Certaines réactions face à la bise.xualité ?

photo de l'auteur YoungBlues
YoungBlues
Femme de 21 ans
Paris
Salut les enfants !

Ce sujet a certainement déjà été abordé ici, cependant ces questions me traversent l'esprit assez fréquemment en ce moment. Donc, honnêtement et sans tabous, pourquoi les bisexuel/les sont parfois discriminés ? Que ce soit par les hétéros ou les homos. Je me permets de demander ça ici vu que la politique du site est la tolérance, néanmoins pas de langues de bois !

Est ce que c'est parce que le "concept" de bi, d'aimer les deux se.xes, n'est pas concevable par les autres et perçu comme impossible ? Est ce que certains voient comme "sale" d'aimer les deux se.xes et ce qui s'en suit ? Ou alors certains voient les bis comme des phénomènes de mode qui ne font qu'empiéter sur un territoire quelconque ? Ou encore parce que comme on aime les deux se.xes on peut et veut plus facilement aller voir ailleurs ?


/!\ Disclaimer/!\Je ne dis pas que les bis sont sans arrêts discriminés, loin de là, c'est seulement que des situations de rejet, de peur ou autre peuvent être possibles et j'aimerai comprendre pourquoi, alors si vous avez certaines réponses ou d'autres questions, faites vous plaisir o/

[color=#000000]Déplacement du sujet
[/color]


photo de l'auteur Demeth
Demeth
Homme de 23 ans
Nancy
Tout les Bi que j'ai connu/fréquenté était sentimentalement instable. Ca va du plan a 3 avec un gars une fille a "je trompe ma femme enceinte vec un homme" Peut etre que j'ai pas eu de bol, mais le ressenti général est la.

Apres, moi je sais que c'est par pure jalousie

1) Car moi je suis exclusivement gay, donc je ne connais pas l'autre terrain, contrairement à la personne
2) Car l'idée que le sexe opposé est pu partager les bras de mon cher et tendre me révulse.

C'est bête, c'est méchant, c'est enfantin comme raisonemment, mais, en gros, c'est ca.
Apres c'est a voir au cas par cas. Mais moi j'le ressens comme ca.

(vague d'insultes dans 3 2 ..)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La logique des choses voudrait que chacun soit bisexuel à un degré différent d'un autre. Certains ne s'en rendent pas compte, d'autres le savent. Il arrive parfois qu'on ne le sache jamais. Mais comme toute chose dans la vie, la sexualité fait partie de ces choses qui évoluent au fil du temps et peuvent éventuellement changer.

Certaines personnes disent que le rejet des bi-e-s est une forme de peur et de rejet de soi (un peu sur le principe de l'homo refoulé homophobe), car elles ont peur que leur sexualité change et qu'ils ne soient pas vu de la même manière dans la société. D'autres, au contraire, pensent que la bisexualité est due à une instabilité émotionnelle et sexuelle empêchant de pouvoir réellement définir une identité sexuelle au delà d'une simple orientation.

Pour ma part, je pense qu'il s'agit surtout d'un aspect de la vie qui n'est pratiquement jamais mis en lumière et trop peu expliqué. Les sociétés modernes commencent à peine à comprendre que l'homosexualité est normale et tout-à-fait acceptable, mais la bisexualité est encore dans "l'ombre" de tout cela.

Certaines personnes toutefois vont jusqu'à se dire bi-e-s parce que l'on parle beaucoup des LGBTQI depuis quelques années et cherchent à s'intégrer dans une communauté.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pour ma part, je pense que la bisexualité est une orientation sexuelle comme une autre. C'est un choix plus ou moins conditionné par l'environnement familial et social dans lequel on évolue et, bien entendu, par les expériences que l'on vit au fil de notre vie amoureuse.
S'agissant de mon expérience, j'ai toujours su que j'étais attiré par les deux sexes. Dès ma plus tendre enfance, je savais que je pouvais être attiré et nourrir des sentiments pour une fille, comme pour un garçon.
En ce qui concerne mon attirance pour les filles, je l'exprimais de manière plus ouverte (je dis "plus ouverte" car je suis quelqu'un d'introverti, donc qui ne se livre pas facilement sur ce plan-là) et je me l'avouais avec plus d'aisance puisque cette attirance est socialement admise et ancrée dans les traditions.
Seulement, pour ce qui est de mon penchant pour les garçons, c'était une autre affaire. 
Le fait d'assumer cette partie de ma sexualité m'a permis de prendre beaucoup de recul sur mes expériences et mes ressentis antérieurs. Ce que je veux dire par là, c'est qu'en analysant celles-ci à la lumière de mes expériences homosexuelles, je me suis aperçu que j'avais déjà eu des sentiments pour des gars auparavant mais que je les refoulais. Je transposais ça sur le mode d'une amitié très forte, d'une admiration soudaine, d'une sorte de dévotion pour la personne en question et ses qualités, pour une envie de leur ressembler etc. etc. quand on veut se mentir, on peut tout intellectualiser même ce qui ne peut pas l'être :D
J'avoue avoir conçu le rapport aux garçons comme un simple divertissement se.xuel, doublé d'une amitié ou d'une certaine complicité car l'idée d'être en couple ou simplement de tenter une expérience avec un gars m'effrayait. 
Tout ça est dû à un conditionnement familial certain mais aussi à la manière dont on me percevait socialement car on m'identifiait souvent selon le prisme homose.xuel (bien souvent pour le pire), ce qui ne correspondait absolument à ce que je ressentais intérieurement.

Depuis que j'assume cette facette de ma sexualité, tout ceci s'est réequilibré et je conçois pleinement l'idée d'être en couple avec un gars comme avec une fille. 
Enfin, je le dis et je l'affirme, l'infidélité, l'instabilité émotionnelle voire même la frivolité et les moeurs se.xuelle les plus douteuses ne sont inhérentes et exclusives à la bisexualité. Ces quatre faits que je cite se vérifient au sein de toutes les orientations sexuelles et je suis quasiment sûr de ne pas me tromper...

Après, il y a des manières de vivre la bisexualité que je trouve plus que douteuses mais finalement, elles utilisent les mêmes schémas...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Personnellement je suis d'avis que la bisexualité ne se mélange pas avec l'homosexualité, si vous avez votre sigle dans LGBTQI c'est pas pour rien. :)
De ce fait, vous ne vivez logiquement pas votre sexualité comme la vit un gay ou une lesbienne (et un hétéro aussi, d'ailleurs) puisqu'elle n'est par définition pas exclusive. C'est cette absence d'exclusivité qui peut faire peur, et pour les homos, et pour les hétéros, car elle reflète effectivement une certaine instabilité (je ne dis pas que bisexualité rime avec instabilité, je dis que c'est l'image qu'on en a).

Par contre, je déplace le sujet, qui n'est pas un débat, hihi :D

photo de l'auteur Quentin24
Quentin24
Homme de 22 ans
Lyon
Personnellement, je ne conçois pas la bisexualité comme quelque chose d'impossible ou de "sale". C'est une sexualité tout aussi normale que celle d'être hétéro, gay ou lesbienne. 

Après, comme il a été dit plus haut, pour moi la bisexualité représente une certaine instabilité du fait de non-exclusivité. Par exemple, si un mec me trompe avec un autre mec, je vais avoir tendance à me dire qu'il est allé voir ailleurs parce que je ne le satisfaisait pas entièrement mais que si un autre homme peut lui procurer, je peux aussi lui procurer. Cependant, si c'est avec une femme je ne pourrais pas combler ce manque, cette envie. (Je sais pas si je suis très clair ..) Cependant, je ne dis pas que bisexualité est nécessairement synonyme d'instabilité. Je ne dis pas que tout les bis le sont. Après, des gays et des hétéros peuvent très bien l'être aussi.

En ce qui me concerne, même si je n'ai rien contre eux, j'aurais du mal à me mettre avec un bi, pour les raisons que j'ai évoqué au dessus. Mais ce n'est pas pour autant que je vais les discriminer. :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je comprends votre point de vue Quentin24 et fredreamer. La peur de ne plus pouvoir combler son partenaire est une problématique commune à toutes les orientations sexuelles et, c'est vrai, elle est certainement plus sensible chez les bisexuelles car on a le "choix". Je comprends la peur du partenaire hétéro ou homo qui se dit que son corps ne sera peut-être plus à même de combler les besoins de sont partenaire car l'attrait de la "nouveauté et du différent" est certainement plus présente lorsque l'on parle de bisexualité.
Mais là, il y a une question qui se pose : "est-ce que c'est une question de d'orientation sexuelle ou de valeur morale ?"
Sous le coup d'une déception sentimentale, on peut se dire : "j'en ai marre des mecs, trop d'emmerdes, j'vais aller voir si l'herbe est plus verte du côté des filles". C'est une réflexion caricaturale et schématique mais, néanmoins, elle existe. et j'ai déjà entendu des gens, qui se déclaraient hétérosexuels, le dire en manière de plaisanterie.
L'attrait de la nouveauté, est-ce que c'est ça le vrai danger ?
Cet attrait, est-ce qu'il se manifeste davantage au niveau sentimental ou sexuel ? D'après vous hétéros et homos ?
D'après vous, toujours, est-ce que les bisexuels ont besoin d'avoir des rapports avec les deux sexes pour combler leurs besoin ?

Fred : Je suis totalement d'accord avec toi lorsque tu dis que les bisexuels vivent leur sexualité de manière différente. Il y a forcément des problématiques particulières à cet orientation, sans quoi, la distinction n'aurait pas lieu d'être et on pourrait dire que tout se vautet que tout est pareil :)
D'ailleurs, le "Q" et le "I", qu'est-ce qu'ils singnifient. Je connaissais LGBT mais pas LGBTQI

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ces mots signifient Queer et Intersex (et comme il faut 15 mots bla bla bla)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ok, merci, bla bla bla bla xD
J'ai relu le début de ton intervention et certaines personnes disent que la bisexualité pourrait être une normalité dans le futur, t'en penses quoi ?

Je précise que lorsque je parle de la bisexualité, je parle de mon cas; A aucun moment, je ne me pose en représentant de la bisexualité...En gros, je prends pas mon cas pour une généralité, c'est pour que ce serait bien que d'autre Bi interviennent. Pour l'instant, y'a que Miaou et moi qui sommes intervenus :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
La bisexualité EST déjà une normalité, au même titre que l'hétérosexualité ou l'homosexualité. Y a juste des gens qui l'acceptent pas.

photo de l'auteur Quentin24
Quentin24
Homme de 22 ans
Lyon
Je dois avouer que j'ai du mal à cerner ce que tu veux dire par "valeur morale". :s

Oui, il est évident que parfois, sous le coup de la colère ou de la déception, un gay puisse dire "j'en ai marre des mecs, j'vais voir comment ça s'passe avec une fille". Sauf que, comme tu l'as dit, ce n'est jamais de façon sérieuse que cela est dit. Après, les personnes qui mettent ça en pratique sont les bisexuels. Et a partir de là, je pense que ce sont des "périodes", c'est-à-dire que la personne va avoir une préférence pour les hommes ou pour les femmes sur une période donnée. (Quelques bis que je connais me disent que cela fonctionne par période, qu'un coup ils vont préférer un sexe ou l'autre et que cela change.)

Après, je pense que l'attrait de la nouveauté, comme tu le dis, peut être dangereux dans un sens car comme le disait Freud, les êtres humains sont bisexuels par nature. Donc notre coté hétéro ou gay peut toujours venir se manifester. Cependant, je pense et cela est seulement une conviction intime, que l'Homme, dans sa grande majorité, est enfermé dans un clivage hétéro/gay et que ceux qui sont bisexuels représentent une partie plus infime de la population. 

A la question de savoir si les bisexuels ont besoin d'un rapport aux deux sexes pour être épanoui, je n'en sais rien et je ne peux pas m'exprimer sur le sujet. Ne l'étant pas, je ne me permettrais pas de porter un jugement de valeur sur quelque chose que je ne connais pas. 

Si la bisexualité peut être une normalité dans le futur ? Je rejoins l'avis de LeMiaou, la bisexualité est quelque chose de tout à fait normal. Il faut juste qu'elle soit acceptée. 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Euh, en fait ce que je voulais dire, c'est que certaines personnes avancent le fait que l'être humain serait bisexuel par nature...Perso, j'ai pas d'avis x)
Si je devais me faire un avis sur cette affirmation, je dirais que c'est un parti pris...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Il faut aussi noter que beaucoup de gens confondent bisexualité et pansexualité, qui sont deux choses différentes !

La bisexualité garde la notion d'amour liée à l'identité sexuelle de la personne aimée. La pansexualité ne se réfère qu'à la personnalité de la dite personne.

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Ouais dans la bisexualité, la notion de genre est encore prise en compte alors que dans la pansexualité non...C'est ça que tu veux dire, miaou ?

photo de l'auteur Carmilla
Carmilla
Femme de 23 ans
Reims
Bonsoir ! Alors je vais sans doute partiellement répéter des choses déjà dites au dessus mais personnellement la réaction la plus récurrente c'est le "Ah mais être bisexuel(le) c'est être dépravé, ça n'a rien à voir avec les sentiments, ...". En gros pour certains on est bisexuel uniquement pour le sexe...  Ils n'ont pas encore assimilé que c'est simplement que le genre d'une personne n'a pas d'importance à nos yeux et que pouvoir aimer un homme tout autant qu'une femme ne veut pas dire les aimer en même temps. Résultat d'un côté les hétéros sont encore plus flippés face à la bisexualité qu'à l'homosexualité. Pour les homos j'dirais qu'ils sont plus tolérants mais il y en a toujours qui te claquent : "t'assume juste pas d'être homo..." moui certes, se dire bi est tellement plus aisé --'. Après je dirai que le problème est un peu comme celui des no genders, dans le sens ou si tu sors du système binaire ben... Ca met les neurones de certains (ou ce qui passe pour tel) à rude épreuve.
Bref, c'est sûr que les gens sont de plus en plus tolérants mais... Il y a encore du chemin à parcourir...

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Pardonne-moi Carmilla, mais tu confonds ici Bisexualité et Pansexualité. Quand on est bisexuel, on prend en compte l'identité de genre. Si le genre n'a pas d'importance pour toi, tu es Pansexuelle, et non Bisexuelle.

En gros. Une personne bisexuelle aime un homme et/ou une femme. Une personne pansexuelle aime une personne.

photo de l'auteur Carmilla
Carmilla
Femme de 23 ans
Reims
Oui alors ça je suis désolée, je vois pas de différence entre les deux x) (je saisis ton explication et ne remet pas en cause ta définition hein !, je trouve juste que c'est passablement similaire ).

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Salut,  
Je suis complètement d'accord avec Carmilla, beaucoup de gents confondent bisexualité et infidélité :-(
Bizarrement, quand je suis en couple avec un homme, la première réaction c'est "chouaite, on va pouvoir faire un plan à trois, ça devrait pas te gêner!" C'est le genre de chose qui m'exaspère, je peux aimer un homme, je peux aimer une femme, ça ne veut pas dire que je veux aimer les deux en même temps.
Et comme Carmilla, j'ai du mal à saisir la nuance entre bi et pan... serait il possible d'avoir de plus amples explications

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Si je ne me trompe pas:
Bi = Peut importe le sexe : mâle ou femelle
Pan = Peut importe le genre : masculin, féminin, trans

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Sinon, pour ajouter ma voix au débat, il y a déjà eu une discussion à ce sujet ici même et là aussi et pareillement, j'affirme que les bi sont victimes d'une forme d'exclusion liée à de la peur irrationnelle mêlée de méconnaissance. On les place comme des chauds lapins, prêts à partir au moindre coups de feu sur une nouvelle liaison.

Après, je suis moi même bi mais pas de la même façon qu'un autre. Certain sont attiré par les deux sexes mais ne ressentent pas le besoin d'avoir une relation avec un/une autre. Tout est une question d'identité et de personnalité.

Perso je suis très ouvert et je me sens attiré par les deux sexes de la même façon, et même si je n'ai jamais essayé avec une femme -un jour peut-être-, il n'en reste pas moins que c'est un homme que je veux aimer et avec qui vivre. Mais mon cas n'est pas une généralité, nous sommes tous et toutes différents.

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit