Parlons bien, parlons mieux, discutons … du pardon

avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
26/11/2022 à 10:58

Savez-vous pardonner quand on vous a offenser ? Ou avez vous la rancune tenace voir éternelle ?

P.S: la j’ai pas grand choses à rajouter mais je dois sortir les 45 mots obligatoires pour créer mon topic. Les modos, pensez-vous pouvoir modifier cette règle dont je ne comprends pas trop l’intérêt ?

avatar contributeur de Cineseries
Cineseries
26/11/2022 à 11:08 - 26/11/2022 à 11:10

Je ne sais pas si c'est héréditaire, il paraît que oui, car comme mon père l'était, je suis très rancunier et je pense qu'heureusement que les gens que j'ai croisé dans ma vie ne le sont pas autant que moi, parce que je suis pas facile parfois moi non plus :)

Mais je note Tout, je n'oublie pas les erreurs que les gens ont fait envers moi, paroles et actes blessantes - et surtout les personnes - famille - qui sont censées bien me connaître et osent m'offenser, me manquer de respect. Cela fait par exemple plus de six mois que ma mère et mon frère ont eu un comportement déplorable à mon égard et ils ne se sont même pas excusés, visiblement, ils ne se sont pas rendus compte de m'avoir blessé. Et ce n'est pas à moi de le dire, parce que si je le fais, ça sera pas du tout agréable pour eux et dans ma sensibilité, je n'ai pas envie de les blesser (surtout ma mère) en leur évoquant leur comportement, donc, ma chère Némésis Inu, c'est compliqué.

Je ne laisse plus rien passer, je suis devenu aussi exigeant envers moi-même, car je n'aime pas qu'on manque de respect, alors ce n'est pas pour manquer de respect aux autres.

avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2022 à 11:19 - 26/11/2022 à 11:20

Ça dépend de qui il s'agit, mais mon père n'aurait probablement jamais mon pardon.

Enfin, faudrait déjà qu'il le demande mais d'expérience si jamais il s'excuse c'est toujours parce que ses amis lui disent de s'excuser si il veut obtenir des faveurs, toujours par intérêt quoi mais sans comprendre pourquoi il s'excuse...

Il mémorise bien toutes les offenses et souffrances qu'on peut lui causer mais lui il peut te faire des choses difficilement pardonnable et 1h après (ce n'est pas une façon de parler hein ) se demander pourquoi tu lui en veux, comme si rien n'était arrivé, pour moins que ça, lui se serait mis dans une colère noire.

M'enfin bon on fait avec !

avatar contributeur de Farf
Modération Farf
26/11/2022 à 11:48

Pardonner, on le fait aussi pour soi, peut-être même avant tout.

Je n'ai pas nécessairement besoin qu'on me présente des excuses pour ce faire.

Parfois je pardonne, parfois non, néanmoins je ne condamne pas une personne. Je lui laisse la possibilité de faire mieux.

J'ai dans mon entourage familial des personnes qui ont commis l'impardonnable. Pour autant je n'exclus pas entièrement ces personnes, au moins temporairement. Si elles persistent, c'est un au revoir. Jusqu'ici je ne leur ai pas fait d'adieu. Je ne sais pas si j'en suis capable.

Je dois être un peu con.

D'un autre côté, j'ai aussi sorti des gens de ma vie, là où pourtant il n'y avait rien à pardonner.

Juste parce qu'ils agissaient globalement de manière toxique pour moi, mais également parce qu'ils pouvaient également ressentir de la toxicité à notre relation.

avatar contributeur de Marquise_fem
Marquise_fem
26/11/2022 à 12:17

Citation de Némésis Inu #431764

ça dépend sur quoi. De manière générale, je dirais que je suis qql qui "oublie" facilement (du moment que la personne en face de moi s'améliore et qu'elle ne recommence pas son coup), et qu'on a communiqué sur le problème ensemble, je ne suis pas du tout rancunière.

Par contre, il faut bien savoir poser des limites, il y a des choses qui ne se pardonnent pas et que je garderai en tête pour me protéger, surtout si ce sont des proches (ta famille par ex), et c'est pas évident de devoir couper les ponts.

Est ce que pardonner tu entends le fait de continuer à parler à la personne ? parce que moi, je pense à une chose que je n'ai pas pardonné mais je continue malgré tout de parler à cette personne (parce que c'est la famille).

Citation de Farf #431791

Si c'est avec la famille, c'est sûr que c'est compliqué de couper les ponts donc je comprends totalement ce que tu veux dire.

avatar contributeur de DodoRéMi
DodoRéMi
26/11/2022 à 12:44

Citation de Némésis Inu #431764

"Savez-vous pardonner quand on vous a offenser ?"

-> Ce n'est pas dans mon tempérament de couper les ponts pour un oui ou pour non avec les gens que j'aime et qui ont pu être indélicats ou ponctuellement blessants (je ne parle pas ici de personnes toxiques dont il faut clairement s'éloigner durablement), je leur trouve toujours mille excuses et continue de les aimer, une fois des mots posés pour rétablir le dialogue. En revanche, je n'aime pas "faire comme si de rien n'était" lorsque cela survient : l'étape mise en mots, plus ou moins rapide selon le lien entre nous, est pour moi indispensable - même si pour celleux qui ont été habitués à rester sur un silence cela peut être inconfortable de devoir échanger sur de tels sujets. Un maximum de patience et de douceur peuvent être nécessaires pour arriver à ce que la paix ne soit pas bâtie sur des non-dits mais sur des bases réellement saines.

avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
26/11/2022 à 12:53

Je ne suis pas sûr que pardonner = oublier, surtout qd ce sont des personnes à qui ont a accorder notre confiance. Dans ces cas là je pardonne ( je passe à autre chose, donc je ne coupe pas les oint) mais je n’oublie jamais, je suis comme @Cinkey: je n’oublie rien.

Je vous rejoins sur le fait que c’est délicat avec la famille mais si nécessaire non seulement je ne pardonnerai pas mais je suis capable de couper les ponts ne serait ce que pour ma santé et sécurité.

Je n’arrive pas à savoir ce qui est le plus difficile : demander pardon ou d’accorder son pardon

avatar contributeur de RedRose
RedRose
26/11/2022 à 12:58

Je préfère pardonner, pour mon propre équilibre, car garder en soi de la rancune, de la haine, est un véritable poison qui ronge de l'intérieur.

Je pardonne donc, plus pour moi-même que pour la personne, mais je n'oublie pas, et j'adapte mes relations en conséquence, parfois je peux prendre mes distances, aussi couper les ponts, mais sans garder de colère.


La vie est trop courte pour se prendre la tête

avatar contributeur de Alma08
Alma08
26/11/2022 à 16:43

Je ne pardonne plus. Je ne retourne Pas la monnaie, je ne fais Pas du mal mais je n'oublie plus.

Je dis ça car depuis toujours je l'oubliai carrement.

Maintenant je n'oublie plus et je ne fais plus confiance a la personne qui me traite mal.

Le probleme dans tout ça c'est que je ne fais plus confiance aux personnes que j'aime... C'est comme ça. Mais je n'accepte Pas le dicton en espagnol qui dit "qui bien t'aime te fera souffrir"

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
26/11/2022 à 17:48

Citation de Alma08 #431886

Ça fait penser au dicton :

« qui aime bien châtie bien »et pareil je ne l’aime pas. Qd on aime qqn on ne lui fait pas de mal et encore moins de façon libérée.

avatar contributeur de Marquise_fem
Marquise_fem
26/11/2022 à 17:56

Citation de Alma08 #431886

euuh ce dicton est un peu tiré par les cheveux, ça fait un peu promotion et banalisation des relations toxiques quand même 😅

Citation de Némésis Inu #431893

Ah mais pour moi, pardonner, c'est oublier la faute/l'erreur ! si t'as pas oublié, c'est que tu n'as pas pardonné.

Le dicton qui aime bien chati bien, c'est rigolo, je l'aime bien, j'y vois aucune violence, c'est plus les conflits bête et méchants mais rien de très problémqitque.

avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
26/11/2022 à 18:03

Citation de Marquise_fem #431894

Je vois pas les choses ainsi:

J’ai pardonné à ma famille de m’avoir zappé au moment où j’ai fait mon CO et où mon handicap est apparu.

Pour autant je ne pourrai jamais oublier la douleur que j’ai ressenti, l incompréhension et le sentiment d’abandon , c’est gravé dans mon cœur.

avatar contributeur de Alma08
Alma08
26/11/2022 à 19:03

Oui, il y a des souffrances qui serons toujours la et quand on les pense elles reviennent aussi fortes que le jour meme des faits.

Envoyé depuis l'application android
avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
26/11/2022 à 19:19

Citation de Alma08 #431903

C’est ça, c’est comme un «  membre fantôme «  c’est là et ça par pas, pourtant tu va mieux, mais y’a ce souvenir douloureux.

avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2022 à 19:25 - 26/11/2022 à 19:25

J’ai parfois du mal à pardonner, disons qu’en fonction du mal qu’on m’a fait ça prend du temps, et ça dépend si la personne refait des siennes ou pas

avatar contributeur de Marquise_fem
Marquise_fem
26/11/2022 à 19:39

Citation de Némésis Inu #431895

ça justement, ce sont des choses qui ne sont pas pardonnables, ce que tu décris là, c'est un traumatisme et on ne guérit pas de ça, c'est comme une cicatrice en quelque sorte.

à mon sens, tout ce qui relève du trauma ne peut pas être pardonnable car on s'en rappellera tjrs, mais tjrs selon moi, ça ne veut pas dire que je vais /l'on va arrêter d'adresser la parole à ces personnes là.

Pour moi, le pardon, c'est vraiment l'oubli de la faute/erreur et encore une fois, on ne peut pas tout oublier car il y a des choses que le cerveau va mémoriser (le trauma par ex).

J'ai lu ça sur un site : Le pardon est l’antithèse de l’oubli ; car si l’on oublie le tort qui a été fait, alors, il n’y a plus rien à pardonner. Ni la personne qui a commis le tort, ni la personne qui en a été victime ne doivent oublier ce qui a été fait, sous peine de ne plus pouvoir ni être pardonné ni pardonner. Le pardon « efface » le ressentiment lié à l’acte négatif qui a été commis, mais ne peut effacer l’acte lui-même. Il peut simplement libérer l’offenseur et l’offensé de certaines conséquences négatives de cet acte.

j'ai l'impression que tout le monde a pas la même perception du pardon, pour moi, c'est l'oubli mais en même temps ce n'est pas totalement cela. Ressentir un sentiment négatif via l'évènement fait que finalement le cerveau n'a pas vraiment pardonné (même si on le dit pour la bonne forme).

J'espère ne pas avoir trop compliqué le sujet de base 😅

avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2022 à 19:55

Citation de Marquise_fem #431916

Effectivement, quand il y a un reste, que ce soit un traumatisme ou qu’il y ait des conséquences à long terme le pardon est difficile car la blessure est constamment réouverte.

avatar contributeur de Alma08
Alma08
26/11/2022 à 20:00

Qui fait du mal une fois, le fera a nouveau

Envoyé depuis l'application android
avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2022 à 20:07 - 26/11/2022 à 20:07

Citation de Alma08 #431919

Pas sûr. Ça dépend de la personne, ça dépend de sa capacité à se remettre en question.

avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
26/11/2022 à 20:11

Citation de Marquise_fem #431916

Sincèrement je les ai pardonné car mon amour pour eux va au delà de ce que j’ai vécu , mais oui je n’oublie pas, non pas par volonté de ne pas oublier mais parce que c’est un blessure qui a laisser une cicatrice.

Par contre à mon ex , manipulateur et pervers, lui mon pardon il peu s’asseoir dessus! Il y a un mois il est revenu à la charge pour qu’on reste amis! ( ex depuis 2 ans mtn!) ce connard à trouver le moyen de trouver mon FB en se refaisant un nouveau profil ( vu que je l’avais bloqué de partout) et là aussi il y a une blessure profondément ancrée mais il n’aura JAMAIS mon pardon!

avatar contributeur de Alma08
Alma08
26/11/2022 à 20:12

Citation de LaMiSson #431921

ça depend surtout comment ça été fait. Il y a des réactions qu'on sait qui vont revenir.

avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2022 à 20:25 - 26/11/2022 à 20:29

Citation de Alma08 #431924

Moi je ne dirais pas on sait . Parce que au final on sait pas ce qui se passe dans la tête de la personne en face. Par contre, c’est vrai qu’il y a des personnes qui ne peuvent pas changer. Mais de là à dire, c’est sûr cette personne là , ne peut pas changer, on n’en sait rien.

On peut constater qu’elle n’a pas changé à l’instant T par contre.

Je pense que le pardon, il peut être donné, et qu’en même temps, on garde une limite vis-à-vis de cette personne. Histoire de se protéger de ses réactions.

avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
26/11/2022 à 20:58

Je crois aussi qu’on est pas totalement maître de pardonner ou non, je veux dire que même qd on essaie ben avec certaines personnes ( et circonstances) on y arrive pas… tout simplement.

Et parfois ne pas pardonner nous rends plus fort… et plus prudent aussi ( et méfiant c’est certain)

avatar ancien membre
Ancien membre
26/11/2022 à 21:10

Citation de Némésis Inu #431943

Ça aussi, effectivement. Je connais ça. La douleur est restée présente tellement de temps, et les conséquences sont tellement lourdes… il y a l’intention aussi mis derrière les actes. Que ça me fait une piqûre de rappel, de ne pas retourner vers cette personne, ou alors, à force d’avoir réfléchi à la situation j’en ai tiré des leçons et je repère des Red Flag et je mets en pratique des mode up pour une « hygiène sociale », pour se protéger, mais aussi pour ne pas blesser l’autre.

avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
26/11/2022 à 21:11

Citation de LaMiSson #431953

Exactement

avatar contributeur de Marquise_fem
Marquise_fem
27/11/2022 à 11:02

Je crois aussi qu’on est pas totalement maître de pardonner ou non, je veux dire que même qd on essaie ben avec certaines personnes ( et circonstances) on y arrive pas… tout simplement. Némésis Inu #431943

Je suis tout à fait d'accord !

Et le pire, c'est quand la personne qui t'a fait du mal a vécu le même acte (a été victime et devient l'oppresseur en répétant ce qu'elle a vécu) et du coup tu sais exactement pk elle est comme ça et limite ça te donne une raison pour "pardonner" alors qu'en faite, comprendre le geste, ne veut pas dire le légitimer, c'est imp de savoir faire la différence entre les 2.

plus prudent, oui, plus fort, pas forcément, si les traumas sont encore là. De toute façon, quand on a souffert, on a pas besoin d'être fort, du moment qu'on va mieux, c'est le principal, être fort, c'est une injonction de la société qui légitime la violence dans le but de s'endurcir pour plus tard.

avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
27/11/2022 à 11:58

Citation de Marquise_fem #432036

Et le pire, c'est quand la personne qui t'a fait du mal a vécu le même acte (a été victime et devient l'oppresseur en répétant ce qu'elle a vécu) et du coup tu sais exactement pk elle est comme ça et limite ça te donne une raison pour "pardonner"

Tout à fait

Citation de Marquise_fem #432036

comprendre le geste, ne veut pas dire le légitimer,

Alors ça je le dis très souvent mais j’ai l’impression que peu de personnes arrivent à le comprendre

Citation de Marquise_fem #432036

lus fort, pas forcément, si les traumas sont encore là. De toute façon, quand on a souffert, on a pas besoin d'être fort

´C’est pas une question de «  besoin@ pour moi ça a été un constat. Ça demande courage et force de se sortir du trou, encore plus qd tu le fait seul-e

Citation de Marquise_fem #432036

être fort, c'est une injonction de la société qui légitime la violence

Point de vue que je ne partage pas du tout. Je me sens forte, femme forte d’avoir surmonté bcp d’épreuves et de m’en être sortie, forte d’être arrivée là où j’en suis à ce jour.

Je suis admiratives de la force des parents solo qui arrivent à jongler avec toutes les facettes que leur incombe ce statut entre les enfants, le travail, les soucis d’argents, leurs vies perso…

Bref, la force de l’esprit ( la volonté , la foi) n’a strictement rien à voir avec une quelconque violence, un combat intérieur oui , sûrement, c’est cette force que j’admire et c’est pas donné à tous, d’où mon admiration 🙂

avatar contributeur de Marquise_fem
Marquise_fem
27/11/2022 à 20:31

Citation de Némésis Inu #432049

c'est super que tu ressentes les choses comme ça, moi aussi j'aime utiliser le terme "survivante" et je me perçois aussi comme qql de fort mentalement (c'est la résilience) et je suis très fière de moi quand je me vois ojd de me dire que tout ce que j'ai vécu ne m'a pas défini ;

je comprends mieux ta perception, moi je parlais plutôt de l'image cultivé par la société de qql qui a vécu énormément de violence et qui par cela va s'endurcir par rapport à qql qui qui ne l'a pas été. Quand on est une victime, le plus important c'est d'aller mieux et de prendre soin de soit à son rythme, pas d'être fort.

avatar contributeur de Némésis Inu
Némésis Inu
27/11/2022 à 20:40 - 27/11/2022 à 20:41

Citation de Marquise_fem #432159

Mais une victime qui prend la décision de se relever devient une personne forte, c’est tellement plus facile de se lamenter sur son sort ( on a tous un temps de lamentation, là je parle de ceux qui s’y complaisent), de se faire plaindre pour au final ne pas bougé

je me perçois aussi comme qql de fort mentalement (c'est la résilience) et je suis très fière de moi quand je me vois ojd de me dire que tout ce que j'ai vécu ne m'a pas défini

tu as de quoi être fière et oui on est seul-e-s maître de notre destinée. Faut tirer partie de tout, même du pire !

avatar contributeur de Ice Cube
Modération Ice Cube
27/11/2022 à 21:07

Je suis admiratif des gens qui pardonnent.

Dans l'absolue, je considère que ne pas pardonner c'est être puni 2 fois. La première quand on vit le truc qui nous à blesser et puis après à chaque fois que ce truc s'impose à nous.

Pourtant, dans ma vie, il y a parfois des rancunes qui se sont imposé d'elle-même. Soit parce que les exactions subit ont eu des conséquences qu'il me faudra supporter ad vitam

Soit parce que la personne était une pervers narcissique qui se plaisait a entretenir la flamme, même 20 ans plus tard et ce malgré ses propres tords.


Aller de fleur en fleur et ne prendre de chacune que le meilleur



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2023, betolerant.fr