Demande D'Avis Ecriture

photo de l'auteur Howeker
Howeker
Homme de 23 ans
Fréjus

1 remerciement
Bonsoirs amis de la nuit (Etant donné l'heure a laquelle je poste ce sujet) ou bonjour a vous si vous lisez ça en pleine journée !
BREF

J'ai souvent écris pleins de choses, des débuts de romans (que je n'ai jamais poursuivis) des textes de chansons etc mais là, j'ai CETTE histoire qui me trotte dans la tête depuis des mois maintenant, et après de nombreuses heures de réflexion, j'ai décidé de me lancer !

Alors voici le premier jet, j'aimerais beaucoup avoir votre avis sur ce début, constructif si possible, bon ou mauvais, mais ce serait d'une grande aide pour moi ! Je vous remercie d'avance si vous prenez le temps de lire ce petit bout de texte ! :)

"Lejour se levait sur Vankleek Hill, les lueurs traversaient déjà les
rideaux de ma chambre. J'ai un sommeil léger, perturbé de rêves,
ou plutôt de cauchemars, depuis l'accident. Il était presque six
heures trente, pourtant mes yeux s'étaient ouverts il y a au moins
une heure déjà. Je me levai donc, enfilai un peignoir et rejoignit
ma cuisine. Le rituel voulait que chaque matin, je boive un thé
aromatisé a la poire et au chocolat, tout ça, assise sur un petit
tabouret qui trônait a côté d'une petite table circulaire. Avec
les petits biscuits du petit déjeuné s'ajoutait quelques pilules
d'anti-dépresseurs et d'anxiolytiques pour m'aider a faire face a
cette nouvelle journée où j'allais devoir sourire et être polie.
Après avoir consulté les actualités sur mon smartphone via les
réseaux sociaux (actualités soit intéressantes, soit sans intérêt,
comme le nouveau pull que Jessica c'est offert) je débarrassai cette
petite table et filai sous la douche. J'aimais le contact de l'eau ni
tiède, ni chaude, un juste milieu d'eau a température presque
corporelle qui se glissait et ondulait sur les formes de mon corps,
qui enveloppait ma silhouette d'une carapace protectrice de
réconfort. Je pouvais rester de longue minutes, là, a fixer
l'horizon sous une pluie artificielle si chaleureuse.
Lesminutes filaient et je me voyais déjà en retard, mon patron étaient
clément avec moi, étant donné ce que j'avais vécu, mais je ne
pouvais pas arriver constamment a une heure différente. M'habiller
m'importais peu a présent, je prenais des vêtements qui allaient
relativement bien ensembles, le maquillage ne servait uniquement qu'a
me donner un teint moins cadavérique et a estomper les cernes qui
creusaient mon visage. Aprèsun rapide coup de brosse pour dompter ma chevelure blonde, j'étais
enfin prête a quitter cette maison si conviviale autrefois.
Lorsquej'ouvris la porte, une brise estivale vint caresser mes joues, et fit
virevolter doucement mes cheveux. La moitié de l'été était passé,
les jours colorés et pluvieux de l'automne n'étaient plus très
loin. C'était ma saison préférée, j'aimais tellement me promener
dans les petites rues tapissées de feuilles aux couleurs rouges
orangées. C'était pour ça que je m'étais réfugiée ici, au
Canada.
Aprèsces quelques secondes a contempler les alentours, je me rendis dans
l'allée de mon garage où se trouvait ma Ford Fusion, celle qui
m'accompagnait dans tous mes déplacements." 

Merci d'être arrivé jusque là ! Désolé pour les fautes d'orthographe si il y'en a, la fatigue et l'excitation m'en ont surement fait faire quelques unes, ne vous gênez pas pour les mentionner ! ;)


photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Je trouve ton début de récit très bien structurer. Je pense, a mon avis, que tu devrais décrire en profondeur le personnage (non pas forcément dans son caractère car cela forme une sorte de mystère sur ce que le personnage est et de ce qu'il lui est arriver mais dans sa description physique). 
Mise a part ce détail insignifiant, tu jette une envie d'en connaitre plus sur sa vie.
Vite la suite !!!

photo de l'auteur Howeker
Howeker
Homme de 23 ans
Fréjus

1 remerciement
Merci beaucoup pour ta réponse ! Ça fais plaisir d'avoir des avis pour pouvoir au mieux peaufiner son travail !

