Conditionnement à l'homosexualité ? Qu'est ce que c'est cette théorie ?

avatar ancien membre
Ancien membre
14/01/2022 à 13:34 - 14/01/2022 à 17:31

Salut

J'ai lu ça sur ce site qui me trouble beaucoup (j'ai ressenti mes premiers désirs homosexuels et hétérosexuels à 11 ans qui ont finalement perduré toute ma vie et je n'ai pourtant eu aucune expérience sexuelle avec les 2 genres pendant mon adolescence )

https://www.reussirmavie.net/Faut-il-essayer-les-relations-avec-les-deux-sexes-pour-savoir-si-l-on-est-hetero-bi-ou-homo_a651.html

"Une expérience érotique homosexuelle vécue à l'adolescence, période où l'on est encore en construction, risque donc de gêner la délicate ouverture sur l'autre sexe. Les sexologues, eux, remarquent que des expériences homo précoces peuvent produire un conditionnement au plaisir homosexuel et enfermer dans ce type de sexualité. Mieux vaut donc laisser tout simplement éclore votre identité sexuelle, jusqu'au moment où vous vivrez une relation amoureuse importante et vous sentirez mûr(e) pour un grand amour. Pour vous aider, n'hésitez pas à vous confier à un adulte de confiance ou un ami."

Mais qu'en es t'il d'une expérience sexuelle hétéro précoce ?

Vous en pensez quoi ? Est ce que c'est vrai que cette théorie a cours chez les sexologues ?

Pour ma part j'étais très jeune quand j'ai eu me premiers fantasmes sexuels à caractère homosexuel. Je m'en souviens bien, ça m'avait beaucoup troublé car de 11 ans à 13 ans mes fantasmes étaient exclusivement homosexuels avant d'être plus variés avec les filles.

Est ce que je me suis auto conditionné au plaisir homosexuel à cause de ma jeunesse ?

avatar contributeur de Dime
Dime
14/01/2022 à 18:53

Citation de Lulustrike #387103

Je ne pense pas qu'il faille attacher une importance particulière aux premières expériences homosexuelles. C'est plutôt reconnu comme un classique. Les jeunes ados prenant conscience de leur sexualité potentielle en présence (avec attouchement réciproque ou non) d'un de leur camarade du même sexe. C'est plutôt aidant ou rassurant pour certains avant d'aborder le mystère de l'autre sexe.( Mais je ne sais pas si c'est à cela que tu fais allusion...)

avatar ancien membre
Ancien membre
14/01/2022 à 20:14

Citation de Dime #387116

Salut

J'ai l'impression qu'en lisant ce passage de ce site qu'une expérience précoce homosexuelle te renforce à devenir gay alors que si tu n'avais pas eu cette expérience tu ne serais jamais devenu gay.

Mais mon vécu à moi m'a renforcée dans mes attirances sans avoir eu aucune expérience gaie durant l'adolescence.

Mon idée est que ce n'est aucunement des expériences même précoce qui peuvent te provoquer des attirances homosexuelles par la suite. Je pense qu'elles sont juste déjà là à la fin de l'enfance et tu ne renforces rien avec une expérience précoce tu ne fais que confirmer le pressenti que tu étais gay ou pas !

Si c'était vrai on pourrait appliquer l'idée suivante pour faire disparaître les envies homosexuelles : forcer les adolescents à avoir des expériences hétéro précoces pour renforcer leur hétérosexualité !!!

avatar contributeur de OffRoad
OffRoad
14/01/2022 à 22:23 - 14/01/2022 à 23:11

Citation de Lulustrike #387103 : " ... Est ce que c'est vrai que cette théorie a cours chez les sexologues ?"

Yep à toustes,

Pour avoir suivi un webinaire sur les ados violents en prison, les deux pédopsychiatres qui ont exposé leur sujet en sont encore au vieux système freudien en décalage avec la réalité de nos connaissances actuelles. Leur volonté à imposer la bienpensance est navrant.

Alors donc, ici, je pense qu'il est bien de relever ce détail qui nous indique qu'il y a encore du boulot pour ouvrir les esprits... Snif oui

Quant au métier de sexologue, c'est un complément de métier souvent de psychologie.

Courage pour supporter et maintenez votre détermination avec CNV et argumentation. 🤗


N'attendez rien du XXIe siècle ; C'est le XXIe siècle qui attend tout de vous...

avatar contributeur de Torus
Torus
15/01/2022 à 09:07 - 15/01/2022 à 09:09

On notera que le site n'indique aucune source, hormis un sondage de la Sofres pour le Nouvel Obs-RTL sur un échantillon de 1000 personnes. D'ailleurs en regardant l'original (https://www.nouvelobs.com/societe/20090422.OBS4299/un-enquete-exclusive-sur-la-sexualite.html) le pourcentage concerne en fait l’aveu d'un fantasmes de la part de sondés autour de la pratique homosexuelle. J'ai du mal à voir en quoi cet aveux définis quoi que ce soit sur la population homosexuelle, comme le déduis ton article.

Du coup "Les sexologues remarquent", mais quels sexologues ?

avatar contributeur de Stefrem
Stefrem
15/01/2022 à 15:24

En partant de mon expérience je dirai: on NAIT gay, mais on ne le devient que le jour ou on s'accepte

Parce que gay, c'est comme être gaucher !

Etre gaucher ce n'est pas "que" avoir une prédisposition à l'usage de la main gauche: il y a en réalité une latéralisation de l'ensemble des organes, et cette matérialisation est à la fois innée et définitive. Cela la science sait le décrire.

Cela n'empêche pas de développer l'usage du bras droit, mais cela ne change pas la latéralisation.

Et bien l'homosexualité, c'est - de mon expérience - pareil. Ce n'est pas "que" une orientation sexuelle mais cela se manifeste de manière visible par l'orientation sexuelle.

J'ai su depuis l'âge de 5 ans que j'étais gay. J'ai voulu l'oublier. Je l'ai redécouvert à l'adolescence (sans relation sexuelle),et là je l'ai refusé. J'ai construit une vie "hétéro" jusqu'au moment où j'en ai eu marre de me renier !

Etre gay c'est une manière de percevoir et d'inter-agir avec le monde. Et cela donne des qualités particulières.

Ce n'est pas un choix, le choix c'est de l'accepter. Or ce n'est jamais si simple !

L'homosexualité n'est pas une maladie, ne se transmet pas, ne se soigne pas.

Il n'y a personne à convertir si ce n'est soi même ... à l'acceptation de soi pour vivre et pas uniquement survivre

Et c'est d'ailleurs ce que nous disent les débats sur la loi interdisan les thérapies de conversion

rienàguerir #rienàmaudire

avatar contributeur de OffRoad
OffRoad
15/01/2022 à 15:51 - 15/01/2022 à 15:52

Citation de Stefrem #387199 : "... loi interdisan les thérapies de conversion ..."

Ah ? ya une loi ? 🤔 un décret ?


N'attendez rien du XXIe siècle ; C'est le XXIe siècle qui attend tout de vous...

avatar contributeur de OffRoad
OffRoad
15/01/2022 à 16:39

Citation de Stefrem #387204

Aaah ouiiii ! arg

"...clinique privée du sud de la France pour ..." 😱 cela confirme ce que j'ai écrit ici plus haut avec en plus cette dénonciation dans Orange Mécanique des 'traitements' pour 'redresser' les âmes perdues ! Sniff de sniff 😩

🤔 mais ce document n'est pas une loi et encore moins le décret d'application. j'avais bien en tête l'esprit de ce document en suivant les travaux de la Miviludes...

Je vais chercher demain aussi dans https://www.legifrance.gouv.fr/

yep à toustes


N'attendez rien du XXIe siècle ; C'est le XXIe siècle qui attend tout de vous...

avatar contributeur de Memento
Memento
19/01/2022 à 18:19

Je trouve l'extrait de l'article assez violent.

J'ai l'impression qu'il ne prend pas du tout en compte la sexualité des enfants : la découverte de son corps, du corps de l'autre ; ou alors qu'il vient interdire toute cette période pour ne pas créer d"'orientation sexuelle erronée" (what ?)

Je trouve cette façon de dire les choses extrêmement culpabilisante. Ça force les gens à se questionner "mais si je n'avais pas joué à touche pipi avec cette petite fille, est-ce que j'aurai couché avec une fille 10 ans après ?"

Je ne me sens pas à l'aise et j'ai du mal à voir le sens

  • s'il y a des expériences précoces, c'est qu'il y a déjà certainement des attirances (qui seront peut-etre mises de côté par la société, la pression, notre cheminement personnel...), non ? Pourquoi devoir les mettre de côté jusqu'à trouver l'amour ? (Et pourquoi la sexualité aurait forcément à voir avec l'amour d'ailleurs...)
avatar contributeur de Rosam
Rosam
19/01/2022 à 21:44

Ils cherchent encore des raisons pour justifier l'homosexualité histoire qu'il y ai un remède, d'ailleurs nous ne serions que 9%!🤔

Et si on laissait les enfants tranquilles tout simplement, pour une fois.

Pour terminer sur une note joyeuse, ça aurait été dommage de ne pas citer homosexualité et SIDA dans le même article!

avatar ancien membre
Ancien membre
19/01/2022 à 23:13 - 19/01/2022 à 23:15

Salut

Ce qui me dérange c'est présenter les expériences homosexuelles au debut de l'adolescence (comme la masturbation mutuelle entre copains ) que soi disant des hétérosexuels vont avoir comme une sorte d'immaturité sexuelle et donc l'homosexualité est une sexualité immature par rapport à l'hétérosexualité qui serait une sexualité plus aboutie.

Bon bref, je me demande si ce genre de théorie ne vient pas tout simplement de personnes se disant hétérosexuelle ayant eu une expérience homosexuelle durant leur preadolescence et en fait elles n'assument pas cette part d'homosexualité en elles en mettant ca sur le compte de l'immaturité.

Parce que perso quand j'étais preadolescent il fallait vraiment avoir envie d'une expérience homosexuelle pour franchir le pas avec un copain avec toute la peur et la honte que l'on peut avoir sur l'homosexualité quand on est preadolescent. Ca a ete mon cas je ne suis jamais arrivé à franchir le pas à avoir une expérience homosexuelle alors que ce n'est pas l'envie qui me manquait.

avatar contributeur de Rosam
Rosam
20/01/2022 à 03:26

Oui plus aboutie, tu m'étonnes! après 3 léchouilles, on tamponne un peu par ici un peu par là, Monsieur fait le mâle alors que Madame n'a pas encore décollé, je ne sais plus quel % de femmes n'ont pas d'orgasmes mais c'est effrayant je crois que ça tourne autour des 70%, il ne s'écoutent pas, ne se comprennent pas et ne s'intéressent pas à l'autre, ils fonctionnent avec des codes moraux et des protocoles (je parle bien sûr des gens qui ont la même vibe que ces torchons), elle est où la moral dans la sexualité, dans le plaisir de jouir?! Il faut savoir aussi que chez ces personnes, seule la pénétration faire foi, pas de péné pas de dite relation sexuelle et ça, ça vaut pour tous les hétéro donc partant de là, comment voulez vous qu'ils considèrent une autre sexualité que la leur ?

Ce n'est pas ce que j'appelle une sexualité aboutie alors les théories foireuses qu'ils nous inventent ne sert qu'à les rassurer et peut être même à mettre un voile sur leur propres fantasmes. Ça explique aussi pourquoi ils veulent tant savoir ce qu'il se passe dans notre chambre, quel gay n'a jamais eu droit à une question ou une remarque déplacée sur son intimité ? Moi ça me mets hyper mal à l'aise.

Mais j'y pense, est ce que les ados aujourd'hui vivent toujours leur 1er fantasmes entre POTES !?! Est ce qu'il n'est pas un peu là le problème ?

avatar contributeur de OffRoad
OffRoad
20/01/2022 à 12:33 - 20/01/2022 à 12:39

Citation de Rosam #387631 : "...elle est où la moral ..."

Bonjour Rosam, 'jour @ toustes,

Rosam, la morale est toujours là, partout ! mais je souhaite prolonger votre question pour définir ensemble cette notion :

la morale est de deux ordres, celle induite par les comportements de l'entourage de l'enfant ou bien fortement ordonné par leur religion. ☝️ Un rappel ici pour celleux qui ne me connaissent pas, je ne me limite pas aux pensées binaires : c'est donc une présentation simplifiée (deux ordres) et je vous prie de bien voir ces deux points dans un "graphique polydimensionnel". pour la suite du texte, soyez aussi vigilant ! Fin de rappel, merci de l'accepter.

Pensez aussi, Rosam et toustes, que l'enfant, par ces pressions sociales, par ces propres expériences également, consciemment ou inconsciemment, accepte cette morale ou bien, en partie ou totalement la réfute.

Il y a une différence de vue entre ces deux possibles : Si sa morale induite est "acceptée", nous pouvons en déduire que l'adolescent(e) va la poursuivre... mais dans le cas de la "rébellion", vous pouvez imaginez beaucoup de pistes possibles et non seulement un cap simplement opposé : le tout possible en réalité !... La pression morale des proches (parents,...) réside dans leur niveau d'inquiétude de ce possible aléatoire. Or, iels sont confortés de l'esprit grégaire de nos vies. C'est-à-dire que pour "être bien" en société, avec son futur entourage, il est "important" pour sa progéniture, d'avoir toustes la même morale, la même culture et évidemment le même culte...

J'en arrive donc au thème de débats : d'où viennent les termes de conditionnement, de pensée unique, de bienpensance, de communauté, ... ? ... pour ma part, j'ai répondu ci-dessus 😉

Ensuite, en découlent les termes de condamnation, stigmatisation ou de félicitation, d'éloge...

Ces termes vous interpellent, mais ne tentez pas de raisonner leurs auteurs. Ces termes sont des repères, sortes de phares côtiers vers lesquels il ne faut pas aller, sinon à votre péril, mais bien sûr des points de navigation institués par nos ancêtres pour ajuster votre navigation dans le brouillard de la vie en les contournant sans les perdre de vue pour arriver vers votre destination personnelle (symboliquement le port, sorte de zone de confort).

Bien à vous 🤗


N'attendez rien du XXIe siècle ; C'est le XXIe siècle qui attend tout de vous...



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2022, betolerant.fr