Automutilation

avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 19:32

Bonjour,Que pensez-vous de l'automutilation?C'est un sujet qui me tient à cœur car, vous l'avez peut-être deviné, je me mutile (légèrement hein).Je ne supporte pas que des gens que j'aime se fassent du mal, mais par contre cela ne me gêne pas du tout quand il s'agit de moi.L'autre jour en discutant avec une amie qui se mutile elle aussi nous en somme venu au fait que l'automutilation est une chose comparable au fait de boire ou de fumer lorsqu'on se sent mal. Nous sommes donc d'accord que l'automutilation est un moyen comme un autre de se libérer quand on se sent mal.Je sais que peu de gens comprennent cette chose là, sauf ceux qui se mutilent.J'aurais aimé connaître votre avis sur ce sujet là.Merci :)
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 19:38

Moi ma soeur s'est mutilé plusieurs mois à cause d'un effet de mode du collège, elle à inventé un prétexte a ses copines qu'elle à fini par croire elle-même, ça a été le début de long moment de peine etc .. pour la famille, puisque elle à été raconté plein d'autre mensonges derrière tout ça, afin de nous faire comprendre qu'elle allait pas bien, sauf qu'elle allait bien, c'est elle même qui se le disait quoi !  En bref, je pense que c'est d'une idiotie pure et dure, je ne vois pas ce que ça peut apporter, mise à part le fait d'avoir mal qui nous rapelle qu'on est toujours vivant, car souffrir nous fais tous vivre. Voilà tu as mon point de vue, mais ça ne veux pas dire que je juge derrière, chacun fait ce qu'il veut, donc toi aussi. En revanche, malgré tous les sujets que j'ai pu lire dessus, je ne comprend toujours pas comment vous pouvez le faire, c'est une sorte d'immaturité pour moi ...
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 19:42

Les enfants , l'auto-mutilation c'est mal ! M'voyez ?!  il me faut 15 mots , donc j'aime les chévres!
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 19:43

Bonjour Tommy, Effectivement, je pense que ta pratique de la mutilation, cette auto-agression est une tentative de se soigner d'un mal être, je suppose. Il est clair que chez toi supposé  mal-être ne peut se dire par la parole ou symboliquement pour le moment, par une maladie ou être pris dans l'addiction (tabac, alcool, etc etc) . Ton psychisme à choisi de s'en sortir comme ça, à travers la mutilation de ton corps.   As-tu pensé à consulter une personne qui pourrait te venir en aide ? Si tu veux je suis dispo en MP. 
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 19:45

God27, il n'est pas question d'immaturité ici, du moins dans la plupart des cas. On ne peut pas généraliser, et chaque personne vit sa souffrance et l'exprime différemment.  Quand on en arrive là, souvent c'est le seul moyen pour la personne pour exprimer sa souffrance. La souffrance psychique est comme matérialisée à travers le corps.. Tout comme on peut le voir dans certaines addictions, anorexies, boulimies et autres pathologies. 
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 20:04

Tu sais déjà tout ce que je pense mais je veux juste que tu te rendes compte toi et toutes les personnes qui se mutilent de ce que vous faites. Enfin réfléchissez à ce que vous faites, à l'acte en lui-même quoi... Enfin bref je t'aime fort mon petit Tom et s'il te plaît parles-en pcq je ne veux pas que tu continues à te faire du mal...
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 20:20

L'automutilation à la base c'est quand même un moyen physique de se sentir mieux et bien plus directement qu'à travers l'alcool. Je ne l'ai jamais fait (parce qu'à l'époque ou j'aurais pu le faire je ne connaissais pas ce genre de choses) mais si j'ai bien compris, lorsqu'on se taille, le corps sécrète de la dopamine (si je me souviens bien) pour rassurer le corps et éviter que tout se barre en couille et la dopamine est aussi l'hormone du bonheur et du bien être donc en gros, les gens se taillent pour forcer leur corps à soumettre leur cerveau et atténuer la douleur mentale. C'est horrible à dire mais les humains ont quand même trouvé la faille dans le système pour l'exploiter c'est horrible et magnifique à la fois.  Mais bon c'est mal parce que premièrement ça entraîne l'addiction et que faire joujou avec ses hormones c'est jamais un bonne idée. Il en faut vite toujours plus et toujours pire... Et puis aussi parce que c'est quand même pas la solution au problème et que c'est très dur à supporter pour les proches. Je suis vraiment en plein dedans en ce moment parce que je suis une fille sur Tumblr depuis longtemps maintenant et récemment elle à commencé à poster des messages légèrement suicidaires, j'ai appris hier qu'elle s'automutilait. Bien sur la pauvre choute habite à Londres donc j'ai énormément de mal à l'aider. Mais à force d'insister elle m'a filé son facebook. J'ai essayé de parler avec elle mais c'est très difficile et plus ça allait moins je me sentais compétente donc j'ai fini par contacter des associations et lui envoyer un lien (parce que tout doit se faire anonymement) mais bon je sais même pas si elle va faire la procédure quoi... Je sais pas trop si elle veux s'en sortir et c'est ça le plus important...
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 20:30

" à la base c'est quand même un moyen physique de se sentir mieux et bien plus directement qu'à travers l'alcool [...] le corps sécrète de la dopamine  (si je me souviens bien) pour rassurer le corps et éviter que tout se barre en couille  "  C'est l'endorphine (qui apaise) ! :) Hum, et l'alcool ou la drogue non ? Certains ne supportant pas l'idée même de se scarifier préfèrent se saouler. Pour anesthésier la pensée. c'est du pareil au même, le moyen exutoire est juste différent. 
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 20:46

Il fut un temps où je me mutilais. Et je peux dire, sans le cacher, que j'en ai toujours envie. J'ai juste plus de force pour lutter contre ces idées noires. Je pense que c'est quelque chose que l'on peut vraiment comprendre, uniquement si on l'a vécu. Que ce soit pour se sentir vivant (histoire de ressentir quelque chose, pour combattre le vide) pour oublier la douleur psychique par la douleur physique, pour se punir, ou même pour se rendre intéressant (je l'admets certaines personnes le font pour cette raison, mais je pense que c'est une minorité) la mutilation reste un signe de mal-être, un appel à l'aide. Sauf que oui, c'est dangereux. Je ne vais pas te faire un dessin. C'est dangereux physiquement, mais c'est surtout que cela devient une addiction. En effet, comme la cigarette ou l'alcool. Et puis, petit à petit on le fait de plus en plus souvent, de plus en plus profondément, et on va de plus en plus mal. Et une fois qu'on est pris dans ce cercle vicieux, c'est quasiment impossible de s'en sortir sans aide. Alors, s'il te plaît, fais toi aider. Pour les gens qui t'aiment, car tu les blesses aussi en te faisant du mal, et surtout pour toi.
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 21:44

Il existe un substitut à l'automutilation, ça ne marche pas chez tous mais ça vaut quand même le coup d'essayer, il s'agit de prendre des glaçons dans ses mains et de serrer les poings. Paraît-il que cela peut provoquer la même douleur, voir pire, mais ça dépend le degré de mutilation, c'est sûr que c'est pas aussi douloureux que de se saucissonner le bras avec un couteau de boucher et cautériser la plaie, mais en général avant d'en arriver là on s'est déjà fait repéré par l'entourage qui s'inquiète.
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 21:49

Pour moi l'auto mutilation est une manière d'extérioriser, une manière d'oublier ses problèmes. Quand une personne souffre, elle n'a plus toute sa raison et n'agit que par émotion. Elle est souvent seule face à ses problèmes alors au lieu de blâmer cette personne, autant l'aider ... non? ^^
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 22:13

Salut, je me suis mutilé légèrement aussi quelques mois.. Je ne parlerais pas d'auto-mutilation "effet mode", parce que je trouve que c'est très stupide de s'infliger ça juste pour faire comme tout le monde. Par contre la "vraie" auto-mutilation n'as rien d'un jeu, déjà la personne qui se fait ça ne s'en vante généralement pas auprès de ses ami(e)s mais surtout parce que je pense que c'est un moyen d'extérioriser un mal-être interne.ça nous fait nous concentrer sur une douleur externe, physique, donc plus facile à comprendre et à surmonter, et ça nous donne le sentiment d'aller mieux... quelques instants... Ce n'est pas immature, c'est une des conséquences d'un ou plusieurs problèmes qu'on arrive pas à gérer et qu'elle nous "aide" à oublier/affronter. Et de toutes façons personne n'as à juger ce genre de choses. Ta comparaison avec l'alcool et le fait de fumer est très intéressante, pour le fait d'être un moyen de s'évader, mais aussi pour la notion d'addiction. Je sais pas si c'est pour tout le monde pareil, mais pour certaines au moins personnes qui se mutilent, c'est une véritable drogue, et on peut plus s'en passer (comme tout produit qui nous fait nous sentir mieux). Parfois on à envie d'arrêter, mais c'est comme un fumeur qui veut arrêter de fumer: très dur, et ça peut être très long. 
avatar ancien membre
Ancien membre
02/11/2014 à 22:17

L'automutilation est une chose qu'il ne faut surtout jamais pratiqué et si c'est le cas, il faut arrêter le plus rapidement possible et en parler à son médecin. En connaissance de cause, je me suis scarifié donc moins grave que la mutilation mais tout de même, cela laisse des séquelles.  Je l'ai fait en Février 2012 et ma mère la découvert assez rapidement pour ma plus grande chance, au bout de deux semaines j'ai arrêté de le faire mais ça reste à vie. Aujourd'hui il me reste des cicatrices mais dès que la dépression fait son apparition, il est très dur de résister à la tentation et lorsque par chance, on réussi, on ressent une grande douleur dans tout le bras car ça nous appel à recommencer. Donc s'il vous plaît, à toutes les personnes qui liront ceci, arrêtez de vous mutiler, scarifier et tout autre chose qui permet de se faire du mal Déjà ça ne sert à rien et c'est vraiment très dur de s'en sortir mais ça nous suit toute notre vie alors il faut garder la tête sur les épaules et si ça ne va vraiment pas, le mieux est de consulter son médecin. Une vie est bien trop précieuse pour être gâchée et chaque personne, même si elle crois que ce n'est pas le cas (je sais de quoi je parle, je suis en plein dedans), chaque personne apporte quelque chose dans ce monde et à ses qualités et ses connaissances.  Je me suis souvent dévalorisé mais lorsque je me compare aux autres sur certains points, il est vrai que je ne suis pas si mauvais que ça et c'est le cas pour vous aussi !!! 
avatar ancien membre
Ancien membre
03/11/2014 à 01:47

Diverses raisons qui, je pense peuvent expliquer de tels gestes sur soi: -Déplacer la souffrance psychologique (qu'elle soit consciente, inconsciente, incontrôlée, subie) par une souffrance physique -se punir soi même -exprimer physiquement sur soi (et non sur les autres) ses ressenties négatifs ou frustrés -En dernier recours de vide absolu de vie intérieure, s'assurer que l'on ressent encore quelque chose (si on ressent la douleur, les autres sensations (et sentiments) ne sont pas finalement morts -se faire des jolies dessins à moindre coût sans passer chez un professionnel de l'aiguille
avatar ancien membre
Ancien membre
03/11/2014 à 07:49

Wow, c'est assez flippant. J'ai l'impression que tous les homos de France se mutilent/se sont mutilés. Si vous voulez de la dopamine et de l'endorphine, allez faire un footing hein ! Cette pratique relève clairement de l'expression d'un mal être psychique qui peut se soigner par diverses méthodes ! Encore faut-il en parler et ne pas se complaire dans son malheur ...
avatar ancien membre
Ancien membre
03/11/2014 à 11:24

Azertyhg, "Se complaire dans son malheur" a une fonction, bien que cela ne soit pas toujours conscient et utilisé pour attirer l'attention, on appelle ça le bénéfice secondaire du symptôme. Une recherche sur le net pourra t'éclairer sur le "pourquoi s'attache-t-on à son symptôme, maladie etc. "
avatar ancien membre
Ancien membre
03/11/2014 à 12:59

Arcadefire, merci pour l'info, je trouve toujours beaucoup d’intérêt à tout ce qui touche à la psychanalyse :) Mais ce bénéfice secondaire me semble être un cercle vicieux, empêchant la personne en proie au mal-être de sortir de ce système fait de souffrances psychologiques. Je continue à penser qu'il existe des tas d'alternatives totalement acceptables et bien plus saines que l'auto-mutilation. Si c'est un besoin quasi-pathologique de dopamine/d'endorphine pour se sentir mieux, le sport peut être une solution ! (quoi que, si j'ai bien compris, c'est un bénéfice primaire ? Toujours est-il que des options différentes peuvent être mises en places). Si c'est un besoin d'attention de la part de ses proches (souvent inconscient hein, je dis pas), le dialogue me semble approprié ... Je suis persuadé qu'il y a à chaque fois une ou plusieurs solutions envisageables. Encore faut il prendre conscience de sa détresse, et vouloir évoluer, mais je ne suis personne pour dire que c'est facile, bien au contraire. Et bien évidement, tous ces propos n'engagent que moi ... Chacun est libre d'exprimer son désaccord, c'est bien le principe des forums qui mettent en avant le débat ^^
avatar ancien membre
Ancien membre
03/11/2014 à 12:59

C'est clair que je préfère l'alcool à la scarification lol beaucoup moins douloureux et puis ça reste une boisson comme tant d'autres.
avatar ancien membre
Ancien membre
03/11/2014 à 13:04

J'aimerai juste dire qu'il faut réussir à en parler. Je sais que c'est extrêmement dur ! J'ai pris deux ans avant d'en parler. On ne peut pas toujours s'en sortir seul. Aujourd'hui, il m'arrive de la faire quand la fatigue, le stress et que la douleur à la tête sont trop importantes. Cela m'aide à me calmer. Après, cela n'est pas bien de le faire, c'est vrai. Il ne faut pas pour autant s'en vouloir et s'infliger une peine supplémentaire.


Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr