Quelle place à l'intrusion dans les relations humaines ?

avatar contributeur de Narikya
Narikya
10/07/2023 à 11:46

Citation de Narikya Et je dois dire que cela me mettrait aussi très mal à l'aise si on cherchait à m'extirper un truc que je cherche à cacher...

Intéressant. On pourrait partir sur un autre sujet avec ça.

Comment les autres ont le culot d'être intrusifs-ves parfois... Comment s'affirmer et poser des limites pour ne pas se laisser envahir ?

À contrario: comment lâcher prise et laisser entrer quelqu'un dans sa sphère intime quand on décèle chez cette personne un intérêt sincère pour nous.

Citation de Deelinph #465118

Oui, tu pointes des trucs intéressants.

Mais j'en rajouterais un : que faire quand on sent chez l'autre un truc que l'autre s'interdit à penser ou croire mais qui pourrait lui permettre d'aller mieux ?

C'est toujours compliqué parce que d'un côté de quel droit bousculer l'équilibre, même instable ou factice, dans lequel l'autre vit ? de quel droit fissurer sa carapace durement calfeutrer ?

Et de l'autre : si ce n'est pas juste un délire narcissique de sauveur de carton ou un moyen détourner de drague, peut-on laisser une personne qu'on apprécie dans des tourments par respect de sa liberté et de son intimité alors qu'on voit bien qu'il y a des points de sa personnalité, de ce qu'elle dégage ou des contradictions sur lesquels on pourrait s'appuyer pour tenter de l'amener vers un mieux ?

Dernièrement, j'ai osé avec une de mes élèves, assez semblable à ce que j'étais à son âge, les bras constellés de lacérations, la bousculer un peu en lui expliquant à quel point je la trouvais remarquable dans sa maturité intellectuelle, dans la qualité incroyable de ses travaux.

Et que son oral sur un poème hyper provocateur de Baudelaire me faisait bien rire et que je voyais bien que c'était aussi une manière pour elle de nous balancer son mal être à la figure. Et qu'elle avait le droit, ce n'était pas un problème.

Mais que quitte à le faire, pourquoi ne pas le faire avec plus de vie, de sourire ?

Bon, cela l'a prise au dépourvu. Je ne savais pas si c'était vraiment une bonne idée, mais elle devait travailler son oral avec moi comme tuteur, et elle était si bloquée, si tourmentée, si incapable d'assumer la qualité de son travail que j'ai tenté ma chance.

Elle a pleuré, elle a souri, repleuré.

Bon, je n'avais jamais pu entendre son oral, mais elle en est sortie un peu moins recroquevillée sur elle-même.

Et juste avant la sortie, elle est venue me remercier et c'est moi qui étais comme un petit garçon à ne pas trouver mes mots un instant. Et on a causé un peu, hpi, décalage, mélancolie.

J'ai été un peu intrusif. Je lui ai parlé d'elle en outrepassant sa timidité et sa carapace. Et ça me gène un peu et en même temps, j'ai réussi à trouver les mots et celui lui a visiblement fait du bien.

Alors comment on fait ?

Parce que parfois, je sens un truc mais je reste à distance, je ne dis rien, je ne me sens pas légitime à outrepasser la carapace.

Et parfois je tente malgré tout, avec plus ou moins de succès, tout en sachant que je fus quelqu'un de très pudique et renfermé et qu'agir ainsi va aussi à l'encontre d'une partie de moi-même...

avatar contributeur de Bidule
Modération Bidule
10/07/2023 à 12:02

Tendre la main c'est être amical et faire preuve (du moins en théorie) de bienvaillance. Tirer les vers du nez c'est de l'ingérence.

Après, il y a des fois ou c'est necessaire pour permettre à l'autre de vider son sac mais c'est finallement assez rare.

Pour se mettre à l'abris des fois, il faut utiliser l'artillerie lourde et tacler, faire preuve de désobligeante. Ou mentir,tout simplement.

