Coming out au travail Pour ou contre

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

Au travail , parler de soi et se devoiler est un art delicat . Alors que de plus en plus d´entreprises encouragent a faire tomber les barrieres entre vie professionelle et personnelle , comment savoir ou placer la limite ? Comment être soi, sans se desservir ( paraitre insociable car on evite de parler du weekend passé avec son sa partenaire ) ? Peut on parler de son opinion Politiques ou son orientation sexuelle sans craindre que cela soit utilisé à nos dépends?

avatar contributeur Mistnight
Mistnight

Se poser ce genre de questions est déjà une preuve du hack de cerveaux oppérés par certaines entreprises (pour pas dire le capitalisme) afin de pousser toujours plus loin leur intrusions dans la vie privée des gens et celà jusque dans leurs sous vetêments..

Le progré et l'avenir sont en marche !

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

Bonjour

pour ma part j´estime que cela releve de la vie privee et ne regarde en rien l´univers professionnel. seules mes collegues/amies sont au courant apres si cela s´apprend malgre moi cela ne sera pas grave a mes yeux non plus mais non je n´eprouve pas le besoin de faire mon coming out dans cette sphere la.

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

Citation de Mistnight #342816

Le hacking du cerveau pas vraiment

on se retrouve juste dans des situations / face au mur

je pense que dans certaines situation il savere difficile de cacher la personne avec qui vous pargagez votre vie ( ou famille ). vous devez parfois declarer votre situation familiale sur votre lieu de travail .

ou bien dans des situations tout a fait annodine les collegues que vous cotoyez du lundi au vendredi ( peut etre depuis des annees ) converse avec vous sur vos vacances,votre weekend, vos enfants etc ...les afterwork..... bref tt le relationnel peut parfois saverer compliqué lorsque l'on cache cette grosse partie de soit ... vous ne pensez pas ?

dire qu'on est celibataire pendant x temps et declaré un congé maternité parternité d'un coup souleve des questions non ?

avatar contributeur Mistnight
Mistnight

De mon point de vu le problème viens de ton postulat de départ comme quoi ne pas discuter de son week end avec son/sa partenaire serait passer pour asociable et desservirais tes intérêts.

Ton véritable intérêt au contraire est de protéger au mieux ta vie privée, y compris autour de la machine à café.

Quitte à prendre un masque moins sociable que ce que ta personnalité te dicte en général.

A moins d'avoir de vrai amis dans l'entreprise et là oui il faut savoir être subtile dans la gestion des conversations.

Les collègues sont des collègues, si eux aiment s'épancher sur leurs vies privée c'est leurs choix.

Rien ne force vraiment chacun à faire "comme tout le monde". Les "conventions" sociales qui ce font passer pour des diktats moraux perso je dis non merci.

Les ragots sur les autres je suis pas fan non plus. C'est même parfois plus déstabilisant qu'autre choses (déjà appris un truc que j'aurais préférer ne pas connaitre).

C'est peut être radical mais je crois que pour vivre heureux il faut vivre caché, et dans aucune des entreprises que j'ai pratiqué je ne me suis retrouvé dans la situation d'être au pied du mur.

Quand au fait d'être celibataire et demander un congé parentale il n'y à pas forcément de lien directe non. Les familles monoparentale existent et quand bien même ont te poserait des questions sur ce "statut", il n'appartient qu'a toi de choisir d'y répondre sincèrement ou non.

Je préfère qu'on théorise n'importe quoi derrière mon dos en me prenant pour un asociable plutôt que d'exposer ma privée véritable au tout venant afin d'être plus intégrer au troupeau. Et oui je suis du genre utopiste qui applique du mieux possible ses convictions quitte à déranger.

Il y a même des fois ou j'aime bien faire des vagues je le confesse.. ;)

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

Bof.

Au début, je cachais ma vie privée à tout le monde. Puis au final, maintenant je m'en bat un peu les cacahuètes de ce que peuvent penser les gens. C'est sûr que parfois ça parle derrière ton dos, mais en général, je m'entends toujours bien avec les gens et ceux qui sont pas contents, ils peuvent toujours venir me parler ^^ !

C'est quand même plus sympa de faire de ses collègues ses amis que de simples humains de travail. On passe plus de temps avec eux qu'avec n'importe qui (hormis son ou sa chéri, et encore...).

Bon après je ne raconte pas n'importe quoi non plus, mais je ne cache pas ma sexualité et je n'ai jamais eu de problèmes !

Après chacun son avis ou sa façon de vivre. :)

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur
- modifié par BoumVoyageur le 05/10/2020 - 21:55:50

Rien que le mot "coming out" terme que je trouve tellement "arriéré" : on ne devrait pas le faire => son "coming out" 💔

C pas une question d'être pour ou contre : C juste être soi-même !

Quand on est spontané, naturel, authentique : on s'en fout des préjugés !

Perso : que ça soit au Canada ou en France => à partir des échanges que j'ai avec les gens, j'ai jamais caché ce que je suis : j'aime dire que G "un esprit bi" & que j'aime les mecs !

Je me comporte comme "les hétéros" dans mes échanges en public en toute transparence sans complexe.

Il suffit juste de s'imposer comme individu avec sa propre personnalité, son propre tempérament : sans vouloir à tout prix se revendiquer "différent" des autres !

Pour moi : il faut banaliser ce sujet en société peu importe l'orientation sexuelle. On parle bien de position politique ou encore de religion en public !

Il faut rendre banal, ordinaire ce genre de discussion avec les gens d'où l'importance de s'imposer sans revendiquer !

avatar contributeur de KeiJapan
KeiJapan

Personnellement, non, trop risqué. De plus, si dans le boulot il y a une personne homophobe ou qui veut nous nuire, raison de plus de ne pas le dire. Après ça dépend des gens.

avatar contributeur Missunshine
Missunshine

Sujet bien intérressant ...

Je suis plutôt du genre à ne pas le cacher car je ne sais pas mentir ! Et puis jusqu'où peuvent mener ces mensonges !

La collègue qui demande alors ton mec il fait quoi dans la vie ? on répond quoi ? qu 'on est celibataire, alors qu'on vit en couple?! que notre compagne s'appelle Marcel et on en parle au masculin ?

Personnellement je n'arrive pas à faire ça et je n'arrive pas non plus à éviter les questions personnelles, car le problème est là ; la curiosité des gens ! Et en meme temps on passe 8h par jour avec eux, certains, je vois sur le forum ,se plaignent de profil sans photo ici , mais qu'en est il de passer 8h par jour à coté de quelqu'un et cacher son vrai visage en lui faisant croire qu'on est celibataire ou avec Marcel ? !

Je suis moi, ca plait ca déplait ca m'est égal, j'ai fait le choix de m'assumer, et j'avoue que parfois je me prends un peu la tete avec ma compagne qui, elle , serait du genre à dire qu'elle est celibataire ... ca me pose un problème... mais ca c'est un autre problème !

La seule chose qui me déplait c'est que cela nous met dans une position qui peut être un peu délicate selon l'environnement, et l'entourage, ça nous oblige à nous dévoiler, et on peut avoir l'impression de devenir la lesbienne de la boite ( meme si selon la taille de la boite et les stats eh bien je ne devrais pas etre la seule ! mais vous etes où ? !! ), mais à coté de ça, ça met de la simplicité là où il n'y en a peut etre pas.

Pour moi, il ne s'agit pas d'un coming out, mais juste d'être moi-même.

avatar contributeur de Jstophe
Jstophe

A mon ancien job, mon directeur disait : sa vie privée et personnelle on la laisse au vestiaire.

Je ne lui donne pas tort, d'autant que moi homo et lui du genre homophobe.

Je reconnais et j'étais conscient que je n'étais pas le même au travail et ailleurs. Pas le même comportement, pas la même façon de m'exprimer, pas la même manière de considérer les gens.

J'avais alors une collègue lesbienne, et elle le clamait haut et fort (un peu énervant à la longue).

Sa compagne venait quelquefois sur le lieu de travail, elle était reçue amicalement.

Cette collègue a appris sur la tard que j'étais gay, par contre son amie l'a su dès la première fois qu'elle m'a vu ...

Quelle perspicacité ! Je précise que je ne suis pas du tout efféminé. Ma "virilité", c'est ma vie intime.

A mon avis - il faut dire que je n'ai travaillé que dans de petites structures - dans une petite entreprise, il peut y avoir une ambiance "familiale", qui incite à se confier. Dans une grande société, surtout à un poste non-cadre, il faut rester à sa place et donc être discrêt dans certains domaines.

Mais comme souvent, chacun voit comme il le sent, chacun voit midi à sa porte.


