Débat Vouloir des enfants, c'est être égoïste ?

Membre anonyme
Publiée le 24/01/2016 à 22:03
Sachant que le mot que j'ai utilisé est "égoïste" et non "hypocrites" C'est un brin différent il me semble^^

Membre anonyme
Publiée le 24/01/2016 à 22:05
On peut effectivement se poser la question de la pertinence d'engendrer de nouveaux êtres humains alors que nous sommes incapables de nous occuper convenablement de ceux qui sont déjà sur cette terre. Cependant, je comprends parfaitement que le désir de parentalité ait été intégré par certains (beaucoup de personnes en fait), tout comme une ribambelle de comportements sociaux que nous reproduisons sans qu'ils ne constituent d'aucune façon une décision rationnelle.
Membre anonyme
Publiée le 24/01/2016 à 22:22 - Modification par pistache le 24/01/2016 - 22:26:55
D'abord j'tiens à préciser que je vois pas l'égoïsme comme quelque chose de forcément négatif. Faire un acte tourné vers soi n'est pas mal, ce sont les intentions ou les conséquences qui peuvent parfois l'être, mais on peut être égoïste et faire que des bonnes choses ou des choses neutres :)  Donc oui après je pense que faire un gosse peut difficilement ne pas être égoïste à partir du moment où c'est fait exprès. Pour fonder une famille, pour donner un sens à sa vie, pour se sentir adulte, pour donner de l'amour à quelqu'un, pour faire comme tout le monde, pour faire plaisir à ses parents ou à son ami, pour satisfaire son horloge biologique, pour voir son chéri en miniature, pour laisser une trace de son existence, pour engendrer quelqu'un de bien... Même dans les motivations les plus altruiste, y'a toujours un fond d'égoïsme ^^  pour que ce la soit pas faudrait que la capote ait craqué et décidé de garder l'enfant sans motivation mais juste parce que c'est la vie (pas mieux, ni pire). MAIS : s'il faut être égoïste pour donner la vie, éduquer son gosse convenablement est plutôt une preuve.. d'altruisme.
Membre anonyme
Publiée le 24/01/2016 à 22:29
Perso, je veux des enfants, c'est égoïstement pour moi. Et comme c'est si bien dit, c'est aussi pour le plaisir de l'élever et de l'éduquer et avoir sa place dans ce monde. Par contre je ne vois pas ça pour améliorer la planète, c'est un peu faux je trouves, personne ne pense à ça quand il fait un gosse non? Par contre on est pas surpeuplé c'est pas vrai, il y a surexploitation des ressources nuance.
Membre anonyme
Publiée le 24/01/2016 à 22:30
C'était exactement le fond de ma pensée Pistache. Décidément, j'apprécie beaucoup ta capacité de réflexion :)
Membre anonyme
Publiée le 24/01/2016 à 22:34
Akenarth, contrairement à ce que disait Palmier19, je ne pensais pas à la surpopulation en écrivant : "nous sommes incapables de nous occuper convenablement de ceux qui sont déjà sur cette terre". Il ne s'agit pas de ne pas en avoir les moyens mais bien de laisser certaines personnes sur le bord de la route.
Membre anonyme
Publiée le 24/01/2016 à 22:45
En fait je devrais citer les gens avant d'écrire, sinon on ne sait pas je parle de qui ou à qui ^^ J'adore ta dernière phrase : "Il ne s'agit pas de ne pas en avoir les moyens mais bien de laisser certaines personnes sur le bord de la route". Il y a quelque chose qui me choque, arrivé à un âge, quand tu as quitté l'école depuis un moment et que tu es dans le monde du travail. Pendant un temps, j'ai remarqué tous ces textes de propagande qui parlent de laisser un héritage à nos enfants, penser aux générations futurs, des récompenses et des cadeaux offerts à des écoliers pour qu'ils aient un avenir meilleurs. ça m'a choqué, car je n'étais plus dedans, et que maintenant j'ai le droit de payer mes impôts, déjà penser à ma retraite, payer ceci cela pour mon plaisir ou surtout pour réparer ou changer des appareils etc... J'ai l'impression qu'on s'occupe  de donner de l'espoir aux enfants, et arriver dans le monde adulte (réel), on est lâché fasse à la dure réalité : t'es plus un enfant démerde toi.
Membre anonyme
Publiée le 24/01/2016 à 22:45
C'est assez compliqué comme question, et elle se pose aussi dans l'autre sens: est-il égoïste de ne pas vouloir d'enfants ? Je propose à ce sujet cet article: http://rue89.nouvelobs.com/rue69/2014/02/13/jour-ils-ont-decide-avoir-denfant-249879
Membre anonyme
Publiée le 24/01/2016 à 22:49 - Modification par joshie le 24/01/2016 - 22:50:31
Égoïste envers qui ? son partenaire ? un être qui n'est pas ? la collectivité ? 