J'ai fais le ménage dans ma vie mais je ne me pense pas hors de porter pour autant.

Une question qui a son importance c'est qu'est ce l'autre va faire de ces informations.

Est ce pour lui

A des fin manipulatoire

Parce que l'autre se fait du soucie pour toi

Ou pour satisfaire son goût du drame ?


Aller de fleur en fleur et ne prendre de chacune que le meilleur

avatar ancien membre
Ancien membre
10/07/2023 à 19:42

Un mot pour suivre le sujet...

avatar ancien membre
Ancien membre
06/08/2023 à 00:20

Je me suis tellement posé cette question!

Ma mère m'a toujours dit de faire attention aux questions que je pouvais poser aux autres, me disant qu'il fallait être très à l'écoute et détecter si l'on pouvait 'se permettre' de poser certaines questions ou d'aborder certains sujets de conversation.

Aussi, je suis une personne qui ne se dévoile pas comme ça, et je pars du principe que tout le monde est potentiellement comme ça. Du coup je crois que je fais 'trop' attention à ne pas bousculer, car je n'aime pas l'être.

J'en suis arrivée à me demander si je ne sous-estimais pas la dite personne au final, dans sa capacité à définir ses propres limites.

J'ai le sentiment que c'est aussi la raison pour laquelle j'ai du mal à me lier d'amitié avec les autres. J'ai une carapace 'grosse comme ça' (une forteresse même autours de moi), et je n'ose pas aller plus clairement à la rencontre du monde de l'autre, j'attends toujours que l'autre se dévoile d'abords (blessure de trahison non guérie je suppose).

Je serai intéressée de lire d'autres réponses sur le sujet.

avatar contributeur de Occamj
Occamj
06/08/2023 à 05:59

Bonjour,

J'ai longtemps été extrêmement timide, et surtout très réservée à l'idée d'être intrusive dans la vie d'autrui.

Je pensais, d'une part n'intéresser personne (vie banale, personnalité lisse, aucun exploit particulier au tableau), d'autre part n'avoir aucune légitimité à m'imposer dans la vie d'autrui avec des questions sur leur parcours, leur famille, leur santé, etc.

Je me suis decoincée avec le temps. J'ai rencontré des gens gentils. Mes expériences de vie à l'étranger m'ont transformée. J'ai réalisé que je pouvais plaire (à ma grande stupéfaction). Ce fut lent et graduel.

Et puis j'ai fait ma transition, et tout a changé. J'ai réalisé qu'en tant que femme, ma confiance en moi même était décuplée. Il semblait bien qu'après tout, j'avais quelques trucs à dire que personne n'avait dit. Quelques conseils utiles. Quelque modeste sagesse glanée au détour d'un regard. Je suis allée vers les autres. J'ai osé. Et il s'est passé une chose merveilleuse.

On m' a dit merci. Merci d'avoir aidé. Merci d'avoir souri. Merci d'exister.

Et ce jour là, j'ai pleuré.

Il n'y a pas de recette miracle. Allez vers les autres. Rendez service. Écoutez. Demandez. Il y a beaucoup à faire. Beaucoup à recevoir aussi.

"si tu demandes: pourquoi je n'y arrive pas ?

Dis-toi bien : ta voix seule ne suffit pas

Le moment venu, tu souleveras des montagnes

Juste en faisant le premier pas"

avatar contributeur de Hystorie
Hystorie
06/08/2023 à 06:03

Je pose simplement la question à l'autre en l'assurant que "non" est aussi une réponse valable ne remettant rien en cause entre nous.

Cependant la personne comprend que je lui prête de l'attention. C'est déjà un point de départ pour ouvrir un éventuel dialogue ultérieur.

avatar ancien membre
Ancien membre
06/08/2023 à 09:38

🌸😍 un plaisir de vous lire...

avatar ancien membre
Ancien membre
06/08/2023 à 11:10 - 06/08/2023 à 20:44

.

avatar ancien membre
Ancien membre
27/08/2023 à 05:18

.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2024, betolerant.fr