Après il est vrai que je dois plus détailler qui est le personnage, après tout le lecteur ne sait pas grand chose d'elle, alors qu'évidemment moi je l'a connais, je l'ai crée, je vais donc introduire des éléments physique dans la suite ! (j'aime bien garder le coté psychologique pour plus tard Ahaha)

puis si tu le veux et que d'autres qui liront peut être veulent aussi un peu de la suite je serais ravi de partager ça avec vous ! :)

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'en serasi ravi, de pouvoir lire son histoire, qui elle est et surtout POURQUOI elle est comme ça.
Je ne suis peut etre pas pro mais si je peut aider.

photo de l'auteur Howeker
Howeker
Homme de 23 ans
Fréjus

1 remerciement
Ton avis est suffisant ! Je demande pas a un Stephen King de venir me donner le siens ! aha En tout cas merci, je te transmettrais la suite ! :) 

photo de l'auteur Mills
Mills
Homme de 22 ans
Lyon
Bon, la mégère se lance ! 

Dans l'ensemble le récit est plutôt bon, mais vu que tu demandes des avis je remonte les manches et je donne mon avis ! 

Premièrement, certains temps que tu utilises sonne comme si ils étaient au mauvais endroit pour mon oreille du style "j'ai un sommeil léger". A mon avis "depuis l'accident, J'ai un sommeil léger, perturbé de rêves, ou plutôt de cauchemars"
sonne mieux. Après l'utilisation de certains verbes me laisse perplexe comme l'utilisation de "vouloir" pour décrire le rituel, je pense qu'un verbe d'état sera plus à sa place un simple "être". En utilisant vouloir tu donnes une volonté, une action a ce rituel qui est banale (banale n'est pas péjoratif on est d'accord ?). J'utiliserais plus "vouloir" dans un rituel plus""vivant"". du style "Le rituel voulait lui arraché sa vie" 

Tu rajoutes un peu de description, (J'adore avoir plein de détail inutile du genre savoir si le tabouret circulaire est en aluminium recouvert d'une peinture de couleur vert d'eau qui est dans un sale état ou si c'est un tabouret en bois recouvert d'une house brodé avec des motifs inca qui était d'une couleur vive qui est maintenant passée)

Voilà voilà, sinon j'aime bien la tournure que cela prends ! A quand une suite ?

photo de l'auteur Howeker
Howeker
Homme de 23 ans
Fréjus

1 remerciement
Merci a toi sale mégère ! (je rigole ! aha)

Non sérieusement, merci pour cette analyse un peu plus technique, j'ai pris en compte ce que tu as dit et ai effectué les changements ! D'ailleurs depuis, le début a un peu évolué, j'ai rajouté certaines choses, j'ai un peu continué, je continuerais un peu aujourd'hui et je vous envoi ça ! :) 

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
C'est intéressant la façon dont tu distilles les éléments de la trame. Le mot accident qui arrive presque au tournant d'une phrase. L'adjectif accordé au féminin qui nous renseigne un peu plus sur l'identité du narrateur après quelques lignes. Ca me plait.

Je ne commenterai pas l'intrigue dont on a encore trop peu d'éléments pour pleinement l'apprécier. Du même coup, c'est sur le style que se porte l'attention et je ne le trouve pas suffisamment au service de l'impression que tu veux donner. C'est sans doute un exercice difficile, mais je ne ressens pas la mélancolie, la lassitude ou le poids des tâches routinières dans la globalité des phrases. Du coup, elles semblent anecdotiques (et pour cause, c'est une scène routinière que tu décris) au lieu d'être saisissantes ou au lieu d'instaurer un mal être.

Ne prends pas trop sévèrement ma critique, qui n'est que mon humble avis. J'ai d'ailleurs spécialement apprécié l'une de tes phrases qui m'a justement mis dans la peau du personnage, et pour laquelle je te félicite :

"J'aimais le contact de l'eau ni tiède, ni chaude, un juste milieu d'eau à température presque corporelle qui se glissait et ondulait sur les formes de mon corps, qui enveloppait ma silhouette d'une carapace protectrice de réconfort."

photo de l'auteur Howeker
Howeker
Homme de 23 ans
Fréjus

1 remerciement
Merci Mylex pour cet avis constructif ! Je ne le prends pas du tout sévèrement, je le trouve juste. C'est vrai que le personnage manque un peu d'humanité, ou du moins d'émotions ! Et merci pour ton compliment sur cette phrase où j'ai été inspiré ! aha 

Enfin bref, j'ai pris en compte tous vos avis et vos remarque et ai effectué une réécriture ainsi qu'une petite suite a ce que j'avais commencé. Voici ce que ça donne ! :) 

"Lejour se levait sur Hawkesbury, les lueurs traversaient déjà les
rideaux de ma chambre. Depuis l'accident j'ai un sommeil léger,
perturbé de rêves, ou plutôt de cauchemars. Il était presque six
heures trente, pourtant mes yeux s'étaient ouverts il y a au moins
une heure déjà. Je me levai donc, enfilai un peignoir et rejoignis
ma cuisine. Monrituel quotidien commençait alors. Comme chaque matin, je bu un thé
aromatisé a la poire et au chocolat, tout ça, assise sur un petit
tabouret qui trônait a côté d'une petite table circulaire. Avec
les petits biscuits du petit déjeuné s'ajoutait quelques pilules
d'anti-dépresseurs et d'anxiolytiques pour m'aider a faire face a
cette nouvelle journée où j'allais devoir sourire et être polie.
Lesdébuts de journées se passaient ici, dans cette cuisine a
l'américaine. La petite table de bois disposait d'un système qui
lui permettait de tourner sur elle même et se trouvait juste en
dessous d'une grande fenêtre qui donnait sur la rue. Il faisait beau
aujourd'hui, les voisins s'activaient déjà dans les allées.
Certains partaient travailler, d'autres arrosaient simplement leurs
pelouses. J'avais qu'un seul tabouret, il était assortit a la table.
Tous deux étaient faits d'un bois sombre, le tabouret disposait d'un
dossier plutôt confortable. Tout le mobilier était neuf dans cette
maison. Elle ressemblait aux modèles d'exposition, ou celles qu'on
voyait dans les séries américaines. Je sais pas pourquoi j'en avais
pris une aussi grande. Je suppose que le quartier me plaisait.
C'était une maison de style Victorien, elle comportait deux étages,
avait plusieurs chambres et plusieurs salles de bain. Sa façade
alternait entre béton et pierres, le tout dans un ton gris sombre.
Le silence qui y régnait le soir pouvait être presque oppressant.
Je ne m'aventurais quasiment jamais au deuxième étage, il
m'angoissait, j'avais l'impression de ne pas être seule là haut.
Aprèsavoir consulté les actualités sur mon smartphone via les réseaux
sociaux (actualités soit intéressantes, soit sans intérêt, comme
le nouveau pull que Jessica c'est offert) je débarrassai cette
petite table et filai sous la douche. J'aimais le contact de l'eau ni
tiède, ni chaude, un juste milieu d'eau a température presque
corporelle qui se glissait et ondulait sur les formes de mon corps,
qui enveloppait ma silhouette d'une carapace protectrice de
réconfort. Je pouvais rester de longue minutes, là, a fixer
l'horizon sous une pluie artificielle si chaleureuse.
Lesminutes filaient et je me voyais déjà en retard, ma patronne
étaient clémente avec moi, étant donné ce que j'avais vécu, mais
je ne pouvais pas arriver constamment a une heure différente.
M'habiller m'importais peu a présent, je prenais des vêtements qui
allaient relativement bien ensembles, mais surtout qui dissimulaient
les cicatrices présentes sur mon corps. Le maquillage ne servait
uniquement qu'a me donner un teint moins cadavérique et a estomper
les cernes qui creusaient mon visage. Aprèsun rapide coup de brosse pour dompter ma chevelure blonde, j'étais
enfin prête a quitter cette maison. Maison dans laquelle je vivais
depuis seulement quelques mois, quatre ou cinq peut être.
Lorsquej'ouvris la porte, une brise estivale vint caresser mes joues, et fit
virevolter doucement mes cheveux. La moitié de l'été était passé,
les jours colorés et pluvieux de l'automne n'étaient plus très
loin. C'était ma saison préférée, j'aimais tellement me promener
dans les petites rues tapissées de feuilles aux couleurs rouges
orangées. C'était pour ça que je m'étais réfugiée ici, au
Canada. Il faisait tout de même presque quinze degrés alors que la
journée commençait a peine. Évidemment c'était loin des
température méditerranéenne du sud de la France au mois d’Août
mais c'est pas pour celles ci que j'étais venu vivre ici.
Aprèsces quelques secondes a contempler les alentours, je me rendais dans
l'allée de mon garage où se trouvait ma Ford Fusion, celle qui
m'accompagnait dans tous mes déplacements. C'était une voiture
presque neuve, une berline bleue nuit, confortable, dotée de toutes
les dernières technologies. Les sièges en cuir chauffant blancs
étaient parfaits pour les jours très rudes de l'hiver canadien.
J'aimais ces routes de l'Ontario, bordées par des Pins blanc,
semblant tout droit sorties d'un thriller dramatique.
J'habitaisSmerdon Street. La rue se terminait par un cercle, comme un rond
point, mais avec une seule issue. De grandes maisons entourait ce cul
de sac. La mienne était située sur la droite, la deuxième après
être entré dans cette impasse. Les arbres slalomaient entre les
bâtisses, et la foret commençait après elles. Souvent le soir
venu, j'entendais les animaux de la forêt s'agiter juste derrière
les palissade de mon jardin.
Jedémarrai ma voiture et effectuai une marche arrière, mais, prise
dans mes pensées, je ne vis pas un de mes voisins passer derrière
et le heurtai. Prise de panique, je coupai le moteur et me ruai a son
secours : Oh mon dieu, Daniel, vous allez bien ? Ne vous inquiétez pas Laurel, je vais bien, c'était juste une petite
bousculade !Ilriait alors que je l'aidais a se relever. Daniel était mon voisin,
un homme charmant, la cinquantaine dépassée, qui vivait juste a
côté de chez moi avec sa femme et ses filles. Il était très bien
conservé pour son âge, un physique athlétique, une dentition
immaculée, et un regard d'un bleu profond. Je suis tellement désolée, j'avais la tête ailleurs, je vous ai pas
vu passer dans les rétros...Il mecoupa la parole. Laurel, Laurel, calmez vous je vais bien, tout va bien ! Puis on
pourrait commencer a se tutoyer maintenant ! On se connaît
depuis quelques mois tout de même  ! Vous... Tu as raison ! Je m'excuse, vraiment, si je peux faire quoi que
ce soit, n'hésite pas ! D'accord, je prends note ! Allez, maintenant file, je suppose que tu
allais travailler ? Effectivement ! Je te retarde pas plus longtemps, bonne journée a toi Laurel ! Me
dit-il en souriant. Merci, a toi aussi Daniel, et encore désolé ! J'étaisconstamment perdue dans mes pensées. Parfois je me surprenais a
fixer l’horizon, les yeux dans le vide pendant plusieurs minutes.
Les accidents de se genre étaient fréquents, bien que percuter
quelqu'un avec ma voiture n'était jamais arrivé avant.
Depuisque j'étais arrivée au Canada, je travaillais dans une petite
boutique d'antiquités sur Main Street. Plus jeune, j'avais fais des
études d'histoire, de géographie et d'histoire de l'art. En France,
j'étais enseignante. Malgré tout, j'aimais l'ambiance de cette
petite boutique, elle semblait tout droit sortie d'un compte
fantastique, avec tous ces objets qui, chacun, avaient leur passé,
leur histoire, le temps semblait suspendu entre ces murs.L'endroitse trouvait a seulement deux kilomètres de chez moi, environ quatre
minutes en voiture. Je fis une nouvelle marche arrière a bord de mon
véhicule, en vérifiant avec attention que personne ne se trouvait
derrière, je contournai le rond point vêtu de gazon et m'élançai
dans Smerdon Street.Lesmaisons défilaient autour de moi, j'habitai un quartier résidentiel,
semblable a celui de Wisteria Lane dansDesperate Housewives, maisce genre de quartier était commun en Amérique du Nord. Il était
sept heure cinquante huit et la vie bâtait son pleins. Les bus
scolaires effectuaient des balais entre les rues, et les berlines et
autres 4x4 se dirigeaient vers le centre ville."

photo de l'auteur Howeker
Howeker
Homme de 23 ans
Fréjus

1 remerciement
(Bon, quand je le poste ici, il m'enlève les lignes sautées, les tirés lorsque les personnages parlent mais normalement tout est bien présenté, c'est pas écrit a la suite comme ici ! :) )

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
J'aime bien le fait que les tirets ne soient plus là, même si c'est pas intentionnel, ça donne l'impression que le personnage est tellement centré sur lui-même qu'il n'y a plus de différence entre parole extérieure et intérieure
A part ça je suis tout à fait d'accord pour dire que le tabouret et la table sont de beaux objets qui donnent un beau relief au récit
Le seul point qui me gêne un peu est la façon dont tu accordes tes verbes, je ne sais pas si c'est voulu, mais il y a des échanges bizarres entre passé simple et imparfait: "depuis l'accident j'ai un sommeil léger" qui est précédé de "levait" et "traversaient" sonne plutôt mal; j'ai aussi remarqué, mais là encore c'est peut-être voulu, que la relation de ton personnage à la plupart des choses se traduit de manière affective, ce qui l'amène à dire "j'aimais", ce qui finit par créer un effet un peu répétitif
Peut-être faudrait-il articuler plus précisément la sécheresse du monologue intérieur quand il décrit le quotidien aux brusques élans affectifs
Sinon j'aime vraiment la maison que tu as construite, qui est un bizarre mélange de vieux et de neuf et menacée plus ou moins directement par une nature environnante

photo de l'auteur Mills
Mills
Homme de 22 ans
Lyon
J'ai encore quelques remarques ! Haha Dans l'ensemble, je suis d'accord avec anachreon. Je trouve ça étrange qu'elle travaille dans une boutique d'antiqué et qu'elle est une maison neuve, je sais pas ca me paraît bizarre. Autant niveau financier que de sea envies, mais peut être que cela va prendre sens plus tard dans le récit. En plus du temps l'utilisation de verbe que je trouve bizarre dans la dynamique du récit par exemple pour accident j'aurais plus utilisé le verbe "arriver" que le verbe "être" mais là ce n'est qu'un chichi personnel:D

photo de l'auteur Robot
Ancien membre
Utilisateur désinscrit
Tu as sûrement une idée derrière la tête qu'on ne peut encore entrevoir. Je ne peux apprécier un texte qu'en l'ayant lu dans sa totalité.
D'abord le moins bon. Le positif suit. D'un point de vue technique: attention à l'orthographe, aux  erreurs récurrentes: tu écris "a" au lieu de "à". La conjugaison : d'accord avec la remarque d'Anachreon. A la limite, tu peux tout mettre au présent, le présent narratif. ça évitera des erreurs. De toute façon, tu seras obligé de le faire corriger avant toute publication. Au moins pour éliminer les coquilles et autres fautes de frappe.

Tu utilises un peu trop "c'était". Par ex: "C'était une maison de style Victorien, elle comportait deux étages" . Tu peux simplement écrire : "la maison de style victorien comportait deux étages". Sauf si tu tiens à ce style car tu dois trouver ton style, même s'il ne plaît pas à tout le monde. C'est toi qui décides, c'est ton histoire!
J'ai l'impression que lorsque tu décris,  tu es moins présent (ce n'est pas exactement ça non plus) que lorsqu'il y a une action... Pourtant tu décris beaucoup (personnellement, que le tabouret soit rond,orange etc m'importe peu, idem pour la table). Ces descriptions n'ajoutent rien au récit, ça plante un décor, reste à savoir jusqu'où aller. Donc la description au service de quoi ? Idem pour la description de la narratrice. Blonde ou brune, on s'en fout (du moins pour le moment... )
Je trouve certaines parties un peu lourdes  : "Je fis une nouvelle marche arrière a bord de mon véhicule". L'accident est passé, donc on connait le contexte, on suppose effectivement qu'elle va finir sa manœuvre pour aller travailler. Alors, "je recule" suffirait avec les précisions qui suivent. De plus, le "je fis", qui est correct, donne une fausse note, par rapport  au reste.

Tu sembles avoir une liberté d'humour dissimulé. J'aime bien ta manière de faire des références, de dire des choses a priori importantes et  finir par les rendre caduques; ex: "semblable à celui de Wisteria Lane dans Desperate Housewives, mais ce genre de quartier était commun en Amérique du Nord". Cela relève du quotidien, de la routine (environnementale) donc ça poursuit ton objectif. 

Le dialogue donne une impression de contraste avec les descriptions sans fin: tout d'un coup, la vie est là, loin de la routine. Tu commences en effet un dialogue sur base d'incident !
Continue avec les dialogues.
D'accord avec le premier paragraphe de Mylex. Tu ajoutes des infos au compte goutte: c'est intéressant !

Pour participer à ce sujet, il faut être obligatoirement inscrit