Helmor
Publiée le 25/01/2016 à 09:36 - Modification par helmor le 25/01/2016 - 18:14:25
" Vouloir des enfants, c'est être égoïste ? " Tout dépend ce que l'on met dans le "vouloir des enfants". Est-ce juste l'envie d'avoir un enfant (par procréation, ou adoption) ou alors avoir un enfant (du jour 'J' puis la vie qui s'en suivra). J'ai envie de dire que dans les deux cas, le geste premier pourrait être estimé comme égoïste, et cela a déjà été cité (car c'est fait pour soit, pour l'envie de vouloir éduquer, l'envie de transmettre etc etc). En revanche, le considérer comme purement et simplement comme un acte égoïste c'est soit être aveuglé par son acte égoïste au départ, soit de pas prendre réellement en compte ce qui va découler de ce fameux acte égoïste. Ce que j'entends par là, c'est que vue les responsabilités, vue le changement de vie que cela va entraîner, estimer cela comme égoïste, c'est tout de même très modeste de votre part. Alors oui "C'est simplement les conséquences de ce choix égoïste, donc notre responsabilité" etc et. Mais justement, ce n'est pas parce que l'acte de départ aurait pu être égoïste que tout ce qui en découle, doit être considéré comme normal, qu'il faut assumer aveuglément, qu'il ne faut pas s'en plaindre. Non il faut reconnaître que cela va mettre en avant notre capacité en tant que parents (ou non) de développer un sens altruiste. Oui de l'ego-iste, on passe à l'alter-iste (altruiste). Donc, selon mon avis, NON, ce n'est pas être égoïste. Bien au contraire. Sachez d'ailleurs que l'acte altruiste, l'altruisme se base par une approche tout d'abords égoïste. Mais cela est un autre débat :p ! (J'aime l'étymologie et la sémantique, mais vous l'aurez compris à force).
Membre anonyme
Publiée le 25/01/2016 à 09:44
Qui paiera la maison de retraite ? Les obsèques? Il faut investir pour ses vieux jours même si les enfants sont un investissement lourd au départ. En plus ça donne droit à une demi-part pour les impôts d'avoir un enfant à charge. C'est pas du tout égoïste !
Membre anonyme
Publiée le 25/01/2016 à 11:23
Un peu d'humour Prasten ?^^ @Helmor, pour l'altruisme ayant pour base l’égoïsme, ça a également été dit avant ;)
Helmor
Publiée le 25/01/2016 à 11:33
Mea culpa, la lecture en diagonale et moi ! Non je l'avais vu en effet, je l'ai juste repris à ma sauce ! Nanméoh ! :p
Membre anonyme
Publiée le 25/01/2016 à 16:33
Non mais j'aime bien car c'est une réflexion que je me fait souvent étant donné que je souhaite évoluer professionnellement vers le social, l'éducation, la solidarité.
Membre anonyme
Publiée le 25/01/2016 à 21:12
Par rapport à ça, je disais que j'étais 100 % d'accord pour que les couples homos puissent adopter des orphelins, mais vouloir "créer" son bébé en laboratoire, je trouve ça vraiment capricieux.
Membre anonyme
Publiée le 25/01/2016 à 21:28
Ouais mais tout n'est pas noir ni blanc. J'ai de gros doutes sur le bien fondé du contournement de procréation. Il y a des centaines de milliers d'orphelins, occupons nous d'abord de ceux là non ?
Membre anonyme
Publiée le 27/01/2016 à 01:56 - Modification par Bunowa le 27/01/2016 - 01:58:10
Vouloir "donner naissance" a un enfant alors qu'on peut en adopter et que le monde est déjà en surpopulation, c'est égoïste. Maintenant si l'on parle d'adoptions par les couples gay. Non je ne crois pas que ce soit égoïste. L'argument "ce qu'il va subir à l'école" ne tiens même pas la route vu qu'aujourd'hui (tout du moins en France) l'idéologie qui domine est le gauchisme radical les jeunes auront plus tendance à caillasser un camarade qui dit être contre le mariage gay au lieu de prendre le temps de débattre qu'a se moquer d'un camarade dont les beaux parents sont gays ou qui est lui même homosexuel.
Membre anonyme
Publiée le 28/01/2016 à 16:06
N'importe quoi. A l'école rien n'a changé, il n'est jamais bon d'être "différents" Nous sommes encore loin d'avoir réglé le problème. Et d'ailleurs, la façon dont tu retourne le truc en dit long sur ta "pensée"
Membre anonyme
Publiée le 29/01/2016 à 00:07
Ho donc tu as été témoins d'acte homophobes lorce-que tu étais encore au collège ou au lycée? Parce que moi entre la 6ème et la seconde j'ai changé d'établissement chaque année et dans chaque établissement j'ai constaté ce que j'ai affirmé juste au dessus ^^
Membre anonyme
Publiée le 29/01/2016 à 09:23 - Modification par pistache le 29/01/2016 - 09:40:29
Euh ça dépend vraiment des lycées alors, parce que sans verser dans les actes "graves" des fois ça parlait bien derrière moi à ce sujet et d'autres personnes étaient mises à l'écart pour les mêmes raisons. Dans d'autres endroits c'est l'inverse mais c'est pas une "généralité". Les ados (surtout les préados) sont souvent des teignes en groupe. Et je l'étais à mon tour quand ce n'était pas moi la personne discriminée. C'est la loi du plus normal.
