La liberté d'expression.

Membre Anonyme
Mise à part en ce qui concerne les atteintes à l'honneur, jusqu'où pensez-vous qu'on devrait laisser la liberté d'expression aller ? A-t-on moralement le droit de tenir des propos racistes en public par exemple ? Je me pose la question, vu que je suis pour que les gens puissent se faire leur propre avis ... Mais que d'un autre côté, interdire tel type de discours (par exemple le discours raciste) peut avoir de bonnes conséquences sur une société dans son ensemble. Enfin bien entendu les choses sont loin d'être simples ... A vous !
Membre Anonyme
Vaste sujet, fort intéressant! La liberté d'expression est le bien le plus précieux que nous ayons! Nous ne bénéficions pas d'un recul nous permettant de savoir si être libre de s'exprimer est bon ou pas. Parce que dans tout ça, quand on laisse aux gens la liberté de s'exprimer, il y a des personnes qui disent de belles choses, et il y a des gens que nous nous complaisons à appeler "tripotée de connards" qui profèrent des vilaines choses qui ne nous plaisent pas. D'ailleurs, dans quelles conditions laisse-t-on un individu s'exprimer? En France, n'importe qui a le droit de tenir des discours publics, tant qu'ils respectent la constitution. Et dans une utopie parfaite, chacun serait capable de démêler le vrai du faux dans les discours (politiques, oui), afin de se faire sa propre opinion. Mais en vrai, la démagogie et les belles tournures de phrases, ainsi que le capital d'empathie pour un personnage public, mettent leur nez dans l'histoire, et c'est ainsi que sont nés les métiers de la communication. Ce qui fait qu'au final, il devient facile d'embobiner les gens, de les manipuler. Et en France, on est bien placés pour savoir qu'une foule en colère, ça bastille... pardon, bastonne!  Mais nous voyons (enfin je vois) le côté pervers de la chose, car on vit dans un pays où on ne nous condamne pas à 91 coups de fouet avec sursis pour avoir dansé déguisé sur "Happy" de Pharell Williams (pour ceux qui ont raté l'info: >> lien?). En France, personne ne verrait d'inconvénient à cela, mais en Iran, ça dérange... Il y a un côté pervers aux libertés qu'on laisse à l'Homme, car justement, il est libre d'en profiter à bon ou à mauvais escient. Pour ma part, je pense qu'il faut avoir foi en l'Homme pour qu'il sache distinguer le bien du mal, car de plus en plus, nous avons accès à l'éducation. Pour ceux dont la vision du bien et du mal est (mmmh... disons...) décalée, la justice fera son oeuvre. _____ En fait je me rends compte que j'ai répondu un peu à côté... Je suis partie dans mon délire sur l'Homme, là... Bref, a-t-on le droit de proférer des paroles racistes en public? Dans la mesure où c'est anticonstitutionnel, non. Là où les orateurs excellent, de nos jours, c'est dans des manières de faire comprendre à leur auditoire, de manière détournée (restant constitutionnellement bienséante), des propos visant telle ou telle communauté. Autrement dit, ça n'est pas vraiment condamnable, mais ça a le même impact, ou presque. C'est là que ça se complique, car on ne peut pas condamner les sous-entendus...
Membre Anonyme
Je suis globalement d'accord avec ce que tu dis :) Mais après d'un autre côté je trouve ça dommage d'interdire de dire certaines choses vu que du coup on passe peut-être à côté d'idées et aussi parce que ça fait assez manichéiste ^^' Mais malheureusement l'Homme est trop maléable (il suffit de se souvenir de l'arrivée d'Hitler au pouvoir en Allemagne) pour ne pas mettre des barrières à la liberté d'expression.
Membre Anonyme
On peut parler de tout mais pas avec n'importe qui. Tu vas pas aller faire ton discours raciste en pleine citée, auprès d'un groupe de jeunes (ok, gros stéréotype, mais bon z'avez compris l'idée). Par contre à la campagne, t'auras aucun soucis à te faire entendre sur ça.  Donc en gros pour moi il ne devrais pas y avoir "d'interdit" (hormis tout ce qui est insultes sur tous sujets, qu'ils soit religieux, raciste, ou autre), dans la mesure ou (dans un monde utopique) les gens se respectent entre eux et savent juger ce qu'ils peuvent ou ne peuvent pas dire devant telle ou telle personne (sans parler d'hypocrisie...)
Superponey
Vaste sujet en effet... Pour moi, la liberté d'expression doit être totale tant qu'elle est bien amenée, bien argumentée, et surtout respectueuse envers l'interlocuteur(-trice). Sinon c'est tout de même un sujet assez complexe, où s'arrête la liberté d'expression, qui peut se sentir légitime pour en fixer les limites ? Hum hum
Membre Anonyme - Modification par Seabirds le 13/10/2014 - 19:08:40
-> d'un autre côté je trouve ça dommage d'interdire de dire certaines choses vu que du coup on passe peut-être à côté d'idées et aussi parce que ça fait assez manichéiste ^^' -> Pour moi, la liberté d'expression doit être totale tant qu'elle est bien amenée, Moi je trouve ça normalde la limiter. L'expression des idées peut atteindre des gens incapables de discerner si un propos est bien-fondé ou non (les enfants en premier). Combien de personnes se laissent avoir par les propos ultra-simplificateurs du FN, qui ont l'énorme avantage d'être tout à la fois simples, percutants, compréhensibles, faux et débiles ? Le moins que puisse faire l'Etat et de protéger les gens au minimum dans la sphère publique. Comme le disait Jawax, même avec les restrictions constitutionnelles, beaucoup arriver à se faufiler dans les mailles du filet, et à véhiculer des idées stérilement haineuses. Je ne préfère pas imaginer ce que ce serait si c'était carte blanche... En France, la liberté d'expression ne restreint seulement "que quelques" domaines (sécurité, incitation à la haine, insulte... ). On a donc basiquement éliminé les domaines d'expression où les idées ne sont pas forcément les plus à même d'apporter une avancée sociétale... :D Je préfère une interdiction pure et simple de dire "connard de nègre on devrait te brûler" ou "on veut pas de pédés en France" plutôt que d'autoriser ça en attendant de voir le bon sens émerger de la masse... Non, je n'ai pas forcément grande confiance en l'Homme et ses foules instables. Je vois la circulation des idées comme les courants atmosphériques, une suite de perturbations, flux, transmission de proche en proche... avec évidemment un comportement chaotique et des ré-équilibrages violents, parfois incompatibles avec le fonctionnement classique d'une société. Par ailleurs, imaginons un instant qu'il n'y ait pas de restriction à la liberté d'expression. Je conseillerai illico à tout le monde de sortir leurs gamins des écoles. La libre diffusion des idées ne doit pas non plus entraver la liberté de penser... qui à un âge où on est en pleine construction (enfance, adolescence...) a son importance, ses limites, et donc ses mesures de protection :) Celui qui aura vu American Story X verra l'influence que peut avoir un simple transfert d'idées parce qu'il provient d'une figure emblématique/familiale. Interdire certains discours évite qu'au sein d'un groupe il y ait "contamination", ou tout simplement donne une mesure juridique pour intervenir. On retrouve un peu ces idées dans la conception française assez radicale de la laïcité, à savoir que pour respecter toutes les religions, l'Etat n'en reconnait aucune, et laisse  ainsi chacun libre de faire ce qu'il veut... en privé. Transposons une discussion libre de toute restriction au cadre de l'entreprise... et on commencera à avoir des situations délicates, avec des déséquilibres de force de par la hiérarchie, des possibilités de pression et des positions d'influence... Bref une liberté d'expression totale me paraît étrangement anti-démocratique. Mais par ailleurs, la liberté d'expression est généralement la première à disparaître en régime totalitaire...
Membre Anonyme
Pour ma part je citerai juste JK Rowling "Les mots sont à mon avis notre plus inépuisable source de magie. Ils peuvent à la fois nous infliger des blessures et nous porter remède." Interdire n'est de toutes manières pas empêcher.
Membre Anonyme - Modification par Seabirds le 13/10/2014 - 19:10:25
-> Interdire n'est de toutes manières pas empêcher. Mais ça a l'avantage de donner un cadre juridique pour punir, donc dans le fond, prévenir et dissuader.
Membre Anonyme
Vrai, et je suis d'accord. Mais ça n'a pas l'air de bien fonctionner. Depuis trois ans l'homophobie n'a jamais été aussi élevée en France (bien que les choses semblent se calmer), et les gens ne s'en cachent pas. Il en est de même avec l'islamophobie, et l’antisémitisme, et pour la plupart des discriminations en général. Et plus le temps passe, moins les gens le cachent. Certains en font leur fond de commerce. Et tant pis s'ils sont punis, ils sont riches et/ou puissants. Et ca fonctionne même en dehors de la discrimination, suffit de regarder la politique internationale.
Membre Anonyme
Est-ce que l'homophobie monte, ou les actes et paroles homophobes sont plus dénoncés? De même, on se dit qu'on vit dans une drôle d'époque, que c'était bien plus calme avant... Mais c'est surtout la présence des médias, et le côté instantané et omniprésent de l'information qui s'est largement accru. Parenthèse close.
Membre Anonyme
Voyez-vous, dans notre société je considère la liberté d'expression comme étant une pure utopie.  Même aux Etats-Unis où l'on tolère les membres du Ku klux klan et d'autres groupuscules politiques assez extrêmes dans leurs idéaux, cela reste tolérable dans la mesure où ça ne fait pas trop de vague et où les gouvernements gardent le contrôle. Ceci, au nom de : l’intérêt collectif. Pourtant, qui sommes-nous pour juger ce qui est bon ou mal? Tout cela reste purement subjectif. Je crois que l'Homme n'est pas fait pour être libre dans ses idées, lorsque l'on s'écarte un peu de se que l'on considère "sain" nous nous faisons caillasser sous prétexte d'être des exilées de la bonne pensée. Tu peux accepter le racisme, la haine de l'autre lorsque tu atteins un niveau de sagesse élevé. (Du moins, comparable à celui de gourou spirituel.) Personnellement, je n'arrive pas à tolérer la violence gratuite non-justifiée. Pourtant, je ne me considère pas comme une coincée du fessier. C'est juste qu'arriver à un stade, la bêtise humaine me choque. Peut-être qu'avec de l'entrainement et du recule, un jour, nous pourrions tous parler de tout et n'importe quoi. Mais, je n'y crois pas.Celui qui réfléchis un minimum ne peut s'imprégner d'un discours qui n'est pas le sien ceci au nom de sa propre liberté de pensée. Peut-être qu'un enfant peut lui parler de tout sans arrière pensée? Tu peux comprendre une idée mais ne pas y adhérer et toujours garder, au fond de toi, se dégoût de préjugé. Nous pouvons parler de tout, mais il faut savoir en parler avec intelligence. Les discours racistes sans base solide ce n'est pas intéressant. Encore s'il y a de la matière : Parlons inceste, pédophilie, cannibalisme... Après, il y a la frontière du tabou, cela est une tout autre chose mais ça rejoint l'idée de la liberté modérée d'expression.     
Membre Anonyme
Ta liberté s'arrête où commence celle des autres... À méditer ;)  Bonne soirée !  20 mots et des broquettes 20 mots et des broquettes 
Membre Anonyme
Tout à fait Clemence4522, j'ajouterai même : « La liberté n’est pas au commencement, mais à la fin. La liberté est le fruit du bon ordre. »

Sujets similaires
  1. sexe/genre, est ce pertinent ?
  2. Ce priver de sexe ?
  3. Les personnes déscolarisés
  4. Je n'arrive pas à m'accepter
  5. Vive la france
  6. Parler mal de son ex.
  7. Les rapports sexuels à plusieurs.
  8. Binder bonne ou mauvaise chose?
  9. Pourquoi le mariage ? Vilebrequin Lepidoptere
  10. Un grand supermarché humain ?
  11. Vie à la campagne / Métiers agricoles : un frein aux relations ?
  12. On est isolé du monde

  S'inscrire pour participer