La philosophie, la science, la religion

Jstophe

Bonjour, j'ai à coeur de lancer ce nouveau débat, sans aucun doute plein de controverses.

" La philosophie n'est ni science ni religion. Chacun y cherche une vérité mais ne trouve jamais que la sienne, qu'il confronte à celle des autres. "

André Comte-Sponville

Personnellement, je pense que la philosophie fait s'ouvrir vers la monde, la religion renferme les gens dans des croyances totalitairement dictées et non dérogatives. La philosophie, ce peut être l'épanouissement, la religion, c'est le renfermement.

Je ne dirai pas que la philosophie, c'est le Soleil, la religion, c'est la Lune. Je ne le dis pas mais je le crois.

Jstophe.

Membre Anonyme - modifié par SuzanneTD le 24/03/2020 - 02:05:54

Les religions sont des boulets qui construisent , contraignent , contrôlent le simple individu - l'individu simple mettra des années à se défaire d'un lavage de cerveau opéré depuis l'enfance .

Pour s'affranchir de ça , il en a fallu (et il en faudra) de la volonté .

C'est possible :)

Mimosa

Bonjour Jstophe.

Comme il se trouve qu'en ce moment, j'ai tout mon temps, je vais participer à ce topic bien ambitieux.

Tout d'abord, et bien qu'à certaines époques anciennes, science et religion se soient opposées, je pense que ces trois domaines (science, religion et philosophie) ne sont pas à comparer ni à mettre en opposition. Certes, les trois ont le meme but, à savoir de chercher à comprendre et à expliquer le réel, mais ils n'ont absolument pas les memes méthodologies.

Science et philosophie n'ont pour moi pas de quoi etre discutés ou remis en cause en aucune façon.

Pour ce qui est de la religion, c'est une autre histoire.

Pourquoi les peuples, à travers le monde et les différents continents, à une époque ou il n'y avait que trés peu de communication entre eux, ont eu ce besoin commun de developper un monde spirituel imaginaire ? Je pense que c'est ce qui les a élevé en tant qu'homme par rapport au monde animal. Ils avaient besoin de comprendre, de s'unir, d'erriger des lois de bienséance, passé des époques archaiques ou les gens s'entretuaient. Ce ne sont que mes hypothèses car je n'ai pas la réponse.

Ensuite, le danger qui s'est infiltré a été de s'en servir comme d'un pouvoir. Lorsque les gens sont animés d'une pensée commune, il est facile pour certains de s'en servir à mauvais escient. Ce fut le cas en france par le passé (lointain) et ça me semble etre encore le cas dans certains pays musulmans un peu extremistes. Dieu soit loué, la religion a perdu son pouvoir il y a bien longtemps en france (à peu prés au moment de l'avènement de la république je suppose). Si la religion n'a pas de pouvoir politique, je pense qu'il y a plein de bonnes choses à prendre dedans. A chacun d'y voir ce qu'il veut et d'y puiser ce qu'il a envie. La plupart des évangiles chretiennes sont indémodables et trés riches en terme d'enseignement sur les rapports humains. Idem pour le boudhisme et probablement (bien que je connaisse pas) l'hindouisme ou encore l'islam.

Jstophe

Je pose la question, sans détenir la réponse : les "religions" pratiquées en Asie, surtout en Extrême-Orient, ne peuvent-elles pas être assimilées à des philosophies ? (Je ne parle pas de l'islam).

Lindos - modifié par Lindos le 24/03/2020 - 15:51:46

Les scientifiques pensent les religions sont nées avec l'immortalité, autrement dit avec le besoin d'immortalité d'ancètres fondateurs ou remarquables. En principe ils sont protecteurs du clan, pendant que d'autres, ennemis, démons d'origine inconnue, etc, sont potentiellement destructeurs du clan, de la chasse, des récoltes, etc, pourvoyeurs de tempetes, maladies, etc. Au delà de la croyance dans cette immortalité, comme dans toute relation hiérarchisée entre êtres vivants, qu'ils soient mortels ou immortels, la règle est la protection contre soumission. Notamment des signes de soumission appellés cultes.

Des modèles de vie peuvent être appelés philosophie, mais en pratique les gens prient pour avoir de l'aide.

Jstophe - modifié par Jstophe le 24/03/2020 - 15:55:48

Lindos : " Les scientifiques pensent les religions sont nées avec l'immortalité, "

Alors, pour les croyants - quel que soit le culte - il y a une vie après la vie.

Est-ce en rapport avec la réincarnation ?

Un des préceptes de la meilleure des philosophies ne consiste-t-elle pas à s'aider soi-même.

Alithia

"Originairement la science et la philosophie sont une seule et même chose. Philosophie signifie amour du savoir ou de la sagesse. ... Elle est aussi bien métaphysique (science des premiers principes et des premières causes) que physique (étude de la nature) mathématique, réflexion politique et morale."

Ensuite, descarte par exemple philosophe beaucoup sur la religion et dieu.

Les religion sont parfois appeler philosophie de vie. Les théologiens de n'importe quel religion on souvent les sages et scientifique.

Les trois principes sont, dans le passé du moins, assez intimement lier !

Lindos

Jstophe,

"Alors, pour les croyants - quel que soit le culte - il y a une vie après la vie."

Si on veut être exact, l'immortalité s'est démocratisée au fil du temps, et n'a plus été réservée aux esprits des ancètres fondateurs ou primordiaux, aux dieux immortels, puis aux élites, et l'est progressivement devenu pour toutes les âmes humaines ou presque qui y croient, et le salut de l'âme à été progressivement conditionné au comportement sur terre. Selon des processus différents suivant les cultures, notamment des promesses de paradis ou enfers, ou de meilleures réincarnations selon les mérites des vies antérieures, jusqu'à une perfection nécessitant plus de se réincarner.

Il existe toutefois encore actuellement des croyances d'origine plus ancienne, où Dieu est resté le dieu protecteur de la tribu, mais où le paradis ou l'enfer est sur terre, selon ce qu'on fait de notre vie pour le clan et l'humanité.

Reste que l'histoire de l'humanité est un combat permanent pour la survie comme les autres êtres vivants, pour la survie du clan comme les autres animaux sociaux, pour la survie du savoir qui fait la survie de l'humanité, pour la longévité que nous dispute actuellement un coronavirus, et pour ceux qui l'ont hérité culturelement ou que cela aide, une immortalité à la façon des dieux ...que l'humanité a inventé pour lui venir en aide.

Membre Anonyme - modifié par SuzanneTD le 15/04/2020 - 18:42:55

Il y a plein de sujets où j'aurais pu le poser , je choisis celui ci .

Au titre initial , j'ai une préférence pour "la philosophie - la science - la spiritualité" .

(ça me parle plus , ne m'en veux pas Jstophe)^^

Le hasard faisant parfois bien les choses - alors que je m'apprêtais à suivre un autre documentaire déprogrammé - j'ai découvert celui ci dont le titre à lui seul suffit à faire comprendre le pourquoi de son intérêt multiple . (sur lcp , rediffusions prochainement)

En cette période de confinement , nous sommes un peu tous -déboussolés dépités fatigués- à nous questionner beaucoup sur nous même , la société , le futur , l'instant présent , etc .

Je ne vais pas spoiler - simplement ce doc' m'a fait un bien fou , au milieu de toutes ces interrogations .

Je vous en souhaite autant .

Cette étude est aussi passionnante qu'accessible à tous .

- Vers un monde altruiste ? -

Documentaire de Sylvie Gilman et Thierry De Lestrade (2015, 1h30 mns)

https://www.publicsenat.fr/emission/documentaires/vers-un-monde-altruiste-181607

Un petit article en complément : http://download.pro.arte.tv/uploads/Vers-un-monde-altruisteBD.pdf

Lindos - modifié par Lindos le 15/04/2020 - 21:03:50

Pas mal ce documentaire.

En fait l'homme s'est adapté à son environnement en étant à la fois altruiste et concurrent, comme beaucoup d’animaux sociaux.

Habituellement sa capacité d'altruisme s'étend à son groupe, au-delà commence la concurrence. Cela se complique parce qu'il peut appartenir à plusieurs groupes, que certains groupes se veulent universels, prosélytes, ou impérialistes commercialement, ou territorialement, quand ils n’annexent pas purement et simplement des territoires par la force. Tout ceci existe depuis la nuit des temps, et encore une réalité bien vivante de nos jours. La raison du plus fort est toujours la meilleure à l’extérieur du groupe, à l’intérieur ça se complique parce que d’une façon ou d’une autre il est nécessaire d’établir une hiérarchie, libre, équitable, fraternelle, ou pas.

Par exemple sur ce forum, on dit du bien des LGBT+, et de nos groupes alliés gay-friendly, et on dit du mal des homophobes, en prenant quelques précautions vis-à-vis des groupes d’homophobes car la loi française interdit de désigner des groupes pour en dire du mal ^^. Mais dans le principe c’est simple, suffit de déterminer quel est le périmètre du groupe, quoique souvent c’est là que cela se complique lol.

Certes il existe bien ici ou là dans le monde quelques les altruistes pur jus, qui aiment toute l’humanité. Sans nécessairement vouloir devenir le chef des disciples qui les suivent, quoique cela soit souvent nécessaire de les fidéliser (notamment sur Youtube puisque cela rapporte, peu unitairement, mais globalement beaucoup plus que les quêtes dans les églises lol). Mais par chance la plupart de ces humanistes se révèlent finalement très « humains » : ils aiment tous les gens des autres groupes, mais délaissent ceux de leur groupe nucléaire, souvent les membres de leur famille proche. Ce sont des humains qui fonctionnent à l’envers en quelque sorte ^^

Bref les humains sont humains, c’est ce qui fait leur humanité. Je ne peux pas m’empêcher de les adorer. Si les humains n’existaient pas, ils faudrait les inventer, de la même façon que les humains ont inventé les dieux immortels...

Membre Anonyme

oupsss, trop dure ce sujet pour moi, je vous laisse, je prends mon jocker 😁 😅

Membre Anonyme

@Mélanie , le sujet autant que le doc' sont très intéressants et simples .

@Lindos - j'avoue , quand on ne se sent d'aucun groupe en particulier mais plutôt morcelé(e)s entre plusieurs , il est plus simple d'être "ouvert d'esprit" , de s'ouvrir aux différences .

Il me vient l'image d'un cours de maths , sur les ensembles et leurs intersections .

(scusies , c'est la faute à trop de confinement- je repars en mode "autiste" dans mon casque)^^

Membre Anonyme
Levrev

Je pense pour ma part que philosophie comme religion, ne sont ni intrinsèquements bonnes, ni intrinsèquement mauvaise.

La philosophie a amené les hommes (dans le sens l'Humanité, bien sûr) à ouvrir leur esprit, et a essayer de comprendre le monde qui les entoure d'un point de vue spirituel. Je pense que c'est son but.

Toutefois certaines philosophie se sont révèlées mortifère : Nietzsche a inspiré le national-socialisme, Marx, les dérives d'autres états totalitaires, jusqu'à la philosophie des lumière qui fut l'inspiration des heures les plus sombres de la Terreur républicaine.

Les religions sont elles mauvaises ? Elles ont conduit à l'inquisiation, au Djihad, aux croisades, et une culpabilisation terrible des mentalités. Elles ont aussi inspiré la charité, la compassion, et prônent parfois d""aimer l'autre comme soi-même". En matière de religion, il est également donné comme commandement de ne pas juger si on ne veut pas l'être. Quelle injonction est plus pleine de tolérance que d'inciter "à jeter la première pierre" que si l'on a jamais fauté ?... L'usage qui en est fait est parfois carrément contraire à ce qu'elles prescrivent à la lettre...

Je crois que, de la philosophie, de la religion, tout comme de la science d'ailleurs, c'est bien l'usage qui en est fait par l'homme qui est bon ou mauvais...

Quant au Boudhisme, je crois qu'il est considéré plus comme une philosophie que comme une religion...

Membre Anonyme - modifié par SuzanneTD le 15/04/2020 - 21:46:23

@Mélanie

Si si , tu peux .- il s'agit plus du ressenti de chacun , on s'en fout du niveau d'études :)

Hop , partie cette fois - bonne soirée à tous^^

Firen

Je trouve un peu dommage que de penser que la religion "renferme les gens dans des croyances totalitairement dictées et non dérogatives".

Il faut, à mon humble avis, distinguer deux "parties" des religions.

Il y a tout d'abord les enseignements, qui, pour une grande partie des religions, peuvent se résumer en un mot "Amour".

Que l'on regarde le Catholicisme, l'Islam ou le Bouddhisme ( les trois que je connais le mieux ), elles prêchent qu'en même pas mal pour l'amour de son prochain ! Entre autres enseignements.

Et, au final, que l'on soit croyant ou non, on est bien souvent touché par le bon sens des écrits.

Et ensuite il y a le dogme des religions qui lui a évolué au gré des siècles. Et là je te rejoins Jstophe, il arrive que le dogme religieux soit restrictif.

Mais il ne faut pas non plus oublier que le dogme a évolué en fonction des époques et, bien souvent, des nécessités politiques du moment.

A partir du moment où la religion a exercé un pouvoir politique, on s'est servi des textes sacrés pour justifier des actions séculaires.

Le Vatican et le Pape ne sont pas le Catholicisme. Il faut différencié la partie "politique" de la religion de la part "spirituelle".

@ Levrev : "Quant au Boudhisme, je crois qu'il est considéré plus comme une philosophie que comme une religion..."

C'est un peu problématique car, dans notre conception occidentale, pour une religion, il faut un ou des Dieux. Or le Bouddhisme est une religion "nontheistic" ( je ne sais pas si un mot français existe pour cette idée ), elle n'a pas de Dieu. Et encore, ça dépend des mouvements, certains types de Bouddhisme ont une notion de Dieu vaguement comparable à celle du Christianisme par exemple.

Membre Anonyme

C'est bien pour cela , Firen , que je préfère de très loin le terme de spiritualité (guide de chacun) à celui de religion , peu importe laquelle (qui voudrait imposer des règles , fondre tous dans le même moule , dispenser du libre-arbitre)

Le libre-arbitre : c'est quoi ?!

Firen - modifié par Firen le 15/04/2020 - 23:28:38

Bonsoir SuzanneTD.

je comprends ta position car j'ai sensiblement la même.

Je pense malgré tout qu'on oublie souvent que la religion n'est pas vécue comme restrictive et coercitive par les personnes ayant la foi et pratiquant au sein d'une religion organisée.

On voit cela à travers notre prisme de non pratiquant de rituels organisés.

Personnellement j'ai la foi, je suis simplement pas convaincu de mieux servir cette puissance au dessus de moi en allant à la messe le dimanche ou en faisant le ramadan. Mais c'est très personnel comme sentiment.

Edit : orthographe.

Membre Anonyme - modifié par SuzanneTD le 16/04/2020 - 00:40:46

Je suis en plein accord avec toi , comme beaucoup d'autres (toutes religions confondues) - La foi est intime - Même pour des athées :)

Merci Firen d'être venu dissiper ce quiproquo : oui , on peut être athée tout en ayant la foi :-)

(en soi et les autres)^^


  S'inscrire pour participer