Membre anonyme
Publiée le 29/01/2016 à 19:56
La loi la plus normal ? Non c'est une loi qu'il faut combattre chaque jour par l'éducation
Membre anonyme
Publiée le 29/01/2016 à 20:03
"la loi du plus normal" = je pense qu'elle voulait dire que c'est les "plus normaux" qui font la loi...
Membre anonyme
Publiée le 29/01/2016 à 21:32
Pas tout à fait, plutôt que ce sont ceux qui présentent le plus de "différences" qui subissent le plus de discrimination.
Membre anonyme
Publiée le 29/01/2016 à 23:14
Oui c'est un peu de ces deux choses là. D'un côté les "cool et normaux", de l'autre une personne ou deux qui présentent assez de différences pour être remarqués en mal. Pour en revenir au sujet des parents homo, je pense que ça reste possible d'être un collégien intégré par la discrétion sur la vie privée, ou en tombant sur un endroit relativement ouvert d'esprit, ou en étant soi-même un gosse " normal et cool" en dehors de ça. Et je crois que ce dernier critère dépend beaucoup de la confiance en soi (en plus d'une attitude extravertie même si pour moi c'est ni une qualité ni un défaut).
Dany19
Publiée le 29/01/2016 à 23:40 - Modification par dany19 le 29/01/2016 - 23:40:54
Je suis tout à fait d'accord avec toi, j'en ai malheureusement fais les frais pendant longtemps mais passons ;) Si tu as eu la chance de tomber dans des lieux ouverts sache que ce n'est pas partout pareil, je pense que c'est beaucoup dans les petits villages ou il y a beaucoup de personnes âgés et qui ont eu une éducation qui a fait ce qu'ils sont aujourd'hui. C'est à dire des personnes assez fermées et surtout têtue qui vont souvent refuser "les nouveautés". Après je ne veux pas généralisé quoi que se soit mais je pense qu'il y a encore beaucoup à faire et que le sujet de l'homosexualité surtout à l'école est encore tabou. Les adolescents sont les pires je pense lorsqu'ils sont en groupe cela peut-être difficile pour ces jeunes qui ont déjà peu de confiance en eux. Ensuite en ce qui concerne les enfants de savoir si c'est égoïste d'en vouloir je dirais que les 2 points de vu son plausibles aucun n'est mieux que l'autre chaque à sa propre opinion et avis. Mais dans ce cas ce j'ajouterai que quoi que l'on fasse il a toujours un acte d'égoïsme ... Vous ne croyez pas?! :)
Helmor
Publiée le 30/01/2016 à 08:29 - Modification par helmor le 30/01/2016 - 08:30:05
Oui, c'est ce que nous évoquions sur la page précédente et c'est ce que j'expliquais aussi. L'acte égoïste existe toujours. Mais cela ne veut pas dire qu'il faut le lire dans le sens "négatif" du terme, au contraire :p !
Membre anonyme
Publiée le 30/01/2016 à 09:28 - Modification par Regenesis le 30/01/2016 - 09:38:08
Je pense que le désir de procréation est, chez l'Homme, avec le désir sexuel, l'expression de l'instinct de reproduction. Le désir de procréation est donc ce que "la nature" a trouvé pour garantir la reproduction de notre espèce. Donc je trouve que la question posée n'a pas de sens. C'est un peu comme demander si manger, ou même simplement vivre, est égoïste. En revanche, je trouve tout à fait égoïstes les homosexuels qui tentent d'assouvir ce désir en choisissant volontairement d'acheter un enfant et de le priver de son père ou de sa mère biologique. Je pense particulièrement à la GPA. Pour continuer à pouvoir se regarder dans la glace, ces personnes-là s'auto-persuadent que "leurs" enfants ne souffrent pas le moins du monde de cette situation, en ne regardant que les études "scientifiques" qui les arrangent. En effet, admettre que "leurs" enfants puissent souffrir d'être élevés de la sorte reviendrait à admettre que non, les couples homosexuels et hétérosexuels ne sont pas strictement interchangeables, que les choses sont un peu plus compliquées, et que oui, l'égalitarisme poussé à son paroxysme finit par générer des inégalités. Car contrairement au lobby LGBT, les enfants ne sont pas capables de défendre leurs propres intérêts. Sur le point de l'adoption, je suis beaucoup moins gêné même si je pense que, toutes choses égales par ailleurs, un couple hétérosexuel devrait être privilégié.
Membre anonyme
Publiée le 31/01/2016 à 11:46
Pareil, aucun soucis pour l'adoption. Mais la Gpa je trouve vraiment ça malsain.
Membre anonyme
Publiée le 31/01/2016 à 12:10
Je suis désolé mais moi je sais pas ce que c'est que la GPA
Membre anonyme
Publiée le 31/01/2016 à 13:36
Une recherche sur ton moteur préféré t'aurait probablement apporté la réponse. GPA signifie Gestation Pour Autrui, soit faire appel à une mère porteuse qui accouchera d'un enfant qui sera ensuite adopté par un autre couple.

  S'inscrire pour participer au sujet