Aide  Nouvelle, perdue et indécise

Alkyar  
Ce sujet est une demande d'aide, bienveillance et courtoise sont de rigueur.

Bonsoir tout le monde!

Je ne sais pas trop comment amener le sujet alors je vais aller droit au but : je suis avec un homme depuis presque 3 ans, j'ai toujours été avec des hommes, et pourtant je me suis fréquemment posée la question de savoir si j'étais d'abord attirée par les femmes. Mais cette question étant tellement submersive dans ma vie, je l'ai toujours balayée d'un revers de main. Ca a fonctionné jusqu'ici, mais maintenant je n'ai plus l'impression de pouvoir y échapper. Il me faut la réponse à cette question.

Mais comment l'avoir ? Mon compagnon est quelqu'un de très bien, et je l'aime beaucoup, la dernière chose dont j'ai envie est de lui faire du mal. Lui en parler serait certainement signer notre rupture.

Pourtant, je refuse tout rapport sexuel depuis des mois. Au départ, pour une raison médicale, puisqu'on m'a diagnostiqué une maladie chronique invalidante qui me fait souffrir au moindre effort physique. Puis, pour une raison plus psychologique, puisque j'ai été victime de violences sexuelles et que mon passé a refait surface.

Maintenant l'idée même qu'il me touche me repousse. Mais je ne sais pas si je fais un rejet des hommes du fait du traumatisme, ou si je fais un rejet des hommes... parce que je ne les aime pas comme cela.

J'ai toujours eu des attirances, bien que passagères et lointaines, envers certaines femmes. Mais je me disais que c'était simplement un fantasme, ou de la curiosité. Maintenant je ne sais plus.

Je me demandais si d'autres personnes avaient pu vivre une expérience similaire. Ou simplement si d'autres personnes pouvaient me donner leur avis sur la question. Je ne peux en discuter avec personne de mon entourage...

Merci de m'avoir lue, et merci encore plus si vous prenez le temps de répondre !

Ancien membre  

Bonsoir Alkyar,

il est difficile de te répondre sur un sujet si personnel. Parce qu'il te faut chercher les réponses au plus profond de toi, essayer d'analyser tes propres ressentis, te poser un tas de questions à leur sujet et il est parfois utile de faire appel à un spécialiste pour être accompagnée dans cette démarche. Surtout quand reste en suspens un traumatisme. Plein de courage.

avatar contributeur de Firen
Firen  

Bonsoir Alkyar.

Tout d'abord... Joyeux anniversaire !

Tu évoques plusieurs choses dans ton poste. Un traumatisme. Un diagnostique d'une maladie invalidante et envahissante. Un questionnement sur ton orientation.

Prends ton temps pour essayer de savoir au mieux les incidences que ces évènements ont sur ta vie. Sur ta personne. Sur ton couple.

Tu n'es pas certaine d'être encore attirée sexuellement par les hommes ? Essaye de voir si tu es toujours attirée par eux sans la question sexuelle. Une attraction romantique.

Idem pour ton attirance pour les femmes. Cette attraction est elle passagère ? Concerne t-elle un certain "type" de femmes ? Est elle romantique et/ou sexuelle ?

Tu rejettes peut être les relations sexuelles avec ton compagnon non pas parce qu'il est un homme ou bien à cause de tes problèmes de santé ou tes traumas, mais peut être "tout simplement" parce que tu n'es plus attirée sexuellement par celui-ci.

Avoir l'aide d'un ou d'une professionnelle me semble aussi être une bonne idée. Cela te permettrait de mettre les choses "à plats". De pouvoir en parler avec une personne compétente qui pourrait t'aider à y voir plus clair.

Au delà de la question de l'orientation sexuelle, je pense qu'il serait très important pour toi de pouvoir au mieux traiter ton traumatisme.

Idem en ce qui concerne le diagnostique de ta maladie. Avoir l'annonce d'une pathologie qui va bouleverser ta vie, et les conséquences qui vont avec, il faut arriver à digérer cela. Ca prend parfois du temps.

J'espère avoir pu t'aider, ne serait ce qu'un peu.

Je te souhaite beaucoup de courage dans ce que tu vis, sincèrement.

Teteailleurs  

Bonsoir, si tu veux, je peux partager ma petite expérience avec toi, car, il me semble qu'il y a quelques points communs (pas tout bien sûr), si cela peut t'aider.

De mon côté, jusqu'à 38 ans je n'avais toujours été qu'avec des hommes, mais sans jamais me poser aucune question, ni ressentir aucune attirance pour une femme. Pourtant sur le plan sexuel, avec les hommes, je ne me suis jamais sentie bien et je n'avais jamais ni désir sexuel ni plaisir (je croyais que j'étais inapte à ça). Comme toi, tout contact physique me révulsait (sans raison biologique type problème de santé toutefois). Mais j'avais des sentiments... Jusqu'au jour où je suis tombée amoureuse d'une de mes collégues (lesbienne assumée), sans m'y attendre du tout. J'ai quitté mon compagnon de l'époque après 4 ans (pas sans culpabilité, bien sûr, ce n'a pas été simple) de relation et j'ai vécu mon amour avec cette femme...et je me suis réconciliée avec mon corps et ma sexualité.

Mais de ton côté c'est plus complexe: ressentais tu du désir pour lui avant ce problème de santé? A quel moment ont refait surface ces souvenirs traumatiques? As tu envisagé de faire la part des choses avec un professionnel qui pourrait t'aider? (médecin, psychologue, gényco...cela dépend aussi en partie des difficultés somatiques que tu rencontres)...arrête moi, si je dis de grosses bêtises!

Et à la fois, si ton compagnon t'aime et est attentif, il doit bien voir que quelque chose cloche...Comment réagit il? Te pose t il des questions?

Alkyar  

Merci pour vos réponses !

J'aurais dû le préciser : j'ai bien un suivi médical complet du fait de ma maladie, y compris sur le plan psychologique. Je n'ai pas encore abordé la question avec eux pour plusieurs raisons : d'une part, j'ai énormément d'autres sujets à traiter et les séances sont toujours trop courtes ; d'autre part, c'est tellement embrouillé que je change d'avis tous les matins (un jour c'est "ah mais oui c'est ça!" et l'autre "mais non pas du tout" et rebelote), et enfin.. ça me terrifie d'en parler ! Alors je me suis dit que de poster la question ici m'aiderait peut-être à y voir plus clair dans un premier temps.

Mon compagnon est vraiment adorable, hyper prévenant, et il me soutient énormément dans mes épreuves actuelles. Je lui ai toujours tout dit et c'est la première fois que je lui cache vraiment quelque chose. Je me sens énormément coupable, d'autant que je lui dois beaucoup et que j'aurais vraiment l'impression d'être une ordure de le quitter. Si tant est que j'en ai vraiment envie... je ne sais plus ce que je veux. Lui à côté, il m'attend. Il attend que j'aille mieux et que je vienne vers lui. Mais je ne sais plus si j'en ai envie.

Teteailleurs  

Je pense que tu pourrais d'accorder le temps de faire le point pour toi même. Ne te reproche rien, d'une manière ou d'une autre, nos traverserons tous des phases de grands chamboulement dans nos vies, et c'est bien normal de prendre le temps de faire le tri pour y voir clair, avant de prendre des décisions. Ne te mets pas la pression et essaie de ne pas trop te culpabiliser, cela ne te rendra les choses que plus confuses, et puis, tu n'y es pour rien!! Tu ne lui as pas fais de mal, tu es tout simplement perdue, nul ne peut te le reprocher...

Quant au travail en thérapie, cela aussi peut prendre du temps (passer par une phase, puis par une autre, vivre des régressions), sois indulgente avec toi même, excuse toi de tes tatonnements, à l'impossible, nul n'est tenu...

Ton compagnon est bienveillant, il comprendra que tu as besoin de faire le point sur toi même dans une situation qui est déjà difficile au point de vue de ta santé et de ces traumatismes qui ré-émergent. Après, quand tu y verras plus clair, il sera temps de lui expliquer ce qui se passe, en fonction de ce que tu auras pu comprendre de toi même, et en fonction de tes décisions. Mais je pense que c'est une autre étape...


Pour participer à ce sujet vous devez obligatoirement créer un compte.