Sauf erreur de ma part, j'ai toujours raison.

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

Citation de Jstophe #342940

Le problème cher Jstophe c'est que parfois tu n'as pas le choix.

Si je prends mon cas en exemple quand tu es transgenre tu n'as pas d'autre choix que faire ton coming out partout et espérer que ça passe. Surtout quand des fois tu l'as fais en famille ou avec tes amis mais pas au boulot. Quand tu te "trompes" de voix en retournant au boulot le lundi matin c'est galère^^

L'orientation sexuelle tu n'es pas obligé c'est un fait mais pour raconter ton weekend quand tu dis "la personne dont je suis amoureuse" les autres commencent à dire "Bah c'est un homme c'est ça que tu dis la personne?" et c'est très compliqué de ne pas faire de lapsus (j'ai tenue 11mois sans me foirer mais c'était éprouvant mentalement).

En tout cas il est plus simple de le dire, de toute façon c'est la vie privé personne n'a le droit d'interférerer encore moins d'émettre des paroles négatives.

Personnellement ayant fait mon c-o dans une grosse entreprise de BTP je pense que si j'ai été acceptée j'aurais jamais du mal ailleurs! 😂

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

Alors moi je n ai aucun problème a avec mon orientation, je ne raconte pas ma vie en general mais récemment j'ai changer d entreprise et la un collegue me sors tout ce qu il peut pour me draguer et en fait des caisses, au départ je ne dis rien et le laisse dans son treap puis je me disais, il va avoir l'air tres con quand il saura que je suis lesbiene 😂. Le lendemain il me faisait presque de la peine a ramer comme ça alors je lui ai dis desoler mais tu vas etre déçu, j aime les femmes. Grand moment de solitude pour lui et de desolement pour moi lol.

Pour avoir eu a faire a beaucoup d'homme dans la drague en milieu pro, je dis ouvertement que je suis lesbienne. Ça choque parfois mais au final, les hommes deviennent des alliers quand ils ne sont pas trop cons.

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur Mistnight
Mistnight
- modifié par Mistnight le 07/10/2020 - 13:51:07

Citation de Jstophe "A mon avis - il faut dire que je n'ai travaillé que dans de petites structures - dans une petite entreprise, il peut y avoir une ambiance "familiale", qui incite à se confier. Dans une grande société, surtout à un poste non-cadre, il faut rester à sa place et donc être discrêt dans certains domaines."

Bien d'accord avec ça. Dans une petite structure ça peut être différent et beaucoup plus compliqué. Même si je préfère toujours quand chacun s'occupent du mieux possible de ses affaires. Dans une grande structure tu peus trouver et selectionner un voir des collègues de longue date que tu sais être discrets et non amateurs/propagateurs de potins et ragots sur la vie des gens. Le genre de personnes pouvant devenir ami(e)s à l'extérieur du taff et qui souvent le deviennent. Ca oui c'est relativement possible.

Autrement à choisir entre risqué d'être mal évalué par un cadre sur le plan de l'intégration à un collectif (car je ne partagerais pas assez au gouts de certain(e)s )et ma vie privée je choisis la vie privée. Pas besoin de savoir qui couche avec qui et comment pour m'intéressé un minimum au gens. Ca reste relativement superficiel mais ça suffit pour créer (ou participer à) une bonne ambiance le plus souvent. Pas besoin d'être au courant des ragots de l'entreprise pour être efficace dans le travail et que ce travail soit reconnus.

Enfin pas forcément besoin de mentir auprès de collègues trop indiscrets, tu expliques que ta vie privée te concerne avec un grand sourire et tu les laissent s'imaginer ce qu'ils veulent. Car oui les gens sont curieux, mais ils ont avant tout besoins d'histoires. Et si tu arrive à laisser passer quelques brides d'informations choisies sur toi, des infos partielles (plus ou moins véritables..), généralement même les plus curieux se satisferons des histoires qu'ils aimerons se raconter dans leurs têtes.

Après j'entends bien qu'on à tous des personnalités et des métiers différents, avec lesquels il faut pouvoir jongler.. reste qu'en théorie il n'est pas impossible d'avoir un idéal et de faire ses choix. De choisir ses ami(e)s et faire en sorte que ce mot garde un maximum de sens. Après libre à chacun de considérer tous humains qui s'approchent de lui de près ou de loin comme un futurs ami(e)s.

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur

Je pars du principe que si, "on" veut être "accepté" disons au moins que ça soit "banalisé" les différentes orientations sexuelles dans la société : il faut bien faire l'effort d'en parler au lieu de dire => "Ça ne regarde personne : c'est notre vie privée !" etc...

Comment voulez-vous que la société évolue si, chacun reste dans "son placard" ; "se cache"... sérieux ^^

C pas seulement pour soi-même qu'on en parle, C aussi pour les autres afin que ça change : pour la diversité de la société...

avatar contributeur de Jstophe
Jstophe

Suite à la participation jucieuse de BoumVoyageur, je suis plutôt en harmonie. Sauf que, il y a un MAIS ...

Etre noir, on ne peut pas le cacher, être (d'origine) arabe, on ne peut pas s'y soustraire aux yeus d'autrui. Etre juif ou musulman, cela dépend de la discrétion de chacun. Mais être lgbtq+, cela relève de la sexualité, donc de l'intimité. Y aurait-il une quelconque honte à garder son intimité au placard. Un placard c'est très personnel, le dessous de la ceinture aussi.

Se faire accepter comme homo dans la société n'est peut-être pas de le crier haut et fort sur tous les toits.

Ce serait - par vice - condamner la cause que l'on veut défendre.

Que les minorités (dans le sens orientations sexuelles) se banalisent, oui bien sûr. Malgré certains esprits mal-pensants, il est aussi naturel d'être homo que d'être hétéro, je n'ose dire aussi "normal", j'ai une sainte horreur de ce terme pour qualifier des gens ou ce qui fait les gens.


Sauf erreur de ma part, j'ai toujours raison.

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur
- modifié par BoumVoyageur le 07/10/2020 - 15:52:28

Le "MAIS" est très français ^^

Je vous trouve assez compliqué en France ^^ dans vos raisonnements : en amont, vous vous posez tellement de questions assez négatives d'ailleurs, des peurs irrationnelles sur le jugement de votre personne etc.. que involontairement, vous vous mettez en position d'exclusion, à l'écart des autres ; de la société.

La question qui vient souvent qui est récurrente en entreprise quand on est dans l'échange avec les autres de ses collègues : C "la vie privé" du genre "T célibataire ? un(e) copain(e) ?" etc... C pas rare ce genre de questions hein & C naturel quand on est dans l'échange.

La question ne demande pas des détails croustillants en dessous de la ceinture ^^ & encore moins de crier haut & fort sur tous les toits.

C juste comme déjà dit (voir plus haut) de : s'imposer comme individu sans revendiquer ; être soi-même... au lieu d'esquiver la question jusqu'à raconter une vie différente pour certaines personnes afin d'éviter "le jugement" :/

il y aura toujours des jugements que ça soit sur l'orientation sexuelle ; la couleur de la peau ; la façon comment on parle, comment on s'habille etc... etc... C dans la nature humaine de porter des jugements.

"Les minorités" : moi, j'ai une sainte horreur de ce terme :/ => je ne me sens pas du tout, faisant partie d'une "minorité visible" :/

Le but justement : C que l'homophobie soit minoritaire qu'on ne parle plus avec de "l'homophobie ordinaire" => C eux les homophobes tout comme tous les racistes qui doivent se cacher hein ^^

Perso : je trouve que la société est "bi" ^^ bien plus ouverte que vous le pensez : il suffit juste de communiquer ; d'échanger avec les gens ; de parler simplement... Pour l'avoir fait naturellement dans les échanges avec différentes entreprises : j'ai jamais eu de retour négatif !

Je trouve que ça manque de courage, de solidarité... afin de faire changer les mentalités => faire évoluer la société !

avatar contributeur Missunshine
Missunshine
- modifié par Missunshine le 07/10/2020 - 16:10:09

Je partage l'avis de BoumVoyageur.

J'ai travaillé dans environ 6 grandes entreprises et dans 2 plus petites structures dans ma carrière et je ne l'ai caché nulle part.

Sans le crier haut et fort, sans en faire un étendard , mais juste en étant moi et en ne mentant pas, ni en ne m'inventant pas une autre vie.

Car comme le dis BoumVoyageur quand on est dans l'échange, on ne peut pas éviter ce type de questions personnelles.

Eh bien vous savez quoi ? JAMAIS je n'ai eu aucune attitude homophobe et ma situation est toujours très bien passé.

Les gens apprécient l'honneteté, qui est je pense la base de toute relation quelle soit perso ou pro.

Vous me direz que je ne sais pas ce qui est dit derrière moi, certes ... mais il en est de meme pour tout le monde dans le milieu de l'entreprise car la critique est le hobby préferé des français et des femmes en particulier je crois bien. Alors si je suis critiquée parce que je vis avec une femme, une autre l'est parce que son mec est passé au boulot et qu'il a l'air con, une autre l'est parce qu'elle porte un pull mauve etc etc etc

C'est en osant dire au quotidien qui nous sommes et en disant simplement les choses, que nous pourrons faire avancer le regard que l'on peut nous porter.

A coté de ça dans la rue je ne tiens pas ma compagne par la main, je ne m'affiche pas, je ne suis pas demonstrative en public.

Mais si quelqu'un vient me parler, si quelqu'un vient à ma rencontre, celle que je ne tiens pas par la main est toujours présentée comme ma compagne, aussi simplement que ça.

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur
- modifié par BoumVoyageur le 07/10/2020 - 19:00:57

@ Missunshine : Du coup, je suis du même avis que toi, forcément lol

"(...) la critique est le hobby préferé des français et des femmes en particulier je crois bien." : je crois aussi ^^ & des gay's stéréotypés ! ^^

=> Quand on parle des clichés, des stéréotypes qu'on peut voir dans le cinéma & que dans la vraie vie : on croise des personnes stéréotypés, il y a un fond de vérité dans les clichés.

J'ai eu l'occasion de croiser des collègues "gay's stéréotypés" dans le monde du travail : OMG des vraies langues de vipères ^^ notamment le réceptionniste d'accueil maniéré qui vient s'asseoir jambes croisées sur le coin de ton bureau & avec son gestuelle des mains => te raconter tous les potins, cancans, rumeurs de l'entreprise ^^

Je trouve ça : chou & drôle ^^ 💋 👅

avatar contributeur de Marcusa
Marcusa

contre, cest privee ...au trvail tes la bas bosser et non devoiler ta vie privee

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

Je n'ai jamais eu de souci non plus au sein du milieu professionnel.

Il m'est arrivé de parler de ma vie privée à mes collègues proches comme ils peuvent le faire quand on se raconte nos weekend, par exemple. Ou quand on me demande si je suis célibataire et que ce n'est pas le cas, je le dis simplement. Sauf qu'au lieu de dire mon compagnon, je dis ma compagne.

Alors oui, parfois ça surpend un peu. Vous savez quand on vous dit : c'est marrant, je ne te voyais pas lesbienne. Oui, parce que dans l'esprit de certaines personnes, il y a encore un stéréotype de la lesbienne ou du gay. Mais bon, je m'en suis toujours amusée.

avatar contributeur de Jstophe
Jstophe

Citation de Marcusa [#342970]

C'est crûment dit mais j'abonde dans ce sens. Il en est de même avec sa famille. Oui, bien sûr, avec la famille il y a les liens du sang. Avec ses collègues, il y a les liens du travail, du salaire qui nous permet de manger tous les jours.

Vous cachez votre orientation, cela vous pèse. Vous la dévoilez, et c'est peut-être la catastrophe avec des proches homophobes. Entre les 2, très difficile de balancer.

Alors on cache et on vit sa vie, ou c'est peut-être le saut dans le vide. Au risque de perdre son travail.

Dans l'autre cas, le risque est de perdre sa famille.

Cruel dilemme. Choix cornélien.


Sauf erreur de ma part, j'ai toujours raison.

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur

"Le cruel dilemme" : le choix a été vite fait pour moi ^^ J'ai renié une partie de ma famille parce qu'ils étaient des racistes envers les noirs & les arabes...

Je ne suis pas du tout en accord avec ce genre de personnes.

Alors un proche ou pas homophobe : C le même choix.

Quitte à tout perdre : à un moment donné il faut être cohérent avec soi-même !

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

Citation de BoumVoyageur #342977

il m'a fallut du temps (une dizaine d'années) et attendre d'avoir une situation de vie stable pour comprendre qu'il faut être prêt.e a tout perdre pour etre heureu.se.x

maintenant je suis heureuse peu importe le nombre de personnes perdues.

et contrairement a ce que je pensais c'est dans le familial que ca a plus coincé, les amis ou le travail ça s'est passé super bien. donc adieu mes géniteurs, merci les amis et les collègues !

avatar contributeur Mistnight
Mistnight
- modifié par Mistnight le 07/10/2020 - 23:15:37

Citation de BoumVoyageur #342977

Ce n'est pas une question de cohérance, c'est une question de considération personnel des autres sur ton lieu de travail.

De considération de ce qu'est ton lieu de travail. A savoir un espace généralement très impersonnel. Où rien ne devrait t'obliger à le rendre plus intîme (si tu ne veux pas). Plus suportable oui,mais il y a d'autres moyens de faire que déballer sa vie intime. Quelle soit hétéronormée ou non, là n'est pas la question. Bref des élements de considération que tu n'arrive visiblement pas à comprendre.

On peus appeller ça de la discrétion, de la retenue voir de la pudeur peu importe. Mais ce n'est en rien de l'incohérance.

Ensuite pour normaliser la situation Lgbt le mieux est peut être encore de faire comme les autres (hétéro). Certains font du 3615 raconte ma life aus premiers qui veulent l'entendre ou qui le demandent, d'autres préfèrent rester discrets, voir mystérieux.

Il faut peut être arréter de croire aussi que le monde de l'entreprise est un gigantesque panneau d'affichage permettant le développement des revendications et la défense des causes Lgbt... Les mentalités d'aujourd'hui ne sont plus forcément celles d'hier.

Il serait bon de raison garder, prendre du recul..

Je trouve qu'aujourdhui, au mieux les gens s'en foutent des orientations atypiques si tu leur raconte. Ceux qui ont déjà intégré les choses en tout cas, c'est pas leur monde et à moins d'y trouver de potentiels ragots plus ou moins croustillants, ils s'en carrent. En fait même après avoir fait acte de comérage, une fois la journée terminée, au fond ils s'en foutent (le plus souvent).

Et pour ceux qui s'en foutent pas là en revanche, ça peus faire grincer des dents voir créer des problèmes. Déjà vécu la situation dans une entreprise avec une personne trans. Bon c'était peut etre un cas particulier ou un peu extrème, mais reste que ça c'est mal terminé.

Encore une fois c'est surement une question de contexte, d'expérience, de personnalité et de choix. Un ensemble complexe donc.

Et lire des messages qui affirment ou sous entendent qu'il y aurais une seule bonne attitude à adopter, un seul idéal à appliquer absolument quoi qu'il en coûte parce que "Lgbt quoi.!." Vraiment ça fait très "pensée magique" Pour pas dire autre chose.

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur
- modifié par BoumVoyageur le 08/10/2020 - 00:09:54

Je ne suis pas lgbt : je ne suis pas "communautariste".

Visiblement, tu m'as mal compris ou C moi qui est mal formulé : Que sais-je :/

Je parle de s'imposer comme individu avec sa propre personnalité, son propre tempérament dans l'échange avec les autres sans revendication "sexuelle" ! Echanger normalement comme les "hétéros" si, tu veux ^^

Je parle de cohérance avec ses propres idées ; ses propres valeurs... par exemple, je ne suis pas un raciste & je suis gay : Comment peut-on garder contact dans son entourrage des personnes racistes ou homophobes !?! (en réponse au post de Jstophe)

Bref

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur
- modifié par BoumVoyageur le 08/10/2020 - 00:13:17

@ LadyBloodT : C certain que ça prend du temps & qu'il faut se reconstruire après cette perte familiale :/

Je ne sais pas si tu connais Andréa Colliaux, elle a fait le buzz il y a au moins 20 ans avec son livre "Carnet de bord d'un steward devenu hôtesse de l'air"

Résumé :

"«Je rêvais d'un troisième sexe, juste pour moi, où je me serais senti bien. Il n'existait pas...»

Bruno Colliaux, 35 ans, steward à Air France, femme depuis peu, devenue hôtesse de l'air : la transsexualité n'est pas un motif de licenciement !

Changer de sexe, pour Bruno Colliaux, ne releva pas d'un caprice de «grande folle» mais d'une cruelle ambiguïté de la nature. Traité de ravissante petite fille dans l'enfance, bourré d'hormones mâles à la puberté pour que se développent ses organes masculins, cet androgyne n'a jamais supporté les attributs virils qui ne correspondaient pas à sa réalité profonde. Sans parler du regard des autres, de la solitude, de l'impossibilité de se confier. Ni «homo», ni «hétéro», ni homme ni femme, il lui fallait choisir. Dûment suivi par des psychiatres et compris par sa hiérarchie à Air France, Bruno entreprit sa féminisation. Et Andréa nous conte les étapes tragicomiques de cette mutation, les épilations douloureuses, les traitements hormonaux, le grand saut de l'opération, les péripéties ubuesques du changement d'identité, et sa plus grande victoire : faire accepter sa nouvelle et vraie nature.

Carnet de bord d'un steward devenu hôtesse de l'air : un témoignage à la fois bouleversant et plein d'humour, qui remet en cause certains préjugés et de fâcheuses idées reçues."

avatar ancien membre
Modération Ancien membre

Citation de BoumVoyageur #342998

Je connais de nom.

J'ai du mal avec ce genre de livre car je me dis qu'un jour ça pourrait être mon histoire dans un livre du genre (et par pitié qu'on me préserve de cette horreur).

Qui plus est chaque mauvaise histoire m'atteint assez violement car je suis hypersensible... et bien souvent me renvoie dans des souvenirs assez sombres. (dernièrement avec Doona j'ai été vraiment mal heureusement que j'ai de très bons amis et une chérie absolument géniale 😊)

avatar ancien membre
Modération Ancien membre
- modifié par le 08/10/2020 - 00:25:41

Perso , je ne parles pas de ma vie privee a personne dans mon lieu de travail , puisque je ne vois pas l interet de le faire

avatar contributeur de BoumVoyageur
BoumVoyageur
- modifié par BoumVoyageur le 08/10/2020 - 00:54:15

Là C pas une mauvaise histoire : elle sort grandie de sa propre histoire.

Je trouve que C un beau témoignage qui fait réfléchir.

TV en 2005

avatar contributeur de Liloublue
Liloublue

Merci pour ce sujet, je pense qu'au fil des années et expériences professionnelles survient une réalité c'est le moment où la vie impose l'interférence entre vie pro et perso...

Positives ou négatives ces interférences s'imposent à nous, il me semble alors évident de rester sincère pour plus de sérénité et de respect. Après chacun évolue à son rythme...

Si je m'absente de mon travail pour une raison familiale par exemple lorsque j'étais aux côtés de mon ex compagne pendant sa grossesse c'est tout de même plus facile de faire comprendre que l'absence lors de l'accouchement est non planifiable et que je ne serai pas joignable immédiatement pour une passation...

Étant moi même une femme ceux avec qui je n'ai pas partagé ma vie privée ont bien compris que j'étais en congé familial lorsque j'ai bénéficié de 3 jours d'événements naissance !

Et c'est tout de même agréable et humain de partager des bribes de vie : que ce soit lors de décès, de naissance, d'urgences à un moment il y a des impératifs ou personnellement la vie de famille passe en premier et dans ma boîte ça, ça se respecte encore.

Bien que dans un environnement assez macho et conservateur je n'ai jamais ressenti de jugement sur le sujet, toutefois j'avais déjà une réputation professionnelle quand je me suis pointée à une soirée de fin d'année en compagnie de la femme que j'aimais. J'aurai sans doute fait la même chose en étant en couple avec un homme simplement là j'ai plus conscience d'avoir pris le temps avant de voir ma vie pro et perso se fondre en une.

Le côté cynique de mon expérience est que la seule personne qui m'est un jour stigmatisée sur le sujet était un syndicaliste lui même homosexuel qui n'avait trouvé que cet angle d'attaque pour essayer de me déstabiliser professionnellement cela l'a plus desservi qu'autre chose voire même discrédité car j'ai toujours eu une posture professionnelle.

Morale de l'histoire est ce que je me protège en gardant ma vie privée dans l'ombre cela dépend des moments de ma vie du contexte et des risques concrets d'interférence...

Après effectivement dans une très grande entreprise la frontière est peut-être plus facile à préserver de par l'anonymat pour ceux qui souhaitent préserver leur intimité et jardin secret. Il faut simplement être en harmonie avec ce que l'on est : et pour ma part veillez toutefois je pense à exercer l'exercice de nos droits sociaux quand ils existent que ce soit pour la santé ou la famille il y a encore beaucoup d'inégalités et loin de tout communautarisme c'est important que notre société continue à évoluer pour plus d'égalité !



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr