Ecrit à la volée. Partage.

avatar contributeur de Mali
Mali
26/04/2021 à 16:43

Je fus bruyante et éclatante

Et, je sais oui, fatigante

Je fus intense insupportable

Carrément stone complètement high

Je fus blessée je fus grisée

Et je pourrais bien sûr

Puisque le temps passe et pansemente

Les acrostiches qui cachent

Dans leurs initiales d’apaches

Les vieilles cicatrices qui mentent

Je pourrais

Je ne suis plus que silence

Je repose, me repose, et repose encore

La même question le cri du corps

Qui implore son abstinence

Son intérieur lové bête roulée

Qui montre les dents qui se défend

Mais combien de temps ?

Encore

Combien de temps ?

Avant

Parce que quand même

Tout de même

Enfin

Toujours, vraiment ?

Déjà, j’abandonne ? Je tombe et reste couchée ?

Elle disait le désespoir c’est quand l’espoir est parti

Et avec lui l’énergie

Et les pleurs et les cris

Mais moi je hurle

En dedans

Mes larmes s’usent

Je n’en finis pas de montrer les dents

Et de hurler

Et la vie à travers soubressaute et refuse

Chut, chute et relève

Toi la tête le coeur et le reste

Vivante encore

Toujours

Et à jamais

Et qui attend

Et qui crois encore

A la chamarre du monde

Et la chamade du coeur

A la lumière et au mouvement

Aux foules battantes

Aux impertinences militantes

Aux questions qui se posent

A l’improbable et au silence aussi

Silence qui écoute

qui se pose

Tranquille

Qui réfléchit

Qui prend des force

Qui se prépare

Prend son élan

Reprends son souffle

Ecoute, écoute

Dans mes silences

Ecoute écoute

Dans mes avalanches de mots inutiles

Ecoute écoute

Attends

Laisse moi du temps

Le monde

Je suis là, je n’ai pas laissé tomber

Des-espoir a frappé

Je suis restée assise

De l’autre côté de la porte

Ecoute

Des-espoir a dit, a prédit, maudit

Je me suis bouchée les oreilles

Et j’ai chanté dans la vibrance des cordes acier

Attends

Des-espoir a résonné silence

J’ai murmuré cachée sous mon lit

Mâchoire serrée, drapée d’arrogance

Terrifiée mais en survie

Attends le monde

Attends

avatar contributeur de Dime
Dime
26/04/2021 à 16:55

Salut.

J'aime bien. c'est un peu énigmatique, ça irait bien pour une chanson. J'y ressens une certaine souffrance interieure liée à la chair, voire une certaine violence interiorisée et subie. Mais une volonté de résilience évidente.

avatar contributeur de Mali
Mali
26/04/2021 à 17:03

Ah, ah ! Oui, je fais de la musique alors ça chante toujours un peu quand j'écris :-)

ça faisait longtemps d'ailleurs que je n'avais pas écrit. Comme ça d'un coup, les mots sont sortis tous seuls aujourdhui. J'ai simplement eu à leur ouvrir la porte.

Je ne m'étendrai pas sur le/les sens caché•s dedans.

L'écriture appartient au poète (je le genre au masculin parce que j'aime pas le mot poétesse. Je le trouve moche...)

L'interprétation à la lecteur•ice.

Merci Dime d'avoir reçu et partagé :-)

avatar contributeur de Dime
Dime
26/04/2021 à 17:18

Citation de Mali #360974

Oui exact. Souvent la plume devance la pensée. C´est alors peut-etre l´inconscient qui s´exprime ?

Tu es là planté devant moi, obsène à souhait

Tu t'imposes à moi, sans autre choix

Que de satisfaire tes vibrations,

Ton arrogance me glace les sangs

Et tel un automate je t'engloutis

Rappelant à mes sens

Une sensation enfantine

rassurante et obsédante

rebutante et familière

aimée et dévastatrice.



Suivez-nous
Téléchargez l'application
Application android
conçu avec par Carbonell Wilfried
© Copyright 2021, betolerant.fr