather
RedFeather
Non binaire de 26 ans
Grenoble

1 remerciement
^ ^

Je vois :P Oui, là, clairement, on reste dans le spirituel. Mais je pense qu'en dehors d'un quelconque cadre spirituel, on peut aussi faire preuve de sagesse, justement. Je vois ça davantage comme une qualité, un trait de personnalité. Je pense qu'on acquiert de la sagesse quand on est capable de se remettre en question, qu'on est capable de savoir où on s'est trompé dans une situation donnée... Je pense qu'on peut être quelqu'un de sage, sans aller jusqu'à acquérir la connaissance essentielle dont tu parles. Bien sûr, j'admets qu'on puisse voir la sagesse comme quelque chose de spirituel, mais je pense aussi qu'on peut la voir autre part.
Peut-être parce que je ne vois pas ça comme une fin en soi. Je crois plutôt que tout est temporaire et qu'il n'y a pas de fin. Du tout.
Après, on part dans un autre débat et je tiendrai pas vraiment la distance, parce que je ne sais pas vraiment en quoi je crois. Et pour le coup ce serait aller vraiment, vraiment très loin dans le débat, haha! Mais disons que voilà, là où je peux être en désaccord avec ce que tu dis, c'est ça. Je ne vois pas la sagesse dans son sens spirituel, en fait.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit