Freud et l'éducation

avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 19:19

Bonjour/Bonsoir à tous. Je suis actuellement en train d'étudier un texte de Freud qui pose la question de la répression du désir par la psychanalyse très intéressant. Dans ce texte consacré à l'éducation il nous parle de répression et de sublimation d'instincts puissants, mais l'une de ses phrases me pose problème et je ne sais comment l'interpréter : "Nos meilleures vertus sont nées comme formations réactionnelles et sublimations sur l'humus de nos plus mauvaises dispositions." J'ai déjà approfondi la question de la sublimation mais cette phrase me laisse tout de même dubitatif. Comment vous la voyez ? Merci d'avance chaque opinion peut être de la plus grande aide :)
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 19:31

Si je me souviens bien, le sur-moi est lié à l'éducation, qui est contraire au ça. A mon avis, "l'humus de nos mauvaises dispositions" fait référence au ça, qui est surmonté de "nos meilleures vertus", donc du sur-moi. Ça doit être une métaphore pour expliquer ces deux concepts.  Si c'est pas ça, j'ai une excuse : je n'ai pas fait L. ^^
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 19:35

Je te rassure je n'ai pas fais L non plus. ^^  Mais oui c'est intéressant, je savais qu'il y a avait une métaphore mais je n'arrivais pas à la comprendre. Merci je vais essayer de partir la dessus :)
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 19:35

Ouais 'fin faut savoir aussi que Freud plannait grave, hein, donc ça se trouve lui-même ne saurait pas l'expliquer s'il était encore là :P
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 19:38

C'est pour ne pas céder à nos pulsions qu'on agit de manière totallement opposée à celle ci, et qu'ainsi l'homme possède un certain nombre de vertues aussi grandes que les vices qui s'y opposent. En gros ça décrit le role du surmoi... Sinon je sais pas mais j'aurais essayer de t'aider ;)
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 19:47

Haha oui Freud paraît pour un homme quelque peu perché !  Merci beaucoup Antonis, tu m'as déjà aidé ;)
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 19:53

Oui y a ça, et aussi le fait qu'il adorait la poudreuse x) Ce que je peux dire, pour essayer d'aider (je ne vais pas faire que cracher sur l'bon vieux Freud... quoi que...) : le ça étant l'inconscient et le surmoi le pré-conscient (dans le passage de la 1ere à la seconde topique) ça voudrait simplement dire que nos actions les plus instinctives sont transformées en quelque chose d'acceptable (moralement, socialement) par le Surmoi. Le surmoi est ce qui régule nos "bas instincts" ou mauvaises dispositions pour les transformer en vertus. C'est un filtre entre l'inconscient et le conscient.
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 20:04

On peut remarquer que tu débordes d'amour pour Freud ! :p Mais même si tu ne le portes pas dans ton coeur tu m'aides beaucoup à son sujet ! Merci, ça doit être la poudreuse qui m'empêche de le comprendre (pourtant ...) 
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 20:25

T'as vu ça ? ^^ Non en vrai j'ai appris beaucoup de choses intéressantes à savoir qu'il était très bon menteur ^^ Il a jamais "guéri" personne de l'hystérie ou quoi que ce soit d'autre. Etonnant pour quelqu'un accro à la poudreuse pendant plus de 12 ans x) Toute sa renommée est basée sur des mensonges. Et puis tout ce qu'il pouvait dire de toute manière a toujours eu rapport au se.xe ce qui est franchement chiant, surtout quand t'es en psycho et que tu en bouffes de ses théories. C'est pas une question de l'aimer ou pas, c'est juste que ses théories, j'y adhère pas du tout ^^
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 20:27

Moi j'aurais tendance à être d'accord avec Freud sur ce point: le sexe, les désirs, ont une une grande influence sur notre façon d'être, nos réactions, etc.
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 20:33

Oh mon dieu, est-ce possible ? Un désaccord ? Entre nous ? :O Bon bref. Ouais je sais pas, dernièrement j'ai remis pas mal de choses en doute à propos de la psychanalyse. Ca a sûrement une influence, mais pas forcément celle que défend ce cher Freud ! Je veux dire... L'hystérie n'a pas pour seule et unique cause un vi.ol par exemple.
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 20:35

Aaaah, pour ça, ma connaissance de la théorie de Freud est trop maigre. Sur l'Oedipe, la construction de l'enfant, tout ça, je trouve qu sa théorie explique assez bien les choses, même si le désir d'un enfant n'est pas le même que celui d'un adulte, enfin je crois :p
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 20:44

Moi j'en ai trop, on échange ? :P Là encore je me heurte vi.olemment à cette théorie. Je pense qu'on ne peut pas partir du principe que l'enfant rentre TOUJOURS en conflit avec son parent du même se.xe pour asseoir sa sex.ualité, sa domination, etc.. Enfin je sais pas, ça me pose problème. Ca voudrait dire qu'en tant qu'homose.xuel on a toujours été en conflit avec le parents de se.xe opposé... Ca me parait gros ^^ Bon après ça c'est qu'une réflexion non aboutie, me tirez-pas dessus non plus hein ^^
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 20:48

C'est sa sexualité ou son genre qu'il construit? Pour ma petite histoire, j'ai toujours eu une relation avec mon père tout à fait "normale" selon la théorie freudienne, sans avoir été pour autant en conflit avec ma mère. Du coup, me suis-je construite dans cette relation en tant que fille, ou en tant qu'homo?
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 20:54

Non mais je suis plutôt d'accord avec toi RedFeather, comme si on était disposé a être en conflit avec le parent du même sexe pour se construir sexuellement ou dans la hiérarchie familiale, comme une obligation à écouter Freud que je ne comprend pas vraiment Oo  Après Freud je ne le connait pas plus que ça (on a échangé qu'un seul verre), et ses thèses me sont plutôt étrangères mais ses affirmations sont tout de même parfois controversées 
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 20:57

Ah là tu me poses une colle ! ^^ Je pense pas qu'à l'époque il y ait eu vraiment distinction. Maintenant mon avis c'est qu'on construit sexualité et genre à ce stade du développement. Donc à ce moment là tu te construis en tant que fille. C'est pendant l'adolescence, ou au stade pré-pubère, que sexe et genre"peuvent prendre des chemins opposés" (encore une fois, c'est ma réflexion personnelle hein ^^) Ce serait pour ça qu'on se pose ces questions à partir de l'adolescence ou peu avant. Faudrait que j'y réfléchisse de manière plus approfondie.
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 21:02

Malgven : Il s'est construit une renommé d'innovateur dans le domaine, il a trouvé le moyen d'être convaincant ! Tous ses collègues dans ce domaine se sont peu à peu détachés de lui, d'où la controversion. Il correspondait beaucoup avec Carl Jung, à qui il disait l'exact contraire de ce qu'il affirmait au reste du monde, comment veux-tu rester crédible aux yeux des autres après ça ^^ ?
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 21:04

Tu as peut être parfaitement compris depuis tout à l'heure mais je vois ça comme la capacité pour l'individu à faire acte de reconversion. En effet sur l'humus c est à dire en quelque sorte sur le terreau infertile de nos plus bases qualités, ou de nos plus faibles aptitudes à, grâce à  la sublimation, la transcendance s'élever et faire une transformation méliorative. Capacité de surpassement, de dépassement. 
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 21:52

Salut Malgven Pardon de mettre mon grain de sel, d'autant que ça risque de ne pas plaire... Oui alors freud "à su être convaincant", simplement car il a eu le mérite de défricher le terrain à une époque où par exemple si une femme avait du plaisir en faisant l'amour, c'est qu'elle était "malade". Ca, c'est juste pour bien avoir à l'esprit ce qu'étaient les idées de l'époque ! Dans la même veine, les "scientifiques" estimaient qu'il était impossible à une femme de voter (et plus généralement de s'émanciper), parce que leur cerveau était comparable à celui d'un singe !! Donc LA grande idée de Freud a été de vouloir théoriser la psychanalyse. SA grosse erreur a été de se prendre en référence. Il a ainsi projeté dans ses théories ses propres troubles mentaux, à savoir le sexe et la relation ambiguë qu'il avait avec sa mère, etc... De son vivant déjà, certains de ses confrères se sont éloignés de lui... Et cela fait quelques décennies maintenant que d'autres écoles de pensées ont vu le jour. Et pour le coup, ces écoles sont largement moins sujettes à controverse ! Je regrette car j'ai bien conscience que mon post ne va pas t'aider beaucoup dans ta compréhension dudit texte... sauf peut être à t'amener à prendre les choses avec philosophie si jamais tu devais prendre une taule avec ton prof ;) Au point où j'en suis d'ailleurs et compte tenu du niveau de l'éducation scolaire en France (26ème en sciences sur 40 pays), sans doute dans quelques décennies, on en aura "officiellement" fini avec le père Freud et ses théories franchement "orientées". Allez, un dernier pour la route (chuis en forme ce soir !) : vu les hommes politiques que nous avons, c'est à se demander si c'est leur intérêt de faire changer les choses mouhahaha !
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 23:28

RedFeather, pour une fois que je tombe sur quelqu'un qui pense exactement la même chose que moi à propos de Freud, ça fait plaisir ! Merci, je vais me coucher de bonne humeur xD ahah ! Et au sujet d'Œdipe : étant homo mais ayant été en conflit avec ma mère, dois-je en conclure que je suis une hétéro refoulée ? ahahah ! Non décidément, je n'adhère pas à Freud !
avatar ancien membre
Ancien membre
28/10/2014 à 23:36

Alice0308 : Le plaisir est pour moi, alors ^^ Je suis ravi de mettre les gens de bonne humeur, surtout à un tel moment de la journée xP
avatar ancien membre
Ancien membre
29/10/2014 à 11:44

Pendant 1 an mon prof de philo ne nous as parlé quasiment que de Freud.. Et ses théories personnelles. J'adhère pas non plus à ses croyances (en fait je suis plutôt d'accord avec Redfeather). Il relie tout au s'exe et son complexe d’Œdipe là! Pure bêtise, on peut être en conflits avec ses parents pour des tas de raisons, (y compris l'affirmation de sa sexualité, mais pas forcément). Et même ceux/celles qui grandissent sans entrer en conflit avec un ou ses parents ne sont pas pour autant différents des autres.
avatar ancien membre
Ancien membre
03/12/2014 à 23:47

salut les betos ben voila ce bon vieux sigmund qui réa-parait!!! Que de conneries ont pu être dite en se parant du voile de la science freudienne!!! Tiens j'ai dis "science"??? Houla vite faut que j'aille chez mon psy machin chose, j'ai fait un lapsus révélateur!!! Mais voila ou je voulais en venir,d'une théorie on en a fait une science!!! Mais la différence c'est qu'en science ce sont les preuves qui définissent une théorie!! En spychanalise c'est le contraire le théorie fait forcément accorder les preuves!!!(ou qui le deviennent) Mais il ne faut jamais oublier, que la psychanalyse à été élaborée à la fin du 19eme siècle , époque ou la société etait emprisonnée dans un carcan de conventions. Alors oui cela peut faire du bien a certains mais ne jamais oublier qu'a force d'analyser on oublie de vivre!!
avatar ancien membre
Ancien membre
04/12/2014 à 00:26

Et de rappeler Homoerectus61, que Freud a toujours fait de l'inconscient une hypothèse, et elle l'est toujours à l'heure actuelle :) Lui même le disais en tant que neurologue, que si un jour la science trouvait un lieu / ou un inconscient, il serait ravi.  Comme vous dites, la psychanalyse a été élaboré à partir de 1895 par tonton Freud, et depuis il y a eu des évolutions et surtout des révolutions comme la psychanalyse sait si bien en créer des courants post-Freudiens qui ont su le critiquer existent, lire et critiquer Freud c'est bien, le lire dans le contexte de l'époque c'est mieux. On ne peut pas prendre ce qui a été dis dans un discours social, à Vienne, au 19ème pour argent comptant au 21ème siècle.  Depuis les choses ont avancé.  Nb : je pense qu'on peut considérer la pensée psychanalytique comme un outil pour travailler avec les patients / clients (selon points de vue). Restons ouverts aux autres courants qui évoluent très vite comme la neuropsychologie, la psychologie cognitive etc grâce aux sciences ;) Au plaisir :-) 
avatar ancien membre
Ancien membre
04/12/2014 à 14:29

Je pense que par cette phrase Freud essaie de nous faire comprendre que ce qu'on appelle les vertus sont en réalité une réaction de notre sur-moi vis-à-vis de nos propres pulsions et que par là la vertu n'est pas naturelle. De plus, on peut également l'interpréter comme étant une satire de l'éducation qui est une formation intellectuelle donnée par la société par rapport à nos penchants quels qu'ils soient; par cela on peut donc en déduire que les vertus ne sont en vérité que des constructions de l'esprit et donc qu'elles ne sont pas innées.
avatar ancien membre
Ancien membre
04/12/2014 à 22:57

C'est marrant rien à voir dans la matière (mais qui c'est?) mais ça me fait penser au raisonnement de Bourdieu dans la Distinction  quand il simplifie " on crée sont goût en le formant sur ce dont on est dégoûté" j'interprète donc ce quoi on ne veut pas ressembler. Les gars pas besoin de faire L pour philosopher,  effacer le mythe de nos jours qui (je tire par les cheveux je scalpe même) nous dicte qu'il faut faire des études de philo pour philosopher ,  rappelez vous Socrate  qui philosopher de façon pratique dans la rue. C'est marrant Freud il m'avait fais me poser la question que peut être des fois on chercher du sens là où il n'y en avait pas mais bon  le principe de "à chacun sa vérité" libèrent nos réflexion de toute chaîne non? sur le sexe qui aurait une grande influence sur notre vie, il me semble que c'est un concept assez primitif et que la société occidental l'utilise comme moteur des humains mais sinon il suffit de regarder les moines boudhistes ou autre part dans le monde pour voir que c'est une alimentation placebo  du sexe qui fait penser qu'il est important...  
avatar ancien membre
Ancien membre
06/12/2014 à 01:28

je reviens vers vous apres fait vous avoir lu!!! Ce que je pense de la psychanalyse , comme la religion, dont elle à pris la place, est en fait c'est un moyen pour la société, pour faire entrer les gens dans une norme!! la société ne supporte pas ce qu'elle ne peux controler, comprendre ou accepter!!! Et si d'aventure quelque chose ne rentre pas dans ses normes ,elle va vite se depecher d'en créer une autre pour lui trouver sa place!!!e pire c'est que l'on arrive a faire croire aux gens que s'ils ne rentrent pas dns une moule ou une norme,ils ne sont pas normaux!!!ou socialement acceptables!!!! Mais qu'est ce que la normalité?? '(dans le sens entrant dans la norme)un élément  non normal est il dangeureux??? ce qui m'amène a cette question: un gay est il dangeureux??? L'essentiel est d'etre heureux a sa manière avec ses propres normes!! Merci Albert, pour moi rien n'est absolu tout est relatif!!!
avatar ancien membre
Ancien membre
06/12/2014 à 13:56

La psychanalyse respecte éminemment la singularité du sujet, c'est le contraire des sciences qui dé-subjectivent et traitent les patients comme des objets (pensons notamment au DSM). Ne vous méprenez pas !  :) 


Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr